Benoît Payan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Benoît Payan
Illustration.
Benoît Payan en 2020.
Fonctions
Maire de Marseille
En fonction depuis le [N 1]
(4 mois et 27 jours)
Élection
Coalition Printemps marseillais
(DVG-PS-EÉLV-PCF-LFI)
Prédécesseur Michèle Rubirola
Conseiller départemental des Bouches-du-Rhône
En fonction depuis le
(6 ans, 1 mois et 10 jours)
Avec Michèle Rubirola
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Marseille-1
Groupe politique Socialiste écologiste
Prédécesseur Canton créé
Premier adjoint à la maire de Marseille

(5 mois et 17 jours)
Élection
Maire Michèle Rubirola
Prédécesseur Dominique Tian
Successeur Michèle Rubirola
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Marseille (France)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste

Benoît Payan
Maires de Marseille

Benoît Payan, né le à Marseille, est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste, il est élu conseiller municipal de Marseille en 2014 et conseiller départemental des Bouches-du-Rhône en 2015. Il participe à la création du Printemps marseillais, une alliance de collectifs de citoyens, de partis et de mouvements de gauche en vue des élections municipales de 2020 à Marseille. À la suite de la victoire de la coalition, il est nommé premier adjoint de la maire écologiste Michèle Rubirola, puis élu maire de Marseille par le conseil municipal le après la démission de cette dernière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

Benoît Payan naît le et grandit dans le quartier de Pont-de-Vivaux[1]. Il est fils d'un menuisier et d'une agent de l'Urssaf, de la « classe moyenne marseillaise »[2]. Une partie de sa famille est originaire d’Italie[3].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Il étudie le droit et est diplômé de l’école supérieure de notariat de Marseille, formé comme clerc de notaire[2],[4].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Il s’engage au Parti socialiste et au Mouvement des jeunes socialistes durant ses années d’études, à l’époque du gouvernement de Lionel Jospin[5]. Il écrit alors, démarche originale, une lettre de demande d’adhésion expliquant sa démarche[6]. C'est durant cette période qu'il a noué un certain nombre d'amitiés qu'il a conservé dans sa carrière politique : Yannick Ohanessian, Arnaud Drouot, Anthony Krehmeier, Sophie Roques[7], voire Razzy Hamadi sur le plan national.

Il travaille ensuite au conseil général des Bouches-du-Rhône dans l’entourage de Jean-Noël Guérini[4],[8],[9], puis devient conseiller aux cabinets de Michel Vauzelle, président de la région PACA. De 2012 à 2014, il est conseiller spécial[7] au cabinet de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion[10],[11]. Selon l'éditorialiste du Monde, cela fait de lui « un pur produit du vieux système »[8].

Ville de Marseille[modifier | modifier le code]

Adjoint au maire de secteur et conseiller communautaire[modifier | modifier le code]

Il obtient son premier mandat lors des élections municipales de 2008 à Marseille. Il figure sur les listes de Jean-Noël Guérini (union de la gauche) dans le 7e secteur (13e et 14e arrondissements). Durant ce mandat, il est adjoint au maire de secteur, Garo Hovsepian, délégué à la jeunesse, et siège à la fois au conseil d'arrondissements et au conseil communautaire de Marseille Provence Métropole[12].

Conseiller municipal[modifier | modifier le code]

En 2014, il est élu pour la première fois au conseil municipal de Marseille, puis devient conseiller départemental l'année suivante[10].

En juin 2016, il devient président du groupe socialiste à la ville de Marseille[13]. Il s’impose alors comme tête de file de l’opposition municipale en multipliant les interventions et interviews offensives contre la gestion municipale du maire Jean-Claude Gaudin. Il décrit une ville fracturée, et les échecs “patents et hurlants” de la majorité sortante[10].

Ses interventions en conseil municipal sont remarquées sur les réseaux sociaux, partagées et vues des centaines de milliers de fois, faisant de lui l’un des élus locaux les plus influents de France sur Facebook[14].

