Simiane-Collongue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Bouches-du-Rhône
Cet article est une ébauche concernant une commune des Bouches-du-Rhône.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Simiane-Collongue
Hôtel de ville de Simiane-Collongue.
Hôtel de ville de Simiane-Collongue.
Blason de Simiane-Collongue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Gardanne
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence (pays d'Aix)
Maire
Mandat
Philippe Ardhuin (Les Républicains)
2014-2020
Code postal 13109
Code commune 13107
Démographie
Gentilé Simianais
Population
municipale
5 534 hab. (2014)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 55″ nord, 5° 26′ 00″ est
Altitude 238 m (min. : 192 m) (max. : 711 m)
Superficie 29,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Simiane-Collongue

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Simiane-Collongue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Simiane-Collongue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Simiane-Collongue

Simiane-Collongue est une commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Simiane-Collongue est située à 15 km au sud d'Aix-en-Provence. Le village est situé au pied du versant nord de la chaîne de l'Étoile, séparant la plaine d'Aix de l'agglomération marseillaise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Simiane-Collongue
Bouc-Bel-Air Bouc-Bel-Air Gardanne
Bouc-Bel-Air Simiane-Collongue Mimet
Septèmes-les-Vallons Marseille Plan-de-Cuques

Marseille et Plan-de-Cuques sont limitrophes par la Chaîne de l'Etoile, mais aucune voie carrossable ne les relie directement à Simiane.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

On peut y accéder par l'A51 ou la D 7. Pour se rendre à Marseille (20 km), il faudra emprunter l'A7 vers le sud, ou la D 8N.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[1] / Station de Marignane

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan provençal Sumiana e Caulònga selon la norme classique ou Simiano-Cóulongo selon la norme mistralienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous la préhistoire : a plaine limitrophe de Gardanne étant alors un grand marécage, des tribus se nourrissant de cueillette et de chasse vivaient aux alentours du Pilon du roi, notamment au col Sainte-Anne, où l'on retrouve des traces d'habitations dès 5000 av. J.-C.

Peu avant l'an mille (920), l'ensemble de la région est victime des pillages des Sarrazins, des villages voisins comme Bouc-Bel-Air (anciennement Albertas) se dotent d’un château en guise de protection. C’est certainement dans ce contexte que les églises de Venel (Quartier des Frères) et Collongue ont vu le jour.

La population commence à descendre dans les plaines (transformation des marais en cultures dès 975).

À cette époque, il existait déjà un réseau de circulation, le long de voies antiques on retrouvait généralement des églises (route de Siège, entre le Pilon du roi et le col Sainte-Anne, quartier Saint-Germain).

La population vivra autour de ces pôles religieux du produit de leur ferme.

Entre 1430 et 1685, les propriétés de Venel et Collongue viennent à changer de propriétaires de manière incessante (du comte de Provence, à un banquier marseillais en passant par le Roy René), après le rattachement de la Provence à la France en 1481, il n’y eut pas moins de six changements de propriétaires.

Le dernier en date (1684), fait alors partie d’une grande famille de seigneurs alliés aux grandes maisons provençales de l’époque : Le comte Jean de Simiane. Sa famille donna d’ailleurs aussi son nom à la commune de Simiane-la-Rotonde, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

On sait qu’à cette période, le village compte près de 600 habitants, la peste de 1720 n’épargna pas le village. Plus de deux cents personnes périrent. Néanmoins dès cette époque la commune devint de plus en plus habitée.

Peu après la Révolution et l’apparition des communes, le village est rattaché au canton de Gardanne. En 1791 la commune s’appelle Collongue et ce jusqu’en 1814, date à laquelle elle change de nom en faveur de Simiane. Il faudra attendre 1919 pour obtenir le nom définitif de Simiane-Collongue.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Simiane-Collongue :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1981 Marius Roussel SFIO-PS ...
1981 1983 Marius Magnan PS ...
1983 1989 Claude Maurice Simeoni DVD ...
1989 1990 Jacques Youx ... ...
1990 1992 Solange Kasparian ... ...
1992 2006 Odile Pietri PS ...
2006 2014 Michel Boyer PS ...
2014 en cours Philippe Ardhuin UMP puis LR Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 534 habitants, en diminution de -1,25 % par rapport à 2009 (Bouches-du-Rhône : 1,93 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
842 784 836 984 992 1 035 1 034 1 020 1 087
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 043 1 060 1 029 1 008 1 071 897 858 786 817
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
770 752 744 717 754 717 694 787 824
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 123 1 406 1 926 3 030 4 304 5 224 5 570 5 435 5 534
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de la musique en juin (spectacle et soupe au pistou)
  • Fête de la Saint-Jean fin juin (retraite aux flambeaux, défilé, bal populaire)
  • Fête de la Saint-Éloi en juillet (foire, défilés d'attelages)
  • Fête de la Saint-Germain en août (procession, fête des chasseurs)
  • Noël : Marché de noël, illuminations du village, messe de minuit, crèche vivante.

