Boulbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boulbon
Boulbon
Blason de Boulbon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Arles
Intercommunalité Communauté d'agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette
Maire
Mandat
Christian Gilles
2020-2026
Code postal 13150
Code commune 13017
Démographie
Gentilé Boulbonnais
Population
municipale
1 518 hab. (2018 en augmentation de 1,4 % par rapport à 2013)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 48″ nord, 4° 41′ 39″ est
Altitude 51 m
Min. 10 m
Max. 165 m
Superficie 19,33 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Avignon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Tarascon,
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Boulbon
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Boulbon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boulbon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boulbon
Liens
Site web http://www.mairie-boulbon.fr/

Boulbon est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. C'est un petit village provençal. Ancienne place forte, il existe depuis mille ans. Aujourd'hui sa réputation se fait grâce à son côté pittoresque et rustique. Ses habitants sont appelés les Boulbonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petit village à 20 minutes d'Avignon et 30 minutes d'Arles, il se situe entre la Montagnette et le Rhône.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boulbon est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Avignon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 48 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (48,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (50,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (48,2 %), cultures permanentes (37,8 %), zones agricoles hétérogènes (9,8 %), zones urbanisées (2,5 %), eaux continentales[Note 3] (1,6 %), forêts (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Boulbon vient de la racine celtique voire pré-cetique *borb, qui désignait des sources généralement chaudes (en effet Bormo ou Borvo était la divinité gauloise des sources thermales)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Bertrand de Boulbon, viguier de Marseille, habitant de Tarascon, fut coseigneur de Boulbon. Le , il acheta au prix de 150 livres reforciats, au chevalier Randonus de Villanova, une maison situé à Tarascon[9]. En 1322, avec Jacques Gantelmi, coseigneur de Boulbon, il ordonne la réunion des gens de Boulbon pour rédiger un compromis entre la communauté et le prieur du lieu au sujet des dîmes[10]. Selon Papon, il sert dans l'armée du duc de Calabre en Romanie, en 1328[11]. Son fils et héritier, le chevalier Bérenger Boulbon, est nommé châtelain de Meyrargues en 1348 et est alors appelé par la reine "magistro hostiario familiari[12].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le roi de France, Charles VI, intervient et envoie le sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, qui fait la conquête de Boulbon à l’été 1383. Lorsque Louis Ier meurt et que sa veuve, Marie de Blois, arrive en Provence pour défendre les droits de son fils Louis II, elle réclame que le sénéchal lui cède la ville, ce qu’il refuse par instruction du roi de France[13].

Période moderne[modifier | modifier le code]

La vicomté de Boulbon est érigé en comté en octobre 1608 en faveur d'André d'Oraison[14].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Boulbon

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

« De gueules, à un lion d'argent. »[15]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2020 Bernard Dupont DVD Agent technique/technicien
2020 En cours Christian Gilles SE Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2018, la commune comptait 1 518 habitants[Note 4], en augmentation de 1,4 % par rapport à 2013 (Bouches-du-Rhône : +2,07 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8509891 0089851 0411 1101 1711 2611 236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2401 2681 2271 2071 1211 1121 0731 0261 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0111 0411 020901961922912875863
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8679358361 0421 3291 5101 5321 5351 538
2013 2018 - - - - - - -
1 4971 518-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Saint-Vinage de Boulbon (ou nommé aussi Procession des Bouteilles), la fête de la Saint-Eloi se déroulent chaque année[22]. À cela, on peut ajouter des manifestations taurines fréquentes qui se déroulent soit dans les rues de Boulbon ou dans des arènes.

Le village est désormais célèbre pour y abriter depuis 1985 un haut lieu du Festival d'Avignon : l'ancienne carrière Callet. C'est dans cette carrière que les représentations mythiques du Mahâbhârata[23] de Peter Brook eurent en 1985 un succès mémorable[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Saint-Marcellin de Boulbon.
Le retable de Boulbon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Chaud, froid, tiède et la devinette. », Vous voyez le topo. Langue française, mots et toponyme., sur lemonde.fr, (consulté le 28 décembre 2017).
  9. B2027f26.
  10. B455, parchemin
  11. Papon, Histoire vol.III, p. 53.
  12. B3f11, 6 mai 1348.
  13. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 407 et 413 (note 61).
  14. AD13, B3343, f° 720.
  15. Louis J. S. de Bresc, Armorial des communes de Provence, Librairie Bachelin-Deflorenne, Paris, (lire en ligne)
  16. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur du Ministère de l'Intérieur.
  17. « Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur ».
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Traditions », sur Mairie de Boulbon.
  23. « Carrière de Boulbon », sur Festival d'Avignon.
  24. « Peter Brook présente le mahabharata au festival d'Avignon », sur INA.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]