Avesnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avesnes (homonymie).
 Ne doit pas être confondu avec Avesnes-le-Comte, Avesnes-lès-Bapaume ou Avesnes-sur-Helpe.
Avesnes
La rue de l'Église.
La rue de l'Église.
Blason de Avesnes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Lumbres
Intercommunalité Communauté de communes du Canton d'Hucqueliers et environs
Maire
Mandat
Guy Randoux
2014-2020
Code postal 62650
Code commune 62062
Démographie
Population
municipale
46 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 33′ 02″ nord, 1° 58′ 21″ est
Altitude Min. 126 m – Max. 187 m
Superficie 3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Avesnes

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Avesnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avesnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avesnes

Avesnes, également connue sous le nom d'Avesnes-au-Mont, est une petite commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Avesnes
Wicquinghem Ergny
Maninghem Avesnes
Herly

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avesnes fut au début du Moyen Âge une seigneurie qui concurrença en nombre de terres celles des premiers comtes de Hainaut. Ce furent des seigneurs puissants et pour la plupart, des adversaires des comtes de Hainaut. Les affrontements suivis des démantèlements des châteaux de la famille d'Avesnes furent multiples.

Il y eut dans cette famille de nombreux « héros », dont le plus connu fut Jacques d'Avesnes tué en croisade contre Saladin en 1191. Cet homme trahit le comte de Hainaut en s'alliant avec le comte de Flandre, l'évêque de Cologne et le duc de Brabant pour faire une coalition qui devait ravager le comté. Mais ils ne parvinrent pas à le détruire et, en représailles, Baudouin de Hainaut lui rasa plus de 70 villages ; c'est dire le patrimoine des Avesnes. Il fit amende honorable et le comte de Hainaut pardonna.

Le premier seigneur d'Avesnes connu est Wedric le Barbu qui décéda vers 1075. Son fils Thierry n'eut aucune descendance et la seigneurie passa à sa sœur Ide qui épousa Fastré d'Oisy. les terres d'Avesnes passèrent donc dans cette famille. Le fils aîné, Gossuin dit le Borgne d'Oisy, seigneur d'Avesnes, de Condé-sur-l'Escaut (pour la partie relevant du Hainaut. Voyez la rubrique : château féodal de Nicolas d'Avesnes), de Leuze et de Landrecies testa en faveur de son frère Fastré d'Oisy, avoué de Tournai qui hérita de tous les biens de la famille. Le successeur Gauthier, fils aîné de Fastré fut tué par les hommes de l'évêque de Liège en 1147, il avait épousé Ide de Mortagne.

Les descendants qui suivirent abandonnèrent le nom de Oisy pour s'octroyer celui d'Avesnes Thierry, fils de Gauthier ne régna pas longtemps, il mourut jeune. Son frère Nicolas assura la descendance par ce fameux Jacques d'Avesnes qu'on retrouva mort entouré de sept ennemis à la bataille d'Azour.

Ce Jacques fut très prolifique car il eut au moins huit enfants. Le chef de famille fut Gauthier, seigneur d'Avesnes, de Condé, de Leuze, de Guise, de Trélon, il devint comte de Blois et de Dunois par son épouse Marguerite. Mais il eut trois filles et un garçon mort trop jeune. Toutes les terres des Avesnes passèrent par le mariage de Marie, sa fille aînée, dans la famille des Chatillon qui devinrent les seigneurs d'Avesnes.

Mais le nom des Avesnes n'en resta pas là, car le 3e fils de Jacques ; Bouchard, se maria avec la 2e fille du comte de Flandre et de Hainaut ; elle s'appelait Marguerite, et lorsque Baudouin IX fut tué elle devint après sa sœur Jeanne, comtesse de Flandre et de Hainaut. Mais on connut assez vite la vérité au sujet de Bouchard d'Avesnes ; il avait reçu les ordres et s'était malgré cela marié. Cela va déclencher ce qu'on a appelé l'affaire des Avesnes et des Dampierre et qui va se terminer par l'octroi du comté de Hainaut aux Avesnes et le comté de Flandre aux Dampierre.

