Haribo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : Aribaud et Aribot.
Haribo
logo de Haribo
Logo de Haribo
illustration de Haribo

Création
Fondateurs Hans Riegel
Forme juridique Société à responsabilité limitée (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan (fr) « Haribo c'est beau la vie, pour les grands et les petits. »
Siège social Bonn
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Direction Jean Philippe André (France)
Activité Agroalimentaire
Produits Confiserie
Société mère Haribo-Holding GmbH & Co. KG
Effectif Environ 6 000 (monde)
Site web www.haribo.com

Haribo est une marque de confiserie allemande et le nom d'une multinationale fondée en 1920 par le confiseur allemand Hans Riegel. Elle tient son nom de son inventeur et de sa ville d'origine, Bonn : HAns RIegel BOnn[1].

Son premier produit commercialisé à grand succès fut l'« Ours d'Or », un bonbon gélifié en forme d'ourson.

Haribo a financé sa croissance sans aide extérieure et reste donc la propriété de la famille fondatrice. L'entreprise génère un chiffre d'affaires estimé entre 1,5 et 2 milliards d'euros par an, ce qui fait de la marque le numéro un incontesté de la vente de sucreries gélifiées en Europe (350 000 tonnes par an)[réf. nécessaire]. En Allemagne, elle détient une part de marché de 60 %[2].

L'entreprise possède également les marques Maoam, Zan, BärenSchmidt et Dulcia.

Historique de la société[modifier | modifier le code]

Atelier de production et ancienne boutique Haribo à Solingen, en Allemagne.
Carte des implantations des usines Haribo en Europe.
Usine Haribo à Uzès, en France.

Le , l'entreprise Haribo est inscrite au registre de commerce de Bonn. Selon les dires de la société, le capital de départ se limite à un sac de sucre. Le premier atelier de fabrication se trouve dans une maison acquise en 1920 dans la Bergstraße, à Kessenich (commune de Bonn) et l'équipement se limite à un chaudron de cuivre, une plaque de marbre, un tabouret, un four à briques et un rouleau[3]. Deux ans plus tard, Hans Riegel invente les « Ours danseurs », précurseurs des « Ours d'Or ».[réf. souhaitée]

En 1925, Haribo commence la fabrication de produits à base de réglisse[4]. Au début des années 1930, un système de vente est installé en Allemagne et le bâtiment principal d'une nouvelle usine de fabrication est construit. En 1935, la « Haribo Lakrids A/S Kopenhagen » est fondée à Copenhague, en collaboration avec les partenaires commerciaux Christian et Eckhof Hansen.[réf. souhaitée]

D'après les indications fournies par la firme, la production diminue fortement pendant la Seconde Guerre mondiale, entre autres à cause du manque de matières premières.[réf. souhaitée]

À la mort du fondateur Hans Riegel en mars 1945, son épouse s'occupe de l'entreprise, puis la direction est reprise par les deux fils, Hans et Paul, après leur retour de captivité en 1946. Hans Riegel junior (1923-2013) représente la firme à l'extérieur, tandis que Paul Riegel (de) (1926-2009), qui n'apparaît presque jamais en public, dirige la recherche et la mise au point de produits nouveaux.[réf. souhaitée]

En 1957, Haribo reprend l'entreprise « Kleutgen & Meier » de Bad Godesberg, où Hans Riegel senior avait commencé à travailler. En 1961, elle absorbe la S.A « Bonera Industrie en Handelsmaatschappij » de Bréda aux Pays-Bas, et la transforme en société privée, la « Haribo Nederland B.V ».[réf. souhaitée]

En 1967, l'enseigne acquiert des parts de l'usine de confiserie française Lorette, située à Marseille, et la renomme en « Haribo-France S.A. » ; cette société fusionne en 1987 avec Ricqlès-Zan, un fabricant du sud de la France (entreprise fondée en 1862 par Henri Lafont à Uzès, qui fusionna avec la société Ricqlès en 1970) et donne naissance à « Haribo Ricqles-Zan » dont les sites de production sont à Marseille, Uzès et Wattrelos. En 1968, la marque prend une participation dans l'entreprise « Dr. Hillers AG » de Solingen, qu'elle rachète entièrement en 1979. L'année suivante, démarre la construction d'une nouvelle unité de production de confiserie gélifiée, réglisse et chewing gum, selon un plan d'extension en trois phases.[réf. souhaitée]

