Jean-Marc Morandini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morandini.
Jean-Marc Morandini
Image illustrative de l’article Jean-Marc Morandini
Jean-Marc Morandini le 8 avril 2009 à l'inauguration de la Foire du Trône à Paris en tant que parrain de l'édition 2009.

Surnom JMM
Naissance (53 ans)
Marseille, Bouches-du-Rhône, France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste, animateur de radio, animateur de télévision, producteur
Spécialité Actualité des médias
Site internet Site officiel
Médias
Télévision TF1 (1993-1997)
Direct 8 (2006-2012)
NRJ 12 (2012-)
I-Télé (2016)
CNews et Non Stop People (2017-)
Radio Europe 1 (2003-2016)

Jean-Marc Morandini, né le à Marseille[1], est un animateur de radio, journaliste, présentateur de télévision et producteur français.

Après avoir notamment animé l'émission Tout est possible sur TF1 de 1993 à 1997, il se spécialise dans la couverture de l'actualité des médias. Outre l'animation d'un blog depuis 2005, il a travaillé sur la station de radio Europe 1 de à .

Après six ans sur Direct 8 de 2006 à 2012 avec son émission Morandini !, il arrive sur NRJ 12 où il anime quotidiennement l'émission Vous êtes en direct d' à , puis brièvement Morandini : télé, people, buzz à la rentrée 2013, ainsi que d'autres émissions comme Crimes ou Scandales.

À l'été 2016, il est mis en cause simultanément dans deux affaires de mœurs, l'une concernant ses méthodes de casting dans le cadre de ses activités de producteur et l'autre portant sur une corruption de mineur. Il est alors écarté de l'antenne sur NRJ 12 et doit se mettre en retrait d'Europe 1. Il arrive néanmoins à la rentrée sur I-Télé, où son embauche suscite l'opposition d'une majorité des journalistes de la chaîne et contribue à provoquer une grève. Son émission Morandini Live est alors suspendue mais il revient à l'antenne sur la chaîne - devenue entretemps CNews - en septembre 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Morandini est né d'un père ingénieur en télécommunications d'origine corse, Laurent Morandini, et d'une mère secrétaire d'origine sarde[2].

Dès l'âge de 10 ans, le métier de présentateur de télévision l'intéresse. À la fin de sa scolarité, il obtient son bac S et poursuit en réussissant son BTS commercial. Sa mère l'inscrit en école de journalisme. Pendant son service militaire, il intègre le Service d'informations et de relations publiques des armées (SIRPA)[3] comme agent administratif.

Diplômé de l'École de journalisme et de communication de Marseille[4], il fait ses débuts à la radio dans les années 1980 à Radio Star à Marseille[5], puis travaille comme reporter de 1986 à 1987 pour le quotidien Le Méridional, et présente le journal de 13 h sur FR3 Midi-Pyrénées[6]. En 1988, Jean-Marc Morandini devient journaliste et envoyé spécial sur La Cinq, où il sera ensuite présentateur et rédacteur en chef[6]. En 1992, il anime une chronique « Consommation » dans Télématin sur France 2 et présente les journaux de la matinale sur NRJ[6].

Télévision[modifier | modifier le code]

Tout est possible (TF1, 1993-1997)[modifier | modifier le code]

De à , Jean-Marc Morandini anime l'émission Tout est possible sur TF1[7],[8], avec pour thème les « destins hors du commun ». Dans ce cadre, il présente des portraits de célébrités comme Lolo Ferrari, ou des histoires d'anonymes comme celle d'« un aveugle qui découvre sa femme après avoir retrouvé la vue »[9]. « Du cul, de l'angoisse, des larmes", résume l'animateur dans un livre à propos de l'émission. L'émission et son animateur essuient des critiques véhémentes : Le Point parle de procédés « racoleurs » et « voyeurs »[10], tandis que Libération dénonce la « veulerie » intellectuelle de l'émission[11], en la comparant à un « porno » (« Il faut voir ça au moins une fois, comme un film porno. Ici, il n'y a pas de quoi rire ni de "second degré" ; juste l'exploitation cynique de la misère la plus désespérante et la plus désespérée »). Le Nouvel Observateur surnomme l'animateur « Morazizi » tandis que le journal télévisé satirique Les Guignols de l'info présente sa marionnette comme la « créature crétinisante » des dirigeants de la chaîne TF1[12]. Bien que l'audience de l'émission ne se démente pas, TF1 l'arrête en 1997[9], en précisant que ses programmes sont « en quête de sens »[13]. Tout est possible fait à l'époque figure de symbole de la télé poubelle ; L'Express considère, vingt ans plus tard, que l'émission a annoncé d'autres programmes comme C'est mon choix, ainsi que l'arrivée en France de la téléréalité[9].

Ça reste entre nous (Match TV, 2004-2005)[modifier | modifier le code]

À partir du , parallèlement à son émission sur Europe 1, Jean-Marc Morandini anime Ça reste entre nous, un talk-show quotidien sur l'actualité people sur Match TV[14]. La chaîne disparait en .

Morandini ! (Direct 8, 2006-2012)[modifier | modifier le code]

À partir du , toujours parallèlement à son émission sur Europe 1, il présente Morandini !, une émission quotidienne d'une heure consacrée aux médias diffusée chaque soir en direct sur la chaîne de télévision Direct 8[15]. À partir de , dans le cadre de l'élection présidentielle française de 2007, son émission est provisoirement rallongée pour durer 90 minutes[16]. En , certains médias accusent l'animateur de « bidonnage » : dans le cadre d'une émission spéciale présentée par Jean-Marc Morandini sur Direct 8, à l'occasion des funérailles de Michael Jackson, deux journalistes semblent en duplex depuis Los Angeles, alors qu'ils se trouvent dans un autre studio de la chaîne à Puteaux[17],[18]. L'animateur reconnait « une connerie », qu'il attribue à une erreur d'incrustation de la part du réalisateur, tandis que l'un des deux journalistes, Jean-Luc Geneste, regrette d'avoir participé à l'émission, estimant s'être fait berner[19]. En décembre 2009, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) indique être intervenu auprès de Direct 8, car « ces images, de nature à abuser les téléspectateurs, sont en contradiction avec [...] l'exigence d'honnêteté dans la présentation et le traitement de l'information »[20]. En mars 2011, le CSA adresse de nouveau une mise en garde à Direct 8 pour avoir diffusé dans l'émission Morandini ! un vidéoclip sexuellement explicite sans aucune signalétique « en méconnaissance des règles d'apparition de la signalétique jeunesse »[21]. La dernière émission de Morandini ! est diffusée le [22].

Présumé Innocent (D8, 2009-2011)[modifier | modifier le code]

À partir de , tous les derniers lundis du mois en première partie de soirée sur Direct 8, il présente également Présumé Innocent, un magazine sur des faits de société[23].

Vous êtes en direct (NRJ 12, 2012-2013)[modifier | modifier le code]

Il rejoint NRJ 12 pour animer et produire, via sa société de production, « Ne zappez pas productions »[24], le magazine quotidien Vous êtes en direct, diffusé à partir du du lundi au vendredi en access prime-time[25],[22] à 18h30. En juillet 2013, le CSA rappelle NRJ 12 à ses obligations déontologiques, à la suite de la diffusion le 17 mai d'un reportage présenté avec la mention « en direct » alors qu'il était enregistré quelques jours plus tôt[26].

Crimes (NRJ 12, 2013 -)[modifier | modifier le code]

À partir de février 2013, il présente sur NRJ 12 l'émission Crimes, consacrée aux faits divers[27].

Morandini: télé, people, buzz (NRJ 12, 2013)[modifier | modifier le code]

Du au , il anime, toujours sur NRJ 12, Morandini: télé, people, buzz, toujours en access prime-time du lundi au vendredi à partir de 18 h 55[28], mais l'émission est rapidement déprogrammée par la chaine, faute d'audience[29].

