Pascal Blanchard (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pascal Blanchard
Pascal Blanchard - Février 2013.jpg
Pascal Blanchard à Grenoble en 2013.
Fonction
Directeur de recherche au CNRS
Biographie
Naissance
(58 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Historien, documentariste, chercheurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Dir. de thèse

Pascal Blanchard, né le , est un historien (docteur en histoire de l’université Panthéon-Sorbonne), documentariste, essayiste et co-directeur d'agence française de communication-muséographique. Il est spécialisé dans l'Empire colonial français, les études postcoloniales et l'histoire de l'immigration. Auteur de nombreux ouvrages, il a notamment contribué à une meilleure connaissance du phénomène des zoos humains.

Ses ouvrages ou son approche du passé colonial ont fait l'objet de nombreuses réactions médiatique, mais aussi de critiques et déclenché des débats avec des historiens et des journalistes lui reprochant d'être un intellectuel engagé et de donner une image réductrice, voire militante du passé colonial.

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études en génie civil à l'École du bâtiment et des travaux publics (EBTP) de Vincennes, il décide de suivre des études d'histoire.

Auteur d'une thèse sur le « Nationalisme et colonialisme. Idéologie coloniale, discours sur l’Afrique et les Africains de la droite nationaliste française, des années 30 à la Révolution nationale. », à la suite de ses recherches au Centre de recherches africaines de la rue Mahler à Paris, Pascal Blanchard est titulaire d'un doctorat en histoire[1] obtenu en 1994 à l'université Panthéon-Sorbonne.

Membres du jury de la thèse (Mention Très Honorable, Félicitations du Jury) : directeur de thèse-rapporteur le professeur Jean Devisse (spécialiste de l’Afrique) ; Annie Rey Goldzeiguer présidente de jury, professeure à l’université de Reims (spécialiste du Maghreb colonial et de l’Algérie), Gilles Boëtsch, directeur de recherches au CNRS, anthropologue, directeur de l’UMR 221 (spécialiste de l’anthropologie biologique et du racisme), Marc Lagana, professeur à l’université de Montréal (spécialiste du parti colonial et de l’histoire coloniale), Jean-François Sirinelli, professeur à l’université de Lille-III (spécialistes des droites nationalistes et des idées politiques au XXe siècle en France) ; Daniel Rivet, professeur à Paris I (spécialiste du Maghreb colonial et du Maroc).

Allocataire de recherche (université Panthéon-Sorbonne) du ministère de la Recherche et de la Technologie, université Paris-I-Sorbonne - Rectorat de Paris, 1990-1993. Rattaché au centre de recherches africaines (rue Malher), (dirigé par Jean Boulègue et Jean Devisse).

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a été chercheur-associé au Laboratoire CERSOI (Centre d'études et de recherche sur les sociétés de l'océan Indien) (Aix-en-Provence) GDR 015 CNRS / Aix-en-Provence), 1995-2000 (dirigé par Hubert Gerbeau).

Chercheur-associé au GDR 2322 et UMR 6578 du CNRS Anthropologie des représentations du corps, Groupe de recherche Anthropologie des représentations du corps (Marseille), Faculté de médecine de Marseille (La Timone), 2000-2008 (dirigé par Gilles Boëtsch).

Il est, depuis 2008 et jusqu'en novembre 2020, chercheur associé au Laboratoire Communication et Politique du CNRS[2](dirigé par Isabelle Veyrat-Masson).

Depuis 2019, Pascal Blanchard est membre du Comité d'orientation[3] du Club XXIe siècle, une association loi 1901 dont l'objectif est la promotion positive de la diversité et de l'égalité des chances[4].

Depuis décembre 2020, il est chercheur-associé au Centre d'histoire internationale et d'études politiques de la mondialisation (CHRIM)[5] à l'université de Lausanne (UNIL).

Fin 2020, il est chargé par Nadia Hai, ministre déléguée à la Ville de conduire un comité scientifique paritaire comprenant 18 personnes au total, des historiens dont Pascal Ory, des responsables associatifs (Aïssata Seck, de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage), les écrivains Leïla Slimani et David Diop, l'actrice Rachel Khan et la journaliste Isabelle Giordano. Ce comité doit établir un recueil de noms de 300 à 400 fiches biographiques concernant des personnalités « qui ont contribué à notre Histoire mais n'ont pas encore trouvé leur place dans notre mémoire collective », mis à dispositions des collectivités territoriales en vue de renouveler les noms de rues ou d'établissements publics. Il devait être rendu public en janvier 2021[6]. Il a été remis le à Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et à Nadia Hai, ministre chargée de la Ville, et publié le même jour, sous le nom de Portraits de France[7],[8],[9].

Interventions dans les médias[modifier | modifier le code]

Pascal Blanchard est, et a été chroniqueur dans plusieurs émissions, comme 28 minutes sur Arte[10] ou la Grande table sur France culture, mais aussi les Informés sur France Info.

