Climat méditerranéen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Climat méditerranéen dans le monde
Carte des climats mondiaux

Le climat méditerranéen est un type de climat tempéré (ou « tempéré chaud » ou « subtropical de façade ouest », selon les considérations), qui se caractérise par des étés chauds et secs et des hivers doux et humides.

Le terme de « méditerranéen » s'explique par sa présence caractéristique autour de la mer Méditerranée, mais d'autres régions du monde possèdent les mêmes conditions climatiques. Il s'agit des façades Ouest des continents, entre 30 et 40° de latitude (Californie, centre du Chili, région du Cap en Afrique du Sud, Sud et Ouest de l'Australie).

Dans la classification de Köppen, le climat méditerranéen proprement dit est le climat Csa et le climat supraméditerranéen est le climat Csb.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La position intermédiaire des régions à climat méditerranéen entre les dépressions tempérées et les anticyclones subtropicaux fait que la saison froide est humide et soumise à un temps variable et que la saison chaude est sèche et soumise à un temps peu variable. Plus on va vers les pôles, plus la sécheresse estivale est courte et moins marquée ; plus on s'approche de l'équateur, plus la sécheresse estivale dure. En effet, en hiver, les zones de climat méditerranéen sont balayées par les dépressions de moyenne latitude correspondant à la cellule de Ferrel, tandis qu'en été, ces mêmes régions se trouvent sous l'influence des hautes pressions subtropicales où l'air est subsident (zone nord de la cellule de Hadley dans l'hémisphère nord)[1]. La subsidence élimine en pratique les précipitations et c'est la raison pour laquelle, le centre du Sahara ne connaît pratiquement aucune précipitation car les dépressions extra tropicales n'atteignent jamais ces régions. Il y a donc une transition continue entre le climat océanique, le climat supra méditerranéen, le climat méso méditerranéen, le climat xéro méditerranéen, puis le climat désertique.

Bien souvent, la limite de la culture de l'olivier correspond à la zone d'extension de ce climat. Cet arbre est endommagé par le gel si la température descend au-dessous de -10 °C en période de repos végétatif hivernal et supporte plusieurs mois de sécheresse.

Précipitations[modifier | modifier le code]

La sécheresse estivale est une caractéristique du climat méditerranéen : pendant les mois les plus chauds, les précipitations deviennent rares voire inexistantes, et le ciel est lumineux et dégagé. L'anticyclone subtropical remonte en latitude et recouvre les régions méditerranéennes. Elle augmente quand on va vers le sud : trois mois dans le Nord du bassin méditerranéen, six mois au Sud du bassin, et jusqu'à dix mois au Levant ou en Égypte.

En revanche, les hivers sont bien arrosés dans les régions pas trop abritées des influences maritimes. Les zones les plus proches de l'équateur et celles situées sur les façades ouest des continents connaissent leur maximum de précipitations en hiver, tandis que les régions au nord du bassin méditerranéen connaissent des maxima de précipitations en automne (nord-ouest) ou au printemps (nord-est), avec quelquefois un minimum hivernal dans les régions un peu abritées des influences maritimes (Espagne, Provence intérieure, Sicile intérieure).

L'autre caractéristique des précipitations en milieu méditerranéen est leur faible fréquence et leur intensité. Si les cumuls annuels moyens sont compris entre 300 et 1 000 mm (un peu plus dans certaines montagnes), la fréquence est faible : moins de 100 jours par an. Les températures élevées favorisent de développement d'orages violents quand la masse d'air devient instable. L'équivalent de la moitié de la lame d'eau annuelle moyenne peut s'abattre en une journée lors d'épisodes pluvieux intenses (ex. épisodes cévenols).

La douceur des hivers rend la neige très rare sur le littoral, mais l'arrière-pays montagneux, soumis à un climat refroidi par l'altitude, peut connaître des chutes de neige quelquefois abondantes en hiver comme au Maroc (Rif, Haut et Moyen Atlas) et en Algérie (Kabylie).

D'après la classification de Köppen (Csa ou Csb), les étés sont secs (P < 40 mm et < 1/3 du mois hivernal le plus humide ou P < 2T suivant Gaussen.).

Températures[modifier | modifier le code]

En hiver, les températures moyennes connaissent une douceur remarquable dans le nord du bassin méditerranéen (côtes espagnole, française et italienne) due à la température de la Méditerranée.

La température en été est très variable. Sur les façades océaniques, les étés sont tempérés par la fraîcheur de l'océan près des côtes. Autour de la Méditerranée et dans l'intérieur des terres, les étés sont très chauds (température moyenne supérieure à 22 °C tout autour du bassin) ; dans l'intérieur des terres, les températures maximales dépassent très souvent les 30 °C en été, et approchent facilement les 40 °C, en particulier vers l'est ou le sud du bassin, y compris dans les régions montagneuses.

