Landrethun-le-Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Pas-de-Calais
Cet article est une ébauche concernant une commune du Pas-de-Calais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Landrethun-le-Nord
Vue de la commune.
Vue de la commune.
Blason de Landrethun-le-Nord
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Canton Desvres
Intercommunalité Communauté de communes de la Terre des Deux Caps
Maire
Mandat
Émile Petit
2014-2020
Code postal 62250
Code commune 62487
Démographie
Population
municipale
1 284 hab. (2014)
Densité 167 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 50′ 53″ nord, 1° 47′ 05″ est
Altitude Min. 57 m – Max. 133 m
Superficie 7,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Landrethun-le-Nord

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Landrethun-le-Nord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landrethun-le-Nord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landrethun-le-Nord
Liens
Site web http://www.landrethun-le-nord.fr/

Landrethun-le-Nord est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Landrethun-le-Nord est dans le périmètre du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale et de la communauté de communes de la Terre des Deux Caps. Elle fait partie des communes de l’Arc urbain et du Bassin Carrier (l'un des 3 secteurs paysagers du SCOT, le plus urbain)[1]. Elle se situe à 12 km du littoral par la route (à Wissant), à 18 km de Calais et à 23 km de Boulogne-sur-Mer. Le pôle secondaire de Marquise est à 9 km par la route.

La commune est desservie par les routes départementales 231, 243 et 249, ainsi que par différents chemins dont le chemin des Poissonniers. L'autoroute A 16 (reliant Dunkerque à Rouen) est accessible à un peu moins de 7 km.

Une voie ferrée passe sur la commune ; elle est utilisée uniquement comme desserte ferroviaire des Carrières du Boulonnais[1]. La gare la plus proche est celle d'Elinghen (sur la commune voisine de Ferques). La gare de Fréthun se situe à environ 10 km au nord. Elle permet d'accéder à Londres, Lille, Paris, Boulogne-sur-Mer, Calais.

Le secteur est desservi par la ligne de Bus n°4 du conseil général[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Landrethun-le-Nord
Saint-Inglevert Pihen-lès-Guînes
Leubringhen Landrethun-le-Nord Caffiers
Ferques

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

L'altitude varie de 57 mètres au nord en limite communale sur la D 243, à 133 mètres à l'ouest, juste au nord du lieu-dit Mimoyecques, sur une colline qui se prolonge à l'ouest (Mont Roland à 157 mètres).

La partie nord présente des pentes constantes qui descendent vers le nord ; l'occupation du sol est une agriculture intensive. La partie sud présente plus de particularités topographiques, elle est plus bocagère. Cette différenciation se retrouve dans la toponymie locale, avec les « champs cornus » au nord, les « pâtures des Noces », les « pâtures sèches » et « le communal » (ancien pré communal) au sud.

En limite sud-est, la topographie est marquée par une carrière.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations à Marquise, station météorologique la plus proche. Le climat local est océanique. Les hivers sont doux et les étés frais. Les printemps sont relativement secs, le mois de mars étant en moyenne le moins pluvieux de l'année.

Relevé météorologique de Marquise
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 3 5 6 9 12 14 15 13 10 6 4 8
Température maximale moyenne (°C) 6 6 9 12 15 17 20 21 18 15 10 7 13
Précipitations (mm) 52,1 34,5 30,8 39,3 34 33 41,4 33,8 46,3 62,1 69,1 56,1 532,5
Source : Fiche climatologique de Marquise par Météo-France[2]


Histoire[modifier | modifier le code]

Premières occupations humaines[modifier | modifier le code]

L'occupation humaine dans le secteur est très ancienne ; des ossements et fragments de poterie ont été retrouvés sur la commune voisine de Ferques[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au VIIIe siècle, le christianisme s'est propagé dans la région (moines mérovingiens). Les deux églises voisines de Ferques furent probablement construites au XIIe siècle. L'abbaye voisine de Beaulieu fut également fondée durant cette période, probablement en 1131[3].

La guerre de Cent Ans marqua la région aux XIVe siècle et XVe siècle.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Fin XIXe siècle et début XXe siècle, les petites carrières se regroupèrent en société à plus gros capitaux. La vie des ouvriers du secteur était régie par ces sociétés, avec des logements gratuits ou à loyer très modique, un enseignement orienté vers l'industrie de la pierre, des équipements de loisirs. Mais les sociétés n'échappèrent pas aux revendications, avec une grève générale en 1906, une en 1907, et une en 1936 qui fit échos aux mouvements nationaux.

