Marseille-Provence 2013

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marseille-Provence 2013
Capitale européenne de la culture
Image illustrative de l'article Marseille-Provence 2013
Notre-Dame de la Garde illuminée pour la cérémonie d'ouverture

Genre Capitale européenne de la culture
Lieu Marseille (France)
Période au
Organisateurs Association Marseille-Provence 2013
Direction Président : Jacques Pfister
Directeur : Jean-François Chougnet
Conseiller : Bernard Latarjet
Site web www.mp2013.fr
Logo de la Capitale européenne de la Culture.

Marseille-Provence 2013 (ou MP2013[1]) est une série d'évènements culturels se déroulant à Marseille et dans le département des Bouches-du-Rhône en 2013 à l'occasion du titre de Capitale européenne de la culture.

Au total, on compte près de 900 évènements organisés qui ont réuni 10 millions de visites[2]. Si l'on ajoute le Pavillon M, on compte au total 11 millions de visites.

Histoire et organisation[modifier | modifier le code]

Candidature[modifier | modifier le code]

La Ville de Marseille se porte candidate à l'organisation de la Capitale européenne de la culture 2013 le . Une association « Marseille-Provence 2013 » est créée en afin de porter cette candidature dont le projet est déposé en .

En , un jury pré-sélectionne le dossier constitué par Marseille ainsi que ceux de Bordeaux, Lyon et Toulouse[3]. Après une visite et une présentation devant un jury européen, le projet Marseille-Provence est désigné le [4].

Association « Marseille-Provence 2013 »[modifier | modifier le code]

L'organisation de la capitale est confiée à une association loi de 1901 « Marseille-Provence 2013 » regroupant les collectivités et les partenaires privés. Celle-ci est dirigée par Bernard Latarjet de 2006 à 2010 puis par Jean-François Chougnet. Bernard Latarjet reste cependant « conseiller spécial » du président de MP2013.

Le conseil d'administration de l'association est présidée par Jacques Pfister[5], président de la Chambre de commerce et d'industrie Marseille-Provence.

Budget et financement[modifier | modifier le code]

Le financement, de 91 millions d'euros[6], est assuré à 84 % par des financements publics (Union européenne, collectivités[7]), le reste provenant d'entreprises privées ou publiques[8]. Le budget consolidé de l'association s'est finalement élevé à 101 millions d'euros (en incluant le billetterie et les ressources propres).

À l'été 2013, le budget de l'association « Marseille-Provence 2013 » accuse un risque de déficit de 3 millions d'euros[9]. Finalement, les comptes finaux de l'association font apparaître un excédent de 0,46 millions d'euros au titre de 2013.

La Chambre régionale des comptes Provence Alpes Côte d'Azur a analysé la gestion de l'association. Après un examen approfondi révélé fin mai 2015 par le quotidien La Provence[10], mis à part des observations sur certains marchés publics et les frais de mission, elle regrette surtout l'absence de poursuite institutionnelle à la capitale européenne de la culture.

Rédigé en juillet 2014, le rapport s’inquiète surtout de l’absence de perspectives de cet événement. «  L’absence de structure pour donner une continuité à l’année capitale, plus d’un an après sa clôture, fait craindre une retombée de l’impulsion donnée », souligne la Chambre. La première Biennale internationale des arts du cirque, qui s’est tenue début 2015, et le GR2013 semblent pour l’instant les seuls projets collectifs survivant de cette aventure culturelle métropolitaine, hormis les infrastructures majeures (MuCEM, Friche la belle de mai, musée d'histoire, Palais longchamp). La réouverture du J1 envisagée par le Grand port maritime de Marseille est également attendue.

Territoire[modifier | modifier le code]

Publicité pour Marseille-Provence 2013 sur un immeuble de la Canebière.

Le territoire de la Capitale européenne de la culture couvre 97 communes autour de Marseille. Il s'agit principalement des territoires des intercommunalités de :

Ainsi que les communes de Gardanne, Istres et Salon-de-Provence.

