Tramway de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway de Marseille
Image illustrative de l'article Tramway de Marseille
De gauche à droite et de haut en bas : une rame de Bombardier Flexity Outlook au terminus Les Caillols de la ligne 1, intérieur d'une rame, un tramway arrivant à l'arrêt Réformés-Canebière, un tramway à l'arrêt Sadi Carnot, panneaux indiquant le début des voix réservées aux tramways sur le boulevard Chave.

Situation Marseille, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Drapeau de la France France
Type Tramway
Entrée en service Ancien réseau : 1876
Réseau actuel : 2007
Longueur du réseau 13 km[1]
Lignes 3
Stations 32[1]
Rames Bombardier Flexity Outlook
Fréquentation 100 000 voyageurs/jour
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Exploitant RTM
Site internet http://www.rtm.fr
Vitesse maximale 70 km/h
Lignes du réseau Tramway de MarseilleLigne 1 du tramway de MarseilleLigne 2 du tramway de MarseilleLigne 3 du tramway de Marseille
Réseaux connexes Métro de MarseilleMétro de Marseille
Autobus de MarseilleAutobus de Marseille
TER PACATER PACA

Image illustrative de l'article Tramway de Marseille

Le tramway de Marseille est un réseau de tramway desservant la ville française de Marseille.

L'ancien réseau, qui a fonctionné de 1876 à 2004, a compté jusqu'à une centaine de lignes. Il est abandonné après la Seconde Guerre mondiale sauf une ligne, la 68, qui a fonctionné jusqu'en 2004.

Le réseau actuel, ouvert en 2007, comporte trois lignes totalisant environ 15,8 kilomètres de longueur pour 32 stations et est fréquenté par 100 000 voyageurs par jour en 2015. L'exploitation est, depuis , assurée par la RTM.

Historique[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Date Ligne Évènement
Ancien réseau Ouverture de la première ligne de tramway, des Chartreux à La Joliette.
1878-1890 Le réseau de la CGFT compte 8 lignes.
Premières automotrices électriques.
1900 Le réseau compte 37 lignes.
1914 Le réseau compte une centaine de lignes.
Création de la Régie autonome des transports de la ville de Marseille.
Années 1950-1960 Les lignes de tramway sont progressivement remplacées par des autobus et trolleybus. Seule subsiste la ligne 68.
Ancienne ligne 68 du tramway de Marseille Fermeture de la ligne 68.
Ligne 1 du tramway de MarseilleLigne 2 du tramway de Marseille Ouverture du nouveau réseau, sous la forme d'une ligne unique d'Euroméditerranée-Gantès à Les Caillols.
Ligne 1 du tramway de Marseille Séparation des deux lignes avec l'ouverture du tronçon Eugène Pierre à La Blancarde.
Ouverture du tunnel d'Eugène Pierre à Noailles.
Ligne 2 du tramway de Marseille Prolongement vers le nord entre Euroméditerranée-Gantès et Euroméditerranée-Arenc (rebaptisée Arenc-Le Silo en septembre 2011).
Ligne 2 du tramway de MarseilleLigne 3 du tramway de Marseille Nouvelle station Canebière-Capucins sur la ligne 2.
Ouverture de la ligne 3 entre Arenc-Le Silo et Castellane (5 nouvelles stations).

Ancien tramway : 1876-2004[modifier | modifier le code]

Tramway 68 en circulation en 1984.
Article détaillé : Ancien tramway de Marseille.

Le premier réseau de tramway de Marseille commence à se développer à la fin du XIXe siècle. En exploitation jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il compte jusqu'à une centaine de lignes et est géré par plusieurs compagnies privées dont la plus importante est la Compagnie générale française de tramways.

Les tramways sont remplacés par des bus et des trolleybus dans les années 1950 et 1960 et seule la ligne 68 reste en exploitation de Noailles à Saint-Pierre jusqu'en 2004.

Nouveau réseau : depuis 2007[modifier | modifier le code]

Projet de 2003.
Réseau actuel.

