Portail:Arles

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article Portail Projet Catégories
Bandeau-portail-Arles.png
Portail de Wikipédia sur Arles.
Arles, ville historique.
416 articles


modifier

Lumière sur ...
Arles en quelques points
Constance d'Arles, nouvelle reine des Francs, une forte personnalité du XIe siècle. Gravure de la fin du XIXe siècle.

Constance d'Arles (née vers 986 à Arles - morte au château de Melun le 22 ou ), fille de Guillaume Ier (c.950-†993) comte d’Arles, et Adélaïde d'Anjou (†1026), est reine de France par son mariage avec Robert II.

En 1003, Constance devient reine de France en épousant le roi Robert II Le Pieux après que ce dernier fut contraint de se séparer de Berthe de Bourgogne.

Constance donne des enfants au roi, dont le futur Henri Ier, et Robert. Elle préfère Robert et veut qu'il règne, mais son époux choisit Henri pour lui succéder. À la mort du roi, elle va jusqu'à tenter de tuer Henri, mais la tentative échoue et il monte sur le trône. Robert devient quant à lui duc de Bourgogne.

Éloignée de la Cour, Constance s'éteint au château de Melun, le 22 ou 25 juillet 1032. Son gisant se trouve à la basilique de Saint-Denis.

Lire la suite

Autres articles sélectionnés au sein du portail Arles

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Sous-préfecture des Bouches-du-Rhône

Chef-lieu de l'arrondissement d'Arles

Code postal : 13200

Maire : Hervé Schiavetti (2008-2014)

Population : 52 729 habitants en 2008
Gentilé : Arlésien

Superficie : 758,93 km2

Histoire
Tête de Jules César, au Musée Arles et Provence antique
Géographie
Politique et administration
2360.Blick vom Ufer der Rhone auf Arles-Provence.JPG
Avec une superficie de 758,93 km2, Arles est la plus vaste commune de France. Située à l'extrémité nord d'un immense territoire, elle s'étend des portes de la Crau à une grande partie de la Camargue. De nombreux villages sont éparpillés sur son sol depuis le Moyen Âge, comme Moulès, Mas-Thibert, Pont-de-Crau et Raphèle-lès-Arles, à l'est et au sud-est, et Saliers, Salin-de-Giraud et Le Sambuc, à l'ouest et au sud-ouest. Au nord, l'abbaye de Montmajour est accolée aux premiers contreforts des Alpilles.

Construite de part et d'autre du Rhône, elle est la dernière grande ville que traverse ce fleuve avant de se jeter en Méditerranée.

Arles, la place de la République avec l’hôtel de ville et l’obélisque (Aiguille d'Arles)

Dans le cadre de son développement, Arles a participé à la création de la Communauté d'agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette le . Cette communauté peuplée de 78 842 habitants (recensement 2008) regroupe outre Arles, 4 autres communes : Boulbon, Saint-Martin-de-Crau, Saint-Pierre-de-Mézoargues et Tarascon.

L'arrondissement d'Arles comprend les cantons d'Arles-Est, d'Arles-Ouest, de Châteaurenard, d'Eyguières, d'Orgon, de Port-Saint-Louis-du-Rhône, de Saint-Rémy-de-Provence, des Saintes-Maries-de-la-Mer et de Tarascon.


Transports
Enseignement
France Petit Rhone Arles.JPG
Gare d'Arles
Arles ecluse.jpg

Voies routières : Arles est reliée à Nîmes et à Marseille dans le sens ouest-est par l'autoroute A54 (E80) qui est entrecoupée entre Arles et Saint-Martin-de-Crau par la voie rapide N113. Au nord, la route nationale N570 permet d'accéder à Avignon et à l'autoroute A7.

Transports en commun : Depuis le , le réseau Envia géré par Veolia Transport Arles (Veolia Transdev) remplace le réseau STAR (Keolis) qui fut créé en 1984, et les lignes interurbaines gérées par l'agglomération. Le nouveau réseau se compose de 6 lignes pour Arles indicées de 1 à 3 pour les lignes «essentielles» et de 4 à 6 pour les lignes «locales», 3 lignes interurbaines «Agglo» vers Salins-de-Giraud, Saint-Martin-de-Crau et Tarascon (10, 20, 30), de trois navettes à Arles, Tarascon et Saint-Martin-de-Crau appelées «Navia» (A, T, S) et d'un service de transport à la demande, «Envia à la demande».

Transports ferroviaires : La gare d'Arles, située au nord de la ville dans le quartier du Trébon, a pour origine une intervention de l'écrivain-député Lamartine. Bâtie en 1848 lors de la création de la ligne Avignon - Marseille, elle a perdu la majorité de son trafic ferroviaire grandes lignes, depuis la création de la ligne à grande vitesse (LGV) Méditerranée.