Durant les années 1970, des organismes de distribution sont mis en place en Suède et en Autriche où la marque reprend la société « Panuli Bonbon GmbH » de Linz. En 1971, elle acquiert une participation majoritaire chez le fabricant Bären-Schmidt et, en 1972, une participation dans la firme anglaise Dunhills, dont elle prend le contrôle en 1994.[réf. souhaitée]

Les « Ours d'or » sont introduits aux États-Unis en 1982.[réf. souhaitée]

Des acquisitions supplémentaires et des lancements de produits ont lieu [Quand ?], entre autres, en France, Norvège, Espagne, Finlande et Turquie.[réf. souhaitée]

Depuis décembre 2014, le groupe teste un nouveau canal de distribution en commercialisant ses produits sur Internet et en lançant une plateforme de vente en ligne[5]. La même année, la marque s'associe à la marque Oasis pour capitaliser sur son image auprès des enfants et relancer sa gamme de bonbons gélifiés[6].

En avril 2017, Haribo annonce la suppression d'une centaine de postes en France à l'horizon 2018, soit 15% de son effectif dans ce pays[7].

Produits[modifier | modifier le code]

Haribo commercialise une gamme étendue de confiseries. Les plus connues sont les produits décrits ci-après.

Fraise Tagada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fraise Tagada.
Fraises Tagada.
Véhicule publicitaire lors du Tour de France 2014 présentant les trois sortes de Fraises Tagada.

La Fraise Tagada, inventée en 1969[8], se présente sous la forme d'une boule de guimauve aérée, recouverte de sucre fin coloré de rose et aromatisé. Son nom vient de sa forme, sa couleur et son goût qui imitent ceux de la fraise. En 2010, Haribo commercialise Tagada Pink (acidulée) et en 2013 une déclinaison Tagada Purple[9].

Le nom « Tagada » a été proposé par le directeur commercial de l'époque qui aurait entendu dans un cabaret la rengaine « tagada tsoin tsoin »[10], puis accepté par un vote en assemblée.

En France, la Fraise Tagada est un des bonbons les plus connus, mais aussi les plus imités : nombreuses sont les marques de confiseries qui ont créé leur propre imitation de la Fraise Tagada. En 2002, lors du passage à l'euro, la Fraise Tagada connait en France une augmentation de prix[réf. nécessaire], et une augmentation de poids critiquée par les nutritionnistes[11].

Les ventes de Fraises Tagada atteignent un milliard d'unités par an en France[12],[8]. Il s'agit de la troisième meilleure vente de la marque en France[9]. Le produit est peu disponible, voire inconnu dans d'autres pays, notamment les États-Unis[13],[14]. L'usine d'Uzès peut fabriquer 110 sachets de 300 grammes à la minute[15].

Ours d'Or[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gummibärchen.
Versions allemande (rangée du haut) et française des Ours d'Or.

Ours d'Or (de son originel Goldbär[16]) ou Gummibär[17] (ours de gomme, mais cette appellation est restée allemande) est un bonbon gélifié en forme d'ourson[18].

Les Ours d'Or ayant eu un très grand succès, d'autres bonbons de la même matière en furent dérivés, tels des vers ou des mini-burgers.

La pâte gélifiée constituant les Ours d'Or est composée de sucre, sirop de glucose, parfums artificiels, colorants, acide citrique et de gélatine, généralement porcine. Il existe des variantes de l'Ours d'Or qui remplacent la gélatine par de la pectine au profit des végétariens. Ce qui amène à avoir différente version d'un pays à un autre

Haribo Pik[modifier | modifier le code]

Bonbon Haribo Monster Pik.

