Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marseille (homonymie).
Marseille
En haut, basilique Notre-Dame-de-la-Garde. En bas à gauche, la Calanque de Sugiton, à droite un bateau sur le Vieux-Port, la Tour CMA-CGM sur le port de la Joliette.
En haut, basilique Notre-Dame-de-la-Garde. En bas à gauche, la Calanque de Sugiton, à droite un bateau sur le Vieux-Port, la Tour CMA-CGM sur le port de la Joliette.
Blason de Marseille
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (préfecture)
Département Bouches-du-Rhône
(préfecture)
Arrondissement Marseille
(chef-lieu)
Canton Bureau centralisateur de douze cantons
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence (Marseille-Provence)
Maire
Mandat
Jean-Claude Gaudin (LR)
2014-2020
Code postal 13001 à 13016
Code commune 13055 et de 13201 à 13216
Démographie
Gentilé Marseillais
Population
municipale
855 393 hab. (2013)
Densité 3 555 hab./km2
Population
aire urbaine
1 727 070 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 47″ Nord 5° 22′ 12″ Est / 43.296346, 5.369889
Altitude Min. 0 m – Max. 652 m
Superficie 240,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Marseille

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Marseille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marseille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marseille
Liens
Site web marseille.fr

Marseille[Note 1],[Note 2] est une commune du Sud-Est de la France, chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

En 2013, par sa population, Marseille constitue la deuxième commune de France[1], avec 855 393 habitants et la troisième agglomération avec 1 565 879 habitants[2]. Marseille est depuis le le siège de la métropole d'Aix-Marseille-Provence[3], la seconde plus importante de France avec plus d'1,8 millions d'habitants. Son aire urbaine est quant à elle la troisième de France après celles de Paris et Lyon avec 1 727 070 habitants[4].

Plus ancienne ville de France[5], fondée sous le nom de Μασσαλία (Massalía) vers 600 av. J.-C. par des marins grecs originaires de Phocée, Marseille est depuis l'Antiquité un important port de commerce et de passage. Elle connait notamment un essor commercial considérable au cours du XIXe siècle devenant une ville industrielle et négociante prospère[6].

Héritage de ce passé, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) et l'économie maritime sont encore des pôles majeurs de l'activité régionale et nationale[7] et Marseille reste le premier port français, le deuxième port méditerranéen[8] et le cinquième port européen[9].

L'ouverture de Marseille sur la mer Méditerranée en fait depuis ses origines une ville cosmopolite d'échanges culturels et économiques avec l'Europe du Sud, le Proche-Orient, l'Afrique du Nord et l'Asie. Elle est d'ailleurs souvent considérée comme la « Porte de l'Orient »[10].

Sommaire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Drachme de la cité antique de Massalia où apparaît le début du nom « ΜΑΣΣΑ ».

Le nom de Marseille provient du grec Μασσαλία (Massalía, accent tonique sur le « i »), nom sous lequel est fondée la ville par des Grecs venus de Phocée (Φώκαια / Phṓkaia). Plusieurs hypothèses existent pour expliquer l'origine de ce nom.

La première donne Mas Saliens, la résidence des Salyens[11], mais mas est un mot provençal d'origine latine[12] et Saliens est celte. Une autre explication donnerait le nom comme issu du grec Mάσσα (Massa), les Phocéens ayant rapporté d'Asie Mineure l'habitude de donner ce nom à des villes, châteaux, rivières, etc. (on trouve par exemple plus de trente Massa en Italie). Le mot μάζα ou plutôt μᾶζα (avec une hypothétique variante μᾶσα) correspond au latin libum, offrande de gâteaux sacrés, et la finale - λεις, serait un formatif des adjectifs, les Massaliotes étant des sacrificateurs et la ville, celle des sacrifices.

Une explication plus plausible est celle proposée par Ernest Nègre, qui pense que le lieu est baptisé par les Phocéens, à partir d’un hydronyme courant en Grèce, Massalia[13]. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, autres toponymistes, pensent à un nom ligure[14]. Paul Noujaim suggère quant à lui que le nom vient du phénicien Mars-el, ou Port de Dieu, la ville ayant été élevée sur l'emplacement d'un ancien établissement phénicien[15].

À l'époque romaine, Massalia devient Massilia (accent tonique sur le premier i), puis Marselha en occitan provençal[13] dont le nom français « Marseille » est issu (le « a » final semi-sonnant, étant transposé en « e »).

Le nom actuel en occitan provençal est toujours Marselha pour l'orthographe classique ou Marsiho pour l'orthographe mistralienne (prononcé /maʀˈsijɔ/ dans les deux cas)[16],[17]. On appelle la ville Marsiglia en italien, Marsella en catalan et en espagnol, Marselha en portugais, Marseilles ou Marseille en anglais, on l'a appelé Massilien autrefois en allemand mais Marseille de nos jours et enfin مرسيليا (Marsilya) en arabe, où le mot arabe marsa veut dire « port » et le mot arabe Iliya veut dire « Jérusalem » (à rapprocher du nom latin Aelia).

Parmi les surnoms donnés à la ville, Marseille est appelée selon Chateaubriand « L'Athènes des Gaules » durant l'Antiquité[18], la « cité phocéenne » en référence à sa fondation par les Phocéens, « la ville rebelle » du fait de son opposition répétée au pouvoir parisien au cours de son histoire[19],[20] ou encore la « Porte de l'Orient » pour sa situation comme port des colonies. Pendant la Convention, en punition de son implication dans le mouvement fédéraliste, Marseille est temporairement débaptisée : du 6 janvier au 12 février 1794, elle est officiellement ville « sans nom » et ainsi désignée[21],[22].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Marseille vu par le satellite Spot

Située au sud-est de la France, en Provence, Marseille est bordée par la Méditerranée à l'ouest, enserrée par le massif de l'Estaque et le massif de l'Étoile au nord, le Garlaban à l'est, le massif de Saint-Cyr et le mont Puget au sud-est et le massif de Marseilleveyre au sud. De par sa position, Marseille est, par voies express, à 775 km de Paris, 316 km de Lyon, 204 km de Nice, 405 km de Toulouse, 400 km de Gênes, 373 km de Turin[Note 3] et 501 km de Barcelone.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marseille
Le Rove Les Pennes-Mirabeau
Septèmes-les-Vallons
Simiane-Collongue
Plan-de-Cuques
Allauch
Marseille La Penne-sur-Huveaune
Aubagne
Mer Méditerranée Cassis

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Huveaune et son affluent le Jarret, entièrement recouvert dans la partie urbaine de la ville, sont, avec le ruisseau de la Caravelle qui passe aux Aygalades, les principaux cours d'eau traversant Marseille. L'Huveaune et la Caravelle sont des fleuves côtiers aux débits relativement faibles. Le système hydrographique du bassin de la ville est caractéristique du milieu méditerranéen : le débit d'eau est faible mais ses cours d'eau connaissent des crues importantes en cas de pluie. L'eau est très fortement canalisée, souvent à la source même de ces cours d'eau et irrigue l'ensemble du bassin[23]. Dans le cas des cours d'eau marseillais, ceux-ci sont ré-alimentés en eau par le trop-plein du canal de Marseille.

Depuis plus de dix ans l'Huveaune, juste après le point de confluence avec le Jarret, est déviée vers la station d'épuration des eaux de Marseille car son embouchure polluait les plages de la ville. L'eau traitée est ensuite rejetée au sud de la ville, dans les calanques, par l'émissaire de Cortiou, qui lui aussi pose un gros problème de pollution - d'autant plus que le rejet s'effectue dans un parc national d'exception[24].

Marseille est alimentée en eau potable à 75 % par le canal de Marseille (eaux de la Durance) et à 25 % par le canal de Provence (eaux du Verdon).

Mer[modifier | modifier le code]

La commune de Marseille a une façade maritime de 57 kilomètres dont 24 kilomètres de calanques.

Les calanques de Marseille s'étendent sur plus de vingt kilomètres de côtes sur la mer Méditerranée entre le village des Goudes, au sud-ouest de la ville et Cassis. C'est un des sites les plus remarquables de France et une zone majeure de ressources naturelles et d'activités sportives. Les calanques comptent un million de visiteurs par an.

À l'issue d'un processus entamé en 1999, un Parc national des calanques a été créé en 2012[25], afin d'en protéger le patrimoine naturel en terre et sur mer. Il regroupe un territoire de 11 100 hectares sur terre, entre les communes de Marseille, Cassis et La Ciotat et 141 300 hectares en mer[26]. C'est le premier parc national périurbain d'Europe.

Les principales plages sont les plages du Prado, Les Catalans, la Pointe Rouge, la plage du Prophète. Les plages du Prado, officiellement « plages Gaston Defferre », ont été aménagées par les remblais obtenus par le creusement des tunnels du métro.

Marseille compte également près de 100 sites de plongée sous-marine[27], les plus renommés étant l'archipel de Riou, l'archipel du Frioul et l'île de Planier.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Si la région Provence-Alpes-Côte d'Azur comporte des zones à risques sismiques, en particulier dans les régions de Nice et d'Aix-en-Provence, les risques semblent négligeables pour Marseille[28].

Climat[modifier | modifier le code]

Mistral sur l’archipel du Frioul et le château d'If

Le climat de Marseille est typiquement méditerranéen. La ville bénéficie d'une durée exceptionnelle d'ensoleillement, avec plus de 2 800 heures de soleil par année, notamment grâce au mistral, vent froid et sec qui souffle en moyenne 93 jours par an. Il y a en moyenne 515 mm de précipitations par an – elles sont les plus faibles de France au sein de la rade marseillaise, moins de 300 mm par an sur l'île Pomègues[29] – et 57 jours de pluie (dont 39 dépassant 2,5 mm) principalement en automne-hiver. La température moyenne à Marseille est de 15,5 °C.

Malgré un climat généralement clément, des épisodes extrêmes sont enregistrés. Ainsi, le thermomètre a atteint - 16,8 °C le 12 février 1956 et +39,7 °C le 26 juillet 1983 à la station de l’aéroport Marignane (soit 25 km à l’intérieur des terres)[30] mais le record de chaleur du centre-ville de Marseille est de 36,6 °C le 7 août 2003. Le 14 janvier 1987[31] et le 7 janvier 2009 on a mesuré plus de 10 cm de neige, ce qui a complètement paralysé la ville[Note 4],[32].

Les relevés météorologiques sont faits à l'aéroport de Marignane, à 25 km de la ville de Marseille à l'intérieur des terres.

Relevé météorologique de l'aéroport de Marseille Provence
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,9 3,6 6 9,1 13,1 16,5 19,1 18,7 15,7 12,4 7,2 3,9 10,8
Température moyenne (°C) 7,2 8,1 11 13,9 18 21,9 24,8 24,4 20,6 16,7 11,2 8 15,5
Température maximale moyenne (°C) 11,2 11,8 15,7 18,3 22,4 26,3 29,4 29,1 25,5 20,5 15 11,5 20,2
Record de froid (°C) −12,4 −16,8 −10 −2,4 0 5,4 7,8 8,1 1 −2,2 −5,8 −12,8 −16,8
Record de chaleur (°C) 19,9 22,1 25,4 29,6 34,9 37,6 39,7 39,2 34,3 30,4 25,2 20,3 39,7
Nombre de jours avec gel 9,1 5,7 1,8 0 0 0 0 0 0 0 2,1 7,1 25,8
Nombre de jours avec température maximale ≥ 25 °C 0 0 0 1 8,7 21,5 29,5 29,1 18,2 3,4 0 0 111,4
Nombre de jours avec température maximale ≥ 30 °C 0 0 0 0 0,6 6,5 17,3 14,9 1,7 0,1 0 0 41,1
Nombre de jours avec température maximale ≥ 35 °C 0 0 0 0 0 0,2 0,9 0,9 0 0 0 0 2
Ensoleillement (h) 145,1 173,7 238,7 244,5 292,9 333,4 369,1 327,4 258,6 187,1 152,5 134,9 2 857,8
Record de vent (km/h) 130 122 130 119 101 115 112 162 137 119 112 119 162
Précipitations (mm) 48 31,4 30,4 54 41,1 24,5 9,2 31 77,1 67,2 55,7 45,8 515,4
Record de pluie en 24 h (mm) 63 54,2 41,2 65,7 62 43 51,6 85,6 96 161,3 64 52,3 161,3
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 1 mm 6,5 6 5,5 5,3 4,9 3,5 1,6 3 3,6 5,8 5,1 6 56,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 2,7 3,1 2,8 2,7 2,2 1,7 0,9 1,4 2,2 3,3 2,9 2,9 28,8
Humidité relative (%) 75 72 67 65 64 63 59 62 69 74 75 77 68,5
Nombre de jours avec neige 0,8 0,4 0,1 0 0 0 0 0 0 0 0,2 0,7 2,2
Nombre de jours d'orage 0,6 0,9 1 1,2 2 2,6 1,7 2,9 2,7 2,5 1,5 0,7 20,3
Nombre de jours avec brouillard 2,1 1,4 0,9 0,3 0,2 0 0,1 0 0,7 1,3 1,7 2,3 11
Source : [1], [2]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11,2
2,9
48
 
 
 
11,8
3,6
31,4
 
 
 
15,7
6
30,4
 
 
 
18,3
9,1
54
 
 
 
22,4
13,1
41,1
 
 
 
26,3
16,5
24,5
 
 
 
29,4
19,1
9,2
 
 
 
29,1
18,7
31
 
 
 
25,5
15,7
77,1
 
 
 
20,5
12,4
67,2
 
 
 
15
7,2
55,7
 
 
 
11,5
3,9
45,8
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La topographie première du site de la Marseille grecque est encore largement perceptible de nos jours, malgré les importantes modifications du XIXe siècle. Promontoire environné par la mer, le site est dominé par trois buttes successives : la butte Saint-Laurent (26 mètres d'altitude en 1840), la butte des Moulins (42 mètres) et la butte des Carmes (environ 40 mètres)[33].

L'occupation humaine du site est ancienne, comme en témoigne la découverte, entre 1985 et 1991, de la grotte Cosquer par Henri Cosquer, occupée entre 27 000 et 19 000 avant le présent. Par ailleurs, en juin 2005[34], des fouilles ont mis au jour des vestiges d'une implantation néolithique qui remonte à 6 000 avant notre ère, près de la gare Saint-Charles, autour de la rue Bernard du Bois[35].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marseille antique.

Massalia, cité grecque[modifier | modifier le code]

Fondation de la ville : la légende de Gyptis et Protis[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Mythe fondateur de Marseille.
Colonie grecque à Marseille. Peinture de Pierre Puvis de Chavannes (1868).

La fondation de Marseille, qui remonte aux environs de 600 av. J.-C., est le fait de colons grecs venus de Phocée (aujourd'hui Foça en Turquie) ; ce peuplement fut notamment favorisé par les Phocéens fuyant les invasions perses en 546 av. J.-C.. La date de -600 est donnée par différents auteurs antiques avec des variantes et les découvertes archéologiques ne la contredisent pas. Les conditions exactes de la fondation de la ville sont inconnues si ce n'est la légende rapportée par deux auteurs antiques : Justin et Aristote.

D'après Justin, le territoire qui forme aujourd'hui Marseille était occupé par une tribu des Ligures, celle des Ségobriges, qui se serait implantée vers l'actuelle Allauch. Deux navarques grecs, Protis et Simos, arrivèrent avec leur flotte pour établir une base commerciale dans le port naturel du Lacydon et participer au commerce de l'étain et de l'ambre. Le jour de l'arrivée des Grecs, le chef de la tribu ligure, Nanos, organisa un festin au cours duquel sa fille Gyptis avait à choisir son époux en lui tendant une coupe d'eau. Les Grecs furent invités à se joindre au banquet et le jeune chef de ceux-ci, Protis, fut choisi, scellant ainsi la fondation d'une nouvelle cité qu'il érigea sur les bords de la corne du Lacydon[36].

Évolution de Massalia[modifier | modifier le code]

Les fouilles archéologiques ont révélé les vestiges des premières traces de l'habitat grec directement au contact d'un sol vierge sur la partie la plus occidentale de la butte Saint-Laurent. Très vite la ville s'agrandit et s'étend jusqu'au versant oriental de la butte des Moulins. Enfin, elle englobe la troisième butte (des Carmes) avant la fin du VIe siècle av. J.-C.. Une dernière extension à l'époque hellénistique lui permet d'atteindre une surface d'environ 50 hectares, que la ville ne dépassera plus avant le XVIIe siècle.

Le jardin des Vestiges, découvert en 1967 durant des travaux de construction du Centre-Bourse sur l'emplacement du premier port de la ville antique.

La fortification grecque de la fin du VIe siècle av. J.-C. a été retrouvée en deux points de la ville : au jardin des Vestiges et sur la butte des Carmes, lors de fouilles d'urgence dans les années 1980. Une reconstruction a lieu à l'époque grecque classique, dans la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C. et, vers le milieu du IIe siècle av. J.-C., l'ensemble de la fortification est reconstruite en grand appareil de calcaire rose. Ce rempart est encore visible dans le jardin des Vestiges[37].

L'intérieur de la ville est découpé en îlots, avec des rues à angle droit qui constituent des ensembles cohérents, adaptés à la topographie naturelle du site. Ainsi le long du rivage les voies ont-elles des axes changeants, tandis que les pentes de buttes sont quadrillées de façon régulière[38].

À l'extérieur des murs, les fouilles récentes ont mis en évidence une cadastration établie dès la fin du VIe siècle av. J.-C., ainsi que l'exploitation de carrières d'argile que l'on trouvait abondamment dans le substrat géologique (site de l'Alcazar) ; par la suite se développe au même emplacement une culture de la vigne et probablement d'autres plantations[39]. Les nécropoles sont connues soit par des découvertes anciennes soit par la fouille, en 1990, du parc Sainte-Barbe[40].

La Marseille grecque connaît une forte croissance et devient une cité prospère, vivant des relations commerciales fortes avec la Grèce, l'Égypte, l'Asie Mineure puis Rome. La ville est indépendante et s'administre librement : elle est gouvernée par un directoire de 15 « premiers » choisis parmi 600 sénateurs (Strabon, IV, 1,5). Trois d’entre eux avaient la prééminence et l’essentiel du pouvoir exécutif.

Marseille est le point de départ de la diffusion de l'écriture chez les peuples gaulois, qui ont appris à transcrire leur propre langue en caractères grecs. C'est aussi probablement par Marseille que sont introduits en Gaule les premiers vignobles[41].

Marseille et Rome[modifier | modifier le code]

Au cours du IIe siècle av. J.-C., Marseille se retrouve confrontée à la puissance grandissante de ses voisins gaulois, en particulier des Salyens. Pour faire face à leur menace, la cité fait appel à son alliée Rome, devenue la grande puissance méditerranéenne.

Cliente de Jules César et de Pompée, Marseille refuse en -49 de prendre parti dans la Guerre civile, tout en accueillant les émissaires de Pompée. Battue en mer et assiégée par trois légions pendant deux mois par César puis par son légat Gaius Trebonius, la ville est prise (Bellum Civile, livre I, 34-36, etc.), privée de ses colonies[42] et doit se soumettre à Rome. Les Romains la rattachent à la province Narbonnaise.

À l'époque d'Auguste, la ville connaît une nouvelle grande phase de construction. L'agora-forum est reconstruit comme en témoignent les fragments de dallages découverts par Fernand Benoit au sud des Caves de Saint-Sauveur. Le forum est bordé à l'ouest par un autre grand édifice, le théâtre, dont quelques gradins ont été conservés jusqu'à nos jours dans l'enceinte du collège du Vieux-Port[43]. Des thermes sont installés le long du port : les vestiges, remontés sur la place Villeneuve-Bargemon, sont aujourd'hui visibles quasiment à leur emplacement d'origine derrière l'Hôtel de Ville[44].

Pendant le Haut Empire, la zone portuaire est considérable[45] : elle s'étend sur la rive nord de la calanque du Lacydon, en suit la corne du port (Jardin des Vestiges) dont le quai est reconstruit à l'époque flavienne, et se prolonge au fond du Vieux-Port actuel. Dans cette zone, les fouilles de la place Général-de-Gaulle ont dégagé une grande esplanade empierrée qui peut correspondre à des salines aménagées. De nombreux entrepôts à dolia sont connus ; une partie de l'un d'entre eux a été conservée en rez-de-chaussée du Musée des docks romains.

Puis, durant le Bas Empire, la ville semble décliner légèrement au profit vraisemblablement d'Arles.

Antiquité tardive[modifier | modifier le code]

Marseille se développe à nouveau à partir du Ve siècle de notre ère. À l'intérieur de la ville, la construction d'une première grande cathédrale marque la puissance de l'évêque, probablement Proculus, qui tient à rivaliser avec Arles. Deux basiliques funéraires ont été retrouvées en fouille[46]. L'une, hypothétique, fouillée pour moitié dans l'emprise des immeubles du cours Belsunce par J. et Y. Rigoir en 1959 et par G. Bertucchi dans la construction du Centre Bourse en 1974. La seconde est clairement attestée par la fouille de M. Moliner, rue Malaval (2003-2004), avec la découverte d'une memoria intacte sous le chœur[47].

Sur la corne du port, comblée, se développe un habitat dont on retrouve la trace, hors les murs, jusqu'à l'actuelle bibliothèque de l'Alcazar (fouille M. Bouiron). Sur ce site, on a pu mettre en évidence une continuité directe avec les constructions romaines ; un groupe de bâtiments se développe progressivement entre le Ve siècle et le VIIe siècle, avec dans un dernier état, un vaste bâtiment de type entrepôt. Les bâtiments sont abandonnés au début du VIIIe siècle[48].

