Paul Cézanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Sézanne.
Correction en Cours

Aldine Esperluette relit et corrige actuellement cet article. Veuillez éviter de modifier cet article tant que ce bandeau est présent afin d'éviter tout conflit de versions.

Paul Cézanne
Paul cezanne 1861.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Mouvement
Influencé par
A influencé
Conjoint
Hortense Fiquet (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Paul Cézanne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
La Montagne Sainte-Victoire, Portrait de madame Cézanne
signature de Paul Cézanne

signature

Paul Cézanne, né le à Aix-en-Provence, mort le dans la même ville, est un peintre français, membre du mouvement impressionniste, considéré comme le précurseur du post-impressionnisme et du cubisme. Par sa volonté de faire « du Poussin sur nature » il apparait comme un continuateur de l'esprit classique français autant qu'un innovateur radical par l'utilisation de la géométrie dans les portraits, natures mortes et les nombreux paysages qu'il peint, d'Île-de-France et de Provence, particulièrement de la campagne d'Aix-en-Provence. Il a notamment réalisé une série de toiles ayant pour motif la montagne Sainte-Victoire. Il est considéré comme le « père de l'art moderne[1] ».

Biographie[modifier | modifier le code]

La Résidence du Jas-de-Bouffan (1878), huile sur toile (52,5 × 56 cm), collection particulière.

Enfance et origines de la famille Cézanne[modifier | modifier le code]

Portrait de Louis Cézanne lisant (le père du peintre en 1866), National Gallery of Art, Washington, D.C.

Paul Cézanne nait à Aix-en-Provence, le 19 janvier 1839. C'est un enfant né hors mariage de Louis Auguste Cézanne[2], âgé de 40 ans, qui le reconnaît, et d'Anne Élisabeth Honorine Aubert, ouvrière chapelière, 24 ans. Son père est chapelier, d'origine très pauvre[3] et demeure 55, sur le cours, aujourd'hui le cours Mirabeau, où il travaille à la chapellerie Carbonel qu'il a fondée[4] et que tient une parente d'Anne Aubert. L'enfant est baptisé le 20 février à l'église Sainte-Madeleine. Le 4 juillet 1841 nait une sœur, Marie. Le 29 janvier 1844, Louis Auguste Cézanne épouse Anne Aubert qui a pour dot ses économies d'ouvrière.

Le , Louis Auguste Cézanne ouvre la banque Cézanne et Cabassol, de son nom et de celui de son associé au 24, rue des Cordeliers[5]. La famille est relativement aisée[6]. Paul Cézanne enfant suit les cours de l'école communale, puis de l'école catholique Saint-Joseph. Il s'y lie avec Henri Gasquet.

Débuts dans la carrière de peintre[modifier | modifier le code]

À l'origine des pommes et de leur symbole[modifier | modifier le code]

Paul Cézanne fréquente le collège Bourbon (devenu le collège Mignet), où il se lie d'amitié avec Émile Zola, Jean-Baptiste Baille et Louis Marguery. Ils sont « les Inséparables ». Un jour, Paul Cézanne défend dans la cour de récréation le jeune Zola. Le lendemain, pour le remercier de son action, Zola lui offre un panier de pommes. Les pommes sont un des motifs caractéristiques du peintre dans ses natures mortes pendant toute sa carrière[7]. Des années plus tard, Cézanne déclarait à Joachim Gasquet : « Tiens ! Les pommes de Cézanne, elles viennent de loin[8] ! »

Le naît sa seconde sœur, Rose, dont Paul est le parrain. À partir de 1857, il suit des cours à l'école de dessin d'Aix-en-Provence, d'après le modèle vivant et les plâtres et sculptures conservés au musée, sous la direction de Joseph Gibert, le directeur et conservateur du musée et ce jusqu'en 1861. Bon élève, en particulier en mathématiques, en 1858, il passe son baccalauréat avec succès et entreprend sans enthousiasme des études de droit à l'Université d'Aix à la demande de son père. La même année, Cézanne semble être tombé amoureux d'une inconnue qu'il croise quand il va au lycée[9]. Le , Cézanne reçoit le second prix de peinture de l'école gratuite d'Aix-en-Provence pour « une étude de la tête d'après le modèle vivant à l'huile et de grandeur naturelle ». En 1860, Cézanne abandonne ses études de droit pour monter à Paris. Son père lui achète un remplaçant pour le service militaire[10].

Un physique d'athlète mais…[modifier | modifier le code]

Photo de groupe à Auvers-sur-Oise en 1874, à droite, Pissarro main dans le dos, au centre assis sur le banc, Cézanne, entouré d'amis cubains[11].

Cézanne mesure 1,75 m[12], il est d'un « tempérament doux comme un enfant », parle avec un fort accent provençal[13], nasillard et roulant les r et redoublant les m[14] si violemment qu'il en fait « littéralement vibrer la vaisselle[15] ». « D'une timidité souffrante » selon le mot de Zola, pudique jusqu'au malaise, Cézanne pouvait être très narquois et ironique, mais aussi sujet à de brusques colères, de plus, s'il était touché ou effleuré par inadvertance, ses réactions pouvaient être violentes[16].

Cézanne a été diagnostiqué diabétique en 1890 (à l'âge de 51 ans) et il souffre (par crises) de rhumatismes, de céphalées et de prurit de la peau[17], qui avaient été soignés par le docteur Gachet dès 1872.

Selon Jean Renoir qui cite son père Pierre-Auguste Renoir : « Cézanne ressemblait à un hérisson. Ses mouvements semblaient limités par une invisible carcasse extérieure ; sa voix également. Les mots sortaient prudemment de sa bouche, marqués d'un invraisemblable accent aixois, un accent qui n'allait pas du tout avec les manières contrôlées, exagérément polies. Ce contrôle craquait parfois. Il proférait ses deux injures favorites, “châtré” et “jean-foutre”[18]. »

La montée à Paris[modifier | modifier le code]

Nature morte au pichet vert (1865). Cézanne sous l'influence de Zurbaran et des maîtres espagnols.

En 1861, il s'installe à Paris, malgré l'avis défavorable de son professeur de dessin. Ayant échoué au concours d'entrée de l'École des beaux-arts, en raison d'un tempérament coloriste jugé excessif[19], il revient à Aix travailler dans la banque paternelle. En 1862, il retourne à Paris, assisté par le peintre Chautard, un Aixois, qui lui corrige ses études à l'académie de Charles Suisse et alors qu'il est soutenu dans sa vocation par Zola. Il habite chez la mère de Zola. En 1863, il est inscrit, comme copiste, au Louvre. Là, il travaille d'après la Barque de Dante, de Delacroix, œuvre qu'il est incapable d'achever. En 1864, il copie Les Bergers d'Arcadie, de Nicolas Poussin. Alors qu'il travaille à l'académie de Charles Suisse, il y rencontre Camille Pissarro, Pierre-Auguste Renoir, Claude Monet, Alfred Sisley et un autre Aixois, Achille Emperaire, dont il fera, plus tard, un portrait demeuré célèbre. En 1865, un article de Marius Roux mentionne Cézanne comme un des bons élèves de l'école aixoise, admirateur de Ribera et Zurbaran.

La mère de l'artiste cousant, sa sœur jouant l'ouverture de Tannhauser de Wagner (1868), musée de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg).

En 1866, Le Portrait d'homme qu'il présente au Salon est refusé, bien que Daubigny l'ait défendu ; à cette occasion, il rencontre Manet. Par l'intermédiaire du père Tanguy, Cézanne expose à Madrid en Espagne. Il entreprend des œuvres de 4 à 5 mètres dans le village de Bennecourt, non loin d'Auvers-sur-Oise. Il y travaille à un tableau, l’Ouverture de Tannhaüser, d'après Wagner. Puis redescend en Aix où « sa tenue et son physique font sensation sur le cours » ; un poème lui est même dédié dans L'Écho des Bouches-du-Rhône. En 1867, un journal de Francfort se moque de l'envoi — refusé — de Cézanne au Salon, Zola prend sa défense dans Le Figaro du 12 avril. Cézanne travaille sur le motif dans la campagne aixoise.

Hortense Fiquet donnant le sein à son fils, L'Estaque, 1872.

La liaison cachée avec Hortense[modifier | modifier le code]

Portrait d'Hortense Fiquet, dit Madame Cézanne dans un fauteuil rouge, ou à la jupe rayée, musée de Boston (USA).

En 1869, Paul Cézanne rencontre Hortense Fiquet, modèle et ouvrière dont le surnom, Biquette, devient La Boule en étant sa compagne. Pendant la guerre de 1870, Cézanne s'installe à L'Estaque, près de Marseille, avec elle. Cézanne est dénoncé comme « réfractaire », la gendarmerie vient l'arrêter mais ne le trouve pas. Cézanne, seul, s'installe dans la bastide du Jas-de-Bouffan[20], résidence que son père a achetée en 1858. Le , naissance de Paul, fils de Paul Cézanne et Hortense Fiquet à Paris. Le peintre prévient sa mère mais pas son père, qui ignore tout de sa relation avec Hortense. En 1873, avec l'aide du docteur Gachet, Cézanne installe sa famille à Auvers-sur-Oise, dans des conditions difficiles. Il y travaille avec Pissaro et Guillaumin. Il aide Daumier, que soigne le docteur Gachet, qui leur prête son atelier de gravure. Le , Cézanne participe à la fondation de la société anonyme coopérative des artistes-peintres avec Degas, Monet, Renoir

Cézanne peindra 45 portraits de sa femme pendant sa vie. Si les relations entre Hortense et la mère et la sœur de Cézanne sont difficiles, celles-ci lui reconnaissent « cependant une égalité d'humeur et une patience à toute épreuve. Quand Cézanne ne dort pas, elle lui fait la lecture la nuit et cela dure des heures[21] ». Elle lui lit en particulier les poèmes et écrits sur l'art de Baudelaire.

