Hatepinks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hatepinks
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Punk rock, garage punk[1], rock indépendant[2], rock français[2]
Années actives 2003-2009
Labels TKO Records, Relax-o-Matic Records, Crapoulet Records, Lollipop Records, Unity Squad Records, No Glory Records
Influences The Ramones, The Dickies, 999, Swell Maps, Sex Pistols[1]
Site officiel hatepinks.free.fr
Composition du groupe
Anciens membres Olivier Gasoil
Rémi der Pinkbeat
Hughes
Nasser (Nass le Pink)

Hatepinks est un groupe français de garage punk[1] français, originaire de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. Le groupe compte quatre membres : Olivier Gasoil au chant, Rémi der Pinkbeat à la batterie, Hughes à la guitare et Nasser (Nass le Pink) à la basse.

Historique[modifier | modifier le code]

Hatepinks est formé en 2002 ou 2003[1] à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. Le groupe hésitait initialement à prendre le nom de Neurotic Swingers[1]. Ils adoptent le nom de Hatepinks, car selon Olivier Gasoil, les membres détestent « les gens qui ont le cul rose[1] ». La réputation du groupe se construit principalement sur scène, Hatepinks se faisant remarquer pour l'énergie dégagée lors de leurs prestations[1]. En 2004, le groupe publie son premier album studio, Sehr gut rock und roll, chez Lollipop Records. Il est suivi la même année d'un deuxième album studio, intitulé Parasites Like Me, sur le label Unity Squad Records.

En 2005, le groupe signe avec le label TKO Records. Ce dernier publie de la oi! et de la new wave, permettant au groupe de « tout de suite [se sentir] en terrain connu[1]. » Hatepinks y publie son troisième album studio, Plastic Bag Ambitions[3],[4]. Il comprend des titres notables tels que I am Divorced et Fashion is Crime[3]. Une dissolution du groupe est originellement prévue après la sortie d'un troisième album[1] mais celle-ci arrive plus tôt que prévu, en 2005. Cependant, le groupe continue ses activités et publie un album au Japon : We Are the Fucks, Complete Recordings.

Un nouvel album, intitulé Tête malade (Sick in the Head dans sa version rééditée à l'international), est publié le [2]. Il est enregistré entre le 19 et le aux studios GMEM de Marseille[2], et comprend des éléments de garage punk (chanson-titre Tête malade), des sonorités de l'année 1977 (In the Front) et de rock and roll trashy et rockabilly (Sweep the Shit)[5]. Le groupe continue de tourner et de sortir des singles jusqu'au , date officielle de leur séparation lors d'un ultime spectacle à la Machine à Coudre à Marseille.

Hughes et Nasser joueront plus tard dans Keith Richards Overdose, tandis que Olivier Gasoil rejoint les Irritones jusqu'à leur séparation en 2012 : il forme alors un nouveau groupe dénommé La Flingue.

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Les textes du groupe sont basés sur une traduction littérale du français à l'anglais[6] (ou autre). Leurs morceaux, à l'origine très longues, deviennent très courts au fil du temps, et durent entre quelques dizaines de secondes et deux minutes[1]. Hatepinks s'inspirent musicalement de groupes tels que The Ramones, The Dickies, 999, Swell Maps, et Sex Pistols[1].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Olivier Gasoil - chant (ex-chanteur du groupe Gazolheads)
  • Rémi der Pinkbeat - batterie
  • Hughes - guitare
  • Nasser (Nass le Pink) - basse

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Sehr gut rock und roll (CD et vinyle, Lollipop Records)
  • 2004 : Parasites Like Me (CD et vinyle, Unity Squad Records)
  • 2005 : Plastic Bag Ambitions (Lollipop Records/TKO)
  • 2006 : We Are the Fucks, Complete Recordings (Rebell Yell Records, uniquement disponible au Japon)
  • 2007 : Tête Malade/Sick in the head (CD et vinyle, 7 titres)
  • 2008 : Basement Tapettes (cassette, Crapoulet Records, No Glory Records (16 titres))
  • 2009 : Police Sandwich (vinyle, Crapoulet Records, No Glory Records, Under Siege Records (35 titres))

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Live at stork Club - San Francisco (vinyle, Crapoulet Records, No Glory Records, Under Siege Records (20 titres))

Démo[modifier | modifier le code]

  • 2003 : S/T (autoproduit)

EP[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Auto-ejected ! (vinyle, Relax-o-Matic Records)
  • 2008 : Sick Cake (vinyle, Ptrash)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2003 : The Distraction / The Hatepinks (vinyle)
  • 2005 : The Shakin' Nasties / The Hatepinks (vinyle)
  • 2005 : Play the Songs from the Plastic Congelators (vinyle)
  • 2006 : Chinese Lungs / The Hatepinks (vinyle)
  • 2006 : IKEA Kitchen (... is like a gas chamber) (vinyle)
  • 2006 : Neurotic Swingers / The Hatepinks / Motras / The Shoemakers (vinyle)
  • 2006 : French Cops Dressing Manual (vinyle)
  • 2006 : German Skinheads Dressing Manual (vinyle)
  • 2007 : Hate ! - Oupupo Songs (vinyle)
  • 2008 : Kindergarten Revolution Oupupo Songs 2 (vinyle)
  • 2009 : Rocket to USA (disquettes, Crapoulet Records / No Glory Records)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k « Hatepinks - Interview », sur Concert and Co, (consulté le ).
  2. a b c et d (en) Stewart Mason, « Tête malade/Sick in the Head - Review », sur AllMusic (consulté le ).
  3. a et b (en) « Hatepinks - “Plastic Bag Ambitions” Review », sur readjunk.com, (consulté le ).
  4. (en) « Hatepinks - Plastic Bag Ambitions Review », sur PunkNews (consulté le ).
  5. (en) « Hatepinks - Tête malade Review », sur PunkNews (consulté le ).
  6. (en) « The Hatepinks », sur altpress.com (archives) (version du 10 février 2009 sur l'Internet Archive).

Liens externes[modifier | modifier le code]