Transports maritimes : Premier port en aval du Rhône, le port fluvial d'Arles s'étend au nord de la ville sur 11 hectares et comprend 4 000 m² d'entrepôts clôturés et gardés. Il dispose également de 40 hectares pour l'accueil des entreprises du transport et de la logistique. Il peut accueillir des navires jusqu'à 3 000 tonnes, et assure plus de trente liaisons. Sa conception, avec les voies ferrées à bord de quai, permet la liaison eau-rail en acceptant le trafic ferroviaire du wagon isolé au train complet.

Transports aériens : Arles ne possède pas son propre aéroport, mais n'est située qu'à 25 km de Garons (aéroport de Nîmes-Alés-Camargue), 65 km de Marignane (aéroport de Marseille), et 75 km de Fréjorgues (aéroport de Montpellier).

Portail d'entrée de l'école nationale supérieure de la photographie

En 2009-2010, 11 326 Arlésiens étaient scolarisés. Arles compte 42 établissements scolaires (40 publics et 2 privés) maternelle et élémentaire, accueillant 4 918 enfants. La ville est dotée de quatre collèges publics (Ampère, Mistral, Morel et Van Gogh) et d'un collège privé catholique (Saint-Charles) avec un effectif d'environ 2 600 collégiens. Sont également présents cinq lycées dont un d'enseignement général (Montmajour), deux d'enseignement général et technologique (Pasquet et Jeanne d’Arc) et deux d'enseignement professionnel (Privat et Perdiguier), qui accueillent 2 000 lycéens dont la majorité dans le lycée Pasquet.

L’enseignement supérieur arlésien comprend de nombreux BTS, des formations universitaires (premier et second cycle en droit, conservation du patrimoine, activités culturelles et traitement des images), et des écoles spécialisées, dont la plus connue est l’École nationale supérieure de la photographie. Des élèves venant de toute la France, voire de l’étranger viennent étudier à Arles pour la qualité et l’unicité des formations qui y sont dispensées. À l’ouverture de la 3e année de licence de droit à la rentrée 2009 s’ajoute deux nouvelles licences professionnelles à l’IUT de Provence. En 2010 1 364 étudiants suivent une formation supérieure dans la cité (en hausse de 12 % par rapport à 2009.

Au niveau de la formation, les chiffres de 2008 reflètent une tendance observée depuis longtemps à Arles et dans la région : 25,7 % des Arlésiens sont sans diplôme et seuls 20,2 % ( contre 13 % en 1999) ont fait des études supérieures (contre respectivement 19,3 % et 23,5 % (16 % en 1999) au niveau national).


Patrimoine civil
Patrimoine religieux
Arènes d'Arles 1.jpg
France Arles Theatre Antique Tower South.jpg
Arles Thermes de Constantin 3 hypocauste.jpg
Arles-LesAlyscamps-SaintHonorat.JPG
France Arles Place Republique.JPG
Vincent Willem van Gogh 135.jpg

Le patrimoine public historique arlésien se compose essentiellement de monuments romains et médiévaux. Il est complété par quelques réalisations majeures de la Renaissance et de la période classique; il comprend également des édifices plus contemporains. La plupart sont classés ou inscrits comme monuments historiques et figurent sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité.

Les monuments romains et médiévaux
Renaissance
  • Hôtel Laval Castellane, autrefois collège des jésuites, aujourd’hui musée Arlaten (CMH 1905,1944) : quartier de la Cité, Renaissance (1505)
  • Hôtel de l’Œuvre du Bouillon (CMH 1992) : quartier de la Roquette, Renaissance (XVIe), période classique (XVIIe, XVIIIe)
  • Hôtel des Amazones (IIMH 1932) : quartier de la Cité, Renaissance (XVIe), période classique (XVIIIe)
Période classique
  • Hôtel de Vinsargues, dit aussi hôtel de Damian de Vinsargues (IIMH 1932) : quartier de la Roquette, période classique (vers 1630)
  • Hôtel de Grille (p.IIMH 1946) : quartier de la Cité, période classique (1691)
  • Hôtel de Lauzière (IIMH 1925) : quartier de la Cité, période classique (XVIIe siècle)
  • Hôtel Barrême de Manville (CMH 1946) : quartier de la Cité, période classique (XVIIe et XVIIIe siècles)
  • Hôtel Lestang-Parade (IIMH 1988) : quartier du Méjan, période classique (vers 1740)
  • Hôtel de Divonne, anciennement hôtel du Roure (IIMH 1974) : quartier de la Roquette, période classique (1762)
  • Verrerie de Trinquetaille (CMH 1987) : quartier de Trinquetaille, période classique (1782)
  • Rotonde, actuellement temple protestant (IIMH 1945) : quartier de la Cité, période classique (1790)
  • Hôtel Courtois de Langlade, aujourd’hui sous-préfecture d'Arles (pCMH 1932) : quartier de la Cité, période classique (XVIIIe siècle)
Autres 
P1320344 Arles eglise St-Jean-de-Moustiers rwk.jpg
Provence 156.jpg
Cloître-Saint-Trophime-Arles-galerie-sud.jpg
P1010618 Arles Eglise des dominicains nef et choeur reductwk.JPG
Arles - église sainte anne.JPG