La communauté d'agglomération de Toulon s'est retirée du projet en 2011[11]. Maryse Joissains[12], présidente de la Communauté du Pays d'Aix, a également menacé de retirer sa participation en raison de l'implantation du siège de l'Université d'Aix-Marseille à Marseille plutôt qu'à Aix-en-Provence, mais a finalement décidé de maintenir sa participation[13].

Les villes de Nîmes et Bastia font aussi partie de la programmation, elles sont les deux seules villes invitées[14].

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Grands évènements[modifier | modifier le code]

Week-end d'ouverture[modifier | modifier le code]

Le week-end d'ouverture a eu lieu les 12 et à , Marseille, Aix-en-Provence et Arles en présence de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et Aurélie Filipetti, ministre de la Culture.

Dans la journée du , l'« Art à l'endroit », un parcours d'art contemporain, est organisé dans la ville d'Aix-en-Provence. À Marseille, une « grande clameur », avec un feu d'artifice, des spectacles d'eau et des manifestations artistiques, a lieu dans le centre-ville piétonisé pour l'occasion. On compte près de 400 000 personnes dans les rues[15]. Enfin, à Arles le 13 janvier, le spectacle « Révélations » est produit sur les berges du Rhône et dans tout le département, une « Chasse au 13'or » est organisé autour du « patrimoine humain et artistique »[16].

Les organisateurs dénombrent en tout 600 000 participants aux festivités du week-end d'ouverture[17].

Entre flammes et flots[modifier | modifier le code]

En , à l'occasion du lancement de « La folle histoire des arts de la rue », un spectacle organisé sur le Vieux-Port de Marseille a réuni 400 000 personnes autour d'un « arbre incandescent aux branches rétractables », de « funambules en tiges de fer » et d'une « fontaine de flammes »[18].

Festival des arts éphémères[modifier | modifier le code]

De à , à l'occasion de la cinquième édition du Festival des arts éphémères, le public est invité à découvrir l'art contemporain au travers ds spectacles de danse, de musique et des œuvres éphémères dissimilées à ciel ouvert dans le parc de la Maison Blanche[19].

La Transhumance[modifier | modifier le code]

En , la Transhumance, un défilé de 3 000 moutons, 200 cavaliers, 100 chevaux de Camargue et des attelages traditionnels, qui a été l'un des évènements-phare[20], est organisée par le théâtre du Centaure et arrive à Marseille le dimanche 9 juin. 3000 moutons, 200 cavaliers, 100 chevaux de Camargue, ainsi que des attelages traditionnels traversent la ville et défilent dans les rues[21], en passant par le Vieux Port[22]. L’événement attire au total 300 000 spectateurs[23] et suscite un grand enthousiasme[24].

Cérémonie de clôture[modifier | modifier le code]

Le , une grande fête de clôture est organisée par le Groupe F et Crystal Group, sur le Vieux-Port de Marseille, avec des feux d'artifice et des jeux d'eau[25].

Grandes expositions[modifier | modifier le code]

Le hangar J1 vu depuis un navire entrant au port.

Deux grandes expositions sont organisées dans le hangar J1 à Marseille, rénové pour l'occasion[26] :

Finalement, le J1 a attiré 297 000 visiteurs[28].

Pendant les mois d'été, l'exposition « Le Grand Atelier du Midi », organisé en deux lieux, au musée des Beaux-Arts de Marseille et au musée Granet d'Aix-en-Provence, réunit des toiles de Paul Cézanne, Vincent van Gogh ou Pierre Bonnard. Elle génère 460 000 entrées[2].

Durant l'été 2013, le Centre Pompidou a installé une annexe mobile à Aubagne[29].

GR 2013[modifier | modifier le code]

Le tracé du GR2013

Un sentier de grande randonnée dénommé « GR 2013 » parcourt le territoire de la capitale européenne sur 360 km en forme de boucle de Arles à la Ciotat en passant par l'Étang de Berre et le Massif de l'Étoile à travers des paysages non seulement naturels mais également périurbains[30].

