Championnat de France masculin de handball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Championnat de France
masculin de handball
Logo de la LiquiMoly Starligue
Généralités
Sport Handball
Création 1952 (Nationale 1)
1985 (Nationale 1A)
1995 (Division 1)
Autre(s) nom(s) Liqui Moly Starligue
Organisateur(s) Ligue nationale de handball (LNH)
Éditions 71e en 2022-2023
Catégorie Championnat de France
Périodicité Annuelle
Participants 16 clubs professionnels
Site web officiel Site officiel de la LNH
Hiérarchie
Hiérarchie 1er échelon
Niveau inférieur Proligue

Palmarès
Tenant du titre Paris Saint-Germain (2023)
Plus titré(s) Montpellier Handball (14 titres)
Nikola Karabatic (15 titres)
Meilleur(s) buteur(s) Raphaël Caucheteux (2407)
Pour la compétition en cours voir :
Liqui Moly StarLigue 2023-2024

Le Championnat de France masculin de handball est une compétition de handball qui représente en France le sommet de la hiérarchie du handball. La compétition se déroule annuellement sous forme d'un championnat mettant aux prises seize clubs professionnels (depuis la saison 2020-2021, succédant au championnat à 14 équipes). Une saison du championnat commence en été et se termine au printemps suivant. Le championnat est créé en 1952. Nommé « Nationale 1 » lors de sa création puis « Nationale 1A » à partir de 1985, le championnat prend le nom « Division 1 » (D1) en 1995. Depuis 2016, le championnat fait l'objet d'un naming: d'abord LIDL Starligue jusqu'en juin 2021, il prend ensuite le nom de Liqui Moly Starligue, un fabricant allemand d'huiles[1].

Le Montpellier Handball est le club le plus couronné avec quatorze titres de champion de France devant le Paris Saint-Germain et ses 10 titres dont son neuvième d'affilée en 2023.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1941, en concomitance avec la création de la Fédération française de handball, a lieu le premier championnat de France masculin de handball à 11 joueurs en extérieur[2]. La compétition, notamment remportée à trois reprises par le Villemomble-Sports[3], disparaîtra au cours des années 1960 au profit du handball à 7 joueurs en salle.

La première édition du championnat d'élite à 7 joueurs en salle s'est tenue en 1952-1953 et fut remportée par Villemomble-Sports. Les années 1960 sont dominées par l'US Ivry et le Stade Marseillais UC qui se partagent la plupart des titres durant cette décennie. Les deux décennies suivantes seront dominées successivement par le Stella Sports Saint-Maur et l'USM Gagny. Le début des années 1990 est marquée par une alternance avec 5 champions différents entre 1992 et 1997, cette alternance étant en partie expliquée par les difficultés financières rencontrées par plusieurs clubs français dont le Vénissieux handball (champion en 1992), l'USAM Nîmes (champion en 1990, 1991 et 1993) et l'OM Vitrolles (champion en 1994 et 1996).

Le championnat prend ensuite une nouvelle dimension à partir des années 1990 avec l'apparition au plus haut niveau du Montpellier Handball, qui, après une première victoire en 1995, va remporter 13 titres en 15 saisons entre 1998 et 2012, le Chambéry Savoie Handball terminant onze fois à la deuxième place sur la même période. Avec sa victoire en 2003, le Montpellier Handball est la première équipe française à remporter la Ligue des champions.

Depuis 2013, le Paris Saint-Germain Handball, grâce notamment à l'apport financier d'un fonds d'investissements qatarien lui permettant de devenir le club le plus riche d'Europe, s'affirme comme la locomotive du handball français[4]. Car s'il remporte en 2018 son 5e titre de champion de France en 6 ans, les clubs concurrents ont également haussé leur niveau de jeu, comme en témoigne la Ligue des champions 2017-2018, remportée pour la deuxième fois par le Montpellier Handball devant le HBC Nantes et le Paris Saint-Germain. Cet excellent résultat permet à la Starligue de devenir pour la première fois le premier championnat européen selon le classement annuel de l'EHF[5].

Contexte économique[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin des années 2000, la compétition se déroule dans un relatif anonymat, mais trois faits marquants vont contribuer à le populariser : la domination sur la scène internationale de l'Équipe de France à partir des Jeux olympiques de 2008 à Pékin, la télédiffusion à partir de 2012 d'au moins un match par journée de championnat sur Canal+ Sport puis sur BeIn Sports et enfin l'ambition du Paris Saint-Germain Handball marquée par l'arrivée de nombreux joueurs majeurs. Ainsi, la plupart des clubs du championnat voient leur budget augmenter d'année en année, leur permettant de rivaliser avec les autres clubs européens en Ligue des Champions ou en Coupe de l'EHF.

Dans le même temps, les affluences du championnat de France ont fortement augmenté et de nouvelles salles se construisent ou sont sur le point de le faire, comme à Montpellier ou à Aix-en-Provence. Des clubs décident aussi parfois de délocaliser certaines grandes affiches dans des salles plus grandes. Ainsi, en décembre 2014, le HBC Nantes bat le record d'affluence pour un match de championnat, avec plus de 10 750 spectateurs face au Paris Saint-Germain Handball. En décembre de l'année précédente, la Ligue nationale de handball organise le tout premier Hand Star Game au Palais omnisports de Paris-Bercy, un show réunissant les plus grandes vedettes de la compétition. Plus de 10 000 personnes y assistent. Enfin, le Championnat du monde 2017 organisé en France a permis de mettre en évidence un intérêt accru des français pour le handball.