Travaux[modifier | modifier le code]

Spécialisation en études coloniales et post-coloniales & dans l'histoire de l'immigration[modifier | modifier le code]

Le domaine d'intervention de Pascal Blanchard est le « fait colonial », les immigrations « des Suds » en France, l'imaginaire colonial, l'histoire des présences combattantes et sportives en France et l'histoire du corps. Il intervient régulièrement dans les débats pour promouvoir un autre rapport du présent au passé colonial, aux questions de l'identité et à la relation à l'histoire des immigrations « des Suds » (coloniales et post-coloniales) en France. En parallèle, il a travaillé sur la notion de « culture coloniale » en s’attachant aux conséquences, dans les métropoles, des enjeux coloniaux et ses influences idéologiques dans les domaines de la culture, de la politique, des expositions et de la littérature.

Pascal Blanchard est avec Eric Deroo à l'origine de la publication d'une série de huit ouvrages intitulée Un siècle d’immigration des Suds en France (XIXe – XXe siècles) publication qui s'échelonne entre 2001 et 2010[11]. Il co-anime dans le cadre de ce travail une équipe de 150 chercheurs et historiens, en partenariat avec de nombreuses institutions, collectivités territoriales, des associations, groupes de recherches et universités, pour proposer une histoire des migrations coloniales sur le territoire hexagonal (Le Paris noir ; Le Paris Asie ; Le Paris arabe ; Marseille, Porte sud; Sud-Ouest, Porte des outre-mer ; Lyon, Capitale des outre-mers ; Frontière d’empire du Nord à l’Est ; Grand-Ouest, mémoire des outre-mers…). Il coordonne l'édition de ces huit ouvrages chez La Découverte dans un coffret rassemblant 4 500 documents iconographiques, près de 150 contributions et une anthologie de l'histoire de l'immigration des Suds en France. Dans le prolongement de ce coffret, il a dirigé la réalisation d'une quinzaine d'expositions itinérantes (spécifiquement régionales) qui retracent dans chaque région un siècle de présence migratoire.

Groupe de recherche Achac[modifier | modifier le code]

En 1989, avant la fin de ses études d'histoire, il fonde, avec Nicolas Bancel, des chercheurs et divers politiques, le Groupe de recherche Achac qui se fixe l'objectif de travailler « sur les représentations et les imaginaires coloniaux et postcoloniaux ». L'Achac se définit comme — « un collectif de chercheurs constitué autour d'un réseau international d’universitaires et de chercheurs » travaillant sur « plusieurs champs liés à la question coloniale et postcoloniale (idéologies politiques de la colonisation, développement des cultures coloniales et postcoloniales ; zoos humains et spectacles ethniques, représentations de l’altérité ; histoire militaire et troupes coloniales), mais aussi à l’histoire des immigrations des suds à travers différents programmes[12] ». —

Le travail de recherche s'est attaché dans un premier temps aux notions de stéréotypes et d’imaginaires[13],[14],[15]. À travers plusieurs programmes et ouvrages (L'Appel à l'Afrique, Zoos humains, L'Autre et nous, Corps & couleurs…), il a cherché à analyser les prolongements contemporains de la représentation coloniale, mais aussi l'impact des représentations pendant la période coloniale[16],[17],[18]. En 2004, il dirige avec Nicolas Blancel, Gilles Boëtsch, Éric Deroo et Sandrine Lemaire un ouvrage intitulé les Zoos humains: au temps des exhibitions humaines, consacrées notamment aux grandes expositions coloniales du XIXe au XXe siècle, notamment celle de 1931[19],[20]. Il a cherché à suivre les mécanismes qui structurent la relation entre colonisé et colonisateur et fut l'un des premiers chercheurs en France (Images et colonies, 1993[21]) à souligner l'importance des imaginaires dans l'élaboration d'une pensée coloniale[n 1]. Deux de ses derniers ouvrages s’inscrivent dans cette perspective : Le racisme en images (2021) et Colonisation & propagande - Le pouvoir de l’image (2022)

Co-réalisation de documentaires[modifier | modifier le code]

En 2014, avec Rachid Bouchareb, il co-réalise une série de 50 films Frères d'armes. Ils se sont battus pour la France depuis plus d'un siècle[22], suivi de la série de 45 films Champions de France en 2015-2016. En 2017, il propose, en coréalisation avec Lucien Jean-Baptiste, une troisième série de 42 portraits, toujours pour France télévisions, intitulée Artistes de France.

Il a participé à la réalisation de plusieurs documentaires télévisés: Les Zoos humains, Arte, 2002 ; Paris couleurs[23], France 3, 2005 ; Des noirs en couleur. L’histoire des joueurs afro-antillais et néo-calédoniens en équipe de France de football[24], Canal +, 2008, Noirs de France (en trois parties), France 5, 2012, Les Bleus, une autre histoire de France, France 2, 2016, Sauvages, au cœur des zoos humains, Arte, 2018, Décolonisations. Du sang et des larmes (en 2 parties), France 2, 2020) et a collaboré à plus d'une dizaine de films de fiction ou documentaires.

