La Marseillaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Marseillaise (homonymie).
La Marseillaise
Rouget de Lisle chantant La Marseillaise pour la première fois à l'hôtel de ville de Strasbourg ou chez Dietrich en 1792 (Pils, 1849).
Rouget de Lisle chantant La Marseillaise pour la première fois à l'hôtel de ville de Strasbourg ou chez Dietrich en 1792 (Pils, 1849).

Hymne national de Drapeau de la France France
Autre(s) nom(s) Chant de guerre pour l'Armée du Rhin
Paroles Rouget de Lisle
1792
Musique Rouget de Lisle
Adopté en 1795
Fichiers audio
La Marseillaise (Instrumentale)
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

La Marseillaise est le chant patriotique de la Révolution française, adopté par la France comme hymne national : une première fois par la Convention pendant neuf ans du jusqu'à l'Empire en 1804, puis définitivement en 1879 sous la Troisième République.

Les six premiers couplets sont écrits par Rouget de Lisle en 1792 pour l'Armée du Rhin à Strasbourg, à la suite de la déclaration de guerre de la France à l'Autriche. Dans ce contexte originel, La Marseillaise est un chant de guerre révolutionnaire, un hymne à la liberté, un appel patriotique à la mobilisation générale et une exhortation au combat contre la tyrannie et l'invasion étrangère.

La Marseillaise est décrétée chant national le (26 messidor an III) par la Convention, à l'initiative du Comité de Salut public. Abandonnée en 1804 sous l’Empire et remplacée par le Chant du départ, elle est reprise en 1830 pendant la révolution des Trois Glorieuses qui porte Louis-Philippe Ier au pouvoir. Berlioz en élabore une orchestration qu’il dédie à Rouget de Lisle.

La IIIe République en fait l'hymne national le 14 février 1879 et, en 1887, une « version officielle » est adoptée en prévision de la célébration du Centenaire de la Révolution. Le 14 juillet 1915, les cendres de Rouget de Lisle sont transférées aux Invalides.

Pendant la période du régime de Vichy, bien qu'elle soit toujours l'hymne national, elle est souvent accompagnée par le chant « Maréchal, nous voilà ! »[1]. En zone occupée, le commandement militaire allemand interdit de la jouer et de la chanter à partir du [2].

Son caractère d’hymne national est à nouveau affirmé dans l’article 2 de la Constitution du 27 octobre 1946 par la IVe République, et en 1958 — par l’article 2 de la Constitution de la Cinquième République française.

Valéry Giscard d'Estaing, sous son mandat de président de la République française, fait diminuer le tempo de La Marseillaise afin de retrouver le rythme original.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création et contexte historique[modifier | modifier le code]

Elle est écrite par Claude Joseph Rouget de Lisle, capitaine du Génie alors en poste à Strasbourg dans la nuit du 25 au à la suite de la déclaration de guerre à l'Autriche du 20 avril 1792.

Différents titres pour un même chant[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Elle porte initialement différents noms, tous éphémères : Chant de guerre pour l'armée du Rhin ; Chant de marche des volontaires de l'armée du Rhin.
Le Dr François Mireur, futur général des armées d'Italie et d'Égypte, venu à Marseille afin d'organiser la marche conjointe des volontaires du Midi (Montpellier et Marseille), publie ce chant, à Marseille, pour la première fois, avec un nouveau titre : Chant de guerre des armées aux frontières. De fait, ce sont les troupes des Fédérés marseillais qui, l'ayant adopté comme chant de marche, l'entonnent lors de leur entrée triomphale, aux Tuileries, à Paris, le . Immédiatement, la foule parisienne, sans se préoccuper de ses différents noms, baptise ce chant : La Marseillaise. Ce titre, outre sa simplicité, a l'avantage de marquer de Strasbourg à Marseille, de l'Est au Midi, l'unité de la Nation.

Circonstances de sa création[modifier | modifier le code]

Rouget de l'Isle chantant La Marseillaise, 1849, Isidore Pils, Musée des Beaux-Arts de Strasbourg.

Le maire de Strasbourg, le baron de Dietrich, demande à Rouget de Lisle en garnison à Strasbourg d'écrire un chant de guerre. Retourné en soirée à son domicile, rue de la Mésange (entre la place de l'Homme-de-Fer et la place Broglie), Rouget de Lisle compose un Hymne de guerre dédié au maréchal Bavarois de Luckner qui commande l'armée du Rhin[3]. Cette scène est immortalisée, notamment dans le tableau d'Isidore Pils, présenté au musée des Beaux-Arts de Strasbourg. Le chant retentit ensuite publiquement pour la première fois sur la place Broglie, devant l'hôtel de ville de Strasbourg.

L'historien strasbourgeois Claude Betzinger conteste cependant le lieu de la première exécution de la Marseillaise : elle aurait eu lieu chez le maire, Frédéric de Dietrich, domicilié alors au 17, rue des Charpentiers à Strasbourg et non à la maison familiale des Dietrich[4].

Partition du XIXe siècle

Le texte est fortement inspiré d'une affiche apposée à l'époque sur les murs de Strasbourg par la Société des amis de la constitution[5] ou la municipalité[6]. L'expression les « enfants de la Patrie » fait référence aux engagés volontaires du Bas-Rhin, dont faisaient partie les deux fils du maire. De même, un parent de Rouget de L'Isle rapporte qu'il aurait affirmé, lors d'une réunion, s'être inspiré d'un chant protestant de 1560 exécuté lors de la conjuration d'Amboise. Enfin, certains ont suggéré que Rouget a pu songer à l'ode de Nicolas Boileau « sur un bruit qui courut, en 1656, que Cromwell et les Anglais allaient faire la guerre à la France »[5],[7].

En ce qui concerne les influences, La Marseillaise compte peu de précédents, contrairement aux hymnes anglais ou allemand. En 1889, Wilhelm Tappert, un musicologue allemand, prétend que plusieurs airs allemands font penser à La Marseillaise mais que Rouget de Lisle ne les a sans doute pas entendus. Il réfute par ailleurs la thèse selon laquelle elle serait l'œuvre de Holtzmann, maître de chapelle dans le Palatinat — on a parlé du Credo de la Missa solemnis no 4[8] —, de Grisons — l’air du début de l'Oratorio Esther, intitulé « Stances sur la Calomnie » a été évoqué[9] — ou d'autres. La première phrase « allons enfants de la patrie » apparaît dans deux trios, La Flûte enchantée et l'allegro maestoso du concerto pour piano no 25 (datant de 1786) de Wolfgang Amadeus Mozart[5].

L'origine de la musique est plus discutée, puisqu'elle n'est pas signée (contrairement aux autres compositions de Rouget de Lisle). Plusieurs écrivains et musiciens émettent des doutes sur la paternité de Rouget de Lisle réputé être un amateur incapable de composer un hymne dont la valeur musicale est reconnue. Même si son ami André Grétry juge que « l'air des Marseillais a été composé par un amateur qui n'a que du goût et ignore les accords », d'autres comme Louis Garros et Philippe Barres avancent qu'il peut s'agir d'Ignace Pleyel, par ailleurs compositeur de L'Hymne de la liberté, dont Rouget de Lisle a écrit les paroles. Toutefois, il est absent de Strasbourg en pour diriger les « Professionnal Concerts » à Londres, où il va résider jusqu'en [5]. Plus tardivement, en 1863, François-Joseph Fétis prétend que Guillaume Navoigille est l'auteur de la musique[10].

La cinquième strophe évoque les « complices de Bouillé », général en chef de l'armée de Sarre et Moselle de 1790 à 1791, à qui on reproche alors son rôle dans l'affaire de Nancy et la fuite du roi. Rouget de Lisle écrit le chant neuf jours seulement après la libération, le 15 avril, des Suisses de Nancy emprisonnés à Brest. De son côté, le Courrier de Strasbourg du a imprimé « les complices de Condé ». Puis, le 5 décembre, François Boissel propose au club des Jacobins de remplacer le vers par « Mais ces vils complices de Motier »[5],[11].