Scandales (NRJ 12, 2014)[modifier | modifier le code]

À partir du , il anime sur NRJ 12 Scandales, une émission décryptant des évènements médiatiques, à l'instar de l'affaire François Hollande-Julie Gayet, la vie sentimentale de Lady Di et l'affaire de dopage concernant Lance Armstrong[30].

Crimes en direct (NRJ 12, 2015-2016)[modifier | modifier le code]

À partir de juin 2015, il présente une nouvelle émission consacrée aux faits divers sur NRJ 12 intitulée Crimes en direct[31]. Suite à la mise en examen du présentateur pour corruption de mineur aggravée en 2016, NRJ 12 décide de supprimer ses apparitions[32].

Face à France (NRJ 12, 2015)[modifier | modifier le code]

Morandini reprend le concept d'émission créée sur la Cinq. Face à France fait ainsi son retour le sur NRJ12. Pour cette nouvelle version, la présentation est assurée par Jean-Marc Morandini. Elle est diffusée en direct chaque mardi en deuxième partie de soirée. Le 18 novembre 2015, l'épisode 5 n'est pas diffusé par NRJ12 à la suite de son opposition à la proposition de Jean-Marc Morandini qui voulait aborder le sujet des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Le 25 novembre 2015, l'épisode 5 est une fois de plus déprogrammé par NRJ12 pour les mêmes raisons citées précédemment. Le 27 novembre 2015, NRJ 12 annonce la déprogrammation définitive de l'émission, officiellement en raison de « l'actualité dramatique persistante »[33]. Le patron de NRJ12 voulait privilégier les sujets légers tels que la téléréalité[34], ce qui ne correspondait pas au concept de départ de l'émission[35].

Morandini Live (i-Télé puis Cnews, 2016-)[modifier | modifier le code]

En , Jean-Marc Morandini est annoncé sur I-Télé à la rentrée de septembre pour y présenter la tranche info de 18 h-19 h[36], tout en restant sur NRJ 12[37].

Dans les semaines qui suivent l'annonce de son arrivée, il est cependant mis en cause pour ses pratiques de casting en tant que producteur et visé par une plainte pour « corruption de mineur aggravée ». Fin août, dans un communiqué, le groupe Canal+ confirme l'arrivée de Jean-Marc Morandini sur la chaîne, au nom du « principe de présomption d'innocence » suite aux accusations portées à son encontre[38] à une date qui reste à déterminer, afin de permettre à l’animateur de préparer sa défense. « Dans le respect du principe de présomption d’innocence, le Groupe Canal + confirme l’arrivée de Jean-Marc Morandini sur iTélé [...] En cas de condamnation, Jean-Marc Morandini et iTélé ont d’ores et déjà prévu qu’il quitterait le groupe sans indemnité »[39]. Alors que l'animateur a été mis en examen, la rédaction d'i-Télé vote une motion de défiance à une très large majorité et la Société des journalistes de la chaîne publie un communiqué exprimant « colère et incompréhension »[40].

Le , pour protester contre l'arrivée de Jean-Marc Morandini, une grève est votée par la rédaction de la chaîne info[41], grève reconduite dans les jours qui suivent[42],[43]. Le premier numéro de Morandini Live n'en est pas moins diffusé le 17 octobre[44] : cette émission consacrée aux médias, filmée grâce à des techniciens de Canal + appelés en renfort pour parer à la grève d'i-Télé, est néanmoins boycottée par les annonceurs publicitaires[45]. La première diffusion de Morandini Live, très médiatisée, se traduit par une nette remontée des audiences de la tranche horaire d'i-Télé, mais le second numéro est suivi par moitié moins de téléspectateurs[46], tandis que les journalistes de la chaîne continuent leur grève. La protestation contre l'arrivée de Morandini s'inscrit dans une contestation plus large de la gestion de la chaîne par le groupe Canal+[47]. La presse et les réseaux sociaux se font l'écho des approximations et des fausses informations qui émaillent les émissions (sujet superficiellement traité[48] ou erroné[49], magnétos mal orthographiés[50], publi-reportage pour Stéphane Plaza et ses agences[51], lecture des communiqués de presse des chaînes ou plagiat d'une page wikipedia en guise de sujet pour la chroniqueuse Rachel Bourlier[52], intervention d'une fausse experte en politique américaine qui n'est en réalité que consultante en ressources humaines[53], duplex avec une prétendue correspondante à New York, présentée comme une spécialiste des séries américaines, se révélant être la fille d'une chroniqueuse, exerçant le métier de photographe à Londres[54],[55]). La désaffection des annonceurs publicitaires se confirme également, plusieurs demandant expressément que leurs publicités ne figurent pas dans la tranche horaire de l'émission[56]. Le , Canal+, propriétaire d'I-Télé, annonce que l'émission est suspendue pour « raisons opérationnelles », jusqu'à la fin de la grève[57],[58].

Le 4 septembre 2017, l'émission Morandini Live revient sur CNews et Non Stop People (Canalsat #46), pour des diffusions chaque jour de la semaine entre 11 h et 12 h[59]. La presse ne se montre pas plus clémente qu'en 2016 à l'égard de l'émission, soulignant son amateurisme, l'indigence de ses analyses ou l'absence de notoriété de ses chroniqueurs[60],[61],[62],[63].

Crimes & faits divers : la quotidienne (NRJ 12, depuis 2018)[modifier | modifier le code]

En août 2018 est annoncé qu'à partir du lundi 3 septembre, la chaîne NRJ 12 décide de miser sur une déclinaison de Crimes en confiant à l'animateur la présentation d'une nouvelle émission consacrée aux faits divers tous les jours en semaine à 13 h 35 intitulée Crimes et faits divers:la quotidienne, afin d'analyser avec des experts des histoires vraies aussi « fascinantes qu'effrayantes ».

Radio[modifier | modifier le code]

Groupe NRJ[modifier | modifier le code]

Après l'arrêt de Tout est possible, Jean-Marc Morandini relance sa carrière en 1998 en rejoignant le groupe NRJ pour animer une émission sur la radio musicale Chérie FM[64], dont il prendra la direction d'antenne ainsi que celle de Nostalgie[65].

Groupe LV&Co[modifier | modifier le code]

En [66], il rejoint le groupe LV&Co de Gérard Louvin, propriétaire des radios Voltage et MFM. En , il remplace au poste de directeur général Christophe Sabot, qui rejoint le groupe Lagardère[67], avant de quitter le groupe LV&Co en pour se concentrer sur l'animation au sein de la radio RMC Info.

RMC[modifier | modifier le code]

À partir d', il anime la tranche de la mi-journée sur RMC[68]. En , il est licencié par la station à la suite d'une interview parue dans Le Parisien, dans laquelle il critiquait sévèrement la politique menée par les dirigeants de NextRadioTV, le qualifiant de « financiers » et non de « journalistes »[69]. En , le tribunal de grande instance de Paris déboute la station qui réclamait 1,5 million d'euros de dommages et intérêts à son ancien animateur pour ses propos[70].

Europe 1[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Morandini au micro d'Europe 1 en 2015.