Selon le concepteur du projet, « le GR2013 a vocation à accueillir les œuvres et les événements qui pourront y bourgeonner » mais « est par ailleurs en lui-même un projet artistique »[31].

Le sentier a été inauguré en par un passage le main en main d'un relais GPS qui en dévoilera le tracé[32].

Quartiers créatifs[modifier | modifier le code]

Le programme des « quartiers créatifs »[33] démarré en 2011 vise à installer des artistes dans des quartiers en rénovation urbaine en lien avec les habitants de ces quartiers en partenariat avec les structures de la politique de la ville[34]. L'objectif affiché par ses promoteurs serait de « ne pas construire une capitale à deux vitesses » en associant aux manifestations artistiques des quartiers populaires dont les habitants sont généralement à l'écart des structures culturelles[35].

Ce projet est toutefois critiqué, notamment parce que ses résultats seraient peu visibles malgré les sommes significatives investies mais également pour leur caractère ponctuel ne générant aucune dynamique culturelle durable.

Des associations d'habitants ont ainsi dénoncé « une vitrine culturelle à des projets [de rénovation urbaine] rejetés sur de nombreux aspects par les habitants et sources de conflits » et se sont notamment élevées contre le fait que les sommes allouées pour ces projets soient autrement indisponibles aux associations déjà présentes dans les quartiers concernés[36].

Parmi les autres arguments invoqués par les opposants aux « quartiers créatifs » figure le fait que les projets culturels mis en œuvre sous l'égide de MP 2013 seraient, pour la plupart, apportés de l'extérieur en lieu et place d'être co-construits avec les habitants et les divers acteurs présents sur chaque territoires investi par les artistes diligentés par MP 2013.

Le « Off »[modifier | modifier le code]

Pour la première fois dans l'histoire de la Capitale européenne de la culture[37], un festival « Off » voit le jour. Il est porté par l'association M2K13, fondée en 2009 par Éric Pringels, Antonin Doussot et Martin Carrese. Ceux-ci ont anticipé l'événement officiel en déposant le le nom de domaine « marseille2013.com » ainsi que la marque commerciale « Marseille 2013 » le [38], soit quelques mois avant la déclaration officielle de candidature de la ville. L'initiative a d'abord été une plateforme d'appel à projets pour faire émerger des projets nouveaux et permettre aux artistes du territoire[39] de se faire connaître. Plus de 150 propositions ont été déposées sur le site internet Marseille2013.

En 2009, face au refus de Marseille-Provence 2013 de travailler avec eux, Marseille 2013 décide alors de monter une programmation alternative en créant un off. En fait, les deux entités collaboreront à partir de 2011, notamment en réalisant le projet Yes We Camp.

En 2011, près de 10 manifestations sont organisés, ce qui permet de toucher 15 000 personnes. En 2012, Marseille 2013 participe ou organise plus de 20 événements et touche près de 30 000 personnes.[réf. nécessaire] La programmation du « Off » en 2013 prévoit un projet cadre par mois, le tout organisé autour de quatre axes de programmation basé sur les paradoxes de la ville[40] :

  • « Poubelle la Ville : Marseille est belle, Marseille est laide » ;
  • « Mytho City : Marseille se transforme, Marseille se la raconte (grave) » ;
  • « Merguez Capitale : Marseille cosmopolite, Marseille est un village » ;
  • « Kalashnik'Off : Marseille est inégalitaire, Marseille est solidaire ».

Pour réaliser sa programmation, le « Off » a levé 450 000 euros de fonds, dont 65 % provenant du privé, notamment de la Banque populaire provençale et corse[37]. Suite aux démarchages effectués par les membres de l'équipe du « Off », cet organisme bancaire a consenti à débloquer des financements, trouvant ainsi une occasion intéressante en termes de communication et de visibilité sur un créneau dit « alternatif ».[réf. nécessaire]

Le « Off » a ouvert la veille du « In », le , par un banquet public réunissant ses parrains[41].

Face à ce qui est perçu comme une institutionnalisation du « Off », un « Alter Off » est créé par l'association Art 13[42] qui se veut « ouvert à toutes les manifestations et projets artistiques, d’artistes et de structures, sans sujet imposé ».

Face au succès populaire rencontré par l'ensemble des manifestations du « Off » (150 000 personnes, 700 bénévoles, plus de 800 articles de presse, budget équilibré), l'association a déposé en le nom de domaine Marseille3013.com. En , l'association a présenté ses nouveaux axes de programmation qui revisitent la ville, avec, comme objectif, de créer une programmation sur la période 2015-2016.[réf. nécessaire]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Des infrastructures culturelles sont construites ou rénovées dans le cadre de la Capitale européenne de la culture.

Pavillon M[modifier | modifier le code]

Le Pavillon M sur la place Bargemon

Dans le but essentiel de servir de vitrine événementielle et de support de communication pour la ville de Marseille à l'occasion de l'année Marseille-Provence 2013, un bâtiment provisoire, le Pavillon M a été construit place Villeneuve-Bargemon, à côté de l'Hôtel de ville de Marseille.

D'un coût global de quelque 5 millions d'euros, ce bâtiment, qui ne figurait pas dans les projets initiaux de MP 2013, comprend 3 000 m2 aménagés dont 1 200 m2 de structure éphémère[43], a été démonté après le .

Nouveaux lieux culturels[modifier | modifier le code]

Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée[modifier | modifier le code]

Le bassin du J4 et la passerelle.

Le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM)[44] est le premier musée national ouvert par l'État en dehors de la région parisienne[45]. Le musée est installé dans le Fort Saint-Jean et dans un nouveau bâtiment construit sur l'esplanade du J4 par l'architecte Rudy Ricciotti, les deux édifices étant relié par un pont au-dessus de l'eau. Le MuCEM recueille les collections du Musée national des arts et traditions populaires fermé en 2005 et est orienté vers les cultures méditerranéennes. Il ouvre le 7 juin 2013. Le MuCEM a reçu 1.920.210 visiteurs sur site entre le 6 juin 2013 et le 26 janvier 2014.

Entre le 7 juin 2013 et le 6 janvier 2014, date de fin des expositions Le Noir et le Bleu et Au bazar du genre, le MuCEM a accueilli dans l’ensemble de ses expositions 597 798 visiteurs.

Villa Méditerranée[modifier | modifier le code]

Également située sur le J4, à proximité du MuCEM, la villa Méditerranée est un « centre international pour le dialogue et les échanges en Méditerranée » créé par le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle prend place dans un bâtiment en forme de L renversé au-dessus d'un bassin conçu par l'architecte Stefano Boeri et accueille des salles de travail et de réunion, des espaces d'exposition et un amphithéâtre[46].

J1[modifier | modifier le code]

Situé dans le port de Marseille au niveau de la place de la Joliette, le hangar J1 a été partiellement rénové par l'architecte Catherine Bonte ainsi que Michael Muntéanu pour la rénovation extérieure, des pignons, des escaliers et des façades en verre : l'étage supérieur accueille deux grandes expositions à l'occasion de l'année 2013 alors que les étages inférieurs du bâtiment continuent pour leur part à accueillir des passagers des ferries qui viennent accoster de part et d'autre du J1.

Toutefois, le bâtiment est fermé pendant les mois d'été[47]. Au-delà de l'année 2013, l'avenir du bâtiment, propriété du Grand port maritime de Marseille, est pour le moment incertain[48]. Il fait l'objet d'un appel à projet concernant son avenir, sans qu'il soit précisé s'il continuera à être un lieu culturel[49].