Au-delà de ses adversaires, il dénonce les dérives de la ville et du système politique local, en livrant en 2016 un portrait sans concession de l’héritage de Gaston Defferre[15] ou en affichant ses critiques envers Jean-Noël Guérini[10].

Premier adjoint à la mairie[modifier | modifier le code]

En 2019, dans un contexte marqué par l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne et les enquêtes sur la gestion de la ville par l’équipe Gaudin[11], il est l'un des instigateurs du Printemps marseillais[16],[17],[18], coalition de partis de gauche, de syndicats, de citoyens et de militants associatifs qui peine à désigner une tête de liste pour les municipales 2020[19],[20]. Benoît Payan défend l'idée d'une liste unique à gauche, mais son étiquette PS est un repoussoir[20],[21]. Il renonce finalement à se présenter comme tête de liste[22] et apporte son soutien à la candidature de Michèle Rubirola[23],[24], dissidente d'EÉLV.

À la suite de la victoire du Printemps marseillais lors des élections municipales de 2020 à Marseille, il est nommé premier adjoint à la maire, Michèle Rubirola[25],[26], chargé de l’action municipale pour une ville plus juste, plus verte et plus démocratique, du projet municipal, des services publics, des grands équipements, de la communication, de la promotion de Marseille et de la stratégie événementielle[27].

Maire de Marseille[modifier | modifier le code]

Assurant l'intérim après la démission de la maire écologiste Michèle Rubirola le 15 décembre 2020[28], il est élu maire de Marseille par le conseil municipal le 21 décembre 2020[29]. Michèle Rubirola affirme vouloir toujours travailler en binôme, mais en inversant les rôles de maire et premier adjoint[30].

Le début de son mandat est marqué par ses prises de position comme le souhait de la vente du Stade Vélodrome qui coûte plus de 15 millions d'euros par an aux marseillais[31] comme l'indique un rapport de la Chambre régionale des comptes de Marseille diligenté par Nacer Meddah le Président[32], et le développement des trois grands axes: santé, école, logement[33]. Après s'être opposé au projet d'hôtel sur le site de la Villa Valmer[34], il obtient la sauvegarde du parc. Les travaux entamés, il se rend en personne sur les lieux pour constater la démolition d'une partie de la Villa non prévue dans le permis de construire[35]

Conseiller départemental des Bouches-du-Rhône[modifier | modifier le code]

Benoît Payan est candidat aux élections départementales de 2015 sur le premier canton de Marseille, aux côtés de l’élue écologiste Michèle Rubirola (EÉLV).

Douze listes concurrentes sont opposées à ce binôme sur ce même canton, dont la liste de Jean-Nöel Guérini Force du 13 à laquelle le binôme s’oppose, ainsi qu’une fausse-liste écologiste montée par un membre du cabinet de Renaud Muselier afin de tenter de faire perdre la gauche en trompant les électeurs marseillais[36].

Au terme d’une campagne électorale difficile[37] Benoît Payan est élu conseiller départemental avec 67,01 %[38] des voix au second tour, réalisant le meilleur score de la gauche en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (PACA).

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au niveau communal[modifier | modifier le code]

  • 2008-2014 : adjoint au maire du 7e secteur de Marseille et conseiller communautaire de Marseille Provence Métropole.
  • Depuis le  : conseiller municipal du 3e secteur de Marseille.
  • 2016-2020 : président du groupe socialiste au conseil municipal de Marseille.
  •  : premier adjoint à la maire de Marseille (maire par intérim du 15 au ).
  • Depuis le  : maire de Marseille.

Au niveau départemental[modifier | modifier le code]

Prises de position[modifier | modifier le code]

Bateaux de croisière[modifier | modifier le code]

Le 6 septembre 2016, Benoît Payan interpelle Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, dans une lettre où il dénonce l’impact de la pollution des paquebots de croisière sur la ville. Alors que Marseille constitue déjà la ville la plus polluée de France[39], les paquebots de croisière, faute d’une électrification des quais et par souci d’économie, font tourner leurs générateurs au fioul lourd jour et nuit. Dans une étude de France Nature Environnement et de l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) allemande NABU, sur laquelle s’appuie l’élu dans sa lettre, il est révélé qu’un paquebot de croisière pollue autant qu’un million de voitures.

