Gabriel Audisio (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gabriel Audisio.
Gabriel Audisio
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Gabriel Audisio est un écrivain et poète français né le à Marseille et mort à Issy-les-Moulineaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriel Audisio est né le 27 juillet 1900 à Marseille, dans une famille d’artistes liés au monde du théâtre. Il passe les dix premières années de son enfance dans la ville phocéenne et déménage ensuite à Alger, où son père, Victor Audisio, est nommé Directeur de l'Opéra d'Alger. Le jeune Audisio fréquente l’école française mais étudie en même temps les lettres, le droit, l’histoire et la civilisation musulmanes[1]. Il rentre en France en 1916, au moment où son père est chargé de diriger l'Opéra de Marseille. Il continue ses études à Paris ; il a comme professeur Jules Romains, qui deviendra par la suite un ami, et dont les théories l’influenceront. En 1917, Gabriel Audisio rencontre Louis Brauquier au lycée Thiers, puis Francis Ponge à Strasbourg. Après la Guerre, pour laquelle il est engagé volontaire comme hussard (il sera démobilisé en 1919), Audisio retourne en Algérie pour passer le concours de Rédacteur de Préfecture : il est nommé à Constantine. De 1921 à 1922, il est Rédacteur au Gouvernement général de l'Algérie. En 1927, il rencontre Max-Pol Fouchet, Jean Hytier, Henri Bosco et Jean Ballard, directeur des Cahiers du Sud auxquels il collaborera pendant des années. En 1930, il devient Délégué de l’Office algérien d’action économique et touristique. En 1936, il voyage en Tunisie d'où il rapportera son essai Sel de la mer. Il rencontre Jean Prévost, Albert Camus et Jean Grenier.

En 1943, il est incarcéré à Fresnes pour faits de Résistance. En 1958, il est nommé Conseiller Culturel auprès du Secrétariat d'État chargé des Affaires culturelles algériennes. Il prend sa retraite en 1966. Gabriel Audisio meurt à Issy-les-Moulineaux le 25 janvier 1978. Cette même année sera publié son dernier recueil de poèmes, De ma nature.

L'œuvre abondante de Gabriel Audisio est celle d'un écrivain méditerranéen qui affirme sa foi dans l'espèce humaine et dans le monde méditerranéen. Héros sans dieu, l'homme de Gabriel Audisio est un lointain héritier d'Ulysse et des Grecs que gouvernent avant tout l'intelligence et la raison. On peut dire de Gabriel Audisio que les héros de ses romans, le contenu de ses essais témoignent de sa pensée et de son idéal. L'homme qu'est Gabriel Audisio s'est voulu un rassembleur de toutes les cultures et de toutes les nationalités du bassin méditerranéen. Par-delà les différences et les divergences existant depuis des siècles, il a souhaité voir s'unir ce qu'il appelait l'Orient et l'Occident, mais c'était avant tout dans ce qui était l'Afrique du Nord qu'il a entretenu ce projet d'unité. La force de l'Algérie, de la Tunisie et du Maroc résidait, selon Gabriel Audisio, dans la diversité des cultures, des religions, les va-et-vient successifs de peuplements que ces pays avaient connus depuis toujours. Pareil thème trouvera sa place dans les romans, les essais, et à un degré moindre, dans sa poésie. Avec Gabriel Audisio, c'est une des figures les plus représentatives de la littérature méditerranéenne qui s'est imposée durant un demi-siècle.