Le septième couplet, dit « couplet des enfants », a été ajouté en par Gossec lors de la représentation à l'Opéra de « l'Offrande de la liberté, scène religieuse sur la chanson des Marseillais »[12] ; le poète normand Louis Du Bois et l'abbé Antoine Pessonneaux en ont revendiqué la paternité, qui a également été attribuée à André Chénier ou à son frère Marie-Joseph[13],[14].

Du chant révolutionnaire à l'hymne national[modifier | modifier le code]

Général Mireur, 1770-1798, terre cuite anonyme, Montpellier, Faculté de médecine.

Le 22 juin 1792, un délégué du Club des amis de la Constitution de Montpellier, le docteur François Mireur, venu coordonner les départs de volontaires du Midi vers le front, entonne pour la première fois à Marseille ce chant parvenu de Strasbourg à Montpellier par un moyen incertain (les historiens estiment que la circulation de voyageurs a pu contribuer à ce que les milieux patriotes de Montpellier aient eu connaissance de ce chant, donné à l'occasion de funérailles au printemps 1792). Après un discours prononcé le 21 juin devant le Club des amis de la Constitution de Marseille, rue Thubaneau[15], Mireur est l'invité d'honneur d'un banquet le lendemain et, prié de prononcer un nouveau discours, il entonne le chant entendu à Montpellier quelques jours ou semaines plus tôt. Dans l'ardente atmosphère patriotique de l'heure, Mireur suscite l'enthousiasme et le chant est imprimé dès le lendemain par le journal des départements méridionaux daté du et dirigé par Alexandre Ricord. Ce périodique donne sur sa seconde colonne de sa quatrième et dernière page le texte du Chant de guerre aux armées des frontières sur l'air de Sarguines[16]. Cette édition locale de la future Marseillaise pose un problème par son titre et par sa référence à l' opéra-comique de Nicolas Dalayrac[17]. Il est probable que les rédacteurs du journal ont voulu indiquer un air connu de leur lecteur qui offre quelque ressemblance avec celui de Rouget de Lisle[18]. En juillet 1792 un tiré à part de ce chant sera distribué aux volontaires marseillais qui l'entonneront tout au long de leur marche vers Paris en juillet 1792[19].

De la rue Thubaneau aux Champs-Élysées, le chant de Rouget de Lisle devient l'hymne des Marseillais et bientôt La Marseillaise. De fait, on lui attribue souvent à tort d'avoir été écrite à Marseille mais elle a bien été écrite à Strasbourg, rue de la Mésange. François Mireur, lui, parti de Marseille en avant des Marseillais pour rejoindre le bataillon des volontaires de l'Hérault, fera une brillante carrière militaire et mourra général, en Égypte, à l'âge de 28 ans.

La Marseillaise est déclarée chant national le 14 juillet 1795. Mais elle est concurrencée au début par un autre chant patriotique écrit en 1795 en réaction contre la Terreur : il s'agit du Réveil du Peuple.

Interdite sous l'Empire puis la Restauration, elle est reprise après la révolution de 1830 et devient hymne national sous la IIIe République, en 1879 - le Président de la République de l'époque était alors Jules Grévy. Le ministère de l'Éducation nationale conseille d'en pratiquer le chant dans les écoles à partir de 1944, pratique qui est dorénavant obligatoire à l'école primaire (proposition de loi du 19 février 2005, adoptée le 23 avril 2005, modifiant l'article L321-3 du Code de l'éducation). Les Constitutions de 1946 (IVe République) et de 1958 (Ve République) conservent La Marseillaise comme hymne national (article 2 de la Constitution de la Cinquième République française)

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Timbre sur la Marseillaise durant le Protectorat français de Tunisie (1943).

La Marseillaise n'est pas seulement l’hymne français. Comme chant révolutionnaire de la première heure, elle est reprise et adoptée par nombre de révolutionnaires sur tous les continents.

  • Il existe une version vénitienne (Bibioteca Civica A. Hortis Trieste Italie) datant de juin 1797 publiée à Padoue à la même date en langue italienne (texte original italien) pour fêter la chute de la république Serenissima des doges de Venise en mai 1797 précipitée par le général Napoléon Bonaparte.
  • Une adaptation en russe, la Marseillaise des Travailleurs, publiée en 1875, est réalisée par le révolutionnaire Piotr Lavrovitch Lavrov. Vers 1900, ceux qui la chantent en public en Russie sont arrêtés par la police. Ce qui explique qu'après la Révolution d'Octobre, les bolcheviks l'adoptent pour hymne en 1917, avant de reprendre un autre chant révolutionnaire français : L'Internationale. En avril 1917, lorsque Lénine retourne en Russie, il est accueilli à Pétrograd au son de la Marseillaise. L'Internationale remplace progressivement La Marseillaise chez les révolutionnaires socialistes, parce qu'étant devenue l'hymne national français, elle est maintenant associée au pouvoir étatique de la France.

En 1931, à l'avènement de la Seconde République espagnole, certains Espagnols ne connaissant pas leur nouvel hymne (Himno de Riego) accueillent le nouveau régime en chantant La Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane. Durant la Seconde Guerre mondiale, la loge maçonnique Liberté chérie, créée dans les camps de concentration nazis, tire son nom de cet hymne des combattants de la liberté.

Arsène Wenger, ancien entraîneur de l'équipe de football Nagoya Grampus, de Nagoya (Japon), lui ayant fait gagner la Coupe du Japon de football, les supporters de cette équipe encouragent encore aujourd'hui leur équipe sur l'air de La Marseillaise.

Le carillon à l'hôtel de ville de Cham (Bavière) sonne La Marseillaise pour commémorer Nicolas Luckner.

Paroles[modifier | modifier le code]

En fait la version complète de la Marseillaise ne compte pas moins de 15 couplets[20]. Mais le texte a subi plusieurs modifications. On compte aujourd'hui 6 couplets et un couplet dit « des enfants ». Seul le premier couplet est chanté lors des événements. Deux couplets (les « couplets des enfants ») ont été ajoutés ultérieurement ; l'un d'eux a depuis été supprimé de la version « officielle ». Enfin, eu égard à son caractère religieux, le 8e couplet a été supprimé par Joseph Servan, ministre de la Guerre, en 1792. Un autre couplet a été supprimé car il a été jugé trop violent.

Sur la partition originale de Rouget de Lisle, on voit clairement écrit « Marchez, Marchez » au refrain, qui s'accorde avec « Formez vos bataillons », 2e personne du pluriel. La transcription officielle est pourtant « Marchons, marchons », qui tenterait d'établir une rime avec « bataillons » et « sillons[21] ». En réalité, Rouget de Lisle était capitaine. Et en qualité d'officier, il commandait ses hommes. D'où la formule impérative. Néanmoins la Marseillaise est une marche et on peut imaginer que les soldats en manœuvre en reprenaient le refrain, en chantant « marchons » et non « marchez ». Cette version se serait imposée par transmission orale.

La version dite « officielle » est la suivante [22]:

La Marseillaise
Premier couplet

Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie,
L'étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
Égorger vos fils, vos compagnes !

Refrain :

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Couplet 2

Que veut cette horde d'esclaves,
De traîtres, de rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (bis)
Français, pour nous, ah ! quel outrage !
Quels transports il doit exciter !
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage !

Refrain
Couplet 3

Quoi ! des cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fiers guerriers ! (bis)
Grand Dieu ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

Refrain
Couplet 4

Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis)
Tout est soldat pour vous combattre,
S'ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre !

Refrain
Couplet 5

Français, en guerriers magnanimes,
Portez ou retenez vos coups !
Épargnez ces tristes victimes,
À regret s'armant contre nous. (bis)
Mais ces despotes sanguinaires,
Mais ces complices de Bouillé,
Tous ces tigres qui, sans pitié,
Déchirent le sein de leur mère !

Refrain
Couplet 6

Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs ! (bis)
Sous nos drapeaux que la victoire
Accoure à tes mâles accents,
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !

Refrain
Couplet 7
(dit couplet des enfants)

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus,
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre

(couplet pour les enfants 2e)

Enfants, que l'Honneur, la Patrie
Fassent l'objet de tous nos vœux !
Ayons toujours l'âme nourrie
Des feux qu'ils inspirent tous deux. (Bis)
Soyons unis ! Tout est possible ;
Nos vils ennemis tomberont,
Alors les Français cesseront
De chanter ce refrain terrible :

Refrain

Le Septième couplet (dit des Enfants)[modifier | modifier le code]

Rouget de Lisle n’ayant écrit que 6 couplets, le site officiel de l’Élysée indique que l’auteur du 7e couplet reste inconnu.

Dans son ouvrage posthume Sous le bonnet rouge de sa collection « La Petite Histoire », paru en 1936, G. Lenotre rapporte la tradition viennoise, selon laquelle ce couplet aurait été composé par l’abbé Antoine Pessonneaux. Cette version a été reprise par Claude Muller dans Les Mystères du Dauphiné[23]. Selon lui, l'abbé, professeur de rhétorique au collège de Vienne de 1788 à 1793 né à Lyon le , jugeant que le texte était incomplet, puisqu'il n'évoquait pas les nouvelles générations, écrivit le « couplet des enfants » qu'il fit chanter par les élèves lors de la fête de la fédération du en présence de la population et de soldats de bataillon de fédérés marseillais alors en transit dans la ville. Ce couplet passa ensuite à Paris, grâce au député Benoît Michel de Comberousse. Traduit devant le tribunal à Lyon — le (12 nivôse an II) selon G. Lenotre —, l'abbé aurait été sauvé de la mort en se présentant comme l'auteur du septième couplet de la Marseillaise. L'abbé Pessonneaux mourut le .

Un autre personnage, Louis Du Bois, ancien sous-préfet né à Lisieux le , mort le , en a clairement revendiqué la paternité dans sa Notice sur la Marseillaise publiée en 1848 : « Au mois d'octobre 1792, j'ajoutai un septième couplet qui fut bien accueilli dans les journaux : c'est le couplet des Enfans, dont l'idée est empruntée au chant des Spartiates, rapporté par Plutarque »[24]. Cette revendication est également mentionnée par Claude Muller[25].

Statut légal de l'hymne national[modifier | modifier le code]

L'article 2 de la Constitution affirme :

  • La langue de la République est le français ;
  • L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge ;
  • L'hymne national est La Marseillaise ;
  • La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité » ;
  • Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Le 24 janvier 2003, l'ensemble des députés adopte, dans le cadre de la loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Lopsi), un amendement créant le délit d'« outrage » au drapeau français et à l'hymne national, La Marseillaise. Délit sanctionné par un emprisonnement de 6 mois et 7 500 euros d'amende [26]. Un certain nombre de citoyens et d'associations de défense des droits de l'homme se sont insurgés contre ce qu'ils considèrent comme une atteinte manifeste à la liberté d'expression et contre le flou entretenu par le mot « outrage »[27],[28].

Le Conseil constitutionnel en limite les possibilités d'application :

« [...] Sont exclus du champ d'application de l'article critiqué les œuvres de l'esprit, les propos tenus dans un cercle privé, ainsi que les actes accomplis lors de manifestations non organisées par les autorités publiques ou non réglementées par elles ; que l'expression « manifestations réglementées par les autorités publiques », éclairée par les travaux parlementaires, doit s'entendre des manifestations publiques à caractère sportif, récréatif ou culturel se déroulant dans des enceintes soumises par les lois et règlements à des règles d'hygiène et de sécurité en raison du nombre de personnes qu'elles accueillent[29]. »

La Loi Fillon, visant à réformer l'éducation et adoptée en mars 2005, a rendu obligatoire l'apprentissage de La Marseillaise dans les classes maternelles et primaires à partir de la rentrée 2005, conformément à la loi du 23 avril 2005. On retrouve l'obligation d'enseigner l’hymne national dans d'autres pays, comme les États-Unis, la Serbie ou encore l’Autriche.

Interprètes, adaptations, réutilisations[modifier | modifier le code]

Interprètes[modifier | modifier le code]

Pierre Dupont (1888-1969)[30], chef de la musique de la Garde républicaine de 1927 à 1944, compose l'arrangement officiel de l'hymne national. C'est cette version qui est encore actuellement en usage.

Mais La Marseillaise a eu de nombreux interprètes, dont :

Paternité et antériorité[modifier | modifier le code]

De nombreux compositeurs ou critiques ont cherché à attribuer la musique de la Marseillaise à un autre auteur. Le seul cas indécidable, selon Frédéric Robert, serait celui de l'introduction d'Esther, un oratorio de Jean-Baptiste Grisons, contredisant ainsi l'avis de Constant Pierre, pour qui Esther est postérieur à la Marseillaise. Toutefois, Robert constate que dès 1786, « des accents, des rythmes, des figures mélodiques annoncent la Marseillaise » On trouve l'ébauche de la mélodie de La Marseillaise dans le concerto pour piano et orchestre no 25 (ut majeur KV 503) de Mozart composé en 1786[34] : les douze premières notes de l'hymne sont jouées au piano par la main gauche à la fin du premier mouvement allegro maestoso. Jacques-Gabriel Prod’homme retrouve les quinzième et seizième mesures de la Marseillaise dans les mesures 7 et 8 du Chant du 14 juillet (1791) de François-Joseph Gossec[34].

Réemplois non parodiques[modifier | modifier le code]

À partir d'un certain moment, l'air et la trame de construction de la Marseillaise étaient connus d'un large public. Il était tentant et commode d'inscrire des couplets proches, sur le même air, pour la défense et l'illustration d'une cause. C'est ce que firent certains auteurs qui, en agissant ainsi, ne prétendaient pas nécessairement parodier l'hymne original. Ce fut, par exemple, le cas de Léo Taxil, en 1881, qui rédigea Le chant des électeurs, plus connu sous le nom de La Marseillaise anticléricale. C'était une chanson politique, comique, violemment anticléricale, appelant à voter aux élections pour le Parti radical.

Dès 1792, de très nombreux compositeurs se livrent à des adaptations du thème « outre l'harmonisation, sont apparue en France et à l'étranger : variation, insertion, superposition contrapontique et même développement symphonique avec Le Patriote de Cambini »[34].

Claude Balbastre écrit des variations sur le thème : Marche des Marseillois et l’Air Ça ira / Arrangés pour le Forte Piano / Par le Citoyen C. Balbastre / Aux braves défenseurs de la République française l’an 1792 1er de la République.

Giuseppe Cambini a pris le thème à Airs patriotiques pour deux violons, où il est cité et repris avec variations, avec d'autres mélodies patriotiques. On trouve aussi dans la même période Jean-François Gossec avec Offrandes à la liberté(1792), Giovanni Battista Viotti avec Six quatuors d'air connus, dialogués et variés, op. 23 (1795), aux côtés de Ferdinand Albert Gautier, Albert Gautier, et de nombreux autres[34].

L'air de l'hymne officieux du Royaume de Wurtemberg rappelle La Marseillaise mais les paroles dues à Justinus Kerner sont d'une tout autre inspiration. Cet hymne a pour titre Preisend mit viel schönen Reden ou Der rechte Fürst.

