Le Temps des amours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Temps des amours
Auteur Marcel Pagnol
Pays France
Genre Roman
Éditeur Julliard
Date de parution 1977 (posthume)
Série Souvenirs d'enfance IV
Chronologie

Le Temps des amours est un roman autobiographique inachevé de Marcel Pagnol, publié en 1977 à titre posthume. C'est le quatrième et dernier tome de la série des Souvenirs d'enfance

Œuvre[modifier | modifier le code]

Le Temps des amours se compose de dix chapitres, retrouvés dans les dossiers de l'auteur après sa mort, et réunis en l'état par l'éditeur Bernard de Fallois. Un bon nombre de ces textes avaient toutefois acquis leur forme définitive, Marcel Pagnol ayant autorisé leur publication dans quelques magazines.

La plus grande part relate des épisodes de sa vie de demi-pensionnaire au lycée Thiers de Marseille où il est entré en 1905, panachés d'aventures de vacances dans ses chères collines, et où les amours, platoniques, n'apparaissent finalement que dans un seul chapitre, consacré à Lagneau. En fait Pagnol pensait refondre une partie des Souvenirs déjà publiés pour faire commencer celui-ci par l'aventure d'Isabelle, puis il abandonna soudain son projet de quatrième tome.

  • La Société secrète : présentation des principaux acteurs de sa nouvelle vie en classe de sixième, qui supplante sa vie familiale. Pagnol y décrit à merveille le besoin inné de l'adolescent de se créer une société cachée, sorte de cocon où l'insecte peut achever sa première métamorphose.
  • L'affaire des pendus : En classe de cinquième, Marcel découvre dans la foulée l'ablatif absolu, la punition scolaire et l'amitié de Lagneau.
  • La tragédie de Lagneau : Dans ce long chapitre, c'est Marcel qui met son génie de l'intrigue au service de son ami. Thème sous-jacent : La crainte de l'autorité paternelle (du père mais aussi celles des professeurs) est aussi nécessaire que leur bienveillance. « Pour que les gens méritent notre confiance, il faut d'abord la leur donner. »
  • La partie de boules de Joseph : Les vacances aux Bellons avec un émouvant revenez-y du fameux coup du roi de La Gloire de mon père.
  • Zizi : En classe de quatrième, au-delà des gags scolaires, il apprend que même une tricherie basée sur la copie des auteurs développe le goût du travail et l'ingéniosité.
  • Je suis poète : Tout en s'excusant de la vanité de s'être cru poète à 13 ans, Marcel nous confirme sa fascination de la magie des mots et des sons, le génie de leur choix judicieux et un talent inégalé pour leur explication à la fois imaginative et redoutablement pertinente.
  • Rencontre d'Yves : c'est la rencontre du personnage qui va réunir les deux mondes chers à Pagnol, l'école érudite et les collines sauvages, amitié tardive qui condense celle d'un Lili et d'un Lagneau. Ce chapitre est aussi le maillon de transition avec le suivant.
  • Monsieur Sylvain : c'est la rencontre hallucinante des deux adolescents avec le capitaine Sylvain Bérard au cœur des collines. Bien que s'avouant lui-même fou, Monsieur Sylvain leur apparaît comme un « savant original » doublé d'un Mond des Parpaillouns. Homme attachant dont la folie raisonnante et démontrante, à la limite du délire scientifique, exprimait à merveille la frustration intolérable que ressentent certains élèves littéraires vis-à-vis des sciences qu'ils ont dû sacrifier.
  • Les Pestiférés  : Ce bel épisode de la peste à Marseille en 1720, que Pagnol place dans la bouche de Monsieur Sylvain, était à l'origine beaucoup plus court. Son style détonne des autres écrits de Pagnol, y compris de celui de son essai historique sur le Masque de Fer, au point que Marcel s'amusait à le raconter à ses amis, en l'allongeant à chaque fois, sans leur dire qu'il en était l'auteur. Inachevé, il laisse le lecteur sur sa faim, après l'avoir toutefois comblé d'un superbe récit (Pagnol racontera dans un autre de ses récits la fin tragique des "pestiférés", qui furent massacrés par les habitants du village voisin qui craignaient la contagion).
  • Les amours de Lagneau : Ce dernier chapitre se déroule à quelques mois du "Bachot". Pagnol, jeune homme de 16 ans, met ses dons de poète au service de Lagneau pour séduire une jeune demoiselle. Dans ce récit particulièrement drôle et touchant Pagnol voit son ami, plus paresseux et plus insouciant que jamais, changer en amoureux transi. Le dénouement offre un contraste singulier entre la correspondance, longue et enflammée, des tourtereaux, et leur première rencontre effective.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'année de cinquième : la découverte de la " vocation " poétique ; Lagneau, le cancre héroïque et encore et toujours Lili, qui, en compagnie de Marcel, soutient Joseph lors d'une partie de boules d'anthologie. Auparavant, l’histoire des pendus est à noter ; Marcel se fait pincer et est envoyé en permanence. Il est sauvé par Lagneau, qui ne craint pas les retenues, grâce à son « truc », qui consiste à ce que sa mère et sa tante fassent comme s'il n’en avait pas, de crainte qu'il ne soit battu par son père à cause de ses bêtises. Marcel rencontre également Yves, avec qui il fait la connaissance de M. Sylvain, qui leur apprend l’histoire des pestiférés en 1720. Ensuite, notre héros est confronté aux amours de Lagneau pour qui il dut écrire des poèmes à l'intention de sa bien-aimée ; cette histoire s’achève sur un "drame". Lagneau, maladroit, ne continue pas cette histoire d’amour, à laquelle sa jeune dulcinée n’était pas prête.

Adaptation à l'écran[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]