La vitalité du commerce est perceptible par les découvertes de productions céramiques venant de toute la Méditerranée, témoins privilégiés des marchandises qui affluent à Marseille durant la période ostrogothique et mérovingienne. Puis, prise dans les remous des conflits entre rois francs, la ville semble perdre de son importance à partir de la reprise en main de la Provence par Charles Martel et le pillage de la ville qui l'accompagne.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Haut Moyen Âge et Moyen Âge central[modifier | modifier le code]

Marseille est pillée par les Sarrasins en 838 et par les pirates grecs en 848[49].

En 904, l'abbaye Saint-Victor se voit dotée de la rive sud du port par le roi de Provence Louis l'Aveugle. L'époque reste incertaine, avec les démêlés des derniers carolingiens tout entiers tournés vers l'Italie et n'hésitant pas à traiter avec les Sarrasins lorsque leurs ambitions le nécessitent. Ces derniers en 923 dévastent le monastère de Saint-Victor et le territoire marseillais. À partir du milieu du Xe siècle, la situation se stabilise. Le comte de Provence choisit un frère de l'évêque Honoratus de Marseille, fils d'Arlulf de Marseille, Guillaume, comme vicomte de Marseille. Ses descendants seront pendant plusieurs générations soit évêque soit vicomtes de Marseille.

La topographie de l'époque est difficilement perceptible[50]. Il existe une fortification réduite sur le sommet de la butte Saint-Laurent, c'est le château Babon (castrum Babonis) des textes du XIIe siècle. Le nom de Babon fait référence à un évêque, mentionné à propos d'un polyptyque perdu de l'abbaye de Saint-Sauveur et qui pourrait avoir exercé au cours du IXe siècle. La délimitation de cette enceinte est difficile car cette fortification a déjà pratiquement disparu à la fin du XIVe siècle et aucun vestige n'en est connu. Englobant une partie de la ville haute appartenant à l'évêque, elle devait contenir la zone du fort Saint-Jean et arriver jusqu'à la rue Fontaine-des-Vents, au voisinage de l'actuelle place de Lenche. M. Bouiron a mis en évidence, au contact de cette fortification, un deuxième ensemble fortifié centré autour de la Major, le bourg de la Major qui contient une partie de la butte des Moulins.

Passé l'an mille, Marseille se révèle à nouveau un port florissant qui participe aux Croisades. Les Marseillais sont présents en Afrique du Nord et possèdent un quartier à Saint-Jean d'Acre. Si la prise de cette dernière met un terme à l'aventure en Terre sainte, leur présence est largement attestée en Méditerranée tout au long du Moyen Âge.

De nombreux conflits émaillent par ailleurs l'histoire entre les comtes de Provence et Marseille, qui jouit d'une certaine indépendance commerciale :

L'indépendance économique et politique de Marseille par rapport à la France perdure jusqu'à la fin du XVe siècle et[Contradiction] Charles Ier d'Anjou.

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Marseille en 1575

La grande peste pénètre en Europe par le port de Marseille en 1347. En 1423, la prise de la ville par les Catalans et la destruction qui s'ensuit occasionnent un profond déclin à la fin du Moyen Âge.

Le , le comte de Provence René d'Anjou, qui a succédé à son frère Louis III d'Anjou, comme roi de Sicile et duc d’Anjou, arrive à Marseille et favorise par des privilèges le relèvement de la ville, qu'il considère comme une base maritime stratégique pour reconquérir son royaume de Sicile.

Les Marseillais, en contrepartie, se chargent de la reconstruction des remparts. Le roi René, qui souhaite équiper l'entrée du port d'une solide défense, décide de faire construire sur les ruines de l’ancienne tour Maubert, une nouvelle tour plus importante. Jean Pardo, ingénieur, en conçoit les plans et Jehan Robert, maçon de Tarascon, exécute les travaux. Cette construction s’échelonne de 1447 à 1453. Le roi fait édifier les fondations du piédestal, puis les travaux sont suspendus faute de crédits et c’est finalement grâce à l’aide des habitants de Marseille et notamment de la corporation des pêcheurs qu’ils peuvent reprendre. Cette tour, dite tour du roi René, sera englobée au XVIIe siècle dans le fort Saint-Jean construit sur ordre de Louis XIV.

En 1516, François Ier, en pèlerinage dans la région, est attiré par la curiosité de voir un rhinocéros (cet animal est un cadeau du roi du Portugal Emmanuel Ier au pape Léon X, le navire faisant escale sur l'île d'If). François Ier rend une visite à la ville et en profite pour en étudier la situation géographique et estime alors qu'elle manque de défense.

En 1524, l'armée Française perd la dernière bataille d'Italie et se replie, poursuivie par ses ennemis et leurs alliés. l'armée du Saint-Empire romain germanique pille les environs et assiège Marseille. La ville résiste et permet à l'armée française de se réorganiser et de contraindre l'armée du Saint-Empire de retourner sur ses terres. La prise de la ville est évitée de peu et rend encore plus évidente la nécessité de renforcer les défenses de la ville. François Ier ordonne la construction de deux forts royaux, l'un sur l'île d'If et l'autre, à Notre-Dame de la Garde. Il fait ainsi bâtir le château d'If entre 1526 et 1529 et fait ériger un rempart en pierre à Notre-Dame de la Garde. En 1536, les travaux de Notre-Dame de la Garde sont achevés, à temps pour défendre la ville contre les troupes de Charles Quint, qui est lui aussi repoussé.

XVIe et XVIIe siècles : la ville rebelle[modifier | modifier le code]

Charles de Casaulx, qui contrôle la ville de 1591 à son assassinat en 1596.
Marseille, gravure de Martin Martini 1602.

Lors des guerres de religion, Marseille parvient dans un premier temps à se tenir à l'écart des conflits et accueille de nombreux réfugiés des combats. Elle adhère toutefois à la Ligue catholique en 1589. À la mort d'Henri III, Marseille refuse de reconnaitre son successeur Henri de Navarre : « une gigantesque procession menée par les consuls se [rend] à la porte Réale » et érige une croix en signe de défiance de la « première [ville] christianisée du royaume. »[51]

En , le leader des ligueurs radicaux, Charles de Casaulx, est élu premier consul. À l'automne 1592, le Conseil de ville rejette l'autorité du Parlement d'Aix et déclare ne plus obéir qu'à l'autorité du duc de Mayenne, chef de la Ligue. Casaulx prend alors des initiatives menant la ville sur la voie de l'indépendance : construction d'un fort à l'entrée du port, rétablissement d'un grenier à sel et affranchissement de la gabelle, création d'une imprimerie. En , Henri de Navarre abjure la foi protestante ; il est reconnu roi par le pape puis, en par le duc de Mayenne. Seule Marseille refuse de se soumettre et Casaulx demande l'aide de Philippe II d'Espagne. Le , des troupes françaises se massent devant les remparts de la ville ; alors qu'il accourt sur place, Casaulx est assassiné par Pierre de Libertat, qui fait ensuite ouvrir les portes de la ville. En apprenant la réduction de la ville Henri IV aurait dit : « C'est maintenant que je suis roi de France[51]. »

Marseille continue toutefois dans les années qui suivent à contester le pouvoir royal. En 1615, la population attaque le bureau de perception de la taxe foraine, tuant les commis et brulant les registres. En 1634, une émeute de pêcheurs conteste la hausse du sel. En 1635 puis en 1644, des habitants se révoltent contre de nouveaux règlements royaux concernant les monnaies. En 1652, profitant de la Fronde aixoise, les Marseillais prennent les péages de Bouc-Bel-Air, d'Aubagne et des Pennes. En 1659, un émissaire du roi est pris à partie par la foule et mis en pièces[52].

Louis XIV se rend alors sur place pour mettre fin aux troubles. En 1660, établi à Aix, il annonce que Marseille sera soumise à une occupation militaire et que les institutions municipales seront complètement réformées. La porte Réale, devant laquelle les comtes de Provence puis les rois de France devaient jurer de respecter les libertés de la ville avant d'y pénétrer, est abattue. Pour surveiller la ville, le fort Saint-Jean et le fort Saint-Nicolas sont construits à l'entrée du port. Le , Louis XIV fait symboliquement son entrée dans Marseille par une brèche ouverte dans les remparts, comme si la ville était conquise[52].

XVIIe et XVIIIe siècles : l'essor commercial[modifier | modifier le code]

Plan de Marseille en 1720

Si Marseille a pratiquement ignoré la Renaissance, elle se transforme à partir du XVIIe siècle, entre esprit classique et baroque, sous l'influence notamment de Pierre Puget[53]. Après la soumission de la ville par Louis XIV, l'agrandissement en est décidée. Pour la première fois, Marseille s'étend au-delà de ses murailles médiévales. Le cours (aujourd'hui cours Belsunce et cours Saint-Louis), est construit en 1670.

En , Jean-Baptiste Colbert fait de Marseille un port franc, supprimant la quasi-totalité des droits. En 1685, un édit interdit aux marchandises du Levant d'entrer dans le royaume par un autre port que Marseille, qui se retrouve ainsi en situation de monopole. La Chambre de commerce, la plus ancienne de France, fondée en 1599, reçoit la gestion du commerce français avec le Levant et la Barbarie. Ces dispositions attirent une nouvelle prospérité grâce au commerce méditerranéen. À partir de 1700, Marseille se lance dans le commerce océanique, d'abord dans le trafic d'argent avec l'Amérique du Sud, puis des alcools, sucre et café avec les Antilles[54].

À la fin du XVIIIe siècle, Marseille est le premier port de Méditerranée, devant Gênes. Si la peste de 1720 porte un rude coup à la démographie de la ville (38 000 victimes sur 75 000 habitants)[55], celle-ci se rétablit vite et atteint son niveau d'avant la peste dès 1730[54].

En dehors de la cité, le terroir marseillais, comprenant d'une cinquantaine de villages et de riches familles exploitantes agricoles, profite de cette prospérité. La principale richesse du terroir est le vin, qui est vendu en ville où aucun vin étranger n'est autorisé[54].

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Marche des Marseillois, chantée dans différents théâtres

Il faut attendre la Révolution française et l'uniformisation du territoire français (langue, monnaie, droit) pour que Marseille perde cette spécificité qu'elle a toujours tenté de conserver. Ce n'est sans doute pas pour rien que le chant révolutionnaire de Rouget de Lisle plaît aux Marseillais et est appelé la Marseillaise.

Révoltée contre la Convention, Marseille est officiellement débaptisée et désignée du 6 janvier au 12 février 1794 comme la ville « sans nom » [22].

La Marseillaise[modifier | modifier le code]

En 1792, Rouget de Lisle, jeune officier du génie, compose à Strasbourg le Chant de guerre de l'Armée du Rhin. Cet hymne, qui a été édité, parvient à Marseille qui a accueilli la Révolution avec enthousiasme. La ville, envoyant à Paris 500 volontaires, leur offre un banquet, au cours duquel un certain François Mireur chante l'œuvre venue d'Alsace. Elle soulève l'enthousiasme et les assistants la reprennent en chœur. Quand ils défilent dans les rues de Paris, leurs voix chaudes de Méridionaux, qui lancent à toute volée les strophes enflammées, électrisent la foule. Le nouvel hymne trouve aussitôt son nom : c'est la Marseillaise. Une plaque commémorative de Rouget de Lisle est visible rue Thubaneau au centre de Marseille.

Du XIX au début du XXe siècle : Marseille, port des colonies[modifier | modifier le code]

De 1860 au début de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle, avec son cortège d'innovations industrielles (dont l'apparition de la navigation à vapeur), la fin de la piraterie barbaresque et les traités de libre échange des années 1860, les conquêtes coloniales de la France à partir de 1830 puis le percement du canal de Suez en 1869, stimulent le commerce maritime et la prospérité de la ville, qui passe d'environ 300 000 habitants en 1870 à environ 600 000 habitants en 1940. La zone portuaire déborde de son périmètre historique (le Vieux-Port) et s'étend à partir de 1844 aux rivages Nord. Les actuels bassins de la Joliette sont ouverts en 1853, ceux du Lazaret et d'Arenc en 1856. La banque de Marseille la plus réputée est alors celle créée par Pierre Pascal II au début de l'Empire.

En 1870, Marseille se place au premier rang des ports d’Europe continentale avant de se laisser dépasser par Hambourg, Anvers et Rotterdam à la fin du siècle[56].

L'économie de la ville est alors basée sur le négoce et l'industrie : production de corps gras, huile et savons, sucre, semoulerie, chimie, tuilerie, réparation navale et construction mécanique[57]. Si la fin du XIXe siècle est moins florissante, la période précédant la Première Guerre mondiale est le point culminant de ce système « industrialo-portuaire » marseillais : l'année 1913 est celle où le tonnage portuaire est le plus important, notamment les oléagineux. À cette époque se développent de petites entreprises créées par de nouveaux venus (sud de la France, Italie, Empire ottoman)[58] et d'abord spécialisées dans le négoce et la transformation des produits coloniaux, puis des armateurs, négociants, fabricants d'huile, raffineurs de sucre et savonniers, voire banquiers. Dans ce système concurrentiel et de spéculation de marchés, défini par l'individualisme industriel, l'activité repose souvent sur un système familial. Très attachés à ce modèle libéral, bénéficiant d'une main d'œuvre étrangère peu qualifiée, ces patrons marseillais sont contre toute intervention « parisienne » du type d'investissement de capitaux privés ou de mise en place de réglementations publiques[59]. Marseille célèbre cette richesse à travers les expositions coloniales de 1906 et 1922, qui connaissent un vif succès.

Grands chantiers[modifier | modifier le code]

Le quai de la Joliette et les Messageries maritimes dans les années 1890.

L'accroissement territorial et démographique de la ville est à l'origine d'un chantier majeur : l'adduction des eaux de la Durance, décidée dès 1834 par le maire Maximin Consolat. Cette mesure s'impose d'autant plus que sévissent cette année-là une grande sécheresse et une épidémie de choléra. La construction par 5 000 ouvriers du canal de Marseille, long de 87 km, demande onze ans de travaux et l'eau de la Durance arrive le 8 juillet 1847 à Marseille. En 1862, afin de commémorer cet événement, l'architecte d'origine nîmoise Henry Espérandieu (1829-1874) est chargé de réaliser un vaste monument « à la gloire de l'eau » ; c'est le palais Longchamp, qui est inauguré en août 1869.

Ce dernier a également édifié la basilique de Notre-Dame-de-la-Garde à partir de 1853 (consacrée en 1864) et est intervenu aussi sur le grand chantier de construction de la nouvelle cathédrale de La Major, sur les quais de la Joliette. Il a réalisé également de 1864 à 1874 le palais des Arts situé place Carli et a participé à la construction de la monumentale préfecture.

L'autre grand chantier est, comme partout en France à cette époque, l'arrivée du chemin de fer. Marseille est reliée à Avignon au début de l'année 1848, à Lyon en 1854, à Paris en 1857. La gare terminus, établie sur la butte Saint-Charles, fait l'objet de nombreux remaniements et aménagements jusqu'à la fin du siècle[60].

En 1871, pendant le soulèvement de la Commune de Paris, la ville connaît une insurrection similaire qui dure quinze jours. La préfecture est bombardée et le chef des insurgés, un avocat modéré, Gaston Crémieux, fusillé six mois plus tard, au Pharo.

En 1884 sévit une nouvelle épidémie de choléra. En 1891 débutent les travaux d’un réseau d'assainissement aboutissant à la construction d'un grand collecteur.

Début XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les Nouvelles galeries en haut de la Canebière et l'ancien tramway de Marseille dans les années 1910.

Au début du XXe siècle, la bourgeoisie issue de l'industrialisation négociante est peu présente dans les postes politiques. L'entre-soi familial met à distance, hormis quelques exceptions, les élites locales et les représentants de l'État[61]. De même dans la ville, plutôt que d'intervenir au centre où se concentre l'espace industriel et ouvrier, ces industriels et négociants locaux s'installent dans les quartiers résidentiels du sud, renforçant une division de la ville entre quartiers populaires au nord et bourgeois au sud. Cette bourgeoisie ne mène pas de politique de logement ouvrier. La vaste opération du percement de la rue de la République renforce d'ailleurs la prudence des investissements immobiliers après de grandes difficultés de rentabilité dues à la faillite des frères Péreire et à la reprise par les grandes familles locales.

La ville fait ainsi face à un surpeuplement important, découlant du faible nombre de logements construits entre 1880 et 1914 et renforcé par le peu d'impact de la loi sur les habitations à bon marché (HBM) en raison du faible investissement du patronal local dans ces nouveaux organismes, contrairement à ce qui se réalise à cette époque ailleurs en France[62]. La poussée démographique ouvrière et immigrée rend l'urbanisation dispersée avec un morcellement des propriétés rurales, l'éclatement urbain par des lotissements et un phénomène important d'autoconstruction de maisons modestes. Cet éclatement urbain dans une commune à la superficie aussi vaste rend sa gouvernance difficile : « Le rapport entre une population aux revenus assez faibles et une surface énorme à entretenir, assainir et équiper, s'amenuise et rend pratiquement impossible la gestion municipale »[63]. Pourtant, la période voit également l'essor industriel et des infrastructures portuaires. Ainsi, pour relier les quais du Port et de Rive Neuve, le pont transbordeur de Marseille est construit en dix-neuf mois, entre juin 1904 et décembre 1905.

Chaos de l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1938, Marseille connaît un terrible incendie qui détruit totalement le magasin des Nouvelles Galeries, cause la mort de 73 personnes et endommage quelques immeubles de la Canebière. Devant l'ampleur du sinistre, les sapeurs-pompiers de Marseille, mal équipés et mal entraînés se montrent impuissants à éteindre l'incendie. Édouard Daladier qui est présent pour le congrès du Parti radical et logé dans l'hôtel de Noailles faisant face aux Nouvelles Galeries en flammes, déclare : « N'y a-t-il donc personne pour faire régner l'ordre dans cette ville ? ». Le bataillon de marins-pompiers de Marseille, unité militaire, est créé par le décret-loi du 29 juillet 1939 et la ville, ayant par ailleurs de lourds problèmes financiers, est mise sous tutelle et dirigée par un administrateur extraordinaire jusqu'à la Libération en 1944.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Destruction du quartier du Vieux-Port janvier 1943
Dynamitage du quartier du Vieux-Port en janvier 1943

Le 1er , un bombardement allemand cause la mort de 32 Marseillais et en blesse une soixantaine d'autres, le jour même où le bataillon de marins-pompiers, récemment créé, quitte la caserne provisoire de la rue de Lyon et prend possession de celle du boulevard de Strasbourg[64].

À la suite du débarquement américain en Afrique du Nord, le 11 novembre, les troupes allemandes franchissent la ligne de démarcation et Marseille se retrouve occupée le 12 novembre 1942, comme le reste de la Zone libre. La ville souffre grandement de l'occupation et en particulier, lors de la Rafle de Marseille, le quartier du Panier au nord du Vieux-Port qualifié de « quartier criminel » par les nazis. Dans la nuit du 22 au 23 janvier 1943, plusieurs milliers de personnes sont arrêtées et deux jours plus tard, le 24 janvier, le général SS Oberg, assisté du préfet René Bousquet, ordonne aux habitants du quartier du Vieux-Port d'évacuer leur domicile dans les deux heures, avec 30 kg de bagages. 30 000 personnes sont expulsées. Dans les deux semaines qui suivent, 1 500 immeubles sont dynamités, laissant un champ de ruines jusqu'à la Libération. Marseille subit également plusieurs alertes aériennes. Le bombardement américain du est particulièrement dévastateur et cause la mort de plus de 2 000 personnes, en blessant environ 3 000. Près de 400 Allemands des troupes d'occupation trouvèrent également la mort[64].

Le 15 août 1944 a lieu le débarquement en Provence. À cette occasion, l'occupant fait sauter les installations portuaires : plus de 200 navires sont coulés et le célèbre pont transbordeur de Marseille détruit[65].

Les FFI de Marseille (et parmi eux Gaston Defferre) préparent la libération de la ville. Le 21 août, ils lancent l'insurrection accompagnée d'un mot d'ordre de grève générale. Mais mal armés et peu nombreux, leur position est critique jusqu'à l'arrivée des tirailleurs algériens du général de Monsabert et les goumiers marocains du général Augustin Guillaume qui pénètrent à Marseille le 23. Les combats avec l’armée allemande se poursuivent plusieurs jours, jusqu’à la capitulation du général Hans Schaefer le 28 août. Le 29, le général de Lattre de Tassigny assiste au défilé de l’armée d'Afrique sur la Canebière[64].

Des années 1950 à 1980 : les difficultés[modifier | modifier le code]

Après guerre, l'urbanisation de la ville s'accélère. De grands ensembles sont construits dans les Quartiers nord et une grande place est laissée à la circulation automobile par la construction d'autoroutes jusqu'au cœur de la ville.

Mais à partir des années 1970 et 1980, l'indépendance progressive des colonies françaises met à mal l'économie de la ville. Marseille souffre également d'une mauvaise réputation liée à l'insécurité et aux affaires de grand banditisme (French Connection, assassinat du juge Michel, etc.).

En 1962, Marseille est le lieu de transit de la majorité des Pieds-Noirs fuyant l'Algérie indépendante. Beaucoup s'installent ensuite dans la ville et sa région.

En 1973, dans un contexte de tensions autour de l'immigration et après l'assassinat d'un chauffeur de bus par un Algérien, déséquilibré d'après l'ambassade d'Algérie, la ville est le théâtre de violences racistes.

En 1977 est mis en service le métro.

Depuis les années 1990[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, le projet Euroméditerranée de développement économique et de rénovation urbaine est lancé. De nombreuses infrastructures nouvelles et rénovations sont réalisées dans les années 2000 et 2010 : le tramway, la rénovation de l'Hôtel-Dieu en hôtel de luxe, Le Silo, l'agrandissement du Stade Vélodrome, la tour CMA CGM, le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM) ou encore la Villa Méditerranée. En 2013, Marseille est capitale européenne de la culture. Cette opération reçoit près de 10 millions de visites (avec une estimation de 5 millions de visiteurs effectifs dont nombre d'entre eux venant de départements voisins, certains effectuant plusieurs visites)[66].

