Angèle (film, 1934)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angèle.
Angèle
Titre original Angèle
Réalisation Marcel Pagnol
Scénario Marcel Pagnol
d'après le roman Un de Baumugnes de Jean Giono
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Marcel Pagnol
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 150 min
Sortie 1934

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Angèle est un film français réalisé par Marcel Pagnol, sorti en 1934, adaptation du roman Un de Baumugnes de Jean Giono.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Angèle est la fille unique de Clarius Barbaroux, un paysan. Un beau jour, elle quitte sa famille sans avertir personne pour suivre un bellâtre, Louis. Celui-ci s'avère être un proxénète et prostitue Angèle.

Averti par un voisin, le brave valet Saturnin s'en va à Marseille et convainc Angèle, qui a maintenant un enfant, de rentrer à la maison. Il est persuadé qu'elle sera accueillie à bras ouverts. Toutefois, furieux et honteux, son père l'enferme à la cave avec son bébé et cache son retour à tout le monde. Clarius, autrefois juste et bon, devient aigri et violent.

Deux ouvriers agricoles, Amédée et Albin, sont au courant des événements. Ce dernier est secrètement amoureux d'Angèle. Le vieil Amédée décide, pour aider son ami Albin, de se faire embaucher à la ferme des Barbaroux pour tenter de la retrouver. Accueilli froidement par Clarius qui le menace avec son fusil, il est pourtant embauché pour la moisson et se lie vite d'amitié avec Saturnin, essayant de profiter de sa naïveté pour le faire parler. Un jour d'orage, il aperçoit Angèle et son enfant. Il s'en retourne prévenir Albin. Ce dernier s'enfuit tout d'abord avec Angèle avant de revenir à la ferme demander sa main à Clarius. Celui-ci refuse d'abord, mais il finit par accepter, touché par les mots d'Albin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Aux côtés de ses interprètes habituels (Orane Demazis, Delmont, Blavette, Henri Poupon), l’auteur-cinéaste dirige pour la première fois Fernandel, qui est alors considéré comme un très bon acteur comique. Dans Angèle, son jeu tout en nuances est salué par la critique.

Après le succès d'Angèle, il écrit à Marcel Pagnol : « Si ma création de Saturnin vous a donné pleine satisfaction, c'est à votre dialogue que je le dois »[6]. C'est le début d'une longue amitié (entrecoupée de fâcheries) entre l'auteur et son interprète.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jean Lecoq sur l’Internet Movie Database
  2. Maître-maçon local de La Treille.
  3. Avant le tournage, Pagnol achète une propriété à La Treille (non loin de l’endroit où il passait ses vacances pendant son enfance) qu'il fait aménager par un maçon local, Marius Broquier, pour servir de décor à Angèle (Raymond Castans, Marcel Pagnol, Éditions de Fallois, 1995).
  4. (en) René Pagnol sur l’Internet Movie Database
  5. Pour pouvoir traiter la pellicule sur place, Pagnol fonde à Marseille Les Laboratoires Marcel Pagnol et engage un ancien camarade de lycée, Albert Assouad, ingénieur chimiste passionné par la technique de la photographie et du cinéma (Raymond Castans, Marcel Pagnol)
  6. Raymond Castans, Marcel Pagnol

Liens externes[modifier | modifier le code]