Musée Regards de Provence[modifier | modifier le code]

Musée Regards de Provence

La Fondation Regards de Provence crée un musée dans l'ancienne station sanitaire du port de Marseille construite, entre autres, par l'architecte Fernand Pouillon, au pied de la cathédrale de la Major. Le bâtiment, abandonné pendant une quarantaine d'années puis squatté, est rénové par Guy Daher. Il constitue le plus important investissement privé de Marseille-Provence 2013. Le musée a ouvert en [50].

Fonds régional d'art contemporain[modifier | modifier le code]

Le Fonds régional d'art contemporain de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur déménage dans un nouveau bâtiment conçu par l'architecte Kengo Kuma située à la Joliette[51].

Rénovations et agrandissements[modifier | modifier le code]

Friche Belle de Mai[modifier | modifier le code]

La Friche Belle de Mai[52] est agrandie à l'occasion de la Capitale européenne de la culture : la Tour Panorama[53], dédiée à l'art contemporain, est ouverte depuis .

Musée d'histoire de Marseille[modifier | modifier le code]

Ouvert en 1983, le Musée d'histoire de Marseille est situé dans le quartier de Belsunce autour du jardin des Vestiges. Le musée est rénové à l'occasion de la Capitale européenne. Neuf épaves datant de l'Antiquité seront visibles dans le musée, en faisant le premier musée de marine antique du monde[54]. Il est ouvert depuis .

Musée des arts décoratifs[modifier | modifier le code]

Le Château Borély, bastide du XVIIIe siècle dans le sud de Marseille, est transformé en musée regroupant des collections aujourd'hui dispersées d'arts décoratifs de faïence et de mode. Il est ouvert depuis .

Musée des Beaux arts[modifier | modifier le code]

Après neuf ans de fermeture et deux années de travaux, l'institution installée dans le Palais Longchamp, a été totalement repensée. Une nouvelle muséographie et un nouvel éclairage, entre autres, permettent de découvrir les 2 000 tableaux, 300 sculptures et 3 000 dessins des collections permanentes. Des collections qui retracent 400 ans de l'histoire de l'art principalement méditerranéen avec des œuvres du Pérugin, Corot ou Courbet.

Rénovation du Vieux-Port[modifier | modifier le code]

Le Vieux-Port rénové.

Outre les infrastructures directement liées à la Capitale européenne de la culture, la semi-piétonnisation du Vieux-Port est motivée par Marseille-Provence 2013[55].

Le Vieux-Port est ainsi réaménagé entre fin 2012 et début 2013. Une « ombrière » réalisée par Norman Foster est installée sur le quai des Belges.

Répercussions[modifier | modifier le code]

En 2013, Marseille est classée par le New York Times en tant que deuxième destination où voyager, derrière Rio de Janeiro[56].

Le week-end inaugural des 12 et 13 janvier attire 600 000 personnes dont 400 000 pour la soirée du 12 sur le Vieux-Port de Marseille[57]. Entre mi-janvier et mi-mars, le pavillon M reçoit 200 000 visiteurs[58]. L'exposition « Ici, ailleurs » à la Friche la Belle-de-Mai accueille en tout près de 30 000 visiteurs [57] et le J1 atteint presque les 100 000 visiteurs entre janvier et mars[57].

Globalement, si jusqu'au mois de mars les hôteliers ne constatent pas d'affluence particulière[59], l'affluence touristique a été au rendez-vous, on estime que l'année Capitale a généré 10 millions de visiteurs[2], soit le chiffre attendu[60].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Exposition Albert Camus[modifier | modifier le code]

Une exposition réalisée à partir du fond Albert Camus sous la direction de l'historien et sociologue spécialiste de l'Algérie Benjamin Stora était prévue à Aix-en-Provence. Toutefois, Benjamin Stora est écarté du projet, ce qui pousse le Ministère de la Culture à retirer son financement du projet[61]. La direction de l'exposition est alors confiée à Michel Onfray, mais celui-ci renonce finalement[62].

Le projet d'exposition est finalement retiré de la programmation et la ville d'Aix organise une exposition de moindre ampleur à la Cité du livre.