La famille d'Avesnes va régner pendant cinq générations sur le comté de Hainaut et puis le passer aux Bavière par le mariage de Marguerite d'Avesnes comtesse de Hainaut avec Louis de Bavière empereur du Saint Empire Romain Germanique.

la famille d'Avesnes sera alors complètement éteinte. À partir de 1433, Avesnes, comme tout le Hainaut, fit partie des territoires des ducs de Bourgogne et elle fut une fief des seigneurs de Chimay. En 1477, après la mort du duc bourguignon Charles le Téméraire à Nancy, elle fut prise et pillée par l'armée de Louis XI qui la contestait à sa fille la duchesse Marie de Bourgogne. Néanmoins, au traité d'Arras (1482) Louis a rendu la ville détruite au veuf de la duchesse Marie, Maximilien de Habsbourg. En 1556 Philippe II, roi d'Espagne et souverain des Pays-Bas, convaincu de l'importance stratégique d'Avesnes, a décidé de l'acheter des princes de Chimay. Pendant les guerres franco-espagnoles du XVIIe siècle la ville et ses environs ont souffert beaucoup, mais Avesnes n'est pas prise. À la défaite des Espagnols en 1659 la ville est cédée à la France, et puis fortifiée par Vauban qui la reconstitue comme parti du fameux pré carré. Elle fut prise par les Russes en 1814, et presque détruite en 1815 par l'explosion d'une poudrière. Elle fut rebâtie en moins d'un an.

C'est là que Madame de Montespan devint maîtresse de Louis XIV.

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Avesnes » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Avesnes dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil.
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989[1] en cours
(au 16 novembre 2014)
Guy Randoux   Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[2],[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 46 habitants, en augmentation de 39,39 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
109 93 121 126 128 140 148 140 131
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
129 141 133 114 108 98 100 111 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
112 102 101 75 70 70 62 51 52
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
68 70 53 47 44 46 35 39 46
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (34,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (54,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 54,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 0 %, 15 à 29 ans = 42,1 %, 30 à 44 ans = 5,3 %, 45 à 59 ans = 26,3 %, plus de 60 ans = 26,3 %) ;
  • 45,7 % de femmes (0 à 14 ans = 0 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 12,5 %, 45 à 59 ans = 31,3 %, plus de 60 ans = 43,8 %).
Pyramide des âges à Avesnes en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
6,3 
15,8 
75 à 89 ans
12,5 
10,5 
60 à 74 ans
25,0 
26,3 
45 à 59 ans
31,3 
5,3 
30 à 44 ans
12,5 
42,1 
15 à 29 ans
12,5 
0,0 
0 à 14 ans
0,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • L'église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie Militaire[modifier | modifier le code]

Unités militaires ayant tenu garnison à Avesnes :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Avesnes

Les armes d'Avesnes se blasonnent ainsi : Coupé : au 1) de gueules à l’aigle d’or au 2) parti au I d’or au lion de gueules et au II d’or au bœuf contourné de gueules[10].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le bilan du maire d’Avesne, Guy Randoux : « Nous nous sommes occupé de notre église qui en avait bien besoin » : Guy Randoux, 56 ans, agriculteur, a été conseiller municipal pendant un an avant de devenir maire après le décès de son prédécesseur en 1989. Il termine son quatrième mandat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  2. « Avesnes : un cinquième mandat majoral pour Guy Randoux : Samedi, les sept conseillers de la commune d’Avesnes se sont réunis à la maison commune pour procéder à l’élection du maire et ses adjoints. Ils ont été élu à l’unanimité. Guy Randoux s’est réjoui du rajeunissement du village avec l’arrivée de nouveaux habitants dont deux ont déjà intégré l’équipe municipale. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 16 novembre 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Évolution et structure de la population à Avesnes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  10. Banque du Blason