Enfin, l'effondrement de la situation économique du handball espagnol, jusqu'ici considéré comme le deuxième meilleur dans la hiérarchie européenne, profite au championnat de France qui fait (re)venir certains joueurs issus du Championnat d'Espagne. En 2013, les dirigeants du handball français annoncent leur ambition de faire ainsi du championnat de France le meilleur au monde, devant le Championnat allemand.

Classement EHF[modifier | modifier le code]

Après deux années en tête du coefficient EHF en 2018 et 2019, la France est en 2022 au troisième rang pour la Ligue des champions 2023-2024 :

Rang Championnat Coeff.
1 Espagne 230,00
2 Allemagne 170,33
3 France 134,33
4 Hongrie 132,67
5 Danemark 131,67
6 Pologne 124,33

L'évolution du Coefficient EHF du championnat au cours des saisons est le suivant :

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
10 7 en augmentation 6 en augmentation 4 en augmentation 4 en stagnation 3 en augmentation 5 en diminution 5 en stagnation 4 en augmentation 3 en augmentation 3 en stagnation
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023
3 en stagnation 3 en stagnation 4 en diminution 4 en stagnation 4 en stagnation 1 en augmentation 1 en stagnation 2 en diminution 3 en diminution 3 en stagnation à venir

Économie du championnat[modifier | modifier le code]

Droits TV[modifier | modifier le code]

La LNH négocie et commercialise les droits de télévision et de partenariat du championnat de France de handball. Ceux-ci ont été attribués à plusieurs partenaires au cours des saisons :

  • de 1985 à 2005, les droits TV sont accordés à Canal+
  • de 2005 à 2008, les droits TV sont accordés à Eurosport[6] ;
  • en avril 2008, les droits TV ont été attribués pour trois saisons à Orange sport, qui diffuse l'affiche principale pour 1 500 000 , et à Eurosport, qui diffuse au minimum la deuxième affiche pour 500 000 [6],[7] ;
  • en 2011, le Groupe Canal+ obtient la diffusion des 3 compétitions majeures du handball masculin : le Trophée des champions, le Championnat et la Coupe de la Ligue jusqu'en 2015[8]. De ce fait, Canal+ possède la totalité des droits du handball masculin en France (Équipe de France, Ligue des champions, Championnat et coupe de la Ligue). Le but de cet unique diffuseur est d'entrevoir un développement médiatique semblable au Top 14 de rugby et de passer un cap concernant la notoriété. En effet, si les droits TV sont en baisse sur le plan financier, Canal+, via ses chaînes Canal+ Sport et Sport+, permet une meilleure visibilité et accessibilité du handball. Ainsi 1 match par journée de championnat ainsi qu'un minimum d'un match par tour de Coupe de la Ligue et de Trophée des Champions était diffusé sur Canal+ Sport, la retransmission étant précédée d'une émission de débat intitulée « Les spécialistes ». Sensible quant à la perspective d'offrir au handball une exposition en clair, la LNH a obtenu l'accord de Canal+ pour que France 3 puisse diffuser en décrochage régional 6 à 12 matchs par saison[9], même si, en pratique, très peu de rencontres ont finalement été retransmis.
  • depuis la saison 2014-2015, le championnat est diffusé au rythme de deux matchs par journée par beIn Sports, qui avait déjà récupéré les droits de diffusion de la Ligue des champions et des compétitions des nations (championnats du monde et d'Europe). Les droits sont acquis pour 4 millions d'euros par an contre 1,2 million d'euros jusque-là[10]. De plus, pour la première fois, tous les matchs de chaque journée de championnat sont filmés en intégralité, permettant ainsi la diffusion de résumés de matchs lors du magazine Hand Action et de réaliser des classements de types plus beaux buts et plus beaux arrêts pour chaque journée. Au terme de la saison, les Trophées LNH 2015 sont diffusés la première fois diffusés en direct sur beIn Sports. En 2019, l'accord est prolongé de quatre saisons supplémentaires avec pour principale nouveauté le fait que beIn Sports diffusera désormais les 182 matchs de Starligue en direct et en intégralité, soit 130 matchs de plus par saison[11].

Partenariats[modifier | modifier le code]

Après Konica Minolta[12], Gerflor[13], Nexcare[14], la Tunisie[15] et Select[16], Lidl devient partenaire officiel de la LNH le 31 août 2015[17].

À partir du , le partenariat avec l’enseigne de distribution allemande Lidl s'accompagne d'un changement de nom et de logo du championnat qui devient la Lidl Starligue[18],[19] et d'un versement 1 million d'euro par an jusqu'en 2020[20]. Lors de l'assemblée générale de la LNH du 14 juin 2016, les gérants de Lidl France déclaraient ne pas vouloir être de simples sponsors que l'on voit sur les maillots et les panneaux publicitaires dans les salles. Michel Biero, gérant des achats Lidl France expliquait, « Nous sommes là pour aller au-delà de la seule contrepartie de la visibilité, du logo sur le maillot. Nous souhaitons aller à la rencontre des supporters avec la mise en place de fan zones. Nous souhaitons promouvoir le handball, car les médias n’en parlent pas assez à nos yeux. Avec nos supports et notre force de communication, on va tout faire pour que les médias parlent du handball. On veut faire du bruit autour du handball ». Et Philippe Bernat-Salles, le président de la LNH, concluait sur ces mots: « Ce partenariat a pu en surprendre certains, mais je suis persuadé qu’il fera les beaux jours du handball. On est là pour travailler main dans la main »[21]. La LNH fait ainsi partie des championnats avec naming, comme ceux de l'Allemagne (DKB Bundesliga), de l'Espagne (Liga ASOBAL Bauhaus), du Danemark (Jack and Jones Ligaen) ou encore des Balkans (Gazprom South Stream League)[22].

