Wiko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wiko SAS
Logo de Wiko

Création 04-02-2011 (immatriculation de la société)
Fondateurs Laurent Dahan[1]
Forme juridique Société par actions simplifiée (SAS)
Slogan Game Changer.
Siège social Marseille
Drapeau de France France
Direction James Lin
Activité Commerce interentreprises de composants et d'équipements électroniques et de télécommunication
Produits
Société mère Tinno[2],[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif entre 100 et 199 salariés en 2018
siren 530 072 206
Site web fr.wikomobile.com
(voir les autres sites francophones)

Chiffre d'affaires 222 159 500 euros en 2015

comptes récents non publiés

Résultat net 1 433 900 euros en 2015

Wiko est une marque commerciale créée à Marseille en 2011 par un entrepreneur marseillais. Contrairement à Archos et à Echo Mobiles, ses concurrents, Wiko ne conçoit pas ses appareils en Chine, pensé en France, mais les produits sont importés et commercialisés via la PME Wiko Mobile, basée à Marseille. Ceux-ci utilisent généralement le système d'exploitation Android et sont pourvus d'un double emplacement SIM[4].

Wiko était, début 2014, le no 2 sur le marché français des smartphones vendus sans abonnement, derrière Samsung, avec 10 à 15 % de part de marché[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La société Wiko Mobile est fondée en 2011 à Marseille par Laurent Dahan en partenariat avec les capitaux de la société chinoise Tinno via la holding revendiquant la marque "wiko" en France dont elle est une filiale à 95 %[6],[1],[7],[8], puis à 100 % début 2018[9]. Wiko représente environ 50 % du chiffre d'affaires de Tinno[5]. Les 200 employés français assurent un service après-vente et commercial interne, depuis Marseille[6].

À l'origine, les équipes françaises de Wiko envoient le cahier des charges au fabricant chinois Tinno, qui leur envoie des prototypes qu'ils modifient pour adapter le téléphone au marché français. Les analystes considèrent Wiko comme un fabricant chinois disposant d'un « bureau de compétences » en France et basant sa communication (publicités, réseaux sociaux) sur cette image française afin de se faire passer pour « un acteur local »[5].

Lors du premier trimestre de 2013, la marque représente 31,6 % des ventes sur internet et 10,5 % des ventes physiques ce qui la place au 3e rang du marché français[6] (hors offres opérateurs en boutique et sur site web) selon le cabinet GfK[10] – généralement les téléphones de milieu et haut de gamme sont achetés avec des offres opérateurs (qui ne sont pas comptabilisées dans ce classement) ; pour les téléphones ayant des prix plus bas, ils sont souvent directement vendus hors opérateurs. Beaucoup de téléphones Wiko ont la possibilité d'accueillir deux cartes SIM, sauf le Wax, le Highway 4G, le KIte 4G, le Rainbow 4G et le Birdy 4G. En effet, ceux-ci utilisent la puce nvidia Tegra 4i, qui permet de capter le réseau 4G, mais sans pouvoir utiliser deux cartes SIM. La société annonce compter, mi-2013, un million de clients et espérait en avoir le double à la fin de l'année 2013[11],[12].

En 2016, 2017 et 2018 le chiffre d'affaires de la société Wiko en France serait voisin[13] de 1 Milliard d'euros annuels avec plusieurs dizaines de millions de terminaux vendus chaque année en France.

Le 15 mars 2019 Le groupe annonce la mise en place d'une rupture conventionnelle collective, sur la base du volontariat. Il ne précise pas combien de postes sont concernés par cette restructuration[14].

Produits[modifier | modifier le code]

L'entreprise classe ses téléphones en deux catégories : les « Mobiles » et les « Smartphones ». La catégorie des « Mobiles » regroupe tous les téléphones ne disposant pas d'un écran tactile[réf. souhaitée] et proposant des prix inférieurs à 70 . La catégorie des « Smartphones » assure les meilleures ventes de la société [11],[6] avec trois gammes de produits.

La marque, à l'instar de certains de ses concurrents, propose la possibilité d'accueillir deux cartes SIM.