En , il rejoint Europe 1, pour animer une émission consacrée aux médias du lundi au vendredi entre 10 h 30 et 12 h[71]. En , Le Grand Direct, toujours diffusé du lundi au vendredi sur Europe 1, voit sa durée réduite de trois à deux heures trente de 11 h à 13 h 30[72]. En , il reprend la tranche 11 h - 14 h sur Europe 1 avec Le Grand Direct[73]. Son émission consacrée à la télévision est réduite à une heure, mais suivie d'un talk-show de deux heures consacré à l'actualité[74],[75]. À partir de , il ne présente plus Le Grand Direct des Médias qu'entre 11 h et 12 h, tandis que Patrick Roger reprend la présentation de la tranche de 12 h à 13 h 30, en baisse d'audiences de 8 % sur un an[76]. Désormais, il intervient également dans la matinale vers h 20 pour notamment évoquer les audiences de la veille[77]. En , l'émission consacrée aux médias sur Europe 1 voit son horaire avancé pour être diffusée de h 30 à 10 h 30[78]. À la rentrée 2014, Jean-Marc Morandini comptabilise trois heures d'antennes sur Europe 1. En effet, son émission Le Grand Direct des Médias est divisée en trois parties d'une heure : Le Grand direct des médias, Le Grand direct de l'actu et Le Grand direct de la santé[79],[80].

Presse écrite[modifier | modifier le code]

En , Morandini arrête sa collaboration avec France-Soir après 600 chroniques[81] pour proposer début une chronique dans Direct Soir, le quotidien gratuit du groupe Bolloré, qui contrôle également la chaîne Direct 8[82].

Sites internet[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Morandini lance en le portail internet « toutestnet.com »[83].

Logo de Jean-Marc Morandini
Logo de jeanmarcmorandini.com

Adresse jeanmarcmorandini.com
Description site d'actualités médias
Slogan « Toutes l'actu médias ... et bien plus encore ! »
Publicité Oui
Langue Français
Inscription Facultative
Propriétaire 100 % Jean-Marc Morandini
Lancement été 2006
État actuel actif

En , Jean-Marc Morandini crée un blog, morandini.canalblog.com[84], consacré à l'actualité des médias[85]. Ce site est l'objet de vives critiques pour avoir repris sans citer ses sources des informations et images issus d'autres blogs[86]. Fin , quelques jours avant son arrivée sur Direct 8, Jean-Marc Morandini ferme alors son blog, s'estimant attaqué par « une presse déchaînée et mal intentionnée »[87],[88].

Durant l'été 2006, Jean-Marc Morandini lance une nouvelle version de son blog à l'adresse jeanmarcmorandini.com[89]. En , Morandini annonce[90] qu'il donnera sur son blog les résultats de l'élection présidentielle française dès 18 heures, soit avant l'heure légale de 20 heures[91]. Cependant, après avoir déclenché une campagne médiatique pour expliquer sa démarche, Jean-Marc Morandini renonce finalement, officiellement pour ne pas interférer avec les résultats du vote qui risquaient d'être serrés[92]. Publier les résultats de l'élection avant l'heure officielle constitue une infraction pénale passible de 75 000 euros d'amende[93]. En , présentant son blog comme « le premier site média de France »[94], il noue un partenariat avec le portail Tele7.fr, site officiel de Télé 7 Jours[95]. Ce partenariat prend fin d'un commun accord en 2009[96]. En , le site revendique un million de visiteurs uniques mensuels et plus de 25 millions de pages visitées, soit une audience quadruplée en un an[97]. En , un jury de personnalités réuni par l'hebdomadaire Challenges désigne le blog de Jean-Marc Morandini comme meilleur blog médias de France[98],[99].

À l'été 2008, scooppeople.fr, un nouveau site consacré à l'actualité des célébrités, est fermé alors que le site, « en phase de test pour quelques jours », reprenait sans autorisation des photos de diverses agences de presse[100]. Gérant de la société The People Family[101] qui édite le site[102],[103], Jean-Marc Morandini précisera à la réouverture que « ce site est tenu par des amis qui m'ont demandé de les aider financièrement pour monter leur projet, ce que j'ai fait. Mon rôle s'arrête là. Je n'ai ni le temps, ni l'envie de m'impliquer dans la rédaction ou la ligne éditoriale de ce site »[104].

Critiques et polémiques[modifier | modifier le code]

Le site jeanmarcmorandini.com essuie de nombreuses critiques au fil des années et devient le sujet de diverses polémiques.

L'indépendance de Jean-Marc Morandini a été contestée dans la mesure où il travaille pour des groupes partiellement spécialisés dans les médias : le groupe Lagardère sur Europe 1 et le groupe Bolloré sur Direct 8 (où son émission est produite par la société Endemol[105]). « Ma liberté de parole est totale. Mais de toute façon, à la télévision comme sur cette station, je n'ai jamais reçu le moindre coup de fil... », affirmait toutefois l'animateur en [106], avant de préciser en  : « quand j'ai une info sur Lagardère ou Bolloré, je demande l'autorisation avant de la sortir »[4]. « Il préfère le scoop à la précision », estime Télérama[4]. « Au fond, il n'a pas l'esprit journalistique, ce respect sacré de la vérité, analyse une reporter d'Europe 1. C'est plutôt un bateleur qui sait vendre une info, sinon la survendre. ». Sur son blog, certaines informations ont été présentées comme exclusives bien que plusieurs autres médias les aient relayées auparavant[107]. Télérama le qualifie d'« expert médias le plus douteux du secteur »[108]. Jean-Marc Morandini s'entoure de journalistes peu expérimentés ou de simples stagiaires[106] : « Les stagiaires, c'est la base du système Morandini. Sans ces petites mains, il ne pourrait pas cumuler autant d'activités. » souligne l'un de ses anciens collaborateurs interrogé par Télérama. Une attachée de presse de France Télévisions précise que le responsable du blog est un « type charmant qui passe systématiquement tous les communiqués qu'on lui envoie »[4]. Fin 2009, Jean-Marc Morandini précise qu'aucun stagiaire ne travaille pour son blog, alimenté par une équipe de salariés[96]. Jean-Marc Morandini a transformé son nom en une marque utilisée par exemple dans le nom de son émission sur Direct 8 et le titre de ce blog, ce qui amène certains à juger que l'animateur a « un ego surdimensionné ». « Son blog ne fonctionne qu'autour de son nom, visible absolument partout. Rien que sur la page d'accueil, on trouve plus de quinze fois le mot « Morandini » et cinq photos de lui », s'est ainsi agacé le blogueur Luc Mandret[109]. « Sur MON blog, je parle de moi... Vous imaginez le scandale ! » ironise en réponse l'animateur[110]. La présence de Jean-Marc Morandini sur quatre supports (télévision, radio, presse écrite et internet) lui permet d'utiliser et de recycler plusieurs fois une même information. « Morandini relaie une rumeur sur son blog, la dément sur Europe 1 puis résume toute la polémique sur Direct 8. À lui seul, il fait l'actu. » explique Télérama[4].

Selon certains internautes[111],[112], la modération des commentaires sur le site de Jean-Marc Morandini ne consiste pas seulement à supprimer les messages illégaux, mais également certains commentaires jugés trop critiques envers l'animateur ou s'opposant à ses vues[113]. « Les blogueurs peuvent nous attaquer mais si c'est du style le site est à chier, on se permet de retirer le commentaire. On ne force personne à venir consulter nos pages », explique Kévin Vatant, l'assistant de Jean-Marc Morandini chargé du blog fin 2007[114]. Le manque de modération des commentaires pose au contraire problème à certaines personnalités tel Patrick Sébastien qui déclare en 2010 : « si tu vas sur le blog de Morandini, c'est à gerber ! ». Jean-Marc Morandini lui répond : « le principe est la modération a posteriori car j'estime que les visiteurs sont des gens raisonnables. »[115]. Par ailleurs, le site est régulièrement accusé de plagier des articles ou des photos d'autres sites internet. Le blog a ainsi copié sans mentionner la source et sans autorisation une photo du site GuiM.fr en (enlevée ensuite à la suite d'une réclamation du site)[116], un article du site Zataz en (avec l'insertion des images hébergées sur ce site par simple copier-coller)[117], un article de MediaBB en [118] ou encore un billet de BlogiPhone en (légèrement modifié quelques heures après sa mise en ligne)[119]. Il a également plagié de petits blogs comme celui de Tux.fr[120] qui avait alors réagi à une bourde commise lors d'une émission de TF1.