D'Auvers-sur-Oise à L'Estaque[modifier | modifier le code]

Autoportrait (1875), huile sur toile (66 × 55 cm), collection particulière.

En 1874, les impressionnistes organisent leur première exposition collective dans l'atelier du photographe Nadar et le public réserve un accueil peu encourageant, voire scandalisé, aux toiles de Cézanne, qui en présente trois (Une moderne Olympia qui appartient au docteur Gachet, La Maison du pendu qui est acheté par le comte Doria et Étude, paysage d'Auvers). En 1875, le père Tanguy vend trois tableaux à Victor Chocquet, un collectionneur de Renoir. Il rencontre Forain, un élève de Degas.

En 1876, Cézanne travaille dans le Midi, en particulier à L'Estaque, où il peint des tableaux pour Chocquet. S'il n'a présenté aucun tableau à la deuxième exposition impressionniste, il montre seize œuvres en 1877 à la troisième manifestation. À Paris, il peint un de ses chefs-d'œuvre : Madame Cézanne à la robe bleue, avec une harmonie de tons bleus, verts et bleu-vert. Cézanne s'habille en ouvrier, cotte bleue et veste de toile blanche couverte de taches de peinture et participe aux soirées de Nina de Villard. Là, il rencontre Mallarmé, Manet, Verlaine

En 1878, le manque d'argent se fait sentir, son fils est malade et la pension que verse son père ne suffit pas, aussi Zola envoie de l'argent. Son père découvre en lisant le courrier de son fils l'existence d'Hortense et de son petit-fils, il augmente son aide suivant les conseils du docteur Gachet dont il est l'ami depuis 1858. En 1880, Zola publie un article sur le naturalisme où il cite Cézanne. Hortense pose pour les peintres dont Armand Guillaumin, Camille Pissarro, Auguste Renoir dont elle est très proche. En 1881, Paul Cézanne, Hortense et Paul s'installent à Pontoise et lui travaille en compagnie de Pissaro avec lequel il découvre les différentes théories de la couleur, dont celles de Chevreul et Ogden Rood[22]. Cézanne, en septembre 1906, quelques jours avant sa mort, enverra une toile pour une exposition hommage à Pissarro avec, comme notice pour le catalogue, Cézanne, élève de Pissarro[23].

Une méthode de travail[modifier | modifier le code]

Cézanne développe et met au point sa méthode de travail, essentiellement sur le motif, dessiner par une succession de traits et de lignes disjointes qui décrivent géométriquement les objets ou le paysage en plans successifs suivant la perspective aérienne. La précision de la dégradation des couleurs par touches juxtaposées considérant l'ombre comme une couleur, généralement du bleu, accentue le clair-obscur. Le tout en prenant un soin méticuleux à la touche et à sa qualité.

À partir de 1881, son père lui fait construire un atelier au Jas-de-Bouffan. En 1882, Cézanne est admis au Salon, se déclarant élève d'Antoine Guillemet. En 1885, il demande à Zola de transmettre à une jeune femme une lettre d'amour dont il ne reste que le brouillon au dos d'une aquarelle[24].

En 1886, Cézanne vit à Gardanne avec sa famille ; là, il commence son cycle de peintures sur la montagne Sainte-Victoire, qu'il représente dans près de quatre-vingts œuvres (pour moitié à l'aquarelle). Le 28 avril, il épouse Hortense à Aix-en-Provence[25]. Le 23 octobre, son père décède. Cézanne et ses sœurs recueillent un héritage de plusieurs milliers de francs-or, qui les met à l'abri financièrement. Sur la part de ses rentes, Cézanne en donne 1/3 à sa femme Hortense, 1/3 à son fils Paul et garde la dernière part[26].

La reconnaissance : le précurseur d'un autre art[modifier | modifier le code]

En 1888, une série d'articles le mentionnent et il est admis à l'exposition de l'Art français pendant l'Exposition Universelle de Paris de 1889. Défendu par Durand-Ruel il expose à Bruxelles au salon des XX. En novembre 1890, Paul Cézanne commence à souffrir de graves crises dues à son diabète. Il installe Hortense et son fils dans un appartement à Aix, pour éviter les disputes avec sa mère et sa sœur au Jas-de-Bouffan. Vers 1891, il devient fervent catholique. L’œuvre de Cézanne est reconnue par la critique, en particulier par Huysmans. On le considère comme « le précurseur d'un autre art », selon le mot de Gustave Geffroy en 1895.

Portrait de Gustave Geoffroy (1895), musée d'Orsay, Paris.

En 1894, la collection Duret passe en salle des ventes, ses trois toiles font un prix honorable entre 600 et 800 francs. En juin 1894, à la vente de la collection Tanguy, elles font entre 45 et 215 francs. Pendant l'été, Cézanne travaille à Barbizon et à l'automne séjourne à Giverny chez Monet, où il dine avec Rodin et Clemenceau. En 1895, Ambroise Vollard devient le marchand de Cézanne. Cézanne est de plus en plus irritable envers ses amis impressionnistes. Débute son amitié avec Joachim Gasquet, le fils de son ami d'enfance, qui devient son confident. Zola, dans un article sur le Salon, parle de « son ami, son frère Paul Cézanne, dont on s'avise seulement de découvrir aujourd'hui les parties géniales de ce grand peintre avorté ».

Cézanne part en cure à Vichy pour tenter de soigner son diabète qui a été diagnostiqué en 1891[27]. Il vit à Paris l'hiver. L'été, il loue un cabanon aux carrières de Bibémus, afin d'y entreposer son matériel de peinture et ses toiles et où il passe une bonne partie de son temps, voire de ses nuits, jusqu'en 1904[28],[29].

En 1897, la Galerie nationale de Berlin (de) achète un paysage de Cézanne.

L'impact de la science[modifier | modifier le code]

En 1899, Paul Signac publie De Delacroix au néo-impressionnisme, texte dans lequel il analyse la technique de Cézanne dont se réclament les néo-impresionnistes (divisionnisme et théories de la couleur).

Cézanne s'agace des reventes de ses tableaux dont les prix montent et de leurs plus-values réalisées par Gauguin et quelques autres qui en profitent, autour de la galerie Vollard. En 1899, il participe à une vente caritative pour la veuve d'Alfred Sisley, en offrant un tableau qui se vend pour 2 300 francs. En 1899, Vollard achète tout l'atelier de Cézanne. En 1900, Maurice Denis peint son Hommage à Cézanne. La jeune génération des peintres se réclament de lui.

En 1900, l'hommage des jeunes peintres à Cézanne par Maurice Denis.
Paul Cézanne dans son atelier des Lauves.

Cézanne vend le Jas-de-Bouffan après le décès de sa mère en 1897, et pour ce faire Hortense renonce à son hypothèque légale sur le Jas-de Bouffan[30]. Cézanne se fait construire en 1901-1902 un atelier dans la périphérie d'Aix, l'atelier des Lauves où il travaille tous les matins de 1902 à sa mort. Il apprend la mort de Zola le 29 septembre. La collection de Zola passe en vente, le critique Henri Rochefort se déchaîne contre l'artiste dans un article « L'amour du laid[31] ».

À partir de 1903 commence la correspondance avec le peintre Camoin, à qui il recommande « de copier les maîtres au Louvre ».

Dans une lettre du 15 avril 1904, Cézanne conseille à Émile Bernard de « traiter la nature par le cylindre, la sphère, le cône, le tout mis en perspective, soit que chaque côté d'un objet d'un plan, se dirige vers un point central », c'est-à-dire suivant les principes de la géométrie descriptive[32], puis continue : « Les lignes parallèles à l’horizon donnent l’étendue, soit une section de la nature ou, si vous aimez mieux, du spectacle que le Pater Omnipotens Æterne Deus étale devant nos yeux. Les lignes perpendiculaires à cet horizon donnent la profondeur. Or, la nature, pour nous hommes, est plus en profondeur qu’en surface, d’où la nécessité d’introduire dans nos vibrations de lumière, représentées par les rouges et les jaunes, une somme suffisante de bleutés, pour faire sentir l’air. »

Mourir en peignant[modifier | modifier le code]

Salon d'automne (1904), salle Cézanne avec Ambroise Vollard à droite.

Cézanne souffre de violentes migraines qui l'empêchent de travailler aisément ; il se sait gravement malade et doute d'atteindre enfin son but artistique avant sa mort[33]. Une salle entière au Salon d'automne, dont il est un membre fondateur, lui est consacrée. Cézanne, malgré le succès, continue de travailler inlassablement, pensant cependant qu'il n'a pu, ni su, atteindre son rêve de peintre[34]. Il souffre à cause de son diabète et d'un traitement « atroce » alors que son fils s'occupe de vendre ses tableaux à Paris.

