Jean-Luc Ettori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ettori.
Jean-Luc Ettori
Pas d'image ? Cliquez ici.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Tours FC
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 29 juillet 1955 (1955-07-29) (58 ans)
Lieu Marseille (France)
Taille 1,74 m (5 9)
Poste Gardien de but
Délégué au président
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1975-1994 Drapeau : France AS Monaco 755 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1980-1982 Drapeau : France France 9 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1994-1995 Drapeau : France AS Monaco (9v,8n,4d)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 24 juin 2013

Jean-Luc Ettori (né le à Marseille) est un ancien gardien de but professionnel de football.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivé à l'INF Vichy en 1971, Jean-Luc Ettori est formé par Pierre Pibarot au sein d'une école dont est sorti de ses rangs de bons portiers comme Guillaume Warmuz ou Pascal Olmeta. En 1975, il rejoint l'AS Monaco qu'il ne quittera plus.

Il fait une entrée fracassante sur la scène footballistique durant la saison 1977-78 où, ayant délogé l'international Yves Chauveau de sa place de titulaire, il est sacré champion avec l'AS Monaco l'année de sa remontée en Division 1.

Il connaît sa première sélection en équipe de France en 1980 face à la Grèce (5-1) et est ensuite fréquemment appelé par le sélectionneur national Michel Hidalgo comme doublure de Dominique Dropsy.

Titulaire à la surprise générale durant la Coupe du monde de football de 1982 en Espagne, Ettori tient sa place sans vraiment convaincre. Il fait une entrée en matière catastrophique contre l'Angleterre (1-3), puis aligne les performances en demi-teinte (Tchécoslovaquie, Irlande du Nord). Il réalise son meilleur match lors de la légendaire demi-finale de Séville contre la RFA (3-3, t.a.b.) mais ne peut éviter l'élimination malgré quelques parades décisives et un tir au but arrêté. Les critiques nées à la Coupe du Monde virent à la tempête après une nouvelle prestation calamiteuse face à la Pologne (0-4, amical) lors du premier match des Bleus après la brillante campagne espagnole La carrière internationale d'Ettori s'arrête là, après 9 sélections.

Ettori connaîtra plus de succès avec Monaco où il fera toute sa carrière. Il y remporte trois titres de champion, trois Coupes de France, et atteint la finale de la Coupe des Coupes en 1992 (défaite 0-2 face au Werder Brême).

En 1994, il met un terme à une très longue et riche carrière professionnelle, après 602 matches en Championnat de France. Il détient alors le record absolu d'apparitions en Division 1, record qui ne sera battu qu'en décembre 2013 par un autre gardien, Mickaël Landreau.

Sans transition, Ettori prend ensuite en main l'entraînement des gardiens de Monaco après avoir brièvement été l'entraîneur de l'équipe au cours de la saison 1994/95, poste qu'il occupait jusqu'au départ de Didier Deschamps de l'AS Monaco en 2005. Il a alors été nommé directeur sportif du club par le président Michel Pastor.

En mai 2008, et après la piètre saison de Monaco (12e en Ligue 1), il est démis de ses fonctions. En juillet 2008, le club de Monaco a officiellement annoncé le départ de son directeur sportif, les deux parties « sont parvenues à un accord afin de régler les modalités du départ du club de Monsieur Ettori »[1].

En novembre 2009, un partenariat entre l'AS Monaco et le CA Propriano est signé à la demande et en l'honneur de Jean-Luc Ettori.

Le 15 juin 2011 , il entre dans le staff de Neuchâtel Xamax pour être entraîneur des gardiens. Après seulement deux journées de championnat et deux défaites, il est remercié avec l'ensemble du staff le 25 juillet 2011.

Fort de l'arrivée d'investisseurs corses, il devient conseiller du nouveau président du Tours FC, Jean-Marc Ettori (aucun lien de parenté), le 21 juin 2013 [2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Autres performances notables[modifier | modifier le code]

  • 602 matches en Division 1 : record battu par Mickaël Landreau le 4 décembre 2013 lors de la 16ème journée de Ligue 1. Le record aura tenu presque 20 ans (mai 1994 - décembre 2013).

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques d'Ettori au 25 juin 2013
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B M B C M B M B M B
1975-1976 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 1 0 - - - - - - - - - 1 0
1976-1977 Drapeau de la France AS Monaco FC 2 - - - - - - - - - - - 0 0
1977-1978 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 34 0 8 0 - - - - - - - 42 0
1978-1979 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 36 0 5 0 - - C1 4 0 - - 45 0
1979-1980 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 37 0 10 0 - - C3 4 0 1 0 52 0
1980-1981 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 38 0 5 0 - - C2 2 0 - - 45 0
1981-1982 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 37 0 4 0 - - C3 2 0 7 0 50 0
1982-1983 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 36 0 4 0 - - C1 2 0 1 0 43 0
1983-1984 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 38 0 10 0 - - - - - - - 48 0
1984-1985 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 17 0 10 0 - - - - - - - 27 0
1985-1986 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 38 0 1 0 1 0 C2 2 0 - - 42 0
1986-1987 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 33 0 4 0 - - - - - - - 37 0
1987-1988 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 37 0 3 0 - - - - - - - 40 0
1988-1989 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 37 0 10 0 - - C1 6 0 - - 53 0
1989-1990 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 38 0 1 0 - - C2 8 0 - - 47 0
1990-1991 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 38 0 6 0 - - C3 6 0 - - 50 0
1991-1992 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 34 0 5 0 - - C2 9 0 - - 48 0
1992-1993 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 37 0 3 0 - - C2 4 0 - - 44 0
1993-1994 Drapeau de la France AS Monaco FC 1 36 0 3 0 - - C1 11 0 - - 50 0
Total sur la carrière 602 0 92 0 1 0 - 60 0 9 0 764 0

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]