Projets[modifier | modifier le code]

Le plan de déplacement urbain approuvé par la ville de Marseille en 2000 prévoyait la création de deux lignes de tramway :

Ce projet est modifié en 2003 pour trois lignes :

Le tracé du réseau est cependant contesté pour plusieurs raisons :

  • deux lignes de ce réseau rejoignent l'hyper-centre (Noailles-Canebière) à la Blancarde, qui est par ailleurs reliée au centre-ville par un prolongement du métro ;
  • la ligne 2 a un itinéraire proche de la ligne 2 du métro ;
  • les quartiers est (Saint-Barnabé et Les Caillols) bénéficient d'une ligne de tramway ainsi que de l'extension du métro alors que les quartiers nord et sud ne tirent aucun bénéfice du nouveau réseau ;
  • les travaux se sont accompagnés d'un réaménagement urbain important du centre-ville (restructuration complète des voies, élargissement des trottoirs) qui pèsent lourdement sur le budget de la construction du tram.

Construction[modifier | modifier le code]

Lignes du tramway en construction à la Blancarde.
Rames de tramway à Saint-Pierre.

Les travaux préparatoires débutent dès l'arrêt du tramway 68, début 2004. Pour des raisons à la fois techniques et financières, la construction de la branche de la ligne 2 prévue entre Belsunce et Castellane ainsi que celle de la ligne 3 vers la place du Quatre-Septembre sont renvoyées à plus tard.

Une ligne unique est d'abord construite entre Euroméditerranée-Gantès et Les Caillols selon un itinéraire empruntant la ligne 2 jusqu'à La Blancarde puis la ligne 1 sur son tronçon vers Les Caillols. La construction de cette ligne est l'occasion de remodeler complètement plusieurs grandes artères du centre ville : la rue de la République, la Canebière, le boulevard Longchamp et l'avenue Foch. Entre La Blancarde et Saint-Pierre, la ligne reprend le tracé en site propre de l'ancienne ligne 68[2]. De Saint-Pierre à La Grognarde, la ligne est construite en bordure d'une rue nouvelle avant d'être de nouveau en site protégé sur voie urbaine (boulevard Berthier, avenue William Booth) jusqu'au terminus des Caillols. Cette première ligne unique, longue de 8,8 km, est mise en service le .

La construction de la ligne 1 a nécessité l'équipement du boulevard Chave – trop étroit pour que la ligne soit entièrement indépendante de la circulation automobile – et la rénovation complète du vieux tunnel sous la Plaine. Le , un tronçon est mis en service de Eugène Pierre à La Blancarde, permettant la séparation des deux lignes avec une correspondance à La Blancarde. Toutefois, pour permettre aux nouvelles rames de se croiser dans le tunnel sous la Plaine, il aurait fallu le recalibrer entièrement : afin de ne pas majorer le coût et la durée des travaux, le tunnel n'a pas été élargi mais équipé d'une voie unique que les rames parcourent alternativement, ce qui limite leur fréquence à 4 minutes au mieux (la fréquence commerciale est de 6 minutes en heures de pointe). Le [3], le tunnel est mis en service et la ligne 1 parcourt son trajet complet de Noailles aux Caillols.

Enfin, le , la ligne 2 est prolongée d'une station vers Euroméditerranée-Arenc (renommée par la suite Arenc-Le Silo).

Le dépôt pour l'ensemble du réseau a été construit sur des terrains rachetés à l'armée à côté de l'ancien dépôt de tramway de Saint-Pierre. Ce dernier, rasé, a laissé place à un dépôt en plein air pour les bus de la RTM.

Conflit d'exploitant[modifier | modifier le code]

Station Réformés-Canebière.

En 2005, la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) décide de confier la gestion du nouveau réseau de tramway à une entreprise privée via une délégation de service public (DSP) plutôt que de le laisser à l'exploitant public du reste du réseau, la Régie des transports de Marseille (RTM). Un seul opérateur répond à l'appel d'offre : le « groupement momentané d'entreprises » Le Tram, constitué entre la RTM et Connex, filiale transport du groupe Veolia Environnement[4].