L'OCDE note que la ville connait aujourd'hui un dynamisme économique dans le cadre du développement de son aire urbaine mais le rapport pointe encore l'importance des inégalités sociales et la fracture économique entre le sud de la ville et les Quartiers nord[67].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Marseille.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Paysage politique[modifier | modifier le code]

Gaston Defferre en 1959.

Ville industrielle, Marseille est très tôt un territoire d'implantation du socialisme en France : Clovis Hugues y est élu premier député d'un parti ouvrier en France en 1881 et Siméon Flaissières, le premier maire socialiste de la ville, est élu en 1892.

Durant la majeure partie du XXe siècle, Marseille est acquise à la gauche. Après la Libération, la SFIO et le Parti communiste sont les deux principales forces politiques de la ville et le socialiste Gaston Defferre s'allie un temps à la droite contre les communistes pour conquérir la mairie. Il l'occupe jusqu'à sa mort en 1986.

La domination de la gauche s'estompe progressivement à partir des années 1980. Aux élections de 1983 déjà, Gaston Defferre recueille moins de voix que son adversaire de droite Jean-Claude Gaudin et n'est réélu qu'à la faveur du découpage électoral. Robert Vigouroux succède à Gaston Defferre après son décès ; il est largement élu aux élections de 1989, remportant l'ensemble des secteurs en tant que dissident socialiste. En 1995, Jean-Claude Gaudin est élu maire et fait basculer la ville à droite pour la première fois depuis 1953. Il est réélu en 2001, 2008 et 2014[68]. Ce basculement se produit également lors des scrutins nationaux : le candidat de droite arrive en tête à Marseille lors du second tour des élections présidentielles en 1995, 2002 et 2007.

Les scrutins à Marseille sont également caractérisés par un fort vote protestataire : en 1981, Georges Marchais y arrive en tête au premier tour, ainsi que Jean-Marie Le Pen en 1995 et 2002.

Géographie électorale[modifier | modifier le code]

Le résultat des élections de 2014 par secteur

Le vote à Marseille est géographiquement divisé.

Le nord de la ville (2e, 3e, 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements) est globalement acquis à la gauche. Les bastions communistes, comme la Belle de Mai, y ont été progressivement remplacés par le vote socialiste dans les années 1990 et 2000.

Le sud, à l'inverse, est dominé par la droite (6e, 8e, 9e et 10e arrondissements). Les quartiers est (11e et 12e arrondissements), longtemps socialistes, ont récemment basculé à droite à la faveur de la désindustrialisation de la Vallée de l'Huveaune et de changements sociologiques.

Le grand centre-ville (1er, 4e, 5e et 7e arrondissements) est actuellement l'objet des batailles électorales les plus serrées, comme lors des dernières élections municipales et législatives.

Le Front national réalise ses meilleurs scores dans l'est de la ville et les Quartiers nord, notamment les 13e et 14e arrondissements (où le frontiste Stéphane Ravier s'impose au second tour des élections municipales de 2014).

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le découpage des arrondissements et des secteurs de Marseille

Marseille est l'objet de la loi PML et est, comme Paris et Lyon, découpée en arrondissements. Ceux-ci sont au nombre de 16 et sont regroupés par deux en huit secteurs. Chaque secteur dispose de son conseil et de son maire de secteur.

Chaque secteur élit donc ses conseillers (303 au total), dont un tiers siège également au conseil municipal et élisent le maire de la ville :

Nombre de conseillers élus par secteur
Secteur I II III IV V VI VII VIII Total
Conseillers de secteur 22 16 22 30 30 26 32 24 202
Conseillers municipaux 11 8 11 15 15 13 16 12 101
Nombre total d'élus 33 24 33 45 45 39 48 36 303

Marseille est par ailleurs découpée en 12 cantons et sept circonscriptions.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Marseille est la grande ville française la plus endettée avec 1,806 milliard d'euros de dette en 2013, soit un endettement de 2 103 euros par habitant (contre 1 080 euros par habitant en moyenne pour les grandes villes en France)[69].

Justice[modifier | modifier le code]

Marseille est le siège d'un tribunal de grande instance, d'un tribunal d'instance, d'un tribunal de commerce, d'un tribunal de police, d'un conseil de prud’hommes, d'un tribunal administratif et d'une Cour administrative d'appel de Marseille. La Cour d'appel se trouve à Aix-en-Provence.

Marseille abrite la prison des Baumettes, construite en 1934. En 2006, les conditions de vie de ce centre pénitentiaire ont été jugées choquantes[70] et en 2012 le Contrôleur général des lieux de privation de liberté y dénonce « une violation grave des droits fondamentaux des personnes privées de liberté[71] ».

Sécurité et criminalité[modifier | modifier le code]

Grand banditisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Milieu marseillais.
L'Évêché, l'Hôtel de police de la ville

Liée à l'imaginaire de la ville depuis près d'un siècle, le milieu marseillais apparait vraiment dans les années 1930 avec les parrains François Spirito et Paul Carbone. Le milieu marseillais connait son heure de gloire dans les années 1960 avec l'essor de la French Connection, alors que la ville est au cœur d'un trafic international d'héroïne vers les États-Unis finalement démantelé par les autorités.

Aujourd'hui, le milieu apparait désorganisé comme il a pu l'être à d'autres moments de son histoire, faisant s'affronter violemment dans une « guerre de tous contre tous » les parrains traditionnels, corso-marseillais surtout, et les « néo-parrains des cités » dont la source principale d'enrichissement est le trafic de cannabis dans les cités les plus défavorisées de la ville. Cette situation explique la recrudescence des règlements de compte depuis le début des années 2000[72].

Il n'y a jamais eu de mafia au sens originel du terme à Marseille[73],[74]. On lui préfère les termes de « pègre » au début du XXe siècle, ou de « milieu » et « crime organisé » aujourd'hui.

Délinquance[modifier | modifier le code]

La forte présence dans les médias nationaux de l'actualité des faits divers à Marseille, en particulier des règlements de compte, est accusée de donner une mauvaise image de la ville et conduit certains à parler de désinformation[75],[76]. Deux autres facteurs expliquent la surmédiatisation des règlements de compte à Marseille : le fait que les banlieues font administrativement partie de la ville de Marseille, et le fait que les règlements de compte sont généralement surmédiatisés, alors qu'ils ne représentent que 10% des homicides commis en France chaque année[76]. Si la ville de Marseille connaît un taux de meurtres liés à la drogue proportionnellement presque aussi élevé que celui de New York[77] avec notamment des vols avec violence (en particulier contre les femmes) et des vols à la tire qui dépassent la moyenne nationale, la circonscription de sécurité publique de Marseille[Note 5] ne détient pour l'année 2008 que le 13e plus fort taux de délinquance (sur plus de 400 circonscriptions métropolitaines), derrière notamment Nice, Avignon ou Cannes, avec un taux de faits de délinquance constatés de 114,04 pour 1 000 habitants, soit les deux tiers de la moyenne nationale[78],[79]. Nice[80], par exemple, connaît proportionnellement plus de crimes[81],[82].

Le sentiment d’insécurité[83] a toutefois poussé le gouvernement en 2012 à doter les Bouches-du-Rhône d’une Préfecture de police de plein exercice, la seule de France avec Paris.

Défense[modifier | modifier le code]

Marseille est le siège de l'état-major de la zone de défense et de sécurité Sud, de l'état-major zonal de la Gendarmerie nationale et de l'escadron de gendarmerie mobile 11/6. Y sont stationnés l'état-major de force n° 3, le commandement de la Marine à Marseille et le groupement de soutien de la base de défense de Marseille, le 4e régiment de dragons, le 72e bataillon d'infanterie de marine. Marseille abrite également l'Hôpital d'instruction des armées Laveran. En revanche, la préfecture maritime de la Méditerranée est située à Toulon.

Le Bataillon de marins-pompiers constitue le corps municipal des pompiers de Marseille. Commandé par un officier général de marine, c'est une unité de la Marine nationale d'un effectif de 2 400 personnes. Il a été créé en 1939 à la suite de l'incendie des Nouvelles Galeries en remplacement du Corps municipal des sapeurs-pompiers, dissous à la suite de cette catastrophe. Les marins-pompiers de Marseille ont pour particularité d'être la seule unité militaire de l'armée française à agir selon les ordres et les directives d'un maire.

International[modifier | modifier le code]

Marseille est le siège de quelques organismes internationaux et de recherche tels que l'Institut de recherche pour le développement (IRD), la Commission Méditerranée de Cités et Gouvernements locaux unis (CGLU) ou le Conseil mondial de l'eau. Y sont également implantés le bureau local de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), une antenne de la Banque mondiale, un bureau de l'Organisation internationale pour les migrations.

70 consulats sont établis à Marseille, soit la deuxième représentation consulaire de France après Paris[84].

Le , les ministres des finances du G7 se sont réunis au Palais du Pharo.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Marseille est jumelée avec treize villes[85] et a également signé des pactes d'amitié et de coopération avec vingt-neuf villes de par le monde[86].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Année Ville Pays
1958 Abidjan Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
1958 Anvers Drapeau de la Belgique Belgique
1958 Copenhague Drapeau du Danemark Danemark
1958 Gênes Drapeau de l'Italie Italie
1958 Haïfa Drapeau d’Israël Israël
1958 Hambourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne
1961 Kobe Drapeau du Japon Japon
1968 Dakar Drapeau du Sénégal Sénégal
1972 Odessa Drapeau de l'Ukraine Ukraine
1984 Naples Drapeau de l'Italie Italie
1984 Le Pirée Drapeau de la Grèce Grèce
1987 Shanghai Drapeau de la République populaire de Chine Chine
2004 Marrakech Drapeau du Maroc Maroc
2006 Glasgow Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Accords de coopération[modifier | modifier le code]

Ville Pays
Agadir Drapeau du Maroc Maroc
Alexandrie Drapeau de l'Égypte Égypte
Alger Drapeau de l'Algérie Algérie
Bamako Drapeau du Mali Mali
Barcelone Drapeau de l'Espagne Espagne
Beyrouth Drapeau du Liban Liban
Le Cap Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Casablanca Drapeau du Maroc Maroc
Erevan Drapeau de l'Arménie Arménie
Gdansk Drapeau de la Pologne Pologne
Ville Pays
Istanbul Drapeau de la Turquie Turquie
Izmit Drapeau de la Turquie Turquie
Jérusalem Drapeau d’Israël Israël
Limassol Drapeau de Chypre Chypre
Lomé Drapeau du Togo Togo
Lyon Drapeau de la France France
Meknes Drapeau du Maroc Maroc
Montevideo Drapeau de l'Uruguay Uruguay
N'Djamena Drapeau du Tchad Tchad
Nice Drapeau de la France France
Ville Pays
Nîmes Drapeau de la France France
Rabat Drapeau du Maroc Maroc
Sarajevo Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Sousse Drapeau de la Tunisie Tunisie
Thessalonique Drapeau de la Grèce Grèce
Tirana Drapeau de l'Albanie Albanie
Tripoli Drapeau du Liban Liban
Tunis Drapeau de la Tunisie Tunisie
Varna Drapeau de la Bulgarie Bulgarie

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Après une grave crise dans les années 1970 et 1980 qui a vu la population passer de plus de 900 000 à moins de 800 000 habitants (malgré un solde naturel assez positif), la population augmente de nouveau à partir des années 2000[87].

Avec plus de 850 000 habitants, Marseille est la 2e commune de France. Son unité urbaine est cependant la 3e du pays (après Paris et Lyon) avec 1 560 921 habitants (2011), incluant Aix-en-Provence au nord, Istres, Martigues et Vitrolles à l'ouest et Aubagne à l'est. L'aire urbaine de Marseille est la 3e de France après celle de Paris et celle de Lyon. L'agglomération marseillaise a même récemment absorbé la commune de Saint-Zacharie, qui fait partie du Var. En revanche, La Ciotat, qui fait partie du territoire Marseille-Provence, a été absorbée par l'unité urbaine de Toulon.

En 2013, la commune comptait 855 393 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 6],[Note 7].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
108 374 96 413 99 169 109 483 145 115 146 239 154 035 183 186 195 258
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
233 817 260 910 300 131 312 864 318 868 360 099 376 143 403 749 442 239
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
491 161 517 498 550 619 586 341 652 196 800 881 914 232 636 264 661 407
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
778 071 889 029 908 600 874 436 800 550 795 518 839 043 851 420 850 636
2013 - - - - - - - -
855 393 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[88] puis Insee à partir de 2004[89].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2009[90] :

En nombre d'individus
Hommes Classe d’âge Femmes
1 645 
90 à plus
5 381 
27 178 
75 à 89
46 622 
51 230 
60 à 74
61 289 
74 956 
45 à 59
83 874 
82 014 
30 à 44
88 414 
84 949 
15 à 29
88 287 
78 872 
0 à 14
75 891 

Une ville inégalitaire[modifier | modifier le code]

La Castellane, l'une des nombreuses cités des quartiers nord de Marseille

Avec un coefficient de Gini de 0,436, Marseille est une des villes les plus inégalitaires de France[91], une partie de sa population étant très pauvre tandis que les grandes fortunes y sont également nombreuses. Le revenu moyen des 20 % les plus riches est ainsi 5,4 fois supérieur au revenu moyen des 20 % les plus pauvres[92].

Le sociologue André Donzel parle d'ailleurs de Marseille comme d'une « métropole duale » proche des configurations urbaines des pays en développement où se côtoient les plus riches comme les plus pauvres[93].

La commune connaissait un taux de pauvreté de 25 % en 2011 qui dépassait même 40 % dans les quartiers nord de la ville[94]. En comparaison, ce premier chiffre est identique à celui de Lille ou de Montpellier, mais supérieur à celui de Lyon (15 %). Ceci s'explique dans une certaine mesure par le fait qu'une grande partie des banlieues pauvres de l'agglomération se situent administrativement au sein de la commune, contrairement à d'autres grandes villes de France. Les banlieues parisiennes, lyonnaises ou lilloises connaissent en effet une pauvreté comparable. À l'inverse, les 8e et 12e arrondissements, au Sud et à l'Est de la ville, connaissaient en 2011 des taux de pauvreté (9 et 10 %) similaires à ceux des arrondissements les plus riches de Lyon ou Paris[95]. De plus, environ 3 200 contribuables marseillais sont soumis à l'impôt de solidarité sur la fortune avec un patrimoine moyen de 2,56 millions d'euros, ce qui en fait la deuxième ville hors Île-de-France et la cinquième ville de France en nombre de redevables à l'ISF[96],[97]. De la même manière, quinze familles marseillaises figuraient en 2011 dans les 500 premières fortunes professionnelles en France selon le magazine Challenges[93].

La fracture sociale est également spatiale, la ville étant globalement divisée entre des Quartiers nord plus pauvres et un Sud plus riche[98].

Ainsi en 2012, le taux de pauvreté dépassait 20 % au nord (3e, 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements) — il atteignait même 55 % dans le 3e arrondissement en 2011[99] — Alors qu'au sud et à l'est (7e, 8e, 9e et 12e arrondissements), il n'atteignait pas plus de 14%. Ces contrastes se retrouvent dans le taux de personnes non-diplômées : en 2006 il s'élève à 25,27 % pour la ville (19,5 % pour la France métropolitaine)[100] mais dans les 3e, 14e et 15e arrondissements, il dépasse les 40 %.

Ces inégalités semblent s'être aggravées récemment : alors qu'en 2000, l'échelle de revenu était de 1 à 10, elle est de 1 à 14 en 2012[101]. L’écart entre les revenus médians des quartiers les plus pauvres et ceux des plus riches est passé de 2 500 à 3 000 euros entre 2000 et 2008. Entre la Cadenelle et Kalliste, le quartier le plus riche et le plus pauvre, l’écart entre le taux de diplômés supérieurs était de 33 points en 1990 alors qu'il est de 46 aujourd’hui[102].

Dans certains quartiers, les réhabilitons urbaines ont cependant permis de modifier la situation socio-économique. Le 2e arrondissement par exemple, au cœur de l'opération Euroméditerranée, a vu son taux de chômage passer de 30 à 20% entre 1990 et 2011[103].

Une ville d'immigrations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Migrations à Marseille.
La famille d'Yves Montand, venue d'Italie, a immigré à Marseille lorsqu'il avait deux ans.

Marseille est une ville dont la population s'est construite sur des vagues migratoires importantes successives, les trois plus importantes étant celles des Italiens à la fin du XIXe siècle, des Arméniens et des Corses au début du XXe siècle, et des Maghrébins dans la seconde moitié du XXe siècle[56]. Mais avant d'être une ville d'immigration, Marseille est depuis toujours à travers son port une ville de transit, d'arrivée et de départ, une étape pour beaucoup de voyageurs quittant l'Europe ou de réfugiés fuyant les persécutions. C'est donc une « ville-carrefour », de migrations diverses, temporaires ou permanentes[104].

Avant le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Intérieur du port de Marseille, Joseph Vernet, 1754[105].

Au cours du XVIIIe siècle, l'importance que prend le port de commerce amène de nombreux négociants européens[106]. Beaucoup de Suisses[107], d'Italiens, d'Allemands, d'Anglais, de Hollandais et de Grecs[6] sont présents dans l'activité économique[106].

À la fin du XVIIIe siècle, Michel Vovelle estime que les Italiens sont déjà 5 à 6 000, pour une population totale de 100 000 habitants. Ils représentent alors 70 % des étrangers résidents dans la ville[108]. Cependant, il faut attendre la seconde moitié du siècle suivant pour voir leur nombre exploser.

XIXe siècle, le début des vagues migratoires[modifier | modifier le code]

Dès la Restauration émerge une véritable communauté grecque à Marseille. De nombreuses familles négociantes, surtout originaires de Constantinople, Chios et Smyrne viennent grossir les rangs d'une population déjà présente au siècle précédant. On parle alors d'une véritable « aristocratie commerciale » grecque à Marseille aux XVIIIe siècle et XIXe siècle[6].

À partir du milieu du XIXe siècle, parallèlement au déclin des industries traditionnelles, une industrie nouvelle se concentre autour de la ville. L'explosion des activités portuaires et la construction de la voie ferrée du PLM nécessitent une main d'œuvre importante que la Haute-Provence, foyer d'immigration et réservoir humain traditionnelle de la ville, ne peut plus fournir. La croissance de Marseille est donc alimentée à partir de ce moment par une immigration extérieure et étrangère[56].

La ville voit alors arriver de nombreux Italiens qui viennent occuper les emplois industriels aux dépens des Français dont la croissance démographique est bien plus faible. Parfois mal accueillis par les ouvriers locaux, ils sont la victime de violences en 1881, les Vêpres marseillaises. À partir de 1850 et jusqu'à l'entre-deux-guerres, l'immigration italienne va croitre de manière spectaculaire et en 1934 ils sont 127 000 dans la ville, où ils représentent environ les deux tiers de la population étrangère. À partir de cette période, la politique anti-exode du gouvernement fasciste nouvellement au pouvoir freine considérablement ce mouvement[108].

Les historiens Émile Témime et Renée Lopez parlent d'« invasion italienne » entre les années 1850 et 1914 tant leur immigration est importante dans la ville[109]. Il y aurait aujourd'hui 300 000 personnes d'origine italienne à Marseille, soit environ 35 % de la population, ce qui ferait des Italiens la première communauté d'origine étrangère de la ville[110].

La première moitié du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Beaucoup des réfugiés arméniens fuyant le génocide arrivent à Marseille au début du XXe.

Dans les années 1930, on observe une nouvelle augmentation du nombre d'étrangers et un renouvellement de la population qui renforce le caractère cosmopolite de la ville[104]. Ainsi en 1935, si la population italienne reste considérable (15 % du total et 60 % des étrangers), elle est en recul par rapport aux dernières décennies. En effet, au début du XXe siècle trois nouveaux groupes d'arrivants lui succèdent : les Arméniens, les Espagnols et les Corses.

Les Arméniens arrivent essentiellement entre 1923 et 1928, quittant les pays voisins de la Turquie actuelle dans lesquels ils s'étaient provisoirement réfugiés pour fuir le génocide. À l’exception de la période de guerre qui vient de s'achever, la ville n’avait jamais accueilli en si peu de temps autant de réfugiés. On estime que débarquent alors 60 000 immigrés arméniens, même si tous ne s’installeront pas à Marseille. Ils vivent d'abord dans des camps de fortune avant de s'intégrer rapidement dans la vie socio-économique[111] et de former des noyaux villageois dans les quartiers de Beaumont, Saint-Loup ou Sainte-Marguerite, entre autres. Si la population s’est depuis dispersée dans toute la ville au fil des années, certains quartiers comme Beaumont abritent encore une communauté importante[112],[113].

Aujourd'hui, on estime que vivent entre 80 000 et 100 000 descendants d’Arméniens à Marseille[114]. Une autre source confirme cet ordre de grandeur en parlant de 10 % de la population actuelle[115].

Au début du XXe siècle, fuyant la crise économique d'une île à dominante agro-pastorale, de nombreux Corses s'établissent dans les quartiers traditionnels d'immigration autour du Vieux-Port[104]. Après la Seconde guerre mondiale et la destruction d'une partie des Vieux-Quartiers qu'ils habitaient, ils se dispersent dans toutes la ville et connaissent une progression sociale visible : nombreux sont devenus fonctionnaires, avocats ou médecins[111]. Un certain nombre de Corses à l'inverse faisait partie du milieu marseillais. En 1965, on estimait que plus de 100 000 Corses vivaient à Marseille, ce qui lui valait alors le surnom de « capitale des Corses »[116].

Depuis les années 1950[modifier | modifier le code]

Si l'immigration maghrébine est présente dès le début du XXe siècle, c'est à partir des années 1950 qu'elle explose réellement. Au recensement de 1975, 60% des étrangers sont d'origine maghrébine. La reprise économique, l'encouragement du gouvernement français à la venue de travailleurs algériens et les répercutions de la décolonisation favorisent leur arrivée. La plupart d'entre eux sont des Algériens qui migrent pour le travail ou pour fuir les événements de la Guerre d'Algérie. Cette immigration est loin d'être homogène : aux côtés des Arabes algériens, marocains et tunisiens s'ajoutent les réfugiés juifs et pieds-noirs qui arrivent également en grand nombre[117].

