Ligures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Ligures, ou Ligyens, étaient un ensemble de peuples ou tribus mentionnés dès l'Antiquité sur un territoire correspondant principalement aux actuelles régions française et italienne de Provence,[1] de Ligurie et une partie du Piémont.
D'autres sources, de moins en moins attestées, suggéraient une extension de leur territoire vers les Pyrénées jusqu'aux rives sud de la Loire.

Les premiers auteurs à parler des Ligures sont les Grecs, à travers l’appellation de Ligyens, lorsqu'ils arrivèrent sur l'emplacement de l'actuelle Marseille. L'emploi du nom s'est ensuite étendu à toute la Provence et la Ligurie. Les Romains leur donneront ensuite le nom de Ligures puis, avec Strabon, de Celto-Ligures pour la majeure partie de la Provence.

Ils ont finalement été conquis et romanisés, mais leur identité première est discutée, car ils n'ont pas laissé de traces écrites et on ne peut se baser que sur des patronymes et toponymes épars ou des descriptions provenant des Grecs et des Romains.

On ignore s'ils étaient initialement indo-européens et leur origine au sens large. Les chercheurs anciens et contemporains sont partagés quant à leur affiliation au monde gaulois ou celtique et les Ligures, comme les peuples dont on ignore presque tout, font l'objet d'hypothèses. La plupart des chercheurs contemporains affirment qu'il est préférable, en l'absence de preuves concrètes, de ne pas les considérer comme gaulois ou celtiques. Pour d'autres, il est de plus en plus probable que les Ligures de Provence appartiennent à la civilisation celtique et parlent de « Ligures de la Celtique ».[2]

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Les Ligures sont nommés Λιγυες Ligyes en grec et Ligures (issu de Liguses) en latin[3]. Le mot Ligure est probablement d'origine grecque[4].
Certains historiens du XXe siècle y ont vu la transposition du nom d'un peuple d'Asie.[réf. nécessaire]
Hécatée de Milet les nomme Liguses ou Ligures au VIe siècle av. J.-C.[5]
Camille Jullian, Pascal Arnaud et Dominique Garcia ont quant à eux suggéré que le mot était issu du grec lygies, qui signifierait « haut perché ». Ligures signifierait alors « les braillards »[4]. Une autre explication est que le terme viendrait de la façon dont ils situaient leurs village au sommet de collines dominant une plaine environnante, il reste de nombreux « villages perchés » de ce type dans tout le sud-est de la France, comme : Bormes-les-Mimosas, associé à la tribu ligure des Bormanni, Cogolin, Ramatuelle.

Nino Lamboglia a fait l'hypothèse de l'existence d'une racine indigène liga, signifiant « marais ».

D'après Plutarque, ils se nommaient eux-mêmes Ambrōnes tout comme un autre peuple originaire du nord de l'Europe auquel ils se sont confrontés au côté de Marius[6],[7]. Cet ethnonyme serait lié à un mot signifiant « eau » et la racine amb signifierait « de part et d'autre » (d'une rivière ou de deux nations). Les Ambrons sont un peuple celte qui apparaît assez tôt dans la plaine du Pô. Ils fusionneront progressivement avec les populations Ligures autochtones. C'est sans doute ce qui explique l'association entre les Ligures du nord de l'Italie et les Ambrons de la plaine du Pô. D'autres Ambrons celtes venus du centre de l'Europe avec les Cimbres et les Teutons figureront parmi les envahisseurs Celtes et Germains du Ier siècle av. J.-C. vaincus par Marius ; tandis que les Ambrons déjà installés dans le nord de l'Italie figuraient parmi les mercenaires celtes recrutés par Rome.

Roger Dion a fait l'hypothèse en 1959 que les auteurs grecs appelaient Ligures l'ensemble des peuplades moins civilisées de Méditerranée occidentale et que le terme ne désigne donc pas un peuple précis dans les écrits anciens[8].

Origine ethnique[modifier | modifier le code]

Les Ligures sont, selon les chercheurs, considérés soit comme un peuple indo-européen, soit comme un peuple non indo-européen. Parmi les peuples indo-européens, certains chercheurs les classent comme celtique d'autres comme pré-celtique.
Leur origine géographique, avant leur arrivée dans les régions Provence et Ligurie actuelles, fait l'objet de nombreuses spéculations.

Thèse non indo-européenne[modifier | modifier le code]

André Piganiol, dans son Essai sur les origines de Romes[9], estimait que les Ligures n'étaient pas d'origine indo-européenne.

Camille Jullian, opposé aux idées de Piganiol, lui répondit dans les points suivants[10] :

  • « Nous possédons, directement, un très petit nombre de mots ligures. D'aucun on ne peut affirmer qu'il ne soit pas indo-européen. ».
  • « La comparaison des noms de lieux, dans l'ancien domaine des Ligures, nous a permis d'ajouter à cette liste d'autres noms, désignant des accidents du sol. D'aucun de ces noms on ne peut affirmer qu'il ne soit pas indo-européen.».
  • « La toponymie nous a livré un fort grand nombre de noms de lieux sur les terres ligures. D'aucun de ces noms on ne peut affirmer qu'il ne soit pas indoreuropéen. Et tous ressemblent singulièrement à des noms de lieux celtiques. Voyez par exemple Segobrigii, le nom de la tribu ligure sur le territoire de laquelle s'est fondée Marseille».
  • « Au moment de cette fondation, en 600 avant J.-C, les Ligures occupaient la Provence. On retarderait donc jusqu'à cette date l'arrivée des Indo-Européens dans le Midi de la France ? Cela vraiment est impossible. ».
  • « Les Celtes n'apparaissent pas en Gaule avant le milieu du VI siècle, et nous ne trouvons, alors, dans cette Gaule, que des Ligures. Faudra-t-il donc ne faire arriver les Indo-Européens en Gaule qu'après l'an 600 ? Cela vraiment est impossible. ».
  • « Entre Celtes et Ligures, il est impossible de trouver une opposition fondamentale d'aucune sorte. ». Toutefois, Jullian précise que Strabon disait que les Ligures et les Gaulois sont de nations différentes mais ont la même manière de vivre. Il pense que cette différence tient davantage d'une opposition politique que d'une différenciation culturelle.

Thèse pré-indoeuropéenne[modifier | modifier le code]


Thèse indo-européenne[modifier | modifier le code]

En 1866, Amédée Thierry fait l'hypothèse que les Ligures sont venus d'Espagne au XVIe ou au XVIIe siècle av. J.-C., d'où ils auraient été chassés par des Gaulois[4],[8]. Dès 1940, Albert Grenier considérait les Ligures comme une population très proche des Celtes[11].
Frédéric Mistral[12] en se basant sur les travaux de son époques, dont celles d'Amédée Thierry, écrit que « les Ligures, Liguriens, ancien peuple qui, chassé de l'Espagne par les Celtes vers 1500 av. J.-C., s'établit en Provence et dans la Gaule cisalpine ». Il écrit aussi : « D'après Eschyle, Jupiter envoya à Hercule une planète en petits cailloux (La Crau), pour l'aider à combattre Alb et Ligur. D'après Henri Martin, Ligour viendrait du celte lli gor, peuple de la montagne ». Il ajoute également « Au VIe siècle av. J.-C., le littoral du Midi des Gaules était habité par la race ligurienne : les Ibéro-Ligures tenaient la côte des Pyrénées au Rhône, les Celto-Ligures du Rhône aux Alpes, et les Ligures proprement dits, des Alpes à l'Arno ». Il définit ainsi le mot Liguria « Ligurie, pays des Ligures, qui, d'après Plutarque, s'étendait jusqu'au littoral du Languedoc ».

Dans son livre Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Raoul Busquet cite deux auteurs qui déterminent l'origine des Ligures.
Il cite d'abord Avienus qui fixe, dans son œuvre l'Ora Maritima, leur origine dans le Jutland ou dans les territoires environnants. Il précise que d'autres auteurs comme Karl Viktor Müllenhoff, Henri d'Arbois de Jubainville, ou André Berthelot ont appuyé cette hypothèse à l'aide de ce que Busquet qualifie d'éléments folkloriques identifié en Italie du Nord, dans l'Eridan (Plaine du Pô). Puis il donne les témoignages de Plutarque qui apparentait les Ligures aux ambrons. Mais Busquet conclue par relativiser la véracité de ces origines « Elle a paru se complaire à l'extraction nordique des Ligures, à laquelle cependant s'opposent invinciblement les descriptions physiques et tout ce que nous ont transmis les auteurs grecs voisins du début de notre ère »[13]

Un fragment d'un texte des Catalogues d'Hésiode (VIIIe siècle av. J.-C.), cité par Strabon[14], cite les Ligures parmi les trois grands peuples barbares, aux côtés des Éthiopiens et des Scythes, alors que quelques siècles plus tard Éphore de Cumes remplacera les Ligures par les Celtes aux côtés des Scythes, des Éthiopiens et des Indiens. L'interprétation la plus fréquente de ce texte est que les Ligures dominaient alors l'extrémité occidentale du monde connu des Grecs. Ce fragment a été considéré comme valable par Henri d'Arbois de Jubainville, Camille Jullian ou plus récemment par Guy Barruol, Giovanni Colonna ou Filippo Maria Gambari. Cependant, il est aujourd'hui souvent considéré comme non authentique, à la suite de la découverte d'un papyrus égyptien du IIIe siècle citant les Libyens à la place des Ligures. On considère parfois aussi que c'est le papyrus qui contient une erreur de transcription[11].

Ainsi, Camille Jullian considère, d'après ses recherches, les Ligures comme un peuple indo-européen, celtique (au sens large du terme), non gaulois (Gaule celtique) du fait de la proximité des termes (peuples, oppidas), de la façon de vivre et de l'opposition politique. Concernant le caractère celtique des Ligures de Provence, il précise que « dès que la paix romaine survint, aucun contraste de langue ou de mœurs n'empêcha les Ligures de prendre les mœurs des Celtes ».

Dominique Garcia défend la thèse que les Ligures seraient des populations celtes « C’est donc probablement à partir de la deuxième moitié du VIIe siècle av. J.-C., lorsque les explorateurs commerçants grecs abordent les côtes du golfe du Lion, que les populations de la Méditerranée nord occidentale seront qualifiées de Ligures tandis que l’espace abordé sera nommé la Celtique. Ce dernier terme sera étendu, petit à petit, à une très grande partie de l’Europe centrale et occidentale. ». Il qualifie d'ailleurs cet espace de « celtique périphérique » et de « Gaule méditerranéenne ».[15]

Expansion géographique[modifier | modifier le code]

Les territoires attestés ligures[modifier | modifier le code]

La Ligurie romaine, comprise entre les fleuves du Var à l'Ouest, du au Nord, et de la Magra à l'Est
La Ligurie romaine entre les fleuves du , du Var et de la Magra. Ce qui correspond aux écris de Strabon, localisée dans le nord de l'Italie, à l'intérieur de l'arc alpin, dans le sud des Alpes et les Apennins.

Les sources antiques[modifier | modifier le code]

Avienus, dans sa traduction en latin d'un vieux récit de voyage, probablement marseillais, qu'on peut dater de la fin du VIe siècle av. J.-C., indique que les Ligures se seraient jadis étendus jusqu'à la mer du Nord, avant d'être repoussés (ou dominés et assimilés) par les Celtes jusqu'aux Alpes. Avienus situe également Agde à la limite du territoire de Ligures et de celui des Ibères[8].

D'après des fragments cités par Étienne de Byzance, Hécatée de Milet dans son Europe présentait à la fin du VIe siècle av. J.-C. Marseille comme une ville de Ligystique et les Élisyques comme une tribu ligure[11].

