American Vintage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

American Vintage
Création 24-05-2005
Forme juridique SARL unipersonnelle
Siège social Signes, Var (83), France
Direction Michael Azoulay

Sandrine Attali Serge Azoulay

Activité Industrie de l'habillement (en) et vente à distance sur catalogue général (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits VêtementVoir et modifier les données sur Wikidata
Effectif Plus de 800[2]
SIREN 498 123 710
Site web www.americanvintage-store.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires 120 M€ en 2018[2]

American Vintage est une marque de prêt-à-porter créée en 2005 par Michaël Azoulay. Marque d'origine marseillaise, son siège social se trouve depuis 2009 à Signes dans le Var. Elle exploite un réseau de plus de 150 boutiques dans le monde[2].

Origines[modifier | modifier le code]

Michaël Azoulay né en 1978 à Marseille[3] ; avec un bac professionnel en électricité & climatisation[4], après de petits boulots comme livreur de pizzas ou dans le bâtiment[5], il devient « par hasard »[6] vendeur de jeans pour New Bim (une marque locale), puis crée la ligne féminine Ana Paola (SARL Aaron) en , spécialisée dans la maille : « je voulais créer ma propre ligne. Quelqu’un m’a vu travailler et m’a poussé à tenter ma chance »[5] et ajoute « C’était petit, je vivotais »[6].

Historique de la marque[modifier | modifier le code]

Après le petit succès commercial de la marque Ana Paola, Michaël Azoulay désirant moderniser cette première marque à la suite de plusieurs voyages à l'étranger, American Vintage apparait en avec une première collection durant l'été[7], composée uniquement de hauts (débardeurs, tuniques, ou t-shirt)[3], et un premier point-de-vente à Marseille plusieurs mois après[8], tenu par sa femme.
À l'origine, American Vintage se veut uniquement « top et coton ».

La Redoute commercialise par correspondance des produits de la marque à partir de 2007[9], et l'année suivante voit la création de la ligne masculine[10],[11], mais Michaël Azoulay ne cherche pas à trop se diversifier[3].

Les collections d'American Vintage portent des noms d’états ou de grandes villes américaines, tel que Mississippi ou Cleaveland[11] et ne portent ni signe distinctif, ni logo apparent.

De nos jours, la marque est spécialisée dans la commercialisation de vêtements en coton léger et doux, et reconnue principalement pour ses t-shirt, ses produits de prêt-à-porter simples, basiques, minimalistes, colorés (de quinze[3] jusqu'à une trentaine de couleurs pour certains modèles, souvent pastels), avec des transparences, « Féminiser le tee-shirt en jouant de matières fluides et aériennes »[9], ses pulls en cachemire, et ses jeans à l’aspect usé[12] : « Je viens du commerce. Je ne réfléchis pas en termes de style, de tendance, mais en termes de bons basiques mode. »[7]

2018 construction d'un nouveau siège à Signes[13].

Alors que certaines entreprises se détournent de l'usage du lapin angora pour la confection de leurs vêtements, American Vintage choisit au contraire de maintenir son utilisation[14].

Chiffres[modifier | modifier le code]

En 2004, le chiffre d'affaires consolidé est de 500 000 euros, quadruple l'année suivante[4], arrive à 7,5 millions d'euros en 2006, puis est multiplié par 4 en deux ans pour atteindre 30 millions d'euros en 2008[6]. La marque réalise moins de la moitié de son chiffre d'affaires à l'international et 40,8 millions d’euros en 2010[5] avec 2 millions pièces commercialisées dont 25 % le sont dans des boutiques en propre, le reste étant dans des points de ventes multimarques[6].

Points de vente[modifier | modifier le code]

De nouvelles boutiques sont ouvertes à Athènes en Grèce ainsi qu'Amsterdam aux Pays-Bas et Lille, juste après celle de Marseille, puis deux autres à Paris en 2009[7] suivie de Lyon, et Madrid en Espagne[15].

American Vintage se développe depuis toujours à l’international avec des points de vente dans plus de 22 pays. En France, on compte 14 boutiques en nom propre[4] en 2011 puis une vingtaine en 2012[9] (Nice, Cannes, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Neuilly sur Seine…), cinq corners[16] dans les grands magasins, et un réseau de distributeurs. Au total, la marque dispose d'environ 500 points de vente multimarques en France[8] ainsi que 5 en nom propre en Europe[4] ; et 800 à 1 000 multimarques au total dans le monde[17]. Michaël Azoulay souligne que « C’est l’export qui nous a permis de booster l’entreprise. »[5]

La marque prévoit l'ouverture d'une dizaine de magasins pour l'année 2012[9], dont un de 70 m2 à Hong Kong « Nous souhaiterions ensuite investir la Chine, le Japon et la Corée »[16].

Collaborations[modifier | modifier le code]

American Vintage conçoit en 2012 une collection capsule spécifiquement pour Monoprix[4],[18].

Mécénat[modifier | modifier le code]

La marque édite des modèles pour certaines causes comme la lutte contre la leucémie[19], ou le soutien au Japon après le tsunami[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. a b et c Anaïs Lerévérend, « American Vintage face aux défis de la croissance », sur https://fr.fashionnetwork.com/,
  3. a b c et d Charlotte Brunel, « American Vintage Michaël Azoulay - La mode vue du haut », sur lexpress.fr/styles, L'Express, (consulté le )
  4. a b c d et e Emmanuelle Bosc, « American Vintage à la conquête des dressings », sur madame.lefigaro.fr, Le Figaro Madame, (consulté le )
  5. a b c et d Véronique Georges, « Michaël Azoulay récompensé pour American Vintage », Nice-Matin, (consulté le )
  6. a b c et d Caroline Montaigne, « Michael Azoulay, fondateur d'American Vintage, file un bon coton », Capital, (consulté le )
  7. a b et c Sasha Philippe, « American Vintage », Cosmopolitan (consulté le ) : « (courte interview) »
  8. a et b « Histoire American vintage », sur puretrend.com (consulté le )
  9. a b c et d Anne-Cécile de Monplanet, « American Vintage hisse les couleurs », sur lexpress.fr/styles, L'Express, (consulté le )
  10. « La marque American Vintage », Be (consulté le )
  11. a et b « Encyclopédie > Marques > American Vintage », sur ykone.com (consulté le )
  12. Mounia Bachtarzi, « L'adresse du jour - Américan Vintage : la mode en toute simplicité », sur laprovence.com, La Provence, (consulté le )
  13. « Michaël Azoulay, fondateur d'American Vintage: "Ce n'est pas la course à la rentabilité, c'est la course à l'émotion" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Angora: mode vintage et cruauté tendance », sur one-voice.fr (consulté le )
  15. « American Vintage ouvre deux unités à Paris », sur fashion-dailynews.com, Éditions Larivière, (consulté le )
  16. a et b Marion Deslandes, « American Vintage diversifie ses collections et s'installe en Asie », sur fashion-dailynews.com, Éditions Larivière, (consulté le )
  17. Anna-Laure Allain, « American Vintage peaufine son réseau », sur fashion-dailynews.com, Éditions Larivière, (consulté le )
  18. « American Vintage fait sa rentrée chez Monoprix », sur puretrend.com, (consulté le )
  19. Caroline Lazard, « Des t-shirts American Vintage contre la leucémie », sur puretrend.com, (consulté le )
  20. « American Vintage aide aussi le Japon », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]