Le 2 décembre 2020, la LNH annonce l'arrivée de Liqui Moly (de) comme nouveau partenaire de naming en remplacement de Lidl qui se désengage à partir de juin 2021. Liqui Moly, fabricant d'huiles allemand, a signé un contrat de naming de cinq ans[23].

Budgets et salaires[modifier | modifier le code]

Confirmant une tendance qui dure depuis plus de dix ans avec une augmentation de +227 % entre 2004, année de création de la LNH, et 2015, le budget 2017-2018 des clubs progresse encore en moyenne de 6,9 % par rapport à la saison 2016-2017, même si cette augmentation moyenne provient surtout du budget du Paris Saint-Germain qui atteint 16,55 M€ cette saison. Ainsi, le budget médian, plus significatif car non affecté par l'écart entre le PSG et ses poursuivants, s'établit quant à lui à 4,03 M€ et également en augmentation. Onze des quatorze clubs du championnat voient leur budget augmenter, la plus forte progression étant réalisée par le Pays d'Aix Université Club handball (+34,7 %)

Lors la saison 2015-2016, les 218 joueurs professionnels (contre 208 en 2014-15) avaient un salaire médian, en augmentation comme les budgets, de 5 453  (contre 4 821  en 2014-15).

Pour la saison 2022-2023, les budgets prévisionnels et les masses salariales des clubs, au et exprimés en millions d'euros, sont de[24],[25] :

Clubs Statut
juridique
Budgets Masse salariale
2022-23 Évolution 2021-22 2022-23 % du budget
Paris Saint-Germain Handball SASP 16,36 M€ en diminution -8,1 % 17,81 M€ 7,78 M€ 47,6 %
Montpellier Handball SAS 8,63 M€ en augmentation 11,2 % 7,76 M€ 3,37 M€ 39,0 %
Handball Club de Nantes SASU 8,20 M€ en augmentation 4,5 % 7,85 M€ 4,05 M€ 49,4 %
Pays d'Aix Université Club handball EUSRL 6,10 M€ en augmentation 5,5 % 5,78 M€ 2,64 M€ 43,3 %
USAM Nîmes Gard SASU 5,70 M€ en augmentation 13,1 % 5,04 M€ 2,47 M€ 43,3 %
Limoges Handball SAS 5,24 M€ en augmentation 22,1 % 4,29 M€ 2,46 M€ 46,9 %
Dunkerque Handball Grand Littoral EUSRL 4,47 M€ en augmentation 5,4 % 4,24 M€ 2,13 M€ 47,7 %
Chambéry Savoie Mont Blanc Handball SASP 4,45 M€ en augmentation 10,4 % 4,03 M€ 1,89 M€ 42,5 %
Cesson Rennes Métropole Handball SASU 3,99 M€ en augmentation 9,6 % 3,64 M€ 1,86 M€ 46,6 %
Saint-Raphaël Var Handball SAOS 3,93 M€ en diminution -2,7 % 4,04 M€ 2,16 M€ 55,0 %
C' Chartres Métropole handball SAS 3,80 M€ en augmentation 3,5 % 3,67 M€ 1,95 M€ 51,3 %
Fenix Toulouse Handball SASP 3,52 M€ en augmentation 7,3 % 3,28 M€ 1,65 M€ 46,9 %
Union sportive de Créteil handball SEMSL 3,20 M€ en augmentation 4,6 % 3,06 M€ 1,34 M€ 41,9 %
Union sportive d'Ivry Handball Asso. 1901 2,90 M€ en augmentation ? % ?M€ 1,42 M€ 49,0 %
Istres Provence Handball Asso. 1901 2,85 M€ en augmentation 10,5 % 2,58 M€ 1,41 M€ 49,5 %
Sélestat Alsace Handball SASP 2,44 M€ en augmentation ? % ?M€ 1,02 M€ 41,8 %
Budget moyen 5,36 M€ en augmentation 3,7 % 5,17 M€ 2,47 M€ 46,1 %
Budget moyen (hors PSG) 4,63 M€ en augmentation 7,2 % 4,32 M€ 2,01 M€ 43,4 %

*Les moyennes 2021-2022 sont celles calculées pour la saison 2021-2022, et non pas la moyenne des budgets 2021-2022 des clubs de cette saison.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le palmarès du Championnat de France masculin de handball est[26],[27] :