Les Maghrébins s'installent souvent dans le centre-ville, où ils remplacent les précédentes vagues migratoires, mais aussi dans des bidonvilles au nord de la ville. Ceux-ci sont par la suite remplacés par des cités destinées à l'origine à n'être que provisoires, avant d'être délaissées par les pouvoirs publics et où de nombreuses familles issues de l'immigration vivent encore[117]. Les Arabes nord-africains et leurs descendants représenteraient aujourd'hui 200 000 personnes (soit 23% du total)[110], ceux qui feraient d'eux la deuxième communauté d'origine étrangère de la ville après les Italiens.

Les Pieds-Noirs représentent au moment de l'indépendance algérienne une population d'environ un million de personnes[111]. En quelques mois en 1962, 450 000 d'entre eux gagnent Marseille, dont environ 100 000[118] seraient restés. Ils font face à une certaines hostilité des pouvoirs publics et d'une partie de la population[119].

Les Juifs représentent 130 000 personnes en 1948 en Algérie et nombre d'entre eux quitteront leur pays pour la France aux côtés des Pieds-Noirs. Si certains transitent par Marseille avant de partir pour Israël, une majorité s'y établit définitivement[111]. L'arrivée des Juifs séfarades d'Algérie modifie d'ailleurs grandement la communauté israélite de Marseille, qui s'élèverait aujourd'hui à 80 000 personnes[120], soit la troisième communauté juive d'Europe, après celles de Paris et de Londres[121].

À la suite de l'indépendance des Comores en 1975 et dans un contexte politique et socio-économique difficile sur l'archipel[122], une importante communauté comorienne s'installe également dans la ville, dans des proportions faisant de Marseille la « plus grande ville comorienne » devant la capitale Moroni, avec une population de 50 000 à 100 000 personnes selon des estimations de 2004, soit près de 10 % de la population marseillaise[123],[124],[125].

Une ville multiculturelle[modifier | modifier le code]

Si elle reste une ville de culture occidentale, Marseille devient au XIXe siècle un point de rencontre entre un Orient souvent mystifié, source de richesse et de profusion, et un Occident transformé par l'industrialisation rapide nécessitant une main d'œuvre étrangère importante. Ainsi, même si l'immigration depuis le Moyen-Orient et l'Afrique ne démarre de manière importante qu'avec l'arrivée des Arméniens au début du XXe siècle puis à partir des années 1960 avec l'immigration maghrébine, libanaise et comorienne[126], les vagues migratoires successives ont construit l'identité de la ville, définissant sa population comme un « peuple pluriel »[127][réf. insuffisante]. Troisième ville arménienne du monde, première ville corse, première ville comorienne, troisième ville juive d'Europe et avec d'importantes communautés arabes et italiennes, Marseille est considérée par Jean-Claude Juan comme la ville la plus cosmopolite de toute la Méditerranée[128]. Des quartiers du centre-ville comme Noailles, Belsunce et le Panier, qu'ont occupés beaucoup de ces nouveaux entrants à leur arrivée quelle que soit l'époque, sont restés multiculturels par essence, avec leurs magasins et restaurants italiens, corses, algériens, marocains, tunisiens, libanais, etc.[129].

Pour beaucoup d'observateurs, les rapports entre les communautés sont moins conflictuels à Marseille que dans le reste de la France[130],[131],[132]. Selon l'historien Yvan Gastaut, « malgré les spécificités socioculturelles de chacune et l’attachement puissant de certaines de ces communautés à leurs traditions, la ville a toujours su absorber les nouveaux arrivants sans heurts, en faisant montre d’une grande tolérance, notamment en ce qui concerne la pratique des cultes » même si « les minorités intégrées sont restées fortement structurées autour de leurs références successives[133]. »

Sports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport à Marseille.

Marseille possède 200 000 licenciés[134] ainsi que quelques clubs d'envergure internationale.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Tifo géant au stade Vélodrome juste avant le Classique du 5 avril 2015.

Le stade Vélodrome, construit en 1937, a depuis 2014 une capacité de 67 000 spectateurs, ce qui en fait le plus grand stade de football de France après le Stade de France. Son club de football résident est l'Olympique de Marseille. Le stade Vélodrome a accueilli les coupes du monde de football de 1938 et 1998, la coupe du monde de rugby à XV 2007 et accueillera l'Euro 2016.

Le Palais des sports de Marseille, inauguré en 1989, est une salle omnisports d'une capacité de 7 400 places qui accueille chaque année le Tournoi de tennis de Marseille, le Trophée Massalia de gymnastique ou Callenge Jeanty de fleuret dames.

Le Palais omnisports Marseille Grand Est, inauguré en 2009, contient deux patinoires, dont la plus grande de France[135] et un skatepark qui compte la plus grande rampe d'Europe[136]. Il a accueilli les championnats de France de patinage artistique 2010 et est le lieu de résidence du Massilia Hockey Club.

Marseille abrite le Bowl de Marseille, l'un des skateparks les plus réputés du monde dans les années 1990[137],[138].

Par ailleurs, la ville compte 172 courts de tennis, 124 gymnases municipaux, 22 piscines, 72 stades municipaux, 139 boulodromes, 30 clubs de tennis, 3 terrains de golf, 3 bases nautiques, 8 dojos, 4 skateparks, 3 stands de tir, 2 hippodromes, 5 centres équestres, 2 murs d'escalade et un fronton de pelote basque. La ville abrite aussi cinquante sites de plongée[139].

Principaux clubs et personnalités sportifs[modifier | modifier le code]

Zinedine Zidane, ancien footballeur né à Marseille.

L'Olympique de Marseille évolue en Ligue 1 et possède l'un des palmarès les plus importants du football français : 9 Championnats de France, 10 Coupe de France de football et une Ligue des Champions acquise en 1993. Le club a vu évoluer des joueurs emblématiques comme Josip Skoblar, Roger Magnusson, Marius Trésor, Abedi Pelé, Didier Deschamps, Chris Waddle, Basile Boli, Jean-Pierre Papin, Mamadou Niang ou encore Franck Ribéry.

Le Cercle des nageurs de Marseille, principal club de natation de la ville, détient également un palmarès conséquent. Le nageur Camille Lacourt, licencié au club depuis 2008, détient au total quatre médailles d'or durant les Championnats du monde 2011, 2013 et 2015. Florent Manaudou est lui médaillé d'or aux Jeux olympiques de Londres en 2012, a remporté quatre médailles d'or au cours des Championnats du monde 2011, 2013 et 2015, ainsi que quatre médailles d'or durant les seuls Championnats d'Europe de natation 2014. Frédérick Bousquet a remporté quatre médailles d'or durant les Championnats d'Europe 2010 et 2012. Enfin, Fabien Gilot est médaillé d'or aux Jeux olympiques de Londres en 2012 et triple médaillé d'or aux Championnats du monde 2013 et 2015.

Zinedine Zidane, considéré comme l'un des plus grands joueurs de tous les temps, a grandi à La Castellane, un quartier du nord de Marseille. Éric Cantona, autant connu pour ses qualités de footballeur que pour ses frasques extra-sportives, est désigné comme étant l'un des meilleurs joueurs ayant évolué à Manchester United et dans le championnat anglais.

Parmi d'autres personnalités sportives réputées figurent Jean Bouin, Samir Nasri, Rolland Courbis, Mathieu Flamini, Franck Lebœuf, Jean-Luc Ettori ou Sébastien Grosjean.

Nom Sport Division actuelle Stade/Salle Fondation Palmarès
Olympique de Marseille Football Ligue 1 Stade Vélodrome 1899 9 Championnats, 10 Coupes de France, 1 Ligue des champions (1993)
Groupe sportif Consolat Football National Stade La Martine 1964
Union sportive Marseille Endoume Catalans Football Division d'Honneur Stade Francis Di Giovanni 1925
Cercle des nageurs de Marseille Natation Jeux olympiques, Championnats du monde de natation, Championnats d'Europe de natation Piscine Jean Alezard 1921 12 championnats de France interclubs, 2 médailles d'or olympique
Cercle des nageurs de Marseille Water-polo Division 1 Piscine Jean Alezard 1921 35 Championnats
Marseille Beach Team Football de plage National Beach Soccer 2012 1 Championnat
Bonneveine Beach Soccer Football de plage National Beach Soccer 2010 2 Championnats
Marseille XII beach-soccer Football de plage National Beach Soccer 2010 1 Championnat
Stade Marseillais Université Club Omnisport Stade Jean Bouin 1923 15[140]
Marseille XIII Avenir Rugby à XIII Nationale 1 Stade Roger Couderc 1946 1 Championnat (1949)
Rugby Club Stade phocéen Rugby à XV Promotion d'honneur - Provence-Côte d'azur Stade Delort 2000
Provence Rugby Rugby à XV Pro D2 Stade Maurice David (Aix) 1970
Massilia Hockey Club Hockey sur glace Division 2 Palais omnisports Marseille Grand Est 2012
Blue-Stars de Marseille Football américain Casque d'Or (D2) Stade Saint Jérôme 1994
AMSCAS Rollersoccer 2006 6 Coupes du monde des clubs
Olympique de Marseille Vitrolles (disparu) Handball 1991-1996 1 Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe, 2 Championnats, 2 Coupes de France

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

L'Open 13 est un tournoi de tennis masculin de l'ATP World Tour. Le tournoi accueille 32 participants : 25 entrants directs, 4 joueurs issus des qualifications et 3 joueurs bénéficiant d'une wild card.

La ville accueille chaque année le semi-marathon de Marseille-Cassis depuis 1979. Il réunit chaque année 15 000 coureurs.

Le Mondial la Marseillaise de pétanque est une compétition bouliste annuelle organisée par le journal La Marseillaise. Ce concours de pétanque, créé en 1962 par Paul Ricard, se dispute chaque année sur 5 jours, à partir du premier week-end de juillet. Le tournoi est, hors compétitions officielles, le tournoi le plus prestigieux au niveau mondial[141].

Par ailleurs, la ville accueille également le World Séries 13 de beach-volley, le triathlon international de Marseille, a accueilli le Tour de France cycliste 12 fois depuis 1947, accueille chaque année le Tour de France à la voile, la Sosh Freestyle Cup avec une des deux étapes européennes de la Coupe du monde de skateboard AIS, et enfin le Meeting international de Marseille.

La ville a été choisie comme capitale européenne du sport en 2017 et concoure aux côtés de Paris pour obtenir l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2024 pour les épreuves de voile[142].

Santé[modifier | modifier le code]

Marseille est un très important pôle régional et d'envergure national de santé. L'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM) est le centre hospitalier régional de Marseille et gère les cinq hôpitaux publics de la ville :

L'AP-HM emploie 14 000 personnes dont 1 885 médecins[143].

Autre hôpital public, Laveran est un hôpital d'instruction des armées.

Les principales institutions hospitalières privées sont l'Institut Paoli-Calmettes (centre régional de lutte contre le cancer), l'hôpital Saint-Joseph et l'Hôpital européen.

Selon un classement établi par le magazine Capital, parmi les 150 meilleurs professionnels de santé recensés en France, 10 exercent à Marseille[144].

Marseille est par ailleurs une station thermale avec la station de Camoins-les-Bains.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements d'enseignement supérieur de la région sont répartis entre Marseille, où les enseignements portent traditionnellement sur les sciences exactes et la médecine, et Aix-en-Provence, consacré aux sciences humaines, aux lettres et au droit. Marseille comptait, en 2011-2012, 51 578 étudiants[145].

L'université d'Aix-Marseille a été créée le par la fusion des trois universités précédentes. Ses principaux campus marseillais se trouvent à Luminy (sciences et sport), Saint-Charles (sciences et lettres), Saint-Jérôme (sciences), Château-Gombert (sciences), La Timone (santé), Canebière (droit et économie) et Colbert (économie). L'université accueille en son sein Polytech Marseille et l'École de journalisme et de communication d'Aix-Marseille.

Parmi les autres établissements d'enseignement supérieur et de recherche de Marseille se trouvent l'École centrale, l'École nationale supérieure d'architecture, l'École des Beaux-Arts, l'École nationale supérieure maritime, Kedge Business School et un pôle régional de l'EHESS.

Plusieurs lycées de Marseille accueillent des formations supérieures, BTS ou classes préparatoires, notamment le lycée Marie-Curie, le lycée Saint-Charles, le lycée Jean-Perrin, le lycée Saint-Exupéry et le lycée Thiers, le plus ancien lycée de la ville.

L'état délabré de certaines écoles primaires a été critiqué, notamment la présence d'amiante et le manque d'entretien des locaux par la municipalité[146],[147].

Médias[modifier | modifier le code]

Le Pôle média de la Belle de Mai, lieu central dédié à toutes les métiers issus de l'univers des médias.

Le Pôle média de la Belle de Mai est le lieu consacré aux activités de l’image, du son et du multimédia de la ville.

Marseille abrite les sièges de France 3 Provence-Alpes, de TV Sud Provence, la télévision locale d'informations, et d'OM TV, la chaîne officielle de l'Olympique de Marseille.

France Bleu Provence, la radio régionale de Radio France, est la 3e radio en nombre d'auditeurs et la 2e en part d'audience, avec 98 100 auditeurs à Marseille (9,9 % d'audience cumulée et 10,2 % de part d'audience). Parmi les radios locales on compte Radio Grenouille, Radio dialogue ou Radio Star.

Le principal quotidien régional diffusé à Marseille est La Provence, propriété depuis 2013 du groupe Hersant et de Bernard Tapie. La ville compte de nombreux journaux et sites d'information locale : La Marseillaise (fondé en 1943 par le Parti communiste), Le Ravi (journal satirique), CQFD, Marsactu (journal d'investigation), Made in Marseille (« actualité positive »), Gomet' (journal métropolitain) ou WAAW (information culturelle.)

Cultes[modifier | modifier le code]

Christianisme[modifier | modifier le code]

L'Abbaye Saint-Victor de Marseille, haut lieu du catholicisme dans le sud de la France depuis 1 500 ans.

Le christianisme est introduit dans la ville au Ier siècle par des chrétiens d'Orient. Parmi les convertis se trouve Victor de Marseille, un officier romain tué pour sa foi et enterré sur une colline où sa sépulture sera plus tard transformée en un lieu de culte par Jean Cassien : l'abbaye Saint-Victor. C'est le plus ancien sanctuaire catholique de France et Saint-Victor devient rapidement l'emblème du christianisme marseillais. Haut lieu du catholicisme en Provence depuis 1 500 ans, elle est jusqu'au Moyen Âge la plus importante nécropole chrétienne d'Europe. À la fin de l'Antiquité, Marseille possède un certain rayonnement spirituel dans le monde chrétien : elle reconnue comme une ville de moines et on vient s'y installer pour sa pieuté[148].

Marseille est un des trois diocèses français de l'Église apostolique arménienne. Le culte arménien possède la Cathédrale des Saints-Traducteurs de Marseille ainsi que sept églises. À l'église Saint-Cannat, la liturgie est célébrée par l'Église orthodoxe roumaine. L'Église de la Dormition-de-la-Mère-de-Dieu de Marseille, église orthodoxe grecque construite en 1845, contient une collection remarquable de près de quarante icônes datant du XVIIIe siècle au XXe siècle.

Marseille compte quatre paroisses de l'Église protestante unie de France[149] : le temple Grignan, inauguré en 1825, et ceux de Marseille-Provence, de Marseille-Nord et de Marseille-Sud-Est.

Islam[modifier | modifier le code]

Du fait du commerce de la ville avec le Levant et l'Afrique du Nord, les contacts avec l'islam sont très anciens à Marseille[150] : on rapporte par exemple la présence d'un « cimetière des Turcs » dès le XVIIIe siècle[151] mais l'Égyptien Rifa'a al-Tahtawi indique en 1826 que « dans cette ville vivent beaucoup de chrétiens égyptiens et syriens qui ont quitté l'Égypte en même temps que les Français. Mais il est difficile d'y retrouver des musulmans. »[152] et la population musulmane à Marseille reste faible jusqu'à la fin du XIXe siècle.

La majeure partie des musulmans de Marseille est issue des vagues migratoires des années 1960 et 1970 venues du Maghreb, puis du Liban et des Comores et selon une étude réalisée en 2011, « au regard de toutes les autres grandes villes françaises, Marseille se distingue par l’importance de sa population ayant un lien avec l’islam »[153]. Selon le quotidien La Provence, il y aurait aujourd'hui environ 200 000 musulmans à Marseille (soit un peu plus de 20 % de la population), dont 70 000 pratiquants[154]. Les musulmans marseillais semblent faire face à de « grandes inéquités en matière d'éducation, d'emploi et de logement[153],[Note 8] » par rapport au reste de la population.

La ville compte une demi-douzaine de mosquées et une soixantaine de salles de prière. Le projet de construction d'une grande mosquée est récurrent depuis plusieurs décennies à Marseille. Dès 1937, Gaston Castel dessine les plans d'un centre islamique. En 2006, le conseil municipal autorise la construction d'une Grande mosquée dans le quartier Saint-Louis. Cependant le projet est toujours suspendu aujourd'hui faute de finances transparentes[155]. La mosquée de l'arsenal des galères construite en 1670 serait en réalité une chapelle provenant d'une villa détruite en 1920. Ses matériaux proviendrait de la mosquée des galériens turcs bâtie au XVIIIe siècle.

Judaïsme[modifier | modifier le code]

La Grande Synagogue de Marseille.

La présence des Juifs à Marseille est très ancienne. Elle est attestée dès le VIe siècle et Grégoire de Tours rapporte que le juif Priscus, serviteur du roi Chilpéric Ier, maria son fils à une juive de la ville[156]. Selon Augustin Fabre, Marseille fut longtemps l'une des villes les plus propices pour les Israélites, grâce au « contact de tant d'hommes d'origines, de mœurs et de croyances diverses, sans cesses rapprochés par les relations du commerce[157]. »

Les juifs de Marseille avaient au XIIIe siècle les mêmes droits que les chrétiens et les statuts municipaux de la ville arrêtés en 1236 décrètent que tous les habitants de la ville avaient les mêmes franchises, peu importe leur confession[158]. En 1257, les juifs sont même qualifiés de citoyens de Marseille[159].

À partir de 1498 cependant, la population juive à Marseille diminua sensiblement lorsque Louis XII expulsa les juifs de France. Ils furent à nouveau tolérés plus tard et peu d'années avant la révolution de 1789, on leur permit d'avoir un temple rue du Pont[157].

En janvier 1943, durant la rafle de Marseille, les Allemands s'emparent de 4 000 juifs près du Vieux-Port avant de faire expulser puis détruire une partie du centre historique. À la suite de la décolonisation des pays du Maghreb dans les années 1950 et 1960, de nombreux juifs séfarades s'installent dans la ville et font grossir la population israélite de la ville avant d'y devenir majoritaires[160].

Aujourd'hui, il y a 39 synagogues à Marseille[161], dont la Grande Synagogue située rue Breteuil, construite en 1864.

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, la ville abriterait la deuxième population israélite de France avec 80 000 juifs, soit plus de 9 % de la population[120],[Note 9]. Cela représenterait la troisième communauté juive d'Europe, après celles de Paris et de Londres[121].

Autres cultes[modifier | modifier le code]

Il existe à Marseille une pagode bouddhiste dans le 15e arrondissement et une autre dans le 11e. La ville compte également un temple appartenant au culte antoiniste, situé 32 traverse de Tiboulen et qui est en fonction depuis le 18 octobre 1959.

Personnalités liées à Marseille[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entre 2000 et 2012, l'aire urbaine de Marseille a enregistré la deuxième plus forte croissance d'emploi des métropoles européennes de l'OCDE avec +2,1% par an. La métropole d'Aix-Marseille est selon l'OCDE la 40e ville la plus innovante au monde sur 445[162].

Entre 2000 et 2012, le chômage est passé de 14,3 à 10,1% dans l'aire urbaine, mais celui-ci reste toutefois 2 points plus élevé qu'en France, et la ville connait un déficit d'emplois estimé à 62 000 par rapport à la moyenne des métropoles françaises comparables[67]. Les inégalités économiques sont encore marquées, avec un taux de chômage des jeunes atteignant 50 % dans certains quartiers où plus d’un tiers de la population n’a pas de diplôme[163].

Échanges portuaires[modifier | modifier le code]

Le port de Marseille vu de L'Estaque.

Marseille a de tout temps été une ville tournée vers la mer et le port a joué et joue encore un rôle de premier plan dans l'économie de la ville.

Siège de la CMA-CGM dans le quartier d'affaires de Marseille en cours de réalisation.

Au XIXe siècle, la ville est à une situation clef pour les échanges entre la France et ses colonies : elle est au carrefour des routes commerciales qui relient l'Europe à l'Afrique, au Moyen-Orient mais aussi à l'Asie à partir de l'ouverture du canal de Suez en 1869. Le trafic portuaire explose alors, passant de 600 000 tonneaux exportés en 1820 à plus de 7 millions en 1900[164]. L'extension des activités portuaires, jusqu'alors concentrées dans l'actuel Vieux-Port, est alors nécessaire pour faire face à ce flux grandissant de marchandise : durant le Second Empire, de nouveaux bassins agrémentés de quais sont créés à la Joliette, au Lazaret ou à Arenc.