Le documentaire Décolonisations: du sang et des larmes, réalisé avec David Korn-Brzoza en 2020 propose des images d'archives peu connues[25] et des témoignages de descendants de victimes de la décolonisation[26],[27]; il prend appui sur un ouvrage, Décolonisations françaises. La chute d'un Empire, aux éditions de la Martinière, également publié en 2020[28] ; il évoque« le travail forcé, les croix marquées au rasoir sur les visages, les mauvaises pommes de terre données « aux colonisés et aux cochons » »[29] et montre ce que les livres scolaires ont longtemps passé sous silence[30]. Le documentaire, vu par deux millions et demi de téléspectateurs[31], a le mérite, Selon El Watan, de porter à la connaissance du grand public des pratiques coloniales telles que « la torture, le massacre de populations civiles, l’élimination des opposants et jusqu’à l’utilisation du napalm » qui entrent en contradiction avec les valeurs humanistes[32]. Les représentations des colonies par le discours officiel français sont confrontées aux paroles des témoins[33]. Le documentaire se distingue par la qualité du travail de contextualisation historique selon Le Nouvel Observateur[34], le contexte étant d'abord celui de la Seconde guerre mondiale puis celui de la Guerre froide ; il attire l'attention sur des responsabilités toujours « non assumées »[35]. Parmi les intervenants, certains sont célèbres comme des membres du groupe Zebda, Manu Dibango, la journaliste Mélanie Wanga, l’ex-footballeur Lilian Thuram, et « permettent d’incarner au présent les blessures de l’histoire » selon Jeune Afrique[36]. Le film a fait l'objet d'une controverse dans Le Figaro avec les historiens Pierre Vermeren - un des animateurs de l'Observatoire du décolonialisme - et Jean-Louis Margolin qui y ont vu une œuvre purement « commerciale » présentant une « vision culpabilisatrice du passé colonial » français au risque de nourrir un « ressentiment » des immigrants contre la France[37],[38]. Ces critiques ont été rejetées par Pascal Blanchard et Nicolas Bancel au motif entre autres qu'elles seraient caricaturales et idéologiques[39][pertinence contestée][34].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Pascal Blanchard a publié ou codirigé plus d'une soixantaine d'ouvrages (hors traductions) et revues sur les thèmes de la colonisation, la décolonisation et de l'immigration, notamment La France noire (en collectif), Paris, La Découverte[40] ; La France arabo-orientale (en collectif), Paris, La Découverte, 2011-2013[41] ; Décolonisations françaises. La chute d’un l’Empire (avec Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire), Paris, Editions de la Martinière, 2020) ; La Fracture coloniale (en collectif), Paris, La Découverte, 2005[42] ; Les Guerres de mémoire. La France et son histoire (avec Isabelle Veyrat-Mason), Paris, La Découverte, 2008 ; Human Zoos: Science and Spectacle in the Age of Colonial Empires, Liverpool, Liverpool University Press, 2009 ;  Culture coloniale en France de la révolution française à nos jours, Paris, CNRS éditions, 2008 ;  Exhibitions. L'invention du sauvage, Paris-Arles, Musée du quai Branly/Actes sud, 2011 ; Atlas des immigrations en France, Paris, Autrement, 2021 ;  Les Années 30. Et si l'histoire recommençait ?, Paris, éditions de la Martinière, 2017 ; Décolonisations françaises. La chute d'un empire, Paris, Editions de la Martinière, 2020) ; plusieurs séries d’articles.

Concepteur réalisateur de musées et expositions[modifier | modifier le code]

Pascal Blanchard a réalisé plusieurs expositions sur le thème de la colonisation et de l'immigration, dont Images d'empire (1996), L'appel à l'empire (1997) et Images et Colonies (1993). Ainsi que l'exposition Zoos humains[43] à l'AfricaMuseum (Bruxelles, Belgique). En 2012, il a été le co-commissaire d'exposition avec Nanette Snoep et Lilian Thuram[44] de Exhibitions. L'invention du sauvage[n 2] au Musée du quai Branly[45], prix de la meilleure exposition 2012 aux Globes de cristal Art et Culture[46].

En 2014-2015, il a réalisé trois expositions itinérantes en lien avec les commémorations du Centenaire de la Grande Guerre (1914-1918) et du 70e anniversaire de la Libération de la France (1943-1945), sous le titre Ensemble. Présences maghrébines et orientales dans l'armée française et Présences des Afriques, des Caraïbes et de l'océan Indien dans l'armée française et Ensemble. Près de trois siècles de présences asiatiques et du Pacifique dans l'armée française.

En 2016, il a réalisé l'exposition Champions de France suivie, en 2017, de l'exposition Artistes & Diversités en France. En 2021, il conçoit et anime l'exposition Histoire, Sport & Citoyenneté sur le thème des Jeux olympiques « Des Jeux olympiques d'Athènes 1896 aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 » pour la CASDEN Banque populaire. Il a été aussi en 2021 co-commissaire de l'exposition au musée de l'Homme Portraits de France.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Pascal Blanchard recommande depuis plusieurs années la création d'un musée des histoires coloniales en France[47],[48] sur le modèle du musée afro-américain de Washington.