Saison Clubs Champion Vice-champion
Nationale 1
1952-1953 ? Villemomble-Sports ?
1953-1954 ? ASP Police Paris ?
1954-1955 ? ASP Police Paris ?
1955-1956[28],[30] ? Paris UC ASPOM Bordeaux
1956-1957 ? ASPOM Bordeaux ASP Police ou FC Sochaux[32]
1957-1958[33] ? ASPOM Bordeaux Paris UC
1958-1959[34],[36] ? Paris UC Girondins de Bordeaux
1959-1960[37] 16[38] AS Mulhouse US Ivry
1960-1961[39] ? Bataillon de Joinville Paris UC
1961-1962[40],[41] ? Paris UC ASP Police Paris
1962-1963[42] 20 US Ivry Stella Sports Saint-Maur
1963-1964 20 US Ivry ASP Police Paris
1964-1965 24 Stade Marseillais UC ASP Police Paris
1965-1966 24 US Ivry Paris UC
1966-1967 32 Stade Marseillais UC ASP Police Paris
1967-1968 32 Stella Sports Saint-Maur US Ivry
1968-1969 16 Stade Marseillais UC Stella Sports Saint-Maur
1969-1970 16 US Ivry Cercle Sportif Laïc Dijon
1970-1971 20 US Ivry Stella Sports Saint-Maur
1971-1972 20 Stella Sports Saint-Maur Paris UC
1972-1973 20 Cercle Sportif Laïc Dijon Paris UC
1973-1974 20 Paris UC Stella Sports Saint-Maur
1974-1975 20 Stade Marseillais UC Paris UC
1975-1976 20 Stella Sports Saint-Maur RP Strasbourg-Meinau
1976-1977 20 RP Strasbourg-Meinau ASPTT Metz
1977-1978 20 Stella Sports Saint-Maur Cercle Sportif Laïc Dijon
1978-1979 20 Stella Sports Saint-Maur Cercle Sportif Laïc Dijon
1979-1980 20 Stella Sports Saint-Maur USM Gagny
1980-1981 16 USM Gagny Cercle Sportif Laïc Dijon
1981-1982 16 USM Gagny US Ivry
1982-1983 16 US Ivry Stade Marseillais UC
1983-1984 16 Stade Marseillais UC USM Gagny
Nationale 1A
1984-1985 10 USM Gagny Stella Sports Saint-Maur
1985-1986 10 USM Gagny USAM Nîmes
1986-1987 12 USM Gagny USAM Nîmes
1987-1988 12 USAM Nîmes US Créteil
Saison Clubs Champion Vice-champion
1988-1989 12 US Créteil USAM Nîmes 30
1989-1990 12 USAM Nîmes 30 HB Vénissieux 85
1990-1991 12 USAM Nîmes 30 HB Vénissieux 85
1991-1992 12 HB Vénissieux 85 OM Vitrolles
1992-1993 12 USAM Nîmes 30 OM Vitrolles
Nationale 1 Performance
1993-1994 16 OM Vitrolles USAM Nîmes 30
1994-1995 14 Montpellier Handball OM Vitrolles
Division 1
1995-1996 14 OM Vitrolles PSG Asnières
1996-1997 14 US Ivry US Créteil
1997-1998 14 Montpellier Handball SO Chambéry
1998-1999 14 Montpellier Handball SO Chambéry
1999-2000 14 Montpellier Handball SO Chambéry
2000-2001 14 SO Chambéry Montpellier Handball
2001-2002 15 Montpellier Handball SO Chambéry
2002-2003 14 Montpellier Handball Chambéry Savoie Handball
2003-2004 14 Montpellier Handball US Créteil
2004-2005 14 Montpellier Handball Paris Handball
2005-2006 14 Montpellier Handball Chambéry Savoie Handball
2006-2007 14 US Ivry Montpellier Handball
2007-2008 14 Montpellier AHB Chambéry Savoie Handball
2008-2009 14 Montpellier AHB Chambéry Savoie Handball
2009-2010 14 Montpellier AHB Chambéry Savoie Handball
2010-2011 14 Montpellier AHB Chambéry Savoie Handball
2011-2012 14 Montpellier AHB Chambéry Savoie Handball
2012-2013 14 Paris Saint-Germain Dunkerque HGL
2013-2014 14 Dunkerque HGL Paris Saint-Germain
2014-2015 14 Paris Saint-Germain Montpellier AHB
2015-2016 14 Paris Saint-Germain Saint-Raphaël Var Handball
Starligue
2016-2017 14 Paris Saint-Germain HBC Nantes
2017-2018 14 Paris Saint-Germain Montpellier Handball
2018-2019 14 Paris Saint-Germain Montpellier Handball
2019-2020 14 Paris Saint-Germain HBC Nantes
2020-2021 16 Paris Saint-Germain Montpellier Handball
2021-2022 16 Paris Saint-Germain HBC Nantes
2022-2023 16 Paris Saint-Germain Montpellier Handball

Bilan[modifier | modifier le code]

Tableau d'honneur (par club)[modifier | modifier le code]

Rang Club Titres Années victorieuses
1 Montpellier Handball 10 titres 14 1995, 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008,
2009, 2010, 2011 et 2012
2 Paris Saint-Germain T 10 titres 10 2013, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021, 2022 et 2023
3 Union sportive d'Ivry 8 1963, 1964, 1966, 1970, 1971, 1983, 1997 et 2007
4 Stella Sports Saint-Maur 6 1968, 1972, 1976, 1978, 1979 et 1980
5 Stade Marseillais UC 5 1965, 1967, 1969, 1975 et 1984
USM Gagny 5 1981, 1982, 1985, 1986 et 1987
7 Paris UC 4 1956, 1959, 1962 et 1974
USAM Nîmes Gard 4 1988, 1990, 1991 et 1993
9 ASP Police Paris 2 1954 et 1955
ASPOM Bordeaux 2 1957 et 1958
OM Vitrolles 2 1994 et 1996
12 Villemomble Sport 1 1953
AS Mulhouse 1 1960
Bataillon de Joinville 1 1961
Cercle Sportif Laïc Dijon 1 1973
Racing Club de Strasbourg 1 1977
Union sportive de Créteil 1 1989
Vénissieux HB 85 1 1992
Stade olympique de Chambéry 1 2001
Dunkerque HGL 1 2014
Total 71 1953-2023
Légende : 10 titres 10 titres remportés ; T : tenant du titre

Statistiques (par club)[modifier | modifier le code]

Tableau d'honneur (joueurs)[modifier | modifier le code]