Le port est de nouveau agrandi au XXe siècle, mais vers l'ouest, à l'extérieur de la ville. En 2013, le Grand port maritime de Marseille, qui s'étend de Marseille à Fos-sur-Mer, traite 85 millions de tonnes de marchandises, principalement des hydrocarbures (60 % des trafics)[165]. Il s'agit ainsi du premier port français, du deuxième en Méditerranée derrière Algésiras[166] et du cinquième en Europe[167]. La croissance du trafic de conteneurs depuis 1990 a été très faible comparativement aux principaux concurrents méditerranéens, la part de marché du port de Marseille passant de 18,6 % en 1989 à 5,5 % en 2006[168],[169],[166] même si depuis 2012 le trafic est en forte augmentation (+15% de 2011 à 2013) grâce notamment à la mise en service de nouveaux terminaux[165].

Industries[modifier | modifier le code]

Entre le XVIIe et le XXe siècle, Marseille était une importante ville industrielle, produisant notamment du savon, des tuiles et de la céramique, des produits alimentaires (huiles ou pâtes), de la construction navale.

Toutefois, la décolonisation et la crise de l'industrie française ont grandement affecté le secteur industriel de Marseille. En mars 2009, la fermeture de l'Union Naval Marseille marque probablement la fin de la filière de la réparation navale à Marseille, qui employait encore plus de 6 000 personnes il y a trente ans[170].

Marseille compte deux sites classés Seveso[171].

Zones commerciales et touristiques[modifier | modifier le code]

Le Centre Bourse, ainsi que la rue Saint-Ferréol, la rue de la République, la rue de Rome et le bas de la rue Paradis constituent le cœur commercial de Marseille avec des boutiques de vêtements, chaussures et mode pour l'essentiel. Marseille compte trois centres commerciaux importants à la Valentine, Grand Littoral, la Joliette ; plusieurs autres sont en travaux à la Capelette et au Prado destinés à permettre à la ville de capter la consommation qui se fait jusqu'à alors sur les territoires alentours[172]. Depuis 2012, les commerces du centre-ville sont autorisés à ouvrir le dimanche[173]. Cette autorisation n'a pas donné lieu à des ouvertures systématiques, les commerces de la rue Saint-Ferréol sont fermés le dimanche[174].

Le Vieux Port, le cours Julien et les alentours des plages du Prado concentrent de nombreux restaurants.

Marseille est l'une des villes les plus visitée de France : environ cinq millions de visiteurs s'y sont rendus en 2013, contre 2,8 millions en 1996[66], notamment grâce à la Capitale européenne de la culture[175]. Marseille est par ailleurs la deuxième ville de congrès en France et la 74e au niveau mondial[176]

Marseille est par ailleurs le premier port de croisière de France : en 2013, plus d'un million de croisiéristes ont visités la ville, dont le port de croisière est devenu en 2013 le sixième plus important en Méditerranée[177].

Marseille est aussi parmi les trois premiers complexes de plaisance d'Europe et compte quatre ports de plaisance importants :

  • Le Vieux-Port (3 200 places à quai avec 6 mètres de tirant d'eau)
  • La Pointe Rouge (1 200 places à quai avec un tirant d'eau de 4 à 6 mètres)
  • Le Frioul (650 places à quai dont 150 anneaux réservés aux plaisanciers de passage)
  • L'Estaque (1 500 places dont 145 pour la plaisance).

Pêche et agriculture[modifier | modifier le code]

Marseille est un des principaux ports de pêche de la côte méditerranéenne française. Cependant, les pêcheurs se sont raréfiés ces dernières décennies. En effet, en 2012, pour tout le quartier maritime de Marseille, on ne comptait plus que 235 marins pour 138 navires pratiquant une pêche traditionnelle[178].

Mode et textile[modifier | modifier le code]

À partir du XVIe siècle, Marseille accueille les étoffes que les marchands persans et indians importent en Europe. La ville développe alors sa propre industrie textile et des centaines d'ateliers et de manufactures fleurissent jusqu'au XVIIIe siècle. Des entrepreneurs français et étrangers investissent alors dans ce secteur, à l'image de l'industriel suisse Jean-Rodolphe Wetter dont la manufacture, créée à Marseille en 1744 et spécialisée dans les étoffes indiennes, comptait parmi les plus importantes de France[179].

Au début du XXe siècle, les immigrants arméniens installent des petits ateliers artisanaux dans le quartier de Saint-Jérôme dont un nombres importants subsistent aujourd'hui et se muent parfois en succès commercial, comme les marques Karine Arabian ou K. Jacques Saint Tropez. Dans les années 1970 et 1980, les entrepreneurs maghrébins, spécialisés dans l'importation de textile, s'installent dans le quartier de Belsunce. Laurent Emsellem, fils d'un négociant du quartier, est le fondateur de la marque Kaporal, qui possède en 2013 50 boutiques[179].

Contrairement aux autres aires urbaines françaises qui connaissent des baisses importantes de leur activité textile, le secteur de l'habillement progresse à Marseille où il représente 400 entreprises pour 9400 salariés en 2013[179]. Depuis les années 1970, trois vagues successives de créateurs sont à l'origine de nombreuses marques à succès : Sun Valley, Parakian, Jezequel ou Sugar dans les années 1970-80 ; Sessùn, Kulte, Kaporal, Le Temps des cerises ou American Vintage dans les années 1990-2000 ; Jayko, Zoé la fée ou Les Midinettes dans les années 2000-2010[179].

Recherche[modifier | modifier le code]

La délégation Provence et Corse est le second pôle régional du CNRS après l’Île-de-France. Elle emploie près de 1 900 personnes dont 856 chercheurs auquel il faut ajouter le personnel de l'université d'Aix-Marseille et des autres organismes de recherche tels qu'INSERM ou l'INRA[180].

Ville portuaire, souvent confrontées aux épidémies, Marseille concentre depuis longtemps des compétences en termes de lutte contre les infections : la ville produit en 2015 le tiers des publications scientifiques françaises en infectiologie et se place dans le Top 5 des pôles de compétences mondiaux. En 2013 et 2014, 24 brevets avaient été déposés par des chercheurs marseillais, soit autant que de 1994 à 2013[181].

Un « Infectiopôle » est actuellement construit par la Fondation Méditerranée Infection sur le site de l'hôpital de la Timone[181].

Marché du travail[modifier | modifier le code]

Le quartier d'affaires de la Joliette.

En 2008, sur les 300 831 Marseillais ayant un emploi, 257 794 travaillaient dans la commune, 36 929 dans une autre commune du département, 2 693 dans une autre commune de la région, 3 086 dans le reste de la France métropolitaine[182].

Parmi ceux qui détenaient un emploi à temps complet à Marseille en 2008, 75,7 % avaient un contrat à durée indéterminée (y compris les titulaires de la fonction publique), 9,4 % étaient en contrat à durée déterminée, 6,3 % travailleurs indépendants, 3,8 % étaient employeurs, 1,6 % étaient apprentis, 1,5 % étaient intérimaires, 1,1 % en autres contrats aidés, 0,5 % stagiaires rémunérés[183].

Le nombre d'emplois dans la commune est passé de 297 830 en 1999 à 338 530 emplois en 2008[184], dont 80 736 occupés par des travailleurs habitant hors de la commune.

Marseille est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie Marseille-Provence (membre de la Chambre régionale de commerce et d'industrie Provence-Alpes-Côte d'Azur-Corse) qui gère l'aéroport Marseille Provence à Marignane[185].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue d'une partie du centre-ville.
Article détaillé : Urbanisme à Marseille.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Près de la moitié de la superficie communale est en territoire naturel inconstructible et la ville s'étale sur un territoire extrêmement vaste : Marseille s'étend sur plus de 240,62 km2, ce qui en fait la cinquième commune de la France métropolitaine par sa superficie (2,5 fois plus grande que Paris, 5 fois plus grande que Lyon). Sa densité (3 536 habitants par kilomètre carré) est largement inférieure à des villes entièrement urbanisées telles que Lyon (10 118 hab./km2) ou Paris (21 229 hab./km2), comparable à celle de Toulouse (3 735 hab./km2) ; toutefois si on prend en compte uniquement sa zone habitable (150 km2), sa densité atteint 5 672 hab./km2, ce qui est comparable à Lille (6 533 hab./km2).

Marseille est une ville très accidentée, avec des rues parfois très pentues : le quartier le plus haut de Marseille, Les Trois-Lucs (12e arrondissement), culmine à 242 m d'altitude. Le point le plus élevé du territoire marseillais est le sommet de l'Étoile à 652 m dans le massif du même nom[186].

Longtemps cantonnée au nord de l'actuel Vieux-Port, la ville a fait l'objet d'un premier agrandissement au XVIIe siècle puis se développe au XIXe siècle avec l'essor économique du port.

Projets d'aménagements et travaux en cours[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Euroméditerranée.
La rue de la République réhabilitée.

Depuis 1995, les quartiers d'Arenc et de La Joliette, marqués par leur passé industriel, ainsi que Le Panier et la Porte d'Aix, font l'objet d'une des plus importantes rénovations urbaines d'Europe.

Parmi les grandes opérations, Euroméditerrannée a permis la rénovation de la Rue de la République, des Docks, la construction d'un futur parc autour de la Porte d'Aix, de futurs gratte-ciels aux Quais d'Arenc, de la tour CMA-CGM ainsi que du MUCEM.

L'opération a récemment été étendue à un autre secteur nommé Euroméditerranée 2 vers les quartiers des Crottes et du Le Canet. Elle prévoit la construction d'une Corniche Nord au-dessus du littoral, d'un pôle multimodal de transport à Capitaine Gèze et d'un parc le long du ruisseau des Aygalades[187].

Transports[modifier | modifier le code]

Marseille présente les particularités d'être la ville la plus embouteillée de France (et la 18ème mondiale) et d'héberger le principal port français de croisière.

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

Les accès à Marseille.

Marseille est le point d'aboutissement sud de la grande transversale nord-sud constituée par les autoroutes A1, A6 et A7 reliant Lille à Marseille via Paris et Lyon, ainsi que de toutes les autoroutes affluentes, dont l'A9/A54 en provenance de Nîmes et l'A51 d'Aix-en-Provence. L'autoroute Nord ou autoroute du soleil est ainsi la principale porte d'entrée routière de la ville : elle traverse tout le nord de la ville et aboutit en centre-ville, à la porte d'Aix.

Deux autres autoroutes pénètrent dans Marseille :

La jonction de ces deux autoroutes s'effectue par le tunnel sous le Vieux-Port et l'ensemble constitue une traversée de la ville quasiment sans interruption.

L'A507, dite L2, est un semi-périphérique en construction depuis de nombreuses années. Elle doit relier l'autoroute Nord à l'autoroute Est en traversant le 12e arrondissement, elle sera ouverte en 2017.

Les anciennes nationales 8 (route de Marseille) et 113 par lesquelles on accédait à Marseille depuis le nord n'ont plus qu'un intérêt local et ont été déclassées en départementales. Trois autres routes rayonnent à partir de la ville : la D568 (ex-N568, la route du Rove) au nord-ouest, la D908 (ex-N8bis) au nord-est et la D559 (ex-N559, route de la Gineste). Toutes trois sont sinueuses et ont un profil accidenté, mais sont largement utilisées pour les trajets domicile-travail des habitants des banlieues qu'elles desservent (Côte bleue, bassin de Valdonne-Fuveau, Cassis).

La circulation routière est un problème majeur dans la ville française la plus embouteillée (et la 18ème mondiale) en 2015[188].

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Le nouveau tramway, mis en service en 2007.
Rame de métro à La Fourragère.

La Régie des transports de Marseille (RTM), régie publique, gère les transports urbains au sein de Transmétropole du territoire Marseille-Provence.

Marseille compte 119 lignes de bus qui desservent l'ensemble de la ville ainsi qu'Allauch, Plan-de-Cuques et Septèmes-les-Vallons sur un réseau de 950 km. Les parcours et la numérotation des lignes de bus reprennent encore en grande partie celles du réseau de l'ancien tramway de Marseille presque entièrement supprimé à partir des années 1960. Des trolleybus ont circulé à Marseille jusqu'en 2004, où ils ont été remplacés par des bus classiques.

En raison de l'étendue de la ville et des difficultés de circulation, la vitesse moyenne des bus de Marseille est relativement lente, à 12 km/h. Un dispositif de vidéoverbalisation est mis en place afin de libérer les voies de bus du stationnement et améliorer la fluidité du trafic des autobus[189].

Le réseau de métro comporte deux lignes représentant 21,5 km et 30 stations. La première ligne a été ouverte en 1977, la dernière extension datant de 2010. Une station supplémentaire (Capitaine Gèze) est en travaux sur la ligne 2, après le terminus actuel de Bougainville, qui prolonge la ligne au-delà d'Arenc.

Le tramway compte trois lignes totalisant 15,8 km et 40 arrêts. Le réseau a été ouvert en 2007.

Trois lignes de bus à haut niveau de service ont été mises en service en 2014 et une autre est prévue[190].

De mars à septembre, un service de navette maritime est mis en place entre le Vieux-Port, la Pointe Rouge, Les Goudes et le Vieux-Port et L'Estaque. Le ferry boat permet de traverser le Vieux-Port de l'Hôtel de ville à la place aux Huiles. Mis en service en 1880, c'est aujourd'hui principalement une ligne touristique.

Le système de vélopartage « Le vélo » a été mis en place en 2007. Il comporte 130 stations et 1 000 vélos, situées principalement en centre-ville et au sud-ouest, il fonctionne 24h/24 depuis 2013. La ville s'est toutefois vu décerner par la Fédération des usagers de la bicyclettes le prix du « Clou Rouillé » en 2013 qui épingle les communes pour les initiatives à ne pas faire en termes d'aménagements cyclables.

La principale gare routière de Marseille est située à Saint-Charles. Elle est exploitée par la RTM et accueille la majorité des autocars desservant les Bouches-du-Rhône (Cartreize), la région PACA (LER) ou l'Europe (Eurolines et IDBUS) ainsi qu'une navette vers l'aéroport de Marignane.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La façade d'origine de la gare de Marseille-Saint-Charles.

La gare de Marseille-Saint-Charles, aboutissement de la ligne Paris-Lyon-Marseille, est inaugurée en 1848. La gare devient alors et pendant longtemps le point de passage obligé des voyageurs vers l'Afrique ou le Moyen-Orient. L'électrification de la ligne est achevée en 1962. L'ouverture de la LGV Sud-Est en 1981 signe l'arrivée du TGV. La ligne est prolongée en 2001 par la LGV Méditerranée, qui met Paris à trois heures de Marseille. Aussi, depuis le 1er mai 2015, Eurostar a ouvert une ligne Londres-Marseille desservant aussi Avignon et Lyon et mettant ainsi Marseille à 7h30 de Londres.

La gare Saint-Charles est également le terminus de la ligne de Marseille à Vintimille et accueille le trafic TGV vers l'ouest et le nord de la France, ainsi que celui d'Intercités du sud-ouest via Montpellier et vers la Savoie et la Suisse via Grenoble. Elle est également au cœur du réseau de Transport express régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (TER) dont la ligne vers Aix-en-Provence a été récemment rénovée et celle vers Toulon est en train d'être triplée.

Dans le cadre du projet de la Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur destiné à relier Nice à Marseille, la gare de Marseille-Saint-Charles doit faire l'objet de travaux pour construire une nouvelle gare souterraine. À cette occasion, la gare de la Blancarde devrait également être réaménagée pour accueillir une gare TGV et un tunnel devrait être construit entre les deux gares.

Marseille est également desservie par onze autres gares dont les plus importantes sont celles de la Blancarde et de L'Estaque.

Desserte aérienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aéroport de Marseille Provence.
Entrée du terminal MP2 de l'aéroport Marseille-Provence.

L'aéroport international de Marseille-Provence se situe à 25 kilomètres du centre de Marseille, sur la commune de Marignane, au bord de l'étang de Berre. C'est le troisième aéroport de France hors Île-de-France[191]. Il a accueilli en 2012 8,3 millions de passagers et plus de 53 000 tonnes de fret.

Son trafic est principalement orienté vers Paris, la Corse, l'Europe, et l'Afrique du Nord. L'ouverture en de l'aérogare MP2 entièrement consacrée aux compagnies à bas prix a permis de développer le nombre de passagers et de destinations, notamment vers l'Europe.

En plus des liaisons vers Montréal et Toronto, une liaison vers New York a été ouverte en 2013.

L'aéroport est desservi par des navettes d'autocars qui le relient à la gare Saint-Charles et à la gare d'Aix-en-Provence TGV et, depuis 2008, par la gare de Vitrolles-Aéroport-Marseille-Provence.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand port maritime de Marseille.

Les liaisons maritimes régulières sont au nombre de 220, la moitié étant vers la Méditerranée, l'Afrique et le Moyen-Orient. Elles relient le port de Marseille à 400 ports de 120 pays différents. Marseille est l'un des principaux points d'accès à la Corse dans le cadre de la continuité territoriale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments remarquables[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Peinture de main humaine dans la grotte Cosquer, datée de 27 000 ans avant notre ère.

Située au sud de la ville, la grotte Cosquer, découverte en 1992, est une grotte ornée paléolithique, fréquentée entre 27 000 et 19 000 avant le présent, dont l'entrée située sous la mer rend l'accès difficile.

Peu de traces existent encore de la ville grecque ou romaine. Les plus visibles sont celles du port antique, situé au nord-est de l'actuel Vieux-Port, dans le Jardin des Vestiges au cœur du Musée d'histoire de Marseille. On peut y trouver des restes des fortifications grecques, de la tour de défense, de la voie dallée romaine, du bassin d'eau douce ou des terrasses funéraires.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

La ville s'étant toujours reconstruite sur elle-même au fil de l'urbanisation, Marseille médiévale est, selon l'expression de Thierry Pécout, une « ville de papier » que seuls historiens et archéologues peuvent faire revivre compte tenu de la disparition de nombreux bâtiments médiévaux et du remodelage de la ville aux époques modernes et contemporaines[192].

L'abbaye Saint-Victor, dont les parties les plus anciennes datent du XIe siècle, a été construite sur ce qui est peut-être le lieu de culte chrétien le plus ancien de France.

La Vieille Major, l’ancienne cathédrale de la ville, a été édifiée à partir du XIIe siècle à l’emplacement d’une première église datant de la fin de l'Antiquité.

L'église Saint-Laurent, bâtie au XIIIe siècle dans un style roman provençal, est la paroisse des pêcheurs de Marseille.

Renaissance et période classique[modifier | modifier le code]

Des deux forts construits à l'entrée du Vieux-Port par Louis XIV pour surveiller la ville au XVIIe siècle, seul le fort Saint-Nicolas est encore occupé par l'armée. Le fort Saint-Jean, dont la tour carré fut construite dès le XVe siècle par René d'Anjou, est aujourd'hui occupé par le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée. De l'arsenal des galères qui occupait la rive sud du port, seul subsiste aujourd'hui la capitainerie.

Bastides[modifier | modifier le code]

Le Château de la Buzine, bastide marseillaise célèbre pour avoir été celle de Marcel Pagnol.

Les bastides sont un élément caractéristique du terroir marseillais. Domaines secondaires de campagne de la bourgeoisie marseillaise, on en dénombrait plus de 6 500 en 1773. Cette pratique était tellement répandue que Stendhal considérait que « c'est pour cela qu'il n'y a pas de spectacle le samedi : ce jour-là, dès que la Bourse est finie, chacun s'enfuit à sa Bastide [...] »[193]

On en recense aujourd'hui encore 254 mais si certaines comme la Buzine ont été rénovées ou reconverties, beaucoup sont en décrépitude et menacées de destruction[194].

Second Empire[modifier | modifier le code]

Beaucoup de monuments marseillais ont été construits lors de la seconde moitié du XIXe siècle, alors que la ville était en plein essor économique, en particulier durant le Second Empire. C'est notamment le cas du palais du Pharo (1858), du palais de la Bourse (1860), de l'Hôtel de préfecture (1866) ou de l'Église des Réformés (1886), plus tardive et de style néo-gothique.

Henri-Jacques Espérandieu est l'auteur de plusieurs monuments célèbres de la ville comme le Palais Longchamp (1862), la basilique Notre-Dame-de-la-Garde (1864) et le Palais des arts (1864). Construite entre 1855 à 1864[Lien à corriger] avec Henri Révoil, Notre-Dame-de-la-Garde, aussi appelée la Bonne Mère, est célèbre pour son architecture romano-byzantine et sa statue en cuivre doré de la Vierge à l'Enfant qui domine l'édifice, œuvre du sculpteur Eugène-Louis Lequesne.

Autre édifice romano-byzantin, la cathédrale de la Major, dans le quartier de La Joliette, fut achevée en 1893 sur le site de l'ancienne Major du XIIe siècle dont subsistent le chœur et la travée.

À cette époque est également percée la rue de la République, ornée de bâtiments haussmanniens et qui relie le Vieux-Port au nouveau port de la Joliette.

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

Marseille garde de nombreuses traces de son histoire industrielle et nombre de ces lieux sont en cours de reconversion. La manufacture des tabacs, construite en 1868 dans le quartier de la Belle de Mai est, après avoir été longtemps à l'état de friche, occupée par un lieu culturel, les Archives municipales et un Pôle média.

Dans le quartier de la Joliette, le silo à céréales d'Arenc a été reconverti en salle de spectacle et les immenses docks ont été entièrement rénovés et convertis en bureaux et centre commercial.

De l'industrie de la savonnerie seules subsistent trois usines en fonctionnement dans les Quartiers Nord. D'autres, parfois en friche, parsème le nord et l'est de la ville.

Architecture moderne[modifier | modifier le code]

L'architecte Fernand Pouillon a construit de nombreux bâtiments dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Il fut notamment chargé de la reconstruction du quartier du Vieux-Port détruit durant la rafle (les célèbres immeubles Pouillon) ou du Contrôle sanitaire, aujourd'hui occupé par le musée Regards de Provence.

Le Corbusier a construit en 1952 à Marseille sa Cité radieuse (appelée localement « Le Corbusier » ou la « maison du fada »[195]), exemple de l'architecture brutaliste et de son principe d'Unité d'habitation. L'immeuble peut être visité et son toit-terrasse panoramique accueille un musée d'art contemporain, le MaMo.