Au Stade Félix-Bollaert à Lens, La Marseillaise Lensoise accompagne l'entrée des joueurs en première mi-temps et reprend le premier couplet ainsi que le refrain, l'adaptant à un chant de supporter.

En 1830, Hector Berlioz l'a arrangée dans une première version pour deux chœurs et orchestre. Puis en 1848 dans une seconde version pour ténor solo, chœur et piano. « Pour tout ce qui a un cœur, une voix, et du sang dans les veines », écrit-il en tête de sa partition.

En 1839, Schumann l'a inclus aussi dans le premier mouvement du Carnaval de Vienne, par défi envers Metternich, qui avait interdit la Marseillaise à Vienne.

En 1848, la Marseillaise des cotillons est un hymne féministe de L. de Chaumont publié dans La République des femmes, journal des cotillons et organe des Vésuviennes, jeunes femmes suivant la tradition saint-simonienne d'émancipation féminine.

En 1871, le texte du célèbre hymne communiste l'Internationale a été écrit à l'origine sur l'air de la Marseillaise. Il a fallu attendre 1888 pour que soit composé l'air actuel de l'Internationale par Pierre Degeyter. En 1979, Coco Briaval comparer ces deux œuvres sur un disque 45 tours La Marseillaise - L'Internationale paru chez Unidisc.

En 1872, le compositeur hongrois Franz Liszt a composé une fantaisie pour piano sur l'air de la Marseillaise.

En 1880, le thème de La Marseillaise a été repris par Piotr Ilitch Tchaïkovski dans son Ouverture 1812 opus 49 célébrant la victoire russe de 1812 sur les armées napoléoniennes. On peut y entendre les premières notes de la mélodie utilisées comme motif mélodique récurrent, en opposition aux thèmes mélodiques de différents chants patriotiques russes.

Vers 1888 une version boulangiste fut composée[35].

En 1914, Erik Satie introduit une brève citation des premières notes de la Marseillaise dans « Les Courses », treizième morceau de Sports et Divertissements.

Durant la Première Guerre Mondiale, une version corse, La Corsica, fut composée par Toussaint Gugliemi :« Adieu, Berceau de Bonaparte / Corse, notre île de Beauté… »[36].

En 1929, Dmitri Chostakovitch l'a utilisé dans sa musique pour le film La Nouvelle Babylone, en la superposant parfois avec le french cancan d'Offenbach. De la même manière, en 1999, le compositeur polonais Wojciech Kilar a repris des fragments du thème de la Marseillaise dans le film Pan Tadeusz - Quand Napoléon traversait le Niémen, également dans le passage intitulé Rok 1812 (L'année 1812).

En 1942, un arrangement au ton dramatique de La Marseillaise sert de générique au film américain Casablanca de Michael Curtiz avec une musique de Max Steiner. Le thème est réutilisé au cours du film dans différents tons. Une des scènes du film voit par ailleurs la confrontation entre La Marseillaise et Die Wacht am Rhein, hymne officieux de l'Allemagne nazie.

En 1967, dans la chanson All You Need Is Love, les Beatles se sont servis de l'intro de La marseillaise pour illustrer le début de leur chanson.

En 1981, Mel Brooks en a aussi fait une reprise, en introduction, sur son morceau It's Good To Be The King.

En 2006, Charlélie Couture a repris le thème musical dans une chanson intitulée Ma Marseillaise à moi.

L'APRA, principal parti politique péruvien, a repris l'air de la Marseillaise pour son hymne.

Les supporteurs d'extrême gauche de l'AS Livourne Calcio (club de football italien) reprennent régulièrement la Marseillaise durant les matchs.

Les fans de l'équipe de football de Manchester United reprennent encore aujourd'hui l'air de la Marseillaise en l'honneur d'Éric Cantona, remplaçant « Aux armes citoyens ! » par « Oh ah, Cantona ! »[37].

L'équipe de Australian rules football (football australien) des Brisbane Lions chante son hymne officiel, The Pride of Brisbane Town, sur la musique de la Marseillaise[réf. nécessaire].

Parodies[modifier | modifier le code]

Comme tout chant ou chanson célèbre, la Marseillaise a été souvent parodiée par divers artistes ou confréries, à des fins humoristiques ou politiques. On peut citer, comme exemples :

  • Le Retour du soldat, connue sous le nom de la Marseillaise de la Courtille, œuvre d'Antignac, parue en 1792, chez l'éditeur Frère.
  • Le 5 juillet 1793, La Marseillaise des Montagnards s'adresse aux sans culottes des fédérés bretons[38].
  • En 1867, Camille Naudin à la Nouvelle Orléans écrit La Marseillaise noire[39].
  • En 1888, on trouve La Marseillaise des libres penseurs, chanson anonyme.
  • En 1891, Émile Voillequin écrit La Marseillaise fourmisienne[40].
  • En 1893, Louis Pinède de Vals-les-bains écrit La Marseillaise des catholiques.
  • En 1911, Gaston Couté écrit La Marseillaise des requins, qui dénonce le colonialisme [41].
  • L'hymne de Springfield dans Les Simpson - Le Film en 2007.
  • En 2008, Karl Zero oppose La Marseillaise et L'Internationale dans son film Sego et Sarko sont dans un bateau.
  • En 2009, Chanson Plus Bifluorée interprète la Marseillaise de la Paix. Selon les auteurs, cette version de la Marseillaise fut d’abord chantée dans l’orphelinat expérimental de Cempuis (Oise) dirigé par le pédagogue libertaire Paul Robin (1837-1912) [7].

On trouve aussi Le chant des blancs, une Marseillaise milanaise, En avant peuple d'Italie, la Marseillaisa dos Peréreus, la Marseillaise des femmes, etc.

  • Une version rugby anglais existe également[42],[43].

Réemplois du nom de « Marseillaise »[modifier | modifier le code]

Le nom même de « Marseillaise » a été employé au sens d' « hymne », dans divers textes ou chansons. Ainsi :

  • La Marseillaise des vidangeurs est le nom alternatif, attesté en 1911[44], de la célèbre chanson estudiantine La Pompe à merde, mais celle-ci n'utilise ni l'air ni la structure de l'hymne national.

Réception et appréciations[modifier | modifier le code]

« L’hymne qu’on aime le plus reprendre en chœur »[modifier | modifier le code]

Selon une étude faite par deux musicologues[45], l’air entraînant de La Marseillaise, le fait que le public puisse chanter à pleins poumons sans crainte de se tromper, rendent particulièrement accessible ce chant national. Ces chercheurs ayant comparé six hymnes nationaux sur la base d’une trentaine de variables (effort vocal requis, longueur des strophes, vocabulaire, etc.), il s'avère que La Marseillaise, devant les hymnes australien, allemand et canadien, se distingue par sa facilité à être chantée ; les hymnes américain et britannique étant quant à eux qualifiés par les musicologues de « véritables épreuves ».

Critiques au sujet des paroles de l’hymne[modifier | modifier le code]

L’hymne national français est un chant guerrier hérité des guerres révolutionnaires et un hymne à la liberté. La France révolutionnaire luttait alors pour sa survie et combattait depuis plusieurs mois les armées de la Première Coalition, soutenues par l'armée des émigrés voulant restaurer l'Ancien Régime.

Le , l’Assemblée législative déclare la guerre à l’empereur romain germanique Léopold II. Le lendemain ce dernier reçoit le soutien du roi de Prusse Frédéric-Guillaume II qui déclare la guerre à la France.

Dans la nuit du 25 au 26 avril, Rouget de Lisle compose le Chant de guerre pour l’armée du Rhin, chant pour encourager les troupes.

Aujourd'hui, en France, certaines paroles de La Marseillaise sont parfois critiquées, notamment le vers « Qu'un sang impur abreuve nos sillons ». Ce type d'allusion est courante dans les chants militaires[46].