Nombre de titres par joueur
Titres Joueurs Saisons Clubs
15 Nikola Karabatic 2002, 2003, 2004, 2005, 2010, 2011, 2012 ; 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021, 2022 et 2023 Montpellier Handball et Paris S-G
13 Luka Karabatic 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 ; 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021, 2022 et 2023 Montpellier Handball et Paris S-G
11 Mladen Bojinović 2003, 2004, 2005, 2006, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 ; 2013 et 2015 Montpellier Handball et Paris S-G
10 Laurent Puigségur 1990 ; 1995, 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006 USAM Nîmes et Montpellier Handball
Michaël Guigou 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012 Montpellier Handball
Samuel Honrubia 2005, 2006, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 ; 2013, 2015 et 2016 Montpellier Handball et Paris S-G
Thierry Omeyer 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 ; 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019 Montpellier Handball et Paris S-G
9 Grégory Anquetil 1995, 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006 Montpellier Handball
Andrej Golić 1995, 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006 Montpellier Handball
Franck Junillon 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 et 2008 Montpellier Handball
Daouda Karaboué 1995, 1998, 1999, 2000, 2005, 2006, 2008, 2009 et 2010 Montpellier Handball
William Accambray 2006, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 ; 2015, 2016 et 2017 Montpellier Handball et Paris S-G
Mikkel Hansen 2013, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021 et 2022 Paris S-G
8 Damien Kabengele 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006 Montpellier Handball
Luc Abalo 2007 ; 2013, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020 Union sportive d'Ivry Handball et Paris S-G
7 Philippe Médard 1980, 1982, 1985, 1986, 1987, 1990 et 1991 Stella St-Maur, USM Gagny et USAM Nîmes
Cédric Burdet 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2008 et 2009 Montpellier Handball
Benoît Kounkoud 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021 et 2022 Paris S-G
6 Michel Paolini 1956, 1959, 1961 ; 1965, 1967 et 1969, Paris UC et Stade Marseillais UC
Thierry Perreux 1985, 1986, 1987 ; 1992 ; 1994 et 1996 USM Gagny, Vénissieux HB et OM Vitrolles
David Juříček 2005, 2006, 2008, 2009, 2010 et 2011 Montpellier Handball
Wissem Hmam 2006, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012 Montpellier Handball
Didier Dinart 1998, 1999, 2000, 2002, 2003 ; 2013 Montpellier Handball et Paris S-G
En italiques, les joueurs susceptibles de remporter un nouveau titre.

Meilleurs buteurs de l'histoire[modifier | modifier le code]

Les meilleurs buteurs de l'histoire du championnat de France sont[43],[44] :

Rang Joueur Buts Saisons Moy. Club(s)
1 Raphaël Caucheteux 2407 20 120,4 Montpellier HB et Saint-Raphaël VHB
2 Valero Rivera 1821 12 151,7 HBC Nantes
3 Nemanja Ilić 1523 11 136,1 Toulouse
4 Baptiste Butto 1487 17 87,8 Sélestat et Dunkerque
5 Dragan Gajić 1430 9 158,9 Montpellier, Limoges
6 Mladen Bojinović 1402 15 93,5 Montpellier, Paris SG et Tremblay
7 Michaël Guigou 1386 21 66,0 Montpellier, Nîmes
8 Guillaume Saurina 1352 11 123,4 Villeurbanne, Nîmes, Chambéry et Nantes
9 Sébastien Bosquet 1349 17 79,4 Dunkerque, Montpellier et Tremblay
10 Matthieu Drouhin 1303 13 100,2 Villefranche, Istres, Tremblay et Saran
11 Mikkel Hansen 1301 10 130,0 Paris SG
Statistiques au , en italiques les joueurs évoluant en D1 lors de la saison 2023-2024.

Remarques :