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Randonnées pédestres.
  • Boulodrome
  • VTT

Cultes et Religions[modifier | modifier le code]

  • L'église réformée baptiste du Pays d'Aix est une église protestante qui célèbre son culte le dimanche matin.
  • Le prieuré Sainte-Lioba est un prieuré bénédictin fondé de manière autonome en 1997. Il est constitué d'une communauté féminine et d'une communauté masculine qui partagent des offices communs. Cette fondation n'appartient pas à la Confédération des abbayes bénédictines[6]. Elle fait partie du diocèse d'Aix.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Marché paysan le mardi et le samedi matin.
Secteurs d’activité Effectif
inconnu
De 1 à 9
salariés
De 10 à 49
salariés
Plus de
50 salariés
Nombre total
d’établissements
Agriculture 3 10 0 0 13
Commerce 0 41 0 0 41
Construction 0 31 2 1 34
Industrie 1 9 2 0 12
Services 13 124 4 1 142
TOTAL 17 215 8 2 242

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments laïques[modifier | modifier le code]

  • Château de Collongue (XVIe siècle, morcelé en quartier d’habitation)
  • Château de Simiane- actuel Hôtel de ville (XVIIIe siècle)
  • Tour sarrasine (XIIIe siècle)
  • Fontaine du Cours des Héros (1873)
  • Fontaine aux vaches (XIXe siècle)

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • Chapelle romane Saint-Germain (citée dès 1056)
  • Église Saint-Pierre (rebâtie entre 1786 et 1790)
  • Chapelle des Pénitents (aujourd’hui en ruines)

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Musée d'archéologie.

Visite de Simiane[modifier | modifier le code]

La commune de Simiane-Colongue, idéalement située entre Aix-en-Provence et Marseille, est blottie dans le creux d'un vallon, au pied du Pilon du roi, sur le versant nord de la Chaîne de l'Étoile.

Le village est dominé par le rocher du castrum, qui surplombe les vieilles rues du village et est surmonté d'une vénérable tour de guet, la Tour Sarrasine ou Tour de l'Horloge, datant du XIIIe siècle. Le site offre un panorama exceptionnel sur le village et ses environs, notamment : les crêtes de la chaîne de l’Etoile, la vallée, le terril minier et la montagne Sainte-Victoire

Au cœur du village, un petit marché s'installe tous les samedis matin sur le cours des Héros.

Depuis les hauteurs du Pilon du roi (711 m) et le col Sainte-Anne (591 m) on a une vue superbe sur toute la rade de Marseille d'un côté et le pays d'Aix de l'autre.

Les passionnés d'archéologie peuvent découvrir un musée archéologique qui présente les richesses de la commune (situé au sous-sol de la mairie) avec certains objets datant de l'époque préhistorique.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Simiane-Collongue s’étend sur le massif de l’Etoile, le site est protégé au titre du réseau Natura 2000 et en Zone Nationale d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type II

Sur la commune, il existe quatre sentiers de randonnée balisés : Le sentier du col des Ouides, la boucle « Les Santons », la boucle du Canyon et le sentier de la tour de l’Horloge.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Penon (1850-1929), évêque de Moulins né à Simiane-Collongue.
  • Marcel Sahut (1901-1990), artiste peintre. Dans les années 1980, il a légué une partie de son œuvre à la commune de Simiane-Collongue.
  • Léon Masson (1911- 1984), artiste peintre et sculpteur né à Simiane-Collongue. 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Simiane-Collongue

Les armes peuvent se blasonner ainsi : D'or, semé de tours et de fleurs de lis, d'azur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]