Géraldine Pailhas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pailhas.
Géraldine Pailhas
Description de cette image, également commentée ci-après
Géraldine Pailhas à la soirée des révélations des César 2017.
Naissance (48 ans)
Marseille, Bouches-du-Rhône, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession Actrice
Site internet VMA

Géraldine Pailhas (prononcer : Pélasse[1]) est une actrice française née le à Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Née à Marseille, elle est la fille d'un menuisier devenu galeriste de renom[2].

Enfant, elle suit des cours de danse classique. À 15 ans, elle occupe seule un studio à Toulouse. L'année d'après, en 1986, elle apparaît dans un clip des Gipsy Kings et dans un autre de Saint-Preux. À la même époque, elle est contrainte d'arrêter la danse car son corps ne suit plus[réf. nécessaire].

Elle s'est tournée vers le cinéma au début des années 1990[3].

Révélation (années 1990)[modifier | modifier le code]

La jeune femme y fait ses premiers pas en faisant de la figuration dans Trois places pour le 26 de Jacques Demy.

Deux ans plus tard, sa carrière prend une autre dimension avec Les Arcandiers, film dans lequel elle interprète la future sainte Bernadette Soubirous, et surtout La Neige et le Feu de Claude Pinoteau en 1991, rôle pour lequel elle est récompensée d'un César du meilleur espoir féminin en 1992, à l'âge de 20 ans[4].

L'actrice enchaîne quelques seconds rôles avant d'être propulsée tête d'affiche pour la comédie indépendante La Folie douce, écrite et réalisée par Frédéric Jardin, sortie en 1994.

Par la suite, elle s'essaie au cinéma américain en tournant dans Don Juan DeMarco, porté par Johnny Depp, puis partage l'affiche du dixième long-métrage de Maurice Pialat, Le Garçu, avec Gérard Depardieu. Elle joue aussi dans le deuxième film de Fabien Onteniente, Tom est tout seul.

L'année 1997 est marquée par le plus gros succès commercial de sa carrière, la comédie populaire 'Les Randonneurs, réalisée par Philippe Harel. L'actrice y a pour partenaires Benoît Poelvoorde, Karin Viard et Vincent Elbaz. Deux ans plus tard, elle joue dans l'expérimental film fantastique Peut-être, de Cédric Klapisch. Le long-métrage est porté par Romain Duris.

Diversification (années 2000)[modifier | modifier le code]

L'actrice en 2010, l'année de sortie de la comédie dramatique Bus Palladium.

Elle retrouve Vincent Elbaz et Karin Viard pour le film La Parenthèse enchantée, qui lui permet de donner la réplique à Clotilde Courau. Puis en 2001, elle joue dans le remarqué film historique La Chambre des officiers, de François Dupeyron.

L'année 2002 est marquée par la sortie du drame L'Adversaire, de Nicole Garcia, dont elle partage l'affiche avec Daniel Auteuil. Puis en 2003, elle retrouve Lindon pour la comédie Le coût de la vie, de Philippe Le Guay. L'actrice y donne pour la première fois la réplique à Fabrice Luchini.

Par la suite, l'actrice entame une collaboration avec François Ozon et Thierry Klifa : avec le premier, elle tourne le drame 5×2 (2004) et Jeune et Jolie (2013). Pour le second, elle joue dans Le Héros de la famille (2006) et Les Yeux de sa mère (2011), deux films co-écrits par son compagnon Christopher Thompson. Par ailleurs, c'est avec lui qu'elle partage l'affiche de la comédie dramatique indépendante Didine (2008). Elle joue aussi dans le premier film de ce dernier comme réalisateur, la comédie dramatique Bus Palladium (2010).

En 2011, c'est en famille qu'elle fait ses premiers pas au théâtre dans L'Amour, la mort, les fringues, adaptation d'une pièce américaine, mise en scène par sa belle-mère Danièle Thompson. De cette expérience, elle déclare dans l'émission On n'est pas couché[réf. nécessaire] qu'elle l'a trouvée difficile et ne l'a pas très bien vécue, ne pouvant entre autres reprendre une scène ratée, et qu'elle préfère se consacrer au cinéma.

Durant les années 2000, elle joue dans le film fantastique indépendant Les Revenants (2004), de Robin Campillo, la superproduction d'action Les Chevaliers du ciel (2005), de Gérard Pirès, la comédie de moeurs Je pense à vous (2006), de Pascal Bonitzer, la comédie de boulevard Le Prix à payer (2007), d'Alexandra Leclère. Elle conclue la décennie en partageant l'affiche du thriller Espion(s) avec Guillaume Canet et retrouve la bande d'acteurs de son plus gros succès pour la suite Les Randonneurs à Saint-Tropez.

Passage à la télévision (années 2010)[modifier | modifier le code]

L'actrice à la première de Jeune et Jolie au Festival de Cannes 2013.

Elle débute cette décennie avec deux comédies dramatiques qui passent inaperçues : Le Paradis des bêtes (2012), avec Muriel Robin ; puis la comédie Divin Enfant (2014), avec Sami Bouajila, Émilie Dequenne et Guillaume de Tonquédec.

En 2015, elle partage l'affiche du thriller Disparue en hiver avec Kad Mérad. La meme année, elle joue dans le film d'auteur Le Dos rouge, d'Antoine Barraud, avec Bertrand Bonello et Jeanne Balibar.

L'année suivante, elle tient le premier rôle féminin du biopic Louis-Ferdinand Céline, avec Denis Lavant dans le rôle-titre. Elle seconde aussi Thierry Lhermitte pour le conte La Nouvelle Vie de Paul Sneijder, de Thomas Vincent.

Parallèlement, elle accepte des projets pour la télévision : en 2011, elle tient le premier rôle du téléfilm Une nouvelle vie puis en 2012 partage l'affiche du thriller La Disparition avec Thierry Godard.

Par ailleurs, elle retrouve Grégori Derangère, son partenaire de La Chambre des officiers, pour le téléfilm comique Le Déclin de l'empire masculin, diffusé en 2013, puis pour le téléfilm politique La Rupture, où elle incarne Marie-France Garaud.

Mais surtout, à partir de 2016, elle fait partie du casting principal de la série Marseille, développée par Florent Emilio-Siri. Les critiques de la première saison sont catastrophiques[5]. La saison 2, diffusée en 2018, est à peine mieux accueillie[6].

En 2017, elle apparaît aussi dans un épisode de la série policière à succès Capitaine Marleau, réalisée par Josée Dayan.

Vie privée[modifier | modifier le code]

L'actrice avec son compagnon Christopher Thompson à la cérémonie des Césars 2014.

Géraldine Pailhas partage sa vie avec le scénariste et réalisateur Christopher Thompson[7], avec lequel elle a eu deux enfants.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Géraldine Pailhas à l'avant-première du film Les Yeux de sa mère en 2011.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Participations événementielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Géraldine Pailhas : "Je n'ai pas de problème avec le conflit " », sur France info (consulté le 29 avril 2016)
  2. « Géraldine Pailhas », Pure People,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017)
  3. « Le cinéma sur Cinéfil : Sorties, horaires, bandes-annonces », sur Cinefil.com (consulté le 24 octobre 2017)
  4. « Géraldine Pailhas », sur Evene.fr (consulté le 24 octobre 2017)
  5. https://www.telerama.fr/series-tv/carton-rouge-pour-marseille-la-premiere-serie-francaise-de-netflix,141193.php
  6. https://www.telerama.fr/series-tv/marseille,-saison-2-cest-moins-nul,-mais-pas-necessairement-mieux,n5486661.php
  7. « Géraldine Pailhas », Staragora,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :