Saint-Andiol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Saint-Andéol.
Saint-Andiol
Image illustrative de l'article Saint-Andiol
Blason de Saint-Andiol
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Arles
Canton Châteaurenard
Intercommunalité Communauté d'agglomération Rhône Alpilles Durance
Maire
Mandat
Luc Agostini
2014-2020
Code postal 13670
Code commune 13089
Démographie
Gentilé Saint-Andiolais
Population
municipale
3 303 hab. (2014)
Densité 206 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 11″ nord, 4° 56′ 43″ est
Altitude 53 m (min. : 47 m) (max. : 67 m)
Superficie 16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Saint-Andiol

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Saint-Andiol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Andiol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Andiol
Liens
Site web http://www.saint-andiol.fr

Saint-Andiol (Sant Andiòou en provençal) est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Saint-Andiolais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village se trouve à une dizaine de kilomètres au sud-est d'Avignon.

Climat[modifier | modifier le code]

À défaut de relevés propres à la commune de Saint-Andiol, le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 à Salon-de-Provence, situé 25 kilomètres plus au sud, dans un environnement géographique proche :

Relevé météorologique de Salon-de-Provence
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,2 2 4 6,4 10,1 13,7 16,4 16,3 13,3 9,5 4,9 2,4 8,4
Température moyenne (°C) 6,1 7,2 9,7 12 16,1 19,8 22,9 22,7 19,2 14,7 9,6 7 13,9
Température maximale moyenne (°C) 10,9 12,3 15,3 17,5 22 25,8 29,4 29 25 19,9 14,2 11,6 19,4
Précipitations (mm) 59 47 44 63 42 31 16 37 64 98 58 54 623,4
Source : Météo France / Station de Salon de Provence
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
10,9
1,2
59
 
 
 
12,3
2
47
 
 
 
15,3
4
44
 
 
 
17,5
6,4
63
 
 
 
22
10,1
42
 
 
 
25,8
13,7
31
 
 
 
29,4
16,4
16
 
 
 
29
16,3
37
 
 
 
25
13,3
64
 
 
 
19,9
9,5
98
 
 
 
14,2
4,9
58
 
 
 
11,6
2,4
54
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Armorial des communes des Bouches-du-Rhône.
Armes de Saint-Andiol

Les armes peuvent se blasonner ainsi : De sable, à un saint Andéol d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mars 2001 Jean-Claude Agostini    
mars 2001 mars 2008 Michèle Allard PS  
mars 2008 en cours Luc Agostini UMP-LR Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 303 habitants, en augmentation de 3,45 % par rapport à 2009 (Bouches-du-Rhône : 1,93 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590 740 776 933 1 080 1 140 1 251 1 324 1 377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 448 1 454 1 429 1 381 1 170 1 265 1 236 1 182 1 232
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 276 1 229 1 320 1 253 1 362 1 524 1 508 1 596 1 616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 805 2 023 2 019 2 372 2 253 2 605 3 138 3 189 3 303
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes et religion[modifier | modifier le code]

Les paroisses catholiques de Saint-Rémy-de-Provence, Eygalières, Mollégès, Saint-Andiol, Plan-d'Orgon, Verquières et Cabannes sont regroupées en un « ensemble pastoral » dont le siège est à Saint-Rémy[6].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année, pour le troisième week-end de janvier, est célébrée la fête de la Saint-Vincent avec sa traditionnelle choucroute et son loto géant..

La fête du 14-Juillet est organisée sur cinq jours : loto, courses taurines, abrivados, aubade, etc., avec des orchestres ou vedettes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Au Moyen Âge, Guillaume Martin et Jeanne de Galbert furent seigneurs de Saint-Andiol. Leur fils, Bernard Martin eut un fils, Martin II, seigneur de Gignac[7].
  • Aglaé de Castellane, duchesse d’Otrante, décédée le 1er mai 1850, est enterrée à Saint-Andiol. Elle était l'épouse de Joseph Fouché, homme politique français, qui avait servi sous plusieurs régimes entre 1792 et 1815.
  • Jean Moulin a passé sa jeunesse à Saint-Andiol, au no 35, Route nationale 7. Pendant la seconde guerre mondiale, le 2 janvier 1942[8], Jean Moulin est parachuté près de Fontvieille avec trois de ses compagnons. Ils rejoignent la maison familiale de Jean Moulin. C'est de cette maison que Jean Moulin mènera à bien la mission REX, et fondera le Conseil national de la Résistance. Une fresque à sa mémoire, portant la mention « Saint-Andiol, carrefour de l'Histoire », a été inaugurée sur la route nationale le 26 mai 2012 en présence d'associations combattantes[9].
  • L'abbé Singerlé[10] : en septembre 1944, l'abbé Singerlé est muté à la paroisse de Saint-Andiol. Il a auparavant aidé beaucoup de juifs à se cacher (à Aix-en-Provence, Barbentane, Eyragues). À la libération de la Provence, il s’engage dans la 2e D.B. du général Leclerc, dont il deviendra l’aumônier. Le 8 décembre 1945, il se voit décerner la Croix de guerre, et quelques mois plus tard il reçoit la médaille de la Résistance. Il décédera à Saint-Andiol le 25 janvier 1949, à l’âge de 36 ans, d’une longue et douloureuse maladie. Le 2 février 1999 lui est décerné, à titre posthume, par la fondation Yad Vashem de Jérusalem, le titre de « Juste parmi les nations », pour avoir aidé et sauvé des Juifs à ses risques et périls[11]. Une plaque à sa mémoire a été apposée et inaugurée sur l'église de Saint-Andiol.
  • Jean Nougier: ce pilote et constructeur de motos , bien que travaillant dans des conditions très artisanales était à la moto dans les années 50 ce qu'Amédée Gordini était à l'automobile, et, tout comme lui, il était surnommé "Le Sorcier". Il a notamment fait des prodiges en partant de bases moteur Terrot savamment "gonflées", et étudia même en free-lance un moteur 4 cylindres de course pour la prestigieuse firme Norton. Son atelier de St Andiol , pieusement conservé, est aujourd'hui un musée vivant, qui attire les amateurs de vieilles motos.[12]
  • Le juge Pascal (1920-1988), magistrat chargé de l'affaire de Bruay-en-Artois était originaire de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Vincent, au cœur du village, est de style roman, en forme de forteresse, avec des murailles crénelées. Elle est classée monument historique[13].
  • La chapelle Sainte-Croix, entourée d'un cimetière, au départ de la route de Mollégès, a été construite avant l'an 1000, probablement par les moines de Saint-Victor de Marseille. C'est l'un des plus anciens monuments de pur style roman de la région. Elle est aussi classée monument historique[14].
  • Le « château », ancienne demeure seigneuriale voisine de l'église, abrite le centre socio-culturel communal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Site du groupement paroissial », sur upsaintremy.free.fr.
  7. Ruffi, Familles nobles, p. 34
  8. Jean Moulin "Premier combat"
  9. « Salon : Jean Moulin dignement célébré », sur laprovence.com,
  10. Gilles Brésil : "Le curé de Saint-Andiol"
  11. Hommage à l'abbé Singerlé sur yadvashem-france.org
  12. « Petite visite à l’atelier Nougier », sur La Ténor de Camberoque (consulté le 23 juin 2017)
  13. « Église », notice no PA00081423, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Chapelle Sainte-Croix », notice no PA00081422, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]