L’élu d’opposition demande à la ministre de mener une étude sur l’impact sanitaire et environnemental des émissions de ces bateaux et de mettre en œuvre des solutions pour pallier ce problème environnemental[40].

Partenariat public-privé des écoles[modifier | modifier le code]

Le 16 octobre 2017, face aux polémiques engendrées par l’état des écoles marseillaises, la ville de Marseille vote un plan de rénovation de 34 écoles pour un milliard d’euros, financé par un partenariat public-privé, dispositif déjà utilisé, et critiqué par la chambre régionale des comptes, pour la rénovation du stade Vélodrome.

Le 18 mars 2018, Benoît Payan lance avec Jean-Marc Coppola, conseiller municipal PCF, une pétition contre la privatisation des écoles et réclame un contre-projet en s’appuyant sur l’étude rigoureuse menée par un collectif réunissant parents d’élèves, artisans du bâtiment, enseignants, architectes, syndicalistes, universitaires, avocats et contribuables. Selon une étude, ce projet alternatif ferait économiser 300 millions d’euros. La pétition est signée par plus de 15 000 personnes[41].

Le 28 janvier 2019, la rapporteure publique auprès du tribunal administratif de Marseille demande l’annulation de la délibération municipale du 16 octobre 2017. Le 12 février 2019, ce même tribunal annule le partenariat public-privé des écoles[42], décision dont fait appel la ville de Marseille le 16 avril 2019[43], mais sans succès[44].

Vestiges romains de la Corderie[modifier | modifier le code]

Au cours de l’été 2017, alors qu’un projet de construction d’un immeuble du groupe Vinci est en cours dans le quartier de la Corderie à Marseille, des vestiges sont découverts par les équipes de l’Inrap[réf. souhaitée]. L’académicien marseillais Jean-Noël Beverini lance une pétition, signée par plus de dix-mille Marseillais, et largement diffusée sur les réseaux sociaux par Benoît Payan[réf. nécessaire]. Dans le même temps, ce dernier interpelle le maire en lui demandant de sauver le site de la Corderie et d’entamer sa préservation et sa valorisation. Il milite pour la fin du chantier par Vinci et la conservation in situ des vestiges antiques, premières traces de l’histoire de la ville[45].

Les débuts du chantier sur le site des vestiges entraînent une forte mobilisation citoyenne à laquelle participe activement l’élu. Le préfet de Marseille donne à Françoise Nyssen, alors ministre de la Culture, la responsabilité de la décision finale[46] : le projet immobilier de Vinci sera bel et bien réalisé, et l’ensemble du site ne sera pas protégé, malgré les demandes pressantes des riverains, des scientifiques et des élus.

Scandales immobiliers[modifier | modifier le code]

Benoît Payan s’est à plusieurs reprises engagé pour dénoncer les « fiascos immobiliers » de Marseille : il remet ainsi en cause les millions d’euros que les Marseillais ont perdu en conséquence des choix de la majorité municipale[14].

