Carpentras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carpentras
Image illustrative de l'article Carpentras
Blason de Carpentras
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Deux cantons : Nord et Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Francis Adolphe (PS)
2014-2020
Code postal 84200
Code commune 84031
Démographie
Gentilé Carpentrassiens
Population
municipale
28 815 hab. (2011[1])
Densité 760 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 21″ N 5° 02′ 56″ E / 44.055833333333, 5.0488888888889 ()44° 03′ 21″ Nord 5° 02′ 56″ Est / 44.055833333333, 5.0488888888889 ()  
Altitude 95 m (min. : 56 m) (max. : 212 m)
Superficie 37,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Carpentras

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Carpentras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carpentras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carpentras
Liens
Site web carpentras.fr

Carpentras est une commune française, située dans le département de Vaucluse, dont elle est une sous-préfecture (avec Apt), et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Carpentrassiens, du provençal carpentrassen, qui peut être d’origine ligure[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carpentras est la capitale du Comtat Venaissin. La ville est dans la plaine, au sud du Mont Ventoux, à l'ouest des Monts de Vaucluse, à l'est du Rhône et au nord de la Durance. Cette ville se situe à environ 5 km d'Aubignan et de Mazan, à environ 25 km d'Avignon et à 1h05 d'Aix-en-Provence. Paris est à environ 8h de Carpentras (ou 2h45 depuis la gare d'Avignon TGV).

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune
Rose des vents Loriol-du-Comtat Aubignan Caromb Rose des vents
Monteux N Mazan
O    Carpentras    E
S
Monteux Pernes-les-Fontaines Malemort-du-Comtat

Climat[modifier | modifier le code]

La commune de Carpentras, située dans la zone du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps  : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[3].Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel la ville reçoit environ entre 2 800-3 000 heures d’ensoleillement par an.


  • Le mistral assainit le vignoble, principale culture de ce terroir
  • La saisonnalité des pluies est très marquée
  • Les températures sont très chaudes pendant l'été.
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Carpentras 2 812 437 1 31 1
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74
Relevé météorologique de Carpentras
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Température moyenne (°C) 6 8 11,5 13 17,5 22 24,5 24 19 15 10 6,5 15,1
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 24,7 20 13,1 10 20,3
Précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 47,7 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34 437
Source : (fr) Données de Carpentras 1961 à 2011
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
10
2
36,5
 
 
 
12
3
23,3
 
 
 
16
6
24,9
 
 
 
18
8
47,7
 
 
 
23
12
45,6
 
 
 
27
15
25,4
 
 
 
30
18
20,9
 
 
 
30
18
29,1
 
 
 
24,7
14
65,8
 
 
 
20
11
59,6
 
 
 
13,1
6
52,8
 
 
 
10
3
34
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm


Relief[modifier | modifier le code]

Les Dentelles de Montmirail, vues de Carpentras

Alternance de plusieurs petites collines de faible amplitude et vallons. Collines un peu plus importantes à l'approche des monts de Vaucluse à l'est.

Le centre historique (intérieur des anciens remparts) est posé sur un plateau au sommet d'une petite colline.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Auzon à Carpentras

L'Auzon[4] passe au pied de la colline du centre historique. La Mède, et son affluent, le Brégoux, ainsi que le canal de Carpentras arrosent également la ville.

Géologie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

On y accède depuis Avignon au sud-ouest par la D942 (voie rapide), Pernes-les-Fontaines au sud par la D938, Venasque au sud-est par la D4, Mazan à l'est par la D942, aux pieds (sud) du Mont Ventoux par la D974 ou la D938 au nord-est, Aubignan au nord par la D7 et Sarrians au nord-ouest par la D950.

La rocade de Carpentras, prévue depuis des décennies, a enfin vu sa construction commencer, la partie entre la route de Sarrians et les routes de Caromb/Bédoin ont été achevées. Un second tronçon, entre le pôle santé (route d'Avignon) et le Marché gare, est en service depuis le 8 octobre 2012[5]. La partie centrale, reliant la route d'Avignon à la route de Sarrians est ouverte à la circulation depuis le 1er juillet 2013.

Piste cyclable[modifier | modifier le code]

Une piste cyclable, nommée la Via Venaissia, est en cours de construction sur l'ancien chemin de fer. Cette piste cyclable partira de Jonquières, pour aller à Velleron, en passant par Carpentras[6]. Depuis mai 2011, le centre ville est parcouru de piste cyclables[7].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]
Gare SNCF de Carpentras

À partir de fin 2014, le TER arrive en gare de Carpentras, depuis la gare d'Avignon TGV (en 38 min) et la gare d'Avignon-Centre (en 30 min). Ce sera le premier train à partir de Carpentras depuis 1938[8]. La date de mise en service de ce train a été repoussée 243 fois, depuis 1986. La pose de la première pierre du chantier a été effectuée par le préfet du Vaucluse le 17 juin 2013. Il fera des haltes à : Monteux - Entraigues-sur-la-Sorgue - Sorgues - Le Pontet - la gare d'Avignon Centre. Il circulera de 6 h à 21 h, toutes les 30 minutes en heures de pointe et toutes les heures en journée et en soirée[9].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Plusieurs lignes de bus partent de Carpentras, vers les grandes localités du Vaucluse, via le réseau TransVaucluse :

La première ligne Carpentras - Avignon, via Monteux et Entraigues-sur-la-Sorgue

La ville et l'agglomération sont également desservies par le réseau Trans'Cove. la ville dispose également de deux navette : L'une, gratuite, mise en place les jours de marché, pour la liaison entre le centre ville et le camping municipal, servant de parking complémentaire ; l'autre, au prix d'un euro, entre Carpentras et le Mont Serein, station de ski du Mont Ventoux, via Malaucène[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

  • Les Amandiers, quartier en (ZUS) : 1 225 hab. (2006)[11]
  • Pous du plan, quartier en (ZUS) : 1 256 hab. (2006)[12]
  • Bois de l'ubac, quartier en (CUCS) : 1 026 hab. (2006)
  • Cité du parc, quartier en (CUCS) : 1 026 hab. (2006)
  • Centre-ville, quartier en (CUCS) : 3 665 hab. (2006)
  • Cité verte
  • Carpentras village
  • Le hameau de Serres

Logement[modifier | modifier le code]

- Part des HLM parmi les résidences principales en 2006 : 15.1 % .

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes attestées les plus anciennes sont Carbantorate au Ier siècle, puis Carpentoracte Meminorum qui devint Forum Neronis (Marché de Néron) sous Tiberius Claudius Nero. La cité reprend son nom de Civitas Carpentoratensium au IVe siècle pour devenir Carpentoratensium monast., en 896. Elle est orthographiée Carpentoracte au Moyen Âge, puis Carpentràs selon la norme classique de l'occitan ou Carpentras selon la norme mistralienne. Son étymologie est à rattacher au celte *carbanto (char) et *rate (forteresse). Le rôle initial de cette cité était donc d'être une forteresse qui surveillait le passage des chars sur le gué de l'Auzon[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

D'après Pline, le peuple qui occupe le secteur de Carpenctoracte sont les Meminiens[14]

Article détaillé : Boetius (évêque).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Carpentras et ses remparts, par le RP Bonfa

La ville accueille des Juifs depuis au moins le 28 février 1276, selon des rôles d'impôts de cette période[15].

En 1155, Raymond V de Toulouse, marquis de Provence, envoie son chancelier Raous à Raymond 1er, l'évêque de Carpentras pour confirmer les privilèges du marché qui se tient à Carpentras[16]. Au Moyen Âge, le marché se tient tous les vendredis dans le cimetière de Saint-Siffrein. Il y avait alors 200 marchands forains. Au début de la papauté d'Avignon, l'évêque Bérenger Forneri voulut, sans succès, interdire le cimetière au marché[17].

Le pape Clément V établit sa curie à Carpentras en 1313. Lorsqu'il meurt en 1314, son successeur donne sa préférence à Avignon. Cependant, capitale du Comtat Venaissin en 1320, la ville profite de la munificence pontificale : gouvernée par ses évêques, elle s'étend et s'entoure d'une enceinte dont il ne reste plus que la porte d'Orange[18]. Le marché s'étend, en 1385, sur la place de la Fusterie, actuelle place des pénitents noirs[17].

Ce fut au cours de la seconde moitié du XIVe siècle que les remparts furent construits. En cette période troublée, les routiers et les voleurs de grands chemins, étaient monnaie courante. Ils profitaient des trêves de la guerre de Cent Ans pour piller. La crainte des autorités locales était l'occupation de ce vieil hospice, par ces brigands, pour ensuite entrer au sein de la cité. Carpentras dut être entourée de remparts. Ce fut Innocent VI qui donna ordre aux villes comtadines de se fortifier. Les travaux à Carpentras débutèrent en 1357 pour s'achever en 1392. Ils furent initialement confiés à Juan Fernandez de Heredia, capitaine général des Armes du Comtat Venaissin, qui en définit le tracé[19]