Le Périple du Pseudo-Scylax (écrit entre la fin du VIe et le IVe siècle av. J.-C.) donne les indications suivantes : « 3. Ligures et Ibères. Après les Ibères, habitent les Ligures et les Ibères mêlés jusqu’au Rhône. La navigation le long des Ligures depuis Emporion jusqu’au Rhône est de deux jours et une nuit. 4. Ligures. Au-delà du Rhône suivent les Ligures jusqu’à Antion. Dans cette région se trouve la ville grecque de Massalia avec son port[11]. »

Le Pseudo-Scymnos, basé sur des sources du IVe siècle av. J.-C., décrit la Ligurie comme une région côtière entre Emporion et la zone de peuplement des Tyrrhènes. Il affirme aussi que les Celtes sont le plus grand peuple d'Occident[16].

Dans Phèdre, Platon mentionne ce peuple: " Venez, vous, Muses à la voix légère, que vous deviez ce surnom à la nature de votre chant ou bien au peuple musicien des Ligures."

Aristote (IVe siècle av. J.-C.) situe toujours dans ses Météorologiques la perte du Rhône, près de Bellegarde-sur-Valserine, en Ligurie. Selon Hérodote, les Ligures bordaient la Méditerranée occidentale.

Les Ligures sont localisés par les auteurs latins dans les Alpes maritimes et la région de la Ligurie en Italie, qui autrefois ne formait qu'une seule entité, la Ligurie antique. Ils attestent également qu'ils auraient jadis occupé un territoire beaucoup plus grand : en Italie (Piémont, Lombardie, Toscane, et jusqu'en Sicile sous le nom de Sicules[17]), vers l'ouest (dans le Languedoc, le Massif central, voire dans la péninsule Ibérique)[3].

Rome entre en contact hostile avec les Ligures après la première guerre punique et dès son implantation en Gaule cisalpine. L'historien romain Florus décrit ainsi le peuple que combattent les Romains lors de la guerre des Ligures (239-173 av. J.-C.) : « Les Ligures, retranchés au fond des Alpes, entre le Var et la Magra, et cachés au milieu de buissons sauvages, étaient plus difficiles à trouver qu’à vaincre. En sécurité dans leurs retraites et par la promptitude à fuir, cette race infatigable et agile, se livrait à l’occasion plutôt au brigandage qu’à la guerre. Salyens, Décéates, Oxybiens, Euburiates, Ingaunes, tous surent éluder longtemps et souvent la rencontre de nos armées ; enfin, Fulvius entoura leurs repaires d’un vaste incendie ; Baebius les fit descendre dans la plaine, et Postumius les désarma totalement si bien qu’à peine leur laissa-t-il du fer pour cultiver la terre »[18]. Tite-Live rapporte que vers -189, les Ligures infligent un revers militaire à la légion romaine de Lucius Baebius Dives se rendant en Hispanie[19].

Les Ligures Ingauni avaient pour capitale Albium Ingaunum, aujourd'hui Albenga. Vaincus par Appius Claudius Pulcher en -185, ils reprirent les armes contre Paule Émile en -181, mais furent réduits l'année suivante[20].

Salluste et Plutarque nous rapportent que pendant la guerre de Jugurtha (de 112 à 105 av. J.-C.)[21] et la guerre des Cimbres (de 104 à 101 av. J.-C.)[7] les Ligures servirent de troupes auxiliaires dans l'armée romaine. Au cours de ce dernier conflit, ils jouèrent un rôle important lors de la bataille d'Aix.

Jules César cite dans la Guerre des Gaules les Centrons, les Graiocèles, les Caturiges, qui tentèrent en 58 av. J.-C. de s'opposer à son passage entre Océlum en Gaule cisalpine et le territoire des Voconces[22]. Pline l'Ancien (Ier siècle) les décrit ainsi : « au-delà des Alpes [c'est-à-dire du côté français], les Salluviens, les Déciates, les Oxubiens ; en deçà des Alpes [côté italien], les Vénènes, les Vagiennes descendants des Caturiges ; les Statyelles, les Vibelles, les Magelles, les Euburiates, les Casmonates, les Véliates, et ceux dont nous nommerons toutes les villes en parlant du rivage suivant ; le fleuve Rutuba ; la ville Albium Intémelium, le fleuve Mérula ; la ville Albium Ingaunum ; le port Vadum Sabatium ; le fleuve Porcifera, Gênes ; le fleuve Feritor, le port du Dauphin ; Tigullia ; dans l'intérieur : Segestia des Tigullins ; le fleuve Magra, limite de la Ligurie ; [...][23]». Parmi ces peuples, certains comme les Voconces (région de Vaison-la-Romaine) sont gaulois. Le nom des Caturiges (région de Chorges, près de Gap) est clairement de langue celtique (catu-rix = "rois du combat")[24]. Il est donc difficile d'affecter tel ou tel peuple au groupe ligure.

La géographie de Strabon, issu du livre 2, chapitre 5, section 28 :

« Les Alpes sont habitées par de nombreuses nations, toutes celtiques à l'exception des Ligures, qui, bien que d'une race différente, leur ressemblent étroitement dans leur mode de vie. Ils [les Ligures] habitent cette partie des Alpes qui est à côté des Apennins, et aussi une partie des Apennins eux-mêmes. Cette dernière crête montagneuse traverse toute la longueur de l'Italie du nord au sud et se termine au détroit de Sicile[25]. »

— Strabon (Ier siècle av. J.-C.).

Sénèque (Ier siècle) et Solin mentionnent que les habitants de la Corse sont ligures[26].

Eudoxe de Rhodes, Philon de Byblos (Ier siècle) et Étienne de Byzance (VIe siècle) situent la colonie grecque d'Agde en Ligurie[8].

Les recherches modernes et contemporaines[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, les Ligures furent présentés comme des tribus primitives, colonisés par les Grecs à partir du VIIe siècle av. J.-C., puis par les Celtes à partir du IVe siècle av. J.-C., bien que la colonisation celte ne soit attestée ni par les sources antiques, ni par l'archéologie[27]. Dans les années 1970, la réalité de ces invasions celtes sera remise en cause, notamment par Michel Py, puis dans les années 1980 et 1990, c'est la notion d'acculturation par les Grecs qui sera contestée. En 1999, Danièle et Yves Roman défendent le principes d'incursions celtes en Gaule méridionale au moins dès le VIe siècle av. J.-C. et considèrent les Ligures comme un peuple autochtone dans leur ouvrage Histoire de la Gaule[28].

L'extension a eu lieu avant celle des peuples celtiques et italiques[26]. Les Ligures ont au VIIe siècle av. J.-C. été débordés à l'ouest par les Ibères, qui les rejetèrent à l'est de l'Hérault, puis du Rhône, mais aujourd'hui cette expansion est plutôt vue comme la conséquence d'un développement commercial que d'une invasion guerrière. Le développement de la colonie de Massalia a également fait reculer la culture ligure[8]. Ensuite, ils durent également reculer devant les Celtes. En Italie, ils furent repoussés à la fois par les Celtes et par les Étrusques. Ils ont finalement été intégrés à l'Empire romain sous Auguste[26].

Raoul Busquet précise[29] qu'en Provence, les Ligures font figures d'autochtones « On ne constate dans le passé lointain de ce pays, sur le sol occupé au début du VIe siècle par les Ligures, aucun indice d'un migration de peuple, d'un bouleversement démographique, d'un changement soudain des mœurs et des traces que celles-ci laissent dans l'habitat préhistorique et protohistorique. Force est donc d'admettre, en dépit des thèses et hypothèses auxquelles nous avons fait ci-dessus allusion, que ces Ligures étaient les descendants, en même temps que les successeurs, des populations existant dans la même région aux temps néolithiques. ».

En 1927, Joseph Déchelette constate que les tumulus ligures de la vallée du Rhône sont identiques à ceux érigés par les Celtes[4].

Les territoires supposés ligures[modifier | modifier le code]

Les recherches du XIXème au XXème siècles ont conduit à deux grandes hypothèses concernant l’expansion des Ligures :

  • une expansion vaste, s'étendant à plusieurs pays de l'Europe contemporaine ;
  • une expansion restreinte, se limitant à quelques régions environnantes.

Les sources antiques[modifier | modifier le code]


Les recherches modernes et contemporaines[modifier | modifier le code]

L'hypothèse d'une expansion pan-européenne[modifier | modifier le code]

Pour Bernard Sergent, dans son ouvrage Les Indo-Européens paru en 1995, les indications données par les auteurs antiques quant à l'extension des Ligures dans certaines régions de France (Languedoc), d'Italie (Toscane, Lombardie, Latium) d'Espagne et du Portugal semblent confirmées par l'étude de l'onomastique de ces régions. De même, l'onomastique de la Sicile, de la vallée du Rhône, de la Corse et d'une partie de la Sardaigne inciterait à supposer une présence ligure[30].

Certains estiment que les Ligures constituent un peuple indigène de la Gaule méridionale, auquel sont venus successivement se mêler les Ibères et les Celtes. Toutefois, comme on l'a déjà souligné, la langue ligure semble d'origine indo-européenne.[réf. nécessaire]

Camille Jullian soutient la thèse d'une très large extension ligure (Gaule, Espagne, Italie, îles Britanniques) et, tout comme Henri Hubert, d'une invasion ibère de l'ouest du territoire ligure.

Une expansion pan-européenne rejetée mais une expansion régionale admise[modifier | modifier le code]

Raoul Busquet explique[31] que l'aire d'expansion des Ligures s'étendait « sur la Germanie occidentale, la Gaule, la Grande Bretagne et l'Irlande, l'Espagne, l'Italie avec la Corse. » d'après les travaux de Dominique-François-Louis Roget, d'Henri d'Arbois de Jubainville et de Camille Jullian. Mais Busquet critique cette hypothèse par l'absence de preuve claire et dit qu'il n'y a plus guère de défenseurs de cette théorie.

Pour lui, le peu d'informations que l'on possède d'eux et les sources toponomastiques confirment « qu'au XIème siècle avant notre ère ils occupaient l'Italie du Nord depuis l'Apennin toscan d'où les Étrusques à la fin du siècle et au Xe les refoulèrent et où ils subjuguèrent, en partie, sur place ; en outre les Alpes occidentales, tout le pays entre Rhône et Alpes et, au delà du Rhône, le Languedoc oriental, d'où les Ibères les repoussèrent jusqu'au fleuve depuis l'Aude, et peut-être plus loin. Mais leur territoire devait être encore diversement et entamé et diminué par les Celtes ».

En citant les celtes, Raoul Busquet témoigne que « les spécialistes des questions celtiques admettent aujourd'hui environ un millier d'années avant notre ère (peut-être même un peu plus tôt) ; - invasion, il est vrai, d'assez faible densité et qui n'aurait pas conservé à beaucoup près tout le territoire sur lequel elle s'était répandue. D'autres vagues devaient suivre. A partir du milieu du Ve siècle se produisit une invasion beaucoup plus dense qui fit définitivement de la Gaule un pays celtique, et, au sud-est, s'acheva, vers 400, au cours de la Durance. Mais nous verrons, à propos de la fondation de Massalia, qu'avant le Ve siècle les Celtes avaient sûrement déjà franchi le cours inférieur du Rhône et qu'ils avaient dès lors pénétré jusqu'à la côte de Marseille, sans toutefois s'y installer en établissement compacts. De ce côté, ils devaient revenir. ».

En 1955, Jean Jannoray publie une analyse des fouilles du site d'Ensérune dans laquelle il souligne la continuité du peuplement des sites archéologiques de la Gaule méditerranéenne et il signale l'impuissance des archéologues à identifier les apports proprement ligures parmi les vestiges archéologiques[28],[11].

À la fin du XXe siècle, l'archéologie a mis en évidence l'ibérisation progressive du Roussillon et du Languedoc entre le VIIe et le Ve siècle av. J.-C., à la suite du développement des échanges commerciaux avec le monde phénicien[32].