Architecture post-moderne[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son renouveau urbain, la ville voit aujourd'hui la construction d'édifices d'architecture post-moderne comme le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, la tour CMA-CGM ou la Villa Méditerranée.

Lieux et quartiers[modifier | modifier le code]

La Corniche au niveau du Petit Nice.

La Canebière, artère emblématique de Marseille, s'étend du Vieux-Port à l'Église des Réformés. Elle devient célèbre mondialement à partir de la fin du XIXe siècle, les marins étrangers s'arrêtant dans les nombreux cafés et bars de la rue : le Café turc (1850), le Café de France (1854), le Café allemand (1866), ou encore le somptueux Café Riche.

La Corniche qui longe la mer au sud du Vieux-Port a été aménagée au XIXe siècle puis élargie de 1954 à 1968. Elle est bordée à l'est de villas du XIXe dont celle de la célèbre artiste marseillaise de music-hall Gaby Deslys, côtoie le pittoresque Vallon des Auffes et accueille le marégraphe de Marseille, construit en 1883.

Le Panier est la vieille ville de Marseille, célèbre pour son architecture méditerranéenne et ses ruelles provençales. Les Goudes est un quartier formé de petits cabanons de pêcheurs épargnés par l'urbanisation du littoral. La Treille est un ancien village perché au sommet d'une colline et célèbre pour avoir accueilli l'écrivain et cinéaste Marcel Pagnol. Le Cours Julien et la Plaine forment quant à eux les quartiers alternatifs de la ville, emblématiques du street art et de la culture altermondialiste.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Marseille est entourée par les massifs montagneux, dessinant un arc de cercle autour de la ville : au nord, la chaîne de l'Estaque, ou de la Nerthe, puis, du nord de la ville jusqu'à l'est, le massif de l'Étoile qui rejoint le Garlaban situé plein est. Au sud-est se trouve le massif de Saint-Cyr et enfin, au sud, le massif de Marseilleveyre.

Marseille compte également plusieurs parcs urbains répartis sur l'ensemble de son territoire. Au centre-ville se trouve le parc Longchamp, le parc du 26e Centenaire ou encore le jardin du Pharo. Au sud se situent notamment le parc Borély, aménagé entre 1860 et 1880 et au sein duquel se tient le château Borély, le parc balnéaire des plages du Prado et le Parc Valmer, tout deux situés en bord de mer, le parc de la campagne Pastré, ou encore le parc de la Maison Blanche, bâti en 1840 et qui abrite une bastide.

Au nord de la ville, le parc François Billoux à Saint-Louis, le parc du Grand Séminaire situé aux Aygalades, le Parc Athéna à Château-Gombert et le parc de la Bastide Montgolfier à Sainte-Marthe ainsi que la Parc de Font Obscure, en plein milieu des grands ensembles du 14e arrondissement de la ville, sont également remarquables. Enfin, à l'est de la ville se trouvent entre autres le parc Saint-Cyr, dans le quartier de Saint-Loup et le parc de la Buzine, célèbre pour être celui du Château de ma mère de Marcel Pagnol[196],[197].

Les calanques de Marseille constituent une zone naturelle majeure : elles accueillent presque 2 millions de visiteurs par an[198] et forment depuis 2012 un parc national, le premier parc national périurbain d'Europe[199].

Équipements et événements culturels[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des musées de Marseille.
Le MuCEM la nuit.

Marseille possède 26 musées, soit le plus grand nombre en France après Paris[réf. nécessaire], notamment le musée d'histoire de Marseille, le musée Cantini, le musée d'art contemporain, le Muséum d'histoire naturelle et le musée des beaux-arts.

Le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM), situé sur l'esplanade du J4 et dans le fort Saint-Jean, a ouvert en 2013. Il s'agit d'une musée national et du musée le plus visité de la ville, avec 2 millions de visiteurs en 2013[200] .

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

L'Alcazar, ancien music-hall reconverti en bibliothèque.

Marseille compte 8 bibliothèques municipales au total[201]. La plus importante d'entre elles, l'Alcazar, est située en centre-ville sur le Cours Belsunce. Autrefois célèbre salle de spectacle qui a vu se révéler de nombreuses stars du début du XXe siècle, le lieu est transformé en bibliothèque municipale à vocation régionale en 2004.

Les sept autres bibliothèques municipales sont celles du Merlan, de Bonneveine, des Cinq-Avenues, de la Grognarde, de Saint-André, du Panier et de Castellane[202].

Cinémas[modifier | modifier le code]

Les principaux cinémas de Marseille sont les suivants :

  • Le Prado : généraliste
  • Les Variétés : arts et essais
  • Le César : arts et essais
  • Le Gyptis : arts et essais
  • L'Alhambra : arts et essais
  • Le Chambord : diffusion de quelques films en V.O.

Théâtres[modifier | modifier le code]

La façade du théâtre de la Criée.

Le théâtre du Gymnase est un théâtre à l'italienne construit dès 1804. Au cours du XXe siècle, il fait office de salle de théâtre avec des acteurs comme Louis Jouvet, Jean Weber, mais aussi de salle de concert avec Jacques Brel, Reda Caire ou Charles Aznavour. Fermé en 1980 pour cause de vétusté, il rouvre en 1986 grâce au mécène américain Armand Hammer. Il a également été rénové en 2015 ainsi que sa façade[203].

La Criée est le théâtre national de Marseille. Ancienne criée aux poissons, le théâtre est fondé en mai 1981 et se situe au 30, quai de Rive Neuve à Marseille.

Parmi les autres théâtres de la ville : le Merlan, le Gyptys, les Bernardines, Joliette-Minorterie, le Toursky.

Opéra et ballet[modifier | modifier le code]

L'Opéra de Marseille.

L'Opéra de Marseille a été construit en 1920 à la place du Grand-Théâtre de 1786, détruit par un incendie en 1919. Il fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 13 février 1997.

Marseille abrite un ballet national depuis 1972. Dénommée à l'origine Les Ballets de Marseille, la compagnie est composée d'une quarantaine de danseurs, avec Dominique Khalfouni, ancienne étoile du Ballet de l'Opéra national de Paris, comme étoile principale.

Salles de spectacle et lieux festifs[modifier | modifier le code]

Événement sur le toit-terrasse de la Friche Belle de Mai.

Le Dôme est la principale salle de spectacle de Marseille. Elle peut accueillir de 1 200 à 8 500 spectateurs selon la configuration du spectacle. Depuis son inauguration en 1994, la salle a accueilli en moyenne 300 000 spectateurs par an.

Le Silo est une salle de spectacle située à La Joliette depuis 2011 sur le site d'ancien silo à céréales. Le lieu se veut dans le style des théâtres à l'italienne constitués de plusieurs balcons autour d’un parterre central. La salle offre une capacité totale de 2 050 places dont la configuration varie en fonction du type de spectacle proposé.

L'Espace Julien, situé au Cours Julien, et Le Moulin sont des salles d'envergures moyennes accueillant des événements complémentaires.

La Friche Belle de Mai est lieu culturel ouvert en 1992 à la place de l'ancienne Manufacture des tabacs de Marseille. Depuis 2002, elle abrite une salle de spectacle, le Cabaret aléatoire, ainsi qu'un skatepark depuis 2009. Depuis récemment, elle accueille également des festivals et autres événements festifs sur son toit-terrasse.

Les Terrasses du Port, centre commercial ouvert en 2014 et situé à La Joliette abrite un toit-terrasse accueillant régulièrement des événements festifs avec un panorama sur la mer.

Les Dock des Suds, ouverts en 1998 à place d'un entrepôt de stockage d'épices, est un lieu culturel et associatif marseillais consacré aux musiques du monde et à des manifestations alternatives. Disposant d'une salle de 2800 personnes (Salle des Sucres) et d'un espace discothèque de 1 400 personnes (Cabaret des Suds), ainsi que d'un terrain extérieur, il est utilisé pour les festivals de grande envergure.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La ville accueille de nombreux festivals, pour beaucoup créés ces vingt dernières années.

Marseille et les arts[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Hip-hop à Marseille et Rock à Marseille.
IAM à l'Olympia de Montréal.
Gari Greu du groupe Massilia Sound System en 2015.

À la fin du XVIIIe siècle s'illustrent les compositeurs Domenico Della-Maria et Stanislas Champein, puis Ernest Reyer à la fin XIXe siècle, ainsi que Henri Tomasi et Vincent Scotto au début du XXe siècle, le premier dans le genre néo-classique et le second dans l'opérette et la chanson française. Paul Mauriat s'est lui fait connaitre dans le genre de la Musique de variétés du XXe siècle.

Proche de New York et pionnière dans l'introduction et la diffusion du hip-hop en France, Marseille devient dans les années 1990 une des principales scènes du hip-hop français et européen[204]. Le mouvement hip-hop arrive à Marseille depuis le centre-ville, dans les quartiers de l'Opéra, de la Gare Saint-Charles et du Cours Julien, avant de s'étendre aux quartiers nord et au reste du territoire. À la fin de la décennie, le groupe de danse des Marseille City Breakers acquièrent une renommée nationale alors que le hip-hop n'en est qu'à ses balbutiement sur le Vieux Continent[205].

En 1993, le groupe IAM sort Je danse le mia qui connait un succès phénoménale et annonce l'âge d'or du rap marseillais. Parmi les albums les plus emblématiques de cette époque figurent Métèque et mat (1995) d'Akhenaton, L'École du micro d'argent d'IAM (1997), Chroniques de Mars (1998), compilation où figurent les principaux acteurs de l'époque, Où je vis (1998) de Shurik'n, Hier, Aujourd'hui, Demain (1999) du 3e Œil, et Art de Rue (2001) de la Fonky Family. À travers leurs textes, ils apportent un témoignage unique sur la misère sociale et les difficultés que traversait la ville dans les années 1990, notamment dans des titres comme Demain, c'est loin (1997) d'IAM.

À partir du début des années 2000, on note un déclin du hip-hop marseillais sur la scène française[204], malgré la présence d'artistes comme Psy 4 de la rime, dont sont issus Soprano et Alonzo, Kenza Farah, L'Algerino, Faf Larage ou Keny Arkana. Néanmoins, le hip-hop marseillais reste aujourd'hui un vivier de créativité avec l'émergence d'acteurs comme Under Kontrol, champions du monde de Human Beatbox, ou Chinese Man Records, label du collectif Chinese Man.

La scène rock marseillaise est représentée par Dagoba (groupe de metal industriel), Oai Star ou Quartiers nord.

Mêlant styles contemporains et traditionnels, Massilia Sound System, Moussu T e lei Jovents et Lo Còr de la Plana s'attachent à faire vivre la langue occitane en la mariant à des courants contemporains.

Spectacle vivant[modifier | modifier le code]

Article connexe : Opérette marseillaise.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Marseille est l'une ville-phare du cabaret, de l'opérette et du music-hall, comme l'atteste le succès de l'Alcazar. Parmi les grands noms de cette période, nombre d'entre eux comme Yves Montand, Tino Rossi, Alibert, René Sarvil, Vincent Scotto, Raimu, Maurice Chevalier, Gaby Deslys, Félix Mayol ou encore Fernandel débutèrent à Marseille avant de connaître le succès dans la capitale.

À Paris, on nomme alors ce mouvement l'opérette marseillaise, des spectacles à la fois joués et chantés évoquant la vie méridionnale, les romances légéres et jouant des stéréotypes marseillais. Parmi les œuvres les plus fameuses, citons : Au pays du soleil (1932), Trois de la Marine (1933), Un de la Canebière (1935), Les Gangsters du château d'If (1936), Le Roi des galéjeurs (1938) ou Les Gauchos de Marseille (1945).

Maurice Béjart, danseur et chorégraphe, a beaucoup contribué à la naissance de la danse moderne en France et en Belgique dans les années 1960.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Marcel Pagnol, célèbre romancier et metteur en scène marseillais.
L'acteur marseillais Fernandel aux côtés de l'Italien Totò dans La loi, c'est la loi (1958).

L'histoire du cinéma marseillais est marquée par la représentation populaire construite autour de la ville. Ainsi, elle est tantôt décrite au travers de comédies, souvent dramatiques, accompagnées de leurs Marseillais populaires (la Trilogie marseillaise de Marcel Pagnol, La Bonne Étoile de Jean Boyer ou À la vie, à la mort ! de Robert Guédiguian), tantôt à travers son milieu mafieux (À bout de souffle de Jean-Luc Godard, Borsalino de Jacques Deray ou French Connection de William Friedkin)[206],[207].

Henri Verneuil (1920-2002), de son vrai nom Achod Malakian, débarque à Marseille à l'âge de quatre ans, sa famille fuyant le génocide arménien en cours en Turquie. En 1996, il reçoit le César du cinéma pour l'ensemble de sa carrière.

Fils d'un docker et d'une poissonnière, Paul Carpita (1922-2009) nait dans une famille modeste. Il filme la cité portuaire, populaire et travailleuse, dans Le Rendez-vous des quais (1955), frappé d'interdiction puis censuré jusqu'en 1989, ou bien Marseille sans le soleil (1960). René Allio (1924-1995) voit dans sa ville natale, melting-pot culturel et social contrasté, un bassin d'expérimentation sociale. Il dresse de Marseille un portrait sans concession, partagé entre fascination et critique, dans La Vieille Dame Indigne (1965), Retour à Marseille (1979) ou L'heure exquise (1980).

Robert Guédiguian (1953-), fils d'immigrés arméniens et issu du milieu ouvrier, est à l'origine du renouveau du cinéma marseillais. Se définissant comme un « cinéaste de quartier », il expose avec humour et affection des thèmes comme le racisme, la pauvreté et la drogue sur fond de désillusion sociale dans Marius et Jeannette (1997), À la vie, à la mort ! (1995) ou La Ville est tranquille (2000).

C'est à Marseille qu'est filmée la série Plus belle la vie, dans les studios de la Belle de mai et qu'est actuellement tournée la future série de Netflix intitulée Marseille et prévue pour 2016.

Récemment, Marseille est devenue la deuxième ville de France la plus filmée après Paris : elle a accueilli selon la mairie plus de 1 300 tournages en dix ans, dont 15 longs-métrages en 2014. Le cinéma génère en 2015 168 millions d’euros de retombées indirectes et 30 millions d’euros de retombées directe[208].

Littérature[modifier | modifier le code]

Petronius (Pétrone)

Marseille a vu naître à travers son histoire plusieurs écrivains célèbres, dont parmi les plus fameux Pétrone (14 - 66), Edmond Rostand (1868 - 1918), André Suarès (1868 - 1948), Marcel Pagnol (1895 - 1974) ou Antonin Artaud (1896 - 1948).

Fidèle à sa réputation de ville de passage et de refuge, Marseille a souvent accueilli et inspiré les voyageurs qui y ont fait escale avant de partir vers l'Orient[209], comme Joseph Conrad ou Arthur Rimbaud, ainsi que de nombreux écrivains fuyant les persécutions diverses du début du XXe siècle, à l'image d'Albert Cohen ou d'André Breton.

Dans l'Antiquité émergent quelques écrivains notables comme Pétrone, auteur supposé du Satyricon, Salvien de Marseille (Ve siècle) ou Jean Cassien (~360/365 - ~433/435), fondateur de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille et auteur d'une œuvre doctrinale importante qui a profondément influencé le monachisme occidental du Ve siècle à nos jours.

Au cours du Moyen Âge s'illustrent les troubadours Paulet de Marseille et Folquet de Marseille (~1155 - 1231).

Folquet de Marselha (Folquet de Marseille)

Robert Ruffi (1542 - 1638), écrivain et poète de langue d'oc, et Honoré d'Urfé (1567- 1625), auteur du premier roman-fleuve français, sont des figurent importantes de la littérature française durant la Renaissance.

Au XIXe siècle, la ville reste à l'écart de la renaissance félibréenne mais est toutefois le siège d'une importante littérature ouvrière en provençal, sous l'inspiration du poète Victor Gelu et dont les auteurs s'autoproclament troubaire marsihés[210].

Au cours de cette période, Marseille accueille et inspire des voyageurs romantiques comme Stendhal, Alexandre Dumas (qui y situe son roman Le Comte de Monte-Cristo), Gustave Flaubert, Gérard de Nerval, Victor Hugo, Théophile Gautier, Chateaubriand ou Arthur Schopenhauer (qui écrit être convaincu que « Marseille est la plus belle ville de France. Elle est tellement différente de toutes les autres. »)[211] C'est également à Marseille qu'Honoré de Balzac situe la résidence de la baronne de Macumer dans Mémoires de deux jeunes mariées ou que le père de Modeste Mignon de La Bastie revient avec sa fortune retrouvée dans Modeste Mignon.

À la fin du siècle, le Marseillais Edmond Rostand écrit le célèbre Cyrano de Bergerac (1897). Le poète Arthur Rimbaud abandonne l'écriture dans la seconde partie de sa vie pour une vie d'aventurier et de marchands. Grand voyageur, Rimbaud séjourne plusieurs fois à Marseille, carrefour de tous les continents à la fin du XIXe siècle. « Dès que Rimbaud voulait aller au Moyen-Orient, il n'y avait en France qu'un seul port où des bateaux se rendaient en Égypte. Et c'était Marseille, » affirme le critique littéraire Jean-Baptiste Baronian. L'unique rencontre de Rimbaud avec le milieu littéraire marseillais s'incarne en la personne de Laurent de Gavoty, directeur en 1889 du bimensuel La France moderne et célèbre pour avoir écrit la dernière lettre littéraire reçue par le poète français. Rimbaud a également été proche du poète marseillais Jean Lombard, et certains spécialistes notent des influences réciproques dans leur écriture[212]. Marseille est également le dernier voyage du poète : malade en 1891, il est débarqué dans ville et accueilli à l'hôpital de la Conception où il finit ses jours[213].

Edmond Rostand, auteur du célèbre Cyrano de Bergerac.

Joseph Conrad arrive à Marseille en 1874 à l'âge de dix-sept ans dans l'espoir de devenir marin. La ville devient son port d'attache jusqu'en 1878, année où il décide de s'enroler dans la marine anglaise. Deux de ses romans témoignent de son passage dans la cité : La flèche d’or, roman de la jeunesse, et Le frère-de-la-côte, récit d’une dernière mission dans la presqu’île de Giens[214].

Le dramaturge marseillais Antonin Artaud marque lui le début du XXe siècle avec Le Théâtre et son double dans lequel il développe le concept de Théâtre de la cruauté. Albert Londres, qui voyage à Marseille au même moment, écrit Marseille, porte du sud en 1927.

André Suarès publie quant à lui en 1932 son fameux Voyage du condottière. Le dramaturge marseillais André Roussin a aussi été directeur du théâtre de la Madeleine et membre de l'Académie française.

Antonin Artaud est particulièrement connu pour le Théâtre de la cruauté qu'il a inventé.

Le poète André Gaillard s’installe à Marseille en 1920 avant d'y mourir neuf ans plus tard. Ami des surréalistes, proche du Grand Jeu, il se lie à Léon-Gabriel Gros et Jean Ballard, avec qui il collabore activement aux Cahiers du Sud.

« Nous ne connaissions personne à Marseille où, de notre île grecque de Corfou, nous avions débarqué comme en rêve [...]. Pourquoi Marseille ? Le chef de l'expédition lui-même n'en savait rien. Il avait entendu dire que Marseille était une grande ville. »

— Albert Cohen, Le livre de ma mère

Albert Cohen passe toute son enfance à Marseille, après que ses parents y ont émigré l'année de ses 5 ans pour fuir les persécutions antisémites sur l'île grecque de Corfou. Il raconte cette période de sa vie passée dans le quartier de la Plaine au sein de plusieurs de ses œuvres comme Le livre de ma mère ou Ô vous, frères humains. Au lycée Thiers, il rencontre Marcel Pagnol, avec qui il se lie d'amitié et imagine dans les hôtels chics de la Canebière une partie du récit de son roman le plus célèbre, Belle du Seigneur.[215]

Marcel Pagnol devient célèbre avec son œuvre théâtrale la Trilogie marseillaise, composé de Marius (1929), Fanny (1931) et César (1946), qu'il adapte ensuite au cinéma. Également célèbre, son autobiographie romancée est formée de La Gloire de mon père (1957), du Château de ma mère (1957), du Temps des secrets (1960) et du Temps des amours (1977, inachevé). Enfin, son diptyque L'Eau des collines, composé de Jean de Florette et de Manon des Sources, est publié en 1963.

Walter Benjamin passe par Marseille à trois reprises : en 1926 et en 1928, puis juste avant son suicide en 1940. Près du Vieux Port, il a pour ami le romancier et historien d’art Marcel Brion qui l’introduit auprès de Jean Ballard. La ville le fascine et il décrit ses expériences dans plusieurs récit comme Hashish à Marseille.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Marseille accueille les surréalistes, avec dans leurs rangs André Breton, qui y compose Fata Morgana, Victor Brauner, Max Ernst ou André Masson. Réfugiés dans l’attente d’un visa à la villa Air-Bel, siège du Comité américain de secours aux intellectuels créé par Varian Fry, ils reconstituent un groupe et trompent l’ennui par des cadavres exquis dessinés et la création du Jeu de Marseille, inspiré du tarot de Marseille.

Anna Seghers, fuyant elle aussi les persécutions nazies, se réfugie elle aussi dans la ville où elle situe la trame de son roman Transit.

Simone de Beauvoir obtient son premier poste de professeur à Marseille en 1931, tandis que Jean-Paul Sartre est nommé dans un lycée du Havre[216]. René Char a également vécu et étudié à Marseille au début du XXe siècle.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, Jean-Claude Izzo et Philippe Carrese, précurseurs du polar marseillais, situent plusieurs de leurs romans noirs dans leur ville natale.

Peinture et sculpture[modifier | modifier le code]

Pierre Puget, célèbre sculpteur marseillais.
Paysage marin près de Marseille (1882) d'Adolphe Monticelli.