Selon Dimitri Casali[47], ces vers font référence indirectement au « sang bleu » des aristocrates, sang « noble » et « pur »[48], les révolutionnaires se désignant par opposition comme les « sangs impurs » prêt à donner leur vie pour sauver la France et la République trahie par la famille royale[49]. Les révolutionnaires revendiquant leur « sang impur » par opposition aux aristocrates sont à rapprocher de l'expression de « sans culottes » en opposition aussi avec la noblesse qui portait « culottes et bas de soie ».

Par contre, de nombreux discours et déclarations des révolutionnaires de l'époque attribuent le « sang impur » aux contre-révolutionnaires.

« J’ai démontré la nécessité d’abattre quelques centaines de têtes criminelles pour conserver trois cent mille têtes innocentes, de verser quelques gouttes de sang impur pour éviter d’en verser de très-pur, c’est-à-dire d’écraser les principaux contre-révolutionnaires pour sauver la patrie[50]. »

— Jean-Paul Marat, Journal de la République française, le 7 novembre 1792.

« Cette partie de la République française présente un sol aride , sans eaux et sans bois; les Allemands s'en souviendront, leur sang impur fécondera peut-être cette terre ingrate qui en est abreuvée[51]. »

— Discours de Dumouriez devant la Convention nationale, le 10 octobre 1792.

« Nous sommes ici à exterminer le restant des chouans, enfouis dans des bois ; le sang impur des prêtres et des aristocrates abreuvent donc nos sillons dans les campagnes et ruisselle à grands flots sur les échafauds dans nos cités. Jugez quel spectacle est-ce pour un républicain animé, comme je le suis, du plus pur amour du feu le plus sacré de là liberté et de la patrie qui brûle dans mes veines[52]. »

— Lettre de Cousin à Robespierre, à Cossé le 27 nivôse an II (16 janvier 1794).

« Eh bien, foutre, il n'en coûtera pas plus pour anéantir les traîtres qui conspirent contre la République. La dernière heure de leur mort va sonner; quand leur sang impur sera versé, les aboyeurs de l'aristocratie rentreront dans leurs caves comme au 10 août[53]. »

— Jacques-René Hébert, Le Père Duchesne

« Quel espoir peut rester à l’empereur et au roi d’Espagne depuis que la justice nationale a scellé la liberté française par le sang impur de ses tyrans [54]? »

— Discours de Jacques Nicolas Billaud-Varenne devant la Convention nationale, le 20 avril 1794.

« C'est au Dieu des armées que nous adressons nos vœux : notre désir est d'abreuver nos frontières du sang impur de l'hydre aristocrate qui les infecte : la terreur est chez eux et la mort part de nos mains. Citoyens ! nous serons vainqueurs[55],[56]. »

— Lettre écrite par 45 volontaires du 3e bataillon de la Meurthe à la municipalité de Lunéville, le .

Pour les historiens Jean Jaurès[57], Jean-Clément Martin[58], Diego Venturino[59], Élie Barnavi[60] et Paul Goossens[60], les Révolutionnaires attribuent le sang impur à leur adversaires.

En 1903, Jean Jaurès publie une défense des chants révolutionnaires socialistes, et notamment de L'Internationale à laquelle ses détracteurs opposent La Marseillaise. Admirateur de La Marseillaise, Jaurès en rappelle cependant la violence et critique le couplet sur le Sang impur, jugé méprisant envers les soldats étrangers de la Première coalition :

« Mais ce n'est pas seulement sur la forme que porte la controverse ; c'est sur les idées. Or, je dis que La Marseillaise, la grande Marseillaise de 1792, est toute pleine des idées qu'on dénonce le plus violemment dans L'Internationale. Que signifie, je vous prie, le fameux refrain du « sang impur »? — « Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! », l'expression est atroce. C'est l'écho d'une parole bien étourdiment cruelle de Barnave. On sait qu'à propos de quelques aristocrates massacrés par le peuple, il s'écria : « Après tout, le sang qui coule est-il donc si pur? » Propos abominable, car dès que les partis commencent à dire que le sang est impur qui coule dans les veines de leurs adversaires, ils se mettent à le répandre à flots et les révolutions deviennent des boucheries. Mais de quel droit la Révolution flétrissait-elle de ce mot avilissant et barbare tous les peuples, tous les hommes qui combattaient contre elle ?

Quoi! tous ces Italiens, tous ces Autrichiens, tous ces Prussiens qui sous le drapeau de leur gouvernement combattent la France révolutionnaire, tous les hommes qui, pour obéir à la volonté de leurs princes, c'est-à-dire à ce qui est alors la loi de leur pays, affrontent la fatigue, la maladie et la mort ne sont que des êtres vils ? Il ne suffit pas de les repousser et de les vaincre; il faut les mépriser. Même la mort ne les protège pas contre l'outrage; car de leurs larges blessures, c'est « un sang impur » qui a coulé. Oui, c'est une parole sauvage. Et pourquoi donc la Révolution l'a-t-elle prononcée? Parce qu'à ses yeux tous les hommes qui consentaient, sous le drapeau de leur roi et de leur pays, à lutter contre la liberté française, espoir de la liberté du monde, tous ces hommes cessaient d'être des hommes ; ils n'étaient plus que des esclaves et des brutes. (...)

Et qu'on ne se méprenne pas : toujours les combattants ont essayé de provoquer des désertions chez l'ennemi. Mais ici il y a quelque chose de nouveau : c'est qu'aux yeux de la Révolution, le déserteur, quand il quitte le camp de la tyrannie pour passer dans le camp de la liberté, ne se dégrade pas, mais se relève au contraire; le sang de ses veines s'épure, et il cesse d'être un esclave, une brute, pour devenir un homme, le citoyen de la grande patrie nouvelle, la patrie de la liberté, les déserteurs, bien loin de se méfier d'eux, elle les traite en citoyens. Elle ne se borne pas à leur jeter une prime, elle leur assure sur les biens nationaux des petits domaines et elle les inscrit, par là, dans l'élite révolutionnaire ; elle les enracine à la noble terre de France, elle leur réserve la même récompense qu'elle donne aux vétérans de ses propres armées. Bien mieux, elle les organise en bataillons glorieux, elle les envoie en Vendée pour combattre la contre-révolution, non pas comme des mercenaires mais comme des fils en qui elle met sa complaisance. Seul Marat, avec son bon sens irrité et son réalisme aigu, rappelle la Révolution à plus de prudence. « Que pouvez-vous attendre, écrit-il, des hommes qui, quoique vous en pensiez, ne sont venus à vous que pour de l'argent[57]? »

— Jean Jaurès, La Petite République socialiste, 30 août 1903.

Selon Diego Venturino, l'expression « sang bleu » est inexistante au XVIIIe siècle, à cette époque avoir le « sang pur » est synonyme de vertu et le « sang impur » est synonyme de vice : « Lorsque les Révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle chantaient « marchons, marchons, qu'un sang impur abreuve nos sillons », voulaient-ils discriminer le sang pur de la race française du sang impur des étrangers ? ou bien évoquer les traîtres à la patrie et les ennemis des valeurs de la révolution en particulier, ces hommes qui sont devenus impurs par leur refus de la nouvelle religion révolutionnaire. Il s'agit là d'une genèse historique non biologique de la pureté ou de l'impureté »[59].