Avant le XIe siècle

  • Basilique paléochrétienne (CMH 2003) : dans le quartier de l'Auture (Moyen Âge, IVe siècle)
  • Abbaye Saint-Césaire, appelée aussi enclos Saint-Césaire, grand couvent ou monastère Saint-Jean (CMH 1989) : quartier de l'Auture (Moyen Âge, 512)

Du XIe siècle à la fin du XVe siècle

  • Église Notre-Dame-de-la-Major, dite aussi église de la Major (CMH 1945) : quartier de l'Auture (Moyen Âge, 1152)
  • Église Saint-Honorat (CMH 1840 ; PMU 1981) : quartier des Alyscamps (Moyen Âge, XIIe siècle)
  • Eglise Sainte-Blaise (CMH 1908) : quartier de l'Auture (Moyen Âge, XIIe siècle)
  • Eglise Saint-Jean-de-Moustiers (CMH 1838 ; PMU 1981) : quartier de l'Auture (Moyen Âge, XIIe siècle)
  • Église Saint-Trophime, nommée autrefois primatiale, cathédrale Saint-Etienne, cathédrale Saint-Trophime (CMH 1840 ; PMU 1981) : quartier de la Cité (Moyen Âge, XIIe puis XIVe,XVe siècles)
  • Cloître Saint-Trophime (CMH 1846, 1943; PMH 1981) : quartier de la Cité (Moyen Âge,

XIIe et XIVe siècles)

  • Commanderie Sainte-Luce (CMH 1977) : quartier de la Cité (Moyen Age XIIIe/XVe et Renaissance)
  • Grand Prieuré de Malte, aujourd’hui musée Réattu (CMH 1958) : quartier de la Cité (Moyen Âge XIVe, Renaissance XVIe et période classique XVIIe)
  • Chapelle des Porcellet (CMH 1862) : quartier des Alyscamps (Moyen Âge, XVe siècle)
  • Église Saint-Césaire, ancienne chapelle du couvent des Grands-Augustins (IIMH 1941) : quartier de la Roquette (Moyen Âge vers 1450 et XIXe siècle)
  • Église des Dominicains, autrefois Notre-Dame-de-Confort ou église des Frères-prêcheurs (CMH 1921) : quartier du Méjan (Moyen Âge, 1484)
  • Couvent des Cordeliers, dit aussi couvent des Franciscains, actuellement collège Saint-Charles (IIMH 1995) : quartier de l'Auture (Moyen Âge, XVe, XIXe siècle)

Du XVIe siècle à nos jours

  • Chapelle de la Genouillade, dite parfois chapelle des Paysans (CMH 1942) : quartier du Mouleyres (Renaissance, 1529)
  • Église Sainte-Anne, dite autrefois Notre-Dame-de-la-Principale, puis musée lapidaire d’art païen (CMH 1875) : quartier de la Cité (période classique, 1627)
  • Chapelle des Trinitaires (IIMH 1959) : quartier de la Cité (période classique, 1630)
  • Archevêché ou palais épiscopal (CMH 1922,1959) : quartier de la Cité (période classique, XVIIe et XVIIIe siècles)
  • Chapelle de la Charité (CMH 1927), fait partie avec l’hôtel Jules César du couvent des Carmélites : quartier de Chabourlet (période classique, 1634 et 1702)


Économie
Théâtres, festivals, arts, etc.
2360.Blick vom Ufer der Rhone auf Arles-Provence.JPG
Camargue cattles.jpg
France rice field in camargue.jpg

L’économie arlésienne, favorisée dès l’Antiquité par la proximité du Rhône puis par la ligne ferroviaire Paris-Lyon-Marseille (PLM) créée au milieu du XIXe siècle, n’a pas bénéficié dans les années 1960 des grandes politiques d’aménagement comme Fos à l’est et le littoral languedocien à l’ouest. De plus, elle reste à l’écart du nouveau tracé TGV Paris-Marseille qui passe par Aix. Toutefois, située au carrefour des axes rhodanien et méditerranéen, la ville offre un potentiel très diversifié à conforter.

Arles, troisième ville des Bouches-du-Rhône, n’est avec 18 640 emplois que le cinquième pôle d’emploi du département. Les emplois arlésiens sont en grande majorité des emplois de services qui représentent en effet plus de 75 % des emplois. Le secteur de l'édition est assez étoffé : les maisons Harmonia Mundi (musique), Actes Sud, Honoré Clair (livres) y sont installées.