En 2005, lors du lancement du groupe des Indigènes de la République (PIR), Pascal Blanchard critique celui-ci avec Nicolas Bancel — aucun des deux n’a signé cette appel — dans Le Monde mais précisent que « L'appel des Indigènes de la République a le grand mérite de rappeler, fût-ce sur un mode provocateur, que la “culture coloniale” est toujours à l'œuvre en France aujourd’hui. Une évidence que beaucoup se refusent à reconnaître »[49]. Il est cependant rejeté par Houria Bouteldja et ses partisans comme étant un « intellectuel blanc », déclarant que Pascal Blanchard (et d'autres chercheurs) se serait « emparé du postcolonial, l'aurait débarrassé de sa radicalité et de fait rendu acceptable »[50]. Il critique régulièrement ce groupe indigéniste tandis que ses travaux font l'objet d'attaques régulières de leur part[51].

Il s'est attaché à la notion d'« idéologie coloniale » et à celle des héritages post-coloniaux, autour de la notion de « mémoire coloniale » afin de mesurer l'impact de ces questions dans les enjeux de citoyenneté contemporains dont l'ouvrage collectif La Fracture coloniale. La société française au prisme des héritages coloniaux (2005), qui regroupe les contributions de 23 historiens, sociologues, politologues et ethnologues, propose une première synthèse. En 2015, Sonya Faure, journaliste au journal Libération, reviendra sur cet ouvrage et mentionnera que le livre « avait agité le monde universitaire et le débat public. Dix ans après, le sillon du postcolonialisme est mieux connu, il nourrit des recherches, structure la pensée d'une partie du monde militant. Mais les espoirs des auteurs, qui pensaient encore que l'histoire des immigrations entrerait peu à peu “dans le récit de la nation”, ont été douchés. “De la fracture coloniale, écrivent-ils aujourd'hui, nous sommes passés à la fracture identitaire”[52]. » Il a précisé sa pensée sur le postcolonialisme et revient sur cette notion, tout en se distinguant nettement du décolonialisme, dans une tribune pour Politis publiée en janvier 2022 avec Nicolas Bancel[53].

En 2010, Pascal Blanchard publie avec Lilian Thuram, Rokhaya Diallo, Marc Cheb Sun et François Durpaire un Appel pour une République multiculturelle et post-raciale[54],[55].

La valorisation de la « diversité » dans la société française que soutient Pascal Blanchard, notamment dans le cadre de plusieurs missions dans différents gouvernements depuis 15 ans, ont été au regard de ses prises de positions, critiquées par certains activistes[réf. nécessaire] ou ont reçu, à contrario, un fort soutien dans l'opinion et dans les médias[réf. nécessaire][56],[57]. Actif au sein de l'informel groupe des Gracques, composé notamment de hauts fonctionnaires, Pascal Blanchard a commencé à recevoir l'attention d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017[58] et échange depuis régulièrement avec lui[58].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Les travaux de Pascal Blanchard sont soutenus par le président du CNRS, Antoine Petit, qui fut préfacier de Sexualités, identités et corps colonisés, et par Benjamin Stora qui estime que « Blanchard a défriché un territoire sur la question coloniale ».

Pour Jean-Pierre Chrétien, au sujet du livre La Fracture coloniale, « la thèse nous paraît réductrice à plus d'un titre », mais « la question est importante et mérite d'être discutée. » Selon l'anthropologue Jean Copans, l'ouvrage est d'une lecture « bénéfique » mais fait « l'impasse sur les dynamiques sociales et les configurations économiques et politiques de l'évolution postcoloniale de la société française »[59]. L'historienne Catherine Coquery-Vidrovitch souligne pour sa part que « l'accueil brutal parfois réservé par les spécialistes au présent ouvrage confirme un choc frontal entre « visions idéologiques obstinées et concurrentes » de la colonisation, des traites négrières ou des guerres coloniales […] c'est un phénomène nouveau, né d'un amalgame de mémoires travaillées par des affrontements politiques qui refusent de reconnaître la complexité inhérente aux processus historiques. »[59]

Pour l'historien Gérard Noiriel, en conflit depuis de nombreuses années avec Pascal Blanchard, auteur du Creuset français, la démarche des « Bâtisseurs de mémoire » (dont l'objet est de travailler à destination des grandes marques pour concevoir des musées), qui se distingue de celle du Groupe de recherche Achac, relève d'une « conception publicitaire de l'histoire » fondée sur les archives images dans la perspective de l'« histoire-mémoire »[60]. Deux appréhensions de l'histoire de l'immigration en France opposent Pascal Blanchard et Gérard Noiriel, l'un distingue les différentes immigrations et leurs histoires propres (et imaginaires), l'autre fédère dans un tout ce récit au cœur du Creuset français[réf. souhaitée]. Pascal Blanchard a répondu point par point à ses critiques dans plusieurs articles[61],[62].

Pour l'historien Michel Renard (auteur entre autres, avec Daniel Lefeuvre Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?, souvent associé au courant dit de « l'anti-repentance »), les thèses de Pascal Blanchard sur la « fracture coloniale » et la « postcolonialité » qui expliqueraient le vécu et le langage de secteurs de la population française stigmatisés, ethnicisés, déréalisés, etc., ne s'appuient sur aucun travail historique. Il soutient que «[Pascal Blanchard] utilise une image militante du passé colonial qui altère gravement la réalité historique de la colonialité. En la schématisant à l'extrême[63].

