Caïn (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Cain (homonymie).
Caïn
Description de l'image Logo Cain.jpg.
Genre Série policière
Création Alexis Le Sec
Bertrand Arthuys
Production Linda Chabert (saisons 1-2)
Eddy Cherki (saisons 1-2)
Sébastien Pavard (saison 3)
Acteurs principaux Bruno Debrandt
Julie Delarme
Frédéric Pellegeay
Musique Arland Wrigley (saison 1)
Matthieu Baillot (saison 1)
Arno Alyvan (saisons 2-5)
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine France 2
Nb. de saisons 5
Nb. d'épisodes 34
Durée 52 minutes
Diff. originale – en production
Site web http://www.france2.fr/emissions/cain

Caïn est une série télévisée policière française créée par Alexis Le Sec et Bertrand Arthuys, et diffusée à partir du sur France 2.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le capitaine Frédéric Caïn est en fauteuil roulant depuis un accident de moto dont il est seul responsable (il était sous emprise de stupéfiants et en excès de vitesse). Avec son humour noir et grinçant, il est exécrable avec les « bipèdes » - comme il les appelle - qui vivent autour de lui, et la lieutenant Lucie Delambre est la seule qui a pour le moment réussi à le supporter comme partenaire. Sa vie privée tourne autour de son ex-épouse Gaëlle et de son fils Ben.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs secondaires[modifier | modifier le code]

Anciens[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

L'idée de la série vient de Bertrand Arthuys. Deux de ses amis se retrouvent handicapés à la suite d'un accident, et il décide de faire une série sur ce sujet, en choisissant l'angle du polar[2].

Les premières discussions entre les créateurs et la productrice de la série tournent autour de l'idée de faire un remake de la série américaine des années 1960, L'Homme de fer, mettant en scène un policier en fauteuil roulant. Mais le projet trouve rapidement sa propre identité. L'un des enjeux est la crédibilité du flic handicapé sur le terrain, ce qui n'est encore jamais arrivé dans la réalité. Mais le fait que la série se concentre sur la psychologie plus que l'action a permis aux producteurs de s'éloigner du strict réalisme. Il s'agit d'avoir une vraisemblance, à l'image du Dr House dans la série homonyme et de sa spécialité dans le diagnostic inventée de toutes pièces[3].

Trois années auront été nécessaires pour écrire et préparer la série. Selon France Camus, conseillère de programme à France 2, il était difficile de « raconter l'histoire d'un flic en fauteuil roulant [...] [dont] on oublie finalement le handicap »[4]. Fabrice Malaval, comédien handicapé, est conseiller technique sur la série[5].

Le nom du personnage principal, homonyme de Caïn, fils d'Adam et Ève et meurtrier de son frère cadet Abel, n'est pas dû au hasard. Pour Bertrand Arthuys, il lui ressemble sous un certain aspect : « C’est un personnage condamné à errer pour expier une sorte de faute »[3].

À partir de la troisième saison, la série devient plus feuilletonnante, développant un fil rouge le long des huit épisodes. Cela permet également de mieux développer les personnages, plus en « profondeur » et en « complexité », comme le dit l'acteur Bruno Debrandt[6].

Avant même la diffusion de la troisième saison, une quatrième est commandée par la chaîne, avec cette fois-ci 10 épisodes[6].

L'acteur principal révèle que la production va commencer la production de la cinquième saison à la mi-mai 2016[7].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de la deuxième saison a lieu de juin à octobre 2013 à Marseille[8]. Caïn se trouve confronté à des tueurs plus pervers, se trouvant même en danger. La compassion vis-à-vis de l'enquêteur handicapé va ainsi s'effriter, il est de plus en plus contredit alors qu'il « fait des bêtises juridiquement plus reprochables »[9].

Le tournage de la troisième saison a lieu de juillet à octobre 2014 à Marseille[10].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Caïn.
Saison Nombre
d'épisodes
Horaire Diffusion en France Audience (en millions) Part d'audience (en %)
Début de saison Fin de saison Première Finale Moyenne Première Finale Moyenne
1 8 Vendredi 20 h 55 5 octobre 2012 26 octobre 2012 3,56 2,70 3,00 14,3 11,7 12,4
2 21 mars 2014 11 avril 2014 3,56 3,60 3,58 14,0 15,3 15,0
3 3 avril 2015 24 avril 2015 3,80 3,70 3,65 15,2 16,2 15,4
4 10 1er avril 2016 29 avril 2016 4,62 3,92 4,06 18,7 17,2 17,6
5 17 mars 2017 14 avril 2017