Cette décision provoque une grève des agents de la RTM, qui paralyse le réseau de transports en commun de Marseille pendant plus d'un mois à l'automne 2005, malgré la nomination du médiateur Bernard Brunhes pour tenter de résoudre la crise. La grève prend fin après que le tribunal de grande instance de Marseille, saisi en référé par la direction de la RTM, juge la grève illégale (le préavis déposé avant la grève ne recouvrant pas le motif réel de celle-ci).

Toutefois, deux décisions de justice administrative annulent la délégation de service public : en à la suite d'un recours d'élus communistes, la modification du règlement de la RTM est annulée puis, en suite à un recours de la CFDT, la justice annule la délibération créant la DSP. Finalement, en , la communauté urbaine vote le retour du tramway dans le giron de la RTM[5],[6].

Troisième ligne[modifier | modifier le code]

Des travaux ont lieu en 2014-2015 pour prolonger le tramway depuis le cours Belsunce jusqu'à la place Castellane en passant par la rue de Rome (1,2 km)[7] et permettre la réalisation de cinq stations supplémentaire. La nouvelle ligne ainsi crée, d'Arenc à Castellane et qui emprunte pour partie le même trajet que la ligne 2, est entrée en service le [8]. Cette nouvelle ligne se veut une première étape dans la réalisation d'une ligne nord-sud connectant à terme les Quartiers nord à la Rouvière d'ici 2023.

Réseau actuel[modifier | modifier le code]

Le réseau actuel compte trois lignes en fonctionnement et est fréquenté par 100 000 voyageurs par jour ouvrable de base (lundi à vendredi hors vacances scolaires) en 2015[9].

Ligne Caractéristiques
Marseille tram T1.svg
Accessible aux personnes à mobilité réduite
NoaillesLes Caillols
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
5,4 km
Durée
Nb. d’arrêts
14
Matériel
Flexity Outlook
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
Dépôt
Saint-Pierre
Desserte :
  • Arrondissements : 1er, 4e, 5e, 11e, 12e
  • Stations desservies : Eugène-Pierre, Camas, Georges, Jean-Martin, Blancarde-Chave, Sainte-Thérèse, Saint-Pierre, La Parette, La Boiseraie, Air-Bel, La Grognarde, William-Booth
Autre :
Marseille tram T2.svg
Accessible aux personnes à mobilité réduite
La BlancardeArenc-Le Silo
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
6,5 km
Durée
Nb. d’arrêts
15
Matériel
Flexity Outlook
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
Dépôt
Saint-Pierre
Desserte :
  • Arrondissements : 1er, 2e, 4e
  • Stations desservies : Euroméditerranée-Gantès, Joliette, République-Dames, Sadi-Carnot, Belsunce-Alcazar, Canebière-Capucins, Canebière-Garibaldi, Réformés-Canebière, National, Longchamp, Cinq-Avenues, Foch-Sakakini, Foch-Boisson
Autre :
Marseille tram T3.svg
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Arenc-Le SiloCastellane
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
3,6 km
Durée
Nb. d’arrêts
11
Matériel
Flexity Outlook
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
Dépôt
Saint-Pierre
Desserte :
  • Arrondissements : 1er, 2e, 6e
  • Stations desservies : Euroméditerranée-Gantès, Joliette, République-Dames, Sadi-Carnot, Belsunce-Alcazar, Cours Saint-Louis, Rome-Davso, Place de Rome, Rome-Dragon
Autre :

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Le projet de réseau pour 2035 selon le plan de déplacements urbains.

Les projets de développement du réseau de tramway ont plusieurs fois. Ainsi à l'origine, une ligne devait rejoindre la place du Quatre-Septembre mais ce projet a été un temps abandonné. L'Agenda de la mobilité métropolitaine adopté en 2016 par la métropole d'Aix-Marseille-Provence envisage ce projet pour l'horizon 2025[10]. La transformation de la ligne 3 en véritable axe nord-sud, déjà inscrite au plan de déplacements urbains (PDU) adopté en 2013[11], figure également à l'Agenda pour 2025 avec un prolongement au nord d'Arenc vers Gèze, Saint-André et la Castellane et au sud vers Sainte-Marguerite, la Gaye et la Rouvière[10]. Des études sont déjà en cours concernant le prolongement sud[12].