Plusieurs historiens proches de l’Observatoire du décolonialisme, collectif « potache » créé en 2021 qui se réclame de l'universalisme républicain et cherche à « discréditer les travaux sur les questions de race »[64], sont très critiques de ses travaux.

Controverses[modifier | modifier le code]

Plusieurs critiques publiés dans la revue Agone reprochent à Pascal Blanchard son double profil d'historien et de co-directeur d'agence. Il serait, selon celles-ci, à l'origine d'une production historienne qui doit davantage au marketing qu'à la démarche habituelle des sciences sociales et des sciences humaines[65],[66]. En réponse à cet article, Gilles Boëtsch, président du Conseil scientifique du CNRS et directeur de recherches en anthropologie au CNRS (Marseille), dans une lettre envoyée le 10 décembre 2009 à la revue[67], a dénoncé la méthode employée d'un texte sous pseudonyme. Vincent Chambarlhac dans un article paru dans Dissidences analyse le contexte de cette controverse qui concernerait « une part de l’agency de l’extrême gauche française contemporaine, entre stratégie(s) académique(s), reconfiguration(s) politique(s) autour des questions du postcolonialisme, du marxisme et de son efficace politique sur la scène française ». Selon Vincent Chambarlhac, Nicolas Bancel et Pascal Blanchard auraient joué « une stratégie de challenger dans l’espace académique qui participe, par le biais de l’agence de communication qu’ils ont créé (Les Bâtisseurs de mémoire) de l’History Business »[68].

À l'automne 2017, dans un numéro spécial de la revue Cultures & Conflits, la professeure de lycée d'histoire-géographie Laurence de Cock, signe un long article sur le Groupe de recherche Achac[69]. Elle reproche également à Pascal Blanchard de « mêler stratégie entrepreneuriale et démarche académique »[69]. Elle dénonce « la démarche entrepreneuriale développée par Pascal Blanchard et l’ACHAC à destination des pouvoirs publics » et s'efforce de montrer « comment la multipositionnalité de l’ACHAC permet de brouiller les frontières entre la sphère du marketing et les codes académiques »[69].

Dans une tribune publiée fin 2019, Laurent Bouvet, Nathalie Heinich, Pierre-André Taguieff et Dominique Schnapper notamment critiquent le travail de Blanchard en raison de son manque de sérieux académique, de ses biais idéologiques, de sa porosité avec des activités commerciales (dans le cadre de l'agence Les Bâtisseurs de mémoire), et pour l'usurpation du titre de chercheur au CNRS alors qu'il n'y est que chercheur associé – donc coopté, et ce depuis près de 20 ans alors que l'usage est de quelques années tout au plus[70].

Publications[modifier | modifier le code]

Directions et codirections[modifier | modifier le code]

  1. Culture coloniale. La France conquise par son empire, 1871-1931, 2002.
  2. Culture impériale. Les colonies au cœur de la République, 1931-1961, 2004.
  3. Culture post-coloniale. Traces et mémoires coloniales en France, 1961-2006, 2006[75].

Préfaces et éditions critiques[modifier | modifier le code]

  • Paul Colin, Le Tumulte noir (avec Daniel Soutif), Arcueil : Anthèse, 2011. Édition originale du portfolio 1927.
  • Dominic Thomas, Noirs d'encre (postface avec Nicolas Bancel), Paris : La Découverte, 2013.
  • Crime de guerre. Rouen 9 juin 1940, de De Guillaume Lemaitre, Laurent Martin et Jean-Louis Roussel, L’Echo des vagues, 2022

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Concept de films publicitaires pour Cointreau Gastronomie, Les Bâtisseurs de mémoire, 1999. Réalisés par Éric Deroo et Éric Lange.
  • Réalisation avec Éric Deroo de Zoos humains, Zarafa films, 2002[n 3].
  • Réalisation avec Éric Deroo de Paris couleurs, Images et Compagnie, 2005.
  • Réalisation avec Morad Aït-Habbouche et texte avec Christophe Mamus de Des noirs en couleur, EBLV/Les Bâtisseurs d'images, 2010.
  • Auteur avec Juan Gelas de Noirs de France de 1889 à nos jours, Compagnie des phares et balises, 2012 (qui a reçu de nombreux prix dont une étoile à la SCAM et le prix du meilleur documentaire télévisuel[84],[85]).
  • Auteur avec Rachid Bouchareb de Exhibitions, 3B Productions, 2010.
  • Auteur avec Rachid Bouchareb de Frères d'armes, série de 50 films, Tessalit Productions, 2014.
  • Auteur avec Rachid Bouchareb de Champions de France, série de 45 films, Tessalit Productions, 2015.
  • Auteur-réalisateur avec Sonia Dauger et David Dietz, Les Bleus. Une autre histoire de France, documentaire, Blackdynamique/France 2, 2016.
  • Auteur avec Lucien Jean-Baptiste d'Artistes de France, série de 42 films, Bonne Pioche production, 2017.
  • Réalisation avec Bruno Victor-Pujebet de Sauvages, au cœur des zoos humains, documentaire, Bonne Pioche production, 2018[86].
  • Co-auteur avec David Korn-Brozza de Décolonisations. Du sang et des larmes, documentaire (en 2 parties de 80 minutes), Cinétévé Productions, 2020[87],[88].