Pour Jean-Clément Martin, les paroles de La Marseillaise sont à replacer dans le contexte de l'époque, où les diverses factions révolutionnaires sont fortement divisées et rivales. Rouget de Lisle, révolutionnaire monarchien, surenchérit dans la violence des paroles pour s'opposer à Marat et aux Sans-culottes :

« Le Chant de guerre de l'armée du Rhin, devenu quelques mois plus tard La Marseillaise, est une chanson initialement proposée en alternative aux couplets jugés dangereux de La Carmagnole qu'il fallait contrer dans l'esprit du compositeur Rouget de Lisle et de son promoteur le Strasbourgeois Dietrich. La chanson est popularisée, sur les routes vers Paris, par les fédérés marseillais, autant fervents patriotes que fermement opposés à Marat ! Selon un schéma fréquent au sein de toute période révolutionnaire, les divisions, d'origine politiques, sociales, culturelles, régionales aussi, ne jouent donc pas entre deux camps mais aussi à l'intérieur de chacun. Il faut ainsi comprendre la véhémence des paroles de La Marseillaise dénonçant la « horde d'esclaves » et poussant à répandre le « sang impur » des « complices de Bouillé » et des traîtres. Dans la lutte contre les « barbares », le plus révolutionnaire est le plus radical. On attend aussi que les troupes étrangères se rallient à la Révolution, rejoignant leurs frères véritables. Ce ne sera que par la suite que l'ennemi sera identifié à l'étranger et que la Révolution s'engagera dans une défense de l'identité nationale[58]. »

— Jean-Clément Martin, Violence et Révolution: Essai sur la naissance d'un mythe national.

Le ministre Éric Besson en a rappelé le sens de ces paroles de La Marseillaise sur France-Inter le 8 février 2010[61] :

« Sur la Marseillaise, ... je pense que tous nos concitoyens et notamment les plus jeunes d’entre eux, doivent comprendre et connaître les paroles de la Marseillaise et notamment pour une raison qui ne vous a pas échappé, c’est que la formule, la phrase « qu’un sang impur abreuve nos sillons » en 2010, elle n’a rien d’évident. Qu’est-ce qu’il faut expliquer ? Que le sang impur ce n’est pas le sang des étrangers, c’est historiquement le sang de ceux qui voulaient abattre la Révolution française, le sang de ceux qui voulaient mettre fin à notre République. »

Propositions de révision du texte[modifier | modifier le code]

Nombreuses furent les tentatives de réécriture du texte[62],[63]. Ainsi peut-on citer la version d'Alphonse de Lamartine, celle de Victor Hugo, de Serge Gainsbourg, et de Graeme Allwright.

« Pour une Marseillaise de la Fraternité » fut une initiative conduite dans les années 1990 par le Père Jean Toulat pour obtenir une révision des paroles avec le soutien de personnes telles que l'Abbé Pierre et Théodore Monod[64],[65].

En octobre 2007, Christine Boutin, présidente du Forum des républicains sociaux, a proposé de changer l'ordre des couplets de La Marseillaise en cas d'élection à la fonction présidentielle, afin de rendre l'hymne national « moins sanguinaire et moins révolutionnaire »[66].

Aujourd'hui, plusieurs personnes et associations proposent des textes de révision de la Marseillaise[67],[68],[69],[70],[71],[72],[73].

Irrespect lors des matchs de football[modifier | modifier le code]

L'interprétation de l'hymne en accompagnement de manifestations sportives auxquelles participent des représentants français a été, depuis les années 1990, l'occasion de certaines polémiques, principalement dans le domaine du football.

Une controverse, épisodique mais récurrente, concerne l'interprétation de l'hymne par les joueurs de l'équipe de France de football avant le début des rencontres. En 1996, durant le championnat d'Europe, Jean-Marie Le Pen déplore qu'une partie des membres de l'équipe de France, venus selon lui « de l'étranger », ne reprennent pas en chœur l'hymne national[74]. Dans le courant des années 2000, la polémique autour de la nécessité ou non, pour des athlètes français, d'entonner la Marseillaise, refait surface au point de devenir un sujet de débat régulier. En 2010, la secrétaire d'état aux sports Rama Yade et sa ministre de tutelle Roselyne Bachelot s'expriment ainsi sur le sujet, la première jugeant qu'il ne faut pas imposer aux joueurs de chanter l'hymne avant les rencontres, la seconde émettant le souhait qu'il soit chanté[75],[76],[77]. Une partie de la classe politique française réclame que les Bleus entonnent systématiquement la Marseillaise ; en 2010, le sélectionneur Laurent Blanc incite ses joueurs à reprendre l'hymne, soulignant que « les gens sont très sensibles à ce sujet »[78]. Michel Platini rappelle pour sa part qu'il n'a jamais, au cours de sa carrière, chanté la Marseillaise, précisant qu'il aime la France mais pas cet « hymne guerrier qui n'a rien à voir avec le jeu »[79] En 2012, Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, déplore que des joueurs de l'équipe de France ne chantent pas la Marseillaise, ce qui lui apparaît comme un « problème de savoir-vivre, de culture, de respect »[80], et dit souhaiter que l'hymne, « sinon chanté », « soit au moins ressenti »[81],.

Parallèlement aux controverses sur l'attitude des sportifs représentant la France envers leur hymne national, la Marseillaise est à plusieurs reprises, durant les années 2000, victime d'outrages dans le contexte de matches de football, ce qui entraîne d'importantes polémiques publiques, puis des conséquences législatives. Le , lors du match France – Algérie au stade de France qui a été par la suite interrompu par l'irruption sur le terrain des spectateurs, La Marseillaise avait été sifflée par une partie du public[82] ; ceci avait provoqué une vive réaction à travers le pays. Au printemps 2002, certains supporters corses du Sporting Club de Bastia avaient sifflé à nouveau l'hymne national à l'occasion de la finale de la Coupe de France, provoquant l'ire du président Jacques Chirac, qui avait décidé en conséquence de boycotter la remise du trophée au vainqueur. À la suite de ces affaires, en mars 2003, un amendement à la loi pour la sécurité intérieure crée en France le délit d'outrage au drapeau ou à l'hymne national[83].

Ce type d'événement s'est reproduit lors des matchs amicaux de football lors d'un déplacement en 2005 en Israël. Comptant pour les qualifications pour le Mondial 2006, les spectateurs du stade Ramat-Gan de Tel-Aviv sifflent l'hymne français et conspuent Fabien Barthez tout au long de la partie[84].

Lors des matchs amicaux de football France – Maroc, le [85], et France – Tunisie, le [86], là encore au stade de France. L'ambassade de Tunisie en France, sollicitée par la presse, émet un communiqué dont le dernier point invite à « éviter les amalgames afin de ne pas donner du grain à moudre aux intolérants de tous bords »[87].

Michel Platini, ancien capitaine international français et président de l'UEFA estime que ces sifflets représentent des « manifestations contre un adversaire d'un soir, en l'occurrence l'équipe de France » et « ne sont pas une insulte à la France »[88]. Il déplore ce qu'il appelle la récupération politique qui est faite de ces sifflets, inhérents au monde du football et du sport en général. Il rappelle les manifestations de joie au lendemain de la victoire des « Black-Blancs-Beurs » de la coupe du monde de 1998, les drapeaux français tenus à bout de bras et la Marseillaise chantée par les supporters français.

