Conseil national des évangéliques de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Le Conseil National des Evangéliques de France (CNEF) rassemble depuis 2010, plus de 70 % des églises évangéliques de France, à la suite de la fusion de l'Alliance évangélique française et de la Fédération évangélique de France et l'adhésion d'un grand nombre d'unions d'églises et d'œuvres évangéliques françaises.

Historique[modifier | modifier le code]

• Le 6 janvier puis le 18 juin 2001, en réponse à l’invitation du conseil national de l’Alliance évangélique française (AEF) et du comité national de la Fédération évangélique de France (FEF), la grande majorité des responsables des unions d’Églises et des institutions de formation biblique de France se rencontre à Nogent-sur-Marne.

• Le 6 janvier 2003, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) est créé. Il est défini comme “un lieu d’échange, de réflexion, de concertation et de prière, une plate-forme en vue de renforcer les liens et la visibilité du protestantisme évangélique français, dans le respect de ses diversités”.

• De 2003 à 2007, le CNEF met en place des groupes de travail sur les questions d’éthique et d’implantation d’Églises. Il consacre du temps à la connaissance réciproque des caractéristiques de chaque famille qui le compose et à la poursuite de la réflexion sur l’avenir. Il se dote de principes déontologiques.

• En 2007, le CNEF décide d’évoluer. Il jette les bases d’un projet où le CNEF se doterait d’une structure juridique officielle. Ce projet reprendrait à son compte la vision et les engagements de l’AEF et, parmi les missions de la FEF, celles qui sont utiles à tous les protestants évangéliques.

• En 2008 et 2009, le projet est affiné puis présenté aux Églises et aux œuvres en vue du vote d’adhésion.

• Le 15 juin 2010, se tient l’assemblée générale constitutive du CNEF au cours de laquelle près de 200 délégués du mouvement protestant évangélique français créent officiellement le CNEF, adoptent les textes statutaires qui en régissent la vie et nomment leur organe directeur.

Identité[modifier | modifier le code]

Le CNEF se réclame de l'héritage des Réformes protestantes et des mouvements de Réveils qui ont suivi. Ses membres partagent tous une même conviction évangélique fondamentale telle qu'elle est exprimée par la Déclaration de foi de l'Alliance Évangélique. Ils peuvent avoir des sensibilités théologiques diverses sur des points jugés non séparateurs. Ils se reconnaissent aussi dans les affirmations de la Déclaration de Lausanne et du Manifeste de Manille. Par ailleurs, le CNEF reprend à son compte, parmi les missions de la FEF, celles qui contribuent au bien commun des Évangéliques, ainsi que la vision et les engagements de l'AEF. Enfin, il s'inscrit dans les réseaux européen et mondial du mouvement évangélique (Alliance évangélique européenne et Alliance évangélique mondiale).

Vision[modifier | modifier le code]

L'ensemble des croyants du monde entier, rachetés par le Fils de Dieu et revêtus de son Esprit, sont un en Jésus-Christ. Ils sont appelés à adorer le Seigneur et à proclamer l'Évangile jusqu'aux extrémités de la terre. Ce témoignage universel rendu à l'Évangile par tous les chrétiens répond au besoin le plus essentiel de notre monde. Les membres du CNEF déclarent donc, avec tous ceux qui voudront se joindre à eux, qu’ils veulent unir leurs cœurs et leurs volontés afin d'honorer Dieu et d'obéir à sa Parole pour le progrès de l'Évangile. Ainsi, le CNEF est une plate-forme commune à tous ses adhérents, une base pour renforcer les liens entre ses membres et amener les chrétiens évangéliques à mieux se connaître. Il cherche aussi à exprimer l’unité donnée par Jésus-Christ, aux plans national, régional ou local. Il veut favoriser diverses actions, notamment sur le plan de la prière, de l’évangélisation, de la formation, de l’entraide et du témoignage chrétien. Il souhaite ainsi rendre plus sensible la présence des évangéliques, développer leur action dans la société et être la voix des protestants évangéliques pour faire entendre, lorsque cela est jugé nécessaire, une parole appropriée.

Quelques protestants évangéliques célèbres[modifier | modifier le code]

  • Philipp Jacob Spener (1635–1705). Alsacien, né à Ribeauvillé. Fondateur du mouvement de Réveil protestant, le piétisme. Après des études de philosophie et de théologie, il devint prédicateur à la cathédrale de Strasbourg, puis pasteur à Francfort-sur-le-Main. Il publia un grand nombre d'ouvrages théologiques, dont ses Pia Desideria (1675). Il mit l'accent sur la piété personnelle et l'édification des croyants. Ceux-ci ne doivent pas être chrétiens de nom seulement, mais « naître de nouveau ».



  • William Booth (1829-1912). Issu d'une famille modeste, il se rattache à l'Église méthodiste à l'âge de treize ans. Pasteur dans les quartiers pauvres de Londres en pleine révolution industrielle, il fonde en 1865 l'Armée du salut. Pour lui, la transformation intérieure de l'homme par la puissance de l'Évangile favorise le progrès social, politique et économique. Cependant, avant de parler à quelqu'un du message biblique, il faut lui proposer des conditions de vie décentes sur Terre. C'est l'origine de la devise : « Soupe, savon, salut ».


  • Martin Luther King (1929-1968). Pasteur baptiste, militant afro-américain. Il a organisé et dirigé des marches pour le droit de vote, la déségrégation, l'emploi des minorités et d'autres droits civiques élémentaires pour les Noirs américains. En 1964, il devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix pour sa lutte non-violente contre la ségrégation et pour la paix. Il est assassiné le 4 avril 1968 à Memphis.

Unions d'églises membres ou associées [1][modifier | modifier le code]

(Par ordre alphabétique)

Plus d'une centaine d'oeuvres para-ecclésiales sont également membres du CNEF.

Événements[modifier | modifier le code]

La première Convention Nationale du CNEF a rassemblé près de 900 personnes à Montreuil les 26 et 27 janvier 2012, autour du thème « Évangéliques, Évangélistes ? »
La revue de presse et les photos sont disponibles à ce lien : www.lecnef.org/convention-nationale

Publications[modifier | modifier le code]

Septembre 2012, le CNEF lance une collection "Les textes du CNEF".

Premier opus : un fascicule dénonçant les dangers de la "théologie de la prospérité"

www.blfeurope.com/boutique/livres/eglise/la-theologie-de-la-prosperite

Deuxième opus : un fascicule de la Commission juridique du CNEF " La laïcité française : entre l'idée, l'Histoire et le droit positif"

http://www.blfeurope.com/boutique/livres/eglise/la-laicite-francaise

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien[modifier | modifier le code]

Site officiel du CNEF

Annuaire des Eglises Evangeliques