Univers[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Capitaine Frédéric « Fred » Caïn
Cinq ans plus tôt, poursuivant un malfrat ami/ennemi, il est victime d'un grave accident de moto. Après une année d'hospitalisation et de rééducation, il doit accepter le fait qu'il restera cloué dans un fauteuil roulant pour le restant de sa vie. Séparé de sa femme, Gaëlle, et père d'un enfant, Ben, il reprend son métier d'officier de police. Avec son humour noir et grinçant, il est exécrable avec les « bipèdes » - comme il les appelle - qui vivent autour de lui. La lieutenant Lucie Delambre est la seule qui a pour le moment réussi à le supporter comme partenaire, tout comme son ami et patron le commandant Jacques Moretti. Travaillant à l'instinct, il aime se confronter aux gens et explorer leurs vies. Il prend également plaisir à provoquer, pousser à bout suspects et témoins, voire amis. Il n'hésite d'ailleurs pas à se passer des conventions sociales et des procédures policières, au mépris de sa propre vie[11].
Lieutenant Lucie Delambre
Ancienne recrue de l'armée reconvertie dans la police judiciaire, elle se voit collée partenaire du capitaine Caïn par le commandant Moretti. Contrairement aux autres lieutenants qui l'ont précédée, elle ne craque pas face à Caïn. Pourtant, soucieuse des procédures et méthodique, elle est tout le contraire de ce dernier. Elle sait se défendre aussi bien face à des colosses de 100 kg que face à l'humour noir de son partenaire[12].
Commandant Jacques Moretti
Patron de la SRPJ de Marseille, c'est le meilleur ami de Caïn qu'il connaissait d'avant son accident. Homme retenu, soucieux des procédures, il n'hésite pas à recadrer son meilleur ami Caïn et ses méthodes limites. Cependant, en véritable copain, il sait le défendre et le protéger, quitte à se mettre en danger auprès de sa hiérarchie[13].

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

La série attire en moyenne 3,4 millions de téléspectateurs, soit 14,3 % du public. Le septième épisode de la deuxième saison réalise la meilleure audience de la série avec 3,84 millions de téléspectateurs, 15,8 % de part d'audience. Le sixième épisode de la première saison réalise la plus mauvaise audience du programme avec 2,6 millions de téléspectateurs, soit 11,1 % de part d'audience.

La moyenne des audiences de la première saison est de 3 millions de téléspectateurs, soit 12,4 % de part d'audience. La deuxième saison connait une légère hausse avec une moyenne de 3,6 millions de téléspectateurs, soit 15,0 % de part d'audience. La troisième saison reste stable à 3,6 millions de téléspectateurs, mais avec une part de marché en hausse à 15,4 % de part d'audience.

Le lancement de la quatrième saison de la série réalise le record historique de la série. En effet, les premiers épisodes de cette quatrième saison ont réunis en moyenne 4,60 millions de téléspectateurs, soit 18,7 % du public. France 2 était alors derrière TF1 (Koh-Lanta), mais devant M6 (Bones), France 3 (Faut pas rêver) et Arte.

Audience française moyenne par saison*

Réception critique[modifier | modifier le code]

Tania Kahn, de Libération, reproche à la série de ressembler plus à un « spot de sensibilisation aux difficultés du handicap en ville ». Mais si on n'en tient pas rigueur et que l'on oublie la comparaison avec Dr House ainsi que la faiblesse des intrigues, la série est plutôt bonne. Les dialogues sont acerbes, et l'humour noir décroche quelques sourires[14].

Pour Igor Hansen-Love et Éric Libiot de L'Express, le premier épisode est « catastrophique » mais les suivants s'améliorent et les trois derniers épisodes de la première saison sont plutôt « bien écrits et réalisés ». La série manque d'originalité et de tension mais les deux acteurs principaux sont « impeccables » et les dialogues sont teintés d'un « politiquement incorrect réjouissant »[15].

Pierre Sérisier, du Monde, trouve qu'elle pèche par les défauts habituels des séries françaises : un problème de budget, la mauvaise direction d’acteurs, la ville de tournage, ici Marseille, non utilisée, une faiblesse des dialogues. Pour lui, la série manque d'originalité et de profondeur, mais il ne faudrait pas grand-chose pour que le personnage principal ait « une vraie épaisseur »[16].

Récompense[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kevin Boucher, « "Caïn" : Bruno Debrandt quitte la série de France 2 » sur PureMédias, 13 septembre 2017
  2. Ally Wood, « Caïn : rencontre avec les scénaristes de la série de France 2 », sur braindamaged.fr,
  3. a et b « Caïn, le nouveau flic de France 2 se dévoile... », sur Allociné,
  4. Melissa Bouguelli, « Caïn (France 2), un succès politiquement incorrect », sur TV Magazine,
  5. « Fabrice Malaval, comédien et coach dans la série Caïn diffusée sur France 2 », sur ladapt.net
  6. a et b Mathilde Saez, « Caïn saison 3. Bruno Debrandt : "Je me suis plus inspiré de Magnum que de Dr House !" », sur Télé Loisirs,
  7. [1]
  8. Lisa Etcheberry, « Caïn (France 2) : une nouvelle saison en tournage », sur programme.tv,
  9. « Pas de pitié pour « Caïn » », sur Le Parisien,
  10. Isabelle Inglebert, « Bruno Debrandt tourne, pour France 2, la saison 3 de Caïn », sur telecablesat.fr,
  11. « Présentation du capitaine Caïn », sur le site de France 2 (consulté le 7 avril 2015)
  12. « Présentation du lieutenant Delambre », sur le site de France 2 (consulté le 7 avril 2015)
  13. « Présentation du commandant Moretti », sur le site de France 2 (consulté le 7 avril 2015)
  14. Tania Kahn, « « Caïn », nouveau label méchant », sur Libération,
  15. Igor Hansen-Love et Éric Libiot, « Les séries de la rentrée à voir, ou pas : Caïn », sur L'Express,
  16. Pierre Sérisier, « Caïn – En roue libre », sur Le Monde,

Liens externes[modifier | modifier le code]