La Marseillaise a également été sifflée, de même que le sélectionneur Raymond Domenech lors de l'apparition de son portrait sur écran géant dans le stade, par des supporters italiens lors du match Italie-France le 8 septembre 2007 et Tunisie-France en 2008, dans le cadre d'une rencontre de qualification pour l'Euro 2008 disputée à San Siro (Milan). Ces sifflements ont été commis en réponse aux attaques répétées du sélectionneur français dans la presse contre la sélection italienne avant ce match[84]. Selon le sociologue Emmanuel Todd, ce type de manifestation lors des matchs de football qui survient en pleine crise financière en 2008 serait instrumentalisé par les hommes politiques pour masquer les réels problèmes que connaît la France comme la « crise de la démocratie » et les menaces qui pèsent sur son industrie[89].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Brécy, « Frédéric Robert, La Marseillaise », Annales historiques de la Révolution française, vol. 279, no 279,‎ 1990, p. 114-119 (lire en ligne)
  2. Jacques Duclos, Mémoires, tome III p. 176 évoque la parution de l'interdiction dans le journal "Le Démocrate" du 18 juillet.
  3. Ironie du sort : le futur hymne national est ainsi dédié à un Bavarois qui sera guillotiné moins de 2 ans plus tard (tout comme, d'ailleurs, six jours avant lui, Dietrich lui-même…). Le chant est présenté le lendemain, à Dietrich, à son domicile (maison détruite remplacée par le bâtiment de la banque de France à la place Broglie).
  4. « Sur le véritable lieu de la première exécution de La Marseillaise chez le maire Frédéric de Dietrich », Annuaire de la société des Amis du vieux Strasbourg, 2007 ; article de presse de L'Alsace du 27 décembre 2007
  5. a, b, c, d et e Xavier Maugendre, L'Europe des hymnes dans leur contexte historique et musical, 1996, p. 11-50
  6. Jean Tulard, Napoléon et Rouget de L'Isle: Marche consulaire contre Marseillaise, Hermann, 2000, 104 pages, p. 13 (ISBN 9782705664077), pour qui l'affiche porte l'appel : « Aux armes, citoyens ! Défendons la patrie ! ».
  7. Nicolas Boileau, Œuvres poétiques, Firmin Didot Frères, 1853, 490 pages, p. 376-377.
  8. « Rouget de Lisle et la Marseillaise » (p. 215-220), L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, Paris, Benjamin Duprat, Libraire de l'Institut, 1864, p. p. 219.
  9. « La Marseillaise, ce symbole de l’identité nationale… né à Saint-Omer », DailyNord, 3 décembre 2009
  10. François-Joseph Fétis, La vérité sur la Marseillaise, dans Le Guide Musical, n°33-34 du 23 août & 3 septembre 1863 [1]
  11. Alphonse Aulard, La société des Jacobins, tome 4 : « Juin 1792 à janvier 1793 », Librairie Jouaust, 1892, p. 550.
  12. http://www.assemblee-nationale.fr/12/evenements/rouget-de-lisle/marseillaise-manuscrit.asp.
  13. Claude Muller, Les Mystères du Dauphiné, Éditions de Borée,‎ 2001, 423 p. (lire en ligne), p. 121-127.
  14. Bernard Gourbin, Les Inconnus célèbres de Normandie, Éditions Cheminements,‎ 2007, 319 p. (lire en ligne), p. 60
  15. Le Mémorial de la Marseillaise, installé dans l'ancienne salle de jeu de paume d'où est parti ce bataillon, est officiellement ouvert depuis le 8 mars 2011.
  16. Badet, Reynaud, Bertrand, Bordes et Vial, Marseille en Révolution, Marseille, Rivages,‎ 1989, 29 cmx21 cm, broché, 264 p. (ISBN 2-86930-230-4), p. 97
  17. Augustin Fabre, Les rues de Marseille, vol. 5, Marseille, E.Camoin,‎ 1869, 505 p., p. 133-134
  18. Badet, Reynaud, Bertrand, Bordes et Vial, Marseille en Révolution, Marseille, Rivages,‎ 1989, 29 cmx21 cm, broché, 264 p. (ISBN 2-86930-230-4), p. 100
  19. Ces événements ont été portés à l'écran par Jean Renoir dans le film La Marseillaise
  20. http://fr.wikisource.org/wiki/La_Marseillaise
  21. http://hymne-national.ifrance.com/part4a.jpg
  22. http://www.elysee.fr/la-presidence/la-marseillaise-de-rouget-de-lisle/
  23. Claude Muller, Les mystères du Dauphiné, Éditions de Borée, 2001, 423 pages, p. 121-127 (ISBN 2844940862).
  24. Louis Du Bois, Notice sur la Marseillaise, Durand, Lisieux, 1848, 16 p.
  25. Muller cite la notice biographique de Louis Du Bois par Julien Travers, dans Louis Du Bois, Glossaire du patois normand, Caen, 1856, pp. XXV-XL.
  26. Article 113 de la loi n°2003-239 du 18 mars 2008 J.O.R.F du 19 mars 2003 créant l'article 433-5-1 du code pénal
  27. Rue89, le 23 juillet 2010.« Outrage au drapeau : un décret qui bafoue la liberté d'expression »
  28. Le Figaro, le 27 septembre 2010.« Outrage au drapeau: la LDH conteste »
  29. Décision n° 2003-467 DC, 13 mars 2003.
  30. Pierre Dupont : sa biographie
  31. a, b et c Daniel Lesueur, « Faut-il remettre en question La Marseillaise ? », Suite101, 13 novembre 2009.
  32. Lââm interprète la Marseillaise sous les sifflets
  33. (écouter un extrait)
  34. a, b, c et d Frédéric Robert, La Marseillaise, Nouvelles éditions du Pavillon, 1989
  35. Citée par Fresnette Pisani-Ferry, Lé général Boulanger, Paris, Flammarion, 1969, p. 131
  36. Francis Pompon (sous la direction de), Le Mémorial des Corses, volume 4, L'Île éprouvée 1914-1945, page 22.
  37. Oh Ah Cantona.mp3, sur http://www.jimjagger.com/Sites/EricCantona/Pages/Songs&Chants.htm.
  38. * Pierre Grosz, La grande histoire de la chanson française et des chansons de France - Vol.2 La remontée aux origines : de 1909 à la Gaule romaine, 1996. Éditions France Progrès - ISBN 2-910778-11-8
  39. Promouvoir et faire aimer la Marseillaise répertorie les 7 versions de la Marseillaise enregistrées avec les interprètes correspondants.
  40. Lire les paroles ici
  41. Lire le texte et écouter la chanson ici
  42. La Marseillaise en Anglais
  43. [http://www.francerugby.fr/chansons/chanson_grandpere.htm Les Français ont également une version rugby de God Save the Queen
  44. Edmond Bernard [sous le nom de Courtepaille], Anthologie hospitalière et latinesque, recueil de Chansons de Salles de Garde, anciennes et nouvelles, entrelardées de Chansons du Quartier latin, Fables, Sonnets, Charades, Élucubration diverses, édité par Bichat, Paris, vol. 1, 1911, p. 50-51.
  45. Un Américain et un Allemand, journal La Croix du 26 janvier 2012
  46. Adieu vieille Europe : « Pour le ciel si brûlant de l'Algérie. Adieu souvenir, notre vie va finir. Il nous faut du soleil, de l'espace Pour redorer nos carcasses ». Chant des partisans : « Ici nous vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève ».
  47. Dimitri Casali, L'histoire de France interdite, éditions Jean-Claude Lattès, 2012, Lire en ligne sur google livres : « La phrase « qu'un sang impur abreuve nos sillons » est tout particulièrement déformée et vidée de son contexte. Elle signifie, en vérité, que les soldats de 1792 étaient fiers de verser leur propre sang pour leur patrie - « leur sans impur », par opposition au sang bleu des aristocrates, eux qui n'étaient pas nobles ».
  48. Frédéric Dufourg, La Marseillaise, Paris, Le Félin, 2008, p. 48.