Benoît Payan s’est impliqué dans l’affaire de la vente de la villa Valmer : la mairie a décidé de vendre le parc public et de le confier à un promoteur immobilier ayant pour projet de construire un hôtel 5 étoiles. Cette décision revient à privatiser un jardin public de plus de 6 000 m2, offrant une vue imprenable sur la baie. Lors du vote en conseil municipal du 8 octobre 2018, il s’oppose à la signature du bail emphytéotique entre la ville et le porteur de projet[47]. Le 13 mai 2019, il dépose un recours devant le tribunal administratif contre le futur hôtel 5 étoiles de la villa Valmer, les avocats avançant notamment l’argument de la mauvaise information des élus quant à l’impact financier de la signature de ce bail[48]. Une fois entré en fonction comme maire de Marseille, en janvier 2021, il donne une conférence de presse durant laquelle il annonce que la ville conservera 100 % des jardins de la villa Valmer[49].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim jusqu'au 21 décembre 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui est Benoît Payan, le successeur de Michèle Rubirola à la mairie de Marseille ? », sur europe1.fr, (consulté le 21 décembre 2020)
  2. a et b « Qui est Benoît Payan, probable nouveau maire de Marseille? », sur Nice-Matin, (consulté le 21 décembre 2020)
  3. Rachid Laïreche, « Benoît Payan, bleu mélancolique », sur Libération, (consulté le 21 décembre 2020)
  4. a et b Lisa Castelly et Jean-Marie Leforestier (Marsactu), « A la mairie de Marseille, le choix Payan », sur Mediapart (consulté le 21 décembre 2020)
  5. « Le PS 13 garde son premier secrétaire rétif à Benoît Hamon », sur Marsactu, (consulté le 21 décembre 2020)
  6. « Ambitieux, talentueux, clivant : retour sur le parcours politique de Benoît Payan, probable futur maire de Marseille », sur Franceinfo, (consulté le 21 décembre 2020)
  7. a et b « [Portrait] Benoît Payan, de l'ombre à la lumière », sur Gomet, (consulté le 11 janvier 2021)
  8. a et b « Mairie de Marseille : de Rubirola à Payan, un tour de passe-passe », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 décembre 2020)
  9. « Endettement, démocratie participative, unité : les défis du Printemps marseillais », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  10. a b c et d « Benoît Payan : "Sous Gaudin, Marseille s'est fracturée" », La Provence,
  11. a et b « L’heure de Benoît Payan, architecte du Printemps marseillais, est arrivée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 24 décembre 2020)
  12. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales 2008 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales_2008 (consulté le 11 janvier 2021)
  13. « Benoît Payan élu à la tête du groupe socialiste au conseil municipal de Marseille », sur destimed.fr, (consulté le 29 décembre 2019)
  14. a et b Pujol, Philippe., La Chute du monstre : Marseille année zéro, Paris, Éditions du Seuil, 278 p. (ISBN 978-2-02-142819-3 et 2-02-142819-2, OCLC 1129588596, lire en ligne), p. 205

    « Pour le socialiste Benoît Payan, les réseaux sociaux sont un moyen efficace de se montrer ambitieux, travailleur et brillant. Il se construit ainsi un socle de gens qui adhèrent à ses sorties. (...) Son énumération au conseil municipal des "scandales immobiliers" (...) a généré pus de 12700 partages, faisant de lui, selon une étude nationale, l'élu local le plus influent de France sur Facebook. »

