Offekerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Offekerque
Offekerque
La mairie.
Blason de Offekerque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Audruicq
Maire
Mandat
Clotilde Beaufils
2020-2026
Code postal 62370
Code commune 62634
Démographie
Population
municipale
1 178 hab. (2019 en augmentation de 2,7 % par rapport à 2013)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 56′ 31″ nord, 2° 01′ 10″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 5 m
Superficie 13,37 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marck
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Offekerque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Offekerque
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Offekerque
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Offekerque
Liens
Site web offekerque.fr

Offekerque est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

En retrait du littoral, Offekerque, village du Calaisis, est situé au nord-ouest d'Audruicq, son chef-lieu de canton. Recouvert en grande partie par des marais sillonnés par l'Oye et des petits watergangs, le territoire d'Offekerque est coupé en deux par l'autoroute A16.

À proximité de l'A16 se trouve un lac où le jet-ski est pratiqué.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Offekerque
Marck Oye-Plage
Guemps Offekerque Nouvelle-Église
Nortkerque

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Offekerque est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (93,7 %), zones urbanisées (5,8 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Houve en 1100, Hovekirke en 1556 et Offekierque en 1583.

Le nom d'Offekerque est initialement issu du néerlandais hoeve, hof (ferme, cour, enclos, ), on y a ajouté, au cours du bas Moyen Âge, l'élément néerlandais kerk (église), du germanique hove-kerk, signifiant « église de la ferme ».

Son nom en flamand est Offekerke [8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la route des invasions, la commune fut souvent éprouvée au cours des siècles, comme en témoignent les anciennes casemates disséminées sur son territoire.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, Offekerque dépend du commandement d'étapes (élément de l'armée organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement d'étapes, en arrière du front) ayant son siège à Nouvelle-Église [9]. En juillet 1917, la commune accueille ainsi de l'ordre de 1200 fusiliers-marins.

Le 30 septembre 1917, un soldat cantonné dans le village est mort de congestion en se baignant[10]. Le 1er décembre 1917, le commandement d'étapes est transféré à Saint-Folquin, dont relève dès lors la commune[9].

Lorsqu'un raid aérien ennemi est annoncé, le responsable du commandement d'étapes fait prévenir toutes les communes qui font partie du groupe afin que soit appliquée la principale consigne donnée dans cette situation : masquer les lumières. Le 22 mars, ce responsable signale, il l'avait déjà fait le 21 janvier 1918, qu'il ne peut prévenir par téléphone trois communes : Nouvelle-Église, Guemps et Offekerque, et ne dispose donc d'aucun moyen efficace pour faire parvenir le signal. À la date du 22 mars, les sécheries de chicorée situées sur les trois communes ne fonctionnent plus, ce qui rend moins essentiel de pouvoir faire parvenir le message d'alerte[11]. Offekerque a encore sur la commune un moulin en fonctionnement à cette époque. Il lui arrive de travailler la nuit mais les lumières sont toujours voilées, ce qui n'oblige pas à un avertissement spécial en cas d'alerte puisque les précaution sont prises de façon permanente. Le responsable du commandement d'étapes s'est rendu à Offekerque, qui est située à 10 km de Saint-Folquin par la route, le 21 mars 1918 pour discuter de la situation avec le secrétaire de mairie[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Calais du département du Pas-de-Calais.

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Saint-Omer pour intégrer l'arrondissement de Calais[12].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la Région d'Audruicq.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Marck.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la septième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1980 2001 Pierre Gorain    
mars 2001 2008 Georges Paris    
mars 2008 En cours
(au 1er avril 2022)
Clotilde Beaufils   Réélue pour le mandat 2014-2020[13],[14],[15]
Réélue pour le mandat 2020-2026[16],[17],[18]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2019, la commune comptait 1 178 habitants[Note 3], en augmentation de 2,7 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515474486552532595609637651
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
659663651615634580606650715
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
692678712658703683672670629
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6346356286987599391 0081 1221 160
2019 - - - - - - - -
1 178--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 42,4 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 14,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 601 hommes pour 571 femmes, soit un taux de 51,28 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,6 
3,2 
75-89 ans
4,9 
10,8 
60-74 ans
9,5 
22,9 
45-59 ans
21,8 
19,5 
30-44 ans
21,6 
19,6 
15-29 ans
17,7 
23,5 
0-14 ans
24,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Moulin des Olieux au Musée des moulins à Villeneuve-d'Ascq.
  • L'église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus date de 1936.
  • Monument aux morts.
  • Ancienne gare.
  • Anciennes casemates.
  • Sécherie à chichorée.
  • Moulin à vent appelé moulin Blanc ou moulin Lianne, situé rue du Sauve en Temps.
  • Il existait de 1901 à 1977 un autre moulin sur la commune (le moulin Gourdin ou moulin des Olieux), érigé auparavant à Audruicq, aujourd'hui restauré et installé depuis 1977 sur le site du musée des moulins à Villeneuve-d'Ascq.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gaston Vermeesch (1901-1984), maire de la commune pendant la Seconde Guerre mondiale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Offekerque.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’argent à la chouette de gueules

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Calais », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. roepstem.net - vlaanderen
  9. a et b « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  10. Journal d'opérations du commandement d'étapes de Nouvelle-Église, p. 94.
  11. a et b Journal de marche et d'opérations (J.M.O.) du commandement d'étapes de Saint-Folquin, p. 111, lire en ligne.
  12. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du Pas-de-Calais - Recueil des actes administratifs », sur http://www.pas-de-calais.gouv.fr/, (consulté le ).
  13. B.B. (CLP), « À Offerkerque, Clotilde Beaufils entame un deuxième mandat : Samedi après-midi a eu lieu l’installation du nouveau conseil municipal. Clotilde Beaufils, maire depuis 2008, a été réélue à l’unanimité des suffrages », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  15. « Notre série « projet des maires » : à Offekerque, ouverture imminente de la nouvelle salle communale : Comme elle l’a fait avec les bilans des maires avant les élections, « La Voix du Nord » propose une série consacrée cette fois à leurs projets. Quels engagements ? Quels grands chantiers ? Quelles priorités ? Les réponses de Clotilde Beaufils, maire d’Offekerque. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Cafeyn - reader », sur cafeyn.co (consulté le ).
  17. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  18. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Offekerque (62634) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).