Picon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picon (homonymie).
Bouteille de Picon Bière à 21° d’alcool.

Le Picon est un amer d'origine marseillaise, de couleur caramel qui accompagne traditionnellement la bière dans l'Est et le Nord de la France, en Belgique, au Luxembourg ainsi qu'en Suisse. Le terme « Picon » est une marque commerciale distribuée par Moët Hennessy Diageo, coentreprise (joint-venture) des groupes LVMH et Diageo.

Il est élaboré à base de zestes d'oranges frais et séchés puis macérés dans une solution d'alcool. Le Picon nécessite également des racines de gentiane et du quinquina, tous deux macérés également. Du sirop de sucre et du caramel sont ajoutés par la suite.

Origines[modifier | modifier le code]

La famille Picon quitte la province de Gênes où elle était implantée pour Marseille en 1815. Là, le jeune Gaétan Picon (1809-1882) devient apprenti dans une distillerie.

Plus tard, engagé dans l'armée en Algérie, il attrape comme tant de ses camarades une « fièvre maligne » ; il invente alors une mixture à base de zestes d'orange, de quinquina et de gentiane macérés dans de l'eau-de-vie présentant des propriétés fébrifuges et désaltérantes.

Fixé à Philippeville (renommée Skikda) en 1832, puis à Alger, il améliore sa formule et la commercialise, à partir de 1837, comme apéritif sous le nom d'amer africain.

En 1862 eut lieu l'Exposition universelle de Londres. Le gouvernement invita les industriels français à y prendre part. Le sous-préfet de Philippeville, Jean-Baptiste Nouvion, ne manqua pas d'insister auprès de Gaétan Picon dans ce sens. Ces manifestations n'étant pas encore entrées dans les mœurs, il fit la sourde oreille. Ce que voyant, le sous-préfet entêté prit sur lui, à l'insu du fabricant, d'expédier une caisse d'amer africain à Londres[1].

Le produit, appartenant alors aux apéritifs de catégorie Bitter (amer), est couronné d'une médaille de Bronze lors de l'Exposition universelle de Londres en 1862, ce qui fera sa fortune. Gaétan Picon, rentré en métropole, créa sa première usine de fabrication du Picon (titrant à l'époque 21°), désormais appelé ainsi, à Marseille. L'entreprise donna ainsi son nom au quartier qui l'entoure mais également à la gare SNCF de Picon-Busserine située dans le 14e arrondissement de la cité phocéenne.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Le Picon peut être mélangé au vin blanc alors que traditionnellement il l'est à la bière, ce mélange est plutôt apprécié en Belgique francophone.

Depuis 1989, le Picon titre 18°.

Le Caramel utilisé comme colorant est en fait le colorant caramel E150a, appelé parfois "Caramel ordinaire". Il s'agit en fait d'un Caramel de sulfite caustique, accéléré par divers produits chimiques comme les acides, les hydroxydes, les carbonates, les phosphates, les sulfates ou les sulfites.

Depuis 1995, le Picon s'est diversifié, on retrouve désormais deux apéritifs différents :

  • L'original : le Picon bière, qui accompagne la bière.
  • Le Picon club, à consommer en cocktail avec du vin blanc sec.

En 2003, la marque écoulait 70 % de son stock dans le Nord et l'Est de la France. La production totale s'élevait à quatre millions de bouteilles.

Il existe la saucisse au Picon ou Piconwurst (en Lothringer platt, une langue locale). C'est une saucisse à base de Picon, fabriquée dans la ville d'Amnéville, en Moselle (département), dans la région historique de la Lorraine[2].

