Cher (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cher.
Cher
Cher (département)
Cher (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Chef-lieu
(Préfecture)
Bourges
Sous-préfectures Saint-Amand-Montrond
Vierzon
Président du
conseil départemental
Michel Autissier (LR)
Préfète Nathalie Colin
Code Insee 18
Code ISO 3166-2 FR-18
Code Eurostat NUTS-3 FR241
Démographie
Gentilé Chériens, Chériennes ou Berrichons, Berrichonnes[1]
Population 310 270 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Superficie 7 235 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 3
Cantons 19
Intercommunalités 17
Communes 290

Le Cher (prononcé [ ʃɛʁ]) est un département français de la région Centre-Val de Loire qui tient son nom de la rivière Cher. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 18. Sa préfecture est Bourges et les sous-préfectures sont Vierzon et Saint-Amand-Montrond.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Cher s'étend sur une superficie de 7 235 km2. Le Cher formait autrefois avec le département de l'Indre la province du Berry. Il fait aujourd'hui partie de la région Centre-Val de Loire et est limitrophe des départements de l'Indre, de Loir-et-Cher, du Loiret, de la Nièvre, de l'Allier et de la Creuse.

Carte détaillée du département du Cher avec ses réseaux routier et hydrologique principaux.

Départements limitrophes[modifier | modifier le code]

Les départements sont : le Loir-et-Cher (au nord-ouest), l'Indre (à l'ouest), la Creuse (au sud), l'Allier (du sud au sud-est), la Nièvre (à l'est) et le Loiret (au nord).

Rose des vents Loir-et-Cher Loiret Nièvre Rose des vents
Indre N Nièvre
O    Cher    E
S
Indre Creuse Allier

Relief[modifier | modifier le code]

Adossé au sud aux premiers contreforts du Massif central, à l'est aux douces collines du Sancerrois (434 m) bordées par le cours de la Loire, le département s'ouvre à l'ouest sur la Champagne berrichonne et au nord-ouest sur la plaine solognote. Son point culminant est Le Magnoux (504 m), situé à l'extrémité méridionale du territoire. L'endroit où le Cher sort du département en constitue l'altitude la plus faible : 89 m.

Principaux cours d'eau[modifier | modifier le code]

De nombreuses rivières traversent son territoire, dont les noms se retrouvent mêlés aux toponymes communaux : l'Auron, la Sauldre, l'Yèvre, la Vauvise, le Cher.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Bourges (normales 1971-2000)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,9 1,2 3 4,8 8,7 11,5 13,8 13,6 10,8 7,6 3,5 1,8 6,8
Température maximale moyenne (°C) 6,6 8,4 12 14,6 18,9 22,1 25,5 25,4 21,6 16,3 10,4 7,5 15,8
Record de froid (°C)
date du record
−20,4
16/01/1985
−16,4
14/02/1956
−11,3
1/03/2005
−3,7
12/04/1986
−2,6
7/05/1957
3,4
5/06/1969
4,6
10/07/1948
4,6
22/08/1946
1,8
20/09/1962
−5
30/10/1997
−9,1
24/11/1998
−14
20/12/1946
Record de chaleur (°C)
date du record
17,6
30/01/2002
22,6
24/02/1960
29,4
25/03/1955
29,4
16/04/1949
32
27/05/2005
38
27/06/2011
39,6
28/07/1947
39,9
10/08/2003
35,1
16/09/1961
31,7
1/10/1985
22,7
3/11/1994
20
16/12/1989
Précipitations (mm) 56,1 58,2 53 58,3 78,5 58,8 59,8 50,8 62,6 66,7 64,1 65,7 732,6
Nombre de jours avec précipitations 12 10 10 10 12 9 8 7 9 10 11 11 119
Source : Météo France[2],[3]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,6
−0,9
56,1
 
 
 
8,4
1,2
58,2
 
 
 
12
3
53
 
 
 
14,6
4,8
58,3
 
 
 
18,9
8,7
78,5
 
 
 
22,1
11,5
58,8
 
 
 
25,5
13,8
59,8
 
 
 
25,4
13,6
50,8
 
 
 
21,6
10,8
62,6
 
 
 
16,3
7,6
66,7
 
 
 
10,4
3,5
64,1
 
 
 
7,5
1,8
65,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Régions naturelles[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La gare de Bourges.
Panneau d'affichage
Arrêt de bus du réseau AggloBus.

