Olympique de Marseille Vitrolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
OM Vitrolles Handball pictogram.svg
Logo
Généralités
Nom complet Olympique de Marseille Vitrolles
Date de fondation 1991
Date de disparition 1996
Couleurs bleu et blanc
Salle Palais des sports de Marseille[1]
(5 800 places)
Stadium de Vitrolles
(4 500 places)[2]
Siège Domaine de Fontblanche
13841 Vitrolles[1]
Palmarès
National[3] Championnat de France (2)
Coupe de France (2)
International[3] Coupe des vainqueurs de coupe (1)
Maillots
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'Olympique de Marseille Vitrolles, couramment abrégé en OM Vitrolles, est un club disparu de handball français (fondé en 1991 et disparu en 1996).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le club est fondé en 1991 par Jean-Claude Tapie[4], frère de Bernard Tapie. Le club n'est pas une section à part entière de l'Olympique de Marseille (aucun lien juridique entre les deux clubs) mais en est fortement dépendant, l'OM lui prêtant son nom et l'aidant financièrement en comblant régulièrement son déficit et par un accord permettant à trois mille supporters de l'OM de supporter le club de handball[5].

Le club constitue l'un des meilleurs clubs français lors des années 1990, remportant en 1993 le premier trophée européen pour un club de handball français, la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de handball, trophée qui suit de quelques jours la Ligue des champions remporté par l'Olympique de Marseille en football.

Le budget est conséquent, atteignant 12 millions de francs, financé à 50 % par la ville de Vitrolles et le Conseil général des Bouches-du-Rhône. Cette époque voit les meilleurs joueurs français défendre les couleurs du club, comme Philippe Gardent, Jackson Richardson, Bruno Martini ou Frédéric Volle. Ces joueurs contribueront à enrichir le palmarès de deux titres de champion de France et d'une Coupe de France mais les salaires mirobolants pour l'époque contribuent à creuser un déficit d'environ trois millions de francs qui ne sera jamais comblé. De plus, l'affaire OM-VA a pour conséquences la fin des aides du club de football. À l'été 1996, le club dépose le bilan, puis est rétrogradé par la commission nationale de contrôle et de gestion de la fédération française jusqu'en Nationale 1 (troisième division)[4],[6]. L’OM Vitrolles disparaît alors.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan saison par saison[modifier | modifier le code]

Saison Division Rang C. de France C. d'Europe *
1991/1992 Division 1 2e finaliste -
1992/1993 Division 1 2e vainqueur CVC : Vainqueur
1993/1994 Division 1 1er  ? CVC : Finaliste
1994/1995 Division 1 2e vainqueur LDC : Phase de poules
1995/1996 Division 1 1er finaliste CVC : 1/4 f.

*CVC=Coupe des Vainqueurs de Coupe; LDC=Ligue Des Champions

Parcours européen[modifier | modifier le code]

1992-1993[modifier | modifier le code]

Coupe des Coupes :

Tour Club Aller Total Retour Club
1 Seizième de finale Drapeau : Tchécoslovaquie TJ VSC Kosice 13-22 24-47 11-25 Drapeau : France OM Vitrolles 2
3 Huitième de finale Drapeau : France OM Vitrolles 29-23 64-48 35-25 Drapeau : Roumanie Minaur Baia Mare 4
5 Quart de finale Drapeau : Espagne Alzira Avidesa 23-16 37-40 14-24 Drapeau : France OM Vitrolles 6
7 Demi-finale Drapeau : France OM Vitrolles 27-14 54-36 27-22 Drapeau : Grèce Philippos Verias 8
9 Finale Drapeau : Hongrie KC Veszprém 22-23 43-46 21-23 Drapeau : France OM Vitrolles 10

1993-1994[modifier | modifier le code]

Coupe des Coupes :

Tour Club Aller Total Retour Club
11 Seizième de finale Drapeau : France OM Vitrolles 24-20 51-43 27-23 Drapeau : Portugal ABC Braga 12
13 Huitième de finale Drapeau : Slovaquie Lokomotiva Trnava 17-20 31-41 14-21 Drapeau : France OM Vitrolles 14
15 Quart de finale Drapeau : France US Ivry 20-27 35-52 15-25 Drapeau : France OM Vitrolles 16
17 Demi-finale Drapeau : France OM Vitrolles 21-12 41-38 20-26 Drapeau : Allemagne TSV Bayer Dormagen 18
19 Finale Drapeau : Espagne FC Barcelone 20-23 46-37 26-14 Drapeau : France OM Vitrolles 20

1994-1995[modifier | modifier le code]

Ligue des Champions

Tour Club Aller Total Retour Club
21 Seizième de finale Drapeau : France OM Vitrolles 38-10 74-31 36-21 Drapeau : Luxembourg HB Echternach 22
23 Huitième de finale Drapeau : France OM Vitrolles 19-14 36-34 17-20 Drapeau : Italie Principe Trieste 24
25 Phase de poules, groupe B : J1/J4 Drapeau : Allemagne THW Kiel 26-19 - 19-23 Drapeau : France OM Vitrolles 28
26 Phase de poules, groupe B : J2/J6 Drapeau : France OM Vitrolles 22-21 - 29-25 Drapeau : Tchécoslovaquie Dukla Prague 30
27 Phase de poules, groupe B : J3/J5 Drapeau : Espagne Elgorriaga Bidasoa 22-21 - 20-19 Drapeau : France OM Vitrolles 29

Classement du groupe B :

Place Club Pts J V N D Buts + Buts - Diff.
1er Drapeau : Espagne Elgorriaga Bidasoa 8 6 4 0 2 137 126 +11
2e Drapeau : Allemagne THW Kiel 6 6 3 0 3 137 136 +1
3e Drapeau : France OM Vitrolles 6 6 3 0 3 133 133 0
4e Drapeau : Tchécoslovaquie Dukla Prague 4 6 2 0 4 139 151 -12

Le Elgorriaga Bidasoa, premier de cette poule, est qualifié pour la finale où il bat 56 - 47 le Badel Zagreb.

1995-1996[modifier | modifier le code]

Coupe des Coupes :

Tour Club Aller Total Retour Club
31 Seizième de finale Drapeau : France OM Vitrolles 33-22 58-42 25-20 Drapeau : Croatie Karlovacka Pivovara 32
33 Huitième de finale Drapeau : Roumanie Minaur Baia Mare 18-31 36-60 18-29 Drapeau : France OM Vitrolles 34
35 Quart de finale Drapeau : Espagne Teka Santander 27-20 47-46 20-26 Drapeau : France OM Vitrolles 36

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « EHF Greenbook 1994 », sur eurohandball.com (consulté le 12 novembre 2009)
  2. (fr) « Stadium : Musique au cœur du plateau », Le Journal de Vitrolles, no 25,‎ mars/avril 2007, p. 12 (lire en ligne)
  3. a et b Seules les compétitions officielles sont indiquées ici
  4. a et b Michel Chemin, « L'OM-Vitrolles dans un trou financier et sportif. Déficitaire, le club champion de France est rétrogradé », sur Libération.fr,‎ 22 mai 1996 (consulté le 13 mars 2014)
  5. Jean-Louis Le Touzet, « L'OM du hand, main dans la main », Libération,‎ 25 mars 1995 (consulté le 22 mai 2010)
  6. Laurent Chasteaux, « Voici comment l’OM Vitrolles est devenu l’OM 13 Cheminots Rouvière », sur L'Humanité.fr,‎ 12 septembre 1996 (consulté le 13 mars 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]