À l'horizon 2035, l'Agenda de la mobilité métropolitaine envisage un prolongement du tramway entre le boulevard Longchamp et la Belle-de-Mai et l'extension de la ligne 1 vers La Valentine où elle pourrait être en correspondance avec le tramway d'Aubagne[10]. En revanche, le tronçon envisagé par le PDU de 2013 entre la Blancarde et Sainte-Marguerite ne semble plus être à l'ordre du jour[11].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Tramway boulevard Chave.

Les rames en usage sont des Flexity Outlook de type C du constructeur Bombardier Transport, d'une masse à vide de 40 tonnes. Les 32,5 mètres sont décomposés en cinq modules larges de 2,4 mètres. En juillet 2007, vingt-six rames ont été livrées pour quarante nécessaires pour le réseau prévu en 2011. Leur capacité est de 200 voyageurs dont 44 assis. La vitesse maximale est de 70 km/h[13]. Chaque rame a coûté 2,1 millions d'euros[réf. nécessaire].

L'aménagement est une création de l'agence MBD Design[14]. Selon ses auteurs, l'extérieur rappelle la coque d'un navire, dont la proue est la cabine de conduite. Un cercle lumineux porte la couleur de la ligne desservie par la rame. À l'intérieur, le plancher, les parois et le plafond sont bleus, avec des sièges et des persiennes estivales en bois.

Fin 2011, la ville annonce l'allongement des rames à 42,5 mètres (par l'ajout de 2 modules[14]) afin d'augmenter la capacité, ainsi que le réaménagement intérieur[15]. Les modifications ont été faites en 2012. L'allongement et le réaménagement intérieur ont coûté près de 23 millions d'euros[15].

En parallèle, six rames supplémentaires ont été commandés auprès du constructeur en mai 2012 pour l'extension rue de Rome[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b RTM : Fiche d’identité de l’Entreprise
  2. François Enver, « Marseille. La reconquête urbaine par le tram », dossier et cartographie publiés dans Ville & transports magazine n°427, pages 28-35.
  3. Source : La Provence
  4. « L'alliance avec Veolia, un partage des risques et des bénéfices », article publié dans Ville & transports magazine n°427, pages 35.
  5. « À Marseille, le service public de nouveau sur les rails », sur L'Humanité,
  6. « Marseille : le tram, 100 % public », sur L'Humanité,
  7. http://www.marseille-provence.com/actions/transports/tramway-ligne-arenc-le-silo-castellane-travaux-rue-de-rome-marseille-mpm.html
  8. http://www.mairie-marseille6-8.fr/les-travaux-et-grands-projets/243-extension-du-tramway-canebiere-rome-castellane.html
  9. « [RTM] On fait le bilan : fréquentation, projets, nouveaux tarifs, baisse de l’insécurité… », sur Made in Marseille, (consulté le 28 mars 2016)
  10. a, b et c Métropole d'Aix-Marseille-Provence, Agenda de la mobilité métropolitaine, (lire en ligne)
  11. a et b « Plan de déplacements urbains », sur MPM (consulté le 8 juin 2015).
  12. « Marseille : au sud, le chantier du tram commencera-t-il... par la fin ? », sur La Provence,
  13. « Tramway Marseille », tramamateurs, (consulté le 21 décembre 2008)
  14. a et b François Enver, « Un navire sur rail », article publié dans Ville & transports magazine n°427, pages 34.
  15. a et b « Le tramway de Marseille s'allonge, l'usager s'accroche », sur www.laprovence.com,
  16. (en) « World rolling stock market May 2012 », (consulté le 23 mai 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Les tramways de Marseille ont cent ans, Jacques Laupiès et Roland Martin, 1re édition en 1975;, nouvelle éd. revue et complétée : (ISBN 2-903963-51-7).
  • Marseille sur Rail, numéro spécial de Marseille, revue culturelle de la ville de Marseille, mars 2007
  • Une troisième ligne pour les tramways marseillais, Philippe-Enrico ATTAL, Rail Passion n°212 Juin 2015, p18-20

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]