Théâtre du Gymnase (Marseille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théâtre du Gymnase.
Théâtre du Gymnase
Description de cette image, également commentée ci-après
Enseigne du théâtre visible depuis la Canebière.Au fond, on peut apercevoir le lycée Thiers
Type Théâtre
Lieu Marseille
Coordonnées 43° 17′ 52″ nord, 5° 22′ 56″ est

Géolocalisation sur la carte : Marseille

(Voir situation sur carte : Marseille)
Théâtre du Gymnase (Marseille)

Entrée du théâtre
Salle et scène.

Le théâtre du Gymnase est un théâtre situé sur la Canebière à Marseille, dans le quartier Thiers.

Historique[modifier | modifier le code]

Le théâtre à Marseille commence à prendre une réelle importance au XVIIe siècle. Plusieurs salles de spectacle sont construites, dont le Grand Théâtre (actuel Opéra Municipal) inauguré le 31 octobre 1787, consacré à l'opéra et la tragédie.

Un ancien acteur du Grand Théâtre, Giraud Destinval, décide de construire un nouveau théâtre, consacré à la comédie et l'opérette. En 1800, il achète le bâtiment de l'ancienne chapelle du Couvent des Lyonnaises, Religieuses de l'ordre de Saint François, couvent en partie détruit pendant la Révolution. La première pierre est posée le 7 mars 1801 par l'architecte Paul Audibert sous la direction de Defougere, ingénieur au Département. Le Théâtre est inauguré le 13 septembre 1804 et baptisé Théâtre Français pour marquer sa vocation pour la littérature française.

Il prend le nom de Gymnase le 1er septembre 1834.

On y joua des vaudevilles, la comédie, des mélodrames, le romantique ou les pièces provençales. Les grandes vedettes parisiennes s'y produisirent : Désaugiers, Mademoiselle George, Hadingue[Qui ?], Genin[Qui ?], Simon Baret[Qui ?], Sarah Bernhardt, Gaby Deslys[réf. nécessaire]...

À partir du Second Empire, on y joua alors des opérettes.

Le Gymnase avait "une position secondaire" par rapport au Grand Théâtre, en effet une loi décrétée par Napoléon 1er en 1806, n'autorisait les grandes villes, hormis Paris, à ne disposer que de deux théâtres - situation qui perdurera jusqu'au Second Empire.

Au XXe siècle, il reprit son rôle de salle de théâtre avec des acteurs comme Louis Jouvet, Jean Weber, mais aussi comme salle de concert avec Jacques Brel, Reda Caire ou Charles Aznavour et Franck Pourcel musicien, qui était le neveu du Père Franck.

Durant la seconde guerre mondiale, sous la direction de monsieur Franck, le guichet du poulailler à la caisse du théâtre fut tenu par Voline.

Le théâtre est un lieu de rendez-vous pour les étudiants qui assistent aux représentations des œuvres étudiées en cours. Sont jouées dans les années 1950 des pièces telles queL'École des femmes, dont les décors étaient réalisés par Christian Bérard, ou encore Les Fourberies de Scapin, avec Jean-Louis Barrault[1].

Le théâtre ferme ses portes en 1980 pour des raisons de vétusté et rouvre en 1986 avec la reprise par la municipalité et le mécène américain Armand Hammer. Toujours un lieu de la culture artistique marseillaise, il travaille en coopération avec le lycée Thiers adjacent. Il est dirigé par Dominique Bluzet, également directeur du Grand Théâtre de Provence et du Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence.

Architecture[modifier | modifier le code]

Plafond, peint par Henri Gabelier, peintre marseillais, autour des années 1900.

Directeurs[modifier | modifier le code]

Franck Esposito :

Tony Reynault :

Antoine Bourseiller

Marcel Marechal : de 1975 à 1981

Patrick Bourgeois :

Statut[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Correspondances: mélanges offerts à Roger Duchêne : études, Gunter Narr Verlag, (ISBN 9783823346036, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]