Chassés de France par Philippe le Bel, les Juifs se réfugient en terres papales où ils sont en sécurité et bénéficient de la liberté de culte. Avec Avignon, Cavaillon et L'Isle-sur-la-Sorgue, Carpentras abrite une importante communauté juive dans un quartier qui ne devient ghetto qu'à la fin du XVIe siècle.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Au cours du XVIIIe siècle, la situation économique des Juifs s'améliore. Les comtadins voyagent beaucoup dans tout le Midi de la France, certains s'installent de façon semi-permanente à Nîmes, Montpellier, etc. L'usage du français se répand. En 1741 est reconstruite la synagogue de Carpentras, la plus vieille aujourd'hui en France. Si cette synagogue reste très discrète cette prospérité nouvelle est reflétée dans la salle de prière[20], chef-d'œuvre de décoration et de ferronnerie italianisantes[21]. Par contre, la vie quotidienne ne peut guère refléter l'enrichissement des Juifs du Pape, qui ne sont pas autorisés à s'établir hors des « carrières » surpeuplées où les maisons de six ou sept étages apparaissent aux yeux des voyageurs qui arrivent à Carpentras comme de véritables gratte-ciel. Ce n'est qu'en 1784 qu'un cafetier de Carpentras est autorisé à recevoir des Juifs[22].

L'armée avignonnaise assiège Carpentras (1791)
Carpentras en 1880

Dès 1790, dans l'esprit révolutionnaire, Avignon chasse le vice-légat, représentant l'autorité pontificale et demande son rattachement à la France. À Carpentras, en revanche, les habitants tentèrent d'établir un petit État indépendant, qui réaliserait chez lui les réformes de l'Assemblée Constituante française, mais sans accepter de le réunir à la France. En avril 1790, sans l'accord du pape, mais en reconnaissant son autorité, ils se réunirent en assemblée et réformèrent le gouvernement : le pape y était reconnu comme souverain constitutionnel. Avignon, française depuis peu, chercha alors à forcer Carpentras à entrer dans la République française. Carpentras résista à deux sièges successifs menés par les Avignonnais.

Le 2 janvier 1791, alors qu'à la suite de l'intervention des Avignonnais contre Cavaillon, les communes comtadines arboraient les trois couleurs, l'Assemblée représentative du Comtat, de plus en plus disqualifiée, suspendait ses travaux.

Le 14, les Carpentrassiens se soulevaient contre les papistes, tenaient une assemblée dans la cathédrale Saint-Siffrein et demandaient leur rattachement à la France. Ils furent soutenus par l'Armée d'Avignon qui, dès le 20 janvier, vint mettre le siège devant la capitale du Comtat. Mais pluie et neige obligèrent à le lever.

Au cours du mois de février, le mouvement fit tache d'huile. Le 7, vingt-cinq communautés comtadines, réunies dans la cité des papes, demandèrent leur rattachement à la France[23]. Le principe de former un département fut adopté, il devait avoir pour nom Vaucluse et son chef-lieu serait Avignon[24].

Précédemment possessions pontificales, Avignon et le Comtat Venaissin furent rattachés à la France le 14 septembre 1791. Le 28 mars 1792, ces territoires formèrent deux nouveaux districts, Avignon dans les Bouches-du-Rhône et Carpentras dans la Drôme. Puis, le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes[25].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Ludovic Naudeau constatait pour le Vaucluse : « L'une des caractéristiques de ce département, c'est, de l'aveu général, le jeu effréné auquel une partie de ses habitants se livre. Avignon, Carpentras, Cavaillon, regorgent, pour la malédiction des familles, de tripots où de grosses sommes sont à chaque instant risquées »[26]

En mai 1990, l'affaire de la profanation de Carpentras intervenue dans son cimetière juif fait beaucoup parler de la ville[27]. Le Président Mitterrand s'était alors déplacé personnellement sur les lieux. Cette affaire a eu des répercussions sociales et politiques très importantes sur la France entière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Au référendum européen sur le traité de Maastricht (scrutin du 20 septembre 1992), sur 16 070 inscrits, 10 989 ont voté, ce qui représente une participation de 68,38 % du total, soit une abstention de 31,62 %. Il y a eu une victoire du non avec 6 207 voix (58,25 %) contre 4 449 voix (41,75 %) prononcées oui et 335 (3,03 %) de votes blancs ou nuls[28].

Au référendum sur la constitution européenne (scrutin du 29 mai 2005), sur 16 632 inscrits, 11 190 ont voté, ce qui représente une participation de 67,28 % du total, soit une abstention de 32,72 %. Il y a eu une victoire du contre avec 6 664 voix (60,90 %), 4 278 voix (39,10 %) s’étant prononcées pour et 248 (2,22 %) étant des votes blancs ou nuls[29].

