Vincent Geisser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vincent Geisser
Defaut.svg
Informations
Naissance
Nationalité

Vincent Geisser, né le 15 janvier 1968 à Saint-Mandé (Val-de-Marne), est un sociologue et un politologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vincent Geisser est diplômé de l'Institut d'études politiques de Grenoble (1989), de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence (1991 et 1995) et de l'Académie internationale de droit constitutionnel (1991).

Ses principaux thèmes de recherche et de réflexions sont les questions politiques dans le monde arabe, l'islam en France et en Europe et les problèmes relatifs aux discriminations dans les partis politiques français.

Entre 1995 et 1999, il a été en poste pour le Ministère français des Affaires étrangères à l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) de Tunis, devenant l'un des meilleurs spécialistes du régime politique de Ben Ali[réf. nécessaire], étant d'ailleurs l'un des rares politologues, avec Eric Gobe et Larbi Chouikha[1], à avoir envisagé sa chute imminente. Depuis 1999, il est chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), successivement affecté à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence (1999-2011) et à l'Institut français du Proche-Orient (Ifpo) de Beyrouth (depuis juin 2011).

Il est aussi président du Centre d'information et d'études sur les migrations internationales (CIEMI) de Paris et directeur de publication de la revue Migrations Société. Il est membre du comité de rédaction de la revue éditée par CNRS-Éditions, L'Année du Maghreb.

En 2009, un contentieux l'opposant à un ingénieur général du CNRS connaît un certain écho médiatique[2],[3] et provoque une intense mobilisation d'intellectuels. À cette occasion, Caroline Fourest le présente comme étant « connu pour ses prises de position polémiques en faveur de l'islam radical »[4]. Finalement, le plaignant se désiste après avoir reçu un courrier de Vincent Geisser reconnaissant que ses accusations à son endroit étaient « fausses et outrancières »[5].

Il est invité régulièrement sur les médias français, notamment dans le Talk Show « Toutes les France » animé par Ahmed El Keiy sur France Ô (groupe France Télévisions) mais aussi sur les chaînes de Radio France (France Culture, France Info, etc.), France 24 et TV5 Monde. Il écrit régulièrement pour le site web oumma.com[6]. Outre ses activités scientifiques, Vincent Geisser est impliqué dans la vie publique marseillaise (sa ville d’adoption), où il participe à de nombreux débats sur le « vivre ensemble ».

Bibliographie (ouvrages)[modifier | modifier le code]

  • Renaissances arabes. 7 questions clés sur des révolutions en marche, éditions de L’Atelier, octobre 2011 (coécrit avec Michaël Béchir Ayari).
  • Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de L’Atelier, nouvelle édition 2011 (entretien avec Moncef Marzouki, opposant historique à Ben Ali).
  • Discriminer pour mieux régner. Enquête sur la diversité dans les partis politiques français, éditions de L’Atelier, 2008 (avec El Yamine Soum).
  • Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle. Convergences Nord/Sud, Paris, éditions La Découverte, 2008 (avec Olivier Dabène et Gilles Massardier).
  • Marianne et Allah Les politiques français face à la « question musulmane », Paris, Éditions La Découverte, 2007 (avec Aziz Zemouri).
  • Habib Bourguiba : La trace et l’héritage, codirection avec Michel Camau, Éditions Karthala - Centre de Science Politique Comparative, Coll. Science politique comparative, 2004.
  • Le syndrome autoritaire : Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003 (avec Michel Camau).
  • La Nouvelle Islamophobie, La Découverte, collection « Sur le Vif », 2003 (traduit en arabe et en turc).
  • Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, CNRS-Éditions, 2000.
  • Ethnicité républicaine. Les élites d’origine maghrébine dans le système politique français, Presses de Sciences Po, 1997.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chouikha Larbi et Gobe Éric, 2009, « La Tunisie entre la “révolte du bassin minier de Gafsa” et l’échéance électorale de 2009 », L’Année du Maghreb 2009, V, Paris, CNRS-Editions, p. 387-420 ; Chouikha Larbi et Geisser Vincent, 2010, « Tunisie : la fin d’un tabou. Enjeux autour de la succession du président et dégradation du climat social », L’Année du Maghreb, VI, 2010, Paris, CNRS-Editions, p. 375-426 ; Geisser Vincent et Gobe Éric, 2007, « Des fissures dans la “Maison Tunisie” ? Le régime de Ben Ali face aux mobilisations protestataires », L'Année du Maghreb 2005-2006, II, Paris, CNRS-Editions, p. 353-414.
  2. Affaire Geisser : "Cela n'a rien à voir avec une sanction", interview de Joseph Illand, LibéMarseille, 06/0709
  3. Elisabeth Roudinesco, vive polémique avec Esther Benbassa, lesinfluences.fr, 29 juin 2009
  4. L'"Islam light" selon Vincent Geisser, par Caroline Fourest, lemonde.fr, 19 juin 2009
  5. Le procès n'aura pas lieu, Pierre Assouline, L´Histoire, mensuel n°388, juin 2013, page 98
  6. Vincent Geisser, oumma.com

Liens externes[modifier | modifier le code]