Liens avec les habitants[modifier | modifier le code]

L'organisation d'une importante manifestation culturelle dans une ville comme Marseille, généralement considérée comme souffrant d'importantes inégalités, pose la question de l'accès à la culture pour une partie des habitants. Le dispositif des « Quartiers créatifs » vise à répondre à cette interrogation, mais il est vivement critiqué par des associations d'habitants.

Dans une chanson, la rappeuse marseillaise Keny Arkana dénonce une « capitale de la rupture » devenue une « belle ville de la Côte d'Azur »[63].

Finalement, selon les travaux de la sociologue Sylvia Girel, certains « publics sont restés assez peu concernés » par l'année capitale car celle-ci est restée « éloignée de leur quotidien (dans les quartiers Nord notamment, sur les territoires ruraux, dans certaines villes) ». Elle note que la résistance à certains projets par les habitants est également une forme d'appropriation[64].

Chanson officielle[modifier | modifier le code]

En octobre 2012 les médias annoncent que Marseille-Provence 2013 aura une chanson officielle qui sera jouée lors des diverses manifestations tel un hymne[65]. Il s'agit d' « Import, Export » de Gari Grèu.

Le « Off » Marseille 2013 décide de choisir à son tour un hymne, la chanson Algarade 2013 du groupe aixois Mon Vier[66]. L'association veut dénoncer ainsi la politique culturelle marseillaise depuis Gaston Defferre.

Concert de David Guetta[modifier | modifier le code]

Le , le site d'information Marsactu[67] révèle que la Ville de Marseille accorde 400 000 euros de subvention à un concert payant de David Guetta au Parc Borély. Cette information pousse des contribuables marseillais par une pétition[68] et un groupe Facebook[69] à demander l'annulation de cette subvention[70]. Alors qu'elle n'avait pas réagi dans un premier temps, l'opposition municipale s'empare de cette affaire devenue médiatisée et finit par dénoncer « un pur scandale […] alors que de nombreuses structures d'animation culturelle se voit refuser toute aide »[71]. Le , David Guetta annonce dans un communiqué qu'il annule son concert au Parc Borély pour en tenir un autre non subventionné au Dôme[72].

Absence du rap[modifier | modifier le code]

Le rappeur Akhenaton, parmi d'autres, dénonce la quasi absence de rap dans la programmation[73] alors que la ville de Marseille est renommée pour en abriter une large scène : en effet, la seule série de concerts de rap programmée met en scène des artistes venus d'ailleurs pour la plupart. Certains projets de rap ont été recalés car jugés trop chers, alors que le concert de David Guetta allait bénéficier d'une subvention de 400 000 euros, ce qui suscite l'indignation[74]. En le Comité européen de surveillance et de conseil pour la capitale européenne faisait déjà état d'une « sur-représentation de la “culture haute” »[75].