À l’élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy (UMP) avec 35,42 %, suivi par Ségolène Royal (PS) avec 19,36 % et Jean-Marie Le Pen (FN) avec 18,57 %, François Bayrou (UDF) avec 14,47 %, puis aucun autre candidat ne dépassant les 5 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 63,88 % (résultat national : 53,06 %) contre 36,12 % pour Ségolène Royal (résultat national : 46,94 %)[30].

Aux élections législatives de juin 2007, les électeurs de la commune, qui fait partie de la troisième circonscription de Vaucluse, ont contribué à faire élire Jean-Michel Ferrand (UMP) avec 66,48 % des voix contre 64,47 % à l’échelle de la circonscription[31].

Aux élections municipales de 2008, au premier tour la liste "Carpentras l'avenir avec passion" (majorité présidentielle) était en tête avec 38,97 %, suivie par la liste « Carpentras ville active » (PS) avec 29,91 %, « Carpentras le renouveau » (Div. droite) avec 23,99 % et « En avant Carpentras » (FN) avec 11,58 %. Au second tour « Carpentras ville active » avec 38,97 % est arrivée en tête[32].

Aux élections européennes de 2009, sur 17 259 inscrits, 6 852 ont voté, ce qui représente une participation de 39,70 % du total, soit une abstention de 60,30 %. Les résultats sont Françoise Grossetête (UMP) avec 30,94 % des suffrages exprimés, suivie de Jean-Marie Le Pen (FN) avec 15,94 %, de Michele Rivasi (Europe Écologie) avec 13,38 %, de Vincent Peillon (PS) avec 13,19 %, puis aucune autre liste n'a dépassé les 10 %[33].

Élection présidentielle française de 2012 : Carpentras

2eme tour

Liste Union de la Gauche Francis ADOLPHE 5 894 44,45%
Liste Front National Hervé DE LEPINAU 5 588 42,14%
Liste Union pour un Mouvement Populaire Julien AUBERT 1 776 13,39%

1er tour

Liste Union de la Gauche Francis ADOLPHE 4 620 37,32%
Liste Front National Hervé DE LEPINAU 4 255 34,37%
Liste Union pour un Mouvement Populaire Julien AUBERT 2 059 16,63%
Liste Divers droite Jean-Luc BECKER 1 153 9,31%
Liste Extrême gauche Béatrix AGIUS-CASTELLO 290 2,34%


Administration municipale[modifier | modifier le code]

À Carpentras, le conseil municipal est composé de 35 personnes, dont le maire, 11 adjoints et 23 conseillers municipaux[34].

Mairie de Carpentras

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Carpentras.
Liste des maires successifs depuis 1945[35]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1947 Henri Dreyfus   ...
1947 1953 Charles Guilhermet   ...
1953 1965 Gabriel Jacotet   ...
1965 1987 Maurice Charretier UDF-PR Avocat - Député (1978-1979 et 1986), ministre (1979-1981), sénateur (1986-1987)
1987 2008 Jean-Claude Andrieu UDF puis UMP Commerçant
2008 en cours Francis Adolphe PS Entrepreneur de spectacles et expert judiciaire

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Carpentras fut le chef-lieu de l'administration du Comtat Venaissin de 1229 à 1791. Aujourd'hui, en tant que chef-lieu de l'arrondissement de Carpentras, elle abrite une sous-préfecture. On trouve aujourd'hui à Carpentras un tribunal de grande instance, un tribunal d'instance, un tribunal de commerce[36] et un conseil de prud'hommes[37]. La commune possède un commissariat de police, une antenne de la chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse et un centre des impôts.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin.

La Ville de Carpentras a pris un arrêté interdisant la culture des OGM sur son sol le 20 mai 2009.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Carpentras est jumelée avec plusieurs villes [38] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Carpentras est la 2e ville du département après Avignon et devant Orange. Le mensuel l'Expansion d'Octobre 2013 indique une population pour l'agglomération de 70.271 habitants;

En 2011, la commune comptait 28 815 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9 900 8 489 9 674 9 099 9 817 9 224 9 776 10 198 10 711
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10 891 10 918 10 848 10 524 10 479 9 699 9 685 9 778 10 797
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
10 443 10 721 11 390 11 191 11 805 12 632 13 732 14 222 15 076
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
18 199 21 388 24 251 24 838 24 212 26 090 27 451 28 815 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2004[40].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de Carpentras en 2008 en pourcentage[41].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
95 et plus
1,5 
7,2 
75 à 94
12,1 
13,5 
60 à 74
13,8 
19,6 
45 à 59
18,8 
18,8 
30 à 44
17,8 
19,5 
15 à 29
18,5 
20,9 
0 à 14
17,5 
Pyramide des âges de Vaucluse en 2007 en pourcentage[42].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
95 et plus
1,1 
6,6 
75 à 94
9,6 
14,3 
60 à 74
14,8 
20,4 
45 à 59
20,5 
20,3 
30 à 44
19,9 
18,3 
15 à 29
16,8 
19,7 
0 à 14
17,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Carpentras relève de l'Académie d'Aix-Marseille. Ses écoles sont gérées par la Direction de l'éducation de la mairie sous la supervision de l'inspection départementale de l'Éducation nationale.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Manifestations hebdomadaires :

  • Marché forain tous les vendredi matin.
  • Marché aux puces tous les dimanches.
  • Marché aux truffes tous les vendredis matin de novembre à mars.

Liste non exhaustive, classée par mois, des principales manifestations culturelles et des festivités de la ville de Carpentras :

  • Février : "La Truffe fait son festival" le premier dimanche.
  • Avril : Festiflorales. Fête de la fraise. Troc de printemps. Semaine du bio et du développement durable
  • Mai : Open 84 de Tennis jusqu'en juin.
  • Juin : Fête des berges de l'Auzon. Trial Urbain (le samedi avant Fiesta Bodegas)
  • Juillet : Fiesta Bodegas (festival autour des musiques et danses latines le WE précédent le 14 juillet). Festival "Plein les mirettes" (jeune public). Reconstitution historique (semaine du 14 juillet. Festival Musique aux étoiles (concert gratuit de musique classique sur les places de la ville). Kolorz Festival (festival dédié à la musique techno)
  • Août : Festival de Musiques Juives. Grand prix de karting, le dernier dimanche une année sur deux.
  • Septembre : Troc d'automne. Bistro BD.
  • Novembre : Foire de la Saint-Siffrein, à la fin du mois.
  • Décembre : Salon des Santonniers. Noëls Insolites :Animations de rue. Patinoire de plein air.

Manifestations non spécifiques à Carpentras mais auxquelles elle participe :

Santé[modifier | modifier le code]

Pôle Santé de Carpentras
  1. Il s'agit du premier pôle santé public-privé en France ouvert en 2002.
  2. Il a obtenu en mars 2011 la certification de la Haute Autorité de santé (HAS).

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse Saint-Siffrein de Carpentras dépend du diocèse d'Avignon, doyenné de Carpentras[43]. La communauté juive dispose d'une synagogue, depuis 1367, qui en fait l'une des plus anciennes de France.

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Le Racing Club de Carpentras XIII du Comtat est le club semi-professionnel de rugby à XIII de la ville de Carpentras. L'équipe senior évolue en première division nationale de rugby à XIII.

Le club a un palmarès prestigieux avec notamment plusieurs titres de championnat de deuxième division nationale (le dernier titre date de 2004) et une participation à la finale de la prestigieuse coupe de France Lord Derby en 1992.

L'équipe première est entraînée par l'ancien joueur professionnel des Dragons Catalans Renaud Guigue et évolue à domicile au Stade de la Roseraie.

Installations sportives[modifier | modifier le code]

Arrivée de trot attelé à l'hippodrome de Carpentras
  • Parcours sportif des berges de l'Auzon
  • Piscine couverte en centre ville et Stade nautique (été) au complexe sportif Pierre de Coubertin
  • Hippodrome de Saint-Ponchon avec piste de Karting au centre
  • Stade de la Roseraie
  • Terrain de motoball René Pons
  • Boulodrome
  • Aérodrome
  • Skatepark

Économie[modifier | modifier le code]

Centre administratif du Marché Gare de Carpentras
Marché aux truffes de Carpentras

Le développement économique s'est organisé au sud de la Ville, sur un site de 133 hectares pour plus de 150 entreprises (environ 1700 emplois) regroupé sous l'appellation « Carpensud ». La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu net imposable moyen par ménage carpentrassien était de 17 044 € en 2006, ce qui est inférieur à la moyenne départementale de 19 266 € de 2006[44] mais supérieur à celle d'Avignon, soit 16 643 € en 2006[45]. Au niveau de la fiscalité, on dénombre 126 Carpentrassiens redevables de l'impôt sur la fortune (ISF). L'impôt moyen sur la fortune à Carpentras est de 5 454 €/an contre 5 683 €/an au niveau de la moyenne nationale. Le patrimoine moyen des redevables carpentrassiens de l'ISF est estimé à environ 1 558 258 €/an[46].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage entre 1999 et 2005 a fortement diminué, passant de 20,7 % à 10,2 %[47], alors que le niveau moyen national passait simultanément de 12,9 % à 9,6 %. Carpentras compte 41,3 % d'actifs au sein de sa population pour une moyenne nationale de 45,2 % ainsi que 20,1 % de retraités pour une moyenne nationale de 18,2 %, 23,7 % de jeunes scolarisés pour une moyenne nationale de 25 % et 15 % d'autres personnes sans activité pour une moyenne nationale de 11,6 %[47].