Meilleurs joueurs et meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Saison Meilleur joueur Club Meilleur buteur Club Buts
1973-1974 Non décerné Dino Chiavus US Altkirch ?
1974-1975 Dino Chiavus US Altkirch 118
1975-1976  ? ? ?
1976-1977  ? ? ?
1977-1978  ? ? ?
1978-1979 Jean-Louis Legrand Stella Sports Saint-Maur Philippe Monneron ES Saint-Martin-d'Hères 139
1979-1980 Jean-Louis Legrand Stella Sports Saint-Maur Philippe Monneron (2) ES Saint-Martin-d'Hères (2) 136
1980-1981 Jean-Michel Geoffroy CSL Dijon Philippe Monneron (3) ES Saint-Martin-d'Hères (3) 116
1981-1982 Éric Cailleaux USM Gagny Patrick Persichetti US Ivry 117
1982-1983 Patrick Boullé US Ivry Roland Indriliunas RC Strasbourg 109
1983-1984 Dominique Deschamps AC Boulogne-Billancourt Bernard Gaffet SMUC Marseille 102
1984-1985 Philippe Médard USM Gagny Marc-Henri Bernard Stella Sports Saint-Maur 130
1985-1986  ? ? Andrzej Tłuczyński (pl) US Créteil 144
1986-1987  ? ? Bernard Gaffet Stade Marseillais UC 174
1987-1988  ? ? Andrzej Tłuczyński (pl) (2) US Créteil 148
1988-1989  ? ? Frédéric Volle USAM Nîmes 30 154
1989-1990  ? ? Marko Nenadić US Dunkerque 138
1990-1991  ? ? Zlatko Saračević Girondins de Bordeaux HBC 169
1991-1992  ? ? Marc Wiltberger Girondins de Bordeaux HBC (2) 192
1992-1993  ? ? Pepi Manaskov US Créteil 175
1993-1994  ? ? Zlatko Portner Vénissieux handball 220
1994-1995  ? ? Olivier Maurelli Girondins de Bordeaux HBC (3) 181
1995-1996  ? ?  ? ? ?
1996-1997  ? ? Zlatko Saračević Istres Sports ?
1997-1998 Cédric Burdet Montpellier Handball Emmanuel Courteaux UMS Pontault-Combault 178?
1998-1999 Patrick Cazal Montpellier Handball Zoran Stojiljković PSG-Asnières 159
1999-2000 Bertrand Gille SO Chambéry Irfan Smajlagić Livry-Gargan handball 174
2000-2001 Bertrand Gille (2) SO Chambéry (2) Ciprian Beșta Girondins de Bordeaux HBC (4) 140
2001-2002 Daniel Narcisse SO Chambéry (3) Irfan Smajlagić Livry-Gargan handball (2) 185
2002-2003 Non décerné Eric Gull SC Sélestat 143
2003-2004 Volker Michel SC Sélestat (2) 193
2004-2005 Guillaume Joli Chambéry Savoie HB 164
2005-2006 Heykel Megannem USAM Nîmes Sébastien Bosquet US Dunkerque 180
2006-2007 Luc Abalo US Ivry Ragnar Þór Óskarsson US Ivry 168
2007-2008 Mladen Bojinović Montpellier AHB (2) Mladen Bojinović Montpellier AHB 182
2008-2009 Daniel Narcisse (2) Chambéry SH (3) Anouar Ayed Toulouse Handball 166
2009-2010 Nikola Karabatic Montpellier AHB (3) Guillaume Saurina USAM Nîmes Gard 178
2010-2011 William Accambray Montpellier AHB (4) Baptiste Butto US Dunkerque (2) 178
2011-2012 Valero Rivera HBC Nantes Guillaume Saurina (2) USAM Nîmes Gard (2) 162
2012-2013 Nikola Karabatic (2) Montpellier (5) et Pays d'Aix Matthieu Drouhin Tremblay-en-France Handball 180
2013-2014 Jérôme Fernandez Fenix Toulouse Handball Dragan Gajić Montpellier AHB (2) 192
2014-2015 Mikkel Hansen Paris Saint-Germain Mikkel Hansen Paris Saint-Germain (2) 201
2015-2016 Mikkel Hansen (2) Paris Saint-Germain (2) Mikkel Hansen (2) Paris Saint-Germain (3) 228
2016-2017 Nikola Karabatic (3) Paris Saint-Germain (3) Uwe Gensheimer Paris Saint-Germain (4) 167
2017-2018 Nikola Karabatic (4) Paris Saint-Germain (4) Raphaël Caucheteux Saint-Raphaël VHB 167
2018-2019 Melvyn Richardson Montpellier Handball (6) Raphaël Caucheteux (2) Saint-Raphaël VHB (2) 179
2019-2020 Sander Sagosen Paris Saint-Germain (5) Raphaël Caucheteux (3) Saint-Raphaël VHB (3) 145
2020-2021 Luc Steins Toulouse (2) et Paris SG (6) Dragan Gajić (2) Limoges Handball 233
2021-2022 Luc Steins (2) Paris Saint-Germain (7) Dragan Gajić (3) Limoges Handball 228
2022-2023 Luc Steins (3) Paris Saint-Germain (8) Nemanja Ilić Fenix Toulouse Handball (2) 202

Handball à onze[modifier | modifier le code]

Avant l'instauration du handball à sept joueurs et en salle, le handball se jouait à onze en extérieur sur un terrain de football. Parallèlement à un Championnat féminin et une Coupe de France, un championnat de France a été organisé entre 1942 et 1958[49] :

Année Vainqueur Finaliste Score
1942 Paris UC (1) (zone nord) ? ? – ?
AS Cannes (1) (zone sud) ? ? – ?
1943 Stade niortais (1) AS Montferrand 6 – 4[50]
1944 Club français Stade niortais 4 – 3[50]
1945 Villemomble Sport (1) Paris UC 7 – 5[51]
1948 ASP Police Paris (1) Villemomble Sport 5 – 1[52]
1949 Villemomble Sport (2) Racing Club de France 6 – 2[53]
1950 ASP Police Paris (2) Villemomble Sport 6 – 5[54]
1951 ASP Police Paris (3) Livry-Gargan 16 – 6[55]
1952 ASP Police Paris (4) Villemomble Sport 15 – 11[56]
1954 ASP Police Paris (5) ? ? – ?
1955 ASP Police Paris (6) ? ? – ?
1956 ASP Police Paris (7) ? ? – ?
1957 ASP Police Paris (8) ? ? – ?
1958 AS Strasbourg (1) FC Sochaux 17 – 12[33]
1959 AS Strasbourg (2) ASPTT Marseille 17 – 16[34]

Remarque : en 1939, le Collège Chaptal aurait battu le Lycée du Mans (3-1) au Mans[50].

Saison en cours[modifier | modifier le code]

Clubs participants[modifier | modifier le code]