  15. « Tribune libre du socialiste Benoît Payan : », sur destimed.fr (consulté le 21 décembre 2020)
  16. « La guerre du trône à Marseille, épisode 13 : l’éternel printemps de Benoît Payan », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. « Benoît Payan représentera le PS dans le projet d'union de la gauche à Marseille », Marsactu,
  18. « Municipales à Marseille - Benoît Payan (PS) : "Bien sûr qu'on va gagner" », sur LaProvence.com,
  19. « Le socialiste Benoît Payan veut un vote pour désigner le candidat du Printemps marseillais », Libération,
  20. a et b Lisa Castelly, « Le cas Benoît Payan, point de crispation de l'union de la gauche marseillaise », Marsactu,
  21. « A Marseille, l’idée d’une liste unique à gauche pour les municipales fait son chemin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2019)
  22. Stéphanie Harounyan, « Marseille : le PS Benoît Payan renonce à la tête de liste », sur Libération, (consulté le 31 janvier 2020)
  23. « Benoît Payan renonce à mener la liste d'union de la gauche le Printemps marseillais », Marsactu (consulté le 6 janvier 2020)
  24. « Municipales à Marseille : l'écologiste Rubirola devrait être la candidate de la gauche », sur LaProvence.com, (consulté le 6 janvier 2020)
  25. « Municipales à Marseille : qui est Benoît Payan le premier adjoint de Michèle Rubirola? », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 21 décembre 2020)
  26. « Municipales : voici les 28 adjoints de la nouvelle maire de Marseille Michèle Rubirola », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 2 mars 2021).
  27. Camille Payan, « Les délégations des adjoints à la mairie de Marseille dévoilées », sur francebleu.fr, (consulté le 2 mars 2021).
  28. « L'élection du nouveau Maire de Marseille et de ses adjoints », sur marseille.fr, (consulté le 16 décembre 2020)
  29. Sophie de Ravinel, « Benoît Payan élu maire de Marseille », sur lefigaro.fr, (consulté le 21 décembre 2020)
  30. « Michèle Rubirola « affaiblie par la maladie », on ne lui a pas fait de cadeau à la mairie de Marseille », sur fr.news.yahoo.com (consulté le 22 décembre 2020)
  31. « Benoît Payan relance la vente du Vélodrome : « Le stade, ce n'est plus possible » », sur Gomet, (consulté le 14 avril 2021)
  32. « Derrière le PPP du Vélodrome, l'escroquerie (I) », sur Au Premier Poteau, (consulté le 14 avril 2021)
  33. « Santé, écoles, logement : les priorités de Benoît Payan - Gomet' », sur Gomet, (consulté le 14 avril 2021)
  34. « Marseille : la Ville ne veut pas d'hôtel de luxe dans la Villa Valmer », sur LaProvence.com, (consulté le 14 avril 2021)
  35. David Coquille, « Villa Valmer : la démolition sauvage ne passe pas ! », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le 14 avril 2021)
  36. « Marseille : une fausse liste pilotée par la droite », sur Marianne, (consulté le 29 décembre 2019)
  37. « Départementales : les affiches d'un candidat PS à Marseille recouvertes de bandeaux "Avec Taubira" », sur Franceinfo, (consulté le 29 décembre 2019)
  38. « Résultats élections départementales 2015, département Bouches du Rhône, canton Marseille-1 », sur www.rtl.fr (consulté le 29 décembre 2019)
  39. 6 Medias, « La ville la plus polluée de France n'est pas Paris », sur Le Point, (consulté le 29 décembre 2019)
  40. « Marseille - Environnement - Royal interpellée sur la pollution des bateaux de croisière - Maritima.Info », sur www.maritima.info, (consulté le 30 décembre 2019)
  41. « Marseille : l'avenir des écoles au menu du conseil municipal », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, (consulté le 30 décembre 2019)
  42. La Marseillaise, « Le tribunal administratif de Marseille annule le PPP à un milliard pour les écoles - Journal La Marseillaise », sur www.lamarseillaise.fr, (consulté le 29 décembre 2019)
  43. « Nouveau rebondissement dans la reconstruction des écoles de Marseille », sur www.20minutes.fr (consulté le 29 décembre 2019)
  44. « La justice met un coup d’arrêt aux partenariats public-privé des écoles marseillaises », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2020)
  45. « Site antique de La Corderie - Benoît Payan (PS) : "Marseille a rendez-vous (...) - DestiMed », sur destimed.fr (consulté le 30 décembre 2019)
  46. « Le sort des vestiges de la Corderie entre les mains de Françoise Nyssen », sur www.20minutes.fr (consulté le 29 décembre 2019)
  47. « Les dossiers chauds du conseil municipal du 8 octobre », sur Marsactu, (consulté le 29 décembre 2019)
  48. « Benoît Payan (PS) dépose un recours contre le futur hôtel à la Villa Valmer », sur Marsactu (consulté le 29 décembre 2019)
  49. « Départementales, Samia Ghali, Villa Valmer : les confidences de Benoît Payan - Gomet' », sur Gomet, (consulté le 11 janvier 2021)