Concert de France Télévisions pour la Fête de la musique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'un partenariat entre Marseille-Provence 2013 et France Télévisions, un concert retransmit en direct à la télévision est prévu lors de la Fête de la musique en juin 2013. Des subventions de la communauté urbaine et de la Mairie de Marseille sont envisagées (232 000 euros pour la mairie[76], alors que lors des précédentes éditions, les mairies ne payaient pas directement pour l'évènement, mais seulement en aide logistique[77]). L'information est reprise dans les médias après que des citoyens et certains élus ont critiqué les subventions[78].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier spécial, RFI.
  2. a, b et c Marseille veut capitaliser sur sa saison exceptionnelle, Le Figaro, consulté le 2 janvier 2014.
  3. Marseille, capitale européenne de la culture 2013, ministère de la Culture et de la Communication, consulté le 2 janvier 2014.
  4. Les dates clés du projet, Marseille-Provence 2013, consulté le 6 décembre 2013.
  5. Jacques Pfister : «Marseille-Provence 2013, un rêve important», RFI, le 7 janvier 2013
  6. Que va t il rester aux artistes ?, enquête de Mediapart et du mensuel provençal le Ravi, décembre 2011
  7. Partenaires institutionnels, MP2013, consulté le 2 février 2013.
  8. Partenaires entreprises, MP2013, consulté le 2 février.
  9. Les commerçants marseillais sont satisfaits des retombées de MP 2013, France 3 Provence-Alpes, consulté le 2 janvier 2014.
  10. « La Chambre des comptes dresse le vrai bilan financier de Marseille-Provence 2013 » (consulté le 28 mai 2015)
  11. 2013, le doute s'installe, Le Point, 15 décembre 2011.
  12. Aix revendique le leadership de la Capitale européenne de la culture
  13. Marseille Provence 2013: le retrait d'Aix compromettrait de grands projets (Bruxelles), Le Parisien, 14 janvier 2011.
  14. http://www.objectifgard.com/2013/02/25/marseille-provence-2013-nimes-invite-un-dementi-sans-appel-envers-nos-contradicteurs-pour-jean-claude-gaudin/
  15. http://www.laprovence.com/actu/loisirs-en-direct/mp-2013-entre-380000-et-400000-personnes-dans-les-rues
  16. [1]
  17. http://www.boursorama.com/actualites/marseille-provence-2013-enregistre-plus-d-un-million-de-visites-en-2-mois-9a8e267777bb3f8dad229bdc1087e67a
  18. Sur le Vieux-Port, les Marseillais ont joué avec le feu sans se brûler, Marsactu, consulté le 2 janvier 2013.
  19. http://www.mp2013.fr/evenements/2013/05/festival-des-arts-ephemeres/
  20. http://www.mp2013.fr/transhumance/
  21. http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/en-images-l-epoustouflante-transhumance-a-marseille-09-06-2013-2879937.php
  22. http://www.francetvinfo.fr/video-une-transhumance-de-moutons-arrive-a-marseille_343574.html
  23. http://provence-alpes.france3.fr/2013/06/10/300000-personnes-ont-assiste-la-transhumance-marseille-266971.html
  24. http://www.metronews.fr/marseille/photos-la-transhumance-emballe-marseille/mmfi!t9YNNcE8N6KAg/
  25. Revoir en vidéo le Vieux-Port s'embraser pour clôturer Marseille-Provence 2013, FranceTVinfo, consulté le 2 janvier 2014.
  26. Ouverture du J1, Marseille-Provence 2013, consulté le 10 janvier 2013
  27. «Entre les deux rives de la Méditerranée» (3/5): «Méditerranées», RFI, le 18 janvier 2013
  28. Marseille : désirs d'avenir pour le J1, La Provence, 22 décembre 2013.
  29. http://www.marsactu.fr/culture-2013/un-centre-pompidou-mobile-a-aubagne-30677.html
  30. Un GR2013 hors des sentiers battus, Gites de France, 29 mai 2012.
  31. Le GR2013: premier GR métropolitain, Revue Wildproject, 2011.
  32. Inauguration et calendrier des manifestations en 2013, Comité départemental de randonnée pédestre des Bouches-du-Rhône, consulté le 10 janvier 2013.
  33. Bank of Paradise: un billet pour le paradis, RFI, le 11 janvier 2013