En mai 2011, ce blog fait l'objet de plusieurs attaques : le site est envahi de plusieurs centaines de messages d'insultes proférées à l'encontre de l'animateur[121]. En août 2011, des pirates parviennent à bloquer totalement l'accès au site pendant plusieurs jours[122],[123].

Offres de rachat et vente[modifier | modifier le code]

Propriétaire de son blog via la société The Web Family[124], Jean-Marc Morandini a refusé plusieurs offres de rachat de son site. Ainsi en , alors qu'une insistante rumeur annonçait une offre d'achat pour un million d'euros de la part du groupe Lagardère (dont fait partie Europe 1) et que Jean-Pierre Elkabbach, à l'époque président d'Europe 1, a publiquement souhaité que le blog soit intégré au site internet de la station[125], l'animateur a indiqué que son blog n'était pas « à vendre » et annoncé qu'il recrutait un collaborateur pour alimenter le site, qui, selon lui, reçoit à l'époque 150 000 visiteurs uniques par jour[126]. En , lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes médias, Jean-Pierre Elkabbach a affirmé qu'Europe 1 percevait « une quote-part sur les recettes publicitaires du blog », ce qu'a démenti Jean-Marc Morandini, qui évoque régulièrement les articles de son site lors de son émission sur la station[127]. Selon le président d'Europe 1, il est par ailleurs nécessaire que Jean-Marc Morandini « améliore la qualité » de son blog, qui revendique 500 000 visiteurs uniques chaque mois et emploie trois salariés, mais est accusé de reprendre les informations parues dans d'autres médias. Fin 2009, Jean-Marc Morandini indique avoir (au cours de l'année) « refusé à deux reprises de vendre le blog, en totalité ou en partie, en échange de plusieurs millions d'euros »[96]. En octobre 2011, Jean-Marc Morandini vend son blog au groupe Bolloré Médias[128]. Le 21 janvier 2013, l'entreprise vend ses parts à Jean-Marc Morandini qui redevient alors seul propriétaire du site jeanmarcmorandini.com [129].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Fréquentation du site internet[modifier | modifier le code]

En , Ozap.com (nouveau nom d'Imedias.biz à partir d'avril 2008[130]) annonce avoir attiré 909 000 visiteurs uniques au mois de selon Médiamétrie/Nielsen[131], ce qui place le site derrière Programme-tv.net et Programme.tv mais devant le blog de Jean-Marc Morandini dont il est le principal concurrent. Évoquant des « informations erronées » bien que confirmées par d'autres médias[132],[133], Jean-Marc Morandini affirme quant à lui être toujours « le premier blog média de France »[134]. Médiamétrie précise que l'animateur « mélange [...] des chiffres qui ne sont pas comparables »[135] en utilisant à son avantage deux chiffres calculés selon des méthodes différentes[136] et en septembre 2009, convaincue en première instance de « concurrence déloyale » pour utilisation « [d']affirmations inexactes et de chiffres mensongers »[137], la société éditrice de son blog est condamnée à verser 5 000 euros à Ozap.com pour couvrir les frais de justice[138],[139]. Jean-Marc Morandini fait appel de cette décision[137]. Fin 2009, il affirme être « très largement numéro un face à [se]s concurrents », avec près de 1,4 million de visiteurs uniques par mois[96]. En janvier 2012, peu avant le jugement en appel, un accord à l'amiable est trouvé entre les deux sites. Le blog de Jean-Marc Morandini publie un communiqué « Nous avions à l'époque commis une confusion involontaire entre les chiffres [de] deux interfaces, et rectifions aujourd'hui notre erreur, à la demande de notre concurrent, auquel nous présentons nos excuses » et verse 5 000 euros de dommages et intérêts au propriétaire d'Ozap.com[140],[141].

Après une première condamnation pour « concurrence déloyale » envers Ozap.com en 2009, le blog de Morandini est de nouveau condamné pour le même motif en novembre 2012. Le préjudice porte sur plusieurs articles signés par Emmanuel Berretta pour le site internet du Point où la Cour d'appel de Paris parle d'un « pillage quasi systématique » des informations et de « comportement parasitaire » lui ayant permis de tirer profits de ces informations sur le plan publicitaire. Il est condamné à verser 50 000 euros de dommages et intérêts au magazine[142]. En 2014, la Chambre commerciale de la Cour de cassation donne raison à Jean-Marc Morandini dans cette affaire[143].

En , l'animateur annonce sur son blog qu'il engage une action en justice contre Raphaëlle Ricci[144], professeur de Star Academy ayant eu sur W9 des mots très durs à l'encontre de l'animateur, qui l'avait critiquée à de multiples reprises sur son blog. Par ailleurs, Jean-Marc Morandini réclame 20 000 euros à imedias.biz, qui a mis en ligne une vidéo de cette intervention, pour les « préjudices moral et professionnel subis », alors que dans le même temps il n'attaque ni la chaîne qui a diffusé les propos de Raphaëlle Ricci ni l'ensemble des sites internet qui ont repris l'intervention[145]. Également spécialisé sur les informations sur les médias, Imedias.biz est le principal concurrent du blog de l'animateur[146].

En février 2010, le site 20minutes.fr est condamné par le tribunal de grande instance de Paris pour diffamation à la suite d'un article reprochant au blog de Jean-Marc Morandini de ne pas citer l'auteur original des informations publiées[147].

Recettes publicitaires[modifier | modifier le code]

La société éditrice du site Internet de Jean-Marc Morandini a été condamnée le 1er mars 2013 par la cour d'appel de Paris à verser 171 000 euros à son ancien prestataire technique, selon un arrêt consulté lundi 4 mars par l'AFP. Cette somme correspond aux recettes publicitaires que The Web Family, la société éditrice de Jean-Marc Morandini, devait reverser à son ancien prestataire entre 2010 et 2011. Interrogé par l'AFP, Jean-Marc Morandini a indiqué qu'il comptait se tourner vers la Cour de cassation[148].

Mises en cause dans des affaires de mœurs[modifier | modifier le code]

Le , le magazine Les Inrockuptibles publie une enquête[149] portant sur les castings de la web-série Les Faucons, une fiction sur une équipe de football amateur produite par Jean-Marc Morandini. Selon l'hebdomadaire, les jeunes acteurs — âgés de 17 à 25 ans — qui postulaient pour la série ont eu de nombreux échanges par courriel avec une certaine « Catherine Leclerc », censément la directrice de casting, qui leur demandait de fournir des photos ou des vidéos les montrant nus ou se masturbant, allant jusqu'à suggérer à l'un d'eux d'accorder des faveurs sexuelles à l'animateur[149]. Selon l'enquête, le compte de « Catherine Leclerc », sur le site où étaient publiées les annonces de casting, aurait en réalité été utilisé par plusieurs membres de la société de production de Jean-Marc Morandini, voire peut-être par Morandini lui-même ; la photo apparaissant sur son profil est celle de Sophie Junker, une chanteuse soprano belge[149],[150], qui n'a rien à voir avec l'affaire. L'animateur aurait notamment reçu lui-même un comédien dans les locaux d'Europe 1 et lui aurait demandé de se mettre nu pour le prendre en photo[149]. Les acteurs cités par l'enquête regrettent avoir participé à ce tournage, où la nudité était presque omniprésente[149]. Leurs contrats de travail font par ailleurs polémique, de nombreuses heures n'ayant pas été correctement déclarées ni payées[149],[151]. Marianne parle de « rapports malsains » avec les jeunes acteurs[152] et Télérama de « pratiques douteuses »[153]. À la suite de la publication de l'enquête, l'animateur annonce porter plainte pour diffamation[154]. Contacté par Closer, il se dit « sous le choc » devant de telles accusations, et dénonce « un papier à charge, fait pour [le] descendre »[155].