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Carpentras 2,4 % 7,6 % 8,8 % 19,8 % 28,2 % 33,2 %
Moyenne Nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[48]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Les « Trans'art de Carpentras » au mois de juillet (Trial Urbain, Fiesta Bodegas, festival "Plein les mirettes", festival "Musiques aux étoiles".
  • Estivales de Carpentras créées par le comédien Jean-Pierre Darras.
  • « Noëls Insolites » en décembre.
  • La « foire de Saint Siffrein » le 27 novembre, et ce, depuis presque 500 ans.
Maison des vins AOC Ventoux

Agriculture[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Entrée fortifiée de la vieille ville.
La façade occidentale de la cathédrale de Carpentras de style baroque est dominée par le clocher gothique
  • Le pays de Carpentras et du Comtat Venaissin est classé Pays d'Art et d'Histoire.
  • L'Arc de Carpentras, du Ier siècle (Classé Monument Historique [49])
  • La synagogue de Carpentras, la plus ancienne synagogue française (XIVe siècle). Édifiée en 1367, elle fut reconstruite au XVIIIe siècle.(Classé Monument Historique [50])
  • La tour du beffroi édifiée au XVe siècle avec son campanile en fer forgé richement ouvragé et son horloge du XVIe siècle, marque l'emplacement du château édifié au XIIe siècle par les comtes de Toulouse. (Classé Monument Historique [51])
  • L'ancien évêché (actuel palais de justice) XVIIe siècle (M.H)
  • La Charité avec ses deux étages d'arches et de loggias à l'italienne, hospice, puis établissement d'éducation et aujourd'hui Centre culturel.
  • La Porte d'Orange, témoin de l'architecture militaire du XIVe siècle, haute de vingt-sept mètres.
  • La Cathédrale Saint-Siffrein, elle a été édifiée au XVe siècle en l'honneur du saint patron de la ville. De style gothique provençal elle recèle, outre le célèbre Saint Mors (dont la tradition dit qu'il fut fait avec un clou de la croix du Christ), des œuvres d'art de haute valeur. Notamment, parmi les plus anciens, des vitraux gothiques (chœur et chapelle de Michel Anglici), et un retable du XVe siècle représentant le Couronnement de la Vierge entre saint Siffrein et saint Michel. Pour ce triptyque, qui a exceptionnellement conservé son superciel, ainsi que pour le vitrail représentant Saint Siffrein entouré de saint Michel et sainte Catherine de Sienne a récemment[Quand ?] été proposée l'attribution au grand peintre Enguerrand Quarton (Luc Ta-Van-Thinh 2002).
  • La bibliothèque Inguimbertine (Bibliothèque municipale classée, archives et musées de Carpentras).
  • L'Hôtel-Dieu de Carpentras avec sa vieille pharmacie. Ce bâtiment majestueux du XVIIIe siècle a été édifié à la demande de Monseigneur Joseph-Dominique d'Inguimbert qui repose dans la chapelle baroque. L'apothicairerie a conservé son état d'origine.
  • L'Hôtel d'Armand de Chateauvieux (Musée Sobirat, de la famille du même nom qui prend souche dans le dauphiné).
  • La maison de naissance de François-Vincent Raspail.
  • Le collège de Jésuites construit au XVIIe siècle, où Jean-Henri Fabre enseigna de 1842 à 1848 et dont les bâtiments restèrent voués à l'enseignement jusqu'en 1988.
  • Le canal de Carpentras.
  • La chapelle Notre-Dame-de-Santé a pris ce nom de Notre Dame de Santé à la suite de la peste de 1629. D'abord petit oratoire édifié vers 1401 et dédié à la "Vierge du pont de Serres", l'abbé Méry en fit une chapelle au XVIe siècle, et la chapelle actuelle fut construite au XVIIIe siècle.
  • Le château de la Roseraie (XIXe-XXe siècle) pour son jardin remarquable, inscrit pré-inventaire.
  • Le bureau des Postes inauguré en 1911, dans l'immeuble qu'occupaient les magasins de M. Albert Lunel (grand-père d'Armand Lunel)
  • Le couvent des Dominicains (chœur de l'ancienne église), qui abrita notamment l'ancien théâtre, et dont la réhabilitation a commencé en 2005 pour y accueillir l'Office du Tourisme, la Maison de Pays et le Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine.
  • Le "Passage Boyer" (milieu XIXe siècle), surnommé aussi "rue vitrée", est une rue couverte d'une verrière supportée par des arceaux et une armature métallique de 90 mètres de long sur 5 mètres de large.
  • Graineterie Roux de Carpentras (classée M.H)[52]
  • Aqueduc (classé M.H)[53]
  • Chapelle du collège XVIIe (Classée M.H)[54]. La chapelle du collège est aujourd'hui lieu d'expositions.
  • La Campagne de Bacchus (M.H) à Serres-Carpentras
  • Le cimetière Israélite (M.H)
  • Château du Martinet (M.H)[55]
  • Chapelle Saint-Martin de Serres (XVIe et XVIIe  siècles)[56]
  • Chapelle des pénitents noirs (M.H)
  • Ancien couvent de la Visitation Sainte-Marie, devenue, après la Révolution française, la Chapelle des pénitents gris (M.H)
  • Façade immeuble "Le petit Marseillais" Place Gl de Gaulle (M.H)
  • Hôtel de la Sous-Préfecture. XVIIIe. (M.H)[57].
  • Ancien hôtel Thomas-de-la-Valette[58] Rue Isidore Moricelly.