Paris
Paris
Créteil
Créteil
Aix-en-P.
Aix-en-P.
Nîmes
Nîmes
Chambéry
Chambéry
Montpellier
Montpellier
Dunkerque
Dunkerque
St-Raphaël
St-Raphaël
Nantes
Nantes
Chartres
Chartres
Toulouse
Toulouse
Cesson-Sévigné
Cesson-Sévigné
Limoges
Limoges
Ivry
Ivry
Dijon
Dijon
Saran
Saran
Voir l’image vierge
Localisation des clubs engagés dans le championnat.
Le tenant du titre est en orange, les promus en vert.
Légende des couleurs
Club Classement
2022-2023[57]
Entraîneur Salle Capacité
théorique
Saisons
en D1
Paris Saint-Germain Handball 1er Raúl González Stade Pierre-de-Coubertin 4 016 36e[réf. nécessaire]
Montpellier Handball 2e Patrice Canayer Palais des sports René-Bougnol 2 900 30e[réf. nécessaire]
Handball Club de Nantes 3e Grégory Cojean HArena 5 902 16e[réf. nécessaire]
Chambéry Savoie Mont Blanc Handball 4e Érick Mathé Le Phare - Grand Chambéry 4 423 30e[réf. nécessaire]
USAM Nîmes Gard 5e Yann Balmossière Le Parnasse 4 191 37e[réf. nécessaire]
Fenix Toulouse Handball 6e Danijel Anđelković Palais des sports André-Brouat 3 850 28e[réf. nécessaire]
Saint-Raphaël Var Handball 7e Benjamin Braux Palais des sports Jean-François-Krakowski 2 500 18e[réf. nécessaire]
Dunkerque Handball Grand Littoral 8e Franck Maurice Stades de Flandres 2 400 33e[réf. nécessaire]
Cesson Rennes MHB 9e Sébastien Leriche Glaz Arena 4 500 14e[réf. nécessaire]
Limoges Handball 10e Alberto Entrerríos Palais des sports de Beaublanc 5 500 4e[réf. nécessaire]
Pays d'Aix Université Club handball 11e Philippe Gardent Aréna du Pays d'Aix 6 004 11e[réf. nécessaire]
Union sportive d'Ivry Handball 12e Didier Dinart Gymnase Auguste-Delaune 1 500 65e[réf. nécessaire]
C' Chartres MHB 13e Nebojša Stojinović Halle Jean-Cochet 1 200 6e[réf. nécessaire]
Union sportive de Créteil 14e Fernando Barbeito Palais des sports Robert-Oubron 2 398 35e[réf. nécessaire]
Saran Loiret Handball 1er SR de D2 Fabien Courtial
Jérémy Roussel[58]
Palais des sports d'Orléans 2 867 3e[réf. nécessaire]
Dijon Métropole Handball Champion de D2 Ulrich Chaduteaud Palais des sports Jean-Michel-Geoffroy 3 200 > 28e[réf. nécessaire]

Modalités de classement et de qualifications européennes[modifier | modifier le code]

La Liqui Moly StarLigue est organisée en une poule unique de 16 clubs avec matchs allers - retours. Une équipe marque 2 points pour une victoire, 1 point pour un match nul et 0 point pour une défaite. Le titre de champion de Liqui Moly StarLigue est attribué à l'équipe qui obtient le plus de points à l'issue de la saison. Les deux équipes les moins bien classées à l'issue de la saison sont reléguées en Proligue[59].

En cas d'égalité entre deux ou plusieurs équipes à l'issue de la compétition, leur classement est établi en tenant compte des facteurs suivants[59] :

  1. Le nombre de points à l'issue de la compétition dans les rencontres ayant opposé les équipes à égalité entre elles ;
  2. La différence entre les buts marqués et les buts encaissés dans les rencontres ayant opposé les équipes à égalité entre elles ;
  3. Le plus grand nombre de buts marqués à l'extérieur dans les rencontres ayant opposé les équipes à égalité entre elles ;
  4. La différence entre les buts marqués et les buts encaissés sur l'ensemble des rencontres de la compétition ;
  5. Le plus grand nombre de buts marqués sur l'ensemble des rencontres de la compétition ;
  6. Le plus grand nombre de buts marqués à l'extérieur sur l'ensemble des rencontres de la compétition ;
  7. tirage au sort effectué par la Commission d'Organisation des Compétitions.

Conformément au règlement de la Fédération européenne de handball (EHF), la troisième place de la France au classement 2022 du coefficient EHF conduit aux modalités de qualification en coupes d'Europe suivantes pour la saison 2023-2024[60] :

  • Le champion de France est qualifié en Ligue des champions,
  • Les deuxième et troisième du championnat ainsi que les vainqueurs de la Coupe de France sont qualifiés en Ligue européenne. Si le vainqueur de la Coupe de France est déjà qualifié via le championnat, cette place qualificative est réattribuée au quatrième du championnat.