À la suite de ces témoignages, une autre personne déclare avoir subi en 2012 le même comportement de la part de Jean-Marc Morandini et de son assistant Kévin Vatant, affirmant avoir été, après une séance de photos réalisée au domicile de Vatant, victime d'attouchements de la part de l'animateur[156],[157].

En réaction à ces accusations, le directeur d'Europe 1, Fabien Namias, demande à Jean-Marc Morandini de rentrer de ses congés pour s'expliquer. La station aurait demandé sa démission, ainsi que la chaîne NRJ 12, où l'animateur présente l'émission Crimes[158]. Sa rentrée médiatique sur I-Télé en septembre est également compromise par cette affaire[158].

Le 19 juillet, Jean-Marc Morandini organise une conférence de presse durant laquelle il conteste les faits qu'on lui reproche, expliquant qu'« évidemment il y a eu des maladresses et [qu'il est] en train de [s]'en occuper, mais franchement tout cela est monté en épingle de façon pitoyable pour faire du sensationnel »[159]. Par ailleurs, il affirme avoir été victime de menaces et dénonce un chantage de la part de l'animateur Marc-Olivier Fogiel, car selon lui ce dernier n'aurait pas apprécié ses articles concernant les audiences de ses émissions[160] ; il annonce qu'il va porter plainte contre lui, ainsi que contre l'animateur Matthieu Delormeau, — qu'il accuse d'être le complice de Fogiel —[161] et Les Inrockuptibles[162],[163]. Peu après, Marc-Olivier Fogiel annonce de son côté porter plainte contre Morandini pour « dénonciation calomnieuse et diffamation »[164], affirmant notamment que cette charge contre lui est « un écran de fumée, une tentative de diversion classique et pathétique »[165]. Matthieu Delormeau nie également être lié à cette affaire et annonce porter plainte lui aussi[160].

Dans le numéro suivant daté du , Les Inrockuptibles publient de nouvelles révélations[166], à partir de nouveaux témoignages, concernant notamment une accusation de drague d'un mineur de 15 ans sur Twitter[167] et la présence en tournage d'un comédien mineur sans autorisation parentale[166],[168], cette dernière accusation étant démentie par l'animateur[169].

L'association La Voix de l'enfant déclare se constituer partie civile dès qu'elle aura reçu les plaintes des différentes victimes[168], et sera défendue par Francis Szpiner et François Baroin[170].

Le 26 juillet, Europe 1 précise dans un communiqué que « d'un commun accord » l'animateur se met « provisoirement en retrait de l'antenne », tout en restant salarié de la station[171] ; il est remplacé pendant son absence par Thomas Joubert[172]. Le lendemain, L'Obs publie une enquête révélant que les méthodes de castings reprochées à Jean-Marc Morandini avaient déjà cours en 2006. L'animateur, qui disait à l'époque vouloir produire un remake français du film américain Ken Park, a auditionné pour ce projet pendant plusieurs années de nombreux jeunes acteurs, qui étaient invités à poser pour des photos dénudées[173].

Ce même mois, une plainte est déposée contre Jean-Marc Morandini par l'avocat de trois comédiens pour « harcèlement sexuel » et « travail dissimulé »[173]. Fin juillet et début août, le parquet de Paris ouvre deux enquêtes préliminaires à son encontre, l'une pour « corruption de mineur » et l'autre pour « harcèlement sexuel et travail dissimulé »[174]. Le 21 septembre, il est placé en garde à vue[175]. Au terme des 48 heures, il est déféré pour être présenté à un juge[176],[177] puis mis en examen pour « corruption de mineur » aggravée par l'utilisation d'un moyen de communication électronique, et placé sous contrôle judiciaire[178]. Cette mise en examen ne porte pas sur l'affaire des castings, mais sur la plainte concernant les messages SMS sexuellement explicites que l'animateur aurait envoyé en 2013 à un adolescent de quinze ans, croisé à l'occasion d'une émission[179].

Le 26 septembre, NRJ 12 décide de refaire le montage des futurs numéros de Crimes que devait présenter Morandini, afin que celui-ci ne soit plus physiquement présent à l'antenne. L'affaire n'empêche cependant pas l'animateur d'arriver sur I-Télé, malgré les protestations des journalistes de la chaîne[180],[38].

En octobre, Le Point et Les Inrockuptibles publient de nouveaux articles sur les méthodes de casting de Jean-Marc Morandini, cette fois au sujet des photos sexy réalisées au début des années 2000 pour Génération Gay, un site internet qui était alors publié par l'une des sociétés créées par l'animateur. Un homme, âgé à l'époque de 18 ans, dit avoir passé un casting pour le site en présence de Jean-Marc Morandini, qui aurait alors obtenu de lui une relation sexuelle. Les Inrockuptibles estiment que Génération Gay a été pour Morandini « une sorte de laboratoire », qui lui aurait servi à mettre en place un modus operandi utilisé par la suite lors de ses autres castings[181],[182],[183].

En janvier 2017, l'enquête portant sur les castings est classée sans suite par la justice, en raison d'« infractions insuffisamment caractérisées ». L'animateur demeure cependant mis en examen pour corruption de mineurs aggravée, dans le cadre de deux plaintes sans rapport avec l'affaire des castings[184].

À l'été 2018, l'enquête visant Jean-Marc Morandini pour « harcèlement sexuel » et « travail dissimulé » est relancée, à la suite d'une nouvelle plainte déposée par trois acteurs des Faucons. En août, une juge est désignée pour instruire l'affaire[185].

Atteinte à la vie privée[modifier | modifier le code]

Le 17 janvier 2017, Jean-Marc Morandini est condamné par le TGI de Paris à verser la somme de 6500 euros (5000 euros de dommages et intérêts et 1500 euros de frais d'avocat) à Matthieu Delormeau pour atteinte à la vie privée, en raison des propos tenus lors de sa conférence de presse de juillet 2016[186].

Revenus[modifier | modifier le code]

