Coprolithe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo de coprolithe de lézard datant de l'Éocène.
Coprolithes (Aurignacien) de Hyène des cavernes (excréments très riches en particules résiduelles d'os non entièrement digérés.Grotte d'Aurignac (MHNT)

Un coprolithe (du grec κόπρος/ kópros, excrément et λίθος / líthos, pierre) est un excrément minéralisé, fossilisé. De façon plus technique, c'est un constituant des sédiments produit par l'action de la digestion des êtres vivants pluricellulaires. Des coprolithes humains ont été découverts dans de nombreux sites préhistoriques.

D'importants champs de coprolithes ont été découverts sur le site de Los Chañares (province de La Rioja, Argentine). Sur huit champs de 400 à 900 m2, répartis sur quelques km2, l'ensemble des fouilles compte environ 30 000 spécimens datant de 235 millions d'années. Cette découverte a fait l'objet d'une communication dans la revue scientifique en ligne Scientific Reports (en), le 28 novembre 2013[1],[2].

Ce sont aussi des concrétions constitutives des calcaires biodétritiques, qui résultent de la fossilisation de matières fécales d'invertébrés marins appelées pellets.

La Geological Society of London va mettre en ligne un catalogue des excréments fossiles[3].

En 2017, une équipe de chercheurs de l'European Synchrotron Radiation Facility et de l'université d'Uppsala en Suède publient un article dans la revue Scientific Reports (en) présentant l'examen de matières fécales fossilisées vieilles de 230 millions d'années d'un animal spécialisé dans l'alimentation de coléoptères. L'examen en trois dimensions de ces coprolithes provenant de Pologne et rendu possible grâce au rayonnement synchrotron, fait découvrir des restes de coléoptères comme des ailes et une partie d'une jambe, représentant trois espèces différentes, tous parfaitement conservés[4].

Autre signification[modifier | modifier le code]

Coprolithe est un juron utilisé par les trolls dans les romans du Disque-monde écrits par Terry Pratchett.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Barthélémy, « Des toilettes publiques de… 235 millions d’années », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 4 décembre 2013).
  2. (en) Lucas E. Fiorelli, Martín D. Ezcurra, E. Martín Hechenleitner, Eloisa Argañaraz, Jeremías R. A. Taborda, M. Jimena Trotteyn, M. Belén von Baczko & Julia B. Desojo, « The oldest known communal latrines provide evidence of gregarism in Triassic megaherbivores », sur nature.com, Scientific Reports, 22 août 2013, publié le 28 novembre 2013 (consulté le 4 décembre 2013).
  3. Journal Le Monde daté du 21-22 décembre 2008, page 16
  4. (en) « 3-D-modeling of food residues in 230 million years old fossil feces », sur sciencedaily.com (consulté le 11 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :