Faudel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Faudel
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Surnom Le Petit Prince du Raï,
Cheb Faudel
Nom de naissance Faudel Belloua
Naissance (42 ans)
Mantes-la-Jolie, Yvelines, France
Activité principale Chanteur, Acteur, Producteur de cinéma
Genre musical Raï, Pop, R&B
Années actives Depuis 1995
Labels Mercury France
Site officiel www.faudel.net

Faudel, de son nom complet Faudel Belloua (en arabe maghrébin : فضيل بيلوى), né le à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, est un chanteur de raï, acteur et producteur de cinéma franco-algérien, naturalisé marocain en 2011.

Surnommé à ses débuts en 1997 le Petit prince du Raï[1], il connaît le succès à seulement 19 ans avec des titres tels que Tellement N'Brick, Dis-moi, ou encore Je veux vivre. Il s'essaie également dans le métier d'acteur en jouant dans le film Le Battement d'ailes du papillon avec Audrey Tautou (En 2000), Bab el web et dans la série télévisée Sami, le pion, diffusée sur M6.

Après la parution de son single Mon pays en 2006 et son soutien envers Nicolas Sarkozy en 2007, le chanteur se fait de plus en plus discret. Il revient après 5 ans d'absence en 2017, avec un single produit par RedOne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Né le 6 juin 1978 à Mantes-la-Jolie, Faudel Belloua est le fils d'un ouvrier des usines Renault de Flins-sur-Seine, originaire de Tlemcen en Algérie[2],[3], et d'une femme de ménage[3], originaire elle aussi d'Algérie[2]. Il a sept frères. La famille vit dans la cité du Val Fourré à Mantes-la-Jolie[3],[4]. Il est également le cousin de l'humoriste Rachid Kallouche alias Jean-Rachid, gendre de Charles Aznavour et producteur de cinéma et d'artistes dont Grand Corps Malade[5].

C'est sa grand-mère qui fera découvrir à lui et à ses frères le raï, le malouf, et le reggae. C'est à l'âge de 12 ans qu'il commence à penser à faire de la musique son métier. Cependant il poursuit des études dans la comptabilité avant de les abandonner pour se concentrer sur la musique[4].

Débuts (1990-1995)[modifier | modifier le code]

Faudel rejoint en 1990 le groupe Les Étoiles du raï, créé par Assim Ozadanir. Il se produit à Mantes-la-Jolie et autour de Paris en reprenant des titres de Cheb Mami, Khaled ou encore Chaba Zahouania.

En 1992, il chante la première partie d'un concert de Khaled.

En 1993, Mohamed Mestar prend Faudel sous ses ailes et devient son manager, il le mène vers la célébrité de la scène, où Faudel chante en première partie de Jimmy Oihid. Peu à peu, le répertoire de Faudel se constitue : Gérald Toto, M ou Patrick Goraguer signent ses chansons.

Succès en tant que « petit prince du raï » (1996-2006)[modifier | modifier le code]

En 1996, Faudel représente l'Île-de-France au printemps de Bourges dans la catégorie nouveaux talents. L'année suivante, « le petit prince du raï » signe son premier album Baïda, dont les singles Tellement N'brick et Dis-moi sont certifiés respectivement disque d'argent et disque d'or[6]. En 1998, il rejoint Khaled et Rachid Taha sur scène à Bercy dans le cadre de leur collaboration 1, 2, 3 Soleils, et reçoit la Victoire de la musique de la Révélation de l'année. Il fait aussi ses débuts d'acteur et tourne dans Jésus, réalisé par Serge Moati en 1999 et dans Le Battement d'ailes du papillon avec Audrey Tautou en 2000.

Faudel sort son deuxième album, Samra, en 2001. La même année, il tourne aussi dans la série télé Sami, le pion sur M6 et participe au concert des Enfoirés (L'Odyssée).

En 2003 paraît son troisième album solo, Un autre soleil, porté par le single Je veux vivre. Plus expérimenté qu'au début de sa carrière musicale, il décide de se lancer dans des reprises (Comme d'habitude, Ne me quitte pas) et des créations originales (Lila, La main dans la main).

Il joue dans Bab el web, film réalisé par Merzak Allouache en 2004. La même année, il fait partie, avec Patrice, Mich Gerber, Natacha Atlas, Sonalp ou encore le Septeto Nacional (en) d'Ignacio Piñeiro, des têtes d'affiche du World Music Festiv'Alpe organisé au Château-d'Œx dans le Canton de Vaud[7].

Il sort en septembre 2006 l'album Mundial Corrida qui contient notamment le tube Mon pays (n°1 des ventes en France), premier single extrait de ce disque et dernier hit à ce jour du chanteur.

Engagement politique (2007)[modifier | modifier le code]

Lors de la campagne présidentielle de l'année 2007, Faudel apporte son soutien à Nicolas Sarkozy, candidat de l'UMP : il est alors présenté comme un exemple de réussite professionnelle, financière et d'intégration. Au soir du , Faudel est présent à la place de la Concorde, à Paris, en compagnie de nombreuses personnalités artistiques, sportives, médiatiques, politiques ainsi que de plusieurs dizaines de milliers de citoyens, pour fêter la victoire de Nicolas Sarkozy. Dès lors, une grande partie de son public se détourne de lui[8]. Au sujet de son soutien à Nicolas Sarkozy, il déclare en janvier 2010 avoir « cru au Père Noël » et avoir été « l'Arabe de service »[9].

Le 21 septembre 2007, il fonde sa société de production « Diamant Music » (qui sera radiée le 3 janvier 2011)[10]. Une tournée prévue à partir d'octobre 2007, et produite par Jean-Claude Camus, est annulée faute de réservations suffisantes. Le succès qu'il rencontrait jusqu'alors semble avoir pâti de ce soutien politique.

En février 2008, une autobiographie en collaboration avec la journaliste Sophie Blandinières, Itinéraire d'un enfant de cité, est publiée aux éditions Michel Lafon.

Depuis 2008[modifier | modifier le code]

Faudel en concert à Stuttgart, Sommerfestival der Kulturen, 25 Juin 2008

En novembre 2011, le chanteur annonce qu'il prépare un nouveau disque et dévoile deux titres inédits, C'est le jour et À quoi ça sert d'aimer. Début 2012, paraît Des enfants, premier single de ce nouvel album[11], dont la sortie sera finalement annulée.

Il obtient en 2012 la nationalité marocaine par dahir royal[2] et assure avec Haja Hlima le concert du nouvel an le 31 décembre 2012 au Mazagan Beach et Golf Resort au Maroc[12].

Il participe au single caritatif Je reprends ma route en faveur de l'association Les voix de l'enfant[13] et est présent le 7 avril 2013 au gymnase Lucan de Mantes-la-Jolie pour soutenir le jeune Imad souffrant de situs inversus, lors d'un tournoi de football pour récolter des fonds permettant de financer les soins médicaux[14]. Une reprise de J'veux du soleil du groupe français Au P'tit Bonheur[15] sort peu après.

En 2017, il enregistre le duo Rani avec le chanteur palestinien Mohammed Assaf[16]. Au mois de mai, Faudel annonce la sortie prochaine d'un album enregistré en collaboration avec RedOne, dont le single All Day, All Night doit être dévoilé en juin 2017[17],[18]. Celui-ci paraît finalement le 26 avril 2018 dans l'émission Touche pas à mon poste ! sur C8[19].

Le 16 avril 2019, est dévoilée une nouvelle chanson, Mon Dieu.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Faudel est le père de Enzy né en 2002 et Yana née en octobre 2010[20],[21].

En 2008, il publie une autobiographie Itinéraire d'un enfant de cité dans lequel il retrace son parcours[22].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Albums studio
Album compilation
  • 2007 : L'essentiel Faudel
Albums live

Singles[modifier | modifier le code]

Titre Année Classement des ventes Album
BE-W FRA SUI
Tellement N'brick (Tellement je t'aime) 1997 14 Baïda
Abdel Kader (Live à Bercy)
(avec Rachid Taha et Khaled)
1998 36 6 1, 2, 3 Soleils
Dis moi… 5 5 Baïda
Comme d'habitude
(avec Rachid Taha et Khaled)
1999 40 40 1, 2, 3 Soleils
Baïda 49 Baïda
Lila 2000 27 Samra
La Main dans la main 21
Je veux vivre 2003 10 6 71 Un autre Soleil
Je n'ai que mon cœur 2004 70
Mon Pays 2006 1 1 19 Mundial Corrida
J'ai chaud 2007 L'essentiel Faudel
C'est le jour 2011 Aucun
J'veux du Soleil 2012
Rani (avec Mohammed Assaf) 2017 Ma Wahashnak
All Day All Night (avec RedOne) 2018 TBA

Participations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. a b et c [PDF] « Faudel obtient la nationalité marocaine », Maroc Hebdo International, no 964,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c Belloua et Blandinières 2008, p. 13-15
  4. a et b « Biographie », sur faudel.net (consulté le 26 janvier 2012)
  5. « Rachid Kallouche », sur societe.com
  6. Certifications singles
  7. Sophie Es-Borrat, « Un nouveau festival se lance, sur les traces d’illustres défunts », Le Régional,‎ 17 au 24 mai 2017 (lire en ligne)
  8. « Faudel et son soutien à Sarkozy: "J'étais l'Arabe de service" », sur huffingtonpost.fr
  9. « Faudel et son soutien à Sarkozy : "J'ai cru au Père Noël"... », sur http://www.leblogtvnews.com/,
  10. « DIAMANT MUSIC », sur http://www.societe.com/
  11. Jonathan Hamard, « Faudel : son nouveau single "Des enfants" », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2012)
  12. « Mazagan Beach Resort invite Faudel à enflammer ses locaux »
  13. « Les voix de l'enfant », sur mymajorcompany.com (consulté le 28 novembre 2013)
  14. « Faudel et ses amis soutiennent le petit Imad », sur LeParisien.fr
  15. « Faudel dévoile son nouveau single, reprise du classique J'veux du soleil », sur chartsinfrance.net
  16. Nasser Bouchara, « Mohammed Assaf invite Faudel sur son single Rani », sur arabicmood.fr, (consulté le 24 septembre 2017)
  17. Arthur Dubois, « Après sept ans de silence, Faudel sur le retour avec l'aide du compositeur de Lady Gaga », sur lefigaro.fr, (consulté le 15 juin 2017)
  18. Inès Mansour, « Sur Instagram, Faudel a annoncé son grand retour avec un nouveau single prévu pour le mois de juin », sur voici.fr, (consulté le 15 juin 2017)
  19. Nasser Bouchara, « Faudel : un retour après 7 ans d'absence », sur arabicmood.fr, (consulté le 8 mai 2018)
  20. Mehdi Ouassat, « Que devient Faudel, le petite prince du rai ? », (consulté le 20 avril 2019)
  21. « Faudel est papa pour la deuxième fois », (consulté le 20 avril 2019)
  22. « Faudel : il a tenté plusieurs fois de mettre fin à ses jours... », Purepeople, (consulté le 20 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]