Fin 2008, ses différentes activités lui rapportent officiellement 15 000 euros par mois, voire le triple selon son entourage[4]. En 2011, ses revenus pour ses activités audiovisuelles sont de près de 19 000 euros par mois[187]. Somme qu'il confirme le dans son émission Le grand direct, face à Samuel Étienne[188]. En 2014, invité de l'émission C à vous sur France 5, il confie à Anne-Sophie Lapix gagner 9 000 euros bruts par mois à la radio. En revanche, il ne dévoile pas les revenus qu'il tire de ses prestations sur NRJ 12 et les dividendes annuelles qu'il touche de ses sociétés de productions.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Bal des faux-culs, Paris, Éditions L'Archipel, , 258 p. (ISBN 2-84187-572-5)
  • L'enfer du décor, Paris, Éditions L'Archipel, , 325 p. (ISBN 2-84187-678-0)
  • Télé-vérité : Parents, vos enfants sont en danger !, Paris, Éditions L'Archipel, , 232 p. (ISBN 2-84187-799-X)
  • Télé, l'implosion : Chronique d'un désastre annoncé, Paris, Éditions L'Archipel, , 305 p. (ISBN 2-84187-988-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jean-Marc Morandini sur l’Internet Movie Database
  2. « Les stars: Jean-Marc Morandini », sur Gala.fr (consulté le 10 février 2011)
  3. Matthias Gurtler, « Jean-Marc Morandini », sur VSD,
  4. a b c d e et f Erwan Desplanques, « Le système Morandini », Télérama no 3064, , p. 42-44
  5. « Biographie Jean-Marc Morandini », sur PureMédias (consulté le 7 octobre 2012)
  6. a b et c « Jean-Marc Morandini », Gala.fr (consulté le 8 juin 2009).
  7. « Biographie de Jean-Marc Morandini », sur purepeople.com (consulté le 2 janvier 2010)
  8. Jérôme Roulet, « Tout est possible » sur toutelatele.com
  9. a b et c Jean-Marc Morandini sur iTélé: l'animateur le plus décrié du Paf, L'Express, 23 juin 2016
  10. Agnès Brunet, « Rencontre : Jean-Marc Morandini », Le Point,
  11. Pierre Marcelle, « Après-coup. Zappez ! “Tout est possible” », Libération,
  12. Laurence Rémila, « La balance », Technikart no 81,
  13. « Les télés se prennent les têtes. Une rentrée entre “quête du sens” et échange de stars de l'audience », Odile Benyahia-Kouider et Anne Boulay, Libération, [précision nécessaire]
  14. « Match TV confie son JT à Jean-Marc Morandini », sur Stratégies,
  15. « "Morandini !" dès lundi au quotidien sur Direct 8 », sur Imedias.biz,
  16. « Jean-Marc Morandini voit son émission allongée sur Direct 8 », sur Imedias.biz,
  17. Augustin Scalbert, dessous « Chez Morandini, Los Angeles est à l'étage en dessous » sur Rue89, 10 juillet 2009
  18. Erwan Desplanques, « Morandini bidonne en exclusivité son duplex Paris-Los Angeles », Télérama, 18 juillet 2009
  19. A.L, « Morandini accusé de bidonnage », Le Parisien/Aujourd'hui en France, 25 juillet 2009
  20. Conseil supérieur de l'audiovisuel, « Émission Morandini ! : intervention auprès de Direct 8 », sur csa.fr,
  21. CSA, « Vidéomusique « Juste mon homme » de Lucie Bernardoni sous-classifiée : Direct 8 mise en garde », sur csa.fr,
  22. a et b T.R., « Jean-Marc Morandini (NRJ 12) : "Je suis triste de quitter Direct 8" (VIDEO) », sur programme-tv.net,
  23. Kévin Vatant, « JM Morandini aux commandes d'un nouveau magazine sur Direct8 », sur jeanmarcmorandini.com,
  24. Marie-Hélène Soenen, « Morandini recycle Morandini avec sa nouvelle émission “Vous êtes en direct” », sur television.telerama.fr,
  25. Damien Mercereau (TV Magazine), « Jean-Marc Morandini sur NRJ12 à la rentrée », sur tvmag.lefigaro.fr,
  26. Vous êtes en direct sur NRJ12 épinglé par le CSA pour un faux duplex Julien Bellver, puremedias.com, 18 juillet 2013
  27. « Jean-Marc Morandini : "Ce qui marche le plus, dans Crimes, c'est la petite histoire de village" », Télé Loisirs, 17 novembre 2014.
  28. Kevin Boucher, « NRJ 12 : "Jean-Marc Morandini revient à la rentrée avec une toute émission" » sur PureMédias, 6 août 2013.
  29. « Jean-Marc Morandini voit son émission de NRJ12 déprogrammée dès vendredi faute d'audience », sur RTL.fr,
  30. Blaise de Chabalier, « Morandini surfe sur les scandales », Le Figaro, encart « Culture », mercredi 21 mai 2014, page 34.
  31. « Jean-Marc Morandini prépare une nouvelle émission sur NRJ12 », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  32. Prisma Média, « Jean-Marc Morandini ne présentera plus Crimes, son émission sur NRJ12 - Voici », Voici.fr,‎ (lire en ligne)
  33. http://www.jeanmarcmorandini.com/article-345929-nrj12-annonce-la-deprogrammation-definitive-de-face-a-france-en-raison-de-l-actualite-dramatique.html
  34. http://www.meltybuzz.fr/jean-marc-morandini-face-a-france-deprogrammee-twitter-est-en-colere-a476062.html
  35. http://www.metronews.fr/culture/jean-marc-morandini-evoque-la-fin-de-face-a-france/mokC!hZhVjZxV9rzM/
  36. Benoît Daragon, « Canal+ dévoile une grille de rentrée profondément remaniée » sur PureMédias, 27 juin 2016.
  37. Benjamin Meffre, « Jean-Marc Morandini arrive sur iTÉLÉ » sur PureMédias, 21 juin 2016.
  38. a et b Gary Assouline, « Canal Plus confirme l'arrivée de Jean-Marc Morandini sur iTélé », Le Huffington Post.fr, 25 août 2016.
  39. « Affaire Morandini : Le groupe Canal+ confirme l'arrivée de Jean-Marc Morandini sur iTélé », 20 minutes.fr, 25 août 2016.
  40. Audrey Kucinskas, « Jean-Marc Morandini, "renoncez" : la lettre des journalistes d'iTélé à l'animateur », L'Express.fr, 13 octobre 2016.
  41. Charles Decant, « La grève votée à iTELE » sur PureMédias, 17 octobre 2016.
  42. « Affaire Morandini : grève reconduite à iTELE à 81 % des voix », sur Europe 1,
  43. « 3e jour de grève à i-Télé : "C’est une chaîne qu’on enterre" », sur Teleobs, (consulté le 20 octobre 2016)
  44. « ITélé : la première surréaliste de Morandini sur fond de grève », L'Obs.com, 17 octobre 2016.
  45. « Morandini : ses débuts surréalistes sur i>Télé ! », Le Point.fr, 18 octobre 2016.
  46. « Après s'être vanté des audiences de sa 1ère, Morandini se plante pour sa 2ème sur iTélé », The Huffington Post.fr, 19 octobre 2016.
  47. Alexis Delcambre, « i-Télé : nouveau départ d’un cadre de la rédaction, la grève reconduite jusqu’à lundi matin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  48. Envers et contre (presque) tous, Jean-Marc Morandini a fait ses débuts à i-Télé sur lemonde.fr du 17 octobre 2016
  49. «Morandini Live»: Erreurs, pub absente... Ça se lâche sur Twitter pour la première de l'émission sur 20minutes.fr du 18 octobre 2016
  50. Morandini : ses débuts surréalistes sur i>Télé ! sur lepoint.fr du 4 septembre 2017
  51. Stéphane Plaza invité de "Morandini Live" : "Je ne savais pas qu'il y avait une grève à iTELE" sur 4 novembre 2016
  52. Quotidien, TMC : quand Rachel Bourlier de chez Morandini Live recopie les pages Wikipédia ! sur telestar.fr du 25 octobre 2016
  53. Morandini Live: l'animateur interroge une fausse experte en politique américaine sur 20minutes.fr du 18 octobre 2016
  54. Polémique Morandini, audience en chute, grève… Semaine sous haute tension à iTélé sur http://tvmag.lefigaro.fr du 22 octobre 2016