Histoire[modifier | modifier le code]

En l'absence de tradition écrite dans leur culture, les seules connaissances que l'on possède sur les Ligures et leur présence ne sont attestées que par les sources grecques et latines ; sources étayées et confortées au moyen de l'archéologie. Les Ligures étaient un peuple alpin dont le domaine de présence attestée s'étendait approximativement sur les actuelles régions des Provence-Alpes-Côte d'Azur, du Piémont et de la Ligurie.

Encore aujourd'hui, la langue ligure ancienne est sujette à discussion et des traces supposées par le biais de la toponymie, de l'hydronymie, l'ethnonymie et de l'anthroponymie, sont toujours à l'étude.

Proto-histoire du territoire des Ligures[modifier | modifier le code]

Houes de bois de la culture de Polada

La culture de Polada (localité près de Brescia, Lombardie) était un horizon culturel étendu dans la vallée du , de l'est de la Lombardie et de la Vénétie à l'Émilie et la Romagne, formé dans la première moitié du IIe millénaire av. J.-C. peut-être pour l'arrivée de nouvelles personnes des régions transalpines de la Suisse et du sud de l'Allemagne actuelles[33]. Ses influences se retrouvent également dans les cultures du début de l'âge du bronze de la Ligurie, de la Corse, de la Sardaigne (culture de Bonnanaro) et du sud de la France. Il y a quelques points communs avec la culture campaniforme précédent, notamment l'utilisation de l'arc et une certaine maîtrise de la métallurgie[34]. En dehors de cela, la culture de Polada ne correspond pas à la culture campaniforme ni à celle de Remedello qui la précède.

Les outils et les armes en bronze présentent des similitudes avec ceux de la culture d'Unétice et d'autres groupes au nord des Alpes. Selon Bernard Sergent, les origines de la langue ligure, selon lui liée aux familles des langues celtiques et italiques, seraient à rechercher dans la culture de Polada et dans celle du Rhône au début de l'âge du bronze, émanations méridionales de la culture d'Unétice.

La vallée du Pô aurait été habitée par des Ligures (vers 2000 av. J.-C.), qui non seulement apparaissent dans les légendes de la vallée du Pô, mais auraient laissé des traces (linguistiques et artisanales) trouvées dans l'archéologie également dans la zone proche de la côte nord de l'Adriatique[35]. Les Liguriens sont réputés avoir formé les premiers villages de la vallée du Pô du faciès des habitations sur pilotis et des barrages[36], une société qui a suivi la culture de Polada, et qui convient bien à l'âge du bronze moyen et tardif.

Établissements d'habitations sur pilotis préhistoriques dans le nord de l'Italie

L'ancien nom du fleuve Pô (Padus en latin) a été segmenté en Bod-encus ou Bod-incus, le suffixe étant caractéristique de l'ancienne langue ligure[37]. Le mot Bodincus apparaît dans le nom de lieu Bodincomagus, une ville ligure sur la rive droite du Pô en aval de Turin d'aujourd'hui[38] .

Selon une légende, Brescia et Barra (Bergame) sont fondées par Cydno, l'ancêtre des Ligures, à une époque qu'on peut estimer à la fin de l'âge du bronze[39]. Ce mythe semble avoir un grain de vérité, car de récentes fouilles archéologiques ont mis au jour les restes d'une colonie datant de 1200 av. J.-C. que les érudits présument avoir été construits et habités par des Ligures[40],[41]. D'autres érudits attribuent la fondation de Bergame et de Brescia aux Étrusques[42].

Avec le faciès des habitations sur pilotis et des barrages, la continuité de la culture de Polada précédente de l'âge du bronze ancien semble ininterrompue. Les villages, comme dans la phase précédente, sont sur pilotis et concentrés dans le bassin du lac de Garde. Dans les plaines apparaissent plutôt des villages avec des digues et des fossés.

Les colonies étaient généralement constituées de maisons sur pilotis ; l'économie était caractérisée par des activités agricoles et pastorales, la chasse et la pêche étaient également pratiquées ainsi que la métallurgie du cuivre et du bronze (haches, poignards, épingles etc.). La poterie était grossière et noirâtre[43].

La métallurgie du bronze (armes, outils, etc.) était bien développée parmi ces populations. Quant aux coutumes funéraires, crémation et inhumation étaient pratiquées.

La rencontre avec les Grecs : La fondation de Massalia[modifier | modifier le code]

Drachme massilien

Entre le Xe et le IVe siècle av. J.-C., les Ligures sont présents en Provence autour de ce qui deviendra le site de la Marseille antique (Massalia ou Massilia). Selon Strabon, les Liguriens, vivant à proximité de nombreuses tribus de montagnards celtiques, étaient un peuple différent (ἑτεροεθνεῖς) mais « étaient similaires aux Celtes dans leurs modes de vie »[25]. Massalia, dont le nom a probablement été adapté d'un nom ligure existant[44] été la première colonie grecque en France. Il a été créé au sein de Marseille moderne vers 600 av. J-C par des colons venant de Phocée (aujourd'hui Foça, dans la Turquie moderne) sur la côte égéenne de l'Asie Mineure. La connexion entre Massalia et les Phocéens est mentionnée dans la guerre du Péloponnèse de Thucydide[45] qui note que le projet phocéen a été combattu par les Carthaginois, dont la flotte a été vaincue.

La fondation de Massalia a été racontée sous la forme d'une légende. Un nommé Protis ou Euxenès, originaire de Phocée, en recherchant un nouvel avant-poste commercial ou emporion pour faire fortune, découvrit la crique méditerranéenne du Lacydon (qui deviendra le "Vieux-Port"), alimentée par un ruisseau d'eau douce et protégée par deux promontoires rocheux[46]. Protis fut invité à l'intérieur des terres, à un banquet organisé par Nannu, le chef de la tribu ligure locale de Segobrigi, pour des prétendants cherchant la main de sa fille Gyptis en mariage. À la fin du banquet, Gyptis présenta la coupe de vin cérémonielle à Protis, indiquant son choix sans équivoque. Après leur mariage, ils déménagèrent sur la colline juste au nord du Lacydon ; et de ce règlement a grandi Massalia[46]. Graham Robb donne plus de poids à l'histoire de Gyptis, bien qu'il note que la tradition était d'offrir de l'eau, pas du vin, pour signaler le choix d'un partenaire de mariage[47]. Plus tard, les indigènes formèrent un complot pour détruire la nouvelle colonie, mais le plan fut divulgué et Conran, roi des autochtones, fut tué dans la bataille qui suivit[46]. Les Grecs avaient probablement exprimé leur intention d'étendre le territoire de la colonie, et c'est pourquoi Conran (le fils de Nannu), tenta de la détruire. Cependant, la résistance des Liguriens eut pour effet de réduire les prétentions des Grecs qui renoncèrent à l'expansion territoriale. Les Massaliotes recentrèrent leur activité sur le développement du commerce, d'abord avec les Liguriens, puis avec les Gaulois, jusqu'à ce que Massalia devienne le port le plus important de la Gaule.

L'arrivée et la fusion avec les Celtes[modifier | modifier le code]

La regio de Ligurie à l'époque de l'Italie romaine, Regio IX Liguria.

Entre le VIIIe et le Ve siècle av. J.-C. des tribus de peuples celtiques, venant probablement d'Europe centrale s'installent en Provence. Leurs armes en fer leur donnent un avantage sur les tribus locales armées d'armes en bronze.
Les Liguriens et les Celtes nouvellement arrivés se partagent le territoire de la Provence moderne. Les Celtes et les Liguriens commencent à se mélanger formant une culture celto-ligure, donnant naissance à diverses tribus independantes. De ces nombreuses tribus celto-liguriennes, les Salyens se sont installés au nord de Massalia, dans la région d'Aix-en-Provence tandis que Caturiges, Tricastins et Cavares se sont installés à l'ouest de la Durance[48]. Des forteresses et des colonies sont fondées au sommet d'une colline, définies par la suite sous le nom latin d' oppida . Les traces de 165 oppida se trouvent dans le Var et 285 dans les Alpes-Maritimes[48].
Aux Ve et IVe siècles av. J.-C. les différentes tribus forment des confédérations : les Voconces de l' Isère au Vaucluse ; les Cavares dans le Comtat; et les Salyens, du Rhône au Var. Les tribus commencent à échanger les produits locaux, fer, argent, albâtre, marbre, or, résine, cire, miel et fromage avec leurs voisins, d'abord par des routes commerciales le long du Rhône, puis des commerçants étrusques arrivent sur la côte. Des amphores étrusques des VIIe et VIe siècles av. J.-C. ont été trouvées à Marseille, Cassis, Antibes et dans les oppida perchées de la région[48].

Entre Celtes et Étrusques[modifier | modifier le code]

La fusion celto-ligure dans les Alpes occidentales et la vallée du Pô[modifier | modifier le code]

À partir du XIIe siècle av. J.-C., de l'union des cultures précédentes de Polada et de Canegrate, c'est-à-dire de l'union des populations liguriennes préexistantes avec l'arrivée des populations celtiques, en même temps que la naissance de la culture de Hallstatt au centre L'Europe et la culture Villanova dans le centre de l'Italie, une nouvelle civilisation s'est développée que les archéologues appellent Golasecca, du nom du lieu où les premières découvertes ont été trouvées.

Les peuples de la culture de Golasecca habitaient un territoire d'environ 20 000 km2, du bassin versant alpin au Pô, de la Valsesia au Serio, gravitant autour de trois centres principaux: la zone de Sesto Calende, Bellinzone, mais surtout le centre proto-urbain de Côme.

Avec l'arrivée de populations gauloises d'outre-Alpes, au IVe siècle av. J.-C., cette civilisation celto-ligure déclina et prit fin.

L'expansion étrusque dans la plaine du Pô et l'invasion des Gaulois ont confiné les Liguriens entre les Alpes et les Apennins, où ils ont offert une telle résistance à la pénétration romaine qu'ils ont acquis une réputation auprès des anciens pour leur férocité primitive.

En regardant le nord-ouest de l'Italie jusqu'au fleuve Pô, alors que dans la Lombardie moderne et le Piémont oriental, la culture de Golasecca a émergé, dans la partie la plus occidentale il y a 2 principaux groupes tribaux: les Taurins dans la région de Turin et les Salasses dans l' Ivrée et la Vallée d'Aoste .

Au VIIe siècle av. J.-C., en plus des Grecs, les Étrusques ont également commencé à progresser dans le nord de la mer Tyrrhénienne, jusqu'à ce qu'on appelle maintenant la mer Ligure.

Bien qu'ils aient eu des échanges commerciaux intenses, ils étaient des concurrents des Grecs, avec lesquels ils se heurtaient souvent. À partir de , la présence étrusque dans la vallée du Pô a connu une nouvelle expansion du scénario après la bataille d'Alalia, entraînant une limitation progressive des mouvements étrusques dans la haute mer Tyrrhénienne[49] . L'expansion au nord des Apennins est caractérisée par ce moment comme visant à identifier et contrôler de nouvelles routes commerciales

Leur politique expansionniste est différente de celle des Grecs: leur expansion se fait principalement par voie terrestre, essayant progressivement d'occuper les zones qui les bordent. Même s'ils étaient de bons marins, ils n'ont pas trouvé de colonies lointaines, mais à tout le moins des emporiums destinés à soutenir le commerce avec les populations locales. Cela a créé une ambivalence dans les relations avec les Ligures; d'une part, ils étaient d'excellents partenaires commerciaux pour tous les emporiums côtiers, d'autre part, leur politique expansionniste les a amenés à faire pression sur les populations ligures installées au nord du fleuve Arno, les faisant reculer dans les zones montagneuses du nord des Apennins .