Au , la longueur totale du réseau routier du département du Cher est de 9 882 kilomètres, se répartissant en 124 kilomètres d'autoroutes, 82 kilomètres de routes nationales, 4 615 kilomètres de routes départementales et 5 061 kilomètres de voies communales. Il occupe ainsi le 63e rang au niveau national sur les 96 départements métropolitains quant à sa longueur et le 84e quant à sa densité avec 1,4 kilomètre par kilomètre carré de territoire.

Article détaillé : Réseau routier du Cher.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le département fut autrefois traversé par trois lignes ferroviaires, qui sont les lignes Ligne de Vierzon à Saincaize, Ligne de Bourges à Miécaze et Ligne d'Auxy - Juranville à Bourges.

Aujourd’hui seulement deux lignes sont encore en service, ou partiellement.

Autobus / Autocars[modifier | modifier le code]

Le département est desservi par les 19 lignes du réseau Lignes 18, qui est géré par le conseil départemental du Cher. De plus les lignes d'autocars TER Centre-Val de Loire traversent le département.

L'agglomération de Bourges est desservie par les 19 lignes du réseau AggloBus.

La ville de Saint-Amand-Montrond est desservie par 1 ligne du réseau pépita. Vierzon est desservie par trois lignes du réseau Le Vib.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Le département possède un aéroport qui est situé sur la ville de Bourges. (agglomération de Bourges).

Article détaillé : Aéroport de Bourges.

.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Berrichons.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes du Cher

Les armes du Cher se blasonnent ainsi : « D'azur semé de fleurs de lys d'or, à la bordure engrêlée cousue de gueules, à la fasce ondée d'argent brochant sur le tout. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du département du Cher.
Le Cher et les provinces qui occupaient son territoire avant 1790 : le Berry, le Bourbonnais, le Nivernais et l'Orléanais.

Le département a été créé à la Révolution française, le en application de la loi du , à partir d'une partie de la province du Berry, du Bourbonnais, du Nivernais (vallée de l'Aubois) et de l'Orléanais.

Politique[modifier | modifier le code]

Medias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Découpage administratif et électoral[modifier | modifier le code]

La carte des cantons.
La carte des cantons.
La carte des circonscriptions.
La carte des circonscriptions.

En 2016, le département du cher est subdivisé en :

Article détaillé : Liste des arrondissements du Cher.
Article détaillé : Liste des cantons du Cher.
Article détaillé : Liste des communes du Cher.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Collèges[modifier | modifier le code]

Le département compte aujourd'hui 23 collèges dont 6 sur la ville de Bourges :

Lycées[modifier | modifier le code]

Le département compte aujourd'hui 19 lycées dont 10 sur la ville de Bourges :

  • École privée Pigier Bourges Bourges
  • Lycée Alain-Fournier Bourges
  • Lycée Jacques-Cœur Bourges
  • Lycée Marguerite-de-Navarre Bourges
  • Lycée Pierre-Emile-Martin Bourges
  • Lycée privé Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle Bourges
  • Lycée privé Sainte-Marie-Saint-Dominique Bourges
  • Lycée professionnel Jacques-Cœur Bourges
  • Lycée professionnel Jean-de-Berry Bourges
  • Lycée professionnel Jean-Mermoz Bourges

Santé[modifier | modifier le code]

Le département dispose de 6 hôpitaux :

Économie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie du Cher.

Un climat doux, un relief peu agressif, de l'eau à profusion ont aidé à une dispersion du peuplement qui se manifeste dans de très nombreux villages ou hameaux encore le plus souvent habités de nos jours.

Il ne semble pas y avoir de nom particulier pour désigner les habitants du Cher, on les appelle, en référence à l'ancienne province du Berry dont est issu le département, les Berrichons.

En 2011, treize communes du département du Cher dépassaient 3 000 habitants :

Rang Nom de la commune Population municipale (2011)
1 Bourges 66 602
2 Vierzon 26 743
3 Saint-Amand-Montrond 10 646
4 Saint-Doulchard 9 199
5 Mehun-sur-Yèvre 6 829
6 Saint-Florent-sur-Cher 6 605
7 Aubigny-sur-Nère 5 680
8 Saint-Germain-du-Puy 4 930
9 Dun-sur-Auron 4 459
10 Sancoins 3 553
11 La Guerche-sur-l'Aubois 3 403
12 La Chapelle-Saint-Ursin 3194
13 Trouy 2 976
14 Argent-sur-Sauldre 2 503
15 Avord 2 334

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans le Cher.
  • Printemps de Bourges, festival musical de la chanson
  • Festival International du Film écologique de Bourges
  • Nuits lumière de Bourges
  • L'Air du Temps de Lignières, festival de musique actuelle
  • Fêtes franco-écossaises d'Aubigny-sur-Nère

Patrimoine culturel et naturel[modifier | modifier le code]