En 2011, Haribo lance sa gamme de bonbons acides avec Haribo Pik.

L'entreprise revisite certains de ses grands classiques avec Croco Pik, les Schtroumpfs Pik et agrandit sa gamme avec Orangina Pik[9], puis Délir Pik et The Pik Box en 2012.

Au printemps 2013, Haribo Pik propose à ses amateurs deux nouveautés : Brazil Pik et Monster Pik[19]. Monster Pik est le plus acide de toute la gamme Haribo PIk.[réf. nécessaire] Monster Pik propose des bonbons en forme d’éclairs et de frites aux couleurs pétillantes : rose, bleu, jaune et vert.

Car en Sac[modifier | modifier le code]

Les Car en Sac sont de petits bonbons multicolores, en forme de gélules, présentés dans un sac plastique, ou bien dans une boîte en carton. Ces bonbons renferment un cœur de réglisse sous une carapace de sucre colorée. De petite taille au début (environ 1 cm), une version géante d'environ 2 cm parfumée à la menthe, l'anis étoilé et l'eucalyptus existe avec une plus grande variété de couleurs.

Ingrédients : sucre, sirop de sucre mélassé, farine de blé, lactose, amidon de maïs, amidon de riz, suc de réglisse, fécule, arômes, colorants E 104, E 122, E 131, agent d'enrobage : cire d'abeilles, cire de carnauba[20].

Le nom provient en toute probabilité de la société Car, absorbée par la société Ricqlès en 1962, qui deviendra en 1970 la société Ricqlès-Zan-Car, achetée par Haribo en 1987[21].

Dragibus[modifier | modifier le code]

Dragibus.

Les Dragibus sont des bonbons en forme de petites billes qui peuvent se présenter en plusieurs couleurs. Ils ont un goût légèrement acide et collent aux dents.

Il en existe une variante, les Dragibus Soft, qui sont plus gros mais qui conservent les caractéristiques des Dragibus classiques. Une autre variante existe : les Dragibus Mix, un mélange des petits et des gros. Il existe aussi une version spéciale Tagada, roses et rouges, qui a le goût des fraises Tagada.

Il existe des variantes dans la composition des paquets de Dragibus, notamment les paquets Halloween, qui ne contiennent que des Dragibus noirs et orange.

Dragibus représente le deuxième produit le plus vendu de la marque en France [9]. En 2013, la marque propose les Dragibus Bicool[9]. Il s'agit de Dragibus avec deux goûts différents.

Floppys[modifier | modifier le code]

Des floppys (disposés en forme de cœur).

Le Floppys se présente sous la forme de petites boules rouges dures à l'aspect lisse. Leur forme n'est pas parfaitement sphérique, elle comporte une aire plane. L'intérieur du Floppys est une matière blanche pâteuse.

Hari Croco[modifier | modifier le code]

Trois variantes d'Hari Croco.

Produit phare de l'entreprise, le Hari Croco est apparu pour la première fois en 1984 (cf. site officiel Haribo). Distribué à sa sortie uniquement dans les pays d'Amérique du Nord, le produit a rapidement traversé l'Atlantique pour connaître le succès en Europe. Il s'agit du cinquième produit le plus vendu par la marque en France[9].

Il en existe trois variantes : jaune, vert et rouge. En 2014, le bleu et le orange font leur apparition[9].

Autres bonbons[modifier | modifier le code]

Assortiment de bonbons Haribo.
  • A... mit Ohren[22]
  • Bams[23]
  • Banan's
  • Berries
  • Chamallows
  • Chococo
  • Cocobat
  • Croco[24]
  • Dragoon-Pik[25]
  • Dragolo[26]
  • Flanbotti
  • Fruiki-Pik
  • Fruity Mix (Pasta Basta)
  • Guimauve
  • Grains de Millet
  • Hari Croco[27]
  • Happy Cola[28]
  • Jelly Babies
  • Korsbär
  • Little Cupcakes
  • Mao-Croqui
  • Mega Fête
  • Mistral (bouteille de cola)
  • Nappar
  • Oasis[29]
  • Œufs au plat
  • Orangina[9]
  • Pfirsiche (pêche)
  • Pico Balla
  • Quaxi
  • Raup XXL
  • Riesenschlangen
  • Rouleaux de réglisse (rotella)
  • Schtroumpf
  • Schtroumpf Pik[30]
  • Starmint (Carrés blancs à la menthe)
  • Tagada Purple Intense[31]
  • Titeuf
  • Zan
  • Zimballa