La Montagne Sainte-Victoire sous l'orage.

Le , alors qu'il peint sur le motif, dans le massif de la Sainte-Victoire, un violent orage s'abat. Cézanne a un malaise[35] et reste de longues heures sous la pluie. Il est ramené dans la charrette d'un blanchisseur chez lui, 23, rue Boulegon, à Aix. Le lendemain, il va travailler à son atelier ; trop fatigué, il s'installe le jour suivant pour peindre dans son appartement. Il y meurt le , emporté par une pneumonie. Sa tombe se trouve au cimetière Saint-Pierre d'Aix-en-Provence.

Nature morte aux sept pommes, vers 1877-1878. Cette étude de la décomposition de la couleur en tons juxtaposés sur des pommes est un exemple de l'art de Cézanne, qui combine savoir-faire technique et symbole moral, la pomme étant le signe de l'amitié, de la générosité et de l'humanité.

L'admiration pour Émile Zola[modifier | modifier le code]

C'est sur la base d'une lettre de Cézanne à Émile Zola, et à partir du travail de John Rewald publié en 1937, que de nombreux biographes pensaient qu'à partir de 1886 le peintre avait rompu tout contact avec le romancier qu'il connaissait depuis son enfance et ses années d'études au lycée d'Aix-en-Provence[36]. La cause de la brouille aurait été le roman L'Œuvre (racontant l'histoire d'un peintre maudit et pourchassé par le destin incapable d'achever son grand œuvre), que le peintre aurait inspiré[37]. Cette hypothèse est aujourd'hui remise en cause et infirmée par la découverte d'une lettre postérieure à celle sur laquelle se base cette supposition[38] et par le travail d'Henri Mitterand, qui démontre en publiant les lettres croisées des deux artistes, Cézanne et Zola, en 2016 : que Cézanne ne s'est jamais senti visé par L'Œuvre et qu'il est resté au contraire un admirateur de Zola après 1887, « dans un dialogue ininterrompu d’artistes — le peintre et le conteur, unis par une même passion du réel et de sa représentation — sur leur raison d’être et sur les modes de leur faire[39] ».

Pour Henri Mitterand, l'origine de ce mythe (la brouille) est dans les Souvenirs d'Émile Bernard qui veut séparer Zola et Cézanne pour des raisons autant esthétiques, sociales et politiques [40], alors que Joachim Gasquet affirme et témoigne au contraire que Cézanne lui avait fait un vibrant hommage de L'Œuvre de Zola où il lisait une « seule beauté vraie, éternelle et changeante » : la vie[41]. Henri Mitterand rappelle qu'il convient de pratiquer « une analyse scrupuleuse et détaillée non seulement des textes mais aussi de leur contexte social et politique et des conduites qui les ont accompagnés[41] avant de juger ou d'affirmer une quelconque brouille ».

De plus, la correspondance de Cézanne à ses amis est parcellaire, la majorité de sa correspondance à ses amis, parents, Hortense et son fils est perdue.

La réception après la mort de Cézanne : le père de l'Art moderne[modifier | modifier le code]

Autoportrait (1898-1900), huile sur toile (63,5 × 50,8 cm), musée des beaux-arts de Boston, Boston.

Après la mort de Cézanne, le Salon d'automne lui consacre une rétrospective de 56 œuvres ; cette exposition a une influence considérable sur les peintres du temps[42] et devient prépondérante pour le cubisme, le cubisme analytique et le post-cubisme, qui voient dans les recherches du peintre les sources des recherches de la géométrisation, mais aussi de l'impact des affects pour l'expressionnisme, en particulier en Allemagne, où l'influence de Cézanne est considérable autour du groupe de peintres Die Blaue Reiter, Max Beckmann, Franz Marc, mais aussi Kandinsky et Klee, et qui est encore aujourd'hui revendiqué par Penck ou Per Kirkeby.

En 1907, le jeune poète Rainer Maria Rilke est subjugué par le Portrait de madame Cézanne la jupe rayée dont il dit : « Pour atteindre à son plus grand pouvoir expressif, il est peint avec force autour du visage […] tout n'est plus qu'une affaire de couleurs entre elles. […] C'est comme si chaque point du tableau avait connaissance des autres[43] ». Il ajoute à propos des pommes : « C'est comme si il était capable de ravaler son amour pour chaque pomme et de lui prêter une expression éternelle sous la forme d'un fruit peint. Chez Cézanne les fruits cessent d'être comestibles tant ils sont devenus des choses réelles et tant une présence obstinée les rend indestructibles. »

Pour Picasso, « en 1906, l'influence de Cézanne, ce Harpignies de génie, pénétra partout. L'art de la composition, de l'opposition des formes et du rythme des couleurs se vulgarisa rapidement[44] ».

En Russie, la peinture de Cézanne est revendiquée par les peintres de l'avant-garde russe avant 1918 ; ainsi Kandinsky écrit : « Il savait faire d’une tasse à thé une créature douée d’une âme, ou plus exactement reconnaître dans cette tasse un être. Il élève la nature morte à un niveau tel que les objets extérieurement “morts” deviennent intérieurement vivants. Il traite ces objets de la même façon que l’homme, car il avait le don de voir partout la vie intérieure[45]. »

En 1920, Cézanne représente la France à la Biennale de Venise.

Les différents témoignages publiés sur Cézanne sont ceux de Vollard en 1914, de Joachim Gasquet en 1921 et d'Émile Bernard en 1925. La correspondance (partielle) est publiée en 1937 par John Rewald.

À partir du centenaire de la naissance de Paul Cézanne en 1939, les expositions rétrospectives se succèdent à travers le monde sans interruption dès lors. Les premiers catalogues raisonnés sont établis par les historiens de l'art Bernard Dorival, John Rewald ou Lionelli Venturi, dans les années 1950. Depuis 2015, il existe en version numérique, le catalogue Eilchenfeldt-Warman-Nash[46].

En 2015, une toile de Cézanne présentant Hortense Fiquet donnant le sein à son fils est redécouverte.

Une approche philosophique[modifier | modifier le code]

À partir de 1945, l’œuvre de Cézanne devient un des sujets de réflexion du philosophe Maurice Merleau-Ponty, dans ses cours et dans L'Œil et l'Esprit (1960) , Le visible et l'invisible (1964) ou Phénoménologie de la perception (1945) à travers son analyse du langage du peintre qui « pense en peinture », se construit sur la « sensation » et l'« expression de la perception ». Ces analyses se poursuivent, remises en question avec les philosophes Jean-François Lyotard, Discours, figure, Klincksieck, 1974 et Gilles Deleuze, Cours sur la peinture, Paris VIII, 1981.

Ainsi, pour le philosophe Gilles Deleuze, le regard que porte le peintre sur les pommes forme l'essence de son regard sur l'humanité : « C’est vrai quand on voit une femme peinte par Cézanne — il les peint comme des pommes, c’est des pommes, les femmes de Cézanne c’est des pommes et […] ça tombait bien parce que sa propre femme a lui, Cézanne, et il l’a peint sa propre femme, c’était une pomme. Et c‘est ce que Lawrence appelle l’être pommesque de la pomme, le coup de génie de Cézanne, dit Lawrence, ce serait d’avoir saisi l’être pommesque de la pomme. Alors il l’a appliqué, parfois ça marche, sur une femme, il y a des femmes pommesques, sa femme était pommesque, alors ça va très bien. Et puis il a compris d’autre part deux ou trois vases : un ou deux vases, quelques vases, ou quelques vases et pots, et c’est fantastique ça, fantastique. Cela dit ça n’empêche pas que le reste est génial aussi, mais c’est là la source[47]… »

Hypothèses médicales et psychologiques[modifier | modifier le code]

Les différents symptômes dont souffrait Cézanne ont pu être attribués, par hypothèse rétrospective à sa première manière « couillarde[48] » de peindre avec les doigts au lieu du pinceau seul, ce qui est une source d'intoxication (percutanée notamment) par les pigments à base d'oxydes de métaux lourds ou d'autres toxiques (métalloïdes) contenus dans les peintures à l'huile, gouaches et aquarelles[49]. Quand sa vue a baissé (rétinopathie conjointe au diabète), il a refusé une correction par des lunettes qu'il considérait comme des objets vulgaires[49] et une hypothèse est que comme pour d'autres peintres impressionnistes, la dégradation de sa vue ait pu contribuer à son style de peinture[49],[35], cependant Cézanne n'a jamais été myope.

Pour les uns, la créativité et le comportement[50] du peintre et ses symptômes renvoient à une misanthropie et à la psychiatrie[51]. Pour d'autres : « Cézanne après avoir buté sur la sublimation des pulsions sexuelles et agressives, trouve dans des identifications positives, dans une homosexualité sublimée, la source d'une créativité aboutie. Pour autant, cette issue sublimatoire dans l'art coexiste jusqu'au bout avec des difficultés névrotiques de gestion des pulsions, manifestées en particulier par une phobie du contact[52]. »

Ces hypothèses se situent dans le prolongement des critiques ou de l'incompréhension face à l’œuvre de Cézanne : le critique d'art Joris-Karl Huysmans écrit en 1888 : « Un artiste aux rétines malades, qui dans l'aperception exaspérée de sa vue, découvrit les prodromes d'un nouvel art[53]. »

Paul Cézanne, le fils[modifier | modifier le code]

Paul Cézanne, le fils, 1885-1890.

