Licques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Pas-de-Calais
Cet article est une ébauche concernant une commune du Pas-de-Calais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Licques
La mairie.
La mairie.
Blason de Licques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Calais-2
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Pays
Maire
Mandat
Brigitte Havart
2014-2020
Code postal 62850
Code commune 62506
Démographie
Population
municipale
1 620 hab. (2014)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 47′ 09″ nord, 1° 56′ 15″ est
Altitude Min. 52 m – Max. 176 m
Superficie 18,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Licques

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Licques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Licques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Licques
Liens
Site web http://www.licques.fr/

Licques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Elle est réputée pour la volaille de Licques, et possède un patrimoine naturel (coteaux calcaires, bocage de la boutonnière du Boulonnais, forêts) et historique (abbaye) remarquable.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

Localisation[modifier | modifier le code]

Licques est un bourg niché au pied de la boutonnière du Boulonnais, au centre d'un triangle entre Boulogne-sur-Mer, Calais et Saint-Omer, dans la partie nord du cœur rural du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale. Le territoire de la commune s'étend sur les collines qui l'entourent, comprenant le hameau d'Écottes, d'où l'on aperçoit par temps clair les côtes de l'Angleterre.

Le bois de Licques occupe la partie nord du territoire communal. De nombreux oiseaux sont inventoriés sur ce secteur riche en patrimoine naturel, et pour partie classé dans Natura 2000 (communal de Vigneau) : merle noir, pouillot véloce et pouillot fitis, troglodyte mignon, pinson des arbres, faisan, fauvette à tête noire, fauvette des jardins, rouge-gorge, busard des roseaux, hirondelle rustique, linotte huppée, vanneau huppé, tourterelle des bois[1], une partie des bois est composée de l'association entre des hêtres et des jacinthes des bois (association d'essences classée). Des orchidées poussent également, telle que l'orchidée pourpre.

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Une partie du territoire est marquée par des coteaux calcaires. Le calcaire est parfois affleurant (anciennes carrières), ou on le retrouve dans les sols calcaires, très clairs.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Hem prend sa source sur le territoire communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Licques
Bouquehault Rodelinghem Landrethun-lès-Ardres
Alembon Licques Clerques
Sanghen

Herbinghen

Hocquinghen Rebergues Audrehem

Toponymie[modifier | modifier le code]

Liske en flamand[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Licques est marquée par celle des seigneurs de Licques, puissante maison qui possédait un château dont seules subsistent les ruines du donjon. La branche directe de cette famille s'arrête au XVIIIe siècle.

L'abbaye de Licques, fondée au XIIe siècle, fut aux mains des prémontrés jusqu'à la Révolution.

Licques est historiquement la capitale de la volaille au nord de Paris, ce produit faisant la renommée du bourg depuis plusieurs siècles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Licques.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : de gueules à l’écusson bandé d’argent et d’azur de six pièces.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Licques dans son canton et son arrondissement.
Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1971 Henri Collette UNR Député (1958-1973)
1971 1984 Christiane Collette UNR  
1984 1995 Henri Collette RPR Sénateur (1981-1992)
1999 2008 Jacques Lefebvre UMP Décédé en fonction
2006[4] 2008 Brigitte Havart DVD  
mars 2008 2014[5] Aliette Polaert    
2014[6],[7] en cours
(au 29 janvier 2015)
Brigitte Havart DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 620 habitants, en augmentation de 3,65 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 310 1 292 1 361 1 518 1 581 1 630 1 576 1 705 1 697
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 584 1 462 1 464 1 420 1 470 1 467 1 386 1 428 1 427
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 414 1 452 1 385 1 311 1 233 1 244 1 274 1 233 1 194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 296 1 307 1 389 1 387 1 351 1 440 1 529 1 597 1 620
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006 [11].)
Histogramme de l'évolution démographique

/center>

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 23,9 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 17,2 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 23,9 %).
Pyramide des âges à Licques en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
6,0 
75 à 89 ans
11,3 
11,1 
60 à 74 ans
12,3 
20,9 
45 à 59 ans
18,4 
23,9 
30 à 44 ans
21,2 
16,0 
15 à 29 ans
14,7 
21,9 
0 à 14 ans
21,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est un secteur important pour la commune. La volaille de Licques, label rouge, est une viande réputée (poulets, dindes). Plusieurs volaillers sont implantés sur la commune, mais également des vergers. Des exploitants de vaches sont également présents.

Le cœur de bourg a su préserver un commerce local (supérette, banque, pharmacie) et une brasserie[14].

Un gîte, avec une chambre accessible aux personnes à mobilité réduite, et une chambre d'hôte sont implantés sur la commune. Ce gîte, nommé le Point du jour, a été réalisé en autoconstruction[15]. Un estaminet randonnée[14] et un camping de 72 emplacements complètent l'offre touristique.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune est équipée de terrains de sports.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église abbatiale.

L'ancienne abbaye de Prémontrés est un monument classé.

L'église est actuellement église paroissiale (cad. E 271). Elle est classée par l'arrêté du 21 septembre 1983, au niveau des façades et toitures du bâtiment d'entrée avec ses deux pavillons, ainsi que du sol correspondant aux bâtiments conventuels détruits, notamment de l'ancien cloitre (cad. E 263, 262, 267 à 270, 272, 279) : inscription par arrêté du 21 septembre 1983[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel de la commune

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. relevé effectué par la Ligue de protection des oiseaux le 8 mai 2010
  2. roepstem.net - vlaanderen
  3. « Les maires de Licques », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 29 janvier 2015).
  4. M. D-L (CLP), « Licques : Brigitte Havart sera candidateaux élections municipales de mars 2014 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne) :

    « Maire intérimaire durant deux ans et demi à la suite du décès de Jacques Lefebvre (UMP), Brigitte Havart n’avait pu être reconduite dans cette fonction, Aliette Polaert l’ayant emportée avec la liste « Agir et innover » à la surprise générale »

    .
  5. M. D.-L. (CLP), « Licques : la maire, Aliette Polaert, règle ses comptes avant de partir : Aliette Polaert a profité de la cérémonie des vœux, samedi, pour annoncer qu’elle ne briguerait pas de nouveau mandat en mars. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  6. « Licques : Brigitte Havart, un premier mandat en tant que maire : Arrivée en tête au terme du premier tour avec quelque 54 % des voix, la liste de Brigitte Havart est passée de l’opposition à la majorité. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  7. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ (consulté le 29 janvier 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Évolution et structure de la population à Licques en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  14. a et b Restauration dans les 3 Pays
  15. Guide de l'écoconstruction en Caps et Marais d'Opale, syndicat mixte du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, 2010
  16. Bases de données Ministère de la culture