Même dans ce cas, l'opposition ligure empêcha les Étrusques d'aller plus loin; en effet, bien que traditionnellement la rivière Magra soit considérée comme la frontière entre les régions ligure et étrusque, il est attesté que les colonies étrusques au nord de l'Arno (par exemple Pise) ont été périodiquement attaquées et pillées par les tribus ligures des montagnes.

Comme déjà mentionné, l'hostilité aux frontières n'a pas empêché une relation commerciale intense, comme en témoigne la grande quantité de céramiques étrusques trouvées dans les sites ligures. De cette période est la fondation de l'oppida de Genua (aujourd'hui Gênes, environ , le noyau urbain du Castello (peut-être un ancien oppidum ligure) a commencé[50], pour un commerce florissant, pour s'étendre vers le Prè d'aujourd'hui (la zone de prairies) et le Rivo Torbido. Certains érudits pensent que Gênes était un emporium étrusque et que ce n'est que plus tard que la tribu ligure locale prit le contrôle (ou fusionna avec les Étrusques)[51].

Dès le début du Ve siècle av. J.-C., la puissance étrusque commença à décliner: attaquée au nord par les Gaulois, au sud par les Grecs et avec les révoltes des villes contrôlées (ex. Rome), la présence étrusque parmi les Ligures diminue, intensifiant l'influence gauloise.

À partir de ce moment, Gênes, habitée par les Genuati ligures, était considérée par les Grecs, compte tenu de son fort caractère commercial, comme l'emporium des Ligures: bois pour la construction navale, bétail, cuir, miel, textiles faisaient partie des produits ligures d'échange commercial.

Fin de l'indépendance ligure en Provence et création de la Gallia Narbonensis[modifier | modifier le code]

Les « peuples » ligures[modifier | modifier le code]

Il existe trois acceptions concernant les compositions des peuples Ligures :

  • les extraits des grecques et des romains de l'Antiquité (avec plus ou moins de fiabilité et dont les connaissances ont évolué avec le temps) ;
  • l'interprétation des historiens modernes se basant sur les récits des anciens (voir à les mélanger pour combler leur lacune, quitte à confondre des siècles d'évolution) étendue à leurs hypothèses personnelles jamais prouvées (invasion de celtes, origine non indoeuropéenne, etc.) ;
  • l'interprétation des historiens contemporains se basant sur leurs prédécesseurs, sur les fouilles archéologiques et sur leurs hypothèses personnelles (renforcement des hypothèses comme quoi les ligures comme appartenant à la civilisation celtique).

En Provence[modifier | modifier le code]

La Provence comprend une multitude de peuples et tribus que les grecs appellent d'abord Ligyens et que les romains appelleront Ligures. Cette appellation générale évoluera plus tard sous le nom de « Celto-ligures » qui peut signifier à l'époque, selon les chercheurs modernes, « Les Ligures de la Celtique »,[52] remplaçant ainsi l'ancienne acception, de moins en moins défendu, de mélange entre Celtes et Ligures.[53],[54]

Pour Strabon, les « Celto-ligures » et les « Ligures » ont de légères différences, ce que n'énumérait pas les auteurs grecs avant lui : « Cette montagne [les Alpes] abrite de nombreux peuples celtiques, à l’exception des Ligyens : ceux-ci, sont d’une souche différente, mais ont un genre de vie très voisin (II, 5, 28). - Ἔθνη δὲ κατέχει πολλὰ τὸ ὄροϛ τοῦτο Κελτικὰ πλὴν τῶν Λιγύων• οὗτοι δʹἑτεροεθνεῖϛ μέν εἰσι, παραπλήσιοι δὲ τοῖϛ βίοιϛ. ». Le mot « souche » traduit par Patrick Thollard, renvoi généralement aux mots « peuple » et « race », préférés par les auteurs du XIXe siècle av. J.-C.. Comme l'explique l'auteur, ce mot peut aussi se traduire par « souche », « branche », « rameau » ou « famille de peuples ».
Il précise qu'il faut faire attention à sa signification : « En fait, la conception grecque de l’identité ethnique échappe en grande partie aux critères par lesquels nous l’envisageons aujourd’hui comme le montrent les études récentes sur le vocabulaire ethnique (Cabanes 1989 ; Fromentin, Gotteland 2001 ; Jouanna 2001). Elle semble toujours floue ou arbitraire (Arnaud à paraître). Et c’est bien là la difficulté majeure dans notre appréciation des différences ou des similitudes qui sont évoquées dans les textes antiques. Or, cette appréciation est au cœur de la question du peuplement de la Gaule et des Celtes. ».
Il rajoute aussi : « L’identité ethnique des Celto-ligures (comme on a vu plus haut pour celle des Ligyens) est une « invention » récente mais sans réalité dans l’Antiquité (Arnaud 2001 ; à paraître ; Bats 2003). Leur émergence répond à deux préoccupations modernes bien différentes : d’une part, combler le flou dans lequel nous laissent les auteurs antiques concernant l’origine ethnique de tel ou tel peuple et, d’autre part, justifier les revendications identitaires nationales ou régionales de naguère… ou d’aujourd’hui. ».[55]

Ainsi, les Ligures, ou Celto-ligures, présents en Provence sont généralement localisés entre les Alpes et le Rhône. L'emplacement de ces peuples étaient souvent mal connu, ce qui valu des appellations confondues et des emplacements parfois erronés.

« Il y a peu de provinces dans l'Europe qui ayent soufert d'aussi grands changements que la Provence. Après été long-tems gouvernée par des Rois, elle fut subjuguée par les Romains. Ce fût la première conquête qu'ils firent dans les Gaules. Elle s'appeloit pour lors le Pays des Saliens, & elle faisoit partie de l'ancien Royaume de Ligurie, les Romains l'ayant soumise à leur domination, non seulement ils en abolirent les Coutumes ; mais encore ils en changèrent le nom, & ils lui en donnèrent un qui marquoit sont excellence lors qu'ils lui donnèrent simplement celui de PROVINCE. »[56]

Les récits anciens[modifier | modifier le code]

Hécatée de Milet - 550 av. J-C à 480 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

Selon Michel Blats, « Pour Hécatée (vers 500 av. J.-C.), outre Monoikos (ap. St. Byz., s.v., πόλις Λιγυστική. Ἑκαταῖος Εὐροώπῃ), Massalia (ap. St. Byz., s.v.) se situe « en Ligystique au-dessous de la Celtique » (πόλτς τῆς Λιγυστχκῆς κατὰ τήν Κελτικήν, ἄποικος Φωκαέων. Ἑκαταῖος Εὐρώπῃ) et les Ligyens s’étendent au moins jusqu’à la basse vallée de l’Aude occupée par le peuple des Élisyques (ap. St. Byz., s.v. Ἑλίσυκοἱ, ἔθνος Λιγυων, Ἑκαταῖος Εὐροώπῃ), regroupés aux abords de l’étang Helice (étang de Bages et Sigean) et du fleuve Atax (l’Aude) dans un royaume ayant pour capitale Naro (Aviénus, Ora mar., 589-590) ; Hécatée qualifiait l’étang et le fleuve de Narbaioi (ap. St. Byz., s.v. Νάρβων, ... ἔστι καὶ λίμνη Ναρβωονῖτις ... καὶ ποταμòς Ἄταξ. Ἑκαταίος και Ναρβαίους αὐτούς φησι). On ignore l’emplacement d’Ampelos également qualifié de πόλτς τῆς Λιγυστχκῆς. La définition par Hécatée des Elisyques comme peuple ligyen contredit l’affirmation de Strabon (III, 4,19) – « les premiers auteurs appellent Ibérie tout le pays situé au-delà du Rhône et de l’isthme entre les golfes gaulois » –, éventuelle simplification d’une information plus complexe rapportée par le Pseudo-Scylax dont une partie de l’œuvre pourrait remonter au VIe s. »[57]

Polybe - 199 av. J-C à 133 av. J.-C.[modifier | modifier le code]
Strabon - 60 av. J-C à 20 ap. J.-C.[modifier | modifier le code]

Pour Michel Bats : «De même, Strabon livre à la fois une définition géographique et ethnique des Salyens. L’espace géographique comprend le littoral et les Alpes en arrière du littoral, d’au-delà de Massalia jusqu’au territoire d’Antibes (IV, 1, 3 ; 1, 5 ; 1, 6 ; 1, 9 ; 6, 3), et vers l’intérieur « les plaines et les montagnes » entre Massalia, le Rhône, la Durance, le Lubéron et les Alpes (IV, 1, 11 ; 6, 3). La définition ethnique précise les peuples qui les bordent, en dehors du littoral où ils sont mêlés aux Grecs (IV, 6, 3) :

  • vers l’Est, les Ligyens (IV, 1, 3 ; 1, 9) ;
  • au delà de la Durance, d’Avignon à Cavaillon, les Cavares (IV, 1, 11)
  • vers le Nord, les Albiens, les Albièques et les Voconces (IV, 6, 4)
  • à l’Ouest, sur la rive opposée du Rhône, les Volques (IV, 1, 12). »[58]

Pour Patrick Thollard, qui reprend les études de Strabon :

  • les Ligyens sont localisés entre le Rhône et le Var (fleuve) (selon les auteurs anciens d'après Strabon)
  • les Celto-Ligyens sont entre Arles et le massif de la Sainte-Baume et les Ligyens entre Brignoles, le massif des Maures et le Var (fleuve) (selon les auteurs plus récents pour Strabon)
  • les Salyens sont entre Arles et Antibes et les Ligyens à partir d'Antibes (au temps de Strabon)
Pline l'ancien - 23 à 79[modifier | modifier le code]

Selon Patrick Thollard, qui reprend les études de Pline, les ligures commencent à partir du Golfe de Saint-Tropez en allant vers l'Italie. Les Salyens, sous l'appelation de Salluvii sont localisées dans la région Aixoise. Thollard émet un doute si les Salui (localisé dans le golfe de Saint-Tropez) ne sont pas en réalité les Salluvii.

Claude Ptolémée - 100 à 168[modifier | modifier le code]

Selon Patrick Thollard, qui reprend les études de Ptolémée, la Ligystique commence au nord de Nikaia (Nice) dans les montagnes. Les Salyens, sont localisés entre Arles, Saint-Rémy-de-Provence et la région d'Aix.

Les acceptions modernes[modifier | modifier le code]

Le géographe Étienne Garcin décrit la Celto-ligurie (ou celto-lygie selon ses termes) comme un territoire composé de huit nations distinctes, dont la principale qui servait de « boussole » aux autres, était celle des Salyens. Ces nations étaient elles-mêmes composés de plusieurs États. On retrouvait donc parmi ces nations[59],[60] :

Ces peuples celto-ligures étaient entourés à/au :

L'auteur estime que les Commoni (selon Ptolémée) ou Segobrigii (selon Justin), avant l'arrivée des phocéens, étaient sur un territoire qui longeait le littoral méditerranéen du Rhône à Fréjus, et que c'est à partir de la colonisation grecque que les peuples ligures étaient nommés de différents façons. Le nom Commoni sera ensuite uniquement conservé aux peuples à l'Ouest (Commoni occidentaux, du Bouc jusqu'au Cap Méjan) et à l'Est (Commoni orientaux, du cap de la Croisette jusqu'au-delà de Toulon) de Marseille. Ils étaient séparé au Nord par les Salyens et formées chacune, deux confédérations distinctes.