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le corps et les couleurs de la peau sont des éléments centraux des compositions : le corps comme espace d'inscription de catégorisation raciale et culturelle mais aussi comme part étrange, érotique et exotique de l'« Autre » ; les couleurs comme mode de différenciation des populations colonisées, entre elles et par rapport au blanc. Les couleurs de la différence se constituent en code où chacun a désormais sa place dans le monde colonial. », Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, « Corps et couleurs dans les affiches françaises coloniales et ethnographiques », dans Coloris Corpus, CNRS Éditions, Paris, 2008, p. 277. Le dernier volet de ce travail a été publié par Liverpool University Press (2008), dans le cadre d’un ouvrage collectif, version revue et augmentée du travail de 2002, sous le titre : Human Zoos. Science and Spectacle in the Age of Colonial Empires
  2. L’exposition Exhibitions. L‘invention du sauvage met en lumière l‘histoire de femmes, d‘hommes et d‘enfants, venus d‘Afrique, d‘Asie, d‘Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident à l‘occasion de numéros de cirque, de représentations de théâtre, de revues de cabaret, dans des foires, des zoos, des défilés, des villages reconstitués ou dans le cadre des expositions universelles et coloniales.
  3. Ce film d'Eric Deroo retrace l'histoire des zoos humains, symboles inavouables de l'époque coloniale et du passage du XIXe au XXe siècle, qui ont été totalement refoulés de notre histoire et de la mémoire collective.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nationalisme et colonialisme : Idéologie coloniale, discours sur l'Afrique et les Africains de la Droite nationaliste française, des années 30 à la Révolution Nationale (1994) sous la direction de Jean Devisse, 3 vol. 717 pp.
  2. « Communication et Politique », sur lcp.cnrs.fr (consulté le ).
  3. « Le Club XXIe Siècle se dote d'un comité d'orientation », sur Club XXIe siècle, (consulté le )
  4. « Le Club », sur Club XXIe siècle (consulté le )
  5. « Le CRHIM », sur www.unil.ch (consulté le )
  6. article du figaro.fr du 16 décembre 2020 : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/comment-le-gouvernement-veut-diversifier-les-noms-de-rue/ar-BB1bZ1M7
  7. Conseil scientifique, Ministère chargé de la ville, « Portraits de France » [PDF], sur www.cohesion-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  8. Noms de rues : une liste de 318 personnalités pour promouvoir la diversité, Vie publique, 23 mars 2021
  9. 318 personnalités de la diversité pour des noms de rues : "Choisissez !", lance Pascal Blanchard aux maires, France Inter, 14 mars 2021
  10. « 28 minutes - Le club - Énergie / Colère sociale / Liz Truss (21/10/2022) - Regarder l’émission complète », sur ARTE (consulté le )
  11. Stéphanie Binet, «Quand la France imaginait ses immigrés», Libération le 26 février 2010, reproduit dans Histoire coloniale et postcoloniale, « “Un siècle d’immigration des Suds en France”, par l’Achac », sur histoirecoloniale.net, (consulté le )
  12. « Qui sommes-nous ? », sur achac.com (consulté le )
  13. Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Francis Delabarre, Images d’empire, La Martinière,
  14. Farid Abdelouahab, Pascal Blanchard, Les années 30, et si l’histoire recommençait ?, La Martinière,
  15. Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Le racisme en images, La Martinière,
  16. Jean-Pierre Albert, Bernard Andrieu, Gilles Boëtsch, Dominique Chevé, Pascal Blanchard, Coloris Corpus, CNRS Éditions,
  17. Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire, Nicolas Bancel, Culture coloniale en France de la révolution française à nos jours, CNRS Éditions,
  18. Gilles Boëtsch, Dominique Chevé, Pascal Blanchard, Corps et couleurs, CNRS Éditions,
  19. Jean-François Bert, « Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boetsch, Éric Deroo, Sandrine Lemaire, dirs, Zoos humains. De la Vénus hottentote aux reality shows », Questions de communication [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 09 août 2013, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.7539
  20. « Zoos humains: comment l'autre devient un animal de foire », sur Les Inrocks (consulté le )
  21. « Persée »
  22. « frères d'armes »
  23. « site du Groupe de recherche achac »
  24. « Africultures »
  25. « Télévision. La décolonisation, une histoire de cohérence », sur L'Humanité, (consulté le )
  26. « « Décolonisations, du sang et des larmes » : la souffrance et l’amertume en héritage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Sur France 2, “Décolonisations, du sang et des larmes” fait entendre les voix meurtries d’une histoire occultée », sur Télérama, (consulté le )
  28. Malick Diawara, « Docu télé – France 2 : « Décolonisations, du sang et des larmes » », sur Le Point, (consulté le )
