Concours des villes et villages fleuris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concours des villes et villages fleuris
Image associée à la récompense
Logo du concours.

Prix remis 1 à 4 fleurs - trophées et prix spéciaux
Description Labellisation des communes qui œuvrent à la création d'un environnement favorable à l'accueil et au bien-être des habitants et des touristes.
Organisateur Conseil national des villes et villages fleuris
Pays Drapeau de la France France
Date de création 1959
Site officiel Site officiel

Le concours des villes et villages fleuris est un concours créé en 1959 en France pour promouvoir le fleurissement et les espaces verts urbains. Originellement piloté par les services de l’État, sa coordination nationale en est assurée depuis 1972 par le Comité national pour le fleurissement de la France, rebaptisé Conseil national des villes et villages fleuris en 2001. National et gratuit, il est ouvert à toutes les communes. Le nombre de participants est passé de 600 à 5 300 en 1972, plus de 10 000 en 1993 puis 12 000 en 2005. En 2010, 3 842 ont été labellisées et ont le droit au panneau Ville ou village fleuri, dont 211 ont obtenu 4 fleurs. Le Trophée « Fleur d'Or » peut maintenant être accordé à un nombre limité de communes classées 4 fleurs.

Les récompenses vont de 1 à 4 fleurs. Ainsi, les communes de 1 à 3 fleurs sont désignées par le comité régional qui peut sélectionner les villes susceptibles d'obtenir une récompense supérieure comme la quatrième fleur et le Trophée « Fleur d'Or » qui sont attribués par le conseil national.

Critères[modifier | modifier le code]

Les critères ont évolué en prenant désormais mieux en compte les aspects environnementaux (biodiversité, pratiques culturales respectueuses de l'environnement…) et de soutenabilité du fleurissement. Le dernier règlement comprend des critères explicites à ce sujet et les candidats peuvent se prévaloir d'éventuelles écocertifications (utilisation de bois FSC, certification d'une gestion écologique des espaces verts, utilisation de produits biologiques et d'alternatives aux pesticides, etc.). Le concours accompagne ainsi le retour d'espèces plus autochtones et naturelles dans les parterres et espaces-verts[1]

Actuellement, les critères généraux pris en compte par le règlement sont[2] :

Panneau officiel placé à l'entrée d'une commune. Ici, la ville possède 4 fleurs (le niveau maximal). De plus, une mention spéciale a été obtenue par celle-ci en 2007 : Grand Prix National de Fleurissement.
  • la motivation de la commune pour obtenir le label ;
  • la démarche de valorisation par le végétal et le fleurissement sur l'ensemble de la commune ;
  • les actions de la commune pour augmenter la fréquentation touristique (valorisation du label) et améliorer l'animation de cette démarche auprès de toute la population ;
  • la présentation du végétal et du fleurissement ;
  • les moyens de gestion pour entretenir le patrimoine en respectant la biodiversité et les ressources naturelles (eau) ;
  • les autres actions pour embellir la commune : entretien de la voirie, des façades, ajouts de mobiliers urbains (bancs, etc.) mais également la propreté générale des lieux ;
  • l'harmonie des aménagements paysagers effectués et leur gestion sur la commune.

La candidature au label est gratuite mais le label est payant.

Communes labellisées[modifier | modifier le code]

Aix-les-Bains (73), ville fleurie 4 fleurs depuis 1974.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le Conseil national des villes et villages fleuris[modifier | modifier le code]

L'organisation du concours, gérée par le Conseil national des villes et villages fleuris qui est une association loi de 1901, est présidée par le ministre du Tourisme. Son conseil d'administration comprend des représentants de différents ministères, des collectivités territoriales et locales, du tourisme, des filières horticoles et du paysage, et de personnalités qualifiées.

Labellisation[modifier | modifier le code]

Fleurs[modifier | modifier le code]

Le processus de labellisation des communes se décline en trois échelons[3] :

  • au niveau du département, un jury départemental recueille les candidatures des communes et sélectionne celles qui pourront être primées ;
  • au niveau de la région, un jury régional visite les communes candidates en vue de leur attribuer une, deux ou trois fleurs. Il sélectionne par ailleurs celles qui peuvent atteindre le niveau maximal, c'est-à-dire quatre fleurs ;
  • au niveau de la France entière, un jury national peut attribuer, ou retirer, la quatrième fleur. C'est aussi ce jury qui donne des prix spéciaux aux communes qui ont déjà atteint le niveau le plus élevé : quatre fleurs[3]. Il peut aussi attribuer le trophée de la « Fleur d'Or ».

