Vallon des Auffes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallon (homonymie) et Alfa.
Le vallon des Auffes
MarseillesRade.jpg
Vue aérienne du vallon des Auffes, traversé par le pont de la corniche Kennedy, Porte d'Orient, et îles du Frioul au large
Présentation
Type
Flotte de pêche
Géographie
Coordonnées
Pays
Région
Département
Ville
Localisation sur la carte de Marseille
voir sur la carte de Marseille
Legenda port.svg
Localisation sur la carte des Bouches-du-Rhône
voir sur la carte des Bouches-du-Rhône
Legenda port.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Legenda port.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Legenda port.svg

Le vallon des Auffes est un petit port de pêche pittoresque traditionnel sur la corniche Kennedy, du quartier d'Endoume, dans le 7e arrondissement de Marseille. Il se situe à 2 km au sud-ouest du Vieux-Port, entre la plage des Catalans et l'anse de Malmousque[1] .

Historique[modifier | modifier le code]

Ce petit port-vallon-anse abrite de part et d'autre du pont, une cinquantaine de petites maisons de pêcheurs, quelques restaurants, et environs 80 places de petits bateaux de pêche traditionnelle, dont quelques pointus typiques, dont les prises sont réservées aux restaurants locaux. Son accès est protégé par une jetée de roches d'une centaine de mètres de long.

Il est baptisé du nom de l'auffe[2] (auffo en provençal) ou alfa (ou sparte), plante graminée utilisée traditionnellement pour fabriquer de la vannerie, des cordages de navires, des nattes, et des filets de pêche[3]. Des auffiers s’y établissent vers 1750[4].

Le pont en béton armé et pierre de Cassis maçonnée (extraite sur place) enjambe le port sur une longueur de 60 m. Il est bâti au XIXe siècle par l'architecte Jean François Mayor de Montricher, en même temps que la corniche du Président-John-Fitzgerald-Kennedy, avec trois arches en plein cintre de 17 m de haut et 100 grades de biais. L'anse a été barrée lors de la construction des fondations afin de la maintenir au sec[5].

En 1927, le président de la République française Gaston Doumergue inaugure le monument aux morts de l'Armée d'Orient et des terres lointaines (ou Marseille Porte d'Orient) sur une esplanade à l'entrée du vallon des Auffes, une sculpture allégorique en bronze de 5 m de haut représentant « La Victoire » (les bras tendus vers le ciel, dos à la Méditerranée) sous une porte (architecture) d'environ 15 de haut, encadrée par des soldats de le première Guerre mondiale, classée monument historique le 23 juillet 2009[6].

Médias[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Quelques scènes de films et séries de télévision sont tournées sur ce site, dont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Port abri du Vallon des Auffes », sur dossiersinventaire.maregionsud.fr (consulté le 28 juillet 2019)
  2. « Auffe », sur Wiktionnaire (consulté le 26 novembre 2010) : « (Botanique) (Vieilli) Sorte de graminée, dont on se servait pour faire des cordages, des nattes, des filets. »
  3. « Le Vallon-des-Auffes », sur www.laprovence.com (consulté le 28 juillet 2019)
  4. « Vallon des Auffes à Marseille », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le 28 juillet 2019)
  5. « La Corniche à Marseille, en histoire et en images », sur marseille-ancienne.fr (consulté le 12 septembre 2010)
  6. « Service départemental de l'Architecture et du Patrimoine 13 », sur culture.gouv.fr (consulté le 29 mars 2011)
  7. « OM Corniche », sur commons.wikimedia.org (consulté le 27 juillet 2019).
  8. Franz-Olivier Giesbert, Le Lessiveur, Flammarion Noir, , 295 p. (ISBN 978-2081226616)
  9. Jacques-Pierre Amette, « La grande lessive de Marseille », sur lepoint.fr, (consulté le 26 novembre 2010) : « Du vallon des Auffes à l’avenue du Prado, on croise des killers bien nippés »
  10. Fred Thom, Roger Antoine, « Le Cinéma à Marseille », sur plume-noire.com (consulté le 12 septembre 2010) : « La représentation physique est très photogénique, officiant comme une ballade touristique »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]