Pierre Puget, célébré comme « le Michel-Ange de la France » aux XVIIIe et XIXe siècles et natif de Marseille, est l'un des représentants de l'esprit classique français du Grand Siècle dans la sculpture, avec des œuvres comme Milon de Crotone ou la Vieille Charité. Il est en outre l'un des introducteurs de l'Art baroque en France.

Au XIXe siècle s'illustre le caricaturiste Honoré Daumier. Surtout connu pour ses caricatures d'hommes politiques et ses satires du comportement de ses compatriotes, il a changé la perception que nous avons sur l'art de la caricature politique.

La mer à l'Estaque, 1878-1879, Paul Cézanne, huile sur toile, 73 × 92 cm, Musée Picasso de Paris.

Le sculpteur César, membre des Nouveaux Réalistes à partir des années 1960 et à l'origine, entre autres, du trophée de la cérémonie des César du cinéma, a grandi dans le quartier de la Belle-de-Mai. Autre sculpteur célèbre de la ville, Auguste Carli est l'auteur de l'Escalier monumental de Saint-Charles. Le designer Ora-ïto est connu pour ses créations atypiques, se voulant élégantes, futuristes, parfois humoristiques. ll commence sa carrière à la fin des années 1990 en proposant des objets imaginaires en revisitant des produits existants comme un sac à dos Louis Vuitton, une bouteille Heineken ou une mallette pour ordinateur portable Apple. De grandes marques comme Adidas, l’Oréal, Davidoff, Nike, ou Guerlain vont rapidement s'intéresser à ses créations et le sélectionnent pour designer différents projets. En 2013, il crée un espace d'exposition contemporaine, le MaMo, au sommet de la Cité Radieuse du Corbusier.

Le Pouce de César. Ludwig Museum, Coblence.

Aux entrées nord et sud du tunnel autoroutier de Saint-Antoine, se trouve une œuvre du sculpteur Jean-Marie Baumel nommée Marseille et la mer Méditerranée. Les deux sculptures représentent, au nord, Marseille avec un bateau, l'abbaye de Saint-Victor et l'Hôtel de ville et, au sud, la Provence avec une allégorie de la région, le palais des papes d'Avignon et les arènes d'Arles[217].

Collages de JR à la Belle de Mai.

La peinture marseillaise est quant à elle représentée par Adolphe Monticelli, Joseph Garibaldi, Henri Pinta ou Valère Bernard, ce dernier étant également écrivain et poète d'expression occitane. Les paysages naturels et industriels du quartier de l'Estaque ont également été une source d'inspiration pour de grands peintres français qui y ont séjourné entre 1870 et 1914, tels que Paul Cézanne, Georges Braque, Charles Camoin (de 1906 à 1910), André Derain (en 1905), Raoul Dufy, Othon Friesz (en 1907), Albert Marquet (de 1916 à 1918) et Auguste Renoir. Les œuvres impressionnistes de Cézanne, premier de ces peintres à fréquenter L'Estaque, ont eu une forte influence sur ses amis et les artistes contemporains.

À partir des années 1980, le street-art arrivent à Marseille en même temps que le mouvement hip-hop et se développe dans le centre-ville, au Panier ou au Cours Julien. La ville accueille aujourd'hui de nombreuse associations, lieux et événements consacrés aux street-art, comme le Street-Art Festival, les murs de la rocade L2, ou la Galerie Saint Laurent.

Sur les plages du Prado, les Sept Portes de Jerusalem de David Soussana symbolisent l'ouverture de Marseille vers la ville trois fois sainte. Sur la Corniche se trouve le monument aux morts de l'Armée d'Orient. Le parc du 26e Centenaire héberge l'Arbre de l'Espérance qui symbolise la tolérance entre les religions et les communautés de la ville.

Langues[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Parler marseillais, Provençal, occitan et francitan.
Les dialectes de l'occitan parmi lesquels figure le provençal.

Jusqu'au début du XXe siècle, la langue principale de Marseille est le provençal. Aujourd'hui, malgré le très fort déclin de son usage, il subsiste de nombreuses associations culturelles, écrivains et groupes de musique utilisant cette langue à Marseille (Massilia Sound System, Moussu T e lei Jovents ou Lo Còr de la Plana pour les plus réputés).

Le provençal a en outre laissé d'importantes traces dans la toponymie ou la gastronomie locale mais également dans le français très caractéristique parlé par les habitants de la ville. En effet, le parler marseillais est influencé par le substrat linguistique provençal sur lequel il s'est greffé, mais aussi par les apports linguistiques dus aux diverses immigrations.

L'accent marseillais est ainsi reconnaissable à une prononciation particulière et se distingue également par un vocabulaire propre et un grand nombre d'expressions dont certaines sont entrées dans les dictionnaires usuels[218]. Cette forme particulière de français a donné lieu à une importante production littéraire et musicale (Marcel Pagnol, Jean-Claude Izzo, Philippe Carrese, Quartiers Nord, IAM, etc.).

Si la langue majoritaire est aujourd'hui le français, Marseille abrite également une multitude de langues, en raison notamment des vagues successives d'immigration : l'arabe, l'arménien, le kabyle, le comorien et, dans une moindre mesure aujourd'hui, l'italien et l'espagnol mais également le corse.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Espadon à l'huile d'olive et ratatouille.

Les spécialités culinaires de Marseille sont nombreuses, parmi lesquelles la tapenade, la panisse, la bouillabaisse, les alouettes sans tête ou encore les pieds et paquets. D'autres plats sont plus généralement issus de la cuisine provençal et méditerranéenne comme le pan-bagnat, les farcis, le taboulé, la ratatouille, le tian ou la sardinade.

Parmi les sauces de Marseille et sa région, on trouve l'aïoli, l'anchoïade, ou le pistou. Les pâtisseries marseillaises incluent quant à elle les navettes, les pompes à l'huile, les fougasses, les marseillotes (nougat à l'anis enrobé de chocolat), les espérantines (chocolat à l'huile d'olive), les chichi frégi ou les croquants.

Les treize desserts qui suivent le « gros souper » de Noël font partie de la tradition méridionale de Noël. À Marseille, au XVIIe siècle, fruits frais, fruits secs et pompes « régalent les gens les deux derniers jours » avant Noël[219].

Le pastis, alcool à l'anis créée par Paul Ricard, est la boisson emblématique de la ville. Le gambetta est un sirop à base de plantes, de fruits et de caramel, issu d'Aubagne, dans la banlieue de Marseille. Le capri-sun, une marque allemande de jus de fruit, est particulièrement populaire à Marseille par rapport au reste de la France.

Parmi les produits locaux figurent le lait et le fromage de chèvre du Rove, race caprine issue d'un village éponyme situé à la frontière de Marseille, le miel de Provence ou l'huile d'olive.

Marseille est également connue pour ses pizzérias et camions à pizza, si bien qu'elle est parfois désignée comme une capitale de la pizza avec le Bronx et Naples. Inventé dans cette dernière ville autour du XVIIe siècle, le plat se répand rapidement à Marseille à partir des années 1900, les nombreux immigrés italiens reproduisant leur savoir-faire en ouvrant des restaurants traditionnels[220].

Héraldique et devise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armoiries de Marseille.

Le drapeau de Marseille a la particularité d'être antérieur à son blason. La croix est une référence aux drapeaux des Croisés, tandis que l'azur est la couleur de la ville. Attesté depuis le XIIe siècle, c'est l'un des plus vieux drapeaux français et européens. La première représentation conservée des armoiries de Marseille date, elle, de la fin du XIIe siècle.

Les armoiries sont supprimées le sous la Révolution car jugées associées à la noblesse. L'ancien écusson est à nouveau utilisé à partir de 1809 sous le Premier Empire[221].

La devise officielle de Marseille est « Actibus immensis urbs fulget massiliensis » : en français « La ville de Marseille brille par ses hauts faits » et en provençal « De grands fachs resplendís la ciutat de Marselha »[222]. Elle date de 1257 et se disait à l'époque en provençal médiéval « De grands fachs resplend la cioutat de Marseilles ». Elle a pris en 1691 sa forme actuelle en latin[223].