La Fédération française de handball a la possibilité de déposer un dossier auprès de l'EHF afin de transformer une place en Ligue européenne en une place en Ligue des champions pour un des clubs qualifiés. De même, la FFHB peut proposer à l'EHF le dossier d'un club non qualifié pour obtenir une place en Ligue européenne. L'EHF statue lors d'un comité exécutif sur les équipes qui obtiennent ces surclassements.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Lidl Starligue va devenir la Liqui Moly Starligue », sur Sport Strtatégies (consulté le ).
  2. « Le handball, le 3ème sport collectif en France », (consulté le ).
  3. « Le Handball à Villemomble » [PDF], (consulté le ).
  4. « PSG Handball, l'autre ogre qatari », Le Point, (consulté le ).
  5. « Le championnat de France de handball veut faire « une entrée assumée dans le sport spectacle » », Le Monde, (consulté le ).
  6. a et b « LNH : Orange et Eurosport se partagent les droits TV », sur Site officiel du Pays d'Aix Handball, (consulté le ).
  7. « La Ligue Nationale de Handball fait peau neuve », sur Handzone.net, (consulté le ).
  8. « Canal+, nouveau diffuseur de la LNH ! »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site officiel de la LNH, (consulté le ).
  9. « Droits TV : accord entre la LNH, Canal + et France Télévisions »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site officiel de la LNH, (consulté le ).
  10. « BeIN SPORTS décroche les droits TV de la D1 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur handnews.fr, (consulté le ).
  11. « La LNH sur beIN SPORTS jusqu'en 2023 », sur handzone.net, (consulté le ).
  12. « Partenariat majeur entre Konica Minolta et la LNH »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site officiel de la LNH, (consulté le ).
  13. « GERFLOR, Fournisseur officiel des sols de la LNH »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site officiel de la LNH, (consulté le ).
  14. « La LNH fait sa rentrée »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur handnews.fr, (consulté le ).
  15. « La Tunisie partenaire de la LNH », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  16. « Le Select Ultimate LNH, nouveau ballon de la saison 2013-2014 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site officiel de la LNH, (consulté le ).
  17. « Les annonces de Philippe Bernat-Salles », (consulté le ).
  18. « La Lidl Starligue est née »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site officiel de la LNH, (consulté le ).
  19. « Dossier de presse LNH LIDL » [PDF], (consulté le ).
  20. « La D1 LNH devient la Lidl Starligue », sur Handnews.fr, (consulté le ).
  21. « Lidl a la rencontre des présidents de Lidl Starligue et de Proligue »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (consulté le ).
  22. « Naming handball: Lidl passe à la caisse », sur handzone.net, (consulté le ).
  23. « Le Championnat de France masculin deviendra la Liqui Moly Starligue les cinq prochaines saisons », sur L'Équipe (consulté le ).
  24. « Média guide 2022-2023 », Ligue nationale de handball, (consulté le ), p. 21.
  25. « Budgets : Paris poursuit sa cure, hausse pour les autres », sur Handnews.fr, (consulté le ).
  26. « Le palmarès de D1M », sur Site officiel de la FFHB (consulté le ).
  27. « Handball - Championnat D1 Masculin - Palmarès », sur les-sports.info (consulté le ).
  28. « Palmarès 1955-1956 » [PDF], sur Centre de ressources documentaires de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le ).
  29. « Où irez-vous demain ? », Combat : le Journal de Paris n°3626, (consulté le ).
  30. Les demi-finales du championnat de France 1956 ont opposé le 26 février 1956 à 15 h au Gymnase Auguste-Delaune à Ivry le FC Sochaux à l'ASPOM Bordeaux et l'ASP Police Paris au Paris UC[29].
  31. « Les meilleurs handballeurs d'Europe demain au palais des sports », Combat : le Journal de Paris, (consulté le ).
  32. Les demi-finales du championnat de France 1957, disputé en lever de rideau de la finale de la Coupe d'Europe intervilles, ont opposé le Paris UC à l'ASPOM Bordeaux et l'ASP Police Paris au FC Sochaux[31].
  33. a et b « Palmarès 1957-1958 » [PDF], sur Centre de ressources documentaires de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le ).
  34. a et b « Palmarès 1958-1959 » [PDF], sur Centre de ressources documentaires de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le ).
  35. « Le PUC champion de France de handball à sept », Combat : le Journal de Paris, (consulté le ).
  36. En finale du Championnat de France de handball à sept 1958-1959, le Paris UC a battu les Girondins de Bordeaux par 18 buts à 12[35]
  37. « Palmarès 1959-1960 » [PDF], sur Centre de ressources documentaires de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le ).
  38. « Résultats de la 3e journée du championnat de France de handball à sept », Combat : le Journal de Paris, (consulté le ).
  39. « Palmarès 1960-1961 » [PDF], sur Centre de ressources documentaires de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le ).
  40. « Palmarès 1961-1962 » [PDF], sur Centre de ressources documentaires de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le ).
  41. Une finale France métropolitaine/Algérie française se tient également, se concluant sur la victoire du Paris UC sur les Spartiates d'Oran.
  42. « Palmarès 1962-1963 » [PDF], sur Centre de ressources documentaires de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le ).
  43. « Le classement des meilleurs buteurs de l'histoire de la D1 (au 4 décembre 2018) », sur handnews.fr, (consulté le ).
  44. « Statistiques joueurs - Toutes les saisons (depuis 2004) », sur Site officiel de la LNH (consulté le ).
  45. « Toulouse : 1000 buts pour Anouar Ayed ! »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur handnews.fr, (consulté le ).
  46. « Caucheteux passe la barre des 2000 buts, les équipes à domicile s'imposent », sur Site officiel de la LNH, (consulté le ).
  47. « Benjamin Richert (Chambéry) marque 19 buts à Créteil, record dans l'histoire de la Liqui Moly Starligue », sur L'Equipe.fr, (consulté le ).
  48. « Le record », Hand action n°44, (consulté le ), p. 30.
  49. « Hand-ball : bulletin fédéral n°128 : Championnat de France de handball à 11 », Fédération française de handball, (consulté le ).
  50. a b et c « Les débuts du handball en France (1922-1944) », sur Sur la touche, (consulté le ).
  51. « Championnat de France masculin 1945 », Hand-ball, Fédération française de handball, no 5,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le )
  52. « Championnat de France : Pour la Finale, ASPP bat Villemomble par 5 à 1 », Hand-ball, Fédération française de handball, no 24,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le )
  53. « Championnat de France 1949 - Finale », Hand-ball, Fédération française de handball, no 30,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le )
  54. « Villemomble n'a pu réussir le doublé, à l'ASPP le titre de champion de France », Hand-ball : organe officiel de la Fédération française de hand-ball, Fédération française de handball, no 52,‎ , p. 3 et 8 (lire en ligne, consulté le )
  55. « Handball Souvenirs 1951 », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 40,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le )
  56. « Championnat de France 1952 », Hand-ball : organe officiel de la Fédération française de hand-ball, Fédération française de handball, no 67,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le )
  57. Clasements championnat D1 2022/2023
  58. « A Saran, Courtial cède sa place à Roussel », sur Handzone.net, (consulté le ).
  59. a et b « Informations sur le classement », sur Site officiel de la LNH (consulté le ).
  60. (en) « EHF improves club competitions ranking system », sur Site officiel de l'EHF, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]