La Pomme (Marseille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Pomme.
La Pomme
La place du monument et l'église, au centre du village de la Pomme
La place du monument et l'église, au centre du village de la Pomme
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ville Marseille
Arrondissement municipal 11e
Démographie
Population 17 787 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 25″ nord, 5° 26′ 31″ est
Transport
Gare TER PACAGare de la Pomme
Tramway Ligne 1 du tramway de Marseille  Air-Bel
Ligne 1 du tramway de Marseille  La Grognarde
Ligne 1 du tramway de Marseille  William Booth
Ligne 1 du tramway de Marseille  Les Caillols
Bus Autobus de MarseilleLigne 12 Ligne 12B Ligne 12S Ligne 40 Ligne 91 Bus de nuit 540
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Pomme

Géolocalisation sur la carte : Marseille

Voir la carte administrative de Marseille
City locator 14.svg
La Pomme

Géolocalisation sur la carte : Marseille

Voir la carte topographique de Marseille
City locator 14.svg
La Pomme

La Pomme est un quartier de Marseille, dans le 11e arrondissement. Il est situé sur la rive droite de l'Huveaune, entouré par les quartiers Saint-Pierre, Saint-Jean du Désert, les Caillols et Saint-Marcel.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le quartier de la Pomme s'est développé autour d'un ancien noyau villageois, le long de la « petite route d'Aubagne » (D2 des Bouches-du-Rhône), à 2 kilomètres du périmètre ancien de Marseille. Aujourd'hui, ce noyau originel existe toujours, mais l'urbanisation a remplacé les anciennes propriétés campagnardes ou agricoles par des lotissements de villas ou des ensembles immobiliers : Air-Bel, Parc Bel-Ombre, la Grognarde, etc. La plus grande partie des immeubles du « centre urbain des Caillols » se situe d'ailleurs dans le 11e arrondissement, donc dans le quartier de la Pomme, et non dans celui des Caillols (12e arrondissement).

La Pomme est desservi par les lignes de bus RTM n° 12, 12b, 12s, 91, 40, par la ligne départementale 240 (Marseille - Aubagne), et par la ligne T1 du tramway de Marseille (Noailles - Les Caillols).

La voie ferrée Marseille - Toulon traverse le village de la Pomme ; la gare de La Pomme, normalement desservie par les TER-PACA de la relation Marseille - Aubagne - Toulon, a été fermée le pour restructuration complète du plan des voies dans le cadre de la pose d'une troisième voie entre la Blancarde et Aubagne[1] et a rouvert le .

Vie communautaire[modifier | modifier le code]

Résidence Air Bel[modifier | modifier le code]

Air Bel est une résidence HLM du quartier de la Pomme, située au nord-ouest du village de la Pomme, en bordure du plateau la Fourragère[2]. Ce groupe d’habitations de 1199 logements sociaux a été construit entre 1971 et 1973 sur un terrain de 18 ha, à la suite de l'obtention du permis de construire du projet Air Bel (intitulé « opération Vallée de L’Huveaune ») en 1968[2]. Avec plus de 76 bâtiments, 4 tours et deux groupes scolaires, elle est la plus grande cité de Marseille[réf. nécessaire], dont la gestion est assurée par les groupes Logirem et Phocéenne d'Habitations.

Histoire[modifier | modifier le code]

Panneau municipal d'information sur l'histoire de La Pomme, situé à l'entrée du village