Au , il y a 5 028 entreprises, dont 2 911 dans le secteur commerce, transports et services divers. Sur ce nombre seulement 51 dépassent les 50 salariés et 3 098 n'ayant aucun salarié.

On trouve à proximité de nombreuses AOC (foin de Crau, Taureau de Camargue, huile d'olive de la vallée des Baux-de-Provence, olives cassées, olives noires) et des IGP (riz de Camargue).

Arles est le siège de la chambre de commerce et d'industrie du Pays d'Arles. Elle assure la gestion du port fluvial d’Arles ainsi que du Palais des Congrès qui accueille aussi bien des congrès, séminaires, conventions que des salons professionnels ou grand public. Elle gère aussi plusieurs centres de formation dont l’IRA et Supinfocom situés à Arles.

Le tourisme est également présent avec un offre d'hébergement au de 1 366 chambres réparties dans 39 hotels et 511 emplacements dans 5 campings.


PB110011 Arles Museon Arlaten reductwk.JPG
Bull attacks matador.jpg
France Arles Theatre Antique night1.jpg
Les lieux de culture

Comme la plupart des villes de cette importance, Arles dispose de salles de cinéma, de lieux d'exposition et d'une médiathèque. La ville comprend aussi deux théâtres : le théâtre municipal d’Arles et celui de la Calade.

On trouve plusieurs musées sur la ville et ses environs :


Festivals et folklore

Tout le long de l’année, la ville est animée par les fêtes traditionnelles (l’élection d'une reine d'Arles, la feria de Pâques et tous les autres évènements taurins, le salon des santonniers), les rencontres photographiques et de nombreux festivals (festival de musique du monde Les Suds, festival de musique Actes Sud, festival du film Peplum, festival de photos de nu…).

La ville est membre du l'Union des villes taurines françaises.

Gastronomie
Sport
Gardiane de taureau

La gastronomie d'Arles est une composante importante de la cuisine de la Provence méditerranéenne. Elle fait appel aux produits de son terroir : pêche maritime ou fluviale, troupeaux ovin ou bovin, produits des plaines céréalières ou des garrigues. Le catigot d'anguilles, le fricot des barques et la broufade sont des mets de mariniers servis maintenant dans les plus grands restaurants. Le bœuf à la gardianne exprime toute sa saveur quand il est cuisiné à base de taureau de Camargue, un élevage protégé par une AOC. Ce mets se doit d'être accompagné du réputé riz rouge de Camargue. Le sel de Provence, présent sur de nombreuses tables, provient de Salin-de-Giraud. Parmi d'autres produits emblématiques se distinguent le saucisson d'Arles, la tomme d'Arles (fromage de brebis qui porte en fonction de son affinage les noms d'Arlésienne, Lou Gardian ou Lou Pastre), et la pompe à l'huile, une des composantes du gros souper, qui est aussi dite fougasse d'Arles.

Maillot du club Maillot du club Maillot du club
Maillot du club
Maillot du club
Tenue de l’Athlétic Club Arles-Avignon

L’association sportive phare d’Arles est l’Athlétic Club Arles-Avignon dont la section professionnelle a disputé en 2010-2011 le championnat de France de première division. Le club est actuellement en Ligue 2. La ville d’Arles est la ville de naissance de deux internationaux de football : Djibril Cissé et Gael Givet.

Le Trophée des As récompense le meilleur raseteur de la saison taurine de course camarguaise. La Cocarde d'or compte pour ce trophée. La finale de cette compétition a lieu un an sur deux dans les arènes de la ville.


Personnalités Arlésiennes

Nées à Arles[modifier le code]

Antiquité et Moyen Âge

Renaissance et période classique

Époque contemporaine

Ayant vécu à Arles[modifier le code]

  • Yvan Audouard, journaliste et écrivain
  • Guy Debord, écrivain français,
  • Louis Thiers, homme d'affaire français, ancien administrateur du groupe Pernod-Ricard et créateur de l'Union des Clubs Taurins Paul Ricard.

Le saviez-vous ?

Quand Arles se met à l'heure de la course camarguaise ou de la corrida, la fête s'empare de la ville.


Les Arènes d'Arles sont un amphithéâtre romain construit vers 80 ap. J.-C. / 90 ap. J.-C., dans le cadre des extensions flaviennes de la ville.


La Vénus d'Arles fait partie de la statuaire greco-romaine découverte lors des fouilles du Théâtre antique d'Arles



Participez ![modifier le code]

Il existe de nombreuses manières d'aider à améliorer cette encyclopédie.

  • Corriger les articles existants
  • Créer de nouveaux articles
  • Illustrer les articles

soit directement sur ceux-ci, soit par le biais du
Projet Arles