Paul Cézanne, le fils, né le 4 janvier 1872 et mort le 6 octobre 1947, est le grand ami de Jean Renoir, de 22 ans son benjamin, et était considéré par Pierre-Auguste Renoir et sa femme Aline comme leur fils[54]. Figure des années 1920, il épouse Renée Rivière, la fille de Georges Rivière, il participe et aide à la production des films de Jean Renoir, avec lequel il partage un appartement au 30, rue de Miromesnil, dans le 8e arrondissement à Paris. Hortense Fiquet y meurt le 3 mai 1922.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Cézanne a peint environ trois cents tableaux[55] qui nous restent aujourd'hui, il a également détruit une partie de son œuvre.

Ce sont ses amis peintres, notamment Pissarro, Renoir et Degas qui surent, les premiers, déceler ses intentions et reconnaître ses qualités. Pissarro écrivait :

« Pendant que j'étais à admirer le côté curieux, déconcertant de Cézanne que je ressens depuis nombre d'années, arrive Renoir. Mais mon enthousiasme n'est que de la Saint-Jean à côté de celui de Renoir, Degas lui-même qui subit le charme de cette nature de sauvage raffiné, Monet, tous… sommes-nous dans l'erreur ?… je ne le crois pas… Les seuls qui ne subissent pas le charme sont justement des artistes ou des amateurs qui par leurs erreurs nous montrent bien qu'un sens leur fait défaut. Du reste, ils évoquent tous logiquement des défauts que nous voyons, qui crèvent les yeux, mais le charme… ils ne le voient pas… Comme Renoir me le disait très justement, il y a un je ne sais quoi d'analogue aux choses de Pompéi si frustes et si admirables… »

— Lettre de Pissarro à son fils Lucien, du 21 novembre 1895, citée in Pascal Bonafoux, Correspondances impressionnistes : du côté des peintres, D. de Selliers, 2008, p. 91.

La première période 1862-1870[modifier | modifier le code]

La période de 1862 à 1870 est ce que Cézanne appelait sa « période couillarde » et que les historiens nomment sa période romantique ou sa phase baroque, influencée par les baroques espagnols (Ribera, Zurbaran), les caravagesques des églises aixoises ou des collections du musée Granet, ou par Eugène Delacroix, Courbet et Manet. Cézanne s’exprime alors généralement dans une pâte épaisse, avec une palette sombre et des fonds noirs : Pains et Œufs (1866), Portrait de Louis-Auguste Cézanne (1866), Tête de vieillard (1866), Antony Vallabrègue (1866), La Madeleine (1868-1869), Achille Emperaire (1868-1869), Une moderne Olympia (1869-1870), Nature morte à la bouilloire (1869), Nature morte à la pendule noire.

Renoir disait, en parlant du critique d’art Castagnary : « J’enrage à l’idée qu’il n’a pas compris qu’Une moderne Olympia de Cézanne (dans sa version de 1873) était un chef-d’œuvre classique plus près de Giorgione que d'Édouard Manet et qu’il avait devant les yeux l’exemple parfait d’un peintre déjà sorti de l’impressionnisme[56]. »

La période impressionniste[modifier | modifier le code]

Vient ensuite la période « impressionniste », sous l’influence de Pissarro, auprès duquel il s’installe à Auvers-sur-Oise, vers 1872-1873. Il y fréquente Armand Guillaumin et le docteur Gachet. Dans ses œuvres d’alors, le ton, par touches toujours épaisses mais plus subtiles que dans la période romantique, se substitue au modelé classique : La Maison du pendu (1873), La Route du village à Auvers (1872-1873), La Maison du docteur Gachet (1873).

La Maison du pendu[modifier | modifier le code]

Œuvre la maison du pendu Paul Cézanne
La Maison du pendu, Auvers-sur-Oise (1873), huile sur toile (55,5 × 66,3 cm), musée d'Orsay (Paris).

La Maison du pendu est l'une des trois œuvres que Paul Cézanne a présentées (sous le numéro 42), à la première exposition impressionniste d'avril 1874 dans un appartement prêté par le photographe Nadar, boulevard des Capucines. Le titre ne fait pas référence à un suicide mais au nom breton d'un ancien propriétaire[57]. Le tableau est acheté par le comte Armand Doria (en) à la première exposition impressionniste, puis échangé à Victor Chocquet contre Neige fondante, vendu à la vente Chocquet en 1889 et acheté par Isaac de Camondo sur l'instance de Claude Monet, il est légué au musée du Louvre en 1911, où il est entré en 1914[58]. Elle est aujourd'hui au musée d'Orsay. La toile a été présentée trois fois par Cézanne, à Paris, à l'exposition impressionniste de 1874, à l'Exposition universelle de Paris de 1889, à Bruxelles, à l'exposition du groupe des XX.

Déjà s’annoncent, dans cette période impressionniste, d’autres préoccupations qui l’éloigneront des recherches propres aux impressionnistes, sans qu’il renie jamais la leçon de fraîcheur, de vibrations colorées et lumineuses que celles-ci apportèrent à la peinture de leur époque. Chez lui, la modulation de la couleur recherche désormais davantage à exprimer les volumes que les effets atmosphériques et la luminosité.

Vers un renouvellement du classicisme[modifier | modifier le code]

« Trouver les volumes », « faire du Poussin sur nature », « quelque chose de solide comme l'art des musées[59] », voilà quelques-unes des raisons de Cézanne.

Le dessin et les aquarelles[modifier | modifier le code]

Cézanne pratique le dessin au crayon noir pendant toute sa vie, dans des carnets de notes, aussi bien au Louvre que dans la nature. Les aquarelles, qui sont une part importante de son œuvre, sont autant des œuvres abouties que des études.

Les natures mortes[modifier | modifier le code]

Les natures mortes sont un des grands thèmes qui permettent au peintre de construire ses tableaux, d'approfondir les rapports entre les vides et les pleins, les figures et les fonds. Pour Cézanne, la nature morte est un motif comme un autre, équivalent à un corps humain ou à une montagne, mais qui se prête particulièrement bien à des recherches sur l'espace, la géométrie des volumes, le rapport entre couleurs et formes : « Quand la couleur est à sa puissance, la forme est à sa plénitude », disait-il. Dans ces natures mortes, Cézanne place des objets de peu[60] faits à la main par l'artisanat local et paysan, et il les peints plus grands que nature en en accentuant les défauts, avec des torchons, nappes, fruits ou fleurs, le tout placé sur un coin de table. Incomprises en leur temps, ses natures mortes sont ensuite devenues l'un des traits caractéristiques de son génie.

Les pommes sont un des éléments avec les vases qui forment ses « obsessions picturales ». Pour les philosophes elles participent à l'établissement de sa personnalité et à sa quête de l'être[61]. Les natures mortes et notamment les pommes sont le signe de sa nouvelle conquête picturale[62].

Les portraits d'Hortense[modifier | modifier le code]

Peinte et dessinée plus de 45 fois, Hortense Fiquet est le portrait de l'archétype féminin chez Cézanne. Quand Cézanne la rencontre, il a 30 ans, elle en a 19. C'est une « femme libre » qui n'acceptera le mariage qu'au bout de seize ans de vie commune. Les portraits sont peints d'un double mouvement, d'abord devant le modèle avec de longues heures de pose puis terminées de mémoire, pendant de longues heures de méditation et de travail pour le peintre. Cézanne la dépeint « visage impassible, à l'expression presque vide, cette belle personne parait irréelle[63] ». Hortense Fiquet était un « modèle professionnel » suivant les canons esthétiques de l'époque, avec un visage au nez grec. Souvent comparée aux pommes, symbole de l'amitié pour Cézanne, « la Boule », le surnom que Paul Cézanne lui a donnée, est regardée à la fois avec un souverain détachement mais aussi avec une tendresse infinie. Le couple vivant séparé une partie de l'année, elle n'aimant pas le Midi mais « la limonade et la Suisse », suivant le mot de Cézanne, leur correspondance étant perdue, leurs regards mutuels restent un mystère.

Renoir rapporte l’incompréhension d’Émile Zola quand Cézanne lui confiait sa préoccupation de « trouver les volumes » : Zola essayait de lui démontrer la vanité d’une telle recherche. « Tu es doué. Si tu voulais seulement soigner l’expression. Tes personnages n’expriment rien ! » Un jour, Cézanne se fâcha : « Et mes fesses, est-ce qu’elles expriment quelque chose[56] ? »

Portraits d'homme[modifier | modifier le code]

Portrait d'Ambroise Vollard.