Un registre de la cathédrale de la Major, datant de 1664, répertorie un village nommé la Pomme à 5,5 kilomètres de Marseille[3]. Le nom de fruit existe depuis le tout début du XVIe siècle. À cette époque, un aubergiste inconnu créait un "logis", c'est-à-dire une auberge, un relais, où l'on pouvait trouver "le gîte et le couvert". Le lieu où existait l'établissement prend le nom de "Logis de la Pomme" puis peu à peu "La Pomme", nom figurant sur les limites de la paroisse de Saint-Marcel dès 1517 et sur les registres de la cathédrale de la Major. Le Logis de la Pomme était à l'emplacement de l’immeuble sis 67 avenue Emmanuel Allard. Mais cet endroit portait depuis des siècles le nom général de "Plan de Padéou" - Plateau du Padeau-, parce qu'il était à l’extrémité sud est du plateau qui est aujourd'hui celui de la Grande Bastide- La Pommeraie. Plus précisément, cette partie de la rive droite de l'Huveaune était désignée depuis le IXe siècle par le nom d'un moulin créé par les moines de Saint-Victor: "Le Moulin du Colombier". "Le Colombier" s’étendait de la Pomme à Saint-Loup et de l'Huveaune au chemin d'Aubagne (aujourd'hui avenue Mireille Lauze et avenue Emmanuel Allad). Ce nom demeurera dans les actes notariés jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Ce moulin se trouvait au Sud Ouest de l’ensemble immobilier "Bel Ombre" à 200 mètres environ. Le moulin qui deviendra Moulin de la Pomme était le deuxième Moulin du Colombier (en amont) presque en face du logis de la Pomme. A peu près à la même époque (1499) sur le plateau du Padeau, les Religieux Freres Pécheur ou Dominicains construisent une chapelle, premier lieu de culte du quartier. Cet endroit deviendra le hameau de Saint-Dominique, et le chemin adjacent, traverse Saint Dominique. Aujourd'hui s'y dresse un ensemble d'HLM, La Dominique[4]. En 1880, Louis Ginouvès invente une recette qui fera la renommée de la Pomme: les Pieds paquets, cuisinés par la mère MAUREL dans son restaurant "le Chalet"(cf. photo ci-contre). Ce plat très apprécié, était servi dans cinq restaurants vers 1900. Les Marseillais "de la ville" venaient déguster le plat en calèche, le dimanche, et à la belle saison allaient s’installer sur les bords de l'Huveaune. Une chanson, sur l'air d'"Au clair de la lune" commençait par "Allons à la Pomme manger les paquets et nous ferons comme les vrais Marseillais".


Située à l'entrée de la Pomme, la villa Air-Bel, où André Roussin passait ses vacances dans l'entre-deux-guerres, fut pendant l'Occupation allemande le refuge de nombreux français en attente de départ vers le États-Unis. La propriété a depuis laissé la place à une cité HLM.

La villa Air-Bel[modifier | modifier le code]

Le 14 août 1940, le journaliste américain Varian Fry[5] arrive à Marseille en tant que représentant de l'Emergency Rescue Committee, francisé sous le sigle CAS pour « Centre Américain de Secours ». Aidé financièrement par une richissime héritière américaine, Mary Jayne Gold, et bénéficiant du patronage d'Eleanor Roosevelt, Varian Fry a pour mission de permettre à de nombreux intellectuels, savants ou personnalités politiques en danger[6] de quitter la France pour les États-Unis. Pour animer ce comité, Varian Fry parvient à réunir entre dix et vingt personnes. Cherchant un endroit où se loger, la secrétaire particulière de Fry, Théo Bénédite[7] et Mary Jayne Gold découvrent une bastide rectangulaire sur un terre-plein en terrasse inoccupée, « vaste maison au crépi qui s'écaille et qui se cache en haut d'une allée bordée de platanes prolongée par une voie plantée de gigantesques cèdres ». Le propriétaire de cette maison de dix-huit pièces (dont huit chambres et une bibliothèque de quarante mètres carrés) entièrement meublées et entourée d'un grand parc, est le docteur Thumin, qui vit en célibataire avec sa sœur dans le pavillon à côté. C'est Daniel Bénédite qui la loue[8] pour le Comité. Les premiers occupants, outre Varian Fry, Théo et Daniel Bénédite et Mary Jayne Gold, sont l'écrivain Victor Serge, sa compagne Laurette et leur fils Vlady. Il suggère de recueillir André Breton, sa femme Jacqueline Lamba et leur fille Aube arrivés depuis peu à Marseille[9].