Liste de cocktails au Picon[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Picon friez: picon et mirabelle
  • Picon-Grenadine : Picon et grenadine
  • Picon bière : bière blonde, Picon
  • Picon-café : Picon et café
  • Picon et demi : bière blonde ou brune, Picon, sirop de citron
  • Picon « avec » (Alsace) : Picon bière « avec » un trait de sirop de citron
  • Amérissime : vermouth blanc, sec, Picon
  • Cosaque : sirop de grenadine, bière, Picon
  • Petit Quentin: bière, whisky, Picon "avec" un trait de sirop de citron
  • Henry : rhum blanc, liqueur de poires, liqueur de cerises, Picon
  • Irish Picon : sirop de grenadine, Picon, Guinness
  • Mary : vermouth rouge, Suze, Picon
  • Micheland : vermouth rouge, armagnac, liqueur d'abricots, Picon
  • Picon club : vin blanc sec, Picon
  • Picola : cola, Picon
  • Piconeau : eau, Picon
  • Piconade : limonade, Picon, rondelle de citron, glaçons (créé à Nancy)
  • P.C.B. (Picon Citron Bière) : bière blonde 25 cl, Picon 3 cl, un trait de sirop de citron
  • Super Picon (50 cl) : Picon, sirop de grenadine
  • Picon Royal ou JMF : champagne et Picon
  • P.O.B (Picon sirop d'orange et bière blonde)
  • P.O.Box : Picon, whiskey, sucre de canne, limonade, jus de citron
  • Stoptou : Picon et pastis
  • Picojito : rhum (6 cl), feuilles de menthe, citron vert, Picon (3 cl), glace pilée, eau (15 cl)
  • Picon Chasseur : Picon, bière, vin blanc,sirop de pomme .
  • Piconcon : Picon, gin, tranche de concombre
  • Ptit Piconnard : Picon, Ricard, Perrier
  • Picobelle (Lorraine) : Picon, mirabelle (alcool), mirabelle (fruit)
  • JJ : Picon, liqueur de jasmin, Jägermeister
  • Pisconis : Picon, pastis, eau fraîche, glaçons
  • Picoron : Picon, gin, amaretto
  • Picard : Picon, Ricard (inventé au RC Metz)
  • Le métisse: Picon, Lait.
  • Pekon: Picon, Peket.
  • Le Biche: Picon, Eau gazeuse.
  • Le Maxicon : Bière Maximator et Picon
  • La Mort Aux Rats : Ricard, Martini, Picon
  • Le Skycon : Picon, Whisky
  • Le Tarascon : Taras Boulba (bière belge), Picon
  • Le Pikawa : Picon café
  • Le Picon bar : Sirop de Cassis, Chouffe, Picon
  • Le Marius : Vieille prune, Mirabelle, Noix, Picon
  • Le RPP : Rhum, Picon, Jus de pomme

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans la chanson[modifier | modifier le code]

  • Dans le poème Père nourricier de Camille François, mis en musique par Bourvil sur son disque Bourvil récite 9 poèmes de Camille François (1957), un père s'adressant à son bébé exprime son désir de boire du Picon : « Ce que je veux, c'est porter la culotte. Boire le Pernod, le Picon citron. Jouer au billard, à la belote. Oh ! Nom d'une pipe, c'est l'heure du biberon ».
  • Dans sa chanson Pochtron ! sur l'album Morgane de toi (1983), le chanteur Renaud consacre quelques vers au Picon : « Le Picon-bière, c'est redoutable. Même les Belges y s'y aventurent pas. Ça vous fait glisser sous la table. Comme un rat ».
  • Patricia Kaas, dans la chanson Elle voulait jouer cabaret tirée de son premier album studio Mademoiselle chante... (1988), évoque « Un fond de Picon-bière qui rend à moitié fou ».
  • Mano Solo, dans la chanson Soir de retour , extraite de son deuxième album studio Les années sombres (1995), dépeint une soirée dans un bar de Pigalle où l'on boit du Picon-bière : « Et tout glisse au Noctambules, un Picon-bière, le même que dans la France entière ».
  • Dans sa chanson Le Moucheron , extraite de l'album Qu4tre (1999), Thomas Fersen narre l'histoire d'un jeune homme désœuvré se désaltérant d'un Picon : « Autant aller prendre un pot. Pour procurer du repos. À mes pieds, à mon cerveau.Oui, mais voilà qu'à nouveau. Un moucheron. Tourne en rond. Tourne en rond. Dans mon Picon ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire de l’apéritif amer Picon ou amer algérien », journal L'Illustration du 24 mai 1930
  2. https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/moselle/metz/saucisse-au-picon-votre-barbecue-ca-vous-tente-1488811.html France 3 « Une saucisse au Picon pour votre barbecue, ça vous tente? »
  3. Extrait video
  4. Extrait video
  5. Jean-Baptiste Noé, « Petite histoire du Picon », Contrepoints,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]