D'autres devises ont également existé : « Sub cujus imperio suma libertas » (devise antérieure à la prise de Marseille par Louis XIV en 1660, qui se traduit par « Sous quelqu'empire que ce soit liberté entière »), « Victor deffend verrauoment Marseille et lous cioutadans », « Massiliam vere victor civesque tuere » (1691), « Fama volat » (1704), « Illustrat quos summa fides » (1705), ou encore « Eximia civitas » (1816)[224],[225].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Garcia, La Celtique méditerranéenne, Paris, Errance, 2004 (ISBN 978-2-87772-286-5)
  • Antoine Hermary, Antoinette Hesnard, Henri Tréziny, Marseille grecque : la cité phocéenne (600-49 av. J.-C.), Paris, Errance, 1999 (ISBN 978-2-87772-178-3)
  • Michel Calapodis, La communauté grecque à Marseille ; Genèse d'un paradigme identitaire (1793-1914), Paris, L'Harmattan, 2010 (ISBN 978-2-296-13206-1) Lire en ligne
  • Alain Blondy, Bibliographie du monde méditerranéen. Relations et échanges (1453-1835), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003, 301 p. (ISBN 2-84050-272-0)
  • A. Hermary, H. Tréziny éd., Les Cultes des cités phocéennes, actes du colloque international Aix-en-Provence/Marseille, Marseille, Édisud, 2000 (Études massaliètes, 6) (ISBN 978-2-7449-0229-1)
  • Marc Bouiron, Henri Tréziny éd., Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René, actes du colloque international d'archéologie, Marseille, 3-5 novembre 1999, Marseille, Édisud, 2001 (Études massaliètes, 7) (ISBN 2-7449-0250-0)
  • Dossier spécial Marseille, de la grotte Cosquer à la grande peste, 27 000 ans d'histoire in Archéologia, no 435, juillet-août 2006, p. 18-75
  • Alèssi Dell'Umbria, Histoire universelle de Marseille - De l'an mil à l'an deux mille, Marseille, Agone, 2006 (ISBN 2-7489-0061-8) (lire le prologue)
  • Jean Contrucci, Histoire de Marseille illustrée, Toulouse, Le Pérégrinateur Éditeur, 2007 (ISBN 2-910352-49-8)
  • Pascal Blanchard et Gilles Boëtsch, (ss. la dir. de) Sud-Est. Marseille porte Sud. Immigration et histoire coloniale, La Découverte/Jeanne Laffite, 2005, 240 p., avec une préface d'Émile Temime (ISBN 2-7071-4575-0)
  • Charles-Laurent Salch et Anne-Marie Durupt, Nouvel Atlas Châteaux et fortifications des Bouches-du-Rhône (13), Strasbourg, Châteaux forts d'Europe, , 156 p. (ISSN 1253-6008)
    no 46/47/48, 2008 Marseille, p. 72 à 80
  • Châteaux-forts de Marseille du XIe au XVIe siècle, Strasbourg, Castrum Europe, Châteaux-forts d’Europe (ISSN 1253-6008)
  • Alain Blondy, Malte et Marseille au XVIIIe siècle , La Valette, Fondation de Malte, 2013. (ISBN 978-1-291-43546-7)
  • Vincent Brunot, Marseille, Éditions Gallimard, 2003
  • Claude Camous, Marseille au temps joyeux des galères  ; préface de Jacques Bonnadier - éditions Autres Temps, Gémenos 2011 ,123 p. (ISBN 978-2-84521-428-6)
  • Claude Camous, Marseille des années 1930 ; préface de Pierre Echinard de l'Académie de Marseille- éditions Autres Temps, Gémenos 2008 ,123 p. (ISBN 978-2-84521-308-1)
  • Claude Camous, La Commune à Marseille ; préface de Jean Contrucci - éditions Autres Temps, Gémenos 2009 ,109 p. (ISBN 978-2-84521-377-7)
  • Claude Camous, «  122 ans d'histoire(s) de Marseille » (Annibal Camous), (1638-1759) --Marseille (Bouches-du-Rhône) -- 17e siècle - 18e siècle - Préface de Georges Bergoin, Secrétaire perpétuel de l'Académie de Marseille - Marseille (21 Bd Longchamp, 13001) : Comité du vieux Marseille, 2003 -2 vol. (183 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 21 cm - Cahier / Comité du vieux Marseille ; 91, 1-2 - Notice n° : FRBNF38967626 - http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb389676269/PUBLIC
  • Claude Camous, 1874, David Bosc, Marseille Accusé, préface d' Adrien Blès de l'Académie de Marseille - Marseille (21 Bd Longchamp, 13001) : Comité du vieux Marseille, 2001 - Notice n° : FRBNF37660908 - source BNF
  • Claude Camous, La Grande Guerre à Marseille ; préface de Jean Contrucci - éditions Autres Temps, Gémenos 2014 ,160 p. (ISBN 9782845214750) - Collection "Tout savoir sur Marseille"
  • Garance Juffroy, sous la direction de Rachel Mazuy, Les représentations de la ville de Marseille au cinéma : l'étude des parcours cinématographiques de Marcel Pagnol, René Allio et Robert Guédiguian, mémoire de master 1 en médiation culturelle, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 2013, 164 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Marseille.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Prononcé [maʀ.ˈse.jə]Prononciation du titre dans sa version originale Écouter avec l'accent marseillais et [maʁ.ˈsεj] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter en français standard.
  2. En occitan provençal Marselha ou Marsiho selon la graphie, prononcé [maʀˈsijɔ].
  3. Distance Marseille - Turin : 373 km en passant par Briançon, 485 km en passant par Vintimille.
  4. 40 à 50 cm sur la chaîne de l'Estaque au niveau de Vitrolles et Marignane, des valeurs jamais observées… « Pics de froid en Europe : Marseille paralysée par la neige », sur lemonde.fr, site du quotidien Le Monde,‎ .
  5. Elle comprend également les communes d'Allauch et Plan-de-Cuques.
  6. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  7. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  8. (en) Vast inequities in education, employment, and housing, sur opensocietyfoundations.org, 20 septembre 2011.
  9. La population de Marseille était d'environ 850 000 habitants en 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « insee.fr », sur http://www.insee.fr.
  2. INSEE - Résultats du recensement de la population de 2012 dans l'unité urbaine de Marseille - Aix-en-Provence.
  3. Marseille - La métropole pour les nuls.
  4. Insee - Résultats du recensement de la population de 2012 pour l'aire urbaine de Marseille - Aix-en-Provence.
  5. Roger Duchêne et Jean Contrucci, Marseille : 2600 ans d'histoire, Fayard, , 862 p. (ISBN 9782213601977, présentation en ligne), résumé en ligne.
  6. a, b et c Erato Paris, Les Grecs de Marseille dans la deuxième moitié du XIXe siècle : une perspective nationale et transnationale, dans Revue européenne des migrations internationales, 2001, Volume 17, Numéro 3, p. 23-42.
  7. Marseille : le port pèse 43 500 emplois, en hausse de 5 % en quatre ans sur lemarin.fr.
  8. « Marseille n'est plus le premier port de Méditerranée »,‎ .
  9. « Ports maritimes européens à l'horizon 2030: les défis à venir »,‎ .
  10. « Site du ministère français de la culture »,‎ .
  11. Paul Mariéton, La Terre provençale, journal de route, Éd. Alphonse Lemerre, Paris, 1894, p. 381. consulter en ligne sur disponible sur Gallica.
  12. Mas sur le CNRTL, consulté le 7 janvier 2013.
  13. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne), notice 4510, p. 288 (lire en ligne).
  14. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), ISBN 978-2-87901-442-5, p. 39.
  15. Paul Noujaim, La Question du Liban, Paris, n.d., 1961 [1908], 557 p., p. 3.
  16. MARTEL Philippe, « Qui parle occitan ? », Langues et cité, 10, Paris, 12/2007. Langues et cités « Qui parle Occitan ? ».
  17. Des langues romanes, Jean-Marie Klinkenberg, Duculot, 1994, 1999, page 228 : Le nombre de locuteurs de l’occitan est estimé tantôt à 10 tantôt à 12 millions. Le comptage est certes malaisé, (…) mais en tout cas aucun chiffre avancé ne descend jamais plus bas que 6 millions.
  18. Chateaubriand, Les Martyrs, 1809 : On sait que Marseille, du temps de Cicéron et d'Agricola , était appelée l'Athènes des Gaules.
  19. http://global.ralphlauren.com/fr-fr/rlmagazine/editorial/summer13/Pages/marseille.aspx? Marseille [...] est également connue pour être une ville rebelle, une distinction reçue au XVIe siècle lorsque certains citoyens contestèrent l'autorité royale française.
  20. Un peu d'histoire - La fille de Phocée, sur routard.com.
  21. Edmond Échinard, Pierre Échinard et Médéric Gasquet-Cyrus, Marseille pour les nuls, First, , 472 p. (ISBN 9782754054850), p. 89.
  22. a et b Patrick Boulanger, Marseille, marché international de l'huile d'olive : un produit et des hommes de 1725 à 1825, Institut historique de Provence, coll. « Économies modernes et contemporaines », , 354 p. (ISBN 9782901850052), p. 346.
  23. Chercheurs d'eau en Méditerranée : pratiques et représentations de l'eau dans l'espace méditerranéen, sous la dir. de Chantal Aspe, éd. du Félin, 1991.
  24. Pétition : Débarrasser définitivement les calanques du rejet polluant de Cortiou sur le site de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). La calanque de Cortiou sur la carte ign interactive de geoportail.fr.
  25. « Décret sur le site calanques-parcnational.fr » [PDF].
  26. Périmètres, Parc national des Calanques, consulté le 17 février 2013.
  27. Les sites de plongée à Marseille sur plongee-loisir.com.
  28. Carte des risques majeurs, sur le site de l'académie d'Aix-Marseille.
  29. (Météo France statistiques Marseille).
  30. meteo-marseille.com Températures et records pour Marseille, sur meteo-marseille.com.
  31. « En janvier 1987, c'était l'apocalypse », sur laprovence.com, site du quotidien La Provence,‎ .
  32. « Marseille : neige et polémique », sur le site de l'hebdomadaire Le Journal du dimanche.
  33. M. Bouiron, L.-F. Gantès, La topographie initiale de Marseille dans M. Bouiron, H. Tréziny (dir.) Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d'archéologie. Marseille, 3-5 novembre 1999. Édisud, coll. Études massaliètes no 7, Aix-en-Provence, 2001, p. 23-34 (ISBN 978-2-7449-0250-5).
  34. Communiqué de presse de l'INRAP, 4 400 ans avant la cité phocéenne… Les premiers marseillais mangeaient patelles et bigorneaux !, 13 septembre 2005.
  35. J. Buisson-Catil, I. Sénépart, Marseille avant Marseille. La fréquentation préhistorique du site. Archéologia, no 435, juillet-août 2006, p. 28-31.
  36. A. Hermary, A. Hesnard, H. Tréziny, Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.-C.), Paris, Errance, 1999, p. 37-39.
  37. H. Tréziny, Les fortifications de Marseille dans l'Antiquité. in M. Bouiron, H. Tréziny éd., Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René. Actes du colloque international d'archéologie. Marseille, 3-5 novembre 1999. Marseille, Édisud, 2001 (Études Massaliètes, 7), p. 45-57 (ISBN 978-2-7449-0250-5).
  38. H. Tréziny, Trames et orientations dans la ville antique : lots et îlots. in M. Bouiron, H. Tréziny éd., Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d'archéologie. Marseille, 3-5 novembre 1999. Marseille, Édisud, 2001 (Études massaliètes, 7), p. 137-145.
  39. M. Bouiron, Le site de l'Alcazar de la fondation à nos jours, Archéologia no 435, juillet-août 2006, p. 41.
  40. Manuel Moliner, Philippe Mellinand, Laurence Naggiar, Anne Richier, Isabelle Villemeur, La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (IVe siècle av. J.-C.-IIe siècle ap. J.-C.), Édisud, coll. Études massaliètes no 8, Aix-en-Provence, 2003, (ISBN 978-2-7449-0370-0).
  41. (en) Nicholas Ostler, Empires of the word, Harper Collins, Londres, 2005, ISBN 978-0-00-711870-0.
  42. Massalia et les comptoirs phocéens de Gaule de -535 à -49 après J.C., sur arbre-celtique.com.
  43. Une fouille récente liée à l'agrandissement de ce collège en a retrouvé des traces. Voir Collège du Vieux-Port, sur le site de l'Institut national de recherches archéologiques préventives.
  44. Fernand Benoit, « Topographie antique de Marseille : le théâtre et le mur de Crinas », Gallia, vol. 34,‎ , p. 1-20 (lire en ligne).
  45. A. Hesnard, P. Bernardi, C. Maurel, La topographie du port de Marseille de la fondation de la cité à la fin du Moyen Âge. In Marc Bouiron, Henri Tréziny éd., Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d'archéologie. Marseille, 3-5 novembre 1999. Marseille, Édisud, 2001 (Études massaliètes, 7), p. 159-202.
  46. J. Guyon, Les cimetières de l'Antiquité tardive. Dans Marc Bouiron, Henri Tréziny éd., Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d'archéologie. Marseille, 3-5 novembre 1999. Marseille, Édisud, 2001 (Études massaliètes, 7), p. 355-364.
  47. Rue Malaval sur le site de l'Institut national de recherches archéologiques préventives.
  48. S. Bien, La vaisselle et les amphores en usage à Marseille au VIIe siècle et au début du VIIIe siècle : première ébauche de typologie évolutive (voir Table des matières), dans M. Bonifay, J.-C. Treglia éd., Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Oxford, 2007 (BAR International Series, 1662 (I)).
  49. R. Busquet, Histoire de Marseille, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille, rééd. 1998, p. 58.
  50. Sur toute cette question de la fortification antérieure au XIe siècle, voir l'article de M. Bouiron, Les fortifications médiévales de Marseille, Extrait de : Études Massalietes 7 - p. 75-92. Dans M. Bouiron, H. Tréziny éd., Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René, actes du colloque international d'archéologie, Marseille, 3-5 novembre 1999, Marseille, Édisud, 2001, p. 76-80. (ISBN 978-2-7449-0250-5).
  51. a et b Dell'Umbria Alessi, Marseille fait sécession, dans Histoire universelle de Marseille, Agone éditions, 2006.
  52. a et b Dell'Umbria Alessi, La fronde marseillaise, dans Histoire universelle de Marseille, Agone éditions, 2006.
  53. Dell'Umbria Alessi, L'ordre classique contre l'esprit baroque, , dans Histoire universelle de Marseille, Agone éditions, 2006.
  54. a, b et c Dell'Umbria Alessi, Un port franc, dans Histoire universelle de Marseille, Agone éditions, 2006.
  55. « Culte du Sacré-Cœur », sur Chambre de commerce et d'industrie de Marseille-Provence (consulté le 12 juillet 2009).
  56. a, b et c Yvan Gastaut, « Histoire de l’immigration en PACA aux XIXe et XXe siècles », Hommes et migrations, no 1278,‎ (lire en ligne).
  57. « D'impossibles notables ? Les grandes familles de Marseille face à la politique (1860-1970) » (page 97), in Politix, vol. 17, no 65, premier trimestre 2004, p. 93-118.
  58. Caty (R.), Richard (E.), Armateurs marseillais au XIXe siècle, Marseille, CCIM, 1986 ; Zalio (P.-P.), Grandes familles de Marseille au XXe siècle, Paris, Belin, 1999.
  59. Les fondateurs du capitalisme (1860-1913) dans « D'impossibles notables ? Les grandes familles de Marseille face à la politique (1860-1970) » in Politix, vol. 17, no 65, premier trimestre 2004, p. 93-118.
  60. Emmanuel Laugier, La gare Saint-Charles de Marseille, in revue Marseille no 216 (ISSN 0995-8703), mars 2007, p. 28-30.
  61. Harrel-Courtès (C), Quand les bourgeois étaient rois, Paris, France Empire, 1988, p. 41-42.
  62. Dumont (G.), La question du logement social à Marseille de 1875 à 1939, Aix-en-Provence, Institut d'aménagement régional, 1973).
  63. Roncayolo (M.), Les grandes villes françaises : Marseille, Notes et études documentaires, 3013, Paris, La Documentation française, 1963, p. 43.
  64. a, b et c La libération de Marseille sur libertyship.be.
  65. Marseille honore ses libérateurs marocains, 23 septembre 2006.
  66. a et b Pascale Filliâtre, « Marseille-Provence 2013 : 10 millions de visites, pas 10 millions de touristes », sur lechotouristique.com,‎ .
  67. a et b « L'OCDE vante le dynamisme économique de Marseille », sur capital.fr,‎ .
  68. « Conseil municipal de Marseille : Gaudin (UMP) réélu maire », sur laprovence.com, La Provence,‎ (consulté le 6 décembre 2015).
  69. Isabelle de Foucaud, A Marseille, Lille et Paris, la dette municipale pèse lourd sur les habitants, sur lefigaro.fr, 9 décembre 2013.
  70. Rapport de M. Alvaro Gil-Robles, Commissaire aux droits de l'homme, sur le respect effectif des droits de l'homme en France à la suite de sa visite du 5 au 21 septembre 2005.
  71. Recommandations en urgence du 12 novembre 2012 relatives au centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille, CGLPL, 12 novembre 2012.
  72. Romain Capdepon, « Marseille : l'inquiétante alliance du Milieu et des bandits des cités », sur LaProvence.com,‎ (consulté le 6 décembre 2015).
  73. Romain Capdepon, « "Il n'y a jamais eu de mafia, ni à Marseille ni en Corse" (interview de Laurent Mucchielli, directeur de la recherche au CNRS et directeur de l'Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux) », sur LaProvence.com (consulté le 7 novembre 2015).
  74. Paolo Monzini, « Groupes criminels dans la ville : une comparaison Naples Marseille (Note) », Méditerranée, vol. 96,‎ , p. 37-40 (DOI 10.3406/medit.2001.3202, lire en ligne).
  75. « Marseille bashing : La Provence répond au Figaro », sur le site de l'hebdomadaire Télérama.
  76. a et b Frédéric Frangeul & Alain Acco, Le trompe-l'œil de la criminalité marseillaise, 06 septembre 2013.
  77. http://www.slate.fr/lien/62261/marseille-medias-anglosaxons-danger La vision des médias anglo-saxons sur la ville de Marseille.
  78. Le taux de criminalité par ville, sur medias.lemonde.fr.
  79. La Documentation française : criminalité et délinquance constatées en France année 2008.
  80. [PDF]« Taux de criminalité par Ville », sur http://medias.lemonde.fr,‎ 2008 (crimes) - 1999 (insee) (consulté le 4 avril 2013) :
    Nice est la ville qui possède le taux de criminalité le plus important parmi les villes de plus de 250 000 habitants.
  81. Luc Leroux, « En Paca, plus de violences verbales et de vols qu’ailleurs », sur laprovence.com,‎ (consulté le 6 décembre 2015).
  82. « Marseille gangrenée par la violence et l’insécurité », sur http://videos.tf1.fr,‎ (consulté le 4 avril 2013).
  83. Anouk Rijpma, « A Marseille, « le sentiment d’insécurité mine le moral des habitants » », sur http://www.lexpress.fr,‎ (consulté le 4 avril 2013).
  84. Marseille… un tour du Monde, consulté le 21 janvier 2013.
  85. « Villes jumelées », sur marseille.fr (consulté le 22 février 2009).
  86. « Accords de coopération », sur marseille.fr (consulté le 22 février 2009).
  87. Marseille se repeuple vite, sur 20minutes.fr.
  88. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  89. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  90. INSEE 9009 - Commune : Marseille (13055).
  91. Les villes les plus inégalitaires de France, Observatoire des inégalités, consulté le 16 février 2013.
  92. « Marseille, capitale de la pauvreté », sur LaProvence.com (consulté le 6 décembre 2015).
  93. a et b Paul Molga, Marseille, ville pauvre et nouveau territoire des riches, sur Les Échos, consulté le 6 décembre 2015.
  94. Gérard-François Dumont, Géographie urbaine de l’exclusion dans les grandes métropoles françaises, L’Harmattan, 2011.
  95. Les taux de pauvreté des 100 plus grandes communes de France.
  96. Ville par ville, découvrez le nombre de redevables à l'ISF, sur capital.fr, consulté le 22 juillet 2014.
  97. L'Express, Où vivent les redevables de l'ISF ?, consulté le 22 juillet 2014.
  98. « Marseille, capitale de la pauvreté », sur laprovence.com (consulté le 3 novembre 2015).
  99. Les taux de pauvreté des 100 plus grandes communes de France, 28 janvier 2014, sur Observatoire des inégalités.
  100. INSEE Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus selon le sexe en 2006.
  101. Marseille, capitale des inégalités, sur humanité.fr, 10 avril 2012.
  102. La fracture nord-sud, une menace pour toute la ville, 1er janvier 2014, sur liberation.fr.
  103. Données sociodémographiques par quartiers et arrondissements de Marseille (RP 1982 à 2012), sur insee.fr.
  104. a, b et c Émile Temime, « Marseille, ville de migrations », Vingtième Siècle, revue d'histoire, no 7,‎ (DOI 10.3406/xxs.1985.1180, lire en ligne).
  105. « Intérieur du port de Marseille, Joseph Vernet », sur musee-marine.fr.
  106. a et b Gilbert Buti, « Négociants d’expression allemande à Marseille (1750-1793) », Cahiers de la Méditerranée, no 84,‎ (lire en ligne).
  107. Renée Lopez, « Les Suisses à Marseille : une immigration de longue durée », Revue européenne des migrations internationales, vol. 3, no 1-2,‎ , p. 149-173 (lire en ligne).
  108. a et b Le temps des Italiens, Dossier pédagogique, Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, 40 pages.
  109. Témime (Emile), Lopez (Renée), Histoire des migrations à Marseille, Migrance, Tome 2, Edisud, 1990, p. 67.
  110. a et b Sylvia Poggioli, NPR - Diverse Marseille Spared in French Riots, 10 décembre 2005.
  111. a, b, c et d Maryline Crivello, Marseille et ses migrations.
  112. Émile Temine, Les Arméniens à Marseille - Des années vingt à aujourd’hui.
  113. Les origines de Beaumont sur marseillemairie11-12.fr.
  114. Marseille: les immigrés arméniens n’oublient pas le génocide, 20 avril 2015, sur lesinrocks.com.
  115. Guillaume Perrier, « Dieu m'a laissée en vie pour que je raconte », sur lemonde.fr,‎ .
  116. Marie-Françoise Attard , Marseille, capitale des Corses, ORTF, 21 janvier 1965.
  117. a et b Emile Temime, Marseille XXe : de la dominante italienne à la diversité maghrébine, dans Revue européenne des migrations internationales, 1995, Volume 11, Numéro 1, pp. 9-19.
  118. (en) Maud S. Mandel, Muslims and Jews in France: History of a Conflict, 2014, page 11.
  119. Marseille, 1962 : le cauchemar des rapatriés d'Algérie, 6 juillet 2012, sur tempsreel.nouvelobs.com.
  120. a et b (en) World Directory of Minorities and Indigenous Peoples - France : Jews. sur refworld.org.
  121. a et b (en) Maud S. Mandel, Muslims and Jews in France: History of a Conflict, 2014, page 97.
  122. Abdou Katibou, Les migrations comoriennes en France. Dans Recherches internationales, no 90, avril-juin 2011, p. 135-152.
  123. Marseille, la plus grande ville comorienne, 4 août 2012, sur slateafrique.com.
  124. Marseille, l'autre capitale des Comores - Du Vieux-Port de Marseille, les ressortissants comoriens contribuent à la richesse culturelle de cette ville, mais aussi au développement de leur pays, 13 juillet 2012, sur slateafrique.com.
  125. « Les Comoriens tentent de peser dans la campagne municipale », sur lemonde.fr,‎ .
  126. Decouflé, André-Clément, Migrance. Histoire des migrations à Marseille (sous la direction Emile Temime). Dans Revue européenne des migrations internationales, 1990, Volume 6, Numéro 2, p. 148-149.
  127. marseille.fr.
  128. Mark Ingram, Rites of the Republic: Citizens' Theatre and the Politics of Culture in southern France, 2011.
  129. Michael Kimmelman, Marseille, the Secret Capital of France, The New York Times, 4 octobre 2013 : « [...] in the center of the city, steps from the Old Port, Noailles is a crowded casbah of Lebanese bakeries, Moroccan spice marts, African wig shops, Chilean hairdressers, couscous joints, hookah cafes, Caribbean eateries and housewares bazaars [...] ».
  130. (en) Glenn Frankel, Harmony Strikes a Chord With Muslims, Jews in Marseille, The Washington Post, 21 février 2005.
  131. Marseille, trop calme pour être honnête, trad. de l'article de Marijn Kruk dans Trouw Courrier international, 2010.
  132. Who Gets to Be French?, The New York Times, 12 avril 2012.
  133. Gastaut Yvan. Histoire de l’immigration en PACA : le cas unique de Marseille. Dans Accueillir, no 248.
  134. BlondyBlog A Marseille, les sports foot le camp.
  135. « Ville de Marseille - Équipements sportifs », sur marseille.fr (consulté le 16 janvier 2009).
  136. « Marseille inaugure la plus grande rampe de skate d'Europe », sur laprovence.com.
  137. « Le super bowl du skate », sur lemonde.fr,‎ .
  138. « Le bowl du Prado à Marseille, un spot mythique », sur 20minutes.fr,‎ .
  139. Plongée Marseille Frioul.
  140. Histoire du Stade Marseillais Université Club.
  141. Philippe Jérôme, « Mondial La Marseillaise. La pétanque bat des records : 10 468 pétanqueurs et plus de 100 000 spectateurs en quatre jours », sur humanite.fr,‎ (consulté le 28 février 2009).
  142. Marseille choisi pour la voile, vidéo.
  143. « Présentation de l'institution AP-HM », sur ap-hm.fr (consulté le 18 décembre 2014).
  144. « Parmi les 150 meilleurs médecins de France, 10 sont à Marseille ! », sur marseille.fr (consulté le 21 juillet 2014).
  145. La lettre de l'enseignement supérieur (p. 6), Académie d'Aix-Marseille, consulté le 22 février 2013.
  146. « Marseille: école primaire, gestion secondaire », sur Libération.fr (consulté le 2 février 2016)
  147. « "Maîtresse, j’ai froid" : une institutrice marseillaise dénonce l’état désastreux de son école », sur ARTE Info (consulté le 2 février 2016)
  148. « Vidéo - 2600 ans d'histoire de Marseille : le début du Christianisme (volet 2) », sur Ina.fr,‎ (consulté le 6 novembre 2015).
  149. « Église protestante unie de France - Arc phocéen » (consulté le 30 juillet 2014).
  150. Les relations entre Marseille et le monde musulman à la fin du Moyen Âge (XIIIe- XVe siècles), 24 juin 2013, sur inrap.fr.
  151. Renard Michel. Aperçu sur l'histoire de l'islam à Marseille, 1813-1962. Pratiques religieuses et encadrement des Nord-Africains, dans Outre-mers, tome 90, no 340-341, 2e semestre 2003. Haïti Première République Noire. p. 269-296.
  152. Rifaâ at-Tahtâwî, Tacklîs al-Ibrîz fî Talkhîs Bârîz.
  153. a et b Françoise Lorcerie et Vincent Geisser, Les Marseillais musulmans, Institut sur le monde arabe et musulman (université Aix-Marseille), 2011, p. 37, p. 230.
  154. Marseille : l'islam cherche une place, La Provence, 12 décembre 2011.
  155. Jean-Claude Gaudin, « La grande mosquée de Marseille ne verra pas le jour faute d'argent transparent », sur la-croix.com,‎ (consulté le 6 décembre 2015).
  156. Grégoire de Tours, Historia Francorum, lib. IV, cap. XVII.
  157. a et b Augustin Fabre, Notice historique des anciennes rues de Marseille, 1862.
  158. I. Bédarride, Les Juifs en France, en Italie et en Espagne, 1859.
  159. Statuta Massiliæ, manuscrit de la bibliothèque du roi, n. 4660.
  160. Le Petit Fûté, Marseille, 2007.
  161. Les synagogues à Marseille, sur consistoiredemarseille.com.
  162. « Métropoles : l'OCDE fait l'éloge d'Aix-Marseille », sur lesechos.fr (consulté le 1er avril 2016)
  163. « Vers une croissance plus inclusive de la métropole Aix-Marseille - OCDE », sur www.oecd.org (consulté le 1er avril 2016)
  164. « Marseille, premier port d'Europe », sur http://www.lesechos.fr/,‎ .
  165. a et b « Trafic fret en baisse pour le Port de Marseille en 2013 », sur econostrum.info,‎ .
  166. a et b Clémentine Vaysse, « Comment le port d'Algésiras a doublé celui de Marseille », sur marsactu.fr,‎ .
  167. Trafic total des ports français métropolitains et des principaux ports européens voisins en 2000 et 2007.
  168. Plan de relance des ports, dossier presse, 8 avril 2008, sur developpement-durable.gouv.fr.
  169. Trafic de marchandises conteneurisées des ports français métropolitains et des principaux ports européens voisins en 2000 et 2007, sur mer.gouv.fr.
  170. « Le chantier naval de Marseille liquidé », sur leparisien.fr,‎ .
  171. Mairie de Marseille - Risque industriel et technologique.
  172. « Les grands projets commerciaux », sur marseille.fr.
  173. « Accord du 2 novembre 2011 relatif à la dérogation du repos dominical », sur journal-officiel.gouv.fr.
  174. Rues Saint Ferréol /Rue de Rome / Centre Bourse, sur marseilletourisme.fr.
  175. (en) Steven Erlanger et Maïa de la Baume, « Known for Crime and Poverty, but Working on Its Image », sur nytimes.com,‎ (consulté le 6 décembre 2015).
  176. « Marseille deuxième ville de congrès de France », sur La Provence,‎ .
  177. Sarah Hoceani, « Le port de Marseille en 6e position dans le classement 2013 de MedCruise », sur blog.croisieres.fr,‎ .
  178. Situation de la filière pêche dans les Bouches-du-Rhône, sur cg13.fr, .
  179. a, b, c et d « Marseille, ville de mode », sur Le bleu est à la mode cette année (consulté le 1er avril 2016)
  180. Les chiffres-clefs du budget et des effectifs de la Délégation Provence et Corse, sur provence-corse.cnrs.fr, 01 janvier 2008.
  181. a et b (fr) « Nous créons ce que devait être l'Institut Pasteur il y a cinquante ans », sur lesechos.fr (consulté le 1er avril 2016)
  182. Population active de 15 ans ou plus ayant un emploi par sexe, âge et lieu de travail, sur recensement.insee.fr.
  183. Population active de 15 ans ou plus ayant un emploi par sexe, âge, condition d'emploi et temps de travail), sur recensement.insee.fr.
  184. Emploi au lieu de travail par sexe et condition d’emploi des individus, sur recensement.insee.fr.
  185. Statistiques des aéroports de France sur aeroport.fr.
  186. Massif de l'Étoile et Marseille sur la carte IGN interactive de geoportail.fr.
  187. Audrey Poggio, Installer un parc le long du ruisseau des Aygalades, une façade urbaine.
  188. Selon les données publiées par l'entreprise TomTom : TOMTOM TRAFFIC Index MEASURING CONGESTION WORLDWIDE.
  189. La RTM veut booster ses bus avec des caméras, Marsactu, 5 juin 2012.
  190. Le BHNS et l'hybride, sur rtm.fr.
  191. Trafic de l'aéroport 6 116 000 passagers en 2006, en hausse de 4,4 % par rapport à 2005.
  192. Vincent Challet, « Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, éd. Thierry Pécout », Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Journal of medieval and humanistic studies,‎ (ISSN 2115-6360, lire en ligne)
  193. Jean-Marc Chancel, René Borruey, La maison des villes et la maison des champs... la bastide marseillaise, dans Méditerranée, 1993, Volume 77, Numéro 1, pp. 81-84.
  194. Julien Vinzen, On achève bien les bastides marseillaises, sur Marsactu.fr, 5 octobre 2012.
  195. Marseille : la "Maison du fada" enfin classée à l'Unesco ?, sur lamarseillaise.fr, 10 septembre 2014.
  196. Parcs et jardins, sur decouvrir-marseille.fr.
  197. Parcs et Jardins, sur neozarrivants.com.
  198. Parc national des Calanques, sur parcsnationaux.fr.
  199. « Le 10e parc national naît dans les calanques », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ .
  200. « 2 millions de visiteurs pour le MuCEM », sur laprovence.com, site du quotidien La Provence.
  201. Les bibliothèques municipales, sur marseille.fr.
  202. Toutes les bibliothèques de Marseille, sur bmvr.marseille.fr.
  203. Julia, Le théâtre du Gymnase rénove l’une des plus belles façades de la Canebière, 27 mai 2015, sur madeinmarseille.net.
  204. a et b « IAM, Fonky Family, Keny Arkana... La grande histoire du rap marseillais », sur telerama.fr,‎ .
  205. (fr) Clémentine Vaysse, « Dans les premiers pas du hip-hop à Marseille | Marsactu », sur Marsactu (consulté le 29 mars 2016)
  206. Fred Thom & Roger Antoine, Le cinéma à Marseille - Les grands courants, sur plume-noire.com.
  207. Nathalie Katinakis, Marseille : une communauté imaginée dans le cinéma de Marcel Pagnol et Robert Guediguian, Université du Québec (Montréal), sur cadrage.net.
  208. Mickael Penverne, Marseille veut jouer les premiers rôles au cinéma, 09 octobre 2015, sur 20minutes.fr, consulté le 6 décembre 2015.
  209. Sur les traces des écrivains à Marseille, sur le site de la Fédération des maisons d'écrivain & des patrimoines littéraires.
  210. G. Bonifassy, La presse régionale de Provence en langue d'Oc, Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, 2003, 167.
  211. Latelier Multimédia : http://www.latelier-multimedia.com), « Sur les traces des écrivains à Marseille - Voyages littéraires - Fédération des Maisons d'écrivains et des patrimoines littéraires », sur www.litterature-lieux.com (consulté le 28 mars 2016)
  212. Rémi Duchêne, L'embarcadère des lettres, (ISBN 2709643243), p.59
  213. Jérémy Collado, (fr) « Arthur Rimbaud, l'impossible héritage marseillais », sur slate.fr,‎ (consulté le 24 novembre 2015).
  214. « Sur les pas des ecrivains : Joseph CONRAD à Marseille, Hyères, Montpellier… », sur www.terresdecrivains.com (consulté le 28 mars 2016)
  215. Rémi Duchêne, L'embarcadère des lettres, (ISBN 2709643243), p.27-28
  216. (fr) « Marseille et ses écrivains | Le Club de Mediapart », sur Club de Mediapart (consulté le 28 mars 2016)
  217. « Tunnel autoroutier de Saint-Antoine », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  218. « Marseille : la cagole et le cacou entrent dans le dico », sur laprovence.com,‎ . Le dictionnaire en question est le Robert illustré.
  219. F. Marchetti. Explication des usages et coutumes des Marseillais. 1683.
  220. « À Marseille, la pizza reste capitale », sur LaProvence.com (consulté le 11 avril 2016)
  221. Le blason de la ville de Marseille, sur decouvrir-marseille.fr.
  222. Citation dans éfinition de resplendre, dans Trésor du Félibrige, page 771, colonne 2, 10e ligne.
  223. Le blason de la ville de Marseille, sur google.com/site/marseilleactus.
  224. Marseille, sur euraldic.com.
  225. (it) Città di Marseille (Bouches-du-Rhône – France), sur araldicacivica.it.