Wamin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wamin
Wamin
Le château, monument historique.
Blason de Wamin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté de communes des 7 Vallées
Maire
Mandat
Philippe Lejosne
2020-2026
Code postal 62770
Code commune 62872
Démographie
Population
municipale
233 hab. (2019 en diminution de 2,1 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 51″ nord, 2° 03′ 41″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 122 m
Superficie 7,2 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Hesdin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxi-le-Château
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wamin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wamin
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wamin
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wamin

Wamin est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des 7 Vallées qui regroupe 69 communes et compte 29 653 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes :

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[1]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[2].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2] : la forêt domaniale d'Hesdin et ses lisières. Elle est située dans le Ternois et s’étend sur le plateau de l’Aa et sur le rebord sud d’un glacis incliné vers la dépression synclinale de la Canche[3].

et deux ZNIEFF de type 2[Note 3] :

  • la basse vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin. Cette zone humide recelant des marais tourbeux, s'étend d'Étaples à Hedin sur une superficie de 12 059 hectares[4] ;
  • les vallées de la Créquoise et de la Planquette. Cette ZNIEFF, d’une grande qualité écologique et esthétique, constitue un des paysages ruraux traditionnels du Nord-Pas-de-Calais les mieux conservés[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wamin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Hesdin, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 28 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,1 %), prairies (19,7 %), zones urbanisées (6,6 %), forêts (0,6 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En , par lettres prises à Versailles, la seigneurie de Wamin, relevant du roi de France du fait du château d'Hesdin, est érigée en marquisat (titre de marquis). Le fief se compose d'un beau château, de 180 mesures (environ 80 hectares) de terre, 40 mesures (un peu moins de 20 hectares) de prairies, et autant de bois. Elle est également une seigneurie à clocher, (le seigneur a un droit de regard sur les desservants de l'église) dont relèvent plus de 40 fiefs[13].

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

La ferme du Bois-Saint-Jean, ancienne commanderie des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, date des XIIe siècle et XIXe siècle,[14].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, en octobre 1915, des troupes relevées du front d'Artois, sont venues en cantonnement (récupération) sur la commune, de même que sur Rebreuviette, Oppy[15]...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des 7 Vallées.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton d'Auxi-le-Château.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Armand Alisse    
mars 2008 En cours
(au 14 avril 2022)
Philippe Lejosne   Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[16],[17],[18],[19]
Réélu pour le mandat 2020-2026[20],[21]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23].

En 2019, la commune comptait 233 habitants[Note 6], en diminution de 2,1 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474501426467475446455410464
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456469477481467432398423404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
372352349312318325333315300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
284263217272276263254252238
2018 2019 - - - - - - -
235233-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 116 hommes pour 119 femmes, soit un taux de 50,64 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
7,8 
75-89 ans
11,8 
20,7 
60-74 ans
21,0 
19,0 
45-59 ans
21,0 
16,4 
30-44 ans
17,6 
14,7 
15-29 ans
15,1 
21,6 
0-14 ans
13,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Wamin : le château, érigé au XVIIe siècle (1660) par François de Fléchin et vendu en 1811 à la famille Lefebvre de Gouy de Milly.
    À noter : les façades et toitures du château ; les deux pavillons d'entrée ; les deux escaliers intérieurs avec leur rampe en bois ; la pièce dite petit salon située dans l'axe du château avec son décor [28] ainsi que le parc [29]. L'ensemble du château et de ses dépendances sont inscrits aux Monuments historiques depuis un arrêté du .
  • La ferme du Bois-Saint-Jean, l'ensemble des bâtiments de ferme est inscrit aux Monuments historiques[30], depuis un arrêté du .
  • L'église Notre-Dame-de-l’Assomption, dont la base du clocher date du XVIe siècle[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Édouard de Fléchin, seigneur de Wamin, est chef d'un régiment de cavalerie au XVIIe siècle. Il est mort colonel de cavalerie après s'être distingué au siège de Saint-Omer[13].
  • François de Fléchin, seigneur de Wamin, fils d'Édouard, reçoit en , des lettres prises à Versailles, lui accordant le titre de marquis. François de Fléchin, jusque là, écuyer et seigneur de Wamin, a servi en qualité de page à la Chambre du roi pendant trois ans puis a été trois ans officier subalterne dans le régiment de cavalerie de feu le sieur de Wamin, son père, dans lequel le roi lui a donné une compagnie incorporée ensuite dans le régiment de Bardage (ou Bordage). François de Fléchin est resté neuf ans dans ce régiment et a participé à plusieurs batailles, aux prises de Condé, Bouchain, Gand, Ypres, Saint-Omer, Cambrai et Valenciennes (Guerre de Hollande terminée par les traités de Nimègue en 1678). Son grand-père commandant le régiment de Rambux (régiment de Rambures?) a été tué au siège de La Rochelle, les deux frères de son aïeul étant également tués, l'un le sieur de La Ferté, proche du château de Caumont près d'Hesdin étant major de cavalerie, et l'autre au siège d'Aire, capitaine d'infanterie[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Wamin

Les armes de Wamin se blasonnent ainsi :

fascé d'or et de sable de six pièces.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF 310007265 - Forêt domaniale d'Hesdin et ses lisières », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « ZNIEFF 310013699 - La basse Vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310013285 - Les vallées de la Créquoise et de la Planquette », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Hesdin », sur insee.fr (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. a b et c Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 57, lire en ligne
  14. Alexis Degroote, « La commanderie du bois Saint-Jean de Wamin, un joyau historique, architectural et naturel : C'est un lieu chargé d’histoire, qui se cache à Wamin. Un lieu finalement reconnu il y a peu puisqu’inscrit aux Monuments historiques en 2009 et qui connait une renaissance grâce à ses propriétaires Hélène et Aymard de Montigny. Ce site, c’est la commanderie du bois Saint-Jean, que vous pourrez bien évidemment découvrir ce week-end à l’occasion des Journées du patrimoine… », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e0052b0237b5542e/53a7de90629d2
  16. Camille Gaubert, « Le bilan du maire de Wamin Philippe Lejosne : l’école et l’église au centre des préoccupations : Philippe Lejosne, le maire de Wamin, a décidé de se représenter aux prochaines Municipales. L’agriculteur porte un regard critique sur la fonction de maire d’une commune rurale de 260 habitants, qu’il a découverte en 2008. « Le premier magistrat a peu de pouvoir de décision. Il n’est qu’une boîte aux lettres », avoue Philippe Lejosne », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Wamin : Philippe Lejosne reconduit dans son fauteuil de maire : Vendredi s’est tenue à la mairie la réunion d’installation du conseil municipal élu les 23 et 30 mars, ainsi que l’élection du maire et des adjoints », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  19. J.-L. Munier (CLP), « Wamin – « Avant tout, il faut assurer la défense contre l’incendie sur la RD 928 » : Nous avons rencontré Philippe Lejosne qui a entamé son deuxième mandat en qualité de maire. Après la défense incendie, l’édile veut se consacrer à la réhabilitation de l’école et de la mairie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wamin (62872) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  28. « Le Château de Wamin », notice no PA00108440, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Le parc », notice no IA62001098, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « La Ferme du Bois-Saint-Jean », notice no PA62000105, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Wamin : l’église Notre-Dame de l’Assomption tout juste rénovée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).