Rognac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rognac (homonymie).
Rognac
Image illustrative de l'article Rognac
Blason de Rognac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Istres
Canton Berre-l'Étang
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Salon-Étang de Berre-Durance
Maire
Mandat
Jean-Pierre Guillaume
2014-2020
Code postal 13340
Code commune 13081
Démographie
Gentilé Rognacais
Population
municipale
11 707 hab. (2011)
Densité 671 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 19″ N 5° 13′ 59″ E / 43.4886111111, 5.23305555556 ()43° 29′ 19″ Nord 5° 13′ 59″ Est / 43.4886111111, 5.23305555556 ()  
Altitude 15 m (min. : 0 m) (max. : 271 m)
Superficie 17,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Rognac

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Rognac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rognac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rognac
Liens
Site web http://www.mairie-rognac.fr

Rognac (en occitan provençal : Ronhac [norme classique] ou Rougna [norme mistralienne]) est une commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle fait partie de la communauté Agglopole Provence. Ses habitants sont appelés les Rognacais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Rognac est une ville dont le climat est typiquement méditerranéen, avec des hivers doux qui connaissent parfois des chutes de neige et des épisodes de gel[1] et des étés chauds et secs, propices aux incendies des domaines forestiers.

Située en Basse Provence, la zone la plus concerné par ce vent, la ville connaît aussi de nombreuses journées de mistral.

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source : Météo France[2] / Station de Marignane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Étang de Berre.

Les premières traces de présence humaine sur le sol de Rognac remontent au IIIe millénaire av. J.-C. Les bords de l'étang sont alors habités par des populations sédentaires pratiquant la chasse et la pêche. La plaine et les barres rocheuses sont aussi habitées par des groupes pratiquant notamment la culture et l'élevage[3].

Une tribu ligure fonde un village dans la plaine ainsi qu'un castrum au lieu-dit du Castellas (Ier millénaire avant J.-C.)[3].

Avec l'installation romaine, de nombreuses villae sont construites. L'une d'elle, Rudinacum, aurait donné son nom à Rognac. Malgré les siècles de déclin, le site de Rognac n'est pas abandonné[3].

Aux alentours de l'an 1000, un château seigneurial est construit et un village perché au pied du Castellas se développe. Au milieu du XVe siècle, les populations de Rognac délaissent ce site en hauteur pour s'installer dans la plaine et aux abords de l'étang[3].

N. Coulet indique que Hugues Monachi (?-av.1373), seigneur de Velaux eut une fille qui épousa Boniface de Reillanne, coseigneur de Rognac, en 1356.

Héraldique et devise[modifier | modifier le code]

Armes de Rognac

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De sable, semé de faux d'or.

Devise : « Rougna reverdejo toujou » (« Rognac reverdira toujours »)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors de la mandature 2001-2008, la ville a connu une élection municipale partielle, due à la démission d'un trop grand nombre de conseillers municipaux. Jean-Pierre Guillaume a été réélu, son nouveau mandat issu de cette élection a couru sur le reste de la mandature officielle, soit jusqu'à 2008. Il a été réélu cette même année face, notamment, à son ancienne première adjointe Corinne Lucchini.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1971 mars 2001 Georges Batiget PS Instituteur et Directeur d'école
Conseiller général
mars 2001 en cours Jean-Pierre Guillaume DVD Pharmacien
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 707 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
511 558 555 637 555 625 220 570 748
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
789 873 873 840 842 683 678 653 722
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
741 769 763 958 1 165 1 395 1 614 2 008 2 696
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 590 4 270 5 105 9 330 11 099 11 631 11 883 11 707 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Thomas Vervoort (Rognac 1987-), joueur de rugby professionnel international.
  • Thierry Pécout (1967-), écrivain et auteur historien médiéviste français né à Rognac, maître de conférences à l'académie d'Aix-Marseille.
  • Sabri Tabet (Rognac, 1977-), joueur de football français professionnel.
  • Julien Blaine (Rognac, 1942-), écrivain et poète français dénommé aussi Christian Poitevin.
  • Sotiris Skipis (1881-1952), poète et dramaturge grec, mort à Rognac
  • Yllya dessinatrice.
  • Ludivine Kreutz (1973-), joueuse de golf professionnelle

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques, édifice datant du XVIIe siècle.

Rognac est jumelée avec la ville de Rockenhausen en Allemagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]