L'hiver est doux et les températures moyennes du mois le plus froid sont généralement supérieures à °C (9,5 °C en janvier à Rabat), sauf dans le nord du bassin où les influences océaniques et continentales se font sentir (°C en Catalogne, °C en Provence, °C au nord de la Grèce et en Dalmatie). La variabilité thermique est importante en hiver et aux intersaisons, quand les dépressions des latitudes moyennes avancent vers l'équateur, et faible en été, car un anticyclone stationne et garantit un temps sec et stable. Dans les zones les plus exposées aux influences maritimes, le réchauffement est lent au printemps et l'automne est très doux.

D'après la classification de Köppen, la température du mois le plus froid doit être comprise entre -3 °C et 18 °C. Si la température du mois le plus chaud est supérieure à 22 °C, le climat est de type Csa, sinon il est de type Csb.

Circulation atmosphérique[modifier | modifier le code]

La Méditerranée[modifier | modifier le code]

Le régime des vents est variable d'une région à l'autre. Les régions de climat méditerranéen sont réputées pour leurs vents locaux catabatiques. La tramontane en Languedoc-Roussillon et les Baléares, le mistral en Provence et Catalogne et la bora (Adriatique), froids et asséchants, soufflent du continent européen vers la mer. En général, ces vents parfois violents dégagent le ciel et y apporte un temps remarquablement ensoleillé qui fait la réputation des régions soumises à un climat méditerranéen. Le sirocco et le khamsin, chauds et secs, soufflent de l'Afrique vers la mer.

En saison froide, des perturbations pluvieuses circulent principalement d'ouest en est sur la Méditerranée. Les deux tiers de celles-ci se forment sur la mer, les autres, originaires de l'océan Atlantique, sont réactivées au contact des eaux chaudes. Le gradient thermique vertical est souvent important, ce qui active la cyclogénèse. Sur les façades océaniques, les côtes sont touchées par les perturbations provenant de l'océan, qui atteignent leur maximum d'activité en hiver.

Les invasions froides sont plus marquées sur le nord que sur le sud du bassin. Dans le nord-ouest, de l'Espagne à l'Italie, elles peuvent être plus fréquentes aux intersaisons (surtout en automne) qu'au cœur de l'hiver. Elles peuvent aussi, mais plus rarement, se produire en été. Dans le nord-est, de la Grèce au Proche-Orient, les invasions ont surtout lieu en plein hiver, apportant froid et neige quelquefois jusque dans les régions côtières. L'air froid atteint plus rarement le littoral nord de l'Afrique, ce qui explique la diminution progressive des pluies et l'augmentation de la saison sèche du nord vers le sud.

L'été, le mécanisme est plus simple. Les hautes pressions subtropicales règnent sur le bassin, contraignant les perturbations d'ouest des moyennes latitudes à circuler plus au nord. L'air est subsident et la sécheresse quasi-absolue. Seul le nord de la zone peut subir quelques advections froides d'altitude qui occasionnent des orages, ou recevoir des queues de dépressions océaniques.

Relevé météorologique de Madrid (période : 1971-2000)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,6 3,7 5,6 7,2 10,7 15,1 18,4 18,2 15 10,2 6 3,8 9,7
Température maximale moyenne (°C) 9,7 12 15,7 17,5 21,4 26,9 31,2 30,7 26 19 13,4 10,1 19,5
Précipitations (mm) 37 35 26 47 52 25 15 10 28 49 56 56 436
Nombre de jours avec précipitations 9 9 7 11 12 7 3 3 5 9 9 11
Source : Le climat à Madrid (en °C et mm, moyennes mensuelles)[2]


La façade atlantique du Maroc[modifier | modifier le code]

Le climat de la façade atlantique du Maroc est influencé par les perturbations océaniques et pourrait être rapproché du climat du littoral Californie du Sud et centrale.

Relevé météorologique de Casablanca
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5 7 8 11 14 17 20 21 18 10 8 7 12,1
Température moyenne (°C) 9 11 13 15 17 20 23 23 19 13 12 11 15,5
Température maximale moyenne (°C) 14 15 18 19 20 23 26 25 20 16 16 15 18,9
Record de froid (°C) -9 -4 -1 0 6 8 9 10 7 4 1 -2 -9
Record de chaleur (°C) 23 24 28 31 33 34 38 36 32 27 26 24 38
Précipitations (mm) 124 105 94 88 53 25 10 17 40 87 102 135 880
Humidité relative (%) 88 85 84 84 80 79 76 78 81 83 85 90 83
Source : [1]


Le climat méditerranéen hors de la Méditerranée[modifier | modifier le code]

En dehors du bassin méditerranéen, un climat similaire apparaît, à l'ouest des continents, dans le prolongement des déserts littoraux, sur des zones d'extension limitée. Ces régions sont soumises pendant la saison froide au régime tempéré océanique, avec des perturbations d'ouest pluvieuses auxquelles des périodes plus calmes succèdent. En été, l'anticyclone subtropical apporte un temps clair et stable, avec des vents faibles et des précipitations absentes ou exceptionnelles.

