Philippe Carrese

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Carrese
Nom de naissance Antoine Philippe Carrese
Naissance (62 ans)
Marseille
Activité principale
Distinctions
Prix SNCF du polar 2001 pour Le Bal des cagoles
Auteur
Langue d’écriture Français, corse, provençal
Genres

Philippe Carrese, né le à Marseille, est un écrivain, scénariste et dessinateur français. Il est également chroniqueur dans la presse et réalisateur de séries télévisées et de films de fiction et documentaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et enfance[modifier | modifier le code]

Né en 1956 à Marseille d'une famille d'immigrés napolitains, il grandit dans le quartier populaire du Panier[1],[2].

Scolarité et formation[modifier | modifier le code]

Il fait sa scolarité à Saint Joseph les Maristes, école catholique située dans le quartier de la place Castellane, puis il poursuit ses études dans un établissement public (Marseilleveyre) où il décroche un bac scientifique. En 1974, il intègre pour trois ans l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques), à Paris. « À sa sortie, il travaille comme premier assistant réalisateur (1977-1983, puis réalisateur (publicité, documentaires, cinéma, animation, télévision). Il est aussi chef-opérateur (1990-1997) et compositeur de musique de films et de génériques (1979-1984 et 1991-1999) »[3].

Début dans le cinéma documentaire[modifier | modifier le code]

Philippe Carrese porte à l’image un regard critique sur la société, celle qu’il connaît, Marseille et ses quartiers Nord[4], en réalisant des documentaires (entre 1990 et 2005).

Il entreprend des recherches historiques sur la Première et la Seconde Guerre mondiale afin de réaliser des films comme Malaterra (2003), primé au festival de fiction TV de Saint-Tropez en 2004, Liberata (2005) et L'Arche de Babel (2010).

Littérature[modifier | modifier le code]

Ayant son propre univers dans le cinéma, il décide d’approfondir sa carrière en se reconvertissant dans la littérature. Il se spécialise alors dans l'écriture de polars grâce auxquels il sera édité aux éditions Fleuve noir et L'Écailler. Il publie également des ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse qui relèvent du genre policier pour les éditions Syros.

Il s'inspire de ses expériences personnelles et de qui l'entoure pour écrire ses romans. C’est ainsi que dans ses livres on retrouve des anecdotes et caricatures marseillaises. Certains de ses dix-neuf polars sont inspirés de faits réels qui se sont déroulés à Marseille dans les années 1990. Ils s'y mêlent humour noir, autodérision, et critique des comportements insulaires[5],[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Pour la "Saga Belonore" :

  • Virtuoso ostinato : le virtuose obstiné, Éditions de l'Aube, coll. « Regards croisés », 2014 (ISBN 978-2-8159-0986-0)
  • Retour à San Catello, Éditions de l'Aube, coll. « Regards croisés », 2015 (ISBN 978-2-8159-1204-4)
  • La légende Belonore, Éditions de l'Aube, coll. « Regards croisés », 2016 (ISBN 978-2-815-91445-1)

Littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

Série Marseille, quartiers sud[modifier | modifier le code]

  • La Grotte de l'aviateur, Syros jeunesse, coll. « Souris noire », 2003 (ISBN 2-7485-0236-1)
  • Le Vol de la momie, Syros jeunesse, coll. « Souris noire », 2005 (ISBN 2-7485-0374-0)
  • Le Scénario de la mort, Syros jeunesse, coll. « Souris noire », 2006 (ISBN 2-7485-0463-1)
  • La Malédiction de l'enclume, Syros jeunesse, coll. « Souris noire », 2007 (ISBN 978-2-7485-0537-5)
  • Le Jardin des délices, Syros jeunesse, coll. « Souris noire », 2008 (ISBN 978-2-7485-0718-8)
  • Le Point de rupture, Syros jeunesse, coll. « Souris noire », 2009 (ISBN 978-2-74-850853-6)
  • Le Fantôme de la bastide, Syros jeunesse, coll. « Souris noire », 2010 (ISBN 978-2-7485-0906-9)

Autre ouvrage de littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Le Petit Lexique de ma-belle-Provence-que-j'aime, J. Faffitte, 1996 (en collaboration avec Jean-Pierre Cassely) (ISBN 2-86276-304-7)
  • Marseille, du noir dans le jaune, Autrement, 2001 (ISBN 2-7467-0088-3)

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Place aux huiles, L'Écailler du Sud, 2005
  • Marseille croquée par, Àmarseille éditeur, coll. « Portrait d'une ville », 2007 (ISBN 2-915332-19-3)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Polar Blues 1 : Rouge Sumac, Pias France, 1998

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article de Philippe Carrese publié dans L'Humanité le 19 juin 1999 : « Le Panier, pour moi, c'est surtout la montée des Accoules... Mon grand-père le Napolitain s'y est posé au début du siècle »
  2. Biographie de Philippe Carese sur le site de France Inter
  3. Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières, vol. 1, p. 374.
  4. Interview de Carrese sur France Inter le 4 septembre 2011
  5. Interview de Carrese donnée le 18 décembre 2005 pour le site biblioblog.fr : « C’est Marseille qui m’a poussé à me lancer dans la littérature. Mon premier roman Trois jours d’engatse est parti d’un besoin de témoigner sur la réalité de cette ville complexe impossible à décrire en quelques lignes. Je cherchais un moyen pour raconter ma ville, le roman (en fait l’écriture) a été la forme la plus évidente, alors que mon premier métier est (et reste) la réalisation, c’est à dire raconter des histoires avec des images et des sons »
  6. Marseille : l'incroyable buzz du coup de gueule de Philippe Carrese Article publié sur LaProvence.com le 31 juillet 2011
  7. Prouvènço aro n°186, p.6

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]