Controverses[modifier | modifier le code]

Contrefaçon de la marque Wico[modifier | modifier le code]

La marque Wico est exploitée en France depuis 2006 par deux entrepreneurs français dans le secteur des télécoms. En 2010, Laurent Dahan dépose la marque Wiko en France [19] puis la transfère à une holding basée à Hong Kong dont il détient 5% des droits[20]. Ce montage permet de présenter Wiko comme une "marque française" tout en payant la fiscalité de la marque à Hong Kong. Les propriétaires de la marque antérieure Wico ont essayé, en vain, de négocier avec la SAS Wiko, qui leur propose une indemnité dérisoire puis les accuse d'être déchus de leurs droits. En représailles, les propriétaires de Wico attaquent en 2016 la SAS Wiko pour contrefaçon, réclamant 30 M€ d'indemnisation au titre des exercices 2011 à 2015.[21],[22] Depuis l'exercice 2015, Wiko ne publie plus ses comptes. Son bilan 2015 fait état d'un chiffre d'affaires de 220 millions d'euros [23]. En 2016 Michel Assadourian communique "nous avons commercialisé plus de dix millions de téléphones portables !" soit un chiffre d'affaires supérieur à 1 milliards d'euros. Il ajoute qu'il souhaite "faire de Wiko une marque emblématique dans le monde entier". [24] En dépit du conflit la marque Wiko est cédée à la maison mère chinoise en 2017 pour une valeur de 170M€ [25]. Mais, la valeur de la marque comptant pour une large part dans la valeur de l'entreprise, la bourse de Shenzhen, suspend indéfiniment la cotation du titre de la maison mère [26] qui rachète en 2018 les 5 % de sa filiale Wiko pour un montant de 40 M€[27]. En 2017, Wico confirme à nouveau 10 millions de téléphones vendus. Avec l'actualité internationale dans le secteur, le conflit entre Wico et Wiko pourrait s'étendre dans les nouvelles géographies ou la marque veut s'installer, notamment aux Etats-Unis et en Chine.

Plan Social[modifier | modifier le code]

Après les années fastes Wiko SAS connaît des difficultés et annonce en mars 2019 un plan social [28]

Offres de remboursement[modifier | modifier le code]

La marque Wiko est mise en cause par un consommateur dans la gestion d'une offre de remboursement (ODR). En effet celui-ci s'est par exemple vu refuser le remboursement au motif qu’une des nombreuses mentions à entourer est surlignée au lieu d’être entourée[29].

Conditions de fabrication des smartphones[modifier | modifier le code]

En novembre 2014, un reportage de l'émission Cash investigation (intitulé Les secrets inavouables de nos téléphones portables) accuse Wiko et d'autres grandes marques telles que Samsung, Apple, Nokia, Motorola, Sony, LG, Huawei, Blackberry, ZTE, HTC de collaborer avec un prestataire chinois faisant travailler des enfants pour la fabrication de ses smartphones[30],[31],[32],[33].

Collecte et transmission des données statistiques[modifier | modifier le code]

En novembre 2017 il est révélé que Tinno, la société chinoise propriétaire de Wiko fabricant ses smartphones, reçoit des données techniques tous les mois via des applications préinstallées sur les appareils. Ces données sont collectées par Wiko sur les smartphones de ses clients sans leur consentement. À la suite de ces révélations l'entreprise française confirme l'existence de ce système et affirme ne pas géolocaliser ses smartphones tout en annonçant une nouvelle version de son application[34],[35].

Mise en conformité avec les normes relatives au débit d'absorption spécifique[modifier | modifier le code]