Les carrières eurent une importance stratégique durant les deux guerres mondiales, pour l'entretien du front de la Somme à la mer durant la première, puis pour l'Organisation Todt (constructions et ingénierie) durant l'occupation lors de la seconde.

Durant cette guerre, le bunker de la forteresse de Mimoyecques fut construit. Il était destiné à l'usage du canon expérimental allemand V3. Le site fut bombardé à de nombreuses reprises, ce qui empêcha sa mise en service effective.

L'église contemporaine a été dessiné par l'architecte Joseph Philippe, disciple de Paul Bellot

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 en cours
(au 27 janvier 2015)
Émile Petit SE Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5],[6]

aucune

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le SCOT paysager de la Terre des 2 Caps (Schéma de cohérence territoriale), approuvé en 2010, s'applique sur le territoire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Landrethun-le-Nord.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d’or à la croix ancrée de gueules, au chef d’azur chargée d’une étoile d’argent.

Démographie[modifier | modifier le code]

Landrethun-le-Nord dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 284 habitants, en augmentation de 9,56 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
454 426 498 473 487 485 495 535 575
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
559 562 578 527 566 588 570 594 559
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
541 568 572 522 485 446 499 410 431
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
539 625 744 707 853 906 1 084 1 199 1 284
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 25 %, 15 à 29 ans = 17,9 %, 30 à 44 ans = 27,7 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 11,4 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 25 %, 15 à 29 ans = 21,6 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 15,9 %, plus de 60 ans = 13,8 %).
Pyramide des âges à Landrethun-le-Nord en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
3,4 
75 à 89 ans
3,8 
8,0 
60 à 74 ans
9,5 
18,1 
45 à 59 ans
15,9 
27,7 
30 à 44 ans
23,6 
17,9 
15 à 29 ans
21,6 
25,0 
0 à 14 ans
25,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à proximité des carrières du Boulonnais. Une association de réinsertion sociale, Le Chênelet, a développé des activités de scierie (bois issus de forêts situées dans un périmètre d'un rayon de 200 km maximum), de fabrication de briques de terre crue (terre issue des déblais des carrières), de maraîchage et de production de produits alimentaires (paniers bio, conserves). Environs 25 personnes sont employées en réinsertion sur ce site[13]. L'association a développé une société de construction d'habitat en écoconstruction, et a construit des logements sociaux à proximité immédiate des activités, avec les matériaux produits sur place[14]. Quatre logements sont en brique de terre crue et deux en bois ; une chaudière bois collective a également été installée[15].

Un estaminet est implanté sur la commune.

Une société de mécanique de précision est également implantée sur la commune ainsi qu'un studio d'enregistrement. La commune accueille également plusieurs commerces et artisans tels que coiffeur, menuisier, transporteur, garagiste station-service, serres, réparateur agricole et bien d'autres.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le village abrite plusieurs associations :

  • U.S.L. club de football ;
  • Les miladies Troupe de majorettes et leur fanfare ;
  • Club de gymnastique ;
  • Étang de pêche.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Porc de Moyecques est un commerce connu et réputé pour sa qualité de viande.

- Site web : Porc de Moyecques

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c SCOT paysager de la Terre des 2 Caps, 2010
  2. Météo France, « Fiche climatologique de Marquise », sur www.meteo.education.fr,‎ (consulté le 1er novembre 2009)
  3. a et b Ferques Elinghen, Histoire d'un village, Editions A.M.A., Hist Opale, juillet 2005, 207 pages
  4. « Landrethun-le-Nord : Émile Petit brigue un sixième mandat de maire : Émile Petit est à la tête de Landrethun-le-Nord depuis trente ans. À 73 ans, l’élu qui se définit comme « rigoureux mais très humain » souhaite briguer un sixième mandat et poursuivre les chantiers en cours. Il dresse le bilan de son cinquième mandat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ (consulté le 27 janvier 2015).
  6. « Projets du maire de Landrethun-le-Nord : l’assainissement en priorité et une salle d’activités en réflexion : Comme elle l’a fait avec les bilans des maires avant les élections, « La Voix du Nord » lance une nouvelle série consacrée aux projets des maires. Quels engagements ? Quels grands chantiers ? Quelles priorités ? Le point avec Émile Petit, maire de Landrethun-le-Nord. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Évolution et structure de la population à Landrethun-le-Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 août 2010)
  13. Rapport d'activité 2005 - 2007 et perspectives, Le Chênelet
  14. Le Chênelet, une fable autour de l'écoconstruction sociale, CERDD - centre de ressource du développement durable
  15. Guide de l'écoconstruction en Caps et Marais d'Opale, syndicat mixte du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, 2010