Cézanne peint de nombreux portraits d'hommes, critiques et amis collectionneurs sont à tour de rôle les modèles d'un archétype masculin. Les séances de pose pour le portrait d'Ambroise Vollard ont été décrite par celui-ci, en quelques 115 séances dans le silence le plus absolu. Cézanne ne sachant pas terminer le tableau, lui dit laissant deux espaces vides de peinture sur les mains [64] : « Malheureux ! Vous avez dérangé la pose ! On doit poser comme une pomme. Est-ce que ça remue, une pomme ? […]. Après cent quinze séances de pose, Cézanne me dit avec satisfaction : “Je ne suis pas mécontent du devant de la chemise”. »

La Montagne Sainte-Victoire et les paysages d'Aix[modifier | modifier le code]

Peinte près de 80 fois, autant à l'huile qu'à l'aquarelle, la montagne Sainte-Victoire est un des motifs et symboles de la peinture de Cézanne. Il aimait aller sur le motif dans « sa » campagne d'enfance. Cézanne s’engage toujours plus loin dans cette voie qui s'achève en 1906 sur « le motif », ne cessant de se recommander de la nature : « L’étude réelle et précieuse à entreprendre c’est la diversité du tableau de la nature. » Il ajoute : « Peindre d'après nature, ce n'est pas l'objectif, c'est réaliser des sensations. » Il ne s'agit pas de pas de peindre « pour copier la nature[65] ».

« J’en reviens toujours à ceci : le peintre doit se consacrer entièrement à l’étude de la nature, et tâcher de produire des tableaux qui soient un enseignement[66]. » Mais il avait conscience du défi qu’il s’imposait à lui-même et le doute l’étreignait souvent : « On n’est ni trop scrupuleux, ni trop sincère, ni trop soumis à la nature ; mais on est plus ou moins maître de son modèle et surtout de ses moyens d’expression[67]. »

De fait, il se plaint que « les sensations colorées qui donnent la lumière sont chez lui cause d’abstractions qui ne lui permettent pas de couvrir sa toile, ni de poursuivre la délimitation des objets quand les points de contacts sont ténus, délicats[68] ».

La recherche du motif est pour lui une expérience physique ; il se faisait accompagner en voiture à cheval jusque sur la route du Tholonet, puis randonnait jusqu'à trouver le bon endroit. Dormant à même le sol, sur une paillasse dans un cabanon à Bibemus, appréciant la vie simple des paysans, mangeant d'un morceau de fromage, de quelques noix et d'un vin rosé. Regarder un tableau de Cézanne, « c'est donc déjà partir en promenade. Il faut laisser son regard errer comme il faut marcher à la recherche du motif[69] ».

Les Joueurs de cartes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Joueurs de cartes (Cézanne).
Les joueurs de cartes vus par Georges Méliès en 1896, font écho à ceux de Cézanne peints en 1895.

Peint au moins en cinq versions, Les Joueurs de cartes sont une tentative de scène de genre, de portraits d'hommes simples et robustes, des maquignons qui attendent au Jas-de-Bouffan de mener les bêtes à la foire d'Aix. Le temps semble suspendu dans le plan frontal de la toile. Le peintre n'hésite pas à allonger les formes, bras et vestes[70]. Dans la version à deux personnages, celui de gauche avec la pipe, a été identifié comme le jardinier du Jas-de-Bouffan, « le père Alexandre ».

À la même époque Auguste et Louis Lumière, inventant le cinéma, réalisent un court film Les Joueurs de carte, en 1896, qui a exactement le même cadrage, et un autre où le jardinier blague les mêmes joueurs. La même année, un film de Méliès fait écho[71].

Les gens de peu[modifier | modifier le code]

Cézanne aime à peindre les paysans, les bonnes et les ouvriers agricoles du Jas-de-Bouffan. Il peint ainsi plusieurs portraits de son jardinier et celui d'une femme solide aux mains lourdes devant une simple cafetière. Des gens simples avec lesquels il aime vivre et manger, un peu de fromage, de figues et de noix.

Les grandes compositions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Grandes Baigneuses (Cézanne).

Cézanne à la fin de vie entreprend un cycle de compositions dont la dernière toile est Les Grandes Baigneuses. Il prend pour motif le thème des baigneurs et baigneuses, du déjeuner sur l'herbe, modèles et femmes des peintres, se confondent dans le souvenir idyllique qu'il traite de manière totalement métaphorique, en frise comme un bas-relief éloge de la jeunesse et de la vie. Ces œuvres annoncent celles de Matisse telles que La Danse (Matisse)|La Danse (Fondation Barnes) et La Danse inachevée (musée d'art moderne de la ville de Paris).

Par discipline, Cézanne ne « fondait » jamais les tons et les couleurs, les juxtaposant : d’où l’aspect d’incomplétude que présentent certaines études de la montagne Sainte-Victoire, ou le caractère abrupt, rébarbatif pour le profane de ses personnages, voire informe des Baigneurs ou des Baigneuses, pour lesquels s'ajoute le manque de modelé. « D’un autre côté, les plans tombent les uns sur les autres[68] », avoue-t-il. La formule cézannienne est celle d’une ambition démesurée.

On voit s’affirmer cette tendance vers 1880 : Le Pont à Maincy (1879), L’Estaque, les autoportraits ou les natures mortes du musée d’Orsay, celles du musée de l'Ermitage ou de Philadelphie, La Montagne Sainte-Victoire vue de Bellevue (Metropolitan Museum), La Plaine au pied de la montagne Sainte-Victoire et Les Bords de la Marne (musée Pouchkine).

Une œuvre toujours incomprise ?[modifier | modifier le code]

Parmi ceux des peintres du XIXe siècle rangés sous l’étiquette « impressionnistes », Cézanne, dont l’œuvre est au-delà de l'impressionnisme — et donc probablement la plus difficile, est celui qui fut, et reste encore aujourd'hui, le plus mal compris, voire le plus controversé. Dans une interview donnée à Denise Glaser[72], Salvador Dalí dit de Cézanne : « Le peintre le plus mauvais de la France s'appelle Paul Cézanne, c'est le plus maladroit, le plus catastrophique, celui qui a plongé l'art moderne dans la m… qui est en train de nous engloutir… »

À la mort de Cézanne, certains peintres voulant créer de nouveaux mouvements se réclamèrent de lui. Le cas le plus notoire est celui des cubistes. Malgré tout ce qu’on a pu dire et écrire, il reste douteux que Cézanne eût reconnu cette paternité. Il n’est plus là pour répondre, mais sa correspondance conserve quelques phrases que l’on peut méditer ; par exemple, celle-ci : « Il faut se méfier de l’esprit littérateur qui fait si souvent le peintre s’écarter de sa vraie voie — l’étude concrète de la nature — pour se perdre trop longtemps dans des spéculations intangibles[73]. »

« Pratiquement, dit Léon Gard, c’est presque une chimère que de vouloir appliquer à la lettre cette formule, car on se heurte toujours à l’imperfection et à la limite du matériau, avec lequel il faut toujours ruser. Néanmoins, s’il est scabreux de suivre cette grandiose théorie lorsqu’on n’a pas des dons exceptionnels, il est évident qu'un Cézanne, dont l’œil était capable de peser les tons, les valeurs comme au milligramme, peut créer des chefs-d’œuvre, et même aboutir à des échecs qui restent supérieurs aux réussites de la plupart des autres peintres[74]. »

Balzac et le chef d’œuvre inconnu[modifier | modifier le code]

Ce grand dessein, c’est avec une technique qui lui est personnelle que Cézanne veut le réaliser. Cette technique, écrit Léon Gard, peintre et écrivain d'art du XXe siècle, « veut résoudre le problème de la peinture sans recourir au moyen du dessin-ligne, ni à celui du clair-obscur. Comme il l’a dit lui-même, il a voulu, par les diaprures, conjuguer les problèmes du dessin et du modelé, rejoignant ainsi le vieux peintre du Chef-d'œuvre inconnu, de Balzac qui s’écriait : “Le dessin n’existe pas !”, voulant dire par là que dans une œuvre de peinture tout doit être exprimé, dessin et valeurs, par la seule modulation de la couleur[75] ».

La Montagne Sainte-Victoire vue de Bellevue (1882-1885), huile sur toile (65,5 × 81,7 cm), Metropolitan Museum of Art, New York.

Jon Kear a d'ailleurs fait le rapprochement entre la représentation du nu chez Cézanne et la nouvelle de Balzac, en soulignant la ressemblance entre l'attitude de Cézanne et celle du vieux peintre Frenhofer, tandis que le jeune Poussin et Pourbus assistent à ses démêlés avec l'expression totale[76].