Carpentras dans les arts[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Cinéma, théâtre et opéra[modifier | modifier le code]

Esther de Carpentras, sous-titré le carnaval hébraïque, est un opéra-bouffe en deux actes de Darius Milhaud, d'après un poème d'Armand Lunel. Composé en 1925-1927, il est créé le 3 février 1938 à l'Opéra-Comique à Paris, sous la direction de Roger Désormière.

Littérature[modifier | modifier le code]

Nicolo-Peccavi ou l'Affaire Dreyfus à Carpentras, roman d'Armand Lunel publié le 2 novembre 1926 aux éditions Gallimard qui reçut la même année le prix Renaudot.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Hôtel-dieu de Carpentras
  • École de musique
  • Maison des jeunes et de la culture
  • Cinéma
  • Bibliothèque municipale classée
  • Office de tourisme
  • Salle d'exposition permanente, le « Préau des Arts »
  • Cimetière à visiter (tombes de personnages historiques)

Musées[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations sur Carpentras et ses alentours.

  • Accueil de Villes Françaises - AVF Carpentras Comtat Venaissin
  • Confrérie de la truffe noire du Mt Ventoux et du Comtat Venaissin
  • Confrérie des vins des côtes du Ventoux
  • Jeune Chambre Economique de Carpentras & du Comtat Venaissin
  • BMX Club de Carpentras

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Par leur naissance à Carpentras
Dom Malachie d'Inguimbert
Portrait de Jean-Joseph Bonaventure Laurens, Bibliothèque Inguimbertine
François-Vincent Raspail.
Autres personnes en rapport avec Carpentras

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le Saint Mors
Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Carpentras

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

« De gueules, à un mors antique de cheval d'argent, dont le milieu est forgé d'un des clous de la passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ »[59],[60]