Selon Christophe de Villeneuve-Bargemon, il existait dans les Bouches-du-Rhône huit nations celto-ligures qui sont les suivantes :

  • Les Liguri ;
  • Les Salyes délimité à l'Est au Canal de Craponne, au Nord par la Durance, à l'Ouest par les Alpines (Alpilles) et la lisière de la Crau. Leur capitale était Salon-de-Provence. Un peuple des Salyens, les Salvii, était aussi présent à l'Ouest de ces premiers entre le Louérion et les Alpines (Alpilles) et avait Glanum pour capitale ;
  • Les Tricolli, dont l'auteur, selon les écrits de Pline, laisse penser qu'ils étaient les Salyens et étaient présents dans la région de la Trévaresse qui se compose de trois principales collines d'où le nom Tricolli ;
  • Les Désuviates étaient localisés sur le territoire des Anatilii et représentent les peuples de la Camargue et de la Basse-Crau. Leur territoire était délimité au Nord par la crête des Alpilles, à l'Ouest par le Rhône, au Sud par les étang de Déseaumes et d'Entressen et à l'Est par les Salyens. L'étymologie de Désuviates provient du latin Desuatus qui donna également le nom à l'étang de Déseaumes ;
  • Les Anatilii étaient localisé sur l'embouchure du Rhône et occupaient la Basse-Crau, la Camargue et les îles du Rhône. L'auteur donne deux pistes concernant l'étymologie du terme Anatilli soit celtique qui signifierait "habitants d'une île ou d'une terre fertile", soit d'un nom grec signifiant l'Orient, puisque les habitants de se peuple commerçaient avec les grecs d'Agde. ;
  • Les Avatici étaient positionnés entre le peuple des Anatilli et l'étang de Berre, aux environs des Martigues;
  • Les Commoni ont selon Ptolémée un territoire allant de Marseille à Fréjus. D'après Caton d'Utique qui est cité par Pline, les Commoni seraient les Cenomani qui étaient soient des liguriens soit des Salyens. L'auteur propose de mettre les Commoni entre l'Étang de Berre et Marseille du fait de l'étymologie du nom Cenomani qui se rapproche du celtique man (hommes) et de Cœnus (habitants du Cœnus). Il finit par délimiter leur territoire entre l'Étang de Berre et Toulon, et que celui-ci fût coupé en deux avec l'arrivée des Phocéens. Ce qui donna naissance aux Commoni occidentaux et aux Commoni orientaux (appelé aussi Anamari et qui pourraient être un autre peuple celto-ligure, selon Polybe) ;
  • Les Albici sont localisés par César dans les montagnes de Marseille selon l'auteur et réfute les arguments de certains géographes qui les ont localisés dans les environs de Riez. Les Albiciens étaient délimités par la chaîne de montagne de Roquefort au Sud qui les séparait des Anamari ou Commoni orientaux, à l'Ouest par Marseille et Allauch, au Nord par les Salyens et à l'Est vers la limite du département des Bouches-du-Rhône.

Les acceptions contemporaines[modifier | modifier le code]

Les « acceptions modernes » sont celles issues des publications de chercheurs contemporains.
Ces derniers remettent plus ou moins en cause, les récits de la plupart des auteurs antiques et apportent des nuances ou plus de précisions à l'aide des recherches archéologiques et de la réinterprétation des dires des explorateurs grecs et romains anciens.
A titre d'exemple, le chercheur Patrick Thollard critique la mention des peuples par Ptolémée comme étant peu pertinente : « celle-ci est tout sauf précise et fiable ! ».

Peuple Territoire Ville Ethnie Résumé
Déciates Celtique[71]
Oxybiens Celtique[72]
Salyens Strabon pose des limites par rapport à la position d'autres peuples.


vers l’Est, les Ligyens ;
au delà de la Durance, d’Avignon à Cavaillon, les Cavares ;
vers le Nord, les Albiens, les Albièques et les Voconces ;
à l’Ouest, sur la rive opposée du Rhône, les Volques.[73]

Entremont[74] Alliance de Celtes et de Ligures[75] ;
Celtique[76],[77]
La délimitation orientale, au contact des Ligyens/Ligures est variable selon les auteurs. D'autres classent encore une partie des Salyens comme des Ligures non Celtes ou celtisés, jusqu'aux environ d'Aix-en-Provence. Pour d'autres encore, la limite varie entre Antibes et le Var.
L'hypothèse de la « confédération » salyenne remise en cause[modifier | modifier le code]

Pour Patrick Thollard[78] : « Deux idées en ressortent cependant. D’abord celle d’une « confédération », la notion hésitant entre l’acception politique, militaire et territoriale (Barruol 1969, p. 187-188 ; 393-395). En second lieu, celle d’une extension territoriale, vers l’ouest et le nord, à partir d’une zone originelle située à l’est de Marseille (Verdin 1998a, p. 33-34), au point qu’on a pu parler de Salyens « occidentaux » (Bats 2003, p. 159) s’opposant à des « Salyens ligures », à l’est (Verdin 1998a, p. 35). ».

Thollard pense que l'idée d'une « confédération Salyenne » repose sur des « bases extrêmement ténues ». Il critique cette idée que défend Guy Barruol en parlant de «« nécessités du voisinage » amenant les différents peuples à l’origine « autonomes maîtres d’un territoire délimité » à se « grouper dans des alliances défensives et économiques puis dans de véritables fédérations politiques »».
La notion de « confédération », pour Thollard, provient de la « confrontation entre le texte de Strabon et celui de Pline (et, dans une moindre mesure, celui de Ptolémée)». En effet, Strabon ne mentionne que les Salyens dans l'espace de la Celto-ligye alors que Pline, plus tard, en citera une dizaine à une quinzaine selon les chercheurs modernes.[79] Il présente aussi que la principale difficulté des chercheurs sur cette « confédération » consiste à savoir si elle revêt « un sens militaire et un sens politique ». Florence Verdin envisage les Salyens comme une organisation plutôt militaire.[80] Guy Barruol y croit également et précise que cette alliance « lèveraient une armée organisée en dix corps » d'après Patrick Thollard. A l'inverse, François Lasserre, Stefan Radt et Michel Bats s'orientent vers une organisation politique où les « Celtoligyens seraient divisés en dix districts, à partir desquels ils lèveraient une armée ».[81]
Patrick Thollard reprécise le risque que l'idée d'une « confédération salyenne » pan-provençale (« élargie » que défend Barruol) ou limitée aux Salyens « occidentaux » (rhodaniens) que défend Bats, « reste une entreprise extrêmement périlleuse puisqu’elle oblige à recourir à Pline et Ptolémée. ».
Il note que Guy Barruol classe « parmi les peuples de la confédération salyenne tous les peuples cités par Pline dans les limites géographiques considérées sans faire la différence entre l’exposé géographique et la liste administrative ni tenir compte des contradictions possibles. ». De ce fait, la distinction entre le peuple des Salyens, qui « occupe une place prépondérante » d'après Barruol, et l'espace délimité de la confédération salyenne entraîne selon Thollard « des difficultés insurmontables ».
Alors que Strabon définit les Salyens comme celtiques et les ligures comme non celtiques, Pline va mentionner les Salyens sous la forme de Salui au début de la description d'Italie. Mais pour ce dernier, les Salyens, les Déciates et les Oxybiens sont classés parmi les ligures dont les Salyens font objet de l'un des peuples les plus illustres de ce que dit Thollard. Patrick Thollard trouve étrange qu'en outre, « les Salyens n’apparaissent pas dans l’exposé géographique de la Narbonnaise, alors que figurent les deux autres peuples Ligures cités par Pline, les Deciates et les Oxubii. On les retrouve, allusivement, dans la liste des oppida latina (l’exposé administratif), sous la forme Salluvii, avec la mention d’Aquae Sextiae Salluviorum (III, 37). ». De ce fait, il se pose plusieurs questions quand à la situation :

  • « Est-on sûr que les deux noms désignent le même peuple dans l’esprit de Pline puisque l’un (Salluuiorum) est en Narbonnaise et l’autre (Salui), en Italie ? » ;
  • « Comment comprendre la disparition, chez Pline, d’un peuple censé avoir été à la tête de la plus puissante confédération de Gaule méridionale ? ».
  • « pourquoi, dans ce cas, les Cavares et les Voconces (pour ne rien dire des Allobroges), eux aussi supposés avoir constitué de grandes confédérations à l’époque pré-romaine, figurent-ils en bonne place dans la présentation géographique (et dans l’exposé administratif) de la Narbonnaise ? ».

Patrick Thollard conclu sur deux points rejetant l'admission d'une « confédération salyenne ».

  • « En outre, la reconstitution de la confédération salyenne à partir de Pline et Ptolémée oblige G. Barruol à y faire figurer les Oxubii, les Ligauni ou les Déciates (Barruol 1969, p. 212-215), des peuples considérés par Strabon comme Ligyens donc bien distincts des Salyens. Qu’une telle attribution n’ait pas paru contradictoire se comprend. La thèse, admise à l’époque où écrivait G. Barruol, était que les Salyens étaient des Ligyens (ou Ligures) et formaient le peuplement autochtone de tout l’arrière-pays marseillais avant que des groupes de Celtes, à la suite de migrations, ne viennent s’installer parmi eux, donnant ainsi naissance à un peuplement mixte qualifié de celto-ligure, occupant toute la région Rhône-Pô (Barruol 1969, p. 163-164 ; 187-188). Il faut donc abandonner l’idée d’une vaste confédération salyenne.
  • « En défendant l’idée d’une confédération plus limitée, restreinte aux « régions des plaines » bordant le Rhône, M. Bats échappe en grande partie aux difficultés précédentes. Mais il est contraint, pour retrouver les dix districts mentionnés par Strabon, de puiser à la fois chez Pline et chez Ptolémée, en mélangeant données géographiques et données administratives et sans faire la distinction entre villes et peuples. Il est donc amené à reconstituer, pour l’époque de l’indépendance, autant de territoires qu’il y a de noms d’agglomérations citées par Ptolémée et à piocher ensuite dans la liste de Pline pour compléter (Bats 2003, p. 162). La position, là non plus, n’est guère tenable. »

L'élaboration de la notion de « confédération salyenne » résulte, d'après lui, de la conjonction de trois éléments :

  • « la prise en compte d’une situation historique fondée sur des a priori ou des postulats (l’antériorité du peuplement ligure/ligyen doté d’une culture propre, les migrations celtiques qui imposent un nouvel ordre politique aux populations autocthones) » ;
  • « une lecture déformée ou sur interprétée du texte de Strabon (la dispersion des informations sur les Salyens dans le livre IV, la digression de IV, 6, 3) » ;
  • « la volonté de faire coïncider à toutes forces entre elles les sources littéraires antiques (en particulier Strabon, Pline et Ptolémée) alors que celles-ci renvoient à des réalités de nature et d’époque différentes. On ne peut qu’être réservé quant à sa réalité historique (Tarpin 2006, p. 45 ; Christol 2006, p. 54) ».

Concernant la question de l'extension territoriale, Patrick Thollard explique que Strabon cite trois états des Salyens/Ligyens (qui pour Strabon ne font qu'un) à savoir « un état ancien où les Salyens ne sont pas reconnus et sont sans territoire propre », « un état plus récent où ils sont appelés Celtoligyens et occupent la zone de plaines comprise entre le Rhône et la Durance à l’ouest de Marseille », « l’époque contemporaine de Strabon (de son point de vue mais par forcément du nôtre) où les Salyens sont reconnus comme tels et occupent non seulement les plaines à l’est du Rhône, mais aussi le littoral et une partie des Alpes entre Marseille et le Var ». De ces états, Patrick Thollard propose deux possibilités :

  • « Un : si extension territoriale il y a, elle s’est faite en sens inverse de ce qu’on présente d’habitude : de l’ouest vers l’est, aux dépens des Ligyens et du territoire originel de ces derniers. Au reste, il n’y a rien que de logique dans tout cela. Si on suppose que l’émergence des Salyens, dans l’historiographie antique, est liée à la reconnaissance progressive de leur « celticité », donc de leur différence par rapport aux Ligyens, il est normal qu’on ait commencé à identifier ceux des bords du Rhône où ce degré de « celtisation » était plus évident (Bats 2003, p. 161) avant de l’attribuer à ceux de l’arrière-pays marseillais et du Var. ».
  • « Deux : la dénomination de Salyens est relativement récente. À quand en faire remonter l’apparition dans la géographie et l’histoire ? Strabon fournit un terminus juste après. Le passage sur les dénominations antérieures et la mention des Celtoligyens qu’on vient de commenter constitue une de ces digressions typiques de Strabon. Celle-ci terminée, le géographe reprend le fil de son exposé et la description des Salyens interrompue quelques lignes plus haut (après ἀναμὶξ τοῖϛ Ἕλλησι). Il signale que ce furent les premiers des Celtes transalpins que les Romains vainquirent –Πρώτουϛ δʹἐχειρώσαντο ̔Ρωμαῖοι τούτουϛ τῶν ὑπεραλπίων Κελτῶν. La mention des Ligyens présentés juste après comme ennemi commun des Romains –πολεμήσαντεϛ καὶ τούτοιϛ καὶ τοῖϛ Λίγυσιν– ôte toute ambiguité : πρώτουϛ et τούτοιϛ désignent bien les Salyens. La référence à la libération de la route côtière par Sextius Calvinus « au bout de quatre vingts ans de guerre » fait remonter la reconnaissance des Salyens en tant que tels au tout début du II e s. av. J.-C., au plus tard. On songe évidemment à la seconde guerre punique. ».