En juillet et octobre 2018, dans le cadre de la controverse relative à la commercialisation de téléphones portables non conformes, l'Agence nationale des fréquences a exigé, après contrôles, que la société Wiko mette à jour deux de ses modèles, le Wiko Tommy2 Bouygues Telecom et le Wiko View pour dépassement des normes réglementaires du débit d'absorption spécifique (DAS) pour le tronc[36],[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Interview Wiko-La petite marque qui monte
  2. « http://www.frandroid.com/dossiers/141594_qui-se-cache-derriere-wiko »
  3. « Wiko veut raviver le double SIM en France »
  4. « Wiko veut raviver le double SIM en France », sur Le Journal Des Télécoms,
  5. a b et c « Comment Wiko est devenu le no 2 français des smartphones derrière Samsung », sur Challenges,
  6. a b c et d « Wiko, le succès du mobile franco-chinois », sur lefigaro.fr, .
  7. « Wiko ces téléphones (presque) français qui cartonnent », sur Le Point,
  8. « Qui se cache derrière Wiko ? », sur frandroid.com, .
  9. AS, « Pourquoi Wiko n'a jamais été un constructeur de téléphones français mais bien chinois », sur challenges.fr,
  10. « Wiko et ses smartphones effectuent une percée en France », sur Lemonde.fr,
  11. a b et c « Wiko : le petit marseillais fait de l'ombre aux géants », sur Les Échos,
  12. « Wiko, le smartphone français qui monte », sur Ouest France,
  13. « Les brevets déposés dans les technologies liées au climat sont en forte hausse », sur dx.doi.org (consulté le 8 avril 2019)
  14. « Face à la concurrence chinoise, Wiko va se séparer d'une partie de ses salariés », sur FIGARO, (consulté le 8 avril 2019)
  15. « U FEEL - Smartphone - Wiko Mobile », sur fr.wikomobile.com (consulté le 13 octobre 2016)
  16. « U FEEL LITE - Smartphone - Wiko Mobile », sur fr.wikomobile.com (consulté le 13 octobre 2016)
  17. « Love Pack : le Fever 4G de Wiko en bundle avec des... préservatifs », sur Zone Numerique, https://plus.google.com/+Zonenumerique1 (consulté le 30 novembre 2015)
  18. « Wiko Pulp 4G: Test complet », sur Les Numeriques (consulté le 27 avril 2016)
  19. « INPI – Service de recherche marques », sur bases-marques.inpi.fr (consulté le 17 juin 2019)
  20. « Cocowiko, la campagne de Wiko qui fait jaser », sur FrAndroid, (consulté le 17 juin 2019)
  21. BFM BUSINESS, « WICO attaque en justice Wiko », sur BFM BUSINESS (consulté le 17 juin 2019)
  22. « Wiko poursuivi par la société Wico pour contrefaçon », sur ZDNet France (consulté le 17 juin 2019)
  23. « WIKO à MARSEILLE (13007), bilan gratuit 2015, sur SOCIETE.COM (530072206) », sur www.societe.com (consulté le 17 juin 2019)
  24. Judikael Hirel, « Wiko, le marseillais du smartphone, passe sous pavillon 100 % chinois », sur Le Point, (consulté le 17 juin 2019)
  25. « 创智5:2017年第三次临时股东大会会议议案 », sur xinsanban.eastmoney.com (consulté le 17 juin 2019)
  26. « 创智5:关于公司股票继续暂停转让的公告_创智信息科技股份有限公司上市公告-天眼查 », sur pilu.tianyancha.com (consulté le 17 juin 2019)
  27. « Les ambitions mondiales de Wiko, épaulé par son parrain chinois Tinno », sur Challenges (consulté le 17 juin 2019)
  28. BFMTV, « Smartphone: Wiko contraint de supprimer des emplois en France », sur BFMTV (consulté le 17 juin 2019)
  29. Benjamin Douriez, « Chez Wiko, se faire rembourser, c’est pas gagné », 60 millions de consommateurs, (consulté le 20 novembre 2017)
  30. « Travail des enfants : Samsung pris au piège de ses beaux discours », sur Basta ! date=2014-11-06
  31. « Quand l’éthique n’est plus au bout du fil », sur L'Humanité,
  32. « "Cash Investigation" : des enfants chinois fabriquent nos téléphones portables », sur France Info,
  33. « Extrait du reportage Cash Investigation du 04/11/2014 » [vidéo], sur Tubechop
  34. Sébastien Gavois, « Wiko nous confirme l'envoi de données techniques à Tinno et annonce du changement », Next Inpact, (consulté le 20 novembre 2017)
  35. Lucie Ronfaut, « Wiko accusé d'envoyer des données en Chine sans l'accord de ses utilisateurs », Le Figaro, (consulté le 20 novembre 2017)
  36. 01net, « Deux smartphones Wiko et Hisense mis à jour pour limiter leurs émissions d'ondes », 01net,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2018)
  37. « Mise à jour du téléphone Wiko View à la suite d’un dépassement de la limite réglementaire du DAS « tronc » », sur www.anfr.fr, (consulté le 8 novembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]