« Fleur d'Or »[modifier | modifier le code]

Le trophée de la « Fleur d'Or » est attribué par le jury national à un nombre restreint de communes quatre fleurs atteignant un niveau très élevé en matière de fleurissement[4]. Ce prix est valable un an mais il peut être remis en jeu tous les six ans par la commune[4]. Ce trophée marque la plus haute distinction possible dans le concours[5]. Par ailleurs, ce prix remplace le Grand Prix National de Fleurissement[6].

Prix spéciaux[modifier | modifier le code]

Différents prix spéciaux peuvent être attribués tels que le prix de la mise en valeur de l'espace communal rural, le prix de la diversité végétale, le prix de la mise en valeur du patrimoine, le prix national de l'arbre, le prix de la participation des citoyens au jardinage, le prix du fleurissement des jardins familiaux collectifs, le trophée du département fleuri, le concours des maisons fleuries, etc[7].

Concours national et européen[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de la victoire d'Eguisheim dans l'édition 2006

Entente florale[modifier | modifier le code]

Il existe également un concours européen, baptisé Entente florale, auxquels participent (en 2017) neuf pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Hongrie, Irlande, Italie, Pays-Bas, République tchèque et Slovénie[8]. La France ne participe plus à concours. À ce concours européen, la petite ville de Felsberg (Sarre) à la frontière franco-allemande, sur la commune de Überherrn, a été la première ville allemande à recevoir le panneau « ville fleurie » en 2004.

Assises nationales[modifier | modifier le code]

Des assises nationales du fleurissement sont organisées généralement tous les deux ans[9]. Selon la DGE, « L’ambition de ces [...] assises nationales des Villes et Villages Fleuris est d’analyser l’impact du label et des démarches de valorisation paysagère sur l’attractivité touristique afin d'apporter des réponses stratégiques et de proposer des pistes d'actions aux destinations. »[10]. La 14e édition des assises nationales des villes et villages fleuris s'est déroulée à Menton en 2014[11]. La 15e est prévue en novembre 2017 à Troyes[12].

En France[modifier | modifier le code]

Aix-les-Bains (Savoie) est une ville labellisée « Grand Prix Européen du Fleurissement »[5], ainsi que « Capitale Européenne du Fleurissement » en 1992[13].

Au concours européen de 2004, la France a remporté deux médailles d'or pour Cahors (Lot) en catégorie villes, et Cayriech (Tarn-et-Garonne) en catégorie villages.

En 2003, la France a remporté deux médailles d'or pour Hyères (Var) dans la catégorie villes, et Bormes-les-Mimosas (Var) dans la catégorie villages.

En Suisse[modifier | modifier le code]

Un concours similaire existe en Suisse[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Hégo, Le choix des plantes et espèces locales dans les projets de paysage : Effet de mode ou renouveau à encourager ? (Mémoire de fin d'étude d'Ingénieur paysagiste de l’Institut Supérieur des Sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage (soutenu à Angers le 4 septembre 2015), Agroccampus Ouest.
  2. La grille d'évaluation, site officiel des villes et villages fleuris, 16 avril 2016.
  3. a et b « Le Conseil National des Villes et Villages Fleuris | Direction Générale des Entreprises (DGE) », sur www.entreprises.gouv.fr (consulté le 26 décembre 2015)
  4. a et b « Courbevoie obtient la fleur d’or 2015 », sur leparisien.fr, https://plus.google.com/+LeParisien (consulté le 26 décembre 2015)
  5. a et b « Ville fleurie », sur Site internet de la mairie d'Aix-les-Bains (consulté le 26 septembre 2015)
  6. « Le Palmarès », sur pro.tourisme-lorraine.fr (consulté le 26 décembre 2015)
  7. « Les prix spéciaux du concours des Villes et Villages Fleuris », sur auJardin.info, https://plus.google.com/109341974531276074416 (consulté le 26 décembre 2015)
  8. (en) « Entente », sur www.entente-florale.eu (consulté le 26 décembre 2015)
  9. « ASSISES NATIONALES des VILLES et VILLAGES FLEURIS de FRANCE », sur www.villes-villages-fleuris-de-france.fr (consulté le 26 décembre 2015)
  10. « Villes et Villages Fleuris, une opportunité pour valoriser les destinations touristiques ! | Direction Générale des Entreprises (DGE) », sur www.entreprises.gouv.fr (consulté le 26 décembre 2015)
  11. « Assises Nationales des Villes et Villages Fleuris - Menton 2014 », sur assises.cnvvf.fr (consulté le 26 décembre 2015)
  12. 15e assises nationales des villes et villages fleuris
  13. « Tourisme à Aix-les-Bains (Savoie), informations et actualités », sur aixlesbains73100.e-monsite.com (consulté le 26 septembre 2015)
  14. Villesfleuries.ch - Le portail horticole des villes Suisses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]