Les dimanches après-midi, la villa reçoit d'autres artistes, surréalistes ou non : Arthur Adamov, Hans Bellmer, Victor Brauner, René Char, Frédéric Delanglade, Oscar Dominguez, Marcel Duchamp, Max Ernst, le photographe André Gomès, à qui l'on doit de nombreuses photos de cette période, Peggy Guggenheim, Jacques Hérold, le comédien Sylvain Itkine, Wifredo Lam, André Masson, Péret, Tristan Tzara, Remedios Varo, Wols et Ylla (Camilla Koeffler)[10].

Victor Serge : « Nous avions baptisé Espervisa le château délabré [...]. Breton y écrivait des poèmes dans la serre, au soleil de novembre. J’écrivais des pages de roman et ce n’était pas par amour de la « littérature » : il faut témoigner sur ce temps[11]. »

La villa est détruite en 1986[12].

Le Jeu de Marseille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeu de Marseille.

Au cours du mois de mars 1941, les surréalistes réunis à la villa Air-Bel créent collectivement un « Jeu de Marseille » inspiré du Tarot de Marseille. Le principe des séries traditionnelles est conservé mais les noms et les honneurs sont changés. Ainsi les quatre couleurs ont pour symboles : la roue sanglante (= Révolution), la flamme (= Amour), l'étoile noire (= Rêve), la serrure (= Connaissance). Les figures Roi et Dame deviennent "Génie" ou "Mage" et "Sirène" (il n'y a pas de valet) et représentent une personnalité historique ou un personnage de la littérature comme Alice de Lewis Carroll, Sigmund Freud ou Hegel... Composé de vingt cartes dessinées, entre autres, par Victor Brauner, André Breton, Max Ernst, le jeu « reflète la mythologie et les préoccupations propres de chacun des surréalistes[13]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Varian Fry et les candidats à l'exil. Marseille 1940-1941, éd. Actes Sud, Arles, 1999, catalogue de l'exposition organisée à Aix-en-Provence du 12 janvier au 11 avril 1999. (ISBN 2-7427-2122-3)
  • Mary Jane Gold (préf. Edmonde Charles-Roux), Marseille, année 40 : récit, Paris, Phébus, coll. « Le vif du sujet », , 480 p. (ISBN 978-2-8594-0717-9 et 2859407170, OCLC 48480981).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.rff.fr/fr/le-reseau/regions/provence-alpes-cotedazur/projets-139/#584_title
  2. a et b Notice monographique 1114 - Air Bel, in Ensembles & Résidences à Marseille 1955-1975, sur le site culturel de la région PACA.
  3. Origine des quartiers de Marseille, par Robert Bouvier, éd. J.M. Garçon, 1988 (ISBN 2-9502847-0-1), page 100
  4. "Nos quartiers, enfants de l'Huveaune'', par Roger Daniel, 1994, page 153
  5. New York, 15 octobre 1907 - Easton, Connecticut, 13 septembre 1967. Il séjourna à Marseille jusqu'au 6 septembre 1941, date de son expulsion comme "étranger indésirable", et de sa reconduite à la frontière franco-espagnole. « Varian Fry ... », op. cité, page 8
  6. L'article 19 de la convention d'armistice stipule que "le gouvernement français est tenu de livrer sur demande tous les ressortissants allemands désignés par le Reich et qui se trouvent en France, de même que dans les colonies, les territoires sous protectorat et sous mandat". « Varian Fry ... », op. cité, page 41
  7. Elle est également la femme de Daniel Bénédite qui est le chef de cabinet du comité.
  8. « Lorsque Daniel Bénédite [...] rencontre [le propriétaire], l'affaire se fait promptement. Le propriétaire, qui croit faire une affaire, en demande un prix dérisoire aux yeux de son futur locataire », « Varian Fry... », op. cité, page 45.
  9. « Varian Fry ... », op. cité, page 45
  10. « Varian Fry ... », op. cité, page 47
  11. Victor Serge, Mémoires d'un révolutionnaire 1905-1945, Lux, 2010, p. 461.
  12. « Oubliés de la rénovation urbaine », 25 La Marseillaise, février 2010
  13. Mark Polizzotti, André Breton, Gallimard, 1999, p. 562