  55. VIDEO. Morandini se justifie avec peine sur Samantha, sa fausse correspondante sur lexpress.fr du 21 octobre 2016
  56. « Les annonceurs fuient "Morandini Live" », Le Figaro.fr, 20 octobre 2016.
  57. « Canal+ annonce la suspension temporaire de l'émission de Morandini sur iTélé », Le Figaro.fr, 24 octobre 2016.
  58. « Pourquoi la crise s’enlise à i-Télé », Le Monde.fr, 24 octobre 2016.
  59. Charles Decant, « "Morandini Live" : Fidèle à lui-même, Jean-Marc Morandini a fait son retour sur CNews » sur PureMédias, 4 septembre 2017
  60. "Morandini Live" : la rentrée ratée de Jean-Marc Morandini sur CNews sur lepoint.fr du 4 septembre 2017
  61. Au secours, Jean-Marc Morandini est de retour sur CNews ! sur telerama.fr du 4 septembre 2017
  62. Couacs, chroniqueurs inconnus: le retour confus de Morandini Live sur lexpress.fr du 4 septembre 2017
  63. Morandini Live : quel avenir pour l’émission de Jean-Marc Morandini ? sur tvmag.lefigaro.fr du 4 septembre 2017
  64. « Chérie FM - Retour de Jean-Marc Morandini », sur RadioActu,
  65. « Jean-Marc Morandini cumulera la direction d'antenne de Chérie FM et de Nostalgie », sur Stratégies,
  66. « Jean-Marc Morandini quitte LV&Co », sur Stratégies,
  67. « Christophe Sabot quitte le groupe LV&Co et cède sa place à Morandini », sur Stratégies,
  68. « Jean-Marc Morandini, animateur sur RMC Info », sur Stratégies,
  69. « Jean-Marc Morandini quitte RMC Info pour propos diffamatoires », sur Stratégies,
  70. « RMC débouté face à Jean-Marc Morandini », sur Stratégies,
  71. « Jean-Marc Morandini rejoint Europe 1 », sur Stratégies,
  72. « Saquée par Europe 1 », Voici, 23 août 2009.
  73. « Jean-Marc Morandini se lance dans "le grand direct" », sur Imedias.biz,
  74. Pierre de Boishue, « Dans les coulisses… du « Grand Direct » d'Europe 1 », Le Figaro,
  75. « Tout est encore possible avec Morandini », Le Canard enchaîné,‎ (lire en ligne)
  76. Julien Bellver, « Jean-Marc Morandini remplacé à la mi-journée sur Europe 1 », sur Ozap.com,
  77. Julien Bellver, « Jean-Marc Morandini perd sa tranche du midi sur Europe 1 », sur Ozap.com,
  78. M. M., « Europe 1 : Canteloup rempile, Cahour confirmé », sur programme-tv.net,
  79. « Jean-Marc Morandini récupère la case de Cyril Hanouna sur Europe 1 », Benoit Daragon, Ozap.com, 6 juin 2014.
  80. « Morandini sur Europe 1 à la rentrée 2014 : 3h de direct…encore plus d'antenne. Quelles nouveautés ? », Nouveautés Médias.com, 30 juin 2014.
  81. Kévin Vatant, « Jean-Marc Morandini annonce son départ de France Soir », sur jeanmarcmorandini.com,
  82. communiqué de presse de Direct Soir, « Direct Soir lance une rubrique Média avec JM Morandini » sur jeanmarcmorandini.com,
  83. « Jean-Marc Morandini lance toutestnet.com », sur Stratégies,
  84. « Le premier blog de Morandini », sur morandini.canalblog.com
  85. « Jean-Marc Morandini blogue la télé », sur ozap.com,
  86. Raphaël Garrigose et Isabelle Roberts, « Morandini à tous les râteliers », sur liberation.fr,
  87. Loïc Le Meur, « Jean-Marc Morandini ferme son blog »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur loiclemeur.com,
  88. « Pourquoi j'ai décidé de fermer mon blog... », sur jeanmarcmorandini.com,
  89. « Message de Jean-Marc Morandini », sur jeanmarcmorandini.com,
  90. « Résultats à 18h: Et si on sortait de la polémique stérile ? », sur jeanmarcmorandini.com,
  91. « Morandini veut donner des résultats dès 18h », sur Le Nouvel Observateur,
  92. « Jean-Marc Morandini renonce à publier les résultats sur son blog avant 20 heures », sur La Tribune,
  93. « Jean-Marc Morandini respectera l'embargo sur les résultats », sur la-croix.com,
  94. « Le blog change: Plus d'infos, de couleurs... Moins de pub ! », sur jeanmarcmorandini.com,
  95. Dépêche de l'Agence France-Presse, « Lagardère Active lance "télé7.fr" et va créer 100 nouveaux sites d'ici 2009 »,
  96. a b c et d Jean-Marc Morandini, « Bilan 2009 et vœux pour 2010 », sur jeanmarcmorandini.com,
  97. « Avril 2008: De nouveaux records pour jeanmarcmorandini.com ! », sur jeanmarcmorandini.com,
  98. David Abiker, « Le classement des meilleurs blogs par le magazine Challenges », sur france-info.com,
  99. « jeanmarcmorandini.com élu meilleur blog médias de France », sur jeanmarcmorandini.com,
  100. « Morandini: son nouveau site people est mort-né », sur 20minutes.fr,
  101. « The People Family », sur societe.com
  102. « Contact et mentions légales »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur scooppeople.fr
  103. « Morandini : pub (clandestine) pour Morandini », sur Arrêt sur images,
  104. « Profitez du week-end pour découvrir l'actu People ! » », sur jeanmarcmorandini.com,
  105. « Morandini, un père la morale cathodique », sur 20minutes.fr,
  106. a et b Emmanuelle Skyvington, « Mordant Morandini », Télérama no 2997,
  107. Simon Piel, « EXCLU : Morandini ne lit pas « Jeune Afrique » »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017) sur Bakchich,
  108. Aude Dassonville, « Affaire Morandini : l'hallucinante contre-attaque de l'animateur », sur telerama.fr, (consulté le 20 juillet 2016)
  109. Luc Mandret, « J6M : Jean-Marc Morandini Moi-Même Maître des Médias » sur le site officiel de Marianne,
  110. Jean-Marc Morandini, « Sur mon blog, je parle de moi : ça vous gêne ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017) sur le site officiel de Marianne,
  111. « Morandini le censeur », sur blog politique de Luc Mandret,
  112. « Quand J-M Morandini efface des messages dérangeants… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur rabatjoie-tv.com,
  113. « Morandini adore les vidéos d'Arrêt sur images », sur Arrêt sur images
  114. « Mise en abîme médiatique », sur ipjmag.free.fr,
  115. « Clash : Patrick Sébastien fustige, Morandini répond ! », sur entrevue.fr,
  116. « Jean-Marc Morandini se sert chez les autres », sur GuiM.fr,
  117. « Jean-Marc Morandinni piraté pour du semblant ! », sur zataz.com,
  118. « Quand Morandini plagie MediaBB ! », sur MediaBB,
  119. « Morandini aussi lit le BlogiPhone », sur BlogiPhone,
  120. « Et si morandini se la coulait douce ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Tux.fr,
  121. Jean-Marc Morandini, « Cyber-Attaque contre JeanMarcMorandini.com », sur jeanmarcmorandini.com,
  122. « Plus de 72h de calvaire pour le site Web de Jean-Marc Morandini, et ce n'est pas terminé », sur lepost.fr,
  123. Jean-Marc Morandini, « JeanMarcMorandini.com victime à nouveau d'une attaque informatique hier », sur jeanmarcmorandini.com,
  124. Anne-Lise Carlo, « Morandini, marque média », Stratégies no 1468, , page 27
  125. Léna Lutaud, « Morandini en bisbille avec Elkabbach », Le Figaro,
  126. Nicolas Rauline, « Un blog très convoité », Metro,
  127. Raphaëlle Baillot, « Le blog de Jean-Marc Morandini dans la ligne de mire de Jean-Pierre Elkabbach », 20 minutes,