En Amérique du Nord, on retrouve ce type de climat en Californie du Sud à l'extrême Nord de la Basse-Californie et dans la vallée de Sacramento. En Amérique du Sud, on retrouve ce climat sur une partie du littoral chilien (région de Santiago et de Valparaíso) ainsi que dans la vallée centrale du Chili. Les précipitations, apportées par les flux perturbés de l'océan Pacifique venant de l'ouest, y sont médiocres (400 mm de moyenne annuelle à Santiago du Chili). La sécheresse estivale de ces régions, liée aux hautes pressions subtropicales, est quasi absolue. L'hiver est doux, les moyennes oscillent entre 7 °C et 13 °C en plaine, mais les coups de froids sont possibles. Les mois les plus chauds dans l'hémisphère nord, sont août ou septembre.

La région du Cap, en Afrique du Sud et le Sud-Ouest de l'Australie (Perth et Adélaïde) ont pour particularité d'avoir des températures très clémentes en hiver (le gel y est très rare) et des étés chauds avec des matinées souvent brumeuses sur les littoraux. Le climat de ces régions s'apparente à celui du Maroc occidental.

Relevé météorologique de San Francisco (37° 47′ N - 122° 24′ W)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 7,7 9,3 9,4 9,9 10,3 11,4 11,9 12,6 13,3 12,9 10,9 8,3 10,6
Température maximale moyenne (°C) 13,5 15,6 16 16,7 17,1 17,8 18,1 18,7 20,4 20,4 17,1 13,6 17
Précipitations (mm) 103,1 74,9 78 32,8 6,4 3,8 1 1,8 6,6 32 81,5 78,7 500,6
Source : World Climate[3]


Îlots climatiques[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs zones à tendance méditerranéenne éloignées des zones de climat méditerranéen proprement dites. Les critères favorables à l'existence de telles zones sont l'exposition (orientation au sud dans l'hémisphère nord), la protection au vent, la proximité de la mer, etc. On trouve en conséquent dans ces îlots climatiques quelques espèces de plantes ou d'animaux que l'on trouve habituellement en climat méditerranéen.

Mais le mot « méditerranéen » doit être ici pris avec précaution, puisque ce type de climat correspond à des critères très précis.

On retrouve par exemple cette influence méditerranéenne sur la côte atlantique sur le pourtour du Golfe de Gascogne, des Landes jusqu’au Finistère, ou à l'ouest de la Manche. Le climat, de type océanique, tend vers le climat supra-méditerranéen, avec des étés tempérés (assez frais, doux ou assez chauds) une saison sèche assez marquée en été et une saison douce et humide en hiver. Les précipitations sont toutefois bien moins concentrées que sur la zone méditerranéenne française. Par exemple, les îles de et d'Oléron, Belle-Île, l'île de Batz et l'île de Bréhat, etc. La flore qui s'y développe, ou qui y est introduite, est alors en partie méditerranéenne. En Amérique, on note plusieurs zones de ce type :

Le relief montagneux peut aussi créer des conditions similaires. On citera :

Toutefois, même si ces régions ont une végétation supra-méditerranéenne voire méditerranéenne, le climat n'est pas toujours à strictement parler méditerranéen. Par exemple, les rivages du lac de Garde, du lac de Côme, du lac Majeur, du lac de Lugano etc; ont leur maximum de précipitations en été; ceci contredit la définition même du climat méditerranéen. Toutefois, la végétation dans ces régions est typiquement méditerranéenne.

Un phénomène semblable existe en Amérique du Nord. La plaine de Phoenix a une végétation xéro-méditerranéenne avec oliviers, orangers, cactus, etc. Toutefois, un maximum secondaire de précipitations est présent en été lié à un phénomène de mousson accompagné de violents orages diurnes.

Facteurs de dégradation[modifier | modifier le code]

Le climat méditerranéen se dégrade selon la latitude, la continentalité et l'altitude.