  49. Cf. André Devyver, Le Sang épuré. Les préjugés de race chez les gentilshommes français de l'Ancien Régime (1560-1720), Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1973. Sont ainsi opposés ceux d'en haut, au « sang clair et épuré », et ceux d'en bas, au « sang vil et abject ».
  50. Philippe Joseph B. Buchez et Pierre Célestin Roux-Lavergne, Histoire parlementaire de la Révolution française, tome XXIII, p.23.
  51. La vie et les mémoires du général Dumouriez, 1823, tome III, p.406. texte en ligne sur google livres
  52. P.J.B Buchez et P.C. Roux, Histoire Parlementaire de la Révolution française, ou Journal des Assemblées nationales depuis 1789 à 1815, tome 35, 1837, p.400. lire en ligne sur google livres
  53. Philippe Joseph B. Buchez et Pierre Célestin Roux-Lavergne, Histoire parlementaire de la Révolution française, tome XXII, p.211.
  54. Réimpression de l'Ancien Moniteur, tome XX, p.266.
  55. Henri Beaumont, Histoire de Lunéville, éditions E. Bastien, 1900, p.319.
  56. Henry Jean Poulet, Les volontaires de la Meurthe aux armées de la Révolution, 1910, éditions Berger-Levrault et cie, p.251.
  57. a et b Assemblée nationale : Jean Jaurès, Marseillaise et Internationale. 1903.
  58. a et b Jean-Clément Martin, Violence et Révolution: Essai sur la naissance d'un mythe national
  59. a et b L'Idée de "race" dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe et XIXe siècles, Actes du colloque international de Lyon, (16-18 novembre 2000), textes réunis et présentés par Sarga Moussa, Lire en ligne sur google livres
  60. a et b Elie Barnavi, Paul Goossens, Les frontières de l'Europe, De Boeck, Supérieur, 2001, p. 239.
  61. Interview de M. Éric Besson, ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire, à France-Inter le 8 février 2010, sur les enjeux et la portée du séminaire gouvernemental organisé à propos de l'identité nationale, sur le site vie-publique.fr.
  62. Différentes versions de La Marseillaise
  63. La Marseillaise de la Paix
  64. Faut-il changer la Marseillaise ? - Archives de l'INA, journal télévisé France 3 (19/20) du 13 juillet 1990
  65. Toulat (Jean) Pour une Marseillaise de la Fraternité - Archives de sciences sociales des religions, 1992
  66. Boutin revendique 450 parrainages pour 2007 - Le Figaro, 15 octobre 2007
  67. La Nouvelle Marseillaise
  68. Marseillaise Ensemble
  69. [2]
  70. [3]
  71. [4]
  72. [5]
  73. [6]
  74. Bleus de France: union multicolore contre les discriminations de Le Pen, Libération, 25 juin 1996
  75. Faut-il chanter la Marseillaise quand on porte le maillot bleu?, 20 minutes, 28 juin 2010
  76. "Les joueurs doivent chanter la Marseillaise", Le Journal du Dimanche, 13 juin 2010
  77. Équipe de France: les Bleus déchaînent la critique, Métro, 25 juin 2012
  78. Les Bleus incités par Blanc à chanter la Marseillaise, Le Parisien, 2 septembre 2010
  79. Platini n'a jamais chanté « la Marseillaise », Le Parisien, 8 décembre 2010
  80. Faut-il chanter La Marseillaise ?, L'Équipe, 3 juillet 2012
  81. «Ne pas obliger les sportifs à chanter La Marseillaise», Le Figaro, 4 juillet 2012
  82. Il y a 6 ans : la Marseillaise sifflée lors du match France-Algérie
  83. Projet de loi pour la sécurité intérieure sur assemblee-nationale.fr
  84. a et b « “La Marseillaise” sifflée : des précédents existent », Le Monde.
  85. « Face au Maroc, “la Marseillaise” sifflée », Libération, 18 novembre 2007.
  86. Alexis Danjon, « Les Bleus et “la Marseillaise” sifflés au Stade de France », Libération, 15 octobre 2008.
  87. Communiqué de l'ambassade de Tunisie en France au lendemain du match France-Tunisie du 14 octobre 2008
  88. Le football est pris en otage du monde politique, Le Monde, 17 octobre2008
  89. « Le milieu intellectuel parisien est dans une islamophobie latente », entretien d'Emmanuel Todd avec Rémi Yacine, dans El Watan, 3 novembre 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Richard, "Les emblèmes de la République", chap.VI, "La Marseillaise, française et universelle", p. 197-224, CNRS Éditions, Paris, 2012
  • Alfred B. Benard, La Marseillaise et Rouget de Lisle, Paris 1907
  • Frédéric Robert, La Marseillaise, Les nouvelles éditions du pavillon, Imprimerie Nationale, 1989
  • Frédéric Dufourg, La Marseillaise, Éditions du Félin, Collection Félin poche, 2003
  • Euloge Boissonnade, Rouget de Lisle : de La Marseillaise à l'oubli. Paris : Éd. France-Empire, 1999, 327 p.-[8] p. de pl. Contient les paroles de La Marseillaise. Bibliogr. p.
  • Marie-Louise Jacotey, Rouget de Lisle et La Marseillaise : histoire. Langres : D. Guéniot, 2007, 94 p. La couverture porte en plus : Histoire d'un chant de guerre devenu hymne national (ISBN 978-2-8782-5390-0)
  • Arthur Loth, La Marseillaise : enquête sur son véritable auteur. Paris : Nouvelles éd. latines, 1992, 158 p. (Histoire) (ISBN 2-7233-0458-2)
  • Hervé Luxardo, Histoire de la Marseillaise. Paris : Plon, 1989, 240 p. (Collection Terres de France) (ISBN 2-2590-2018-6)
  • Xavier Cabanes, L'outrage au drapeau ou à l'hymne national, Revue de la Recherche Juridique-Droit Prospectif, 2003, no 2, vol. 1, p. 987-999
  • Christian Mas, Cl. J. Rouget de Lisle : une présence politique, entre lettres et musique. Paris ; Budapest ; Torino : l'Harmattan, 2001, 332 p. (Univers musical). Bibliogr. des œuvres écrites de C. J. Rouget de Lisle p. 307-310. Catalogue des œuvres musicales p. 311-314 (ISBN 2-7475-1266-5)
  • Xavier Maugendre, L'Europe des hymnes dans leur contexte historique et musical, Éditions Mardaga, 1996, 456 pages, p. 11-50 (ISBN 9782870096321)
  • Rouget de Lisle, La Vérité sur la paternité de la Marseillaise. Paris : impr. de Bonaventure et Ducessois, 1865. Suite : La Vérité, par M. Alexis Azévédo, sur Rouget de Lisle et la Marseillaise. Extrait de L'Opinion nationale, 18 octobre 1864
  • Julien Tiersot, Histoire de la Marseillaise : nombreuses gravures documentaires, fac-similés, autographes, œuvres musicales de Rouget de Lisle, 8 planches hors texte. Paris : Delagrave, 1915, VII-152 p.
  • Jean Tulard, Napoléon et Rouget de l'Isle : Marche consulaire contre Marseillaise. Paris : Hermann, 2000, 104 p. (Collection Savoir. Lettres) (ISBN 2-7056-6407-6)
  • Philippe Vidal, De Lisle à Marseille. In Les Histoires inconnues de l'Histoire : de la légende à la réalité. Paris : Michel Lafon, 2004, p. 139-[142] (ISBN 2-7499-0120-0)
  • Michel Vovelle, La Marseillaise ; la guerre et la paix, in Nora, Pierre (Dir.), Les lieux de mémoire, Tome 1 : La République. Paris : Gallimard, coll. Quarto, 1997, p. 107-152
  • Ville de Choisy-le-Roi. Rouget de Lisle, 1760-1960. Exposition du bi-centenaire. Choisy-le-Roi, 1960, IV-15 p., multigraphié
  • Un Homme, un hymne, la Révolution, par les élèves de l'École primaire Rouget de Lisle de Charleville-Mézières ; publié par l'École de Rouget de Lisle. Charleville-Mézières : École Rouget de Lisle, 1989, 40 pages (ISBN 2-9037-7467-6)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Abel Gance, Napoléon, 1927, scène apocryphe de présentation de la Marseillaise au Club des Cordeliers. Marianne y apparaît sous les traits de la chanteuse Damia.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]