De 1924 à 1976, Gabriel Audisio entretient une correspondance hebdomadaire avec son ami Louis Brauquier dont il se chargera de publier l'ouvrage posthume Hivernage.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
  • Trois hommes et un minaret, Paris, Rieder, « Prosateurs français contemporains », 1926, rééd. Paris, L'Harmattan, « Autrement mêmes », 2009, (ISBN 978-2-296-10713-7), présentation de Maria Chiara Gnocchi, avec un chapitre inédit
  • Héliotrope, Gallimard, 1928
  • Les Compagnons de l'Ergador, Gallimard, 1941
  • Le Colombier de Puyvert, Gallimard, 1953
  • Contretemps, Del Duca, 1963
Essais
  • Jeunesse de la Méditerranée, Gallimard, 1935
  • Sel de la mer, Gallimard, 1936
  • Amour d'Alger, Charlot, 1938
  • La leçon d'Abrard ou  le Français désincarné, Charlot, 1940
  • Ulysse ou l'intelligence, Gallimard, 1946
  • Misère de notre poésie, Seghers, 1943
  • Feuilles de Fresnes, Minuit, 1945
  • Algérie, Méditerranée. Feux vivants, Rougerie, 1957
  • Louis Brauquier, Seghers, 1966
Récits
  • Les Augures, Gallimard, 1932
  • À n'y pas croire, Del Duca, 1966
  • L’Opéra Fabuleux, préface de Jules Roy, Julliard, 1970
Histoire
  • La vie de Haroun el Rachid, Gallimard, 1938
  • Hannibal, Berger-Levrault, 1961
Poésie
  • Hommes au soleil, éditions du Mouton Blanc, 1923
  • Antée, Cahiers du Sud, 1932
  • La Cage ouverte, Charlot, 1938
  • Blessures, Fontaine, 1940
  • Poèmes du lustre noir, Robert Laffont, 1944
  • Rapsodie de l'amour terrestre, Rougerie, 1949
  • Danger de vie, Rougerie, 1953
  • Le Zodiaque fabuleux, Rougerie, 1957
  • Fables, Belfond, 1966
  • Racines de tout, Rougerie, 1975
  • De ma nature, Rougerie, 1978

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Incarnada, ou la Victoire des morts, tragédie en 4 actes, Lausanne, Rencontre, 1951
  • La clémence du Pacha, texte inédit, 1953

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maria Chiara Gnocchi, L'archipel méditerranéen de Gabriel Audisio, dans Des îles en archipel... Flottements autour du thème insulaire en hommage à Carminella Biondi, Bruxelles, Peter Lang, , XXII-537 p. (ISBN 978-3-03911-692-8), p. 481-502

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Max Alhau, Un écrivain méditerranéen : Gabriel Audisio, Paris, Université de Paris III (thèse de doctorat en Lettres, sous la direction de Michel Décaudin), 1982
  • Max Alhau, « Gabriel Audisio et la Méditerranée », NRF, n° 513, octobre 1995, p. 87-91
  • Guy Dugas (dir.), La Méditerranée de Audisio à Roy, Houilles, Éd. Manucius, 2008
  • Collectif, Audisio, Camus, Roblès, frères de soleil, Edisud, 2003
  • Gérard Crespo, « Camus, Audisio et la Méditerranée », dans Jean-François Mattéi (dir.), Albert Camus & la pensée de Midi, Nice, Les Éditions Ovadia, 2008, p.123-134
  • Michel Décaudin, « Audisio le poète », Bulletin des Amis de Jules Romains, n°12-13, 1978, p. 13-19
  • Roger Duchêne (éd.), Courrier Louis Brauquier. Lettres à Gabriel Audisio (1920-1960), Marseille, M. Schefer, 1982
  • Maria Chiara Gnocchi, « L'archipel méditerranéen de Gabriel Audisio », dans Carmelina Imbroscio, Nadia Minerva et Patrizia Oppici (dir), Des îles en Archipel… Flottements autour du thème insulaire en hommage à Carminella Biondi, Bruxelles, Peter Lang, 2008, p. 481-492
  • Christian Morzewski (éd.), Henri Bosco – Gabriel Audisio. Correspondance choisie (1928-1955), Cahiers Henri Bosco, n° 51, juin 2016
  • Jean Susini, Gabriel Audisio le méditerranéen, Presses des Cévennes, 1958
  • Émile Temime, Un rêve méditerranéen: des saint-simoniens aux intellectuels des années trente (1832-1962), Actes Sud, Arles, 2002


Liens externes[modifier | modifier le code]