  29. « « Décolonisations, du sang et des larmes », une soirée pour panser les décolonisations françaises », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  30. Malika El Kettani, « "Décolonisations, du sang et des larmes" : la parole aux décolonisés », sur lecourrierdelatlas, (consulté le )
  31. « Décolonisations en « prime time » : phénomène éditorial et médiatique de 2020 », sur RFI, (consulté le )
  32. « Décolonisations : du sang et des larmes sur France 2 : Le documentaire-événement de la rentrée | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le )
  33. « La décolonisation autrement », sur www.lhistoire.fr (consulté le )
  34. a et b « « Décolonisations, du sang et des larmes », le déclin annoncé de l’Empire français », sur L'Obs, (consulté le )
  35. Myriam Attaf, « « Décolonisations : du sang et des larmes » : un documentaire pour assumer la violence du passé colonial français », sur SaphirNews.com | Quotidien d’actualité sur le fait musulman en France (consulté le )
  36. « Décolonisations : la télévision française pose enfin des images sur l’horreur – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  37. «Le documentaire Décolonisations, du sang et des larmes : une œuvre commerciale sans déontologie, pas un travail d’historien», Pierre Vermeren, Le Figaro, 16 octobre 2020
  38. Décolonisations, du sang et des larmes: «La fabrique du ressentiment.», Jean-Louis Margolin, Le Figaro, 21 octobre 2020
  39. Documentaire «Décolonisations»: Réponse à Pierre Vermeren et Jean-Louis Margolin, Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, Le Figaro, 23 novembre 2020
  40. «La France noire a suscité un fort intérêt et donné lieu à des éloges multiples [...] Depuis novembre 2011, date de parution de l’ouvrage, les interviews de Pascal Blanchard et les articles de presse au sujet de La France noire se multiplient sur France Culture, France Inter, RFI, Libération, Le Monde, Le Figaro, etc. », DE LA SOUCHèRE Muriel, BARTHéLéMY Pascale, PEIRETTI Delphine et al., « Images, lettres et sons », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2012/3 (No 115), p. 161-180. DOI : 10.3917/vin.115.0161. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2012-3-page-161.htm
  41. Corinne Delmas, « Pascal Blanchard, Naïma Yahi, Yvan Gastaut, Nicolas Bancel (dir.), La France arabo-orientale. Treize siècles de présences du Maghreb, de la Turquie, d’Égypte, du Moyen-Orient et du Proche-Orient », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le )
  42. Jean-Paul Salles, « Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, La fracture coloniale. La société française au prisme de l'héritage colonial, Paris, La Découverte/Poche, 2006, 315 p. », Dissidences,‎ (ISSN 2118-6057, lire en ligne, consulté le )
  43. « Zoo humain. Au temps des exhibitions coloniales » Accès libre, sur Africa Museum (consulté le )
  44. Site de la Fondation Lilian Thuram - Éducation contre le racisme
  45. Présentation de l'exposition au Musée du Quai Branly
  46. « Exhibitions. L'invention du sauvage : Prix de l'exposition de l'année 2011 », sur Africultures.
  47. « Manifeste pour un musée des histoires coloniales » (consulté le )
  48. « « Pour un musée des colonisations et de l’esclavage ! » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  49. « Le Monde.fr - Actualité à la Une », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  50. « Un credo pour les antiracistes », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. « Exhibit B : les mésaventures de l’antiracisme blanc - Les Indigènes de la République », sur indigenes-republique.fr (consulté le ).
  52. Sonya Faure, « France invisible contre minorités visibles » (consulté le ).
  53. Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, « La « théorie décoloniale » ou l’invention d’un ennemi commun » Accès libre, sur Politis, (consulté le )
  54. http://www.achac.com/file_dynamic/Appel_pour_une_republique_multiculturelle_et_postraciale.pdf
  55. « Thuram et quatre personnalités lancent un appel à une "République multiculturelle et post-raciale" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. « On parle racisme et histoire coloniale avec l'historien Pascal Blanchard » Inscription nécessaire, sur TF1 (consulté le )
  57. « C l'hebdo S5 : Invités : Catherine Hill, Pascal Blanchard et Hugo Clément » Accès libre, sur France TV (consulté le )
  58. a et b Alexandre Devecchio, « Pascal Blanchard, l’indigéniste «cool» qui murmure à l’oreille de Macron », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  59. a et b Autour d'un livre, Politique africaine, 2006/2 (No 102)
  60. Gérard Noiriel, Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, Agone, coll. « Éléments », 2010, p. 201.
  61. Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, « La fabrique du dénigrement – sur le postcolonial », AOC,‎ (lire en ligne)
  62. Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, « Professer le faux : il faut brûler l’histoire coloniale – sur le postcolonial », AOC,‎ (lire en ligne)