Au début de 1950, à quelques semaines de l'ouverture de l'exposition « Le Cubisme 1907-1914 », la revue Les Lettres françaises demande aux artistes de réagir à l'attaque portée contre Cézanne, qualifié de « père de l'abstraction ». Paul Aïzpiri, Paul Rebeyrolle, Michel Thompson et Pierre Garcia-Fons y affirment : « Nous le trouvons réaliste, nous[77] ! »

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
Portrait d'Émile Zola, musée Granet, Aix-en-Provence.
  • Aix-en-Provence, musée Granet :
    • Le Rêve du poète, huile sur toile (82 × 66 cm)[J 1] : ce tableau est une copie de celui réalisé par le peintre Félix Nicolas Frillié. Le musée expose les deux tableaux côte à côte.
    • Portrait d'Émile Zola
    • Nature morte. Sucrier, poires et tasse bleue, huile sur toile (30 × 41 cm)[J 2]
    • Portrait de madame Cézanne, huile sur toile (46 × 38 cm)[J 3]
    • Vue prise du Jas-de-Bouffan
    • Les Baigneuses, huile sur toile (28 × 44 cm)[J 4]
    • L'Apothéose de Delacroix, huile sur toile (27 × 35 cm)[J 5]
  • Lyon, Musée des Beaux-Arts :
    • Baigneurs (1890), huile sur toile (33 × 22 cm)[J 6]
    • Peupliers (1879)
  • Paris
    • Musée du Louvre
      • L'Estaque, effet du soir (1871-1876), huile sur toile (43,5 × 59,5 cm)[J 7]
      • Les Rideaux (1885), aquarelle sur papier (49,5 × 30,5 cm)[J 8]
    • Musée de l'Orangerie,
      • Arbres et maisons (vers 1885), huile sur toile (54 × 73 cm)[J 9]
      • Le Rocher rouge (1900), huile sur toile (92 × 68 cm)[J 10]
      • Pommes et biscuits (1879-1882), huile sur toile (45 × 55 cm)[J 11]
    • Musée d'Orsay
      • La Maison du pendu (1873), huile sur toile (55 × 66 cm)[J 12]
      • Achille Emperaire, peintre (vers 1868), huile sur toile (200 × 120 cm)[J 13]
      • Nature morte à la bouilloire (vers 1869), huile sur toile (64,5 × 81 cm)[J 14]
      • Pastorale ou L'Idylle (1870), huile sur toile (65 × 81 cm)[J 15]
      • Portrait de l'artiste (1873-1874), huile sur toile (64 × 53 cm)[J 16]
      • Le Pont de Maincy dit autrefois le pont de Mennecy (1879-1880), huile sur toile (58,5 × 72,5 cm)[J 17]
      • Cour de ferme à Auvers (1879-1880) huile sur toile (65 × 54 cm)[J 18]
      • Vase de fleurs et Pommes (1883-1887), huile sur toile (65 × 81 cm)
      • La Table de cuisine (Nature morte au panier) (vers 1888), huile sur toile (65 × 81 cm)
      • Pommes et Oranges (1895-1900), huile sur toile (74 × 93 cm)[J 19]
      • Les Joueurs de cartes (1890-1892), huile sur toile (47,5 × 57 cm)[J 20]
      • Les Baigneurs (1890-1892), huile sur toile (60 × 82 cm)[J 21]
      • La Femme à la cafetière (1890-1894), huile sur toile (130,5 × 96,5 cm)[J 22]
      • Nature morte aux oignons (1895-1900), huile sur toile (66 × 82 cm)[J 23]
      • Oignons et Bouteille (Nature morte aux oignons) (1895-1900), huile sur toile (58,5 × 72,5 cm)
      • Dans le parc de Château Noir (1904-1906), huile sur toile (92 × 73 cm)[J 24]
      • Rocher près des grottes au-dessus de Château Noir (1900-1904), huile sur toile (65 × 64 cm)[J 25]
Aux États-Unis
Nature morte avec pommes et pot de primevères, New York, Metropolitan Museum of Art.
En Grande-Bretagne
En République tchèque
En Russie

Œuvres dans les collections privées[modifier | modifier le code]

Cézanne dans les musées[98][modifier | modifier le code]

  • Paris : musée d’Orsay ; musée du Petit Palais
  • Bale : Kunstmuseum
  • Berlin : Nationalgalerie
  • Berne : Kunstrnuseum
  • Boston : Museum of Fine Arts
  • Cambridge : Fogg Art Museum
  • Chicago : The Art Institute of Chicago
  • Cleveland : Museum of Art
  • Copenhague :Ny Carlsberg Glyptotek
  • Essen : Museum Folkwang
  • Glasgow : Art Gallery and Museum
  • La Haye : Gemeentemuseum
  • Leningrad : musée de l’Ermitage
  • Londres : British Museum ; Home House Trustees ; National Gallery ; Tate Gallery
  • Manheilm : Kunsthalle
  • Milan : Galerie municipale d’art moderne
  • Moscou : musée d’art moderne occidental ; musée Pouchkine
  • Munich : Neue Pinakothek ; Neue Staatsgalerie
  • New York : Metropolitan Museum of Art ; The Museum of Modem Art ; Solomon R. Guggenheim Museum
  • Oslo : Nasjonalgalleriet
  • Ottawa : National Gallery of Canada
  • Philadelphie : Barnes Foundation ; Philadelphia Museum of Art
  • Prague : Narodni Galerie
  • San Francisco : California Palace of the Legion of Honor
  • Sao Paulo : Museu de Arte
  • Stockholm : Nationalmuseum
  • Washington : National Gallery of Art ; The Phillips Collection
  • Winterthur : Coll. Oskar Reinhart am Rômerholz
  • Worcester : Worcester Art Museum
  • Zurich : Kunsthaus

Œuvre volée à l'Ashmolean Museum d'Oxford[modifier | modifier le code]

Paysage d'Auvers-sur-Oise, huile sur toile, Ashmolean Museum (Oxford).

Le 31 décembre 1999, pendant le feu d'artifice qui a accompagné la célébration du millénaire, des voleurs ont utilisé l'échafaudage se trouvant devant un bâtiment attenant, pour monter sur le toit de lʼAshmolean Museum afin de dérober un tableau de Cézanne : Paysage d'Auvers-sur-Oise. Estimée à 783 millions de livres sterling, la peinture a été décrite comme un travail important, illustrant la transition vers la maturité de la peinture de Cézanne. Comme les voleurs ont ignoré d'autres œuvres importantes dans la même salle d'exposition et que, depuis, le tableau n'a pas été mis en vente, le musée estime que le vol a été organisé pour honorer une commande[99],[100].


Sa cote[modifier | modifier le code]