En Italie[modifier | modifier le code]

Les auteurs anciens ont d'abord décrit les Ligyens (nom grec) et les Ligures (nom romain) comme une ethnie unique.
Ce nom visait dans un premiers temps les populations autour de Massalia (Marseille) puis c'est généralisé à la Provence et à la Ligurie pour la majorité des auteurs. Ce n'est qu'à partir de l'expansion romaine que les grecs vont s'intéresser à ceux de la Ligurie italienne.[82]
Ce sera Strabon qui va être le premier a admettre une différence entre les ligures de Provence (notamment les Salyens) et les ligures d'Italie, tout en précisant que ces derniers ne sont pas Celtes : « Cette montagne [les Alpes] abrite de nombreux peuples celtiques, à l’exception des Ligyens : ceux-ci, sont d’une souche différente, mais ont un genre de vie très voisin ».[83]

Les Ligures sont les peuples présents en Italie et se différencient des Celto-Ligures et des Celtes selon Étienne Garcin (1835)[59].

En Languedoc[modifier | modifier le code]

Les auteurs entendent par Ibéro-Ligures, les Ligures présent en Occitanie entre les Pyrénées et le Rhône.

  • Belendi, peuple ligure d'Aquitaine.
  • Dragani sont localisés entre la France et l'Espagne dans les régions des Landes et de Cantabria. Leur dieu était Busgosu[85]. (il s'agissait peut-être plutôt d'une tribu celtique ; cet ethnonyme serait dérivé d'un mot signifiant « prunellier »)[69]

En Corse[modifier | modifier le code]

Selon l'archéologue Giovanni Ugas, il est probable que les Corses (ou en tout cas une partie d'entre eux) appartiennent à la famille des peuples ligures qui peuplaient pendant les périodes préhistoriques et proto historique une grande partie de l'Italie septentrionale et de la France méridionale[86].

Société[modifier | modifier le code]

Art[modifier | modifier le code]

Les Ligures n'ont laissé que peu de monuments rudimentaires en dehors de leurs oppida.
Raoul Busquet leur attribue les milliers de gravures rupestres qui subsistent dans la Vallée des Merveilles, mais ne les qualifies pas d'éléments artistiques, seulement de « figures assez grossièrement dessinées. » sous formes de boeufs libres ou attelés à des charrues, des armes (épées, haches, etc.), des pioches, des faucilles.[87]

Caractéristiques et comportements[modifier | modifier le code]

Les géographes de l'antiquité, en plus de décrire le territoire, s'attachaient aussi à caractériser les habitants.

Pour Busquet, en se basant sur les anciennes descriptions, les Ligures étaient « en somme des indigènes dont l'existence est précaire et souvent difficile, et dont la moralité, si l'on y regarde de près, n'est pas loin de valoir celle des conquérants plus civilisés qui les ont vaincus. ».
Les Romains considéraient généralement les Ligures comme « des êtres essentiellement trompeurs, menteurs, féconds en ruses, naturellement pillards ».[88]

Le même auteur affirme dans son ouvrage que les Ligures étaient « par aptitude et par nécessité, laborieux et tenaces. Ils vivaient sur des terres en général peu fertiles et en tiraient leur subsistance au moyen d'un travail ingrat. Ils étaient d'opiniâtres défricheurs. Sur la côte ils étaient pêcheurs et, toutes les fois qu'ils le pouvaient, pirates et ravageurs d'épaves. Mais tant qu'ils ne furent pas entraînés par les Celtes ils ne furent guerriers, chez nous, que pour se défendre. ».

Certaines de leurs descriptions sont parfois exagérées comme celle de Camille Jullian que Raoul Busquet ironise dans son œuvre Histoire de la Provence : des origines à la révolution française[89] car Jullian, selon Busquet, avait un parti pris contre les Gaulois « Mettez aux prises le plus grand Gaulois et un frêle Ligure : c'est le Gaulois qui sera vaincu. ».
Jullian les décrivait comme « de petite taille, de corps maigre et ramassé, mais de forte charpente garnie de muscles solides, aux membres d'une incroyable élasticité. - La fatigue n'abattait jamais le Ligure ; ses organes et ses articulations semblaient répondre à sa volonté avec une précision immédiate. ».

Pour Michel Dubuisson, « il y a deux façons de regarder l'autre ».[90]
La première façon consiste en l'étude ethnographique qui est réservée « à un petit nombre de privilégiés, qui ont la possibilité de se mêler suffisamment longtemps à la vie quotidienne d'un peuple étranger et qui sont en mesure d'émettre des jugements nuancés et non prévenus. ».
La seconde façon se base sur les stéréotypes que l'on peut avoir vis à vis d'une population ou d'un individu : « La plupart des gens, au contraire, tendent naturellement à se satisfaire d'appréciations sommaires, fondées sur des généralisations abusives reproduites sans vérification, quand elles ne sont pas inventées de toutes pièces. ». Il précise que le stéréotype est un préjugé qui peut-être bien enraciné et associé à l'humour.

Le même auteur donne une description des Ligures qu'il qualifie de proche des gaulois et sont caractérisés, dans la majorité des textes anciens, par les stéréotypes autour de « la rudesse et la rusticité de leurs mœurs et leur courage purement physique et irréfléchi, voire leur sauvagerie, à la guerre. ».
Il donne des citations de plusieurs auteurs à leur égard qui correspondent à la description etnographique données par Diodore et Strabon : « montani duri atque agrestes » (Cicéron), « rudes et bons combattants ; feritas ingenita(u) » (Tite-Live), « assuetumque malo Ligurem » et « Ligurum ductor fortissime bello » (Virgile).[91]

D'ailleurs pour Michel Dubuisson, Diodore nous apprend que « la dureté du pays, boisé ou aride et caillouteux, a rendu les hommes physiquement vigoureux et durs à la tâche, qualités qui se retrouvent au combat ; elle les a également amenés à devoir compter pour leur subsistance sur l'indispensable complément que leur fournissent la chasse et la cueillette. Ces activités primitives les maintiennent dans un état de demi-sauvagerie, très éloigné de la civilisation (ils ne connaissent même pas le vin !). Mais le caractère inhospitalier de leur patrie a également poussé nombre de Ligures à chercher fortune ailleurs, faisant d'eux des marins hardis et des pirates redoutables. ».[92]

Même si Dubuisson fait état d'une proximité entre les Ligures et les Gaulois, il ne les classe pas avec ces derniers dans son étude comparative. En effet, il signale que les Ligures comportent des traits de stéréotypes propres aux peuples orientaux, aux grecs et aux carthaginois, comme « fallaces », « lubrici ». Il note d'ailleurs que Caton l'Ancien avait une vision assez péjorative des Ligures car ceux-ci avaient offert la possibilité aux carthaginois de débarquer en Ligurie, que certains mercenaires ligures s'étaient battu contre Rome ou encore parce que les Ligures s'étaient à plusieurs reprises révoltés. C'est avec cette rancœur qu'il a participé à propager des stéréotypes à l'encontre des Ligures et notamment une « assimilation au moins partielle des Ligures aux Carthaginois ». [93]

Culture[modifier | modifier le code]

Pour Alfred Maury, les Ligures forment des peuples celtiques ou qui avait été celtisé à une époque reculée et suppose que les envahisseurs celtes ont soumis et absorbés les autochtones qui habitaient un espace délimité au nord par les Alpes, au Sud par la Méditerranée, à l'Ouest par le Rhône et à l'Est par Magra. Pour appuyer ses dires, l'auteur utilise l'exemple du nom du peuple des Ségobriges localisé près de Marseille et de leur roi Nannos comme typiquement celte de même pour l'idiome de quelques tribus.[94]

Pour Dominique Garcia, la Provence outre son caractère celtique revêt des éléments de cultures étrangères : « on peut considérer le sud-est comme un espace celtique périphérique mais bien comme une aire culturelle ouverte et dynamique, espace d’innovation et d’intégration. Ainsi, les différents éléments marqueurs de la culture celtique n’apparaissent pas comme moins nombreux en Gaule méditerranéenne que dans le reste de l’Europe occidentale, mais ils sont ici associés à d’autres realia, issus des trafics méditerranéens et à des productions régionales découlant de ces contacts commerciaux. ».[95]

Industrie du fer[modifier | modifier le code]

Les Ligures de Provence exploitaient le fer[96] selon Raoul Busquet dont il dresse une petite liste pour les Bouches-du-Rhône et le Var de mines de fer abandonnées ou de gisements de rognons (à Kierbas, quartier de Trets, à la Serignagne, quartier de Peynier, etc.) ou encore de tumuli découverts à Berre-l'Étang, Mimet, Peynier, à la Serignane (quartier de Peynier), à Pourrières, à Plan-d'Aups-Sainte-Baume, à Saint-Savournin.
L'auteur précise des éléments retrouvés comme « des échantillons en tessons, ou entier par aventure, de céramique fine, enfumée et lustrée, consistant en grande jattes à pied, en vase globuliformes, des objets en bronze, bracelets de poignets ou de biceps, tranchets et rasoirs, des bassines, des rivets de fer destinés à des trépieds ou des montures sur roulettes. ».
Il caractérises les Ligures comme « assez simples mais déjà ingénieux dans la recherche de commodité domestique et de l'ornement.».

Nourriture[modifier | modifier le code]

Organisation spatiale[modifier | modifier le code]

Selon, Christophe de Villeneuve-Bargemon[97], les Celto-Ligures en Provence, et notamment les confédérations des Salyens et celle des Commoni ne possédaient pas de ville[pas clair] (à l'image des grecs et des romains), avant l'arrivée des phocéens.

Ils comprenaient cependant, des camps fortifiés (Oppidum) qui étaient des lieux de défense en cas d'attaque, des lieux de rassemblement (Mallus) pour les chefs et leurs capitaines qui servaient de lieu de commandement, et des marchés (Emporium) où les Ligures venaient échanger leurs denrées à plusieurs périodes de l'année.

Pour Raoul Busquet[98], les oppidas « ne servaient jamais de lieu d'habitation : c'étaient des postes d'observation et des refuges en cas d'alerte. ». Ils étaient nombreux en Provence et pour l'auteur, le plus impressionnant est celui de Baou Roux à Bouc-Bel-Air. Il décrit les oppidas comme presque toujours établis à la pointe d'éperons rocheux. Ils sont composés de murs de pierres sans ciment qui entouraient l'oppidum. Le long des murs, il y avait des formes quadrangulaires voire presque circulaires qui correspondaient à l'emplacement de redoutes ou de tours. Il rajoute aussi « sur les points culminants ou dégagés, des « cases » sont creusées dans la roche pour servir de poste de guet ; elles étaient garnies de charpentes rudimentaires et de feuillages. ».