Latitude et continentalité[modifier | modifier le code]

  1. Tempérée océanique, vers les pôles le long des façades océaniques : les températures sont plus fraîches et les précipitations deviennent plus abondantes en toute saison. La sécheresse estivale se raccourcit à un ou deux mois sous la forme d'un minimum pluviométrique. Les étés sont plus frais bien que restant assez chauds. Comme en Bretagne par exemple ou bien vers Seattle.
  2. Tempérée continentale, dans l'intérieur de l'Espagne, de la Provence, autour de l'Adriatique et au nord de la mer Égée, ainsi que dans la vallée de Sacramento en Californie et dans l'intérieur de l'Algérie et du Maroc. Les hivers sont plus froids, les étés presque aussi chauds mais un peu moins secs que plus au sud et l'amplitude thermique annuelle et diurne sont importantes (15 à 20 °C de différence entre été et hiver). Dans ces régions abritées, les hivers sont souvent plus secs que les intersaisons.
  3. Désertique, vers l'équateur (Levant, Sud de la Californie, nord de la Basse-Californie, Australie) au contact des déserts subtropicaux. Les hivers sont doux, les étés très chauds et la saison sèche longue (9 ou 10 mois). Généralement, les côtes sont un peu arrosées, mais le climat est désertique dans l'intérieur des terres.

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief, souvent accidenté dans les pays méditerranéens, introduit des nuances supplémentaires. Les types climatiques y sont les mêmes qu'à basse altitude, mais les températures sont modifiées par l'altitude et la pluviométrie varie en fonction de l'exposition (voir climat montagnard). Ainsi au Maroc, dans la vallée de la Moulouya, les hauteurs d'eau ne dépassent pas 400 mm/an alors que le Rif occidental peut recevoir localement plus de 2 000 mm. La montagne méditerranéenne subit de violents orages dont les effets dévastateurs sont accentués par les pentes et par la faible couverture forestière (sols sensibles). En hiver, la neige est habituelle et le manteau neigeux peut durer plusieurs mois. En été, sur les adrets, il arrive que les journées soient aussi chaudes qu'en plaine, avec des nuits plus froides cependant. Les amplitudes thermiques quotidiennes sont donc très importantes et peuvent dépasser 20 °C.

Végétation[modifier | modifier le code]

Maquis corse
Chaparral des montagnes de Santa Ynez, près de Santa Barbara (Californie)
Un paysage de bush, Victoria (Australie)

Les formations végétales naturelles sont très variées en zone méditerranéenne, car la disponibilité des ressources en eau est très variable d'un endroit à l'autre. En dehors des vallées, on trouve principalement 3 types de végétation :

On trouve aussi des forêts de feuillus dans les régions les plus humides (exemples Ligurie, Toscane, Rif).

Les sols des régions soumises au climat méditerranéen sont souvent très sensibles. La brutalité des précipitations et le relief favorisent l'érosion des terrains où les arbres ont disparu.

Atouts, contraintes et risques pour les hommes[modifier | modifier le code]

Pour les hommes, le climat méditerranéen présente un ressenti agréable, avec ses longues périodes ensoleillées et sa douceur hivernale. Cela favorise le tourisme, d'autant plus qu'en été les épisodes de pluie sont quasi-inexistants. Il n'est pas surprenant que le bassin méditerranéen ait été un des grands foyers de civilisation antique, car les hommes pouvaient y pratiquer une agriculture variée assurant leurs besoins alimentaires, et très peu soumise au gel. Cependant l'irrigation est souvent nécessaire, particulièrement en été.

Mais le climat méditerranéen est aussi sujet à des phénomènes météorologiques brutaux, en particulier les pluies orageuses des intersaisons, courtes dans le temps mais pouvant être très violentes et dévastatrices (en matériel et en vies humaines). L'aridité estivale peut aussi être source de pénuries d'eau et d'incendies de maquis et de forêts, même si ces derniers sont souvent d'origine humaine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Amat, Lucien Dorize, Charles Le Cœur, Emmanuelle Gautier, Éléments de géographie physique, Paris, Bréal, coll. Grand Amphi, 2002, ISBN 2-7495-0021-4
  • Georges Viers, Éléments de climatologie, Paris, Nathan, 2001, 2e édition ISBN 978-2-09-191187-8
  • Beltrando (Gérard) et Chémery (Laure), Dictionnaire du climat, Larousse, Paris, 1995, ISBN 2-03-720233-4
  • Estienne (Pierre) et Godard (Alain), Climatologie, collection U, Armand Colin, Paris, 1992, ISBN 2-200-21918-0
  • Godard (Alain) et Tabeaud (Martine), Les Climats : mécanismes et répartitions, Armand Colin, Paris, 2004, ISBN 2-200-26727-4

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Warner, Desert meteorology, Cambridge University Press, 594 p. (ISBN 978-0521817981)
  2. Weather Information for Madrid, sur le site www.worldweather.org
  3. (en) World Climate, « San Francisco, CA, California, USA: Climate, Global Warming, and Daylight Charts and Data » (consulté en 15-06-2008)