  • Rideau, Cruchon et Compotier a été vendu en 1999 pour la somme de 56,41 millions d'euros, ce qui constitua la quatrième enchère la plus forte, jamais atteinte pour un tableau.
  • Bouilloire et fruits a été vendu en décembre 1999 pour la somme de 44,67 millions d'euros.
  • Nature morte au melon vert, aquarelle vendue 25,5 M $ en 2007.
  • Début 2012, la fille de l'émir du Qatar a déboursé 190 millions d'euros pour l'une des cinq versions (1890-1895) des Joueurs de cartes, désormais le tableau le plus cher au monde. Cette œuvre appartenait à la famille de l'armateur grec Embiricos.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Le dernier billet de 100 francs (1997-2001) lui a rendu hommage.
  • Un timbre postal, d'une valeur de 0,85 franc représentant Les Joueurs de cartes, a été émis le 10 novembre 1961[101].
  • Depuis 2005, l'université Aix-Marseille 3 est dénommée Université Paul Cézanne Aix Marseille 3.
  • La chanson Cézanne peint (1984), de France Gall, est également un hommage au peintre français.
  • Dans Sur l'écriture, Ernest Hemingway fait de Cézanne le maître de son personnage autobiographique, Nick : « Lui, Nick, avait envie d'écrire comme Cézanne peignait. Cézanne avait commencé avec tous les trucs. Puis il avait tout foutu en l'air et il avait construit un vrai machin. C'était affreusement difficile à faire. Cézanne était le plus grand de tous. Le plus grand pour toujours. Ce n'était pas un culte. Lui, Nick, voulait écrire sur la campagne de telle façon qu'elle soit aussi présente que celle de Cézanne dans ses tableaux. Pour y arriver, il fallait se la tirer du dedans de soi-même. Il n'existait aucun truc pour ça. […] Cézanne savait peindre les gens aussi. Mais ça c'était plus facile ; il se servait de ce qu'il tirait des paysages pour faire les gens. […] Il savait exactement comment Cézanne peindrait ce bout de rivière. Ah, s'il était là pour le faire ! Mais ces types-là mouraient et c'était bien le malheur[102]. »
  • Nintendo a avoué s'être inspiré des peintures de Paul Cézanne pour réaliser les graphismes du jeu The Legend of Zelda: Skyward Sword, sorti en 2011.
  • Cézanne et moi, film de Danièle Thomson sorti en 2016, fantaisie librement inspiré de la légende littéraire autour de l'amitié entre Zola et Cézanne, et de leur séparation autour de l'œuvre, volontairement sans rapport avec la peinture de Cézanne[103].
  • Rodin (2017), de Jacques Doillon, avec Arthur Nauzyciel dans le rôle de Paul Cézanne.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Base Joconde du ministère de la Culture
  1. « Le Rêve du poète », notice no 000PE028354, base Joconde, ministère français de la Culture
  2. « Nature morte. Sucrier, poires et tasse bleue », notice no 000PE028345, base Joconde, ministère français de la Culture
  3. « Portrait de madame Cézanne », notice no 000PE028344, base Joconde, ministère français de la Culture
  4. « Les Baigneuses », notice no 000PE028348, base Joconde, ministère français de la Culture
  5. « L'Apothéose de Delacroix », notice no 000PE028347, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Baigneurs », notice no M5060000035, base Joconde, ministère français de la Culture
  7. « L'Estaque, effet du soir », notice no 000PE013716, base Joconde, ministère français de la Culture
  8. « Les Rideaux », notice no 50350016702, base Joconde, ministère français de la Culture
  9. « Arbres et maisons », notice no 00000089434, base Joconde, ministère français de la Culture
  10. « Le Rocher rouge », notice no 00000089438, base Joconde, ministère français de la Culture
  11. « Pommes et biscuits », notice no 00000089430, base Joconde, ministère français de la Culture
  12. « La Maison du pendu », notice no 000PE003744, base Joconde, ministère français de la Culture
  13. « Achille Emperaire, peintre », notice no 000PE003746, base Joconde, ministère français de la Culture
  14. « Nature morte à la bouilloire », notice no 000PE003745, base Joconde, ministère français de la Culture
  15. « Pastorale ou Idylle », notice no M5060000038, base Joconde, ministère français de la Culture
  16. « Portrait de l'artiste », notice no 000PE003734, base Joconde, ministère français de la Culture
  17. « Le Pont de Maincy dit autrefois le pont de Mennecy », notice no 000PE003731, base Joconde, ministère français de la Culture
  18. « Cour de ferme à Auvers », notice no 000PE003746, base Joconde, ministère français de la Culture
  19. « Pommes et oranges », notice no 000PE003750, base Joconde, ministère français de la Culture
  20. « Les Joueurs de cartes », notice no 000PE003753, base Joconde, ministère français de la Culture
  21. « Les Baigneurs », notice no 000PE003748, base Joconde, ministère français de la Culture
  22. « La Femme à la cafetière », notice no 000PE003747, base Joconde, ministère français de la Culture
  23. « Nature morte aux oignons », notice no 000PE003749, base Joconde, ministère français de la Culture
  24. « Dans le parc de Château Noir », notice no 00000089439, base Joconde, ministère français de la Culture
  25. « Rocher près des grottes au-dessus de Château Noir », notice no M5060000033, base Joconde, ministère français de la Culture
Références texte
  1. L'expression serait de Matisse et ou de Picasso, elle est amplement reprise pendant tout le XXe siècle, par exemple in Ulrike Becks-Malorny, Cézanne. Le père de l'art moderne, Taschen, 2001.
  2. Originaire de Saint-Zacharie (Var), propriétaire à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).
  3. Voir note suivante.
  4. Il travailla d'abord comme modeste employé dans une fabrique de laine à Aix, ensuite dans une chapellerie. Il vint à Paris comme apprenti ; puis il fut ouvrier et enfin commis chez un fabricant de chapeaux. Vers 1825, il revint à Aix où il fonda une maison de vente et d'exportation qui devint très prospère. Il laissa à sa mort une fortune considérable (un million deux cent mille francs or). Élisabeth Aubert, sa femme, est la fille d'un tourneur de chaises http://gw.geneanet.org/garric?lang=fr&p=louis+auguste&n=cezanne
  5. L'origine de la famille Cézanne étant la paroisse Saint-Sauveur, à côté d'Embrun, dans les Hautes-Alpes actuelles (acte de mariage de la ville d'Aix-en-Provence, précisant le mariage d'Honoré Cézanne avec Madeleine Boyer, le 22 novembre 1654). Cet acte précise que le père d'Honoré Cézanne est Claude Cézanne, marié à Antoinette Blain, originaire de Saint-Sauveur, diocèse d'Embrun. Un des enfants de cette famille est venu s'installer en 1654 en Provence et est à l'origine de la branche dont est issu Paul Cézanne. Les Cézanne existent toujours à la commune de Saint-Sauveur.
  6. Établissement qu'il transfère en 1856 au 13, rue Boulegon, Atelier Cézanne.
  7. « En quarante ans de peinture, en cinquante ans de peinture, je sais plus, qu‘est ce qu’il a compris ? Et Lawrence a une formule splendide, il dit : il a compris une pomme et un ou deux vases, et il dit : eh bien, quand on a fait ça, quand on est peintre et qu’on est arrivé à ça en cinquante ans, on peut se dire qu’on est bien heureux », Gilles Deleuze, Spinoza, cours 5 du 13 janvier 1981 http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=29
  8. Joaquim Gasquet, Cézanne, Encre Marine, Paris, 2002, p. 35.
  9. Lettre à Zola du 2 septembre 1858.
  10. http://www.societe-cezanne.fr/2016/07/01/1860/
  11. L'identification de chacun des personnages est donnée par une annotation au dos de la photographie : de gauche à droite, Martinès (photographe), Alphonso (peintre amateur et médecin), Cézanne assis, l'enfant Lucien Pissarro, Aguiar (de Cuba) et Camille Pissarro, dans « Les Pissarro, une famille d'artistes au tournant des XIXe et XXe siècles, musée Tavet-Delacour, Pontoise, 2016, p. 125.
  12. Voir le certificat du 14 juillet 1860, article 28 mai 1860, http://www.societe-cezanne.fr/2016/07/01/1860/.
  13. « Terrible accent provençal », in Georges Rivière, Cézanne. Le peintre solitaire, Paris, Floury, 1933, p. 72, disponible sur Gallica ; Paul Cézanne. La peinture couillarde, lettres et propos choisis par Jean-Paul Morel, Paris, Mille et une nuits, 2006 ; Ambroise Vollard note également qu'il jure et prononce « ottres » pour « autres » ou prononce « temmperamment », par exemple ; Émile Bernard dans ses souvenirs (p. 16) note la difficulté à le comprendre, tant son accent « faisant sauter bizarrement les syllabes » et le rend risible.
  14. Suivant le témoignage de Jean Renoir.
  15. Françoise Cachin, Joseph Rishel (dir.), Cézanne, catalogue, Réunion des musées nationaux, 1995, p. 551.
  16. Joachim Gasquet, Cézanne, p. 39-40.
  17. Joachim Gasquet, Cézanne, p. 39-40.
  18. Jean Renoir, Pierre Auguste Renoir, mon père, Gallimard, 1981, p. 127.
  19. Selon Mottez, président du jury cité par Ambroise Vollard, dans Cézanne.
  20. Au total, trente-six tableaux à l'huile et dix-sept aquarelles ont été réalisés entre 1859 et 1899 dans cette propriété.
  21. Françoise Cachin, Joseph Rishel (dir.), Cézanne, catalogue, Réunion des musées nationaux, 1995, p. 346.
  22. http://autourduperetanguy.blogspirit.com/archive/2012/01/21/un-theoricien-de-la-couleur-tres-influent-ogden-nicholas-roo.html
  23. Catalogue Cézanne et Pissarro, 1865-1885, musée d'Orsay, Paris, 2006.
  24. Brouillon de lettre de Cézanne à une dame, printemps 1885 ; au verso d’un dessin de Cézanne, appartenant à l’Albertina de Vienne, Paul Cézanne, correspondance, Paris, Bernard Grasset , 1978, p. 216-217 ; lettre de Cézanne à Zola, 14 mai 1885, p. 217.
  25. Relevé de son mariage.
  26. Erik Levesque, Les Leçons de peinture de Cézanne, Oskar Éditions, 2006, p. 69.
  27. http://www.medicographia.com/2010/01/famous-french-diabetics/. Son diabète peut expliquer ses crises de rhumatismes, de douleurs articulaires, migraines…
  28. Rouge, le chemin de Bibémus, atelier Cézanne.
  29. Chemin de Bibémus, Cézanne en Provence.
  30. http://www.societe-cezanne.fr/2014/12/06/exposition-madame-cezanne-au-metropolitan-museum-de-new-york/
  31. Henri Rochefort, « L'amour du laid », L'Intransigeant, 9 mars 1903 disponible sur Gallica
  32. A. Javary, Traité de géométrie descriptive, tome II, Cônes et cylindres, sphères et surfaces du second degré, Delagrave, 1882 disponible sur Gallica.
  33. « Je veux mourir en peignant… mourir en peignant », paroles de Cézanne rapportées par Joachim Gasquet, in Cézanne, « Ce qu'il m'a dit », p. 374.
  34. Lettre de Cézanne à Roger-Marx du 23 janvier 1905.
  35. a et b . Après un refroidissement lors de sa dernière peinture en plein air de la montagne Sainte-Victoire, il serait tombé dans un coma diabétique et meurt six jours après, de pneumonie, Michael Marmor, James Ravin, The Artist’s Eyes: Vision and the History of Art, Harry N. Abrams, 2009.
  36. Cézanne et Zola à Aix, La République des Lettres, http://www.republique-des-lettres.com/cezanne-9782824901640.php
  37. Marcelin Pleynet, Cézanne, Gallimard, coll. « Folio essais », chapitre II : « Cézanne, Zola et les siens ».
  38. Société Paul Cézanne. Une lettre de Cézanne à Zola en 1887.
  39. Henri Mitterand, Paul Cézanne, Émile Zola. Lettres croisées, Gallimard, 2016, p. 16.
  40. Henri Mitterand, p. 428-429.
  41. a et b Henri Mitterand, p. 431.
  42. Catalogue Cézanne, les dernières années (1895-1906), RMN, 1978, p. 58.
  43. Lettre de Rilke à sa femme, 22 octobre 1907, Rilke, p. 71-72.
  44. Picasso, Propos sur l'art. Lettre sur l'art, 1926, Gallimard, 1998, p. 22.
  45. Kandinsky, à propos de Cézanne, Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier, réédition Gallimard], 1989.
  46. http://www.societe-cezanne.fr/la-posterite/
  47. Gilles Deleuze, Spinoza, cours 5 du 13 janvier 1981, http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=29
  48. Selon le mot de Cézanne lui-même.
  49. a, b et c Petar Ivanišević, Milan Ivanišević, «The Influence of Retinal Eye Diseases on Painting», Collegium antropologicum, 2015, 39(1), p. 243-246.
  50. Jean-Claude Razavet, De Freud à Lacan. Du roc de la castration au roc de la structure, De Boeck Université, 2002.
  51. Marcel Brion, Paul Cézanne, Plantyn, 1974.
  52. Michèle Emmanuelli, « L'origine du processus créateur à partir du Rorschach et du TAT d'artistes », in L'Archaïque. Création et psychanalyse, Anne Brun et Bernard Chouvier (dir.), Armand Colin, 2013.
  53. Anna Barskaïa, Evgueni Gueorguievskaïa, Paul Cézanne 1939-1906, New York, Parkstone International, 2011, p. 54.
  54. Pascal Mérigeau, Jean Renoir, Flammarion, 2012, p. 661.
  55. Marcelin Pleynet, Cézanne, Gallimard, coll. « Folio essais », chapitre IX : « Les Peintures ».
  56. a et b Jean Renoir, Pierre-Auguste Renoir, mon père.
  57. http://museeduluxembourg.fr/objet/la-maison-du-pendu
  58. Cat. Cézanne, RMN, 1974, p. 44.
  59. Correspondance de Cézanne.
  60. On peut les voir dans son atelier des Lauves.
  61. « Cézanne et sa quête de l’être (série 1 : l’art pommesque », Le Nouveau Cénacle, 10 novembre 2015.
  62. « Cézanne et l'art pommesque », sur Espace Trévisse (consulté le 13 octobre 2014).
  63. Erik Levesque, Les Leçons de peinture de Cézanne, p. 78-79.
  64. Ambroise Vollard, Cézanne, Zurich, G. Crès et Cie, 1929, p. 129.
  65. Erik Levesque, Les Leçons de peinture de Cézanne, p. 15.
  66. Lettres de Cézanne à Émile Bernard du 12 et 26 mai 1904.
  67. Lettre de Cézanne à Émile Bernard du 26 mai 1904.
  68. a et b Lettre de Cézanne à Émile Bernard du 24 octobre 1905.
  69. Erik Levesque, Les Leçons de peinture de Cézanne, p. 16.
  70. Erik Levesque, Les Leçons de peinture de Cézanne, p. 68.
  71. Sylvie Lecoq-Ramond, Impressionnisme et naissance du cinéma, musée des beaux-arts de Lyon, 2005.
  72. Interview de Salvador Dali.
  73. Lettre de Cézanne à Émile Bernard du 12 mai 1904.
  74. « À propos de Pétunias, peint par Cézanne », article de Léon Gard paru dans le journal Apollo, en 1948.
  75. « À propos de Pétunias peint par Cézanne, article de Léon Gard paru dans le journal Apollo, en 1948.
  76. (en) Jon Kear, « Frenhofer, c'est moi: Cézanne's Nudes and Balzac's Le Chef-d'œuvre inconnu », The Cambridge Quarterly, volume 35, 2006, p.  345-360 (ISSN 0008-199X).
  77. Anonyme, « Non ! Cézanne n'est pas le précurseur des abstraits, nous disent les jeunes peintres », Les Lettres françaises, Paris,‎ .
  78. Madame Cézanne dans un fauteuil rouge.
  79. Le Village de Gardanne.
  80. Les Joueurs de cartes.
  81. Nature morte avec pommes et pot de primevères.
  82. Les Grandes Baigneuses.
  83. Les Baigneurs.
  84. Vieille femme au rosaire.
  85. Pont sur la Marne à Créteil.
  86. Mardi Gras.
  87. Plateau de la montagne Sainte-Victoire.
  88. L'Aqueduc.
  89. Nature morte aux pêches et aux poires.
  90. Le Fumeur de pipe accoudé.
  91. Les Baigneurs.
  92. Jeune fille au piano.
  93. Le Fumeur.
  94. Portrait de dame en bleu.
  95. Bords de la Marne.
  96. « Le ruisseau de Cézanne », sur Espace Trévisse (consulté le 16 octobre 2014).
  97. « L'embrayeur chez Cézanne, Duchamp et Beckett », sur Le Nouveau Cénacle (consulté le 16 octobre 2014).
  98. « cezanne-etait-il-un-impressionniste », sur botablo.fr
  99. Au vol ! Les plus grands vols d’œuvres d’art de tous les temps, sur le site bridgemanart.com, consulté le 1er mai 2014.
  100. (en)Theft of Cezanne’s View of Auvers-sur-Oise, sur le site fbi.gov, consulté le 2 mai 2014.
  101. Le timbre Les Joueurs de cartes.
  102. Ernest Hemingway, « Sur l'écriture », in Œuvres romanesques, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1966, t. 1, p. 1558-1559.
  103. Danièle Thompson : « Je ne voulais pas que Cézanne et moi soit de la peinture illustrée », in Première, 2016, à lire sur http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Daniele-Thompson-Je-ne-voulais-pas-que-Cezanne-et-moi-soit-de-la-peinture
  104. http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?no_cache=1&nnumid=010891&cHash=713d02a000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Autoportrait au turban blanc, vers 1880. Neue Pinakothek, Munich.
  • Émile Bernard, Sur Paul Cézanne, Paris, R.-G. Michel, 1925.
  • Émile Bernard, Conversations avec Cézanne, P. Michael Doran (dir.), Paris, Macula, 1986, 237 p. (ISBN 978-2865890002).
  • Marianne Raymonde Bourges, Itinéraires de Cézanne, Paris, Ville d’Aix-en-Provence, , 46 p.
  • Marianne Raymonde Bourges, Cézanne en son atelier, Paris, Ville d’Aix-en-Provence, , 51 p.
  • Marianne Raymonde Bourges (préf. Adrien Chappuis), Le Jardin de Cézanne. L’époque des Lauves, Paris, Ville d’Aix-en-Provence, , 44 p.
  • Marcel Brion, Paul Cézanne, Paris, Bordas, 1988.
  • Paul Cézanne, La Peinture couillarde, lettres et propos choisis par Jean-Paul Morel, Paris, Mille et une nuits, 2006.
  • Cézanne, catalogue d'exposition, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 1995.
  • Denis Coutagne, Cézanne et Paris, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 2011 ; catalogue de l'exposition au musée du Luxembourg.
  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 3, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2-7000-3013-3), p. 422-428.
  • Bernard Dorival, Cézanne, Paris, Tisné, 1948.
  • Joachim Gasquet, Cézanne, Paris, Bernheim jeune, 1921 ; réédition Paris, Encre Marine, 2002.
  • Michel Hoog, Cézanne. « Puissant et solitaire », Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 2011.
  • Jean-Claude Lebensztejn, Les Couilles de Cézanne, Nouvelles éditions Séguier, (ISBN 2-84049-051-X).
  • Jean-Claude Lebensztejn, Études cézanniennes, Paris, Flammarion, (ISBN 978-2080116048).
  • Erik Levesque, Les Leçons de peinture de Cézanne, Oskar Éditions, Paris, 2006 (ISBN 2-35000-062-1).
  • Henri Mitterand, Paul Cézanne, Émile Zola, Lettres croisées, 1858-1887, édition établie, présentée et annotée par Henri Mitterand, NRF-Gallimard, Paris, 2016, 460 p. (ISBN 9782070178506).
  • Henri Perruchot, La Vie de Cézanne, Paris, Hachette, 1956.
  • Marcelin Pleynet, Cézanne marginal, Les Mauvais Jours, 2007.
  • Marcelin Pleynet, Cézanne, Paris, Gallimard, 2010.
  • John Rewald, Cézanne, Paris, Albin Michel, 1939 ; rééd. Paris, Flammarion, 1986.
  • Correspondance, recueillie, annotée et préfacée par John Rewald, Paris, Grasset, 1937 ; nouvelle édition complète et définitive, Paris, Grasset, 1978.
  • Rainer Maria Rilke, Lettres sur Cézanne, Paris, Corrêa, 1944.
  • Jacques Rivière, Cézanne, 1910 ; réimprimé in Études, Paris, NRF, 1911.
  • André Salmon, Cézanne, Paris, Stock, 1923.
  • Philippe Sollers, Le Paradis de Cézanne, Paris, Gallimard, 1995 (repris dans Éloge de l'infini, Paris, Gallimard, 2001, coll. « Folio »).
  • Antoine Terrasse, De Cézanne à Matisse, Famot, 1986.
  • Antoine Terrasse, Les Aquarelles de Cézanne, Paris, Flammarion, 1997.
  • Lionello Venturi, Cézanne, son art, son œuvre, Paris, Rosenberg, 1936.
  • Ambroise Vollard, Cézanne, Paris, Vollard, 1914.
  • Ambroise Vollard, En écoutant Cézanne, Degas, Renoir, Paris, Grasset, 1938 ; réédition, Paris, Grasset, 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]