Composition et valeurs nutritionnelles des bonbons[modifier | modifier le code]

Liste des composants[modifier | modifier le code]

Pour 100 g

  • Valeur énergétique : 390 kcal / 1 650 kJ
  • Protéines : 2 g
  • Glucides : 95 g
  • Lipides : 0 g

Gélatine animale[modifier | modifier le code]

Haribo utilise des ingrédients incompatibles avec certaines pratiques alimentaires. D'après leur site français, « La Société HARIBO utilise essentiellement de la gélatine extraite de peau de porcs - la plus utilisée dans l’industrie alimentaire – pour la fabrication de ses confiseries destinées au marché français et occasionnellement de la gélatine de bœuf pour les produits destinés à certains circuits spécialisés (export vers des pays musulmans principalement)[32] ». Cependant il existe une gamme de produits qui sont conformes à certaines pratiques religieuses (gammes Casher et Halal).

Marketing[modifier | modifier le code]

Véhicule publicitaire lors du Tour de France 2014 avec les mascottes de la marque.

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Haribo avait été importé aux États-Unis pendant de nombreuses années par des importateurs allemands de produits alimentaires et vendu dans des magasins allemands et d'autres épiceries fines à des prix élevés, principalement en vrac. En Allemagne, Haribo n'était pas un produit gastronomique exclusif, mais un bonbon du marché de masse.

Lorsque Haribo of America a été créé dans les années 1980 à Baltimore dans le Maryland, les bonbons gummi de Haribo ont été introduits sur le marché de masse américain à travers des zones telles que les pharmacies, les épiceries bon marché et les magasins discount. Conditionnés dans des emballages correspondant à la législation américaine et vendus à des prix très compétitifs, cela a eu pour effet de les rendre très populaires, au point que la firme en Allemagne ne pouvait suivre la demande, et que le marché américain a été rapidement inondé de concurrents tels que l'allemand Trolli et l'américain Black Forest.

Le , Haribo a annoncé l'ouverture de sa première usine aux États-Unis, dans le comté de Kenosha, au Wisconsin. L'usine de fabrication de 400 000 pieds carrés pour 400 employés est prévue pour ouvrir en 2020[33].

Distribution internationale[modifier | modifier le code]

Haribo prévoit de s'étendre en Chine et au Brésil. En Chine, la marque a lancé des magasins d'essai à Shanghai et au Guangdong. Le siège social américain est situé à Rosemont, dans l'Illinois. De nouvelles installations de production ont été ouvertes en 2016 à Castleford, dans le West Yorkshire (Angleterre)[34] et la marque prévoit de s'implanter à São Paulo, au Brésil[35].

Slogans par pays[modifier | modifier le code]