  63. « L'aphasie de Nicolas Bancel et Pascal Blanchard face aux critiques historiennes », Études coloniales, 26 janvier 2008».
  64. Thibaut Sardier, « L'observatoire qui se rit de chercheurs «décoloniaux» », sur Libération (consulté le )
  65. Camille Trabendi, « Sur la fonction de deuxième et de troisième couteau (de poche) », Agone, no 41/42, 2009.
  66. Sylvain Laurens, « Postcolonial Business (1) », sur agone.org, (consulté le )
  67. « Pascal Blanchard en "Free Lance Researcher" » par Camille Trabendi, 18 mai 2010, extrait de « Les intellectuels, la critique et le pouvoir », Agone, no 41/42, 2009, en lien avec un article de Sylvain Laurens.
    Voir l'ouvrage Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française (La Découverte, 2010) pour une réponse à cette critique, notamment l'introduction p. 15-16 et la note 19.
  68. Vincent Chambarlhac, « Das Unheimliche (Postcolonialisme et reconfiguration à l’extrême gauche) Autour d’une configuration, à partir de : Race et Capitalisme, Les Cahiers de l’émancipation, Syllepse, mai 2012 », Dissidences, 5, 2013, mis en ligne le 3 mai 2013, consulté le 23 janvier 2021.
  69. a b et c Laurence De Cock, « L’Achac et la transmission du passé colonial : stratégies entrepreneuriales et culturalisation de la question immigrée dans la mémoire nationale », Cultures & Conflits, no 107,‎ , p. 105–121 (ISSN 1157-996X, DOI 10.4000/conflits.19563, lire en ligne, consulté le ).
  70. « Les bonimenteurs du postcolonial business en quête de respectabilité académique », lexpress.fr, , mis à jour le .
  71. Abdourahman Ali Waberi, « Pascal Blanchard, Stéphane Blanchoin, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Hubert Gerbeau (dir.) : L'Autre et Nous : «Scènes et Types», 1995 », Hommes & Migrations, vol. 1197, no 1,‎ , p. 53–54 (lire en ligne, consulté le )
  72. Nadia Mohia, « Blanchard Pascal, Bancel Nicolas, De l’indigène à l’immigré, Paris, Editions Gallimard, Collection «Découvertes» », Revue des Sciences Sociales, vol. 25, no 1,‎ , p. 182–183 (lire en ligne, consulté le )
  73. Jean-François Bert, « Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boetsch, Éric Deroo, Sandrine Lemaire, dirs, Zoos humains. De la Vénus hottentote aux reality shows », Questions de communication, no 3,‎ (ISSN 1633-5961, lire en ligne, consulté le )
  74. Douanla, Sylvestre Mekem (2006) "Nicolas BANCEL , Pascal BLANCHARD , Gilles BOËTSCH , Eric DEROO et Sandrine LE MAIRE (2002). Zoos humains, de la Vénus hottentote aux reality shows, " Présence Francophone: Revue internationale de langue et de littérature: Vol. 66 : No. 1 , Article 15. Available at: https://crossworks.holycross.edu/pf/vol66/iss1/15
  75. https://hsf-france.com/sites/ecarts-identite.org/IMG/pdf/19ei-109-notes-lecture.pdf
  76. Grégoire Leménager, “Des études (post)coloniales à la française”, Labyrinthe [Online], 24 | 2006 (2), Online since 25 July 2008, connection on 02 December 2022. URL: http://journals.openedition.org/labyrinthe/1251; DOI: https://doi.org/10.4000/labyrinthe.1251
  77. « LA RÉPUBLIQUE COLONIALE. Essai sur une utopie, de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  78. Arnaud Fossier, Pour une paxtonisation de l'histoire nationale, nonfiction.fr, 7 octobre 2008
  79. Entretien, La grande table (France Culture) : Pascal Blanchard, « Comment éviter la guerre des identités ? » [audio], sur franceculture.fr,
  80. Dominique Ranaivoson, « Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Dominic Thomas, dirs, Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale », Questions de communication, vol. 32, no 2,‎ , p. 400–401 (ISSN 1633-5961, lire en ligne, consulté le )
  81. Mailys Lanquy, « Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Christelle Taraud et Dominic Thomas, Sexe, Race et Colonies. La domination des corps du xve siècle à nos jours », Cahiers des Amériques latines, no 93,‎ , p. 212–220 (ISSN 1141-7161, lire en ligne, consulté le )
  82. Clara Palmiste et Christelle Lozère, « Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Christelle Taraud, Dominic Thomas (dir.), Sexe, Race & Colonies. La domination des corps du xve siècle à nos jours », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 54,‎ , p. 276–285 (ISSN 1252-7017, lire en ligne, consulté le )
  83. Henriette Casaubieilh, « Colonisation et propagande. Le pouvoir de l'image », Historia,‎ (lire en ligne Accès libre)
  84. « respect mag »
  85. Voir sur allocine.fr.
  86. Virginie Félix, « Sauvages, au cœur des zoos humains », Télérama,‎ (lire en ligne Accès payant)
  87. Mouloud Mimoun, « Décolonisations : du sang et des larmes sur France 2 : Le documentaire-événement de la rentrée », El Watan,‎ (lire en ligne Accès libre)
  88. Marie Cailletet, « Sur France 2, “Décolonisations, du sang et des larmes” fait entendre les voix meurtries d’une histoire occultée », Télérama,‎ (lire en ligne Accès payant)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]