  34. Quartiers créatifs, Marseille-Provence 2013, consulté le 10 janvier 2013.
  35. Quartiers Créatifs, gestes sensibles en zones fragiles, La Provence, 3 janvier 2013.
  36. Des associations de la Busserine écrivent à Aurélie Filippetti, Marsactu, 14 novembre 2012.
  37. a et b http://www.telerama.fr/scenes/marseille-provence-2013-qui-est-in-qui-est-off,91886.php
  38. http://bases-marques.inpi.fr/Typo3_INPI_Marques/marques_fiche_resultats.html?index=11
  39. MP-2013 : Les artistes marseillais, un faire-valoir ?
  40. http://www.culture-13.fr/agenda/le-off-2013-une-exception-marseillaise.html
  41. Le Banquet de Platon, Marseille 2013.
  42. http://association-art13.org/
  43. Pavillon M
  44. Ouverture au public du MuCEM, la nouvelle muse de Marseille, RFI, le 6 juin 2013
  45. Le projet, MuCEM, consulté le 10 janvier 2013.
  46. L'architecture, Villa Méditerranée, consulté le 10 janvier 2013.
  47. Pas de climatisation pour le J1, Marsactu, 27 août 2012.
  48. J1 : Marseille-Provence 2013 s'offre une vue sur mer, Marsactu, 24 décembre 2012.
  49. Marseille : appel à projets pour l'avenir du J1, La Provence, 13 avril 2013.
  50. Regards de Provence s'ancre en bord de mer, Marsactu, 18 décembre 2012.
  51. Futur bâtiment, FRAC, consulté le 10 janvier 2013.
  52. L’ambition Capitale de la Friche de la Belle de Mai à Marseille, RFI, le 13 janvier 2013
  53. «Entre les deux rives de la Méditerranée» (2/5): «Ici, Ailleurs»RFI, le 15 janvier 2013
  54. Le nouveau musée d'Histoire et du Port antique, Ville de Marseille, consulté le 10 janvier 2013.
  55. VieuxPortdeMarseille.fr
  56. http://www.nytimes.com/interactive/2013/01/10/travel/2013-places-to-go.html?_r=0
  57. a, b et c http://www.midilibre.fr/2013/03/19/culture-marseille-provence-2013-enregistre-plus-d-un-million-de-visites-en-2-mois,662730.php
  58. http://french.peopledaily.com.cn/Culture/8165222.html
  59. http://www.laprovence.com/article/actualites/2294257/marseille-2013-tente-un-nouveau-coup-de-com.html
  60. du tourisme en gilet pare balle? enquête du mensuel provençal le Ravi, décembre 2012
  61. Exposition Camus à Aix: Mme Filippetti "regrette" l'absence de Benjamin Stora, Le Point, 23 août 2012.
  62. Michel Onfray fuit l'exposition Camus comme la peste, La Provence, 16 septembre 2012.
  63. http://www.youtube.com/watch?v=9xeK1_nxkjs
  64. "Une forme d'appropriation de MP2013 a eu lieu, même à travers la contestation" Marsactu, consulté le 2 janvier 2014.
  65. http://www.marsactu.fr/culture-2013/ecoutez-export-import-de-gari-greu-la-chanson-de-2013-29119.html
  66. http://www.marseille2013.com/2012/hymne-contre-hymne/
  67. Guetta à Borely ? 44 euros la place, 400 000 d'argent public, Marsactu, 7 février 2013.
  68. Non à la subvention de 400 000 euros pour le concert de David #Guetta à #Marseille #MP2013
  69. Commando anti 23 juin
  70. David Guetta à Marseille : les élus calment le jeu, Le Figaro, 14 février
  71. Accueil > Culture / 2013 > David Guetta ambiance le conseil municipal, Marsactu, 11 février.
  72. David Guetta annule sa participation au concert subventionné
  73. http://www.marsactu.fr/culture-2013/marseille-provence-2013-ou-est-passe-le-hip-hop-28486.html
  74. [vidéo] Elise Landschek et Eric Bergeron (pour Arte Journal), « Marseille 2013 : les oubliés des festivités », sur arte.tv,‎ (consulté le 26 août 2013)
  75. http://www.france24.com/fr/20130222-france-marseille-provence-2013-capitale-europenne-culture-rappeurs-coup-gueule-revolte
  76. http://www.laprovence.com/article/edition-marseille/2275952/je-nai-pas-demande-de-subvention.html
  77. http://www.marsactu.fr/culture-2013/une-fete-de-la-musique-a-plus-dun-million-deuros-est-ce-bien-raisonnable-30668.html
  78. http://www.20minutes.fr/ledirect/1124729/trop-chere-fete-musique

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]