Relations diplomatiques[modifier | modifier le code]

Interliguriennes[modifier | modifier le code]

Les Carthaginois[modifier | modifier le code]

Michel Dubuisson explique que Caton l'Ancien avait une certaine rancœur vis à vis des Ligures à travers leurs relations avec les carthaginois.[99]
Les Ligures avaient aidé les carthaginois en 205, alors ennemi de Rome, durant la Deuxième guerre punique en facilitant le débarquement des troupes de Magon Barca, le frère cadet d'Hannibal à la différence des gaulois.
Certains Ligures intervenaient aussi en mercenaires durant la Première guerre punique. Les Salyens, l'un des plus grand peuples de la Ligurie provençale étaient alliés des carthaginois dans la Seconde guerre punique.

Les Celtes (Gaule celtique)[modifier | modifier le code]

D'après André Piganiol[100], les Ligures étaient en conflit avec les tribus de la Gaule celtique « La guerre entre les Ligures et les Celtes a duré jusqu'à la pleine lumière de l'histoire. ».
Camille Jullian ajout à cela « l'état de guerre, il y eut aussi l'état de paix : les habitants de la Provence étaient dits un mélange de Celtes et de Ligures, des Celto-Ligures. Et dès que la paix romaine survint, aucun contraste de langue ou de mœurs n'empêcha les Ligures de prendre les mœurs des Celtes. ». Il cite d'ailleurs Strabon : « Ce ne sont pas les gens d'une même nation et pourtant ils ont la même manière de vivre. ».

Les Ibères[modifier | modifier le code]

Les Phéniciens[modifier | modifier le code]

Les Étrusques[modifier | modifier le code]

Les Grecs[modifier | modifier le code]

Les Romains[modifier | modifier le code]

D'après Michel Dubuisson, les Ligures avaient provoqués une série de révoltes entre 187 et 175 av. J.-C. se traduisant par des opérations militaires romaines souvent difficiles, voire marquées par d'importantes défaites. Ces évènements se poursuivirent ensuite par la répression romaine envers les Ligures.[101]

Pour André Piganiol,[102] « Les Romains évitèrent d'anéantir les Ligures pour les conserver comme une barrière contre les invasions celtiques. ».

Pour Yves Roman,[103] les romains ont déclaré la guerre aux Ligures à cause de la gêne qu'occasionnait la piraterie dans le monde ligure, en similitude avec ce que faisait les grecques en Orient. Pour se faire, ils ont dû, après le IIe av. J.-C. « enfreindre tous les principes constitutionnels romains, créer un commandement unique et attribuer pour cela un imperium extraordinaire à Pompée. ».
Camille Jullian,[104] d'après Strabon, parle des Salyens et des autres Lygiens (Ligures) dans une guerre les opposants à Rome : « Les anciens auteurs grecs appellent Ligyens les Salyens et pays ligystique le pays occupé par les Massaliotes. Les auteurs postérieurs emploient pour ce peuple le nom de Celto-ligyens et lui attribuent en plus toute la région des plaines jusqu'à Luerio et jusqu'au Rhône. Cette région, divisée en dix districts, fournissait une armée comportant non seulement de l'infanterie, mais aussi de la cavalerie. De tous les Celtes transalpins, les Salyens furent les premiers à tomber sous la domination des Romains après une longue guerre opposant ces derniers à la fois à ce peuple et à celui des Ligyens, qui leurs barraient la route menant en Ibérie par le littoral. En effet, ces deux peuples exerçaient leur brigandage sur terre et sur mer et se montraient si puissants que la route était à peine praticable même à de grandes armées. Enfin après quatre-vingts ans de guerre, les Romains obtinrent à grand-peine que le passage fut laissé libre sur une largeur de douze stades aux voyageurs en mission officielle. Par la suite, cependant, ils réussirent à abattre complètement leurs adversaires et à s'approprier le gouvernement de leurs territoires en leur imposant par surcroît un tribut. ».
Cependant, Yves Roman[105] contredit les propos de Camille Jullian en critiquant sa confusion entre la terre et la mer pour l'interprétation des propos de Strabon où Jullian donnait la victoire à Quintus Opimius. Roman prend une autre citation de Strabon qui précise que c'est Gaius Sextius Calvinus qui expulsa les indigènes ligures du littoral : « C'est ainsi que Sextius, celui qui vint à bout des Salyens, après avoir fondé non loin de Massalia la ville qui porte à la fois son nom et celui d'eaux thermales aujourd'hui, dit-on, en partie refroidies, y établit une garnison romaine et expulsa les Barbares de tout le littoral qui conduit de Massalia en Italie, alors que les Massaliotes ne parvenaient pas à les tenir définitivement en respect. Il ne put, d'ailleurs, en triompher lui-même complètement et ne fut que juste assez fort pour les obliger à reculer jusqu'à douze stades de la mer, là où la côte offre de bons ports, et jusqu'à huit stades, là où elle est rocailleuse, mais il fit cadeau aux Massaliotes du terrain ainsi évacué. ».
Roman,[106] d'après Strabon étale la guerre des romains contre les Ligures et les Salyens sur 80 années et se divise en deux étapes. La première vit « les Salyens et les Ligures contraints d'octroyer, sur terre, la liberté de passage aux missions officielles romaines. » alors que la seconde vit Rome triompher de ses adversaire et s'emparer de leur territoire. Tite-Live plaça le début des guerres romaines face aux Ligures en Provence vers 240 av. J.-C.. Lex expéditions de Quintus Opimius contre les Oxybii et Dekiates ont eu lieu environ 80 ans plus tard.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue des Ligures antiques était réputée orale et ne faisait pas l'objet d'écriture. Les chercheurs n'ont pas relevé jusqu'à nos jours des textes ligures retranscrits dans l'écriture d'une puissance étrangère voisine comme les romains ou les grecs contrairement à la langue gauloise. Les Ligures des Appennins étaient qualifiés par Caton l'Ancien d'Illiterati[107].

La langue ligure a pour similitude avec la langue gauloise de ne pas être écrite.

D'après Dominique Garcia[108], Albert Grenier trouvait des similitudes entre les Gaulois et les Ligures « presque de même langue qu’eux et de même origine (…) ».

Pour Pascal Arnaud[109], les Celto-Ligures « étaient bien, par la langue et par la culture, des Gaulois » tout en rappelant que Strabon disait la même chose.

On connaît des éléments de cette langue seulement par quelques noms propres (ethnonymes, toponymes, anthroponymes) et quelques termes cités dans les textes antiques. Ainsi, Hérodote signale que le mot sigynna aurait signifié « marchand »[110]. Selon Pline l'Ancien, les Ligures appelaient le Bodincus, ce qui signifierait « sans fond »[111], et le seigle était nommé asia dans la langue de Taurini[112].

Le ligure a des affinités phonétiques à la fois avec le groupe italique.[réf. nécessaire] Certains ethnonymes ligures n'ont cependant pas d'étymologie indo-européenne[113].

Pendant longtemps, les historiens ont cherché à identifier des liens entre les Ligures et les Celtes. Le ligure était généralement considéré comme une langue indo-européenne.[réf. nécessaire] Le pionnier de cette théorie est l'historien et celtologue Henri d'Arbois de Jubainville. Certains auteurs (Benvenuto Terracini, Paul Kretschmer, Hans Krahe), pour expliquer la présence d'ethnonymes non indo-européens, ont fait l'hypothèse qu'un peuple indo-européen aurait imposé sa domination à des populations pré-indo-européennes. Bernard Sergent considère quant à lui le ligure comme un membre particulier du groupe celtique[113].

On attribue à l'influence ligure les toponymes en -ascu, -oscu, -uscu, -incu ou -elu. Parmi les type -ascu, -oscu ou -uscu on peut citer Manosque, Tarascon, Venasque, Artignosc, Branoux, Flayosc, Gréasque, Lantosque, Gordolasque, Vilhosc, Chambost, Albiosc, Névache, Grillasca, Palasca, Popolasca, Salasca, Asco en France et Benasque, Velasco ou Huesca en Espagne. Arlanc, Nonenque et l'ancien nom de Gap (Vappincum) sont du type -incu. Le type -elu est représenté par Cemenelum (aujourd'hui Cimiez)[114].

L'étude de la toponymie a révélé la présence d'éléments ligures dans le sud des Alpes et le nord-ouest des Apennins, à savoir en Vallée d'Aoste (Barmasc et Périasc dans le haut val d'Ayas), dans le Piémont, la Toscane, l'Ombrie, le Latium, ainsi qu'en Languedoc et en Roussillon, et certaines parties de la péninsule Ibérique. C'est également le cas de la Sicile, en pays élyme, dans la vallée du Rhône et en Corse (Grillasca, Palasca, Popolasca, Salasca, Asco)[115].

Pour Pascal Arnaud, les recherches sur les linguistiques ne permettent pas d'identifier des caractéristiques proprement ligures : « Aucune approche linguistique n'a permis de mettre en évidence une aire linguistique compatible avec une partie cohérente des espaces désignés dans l'antiquité comme ligures. Les suffixes modernes en -asc ou -osc, réputés caractéristiques de cet ensemble, sont depuis longtemps reconnus indépendants des Ligures. Plus sérieuse, l'étude de la diffusion des toponymes en -incum a montré, quoiqu'on en ait dit, qu’elle est très étroitement limitée à l’Arc alpin, et ne coïncide donc avec aucun des espaces dans lesquels on tend normalement à inscrire les Ligures. Quant aux hydronymes du type Gard/Var/Doria qui sont généralement considérés comme pré-indo-européens, on les retrouve jusque dans la région de Saint-Lô... ».[116]

Religion[modifier | modifier le code]

L'animisme[modifier | modifier le code]

D'après Camille Jullian, il n'existe pas de certitude quand à la religion des Ligures et les propositions sont toutes hypothétiques.

Au même titre que les religions des primitifs de l'antiquité, celle des Ligures relevait de l'animisme, « sur les sources, sur les arbres, sur les collines et les cimes des monts, sur le Soleil adoré dans diverses positions journalières, sur la Lune, sur l’Étoile du Soir et l’Étoile du Matin, et aussi sur la Terre la divinité majeure et la plus vénérée. », comme le précise Raoul Busquet[117].
Ce dernier ajoute que cette religion « comportait des rites de conjuration et des immolations de victimes humaines. Elle comprenait le culte des morts - avec la croyance en la survie des âmes, au moins de celles des chefs et des riches qui jamais et nulle part ne se sont lassés des agréments de leur séjour terrestre - avec la pratique simultanée de l'incinération et de l'inhumation, sans qu'il soit possible de distinguer clairement la raison de l'emploi de l'un ou l'autre procédé ». Raoul Busquet précise que l'incinération ordinaire chez les autochtones est incomplète par l'exclusion des membres du corps.

Busquet leur attribue la réalisation des dessins gravés dans la Vallée des Merveilles.