Hélène, mère de l'empereur Constantin aurait fait forger un mors pour le cheval de son fils avec un clou de la croix du Christ. Conservé à Sainte-Sophie de Constantinople, le Saint Mors en disparut lors du pillage de la ville par les croisés en 1204… pour réapparaître dès 1260 à Carpentras dont il devint l'emblème.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986,‎ 1986 (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), 1997,‎ 1997 (ISBN 284406051X)
  • Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône, A. Barthélemy, Avignon, 2000,‎ 2000 (ISBN 2879230411)
  • Jean-Paul Clébert, Carpentras, Avignon, Éditions A. Barthélemy,‎ 1989, 115 p. (ISBN 2-903044-55-4)
  • Luc Ta-Van-Thinh, "Enguerrand Quarton, peintre de l'Unité", (préface Marie-Claude Léonelli) Malaucène 2002, (ISBN : 2-9518024-0-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population totale 2010 de la commune de Carpentras », INSEE
  2. Philippe Blanchet, Petit dictionnaire des lieux-dits en Provence, Montfaucon, Librairie contemporaine, 2003, (ISBN 2-905405-22-8), p. 15
  3. La climatologie de Vaucluse.
  4. « L'Auzon », sur SANDRE (consulté le 2 juillet 2012)
  5. ouverture de la seconde partie de la rocade
  6. http://www.jonquieres.fr/environnement/via-venaissia/
  7. pistes cyclables du centre ville
  8. réouverture de la ligne Avignon - Carpentras
  9. http://reouverture-avignon-carpentras.fr/objectifs/les-avantages
  10. Navette du Mont Serein
  11. population des Amandiers en 2006
  12. population du Pous du plan en 2006
  13. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1731.
  14. Mémoires de l'Académie des sciences, agriculture, arts et belles-lettres d'Aix, Volumes 7 à 8, Nicot et Aubin, 1857.
  15. Michel Mayer-Crémieux, « Recherches historiques et généalogiques chez les juifs du Comtat » (consulté le 8 octobre 2009)
  16. Émile G. Léonard, Chanceliers, notaires comtaux et notaires publics dans les actes des comtes de Toulouse, Bibliothèque de l'école des chartes, Année 1955, Volume 113, p. 37-74
  17. a et b Historique du marché de Carpentras
  18. Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Éditions Publitotal,‎ 1er novembre 1987, 495 p.
    Carpentras p. 444 Porte d’Orange et plan des fortifications et Carte n°14 Provence-Alpes-Côte d'azur, B.38.688.87
  19. « La porte d'Orange », sur Ville de Carpentras (consulté le 21 mars 2013)
  20. « La salle de prière de la synagogue de Carpentras », Ministère de la Culture (consulté le 29 juillet 2007)
  21. (en) Bernhard Blumenkranz, « Cavaillon », sur Jewish Virtual Library,‎ 1972
  22. Blumenkranz 1972, p. 209
  23. Après la réunion, il fut célébré une messe où tous jurèrent d'être fidèles au roi et à la loi. Puis l'on chanta le Ça ira et Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille ?. R. Moulinas, op. cité.
  24. La ville de Carpentras n'était pas représentée par ses notables et ce ne fut que le 23 février, à contrecœur et sous la pression populaire, que ceux-ci acceptèrent d'adhérer au pacte fédératif.
  25. http://archives.vaucluse.fr/1286-l-evolution-du-territoire.htm
  26. L'Illustration, N° 4505 à 4517, 1929 et Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931.
  27. Le cimetière juif fait un pas vers le tourisme de groupe
  28. Ministère de l’Intérieur - Scrutin du 20 septembre 1992
  29. Ministère de l’Intérieur - Scrutin du 29 mai 2005
  30. Scrutin présidentiel de 2007
  31. Ministère de l’Intérieur - Élections législatives de juin 2007
  32. Élections municipales de 2008 - Carpentras
  33. Ministère de l’Intérieur - Élections Européennes de 2009
  34. Composition du conseil municipal 2008 - 2014 sur www.carpentras.fr Consulté le 21 septembre 2009
  35. Voir le livre de Paul de Faucher, Liste des anciens syndics et consuls, des officiers municipaux, maires et adjoints de Carpentras, du XIIIe siècle jusqu'à nos jours, précédée de quelques notes historiques sur l'ancienne administration municipale de cette ville. Avignon : Seguin frères, 1893. In-8°, 48 pages.
  36. Tribunal de Commerce de Carpentras
  37. adresse prud'homme Carpentras
  38. article sur le site officiel de la Mairie de Carpentras
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  41. [PDF] « Pyramide des âges de Carpentras au recensement de 2008 », INSEE
  42. « Population totale par sexe et âge de Vaucluse », INSEE
  43. Paroisse Saint Siffrein
  44. Données INSEE - Unité urbaine : Carpentras
  45. Données INSEE - Unité urbaine : Avignon
  46. Sources des données INSEE -
  47. a et b L'emploi et le chômage à Carpentras
  48. Données démographiques d'après l'INSEE compulsées par
  49. « Notice no PA00081996 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. « Notice no PA00082014 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  51. « Notice no PA00081997 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  52. « Graineterie Roux », base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. « Aqueduc », base Mérimée, ministère français de la Culture
  54. « Chapelle du collège », base Mérimée, ministère français de la Culture
  55. « Château du Martinet », base Mérimée, ministère français de la Culture
  56. « Chapelle Saint-Martin de Serres », base Mérimée, ministère français de la Culture
  57. « Hôtel de la Sous-Préfecture », base Mérimée, ministère français de la Culture
  58. « Notice no PA00135630 », base Mérimée, ministère français de la Culture (décor intérieur)
  59. Armorial des communes du Vaucluse
  60. Malte-Brun, in la France illustrée, tome V, 1884