  128. Renaud Revel, « Pourquoi Jean-Marc Morandini a vendu son site », sur lexpress.fr,
  129. Jean-Marc Morandini rachète à Bolloré sa participation dans le site jeanmarcmorandini.com jeanmarcmorandini.com, 21/01/2013
  130. Aude Courtin, « imedias.biz devient ozap.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017) sur journalismes.net,
  131. « Le chiffre du jour : 909.000 », sur Ozap.com,
  132. C.C., « Jean-Marc Morandini : guerre des communiqués - Problèmes de chiffres » sur le site officiel de Voici,
  133. « La guerre continue entre Ozap.com et Jean-Marc Morandini » [archive du ], sur tele-news.org,
  134. « jeanmarcmorandini reste le 1er blog media de France » sur jeanmarcmorandini.com,
  135. « Détrôné par le site Ozap, Morandini trafique les chiffres d'audience », sur Arrêt sur images,
  136. « Morandini est déchu », sur Le Post,
  137. a et b Marc Rees, « L'avocat de Jean-Marc Morandini nous écrit... », PC Inpact, 22 octobre 2009.
  138. Emmanuel Berretta, « Le site de Morandini condamné pour "concurrence déloyale" au détriment d'Ozap.com » [archive du ], sur lepoint.fr,
  139. A.R., « Le site de Jean-Marc Morandini condamné », 20 minutes, 20 octobre 2009
  140. « Erratum à propos de chiffres d'audiences de novembre 2008 », sur jeanmarcmorandini.com,
  141. « Communiqué de puremedias.com », sur PureMédias,
  142. Fabienne Schmitt, « Jean-Marc Morandini condamné pour concurrence déloyale vis-à-vis du « Point » », sur Les Échos.fr,
  143. « Victoire de Jean-Marc Morandini sur le Point », sur Le Journal du net.com (consulté le 15 août 2016)
  144. « Communiqué: JMM attaque en justice Raphaëlle Ricci », sur jeanmarcmorandini.com,
  145. « Jean-Marc Morandini assigne imédias en justice », sur imedias.biz,
  146. Augustin Scalbert, « Morandini susceptible… avec son principal concurrent », Rue89,
  147. « Morandini fait condamner 20 Minutes.fr » (consulté le 15 août 2016)
  148. Le site de Morandini condamné à verser 171 000 euros à un ex-prestataire sur lemonde.fr du 4 mars 2013
  149. a b c d e et f Fanny Marlier, « Enquête sur les pratiques de Jean-Marc Morandini », sur lesinrocks.com,
  150. « #Morandinigate : le patron du site de castings Nawak se défend », Rue89, 14 juillet 2016.
  151. Louis Ritot, « Affaire Morandini : nu frontal, vidéos de masturbation, travail dissimulé... Un témoin renchérit ! », Closermag.fr, 20 juillet 2016.
  152. « Nudité exigée, masturbation souhaitée… des dessous malsains de castings de Morandini dévoilés par "Les Inrocks" », Marianne.net, 12 juillet 2016.
  153. « Une enquête des "Inrocks" révèle les pratiques douteuses de Jean-Marc Morandini », Télérama.fr, 13 juillet 2016.
  154. « Morandini va porter plainte contre "Les Inrocks" », Le Point.fr, 12 juillet 2016.
  155. « Jean-Marc Morandini : l'animateur réagit à l'enquête des Inrocks », sur Télé Star.fr,
  156. « Affaire Morandini : les langues se délient », sur Marianne.net,
  157. « Affaire Morandini : un nouveau témoignage accable l'animateur », Le Figaro.fr, 14 juillet 2016.
  158. a et b « Scandale Jean-Marc Morandini : Europe 1 le pousse à la démission », sur Voici.fr, (consulté le 14 juillet 2016).
  159. « Affaire Morandini : "On veut me tuer" », Le Figaro.fr, 19 juillet 2016.
  160. a et b « Morandinigate : La guerre est déclarée entre Morandini, Fogiel et Delormeau », 20 minutes.fr, 19 juillet 2016.
  161. « Jean-Marc Morandini poursuit Marc-Olivier Fogiel pour chantage et l'attaque au pénal. Il poursuit également Matthieu Delormeau et Les Inrocks », Jeanmarcmorandini.com, 19 juillet 2016.
  162. « Castings scabreux. Morandini portera plainte contre Fogiel et les Inrocks », Ouest-France.fr, 19 juillet 2016.
  163. « Affaire Morandini: L'animateur porte plainte contre Marc-Olivier Fogiel, qui fait de même », 20 minutes.fr, 19 juillet 2016.
  164. Fogiel va « attaquer Morandini pour dénonciation calomnieuse et diffamation », Sylvain Merle, Le Parisien.fr, 19 juillet 2016.
  165. « Marc-Olivier Fogiel répond à Morandini : "Cette histoire n'est pas mon histoire" », Le Figaro.fr, 19 juillet 2016.
  166. a et b « Enquête sur les pratiques de Jean-Marc Morandini (suite) » Fanny Marlier, Les Inrocks.com, 19 juillet 2016.
  167. http://abonnes.lemonde.fr/actualite-medias/article/2016/08/10/jean-marc-morandini-vise-par-deux-enquetes-preliminaires_4980940_3236.html
  168. a et b Julien Bellver, « Affaire Morandini : Nouveau témoignage d'un mineur de 15 ans dans "Les Inrocks" », Ozap.com, 19 juillet 2016.
  169. http://www.non-stop-people.com/actu/tv/jean-marc-morandini-un-mineur-lie-laffaire-il-monte-au-creneau-118212#0
  170. « Affaire Morandini : Baroin sera l'avocat de La Voix de l'enfant », Le Figaro.fr, 10 juillet 2016.
  171. « Écarté de l'antenne, Morandini reste salarié d'Europe 1 », Sandrine Bajos, Le Parisien.fr, 27 juillet 2016.
  172. « Jean-Marc Morandini absent de l'antenne d'Europe 1 à la rentrée (et on connaît son remplaçant) », Thibault Cealic, Télé-Star.fr, 26 juillet 2016.
  173. a et b « Affaire Morandini : révélations sur d'autres castings douteux », L'Obs.com, 27 juillet 2016.
  174. « Affaire Morandini: deux enquêtes du parquet de Paris ouvertes », Le Point.fr, 10 août 2016.
  175. « L'animateur Jean-Marc Morandini placé en garde à vue dans l'affaire des castings », Franceinfo.fr avec AFP, 21 septembre 2016.
  176. « Jean-Marc Morandini déféré devant la justice », sur Le Point.fr, (consulté le 23 septembre 2016)
  177. « Morandini déféré pour être présenté à un juge », sur L'essentiel Online.lu (consulté le 23 septembre 2016)
  178. « Jean-Marc Morandini mis en examen pour corruption de mineurs et placé sous contrôle judiciaire », sur BFMTV.com (consulté le 23 septembre 2016)
  179. « Morandini accusé d'avoir envoyé des SMS pornographiques à un mineur de 15 ans », L'Express.fr, 19 octobre 2016.
  180. « NRJ12, iTélé, Europe 1... Quelle est la situation professionnelle de Morandini? » L'Express.fr 26 septembre 2016.
  181. « Génération Gay : le curieux business de Morandini et ses amis de la télé », Le Point.fr, 14 octobre 2016.
  182. « Nouvelles révélations sur les pratiques de Jean-Marc Morandini », Les Inrockuptibles, 17 octobre 2016.
  183. « Morandini : un nouveau témoignage dénonce ses méthodes de casting », Le Monde.fr, 17 octobre 2016.
  184. Affaire Morandini : l’enquête pour harcèlement sexuel lors des castings controversés classée sans suite, Le Monde, 18 janvier 2017
  185. « Harcèlement sexuel : une enquête visant Jean-Marc Morandini relancée », sur Le Parisien,
  186. Jean-Marc Morandini devra verser 5 000 euros de dommages et intérêts au chroniqueur Mathieu Delormeau pour atteinte à la vie privée., Le Parisien, 19 janvier 2017
  187. Anaïs Grammatico (TV Magazine), « Jean-Marc Morandini dévoile son salaire », sur Le Figaro,
  188. Charles Rémi (Closer), « Jean-marc Morandini révèle son salaire en direct à la radio », sur Closermag.fr,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]