La religion gauloise[modifier | modifier le code]

Eléments de comparaison[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Brunaux, Les Celtes : histoire d'un mythe, p.54 : Toute la région située à l'est du Rhône était alors occupée par les Ligures, peuple montagnard des Alpes, qui vivaient de l'élevage et du brigandage. Ils étaient descendus jusque sur la côte, probablement attirés par la présence régulière de voyageurs et de commerçants.
  2. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition et caractérisation., https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00102133/document
  3. a et b Sergent 1995, p. 76.
  4. a b c et d Garcia 2006, p. 66.
  5. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 31.
  6. Plutarque, dans Marius 10, 5-6, écrit que les Ambrons ont commencé à crier « Ambrones! » comme cri de guerre ; les Ligures qui combattaient aux côtés des Romains, en entendant ce cri et en y reconnaissant un nom de leur pays qu'ils utilisaient souvent avec leurs descendants (οὕτως κατὰ ὀνομάζουσι Λίγυες), retournèrent le cri Ambrones!.
  7. a et b Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], Marius, 20.
  8. a b c d et e Garcia 2006, p. 68.
  9. André Piganiol, Essai sur les origines de nome, 1917, p. 13.
  10. Camille Jullian, LXXVII. De l'unité italo-celtique — Sur la race et le nom des Ligures, Persée
  11. a b c d et e Garcia 2006, p. 67.
  12. Frédéric Mistral, Lou Tresor dou Felibrige, 1878, voir les mots : Ligour, Ligourian, Ligourio, https://www.lexilogos.com/provencal/felibrige.php?q=ligur
  13. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 31.
  14. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], VII, 3, 7.
  15. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition et caractérisation., p.73, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00102133/document
  16. Garcia 2006, p. 70.
  17. Dominique Briquel, Le regard des autres Les origines de Rome vu par ses ennemis, annales littéraires de L'Université de France-Comté, 1997 p.35
  18. Florus, Abrégé de l'histoire romaine, II, 3 [lire en ligne].
  19. Tite-Live, Histoire romaine [détail des éditions] [lire en ligne], XXXVII, 57.
  20. Dictionnaire universel d'Histoire et de Géographie, éd. Hachette, année 1860, page 881.
  21. Salluste, Guerre de Jugurtha, passim [lire en ligne].
  22. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules [« Commentarii de Bello Gallico »], entre -57 et -51 [détail des éditions], livre I, 10..
  23. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne], III, 7.
  24. Dictionnaire de la langue gauloise, X.Delamarre, éditions Errance, 2001, p. 94
  25. a et b Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], II, 5, 28.
  26. a b et c Sergent 1995, p. 77.
  27. Garcia 2006, p. 64-65.
  28. a et b Garcia 2006, p. 65.
  29. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 32.
  30. Sergent 1995, p. 76-77.
  31. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 31-32.
  32. Garcia 2006, p. 67-68.
  33. Bietti Sestieri 2010, p. 21.
  34. An Early History of Horsemanship pg.129
  35. Rivista archeologica della provincia e antica diocesi di Como, 1908, p. 135; Emilia preromana vol. 8-10, 1980, p. 69; Istituto internazionale di studi liguri, Studi genuensi, vol. 9-15, 1991, Pour afficher « p. 27 », veuillez utiliser le modèle {{p.|27}}.
  36. Fausto Cantarelli, I tempi alimentari del Mediterraneo: cultura ed economia nella storia alimentare dell'uomo, vol. 1, 2005, p.  172.
  37. Daiches, David; Anthony Thorlby (1972). Literature and western civilization (illustrated ed.). Aldus. p. 78.
  38. Cf. la voce fossa in Alberto Nocentini, l'Etimologico. Dizionario etimologico della lingua italiana, Firenze, Le Monnier, 2010. (ISBN 978-88-0020-781-2).
  39. Ducato di Piazza Pontida
  40. « History of Brescia: the origins and the Roman Brescia », turismobrescia.it (consulté le 20 juin 2014)
  41. (it) « Storia del Colle Cidneo », bresciamusei.com (consulté le 14 mai 2014)
  42. « Ducato di Piazza Pontida », sur ducatodipiazzapontida.it
  43. « Treccani - La cultura italiana | Treccani, il portale del sapere », sur www.treccani.it (consulté le 5 janvier 2020).
  44. « Online Etymology Dictionary », Etymonline.com (consulté le 12 mars 2013)
  45. Duchêne et Contrucci 1998, p. 42.
  46. a b et c Marius Duboi, Paul Gaffarel et J.-B. Samat, Histoire de Marseille, Marseille, Librairie P. Ruat., .
  47. Robb, Graham, The Discovery of Middle Earth, p. 6
  48. a b et c J. R. Palanque, « Ligures, Celts et Grecs », dans Histoire de la Provence, p. 34.
  49. La Battaglia del mare Sardo (540 a.C.) Archiviato il 26 febbraio 2013 in Internet Archive..
  50. Marco Milanese, Scavi nell'oppidum preromano di Genova, L'Erma di Bretschneider, Roma 1987 testo on-line su GoogleBooks; Piera Melli, Una città portuale del Mediterraneo tra il VII e il III secolo a.C.", Genova, Fratelli Frilli ed., 2007.
  51. Piera Melli, Una città portuale del Mediterraneo tra il VII e il III secolo a.C.", Genoa, Fratelli Frilli ed., 2007 (on-line text of the first chapter Archived on 28 February 2009 in the Internet Archive.). A marble funerary stele dedicated to Apollonia, found reused in the walls of the twelfth century was considered a proof of the Greek origin of the city: the stele, a work of the first half of the third century BC, must be considered rather arrived in Genoa along with many ancient artifacts in the Middle Ages.
  52. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition etcaractérisation, p.70
  53. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition etcaractérisation, p.70
  54. Patrick Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l'archéologie, Chapitre IV. Identités ethniques et réalités culturelles : les Ligyens et les Salyens
  55. Patrick Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l'archéologie, Chapitre IV. Identités ethniques et réalités culturelles : les Ligyens et les Salyens
  56. Robert de Brianson, Menestrier, L'État et le nobiliaire de la Provence, Préface, 1693
  57. Michel Blats, Les Ligyens et les Salyens d'Hécatée à Strabon, p.189-210
  58. Michel Bats, Les Ligyens et les Salyens d’Hécatée à Strabon
  59. a et b Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne, 1835, p.142
  60. Étienne Garcin, Celto-Lygie ou la Provence avant la domination romaine, 1847, p.3
  61. Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne, p.145
  62. a et b Sergent 1995, p. 212.
  63. a b et c Jacqueline et Maurice Griffe, Chronologie de la Provence, Nice 1994, (ISBN 2-907854-19-4), page 2.
  64. a et b Danièle Roman, « M. Fulvius Flaccus et la frontière transalpine », In Yves Roman (directeur de publication) La Frontière, Séminaire de recherche, Lyon : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 1993. p. 60
  65. a b et c Sergent 1995, p. 204.
  66. a et b Sergent 1995, p. 214.
  67. a et b Sergent 1995, p. 207.
  68. Sergent 1995, p. 211.
  69. a et b Sergent 1995, p. 210.
  70. Cf: Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne, 1938
  71. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition et caractérisation., p.70, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00102133/document
  72. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition et caractérisation., p.70, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00102133/document
  73. Michel Bats, Les Ligyens et les Salyens d’Hécatée à Strabon
  74. Florence Verdin, Les Salyens : faciès culturels et populations,https://www.persee.fr
  75. Florence Verdin, Les Salyens : faciès culturels et populations,https://www.persee.fr
  76. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition etcaractérisation, p.70
  77. Patrick Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l'archéologie, Chapitre IV. Identités ethniques et réalités culturelles : les Ligyens et les Salyens
  78. Patrick Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l'archéologie, Chapitre IV. Identités ethniques et réalités culturelles : les Ligyens et les Salyens
  79. Patrick Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l'archéologie, Chapitre IV. Identités ethniques et réalités culturelles : les Ligyens et les Salyens
  80. Florence Verdin, Les Salyens : faciès culturels et populations,https://www.persee.fr
  81. Patrick Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l'archéologie, Chapitre IV. Identités ethniques et réalités culturelles : les Ligyens et les Salyens
  82. Michel Blats, Les Ligyens et les Salyens d'Hécatée à Strabon, p.189-210
  83. Patrick Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l'archéologie, Chapitre IV. Identités ethniques et réalités culturelles : les Ligyens et les Salyens
  84. À ne pas confondre avec le peuple celto-ligure des Taurisques.
  85. Harry Mountain, The Celtic Encyclopedia, p.168
  86. (it) Giovanni Ugas, L'alba dei Nuraghi, , p. 13.
  87. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 33-34
  88. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 32
  89. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 32
  90. Michel Dubuisson, Caton et les Ligures : l'origine d'un stéréotype, Persée
  91. Michel Dubuisson, Caton et les Ligures : l'origine d'un stéréotype, Persée
  92. Michel Dubuisson, Caton et les Ligures : l'origine d'un stéréotype, Persée
  93. Michel Dubuisson, Caton et les Ligures : l'origine d'un stéréotype, Persée
  94. Alfred Maury, Note sur les Ligures, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de la séance du 22 juin 1877 21-2 pp. 207-221
  95. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition etcaractérisation, p.71
  96. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 35
  97. Christophe de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, publiée d'après le vœu du Conseil Général du Département, quatre volumes in-quarto et un atlas in plano, éd. Antoine Ricard imprimeur du roi et de la préfecture, Marseille, 1821-1829 , p.201-202
  98. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 33
  99. Michel Dubuisson, Caton et les Ligures : l'origine d'un stéréotype, Persée
  100. Camille Jullian, LXXVII. De l'unité italo-celtique — Sur la race et le nom des Ligures, Persée
  101. Michel Dubuisson, Caton et les Ligures : l'origine d'un stéréotype, Persée
  102. Camille Jullian, LXXVII. De l'unité italo-celtique — Sur la race et le nom des Ligures, Persée
  103. Yves Roman, L'intervention romaine de 154 av. J.-C. en Gaule transalpine : essai d'analyse, Persée, p.3-4
  104. Yves Roman, L'intervention romaine de 154 av. J.-C. en Gaule transalpine : essai d'analyse, Persée, p.3-4
  105. Yves Roman, L'intervention romaine de 154 av. J.-C. en Gaule transalpine : essai d'analyse, Persée, p.3-4
  106. Yves Roman, L'intervention romaine de 154 av. J.-C. en Gaule transalpine : essai d'analyse, Persée, p.3-4
  107. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 33
  108. Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne. Définition et caractérisation, p.6 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00102133/document
  109. Pascal Arnaud, Les Ligures : la construction d'un concept géographique et ses étapes de l'époque archaïque à l'empire romain, p. 327-346 , paragraphe 6, https://books.openedition.org/ausonius/7086?lang=fr#bodyftn58
  110. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], V, 9. Les exemples cités sont tous tirés de Charles Rostaing, Les Noms de lieux, PUF, Paris, 1945, p. 31.
  111. Histoire naturelle, III, 122.
  112. Histoire naturelle, XVIII, 40.
  113. a et b Sergent 1995, p. 72.
  114. Henriette Walter, L'Aventure des langues en Occident, éditions Robert Laffont, Paris, 1994 (ISBN 978-2-253-14000-9), p. 198 et 266 et Charles Rostaing, op. cit., p. 31-32 et 131.
  115. Sergent 1995, p. 76-77 et 82-83.
  116. Pascal Arnaud, Les Ligures la construction d'un concept géographique et ses étapes de l'époque archaïque à l'empire romain, p.3, https://books.openedition.org/ausonius/7086?lang=fr
  117. Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006), p. 34.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bernard Sergent, Les Indo-Européens. Histoire, langues, mythes, Paris, Payot, (ISBN 2-228-88956-3)
  • Dominique Garcia, La Celtique méditerranéenne, Errance, Paris, 2004
  • Dominique Garcia, Les Celtes de Gaule méditerranéenne, définition et caractérisation, Bibracte, (lire en ligne)
  • Henri Hubert, Les Celtes, Albin Michel, Paris, 2001
  • Sophie Collin Bouffier, « Marseille et la Gaule méditerranéenne avant la conquête romaine », dans Bernadette Cabouret-Laurioux, Jean-Pierre Guilhembet et Yves Roman (directeurs d'ouvrage), Rome et l’Occident : IIe s. av. J.-C. au IIe s. apr. J.-C., Presses Universitaires du Mirail, (ISBN 978-2-8107-0052-3, lire en ligne), pages 35 à 60
  • Raoul Busquet, Histoire de la Provence : des origines à la révolution française, Editions Jeanne Laffitte, 1954 (réimpr. 2006) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]