Animaux naturalisés au Muséum de Bourges.
  • Musée du Berry (archéologie, arts et traditions populaires)
  • Muséum d'histoire naturelle Gabriel-Foucher
  • Musée Estève (art contemporain)
  • Hôtel Lallemant (arts décoratifs)
  • Musée archéologique Émile-Chénon
  • Musée des Meilleurs Ouvriers de France
  • Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher
  • Château d'Eau, Château d'Art de Bourges
  • Maison de la Culture de Bourges
  • Musée du CFD à accès réglementé et restreint (Centre de Formation de la Défense) avec des pièces uniques (prototypes et seules restantes des conflits)
  • Musée de la Sorcellerie
  • Musée des Métiers et Traditions de France
  • Galerie d'art Capazza
  • Pôle des Etoiles
  • Espace Métal
  • Cité de l'Or
  • École du Grand Meaulnes
  • Musée Historimage
  • Maison de l'eau
  • Pôle de la Porcelaine-musée Charles-VII
  • Musée Laumônier de la Locomotive à vapeur et les collections du musée de Vierzon
  • Musée de la Photographie
  • Musée Vassil-Ivanoff
  • Musée de la Poterie
  • Maison des sancerre
  • Musée du Canal de Berry
  • Musée archéologique Emile-Chénon de Châteaumeillant
  • Domaine du travail coquin
  • Jardins de l'ancien archevéché de Bourges
  • Jardins des Prés Fichaux de Bourges
  • Marais de Bourges
  • Promenade du rempart gallo-romain à Bourges
  • Jardin de l'abbaye (square Lucien-Beaufrère) de Vierzon
  • Jardin de la Porte-Oison de sancerre
  • Parc floral d'Apremont-sur-Allier
  • Forêt de Tronçais
  • Jardins de Drulon à Loye-sur-Arnon
  • Jardins médiévaux du prieuré Notre-Dame-d'Orsan à Maisonnais

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Article connexe : Berry#Patrimoine.

Le Cher, région rurale, recèle un patrimoine agricole important, qui rayonne sur ses régions frontalières avec les « granges à auvent ». Ces constructions avaient plusieurs rôles, celui de protéger les portes des intempéries et de créer une extension pour, par exemple, abriter hommes et matériel lors des orages. Les « granges pyramidales » sont quant à elles particulières au nord du Cher. Elles consistent en une charpente supportant une toiture descendant jusqu'au sol.

Les églises berrichonnes sont principalement romanes et possèdent pour beaucoup des fresques anciennes, ainsi qu'un « caquetoire ». On compte en Berry plusieurs clochers tors.

De nombreux châteaux sont visibles et ouverts à la visite, comme Sagonne, Ainay-le-Viel ou Meillant.

Voici les bâtiments les plus remarquables :

Laïcs[modifier | modifier le code]

Religieux[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Langues historiques : berrichon, bourbonnais (Sud-Est).

Le français se parle traditionnellement dans tout le département. Un dialecte de langue d'oïl, le berrichon était parlé dans presque tout le département jusqu'au milieu du XXe siècle. Il se composait d'un nombre important de parlers locaux plus ou moins influencés par les aires dialectales limitrophes (vallée de la Loire, Orléanais et Sologne au nord et à l'ouest, Nivernais à l'est). Le sud-est du département faisait partie de l'ancienne province du Bourbonnais, mais ce secteur du Bourbonnais faisait toutefois partie du secteur linguistique berrichon et non des dialectes bourbonnais.

Représentation du Croissant.

Dans le sud du département, à partir de Vesdun et Culan, il y a des interférences et un substrat de l'auvergnat[4] ; on est ici dans le Croissant (limite linguistique entre oïl et oc) :

  • le chambra : le grenier à foin ;
  • une aigasse : une giboulée (aigassà en auvergnat) ;
  • la betoulle : le bouleau (betoulà en auvergnat) ;
  • une ageasse : une pie (ajassà en auvergnat) ;
  • acoter : s'appuyer (acotâ en auvergnat)[5].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 8,3 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes du Cher dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/cher-18
  2. Météo France.
  3. « Premières fortes chaleurs de l'été », sur le site de Météo-France, (consulté le 28 juin 2011).
  4. Pierre Bonnaud, Introduction générale à l'onomastique d'après l'exemple du fichier onomastique de l'Auvergne (FOA), Clermont-Ferrand, Centre régional de documentation pédagogique d'Auvergne,
  5. Karl-Heinz Reichel, Grand dictionnaire général auvergnat-français, Nonette, Créer, , 878 p. (ISBN 2-8481-9021-3, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]