Versions internationales des slogans Haribo
Pays Devise(s) Traduction en français
Drapeau de la Belgique Belgique Haribo maakt kinderen blij – volwassenen horen ook daarbij (en Flamand, Néerlandais) ((de)) Haribo macht Kinder froh – Erwachsene gehören auch dazu
Haribo, c’est beau la vie – pour les grands et les petits (en français)
Drapeau du Danemark Danemark Haribo … den er go’ (et quelques années plus tôt : Luk op for noget godt, luk op for Haribo – den er go’) ((de)) Haribo … ils sont bons (bis vor einigen Jahren: Mach etwas Gutes auf, mach Haribo auf – die sind gut)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne,
Drapeau de l'Autriche Autriche,
Drapeau de la Suisse Suisse
Haribo macht Kinder froh – und Erwachsene ebenso Haribo rend les enfants joyeux — et les adultes également
Drapeau de la Finlande Finlande The happy world of Haribo Le monde joyeux de Haribo
Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Haribo, c’est beau la vie – pour les grands et les petits
Drapeau de la Grèce Grèce,
δίνει χαρά, σε μεγάλους και σε παιδιά Donne des amis, aux adultes et aux enfants
Drapeau de l'Irlande Irlande,
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni,
Drapeau des États-Unis États-Unis,
Drapeau de la Suède Suède,
Drapeau de l'Australie Australie
Kids and grown-ups love it so – the happy world of Haribo Enfants et adultes l'aiment ainsi — le monde joyeux de Haribo
Drapeau de l'Italie Italie Haribo è la bontà – che si gusta ad ogni età Haribo est la bonté - qui compte pour tous les âges
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas The happy world of Haribo (bis vor einigen Jahren: Haribo maakt kinderen blij – volwassenen horen ook daarbij) ((de)) Die glückliche Welt von Haribo (bis vor einigen Jahren: Haribo macht Kinder froh – Erwachsene gehören auch dazu)
Drapeau de la Norvège Norvège Haribo … den er go’ Haribo … ils sont bons
Drapeau de la Pologne Pologne Haribo smak radości dla dzieci i dorosłych Haribo le goût de la joie pour les enfants et les adultes
Drapeau du Portugal Portugal Haribo doces sabores – para os pequenos e os maiores Haribo douces saveurs — pour les petits et les grands
Drapeau de la Russie Russie Детям, взрослым повезло – радость дарит харибо Enfants, adultes ont de la chance – Haribo offre la joie
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Haribo chutí malým, rovnako i dospelým Haribo régale les enfants comme les adultes
Drapeau de l'Espagne Espagne Haribo, dulces sabores – para pequeños y mayores ou Vive un sabor mágico – ven al mundo Haribo Haribo , saveurs sucrées - pour petits et grands.
Vis une saveur magique - viens dans le monde Haribo
Drapeau de la République tchèque République tchèque Haribo chutná malým, stejně tak i dospělým Haribo régale les petits tout comme les adultes
Drapeau de la Turquie Turquie Çocuk ya da büyük ol, Haribo’yla mutlu ol Que tu sois jeune ou vieux, sois heureux avec Haribo
Drapeau de la Hongrie Hongrie Gyermek felnőtt kedve jó – édes élet Haribo Les enfants se sentent comme des adultes - Haribo douce vie
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie С Харибо сме радостни, Харибо обичаме Avec Haribo nous sommes heureux, Haribo d'amour
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 大人小孩都说好,快乐品尝哈瑞宝 ((de)) Erwachsene und Kinder sagen alle 'gut', kosten glücklich Haribo.

Controverses[modifier | modifier le code]

Haribo a été cité au Parlement allemand pour avoir utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale le travail obligatoire dans ses usines. La firme a contesté ce fait, et refusé, par conséquent, de contribuer au fonds d'indemnisation des travailleurs forcés[36].

En , Haribo est condamné par les autorités allemandes de la concurrence pour entente sur les prix avec ses rivaux. L'entreprise et un responsable des ventes devront payer une amende de 2,4 millions d'euros pour s'être régulièrement tenus informés avec trois autres concurrents de leurs négociations avec les détaillants sur les réductions accordées lors d'achats en gros. La marque Mars, un des trois rivaux de Haribo, est exempté d'amende pour avoir révélé l'affaire[37].

En , un documentaire allemand diffusé sur Das Erste, la première chaîne du service public allemand, accuse Haribo de conditions de travail inhumaines dans une usine de l'un de ses sous-traitants au Brésil. Parmi les ouvriers chargés de fabriquer la cire de carnauba, beaucoup sont mineurs et sous-payés. On constate également que ces jeunes ouvriers travaillent sans aucune protection. Le ministère du Travail brésilien, mis au courant de cette affaire, a employé le terme d’« esclavage ». La marque a tenté de se justifier sur l’étendue des accusations, en déclarant qu’ils n’avaient « pas eu connaissance d’entorses à leurs règles » et qu’ils vont « engager un suivi de ce sujet auprès de leurs fournisseurs »[38].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chez Haribo, un boss accro à ses bonbons », Nathalie Versieux, Libération, 4 février 2006.
  2. (de) « UNTERNEHMER - König der Gummibärchen », Frank Hornig, Der Spiegel.de, 24 janvier 2000.
  3. (de) « Geschichte von Haribo », haribo.de (consulté le 20 avril 2009.}.
  4. (en) « Haribo licorice - the black gold of the licorice root », sur www.haribo.com (consulté le 13 décembre 2017)
  5. « Haribo se lance dans la vente en ligne », Keren Lentschner, Le Figaro.fr, 16 décembre 2014.
  6. « La recette d'Haribo pour nous rendre accros à ses bonbons », Challenges.fr, 9 novembre 2014.
  7. « Haribo va supprimer une centaine d'emplois en France », sur Le Parisien.fr,
  8. a et b « 40 ans de Fraises Tagada ! », Europe 1.fr, 8 février 2009.
  9. a, b, c, d, e, f, g et h « Le crocodile d'Haribo se refait une beauté », Keren Lentschner, Le Figaro.fr, 10 janvier 2013.
  10. Ivan Letessier. « Haribo fête les 40 ans de la fraise Tagada », Le Figaro.fr, 28 janvier 2009.
  11. « La fraise Tagada prend du poids », Libération.fr, 24 décembre 2001.
  12. « La fraise Tagada de Haribo a 40 ans », Masculin.com, 21 janvier 2009.
  13. Keren Lentschner, « Haribo à la conquête des États-Unis », Le Figaro.fr,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  14. « Le bonbon "made in France" à la conquête des États-Unis », France Soir.fr,‎ (lire en ligne)
  15. Catherine Mallawal, « Haribo, dans la machine à sucre », Libération.fr,
  16. Goldbär : au pluriel Goldbären, prononcer Goldbèèr et Goldbèèr_n au pluriel
  17. Gummibär : au pluriel Gummibären, prononcer Goumibèèr et Goumibèèr_n au pluriel, mais plus couramment appelés Gummibärchen (petit[s] ours de gomme), prononcer Goumibèèrch_n
  18. l'objet : le "Gummibärchen",Karambolage, Arte, 14 novembre 2004.
  19. Nicolas Michel. Haribo Brazil Pik et Haribo Monster Pik sont deux nouveautés en matière de bonbons 2013 qui vont faire un malheur chez les petits et les grands. sur http://www.nouveautes-conso.com le 18 mars 2013.
  20. Indices intéressants sur l'origine et la manufacture des Car en Sac
  21. Site de la société Haribo
  22. (en) Visuel sur Amazon.com
  23. « Bananes Haribo Bams », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  24. « Haribo Croco », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  25. « Dragoon Pik Haribo », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  26. « Dragolo Haribo », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  27. « Hari Croco de Haribo », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  28. « Haribo Happy Cola », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  29. « Haribo Oasis », sur la boutique en ligne Haribo
  30. « Color Schtroumpfs Pik Haribo », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  31. « Haribo Tagada Purple Intense », lsa-conso.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  32. « Gélifiés HARIBO - Les ingrédients » sur le site de Haribo
  33. (en) « Gummy bear giant set to open its first U.S. factory », Danielle Wiener-Bronner, CNN.com, 23 mars 2017.
  34. (en) « Castleford Haribo plant to create 286 jobs »,
  35. (en) Dean Best, « Haribo to expand in China, US, UK and Brazil », sur just-food.com, just-food.com (consulté le 28 juillet 2015)
  36. (en) Charles P. Wallace, « The Final Reckoning », Time Europe.com, 31 juillet 2000.
  37. Haribo à l'amende en Allemagne pour entente sur les prix sur La Tribune.fr
  38. Pierrick Bourgeois, « "Haribo c’est beau la vie" : entre esclavagisme moderne et maltraitance animale », dailygeekshow.com,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]