IHU Méditerranée Infection

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
IHU Méditerranée Infection
upright=Article à illustrer Organisation
Logo du IHU Méditerranée Infection
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Campus
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Présidente
Yolande Obadia
Directeur
Dépend de
Site web

L'institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille (IHU Méditerranée Infection) ou « IHU MI » est un institut hospitalo-universitaire créé en 2011 sous la forme d'une fondation de coopération scientifique, et inauguré en .

L'institut, dirigé par le professeur Didier Raoult, a comme membres fondateurs l'université d'Aix-Marseille, l'AP-HM, l'Institut de recherche pour le développement (IRD), le Service de santé des armées, BioMérieux, et l'Établissement français du sang (EFS). L'Inserm et le CNRS s'en sont dissociés après l'évaluation scientifique du centre en 2018. L'IRD envisage de se désengager de l'IHU à la suite de la révélation de financements versés dans un contexte de conflit d'intérêts.

Présentation[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Lauréat des investissements d'avenir en 2011, le projet d’IHU de Marseille en maladies infectieuses (POLMIT) consistait en 2011 à concentrer sur le site de la Timone à Marseille les moyens de lutte contre les maladies infectieuses[1]. La création de l'institut est financée grâce à la subvention la plus élevée accordée en France pour la recherche médicale : 72,3 M€ (dont 48,8 M€ consacrés à la construction du bâtiment)[1]. Le coût total est de « plus de 150 millions d'euros »[2],[3]. Il est ouvert aux patients en [2],[4]. Un nouveau bâtiment de 27 000 mètres carrés est inauguré en [5],[6],[7],[8].

Gouvernance de l'institut[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, l'IHU est présidé par le docteur Yolande Obadia et dirigé par le professeur Didier Raoult[9].

L'IHU est administré par une fondation de coopération scientifique (fondation Méditerranée Infection) qui regroupe sept membres fondateurs, dont l'Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille et Aix-Marseille Université, et des membres partenaires. En 2015, le professeur Didier Raoult est le directeur de la fondation et la Dr Yolande Obadia préside son conseil d’administration. Celle-ci était précédemment directrice de la fondation Infectiopôle Sud présidée par Didier Raoult. Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la Santé est également membre du conseil d’administration ainsi que Geneviève Fioraso, ancienne ministre de la recherche.

La mission de l'IGAS regrette en 2015 que « le management de la fondation et de l’ensemble du projet est tout entier dominé par le professeur Didier Raoult qui l’exerce selon un mode vertical fondé sur l’autorité et non sur la coopération et l’inclusion et selon un mode très centralisé, sans délégation ou presque. Toutes les décisions, scientifiques et non-scientifiques, remontent en pratique au professeur Didier Raoult qui décide selon des critères qui ne sont pas transparents pour un bon nombre des interlocuteurs de la mission. »[1].

Le 18 août 2021, François Crémieux, nommé à la tête de l'AP-HM en juin 2021, et Eric Berton, président de l'Université Aix-Marseille, annoncent que Didier Raoult prendra sa retraite de professeur-praticien des hôpitaux le 31 août, et qu'ils souhaitent qu'il abandonne aussi la direction de l’IHU. Cela dans un contexte où les prises de positions de Didier Raoult sur les variants et la vaccination sont présentées dans la presse comme étant problématiques, et l'image de l'IHU auprès de ses partenaires comme dégradée[10],[11]. Le le conseil d'administration met en route une procédure de recrutement, qui « aboutira à la désignation de la nouvelle directrice ou du nouveau directeur au plus tard le 30 juin 2022, pour une prise de poste au plus tard le 30 septembre 2022 »[12],[13]. Le processus de remplacement est piloté par Louis Schweitzer, un membre du conseil stratégique d’Aix-Marseille Université[14].

Infrastructure et organisation[modifier | modifier le code]

Situé sur le site de la Timone, il s'étend sur 27 000 m2, dont 5 000 m2 destinés aux soins du pôle maladies infectieuses et tropicales avec près de 75 lits d’hospitalisation complète et 25 lits d’hôpital de jour[2],[15]. L'IHU n'a aucune structure de réanimation[16],[17], mais peut traiter des malades dont l'état ne nécessite pas de prise en charge lourde ; l'unité comporte 75 lits[18],[19]. Les patients qui ont besoin de réanimation sont transférés à l’hôpital de la Timone[20]. Cela explique notamment pourquoi le taux de mortalité lié au Covid-19 à l'IHU Méditerranée entre janvier et juin 2020 était quatre fois plus faible que dans le reste de l'AP-HM[17].

L'IHU emploie 800 personnes dont un tiers affecté à la recherche[21]. En 2016, l'IHU comporte quatre unités de recherche : l’URMITE (UMR 7278) dirigée par le professeur Didier Raoult, l’EPV (UMR 190), dirigée par le professeur Xavier de Lamballerie, renommée UVE en 2018, le SESSTIM (UMR 912) dirigée par le professeur Jean-Paul Moatti et l’UMR MD-3 du professeur Renaud Piarroux[1]. En , l'une des UMR, l'URMITE, est scindée en deux : VITROME (Vecteurs – Infections Tropicales et Méditerranéennes) et MEPHI (Microbes Evolution Phylogeny and Infections). Il dispose d'un budget annuel de 3 millions d'euros[22].

Le 22 novembre 2019, Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, annonce que 5 IHU (dont l'IHU Méditerranée Infection) se partageraient une enveloppe supplémentaire de 74 millions d'euros, sur la base d'une recommandation d'un jury international qui souligne "l'impact positif indiscutable du programme IHU à la structuration de centres d'excellence" et salue "la qualité scientifique des travaux"[23].[pertinence contestée]

Thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Les thèmes de recherche sont la lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, ainsi que la recherche dans le domaine des maladies émergentes (infections respiratoires et infections diarrhéiques) [24] et l'étude de la contagion de ces maladies. Une de ses missions est « une fonction d'alerte primordiale. Notre laboratoire surveille déjà 80 % des microbes isolés par les acteurs de la santé dans la région Paca, soit près de 100.000 bactéries par an »[25].

Le projet Vitrome[modifier | modifier le code]

VITROME est une UMR « créée en janvier 2018 sous les labels d'Aix-Marseille Université (AMU), l'Institut de recherche pour le développement (IRD), le Service de santé des Armées (SSA), et un partenariat avec l’Assistance publique–Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Avec 5 équipes situées dans l'IHU Méditerranée Infection à Marseille, France, 1 équipe au Sénégal, 1 en Algérie (Laboratoire mixte international Remédier) et des équipes partenaires au sud ».

Le projet MEPHI[modifier | modifier le code]

Le projet MEPHI étudie les microbes, leur évolution, leur phylogénie et les infections.

L'IHU a établi des relations avec les réseaux Remédier (Recherche méditerranéenne dans les infections émergentes et réémergentes)[26] et Girafe (Groupement international de recherche en Afrique sur l'émergence), « qui appuient les transferts de technologies anti-infectieuses issues de la recherche française »[25].

L'institut fait beaucoup parler de lui, via la voix de Didier Raoult, lors de la controverse sur le traitement de la maladie à coronavirus 2019 par l'hydroxychloroquine. L'IHU a annoncé avoir séquencé 494 génomes complets du SARS-CoV-2, sans toutefois les partager sur la plateforme internationale GISAID qui vise à mettre en commun toutes les séquences pour mener des comparaisons phylogénétiques du virus[27].

Controverses[modifier | modifier le code]

Affaires de harcèlement[modifier | modifier le code]

En , 12 personnes de l’unité de recherche médicale sur les maladies infectieuses (Urmite) dirigée par le professeur Didier Raoult dénoncent auprès des tutelles de l'Urmite (Université d'Aix-Marseille, CNRS, IRD et Inserm) « les conditions dégradées de travail des agents et étudiants, des manquements aux règles éthiques, des problèmes de matériels, d’hygiène et de sécurité et des comportements inappropriés de certains membres du personnel et directeurs de recherche »[28],[29]. Les CHSCT réunis en juillet[30] rendent un rapport très sévère[31],[32].

Quatre plaintes pour harcèlement ou agression sexuels sont déposées à l'encontre de chercheurs ou d'enseignants de l'Urmite[33],[34].

Pour Didier Raoult, qui a ignoré les signalements[35], il s'agit d' « une histoire d’amour qui a mal tourné »[33],[36], mais un chercheur de l’Urmite est révoqué de la fonction publique par la commission disciplinaire du CNRS[28],[35],[37],[38]. Cette décision de révocation est suspendue dans un premier temps en référé par le tribunal administratif, mais le conseil d'État maintient la révocation, et un recours sur le fond est toujours pendant devant le tribunal administratif[7],[39],[40],[41].

Le chercheur concerné devient membre d’une start-up hébergée à l'IHU[42].

En , le conseil de laboratoire de l'unité de recherche Vitrome discute sa demande de réintégration en tant que chercheur associé ; il l' « approuve » selon une première version du compte rendu et l' « enregistre » selon la version corrigée[42]. Après avoir consulté la direction d'AMU, le directeur de l'Unité annonce finalement qu'il refusera[42].

Qualité des recherches menées à l'IHU[modifier | modifier le code]

À la suite de l'évaluation « pas très bonne »[43] par l'HCERES des unités VITROME et MEPHI en 2017 [44],[45],[46] (« volume de publications plutôt que leur qualité », « manque d'expertise dans des domaines clefs », « compilation de nouvelles bactéries (...) sans réel bénéfice scientifique », et citant la revue New Microbes and New Infections comme une tentative servant à « publier des articles refusés par les autres revues, est quelque peu désespérée »), le CNRS et l'Inserm se retirent de l'institut[6],[7],[43],[32],[47],[48],[49].

Conflits d'intérêt[modifier | modifier le code]

Après la défection du CNRS et de l'INSERM consécutive à la mauvaise évaluation de l'institut, le président de l'IRD Jean-Paul Moatti renouvelle en 2017 son soutien à l'IHU, en signant une convention avec sa propre épouse Yolande Obadia, qui est présidente de la fondation de l’IHU, et sans consultation du service des affaires juridiques de l’IRD[50]. Après enquête, l'agence française anti-corruption estime que « le PDG aurait dû se déporter et faire approuver cette convention par le conseil d’administration », et que le million d'euros versé depuis 2017 pour l'accueil de 5 chercheurs IRD est « disproportionné »[51]. Les bureaux de l'IHU et de l'IRD à Marseille sont perquisitionnés le , dans le cadre d'une enquête sur ces flux d'argent[52],[53]. La nouvelle PDG de l’IRD, Valérie Verdier, envisage de se désengager de l'IHU[54].

Soupçons d'essais illégaux sur des patients tuberculeux[modifier | modifier le code]

Des études sur des traitements de la tuberculose auraient aussi été menées à l'IHU depuis 2017 selon des protocoles explicitement non autorisés par l'ANSM, utilisant un antibiotique, la sulfadiazine, connu pour entraîner de graves complications rénales. Un médecin explique anonymement que « deux patients [ont fini] en urgence au bloc opératoire pour des complications rénales qu’on aurait pu éviter. Ils sont roumains et ne porteront jamais plainte. Ils ne se doutent même pas qu’ils ont été utilisés pour des essais interdits »[55],[56],[57]. L'AP-HM diligente une enquête en interne[58],[59], qui confirme les informations de Mediapart[60]. L’ANSM saisit la justice[61],[62]. Didier Raoult estime que cette polémique est une « tempête dans un verre d’eau »[63] et défend l'utilisation d'un traitement « compassionnel » pour des patients résistants aux traitements classiques, ou adapté à « l’histoire clinique et [au] statut social » des patients[64],[65].

L'IHU lors de la pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

Harcèlement sur les réseaux sociaux et menaces de poursuites contre Damien Barraud et Elisabeth Bik[modifier | modifier le code]

Le , pendant la pandémie de Covid-19, sur twitter, l'IHU menace de poursuites judiciaires le docteur Damien Barraud, médecin réanimateur du Centre hospitalier régional de Metz-Thionville, et vif opposant à ce qu'il appelle la « médecine spectacle » pratiquée par le Pr Raoult[66]. L'IHU l'accuse d'être derrière le compte Twitter « @fluidloading HydroxyChloroQueen », qui critique vivement, et de façon quasi-quotidienne, l'institut et son directeur. Damien Barraud reconnait être le propriétaire de ce compte, et dénonce une tentative d'intimidation[67],[68],[69]. Finalement, début novembre, le compte du Dr Damien Barraud alias Fluidloading est suspendu par Twitter France[70].

En , la spécialiste d'intégrité scientifique Elisabeth Bik signale de nombreux problèmes concernant des articles de l'IHU[71],[72],[73]. En réponse, Didier Raoult explique être « traqué » par cette « fille », qu'il qualifie de « cinglée » devant le Sénat français le [71]. Un autre professeur de l'IHU, Éric Chabrière publie des données personnelles de la chercheuse néerlandaise sur les réseaux sociaux[74],[75],[76]. Raoult et Chabrière portent plainte le contre elle pour « harcèlement, tentative de chantage et d’extorsion »[77],[78]. Elisabeth Bik reçoit le soutien notamment du CNRS[79] et de son comité d'éthique[80] qui condamnent cette stratégie d'intimidation[81]. Le , Libération confirme le dépôt d'une plainte contre Elisabeth Bik auprès du procureur de la République de Marseille en date du pour « harcèlement moral aggravé », « tentative de chantage », « tentative d’extorsion », mais elle confie au journal ne pas avoir été contactée par la justice à ce jour[82].

Éric Chabrière[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres médecins opposés à Didier Raoult témoignent du harcèlement dont ils sont victimes sur les réseaux sociaux. Éric Chabrière, décrit dans Le Monde comme le « porte-flingue attitré de l’institut », publie et relaie sur twitter des dizaines de messages par jours, dans lesquels, selon ses mots il prend « plaisir à ridiculiser » ceux qui s'opposent à l'IHU. Il multiplie en effet les messages insultants, dont plus de 250 à Elisabeth Bik. L'AP-HM l'écarte à compter du 31 août 2021, ce qui ne l’empêche pas nécessairement de continuer à travailler pour l’IHU[25].

Entorses aux règles sur les recherches impliquant des êtres humains[modifier | modifier le code]

Des travaux publiés par les équipes de l'IHU sur le traitement de la covid-19 sont suspectés de relever de la recherche impliquant la personne humaine, sans pour autant avoir reçu l'aval obligatoire d'un comité de protection des personnes. Le sujet est débattu par plusieurs chercheurs[83] avant d'être portée par les médias. Le , le quotidien Libération révèle qu'une demande d'autorisation pour une étude a bien été sollicitée, mais annulée par l'IHU Méditerranée Infection, quelques jours avant la publication d'une étude analogue[84],[85]. L'enquête précise que l'examen de la demande, finalisée, s'est révélée négative. Quelques jours plus tard, Le Canard Enchaîné révèle à son tour qu'une instruction judiciaire est en cours sur ce dossier[86]. L'Agence nationale de sécurité du médicament, qui a diligenté sa propre enquête[87], confie la suite des investigations au Conseil National de l'Ordre des médecins, qui n'avait pas encore rendu son verdict en juillet 2021[88].

En juillet 2021, L'Express dénonce de possibles entorses aux règles sur les recherches impliquant des êtres humains dans des études menées à l'IHU par le professeur Raoult. Selon le magazine, l'étude sur l'hydroxychloroquine publiée le 20 mars 2020 n'aurait pas suivi le protocole autorisé, et celle du 11 avril 2020 serait une étude interventionnelle menée sans autorisation. L'ANSM réagit en annonçant qu’elle « prendra des mesures sanitaires pour garantir la sécurité des participants et, le cas échéant, saisira de nouveau la justice »[88],[89]. L'Express évoque de nombreuses autres études de l'IHU avant l'épidémie de Covid-19, qui se seraient affranchies des règles légales[89], notamment des essais cliniques sur des sans-abri dont le consentement n'aurait pas été recueilli[88]. L'Express estime en octobre 2021 à plusieurs centaines le nombre d'articles de l'IHU qui bafouent l'éthique scientifique[90]. Plusieurs centaines d'entre elles, dont 238 signées par Didier Raoult, sont associées au même numéro d'autorisation de l'ANSM (l’absence d’autorisation peut faire l’objet de poursuites pénales[91]); la plupart sont très courtes et portent sur un tout petit nombre de patients ; certaines sont auto-plagiées jusqu'à 75 %[90].

Facturation en hospitalisation de jour[modifier | modifier le code]

D'après Libération, lors de la pandémie de Covid-19 en 2020, l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille a facturé des patients de l'IHU en hospitalisation de jour afin qu'il puisse utiliser l'hydroxychloroquine, le décret du n'autorisant l'hydroxychloroquine que pour les patients hospitalisés[92]. Selon France info, l'hospitalisation de jour est un forfait de 1 264 euros, alors que la facturation à l'acte réalisée pendant des consultations dites « externes » est estimée à environ 200 à 300 euros par un ancien médecin contrôleur de la Sécu, qui comptabilise une consultation de spécialité, un électrocardiogramme et un prélèvement de laboratoire[93]. L'IHU explique que c'est l'AP-HM qui a reçu les montants facturés au titre de ces soins[94][réf. souhaitée].

Cluster de Covid-19 au sein de l'IHU au printemps 2021[modifier | modifier le code]

Selon plusieurs témoignages, les règles sanitaires imposées n'étaient pas respectées dans l'IHU, et un cluster de covid-19 aurait été détecté entre la mi-mars et début au sein de l'IHU, et un technicien aurait été placé temporairement en réanimation dans un état grave[95]. L'IHU aurait cherché à étouffer l'affaire[95]. Contacté par 20 Minutes, l’entourage de Didier Raoult s’inscrit en faux: « si on prend comme définition d’un cluster une contamination de plusieurs personnes par un même génome au même endroit au même moment, alors il n’y a eu de cluster au sein de l’IHU »[96] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « L'Institut hospitalo-universitaire (I.H.U.) en maladies infectieuses. Diagnostic et propositions. », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le )
  2. a b et c « L'IHU Méditerranée Infection, un modèle économique inédit qui rapporte (2/2) », sur Gomet, (consulté le )
  3. « Droit de réponse du professeur Raoult », La Provence, 29 novembre 2017
  4. Vaudoit 2018.
  5. « L'IHU, fierté marseillaise de la recherche et du soin », La Provence, (consulté le )
  6. a et b Catherine Walgenwitz, « Marseille : le pôle d'infectiologie se refait une santé », Journal La Marseillaise,‎ (lire en ligne)
  7. a b et c « Didier Raoult inaugure son IHU Méditerranée Infection sur un mode défensif », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  8. « Au cœur de l’IHU, la forteresse de Didier Raoult », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Gouvernance – IHU » (consulté le )
  10. « A Marseille, les partenaires de l’Institut hospitalo-universitaire veulent accélérer le départ de Didier Raoult », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (en) « French scientist who pushed unproven Covid drug may be forced from post », sur the Guardian, (consulté le )
  12. Eric Favereau, « IHU de Marseille : Raoult bientôt out », sur Libération (consulté le )
  13. Gilles Rof, « L’IHU Méditerranée Infection lance le recrutement pour la succession de Didier Raoult », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Louis Schweitzer va piloter le processus de remplacement de Didier Raoult à la tête de l’IHU de Marseille », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Didier Raoult, il est né le divin infectiopole... »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), La Provence,
  16. « N'y a-t-il vraiment aucun lit de réanimation à l'IHU de Didier Raoult ? », sur LEFIGARO (consulté le )
  17. a et b Orange avec Media Services, « Marseille : l'IHU de Didier Raoult ne dispose pas de lits de réanimation pour les patients atteints d'une forme grave du Covid-19 », sur Orange Actualités, (consulté le )
  18. « Coronavirus : « Nous ne voulons pas avoir à choisir les malades », la tribune des médecins de l'AP-HM », sur LaProvence.com, (consulté le )
  19. « Marseille : l'IHU de Didier Raoult ne dispose pas de lits de réanimation pour les patients atteints d'une forme grave du Covid-19 », sur actu.orange.fr, (consulté le )
  20. Caroline Coq-Chodorge, « En réanimation à Marseille: «On est déjà dans un goulot d’étranglement» », sur Mediapart (consulté le )
  21. « Coronavirus. Le professeur Didier Raoult, directeur à l’IHU – Méditerranée Infection appelle au calme », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  22. https://www.lesechos.fr/2015/01/marseille-au-coeur-de-la-lutte-contre-les-maladies-infectieuses-198602
  23. Ministère des Solidarités et de la Santé, « Communiqué de presse », (consulté le )
  24. Voir différentes publications sur PubMed.org
  25. a b et c Didier Raoult, https://www.lesechos.fr/2015/06/nous-creons-ce-que-devait-etre-linstitut-pasteur-il-y-a-cinquante-ans-1107366
  26. https://www.ird.fr/lmi-remedier-recherches-mediterraneennes-dans-les-infections-emergentes-et-reemergentes
  27. Lise Barnéoud, « Données épidémiologiques: la pénurie cachée », sur mediapart.fr,
  28. a et b Myriam Guillaume, « Marseille : les sanctions tombent à l’unité de recherche médicale sur les maladies infectieuses », Journal La Marseillaise,‎ (lire en ligne)
  29. « Le chercheur Didier Raoult mis sur la sellette par ses tutelles », sur Marsactu, (consulté le )
  30. « L'unité de Didier Raoult : « Paradis de la recherche » pour les uns, enfer pour d'autres », Marsactu,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. « Sévère rapport sur l'unité de recherche du professeur Raoult », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  32. a et b « Coronavirus : qui est Didier Raoult, la « star mondiale » de la microbiologie qui assure avoir trouvé le remède contre le Covid-19 ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  33. a et b « Plusieurs plaintes déposées pour harcèlement sexuel à l'université d'Aix-Marseille », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  34. « Marseille : Harcèlement moral et sexuel à l'unité de recherche sur les maladies infectieuses », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  35. a et b « Agresseur et harceleur sexuel présumé, un chercheur de l'IHU révoqué de la fonction publique », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  36. « Les syndicats de la recherche s'insurgent contre les propos du professeur Raoult », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  37. « Décision n° DEC172858DRH », sur www.dgdr.cnrs.fr, BULLETIN OFFICIEL DU CNRS,
  38. Jean-Paul Delahaye, Michèle Leduc, Nathalie Nevejans et Lucienne Letellier, COMETS AVIS 2018-36 - Le Harcèlement sexuel dans les laboratoires : quelques considérations éthiques, (lire en ligne)
  39. « Le Conseil d’État confirme la révocation d’un chercheur de l’institut d’infectiologie », sur Marsactu, (consulté le )
  40. Communiqué de presse du SNTRS-CGT et de la CGT-FERC-SUP : université AMU Marseille (16 mai 2018) (Pdf) http://websyndicats.vjf.cnrs.fr/sntrscgt/IMG/pdf/en_bref_no472.pdf
  41. Conseil d'État, 4ème chambre, 26/04/2018, 416740, Inédit au recueil Lebon, (lire en ligne)
  42. a b et c « Le chercheur soupçonné de harcèlement sexuel tente un retour à l'IHU de Didier Raoult », sur Marsactu, (consulté le )
  43. a et b « « Champion » à Marseille, savant reconnu et amateur de polémiques : Didier Raoult, le trublion du Covid-19 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. HCERES, Report on research unit: Vecteurs - Infections TROpicales et MÉditerranéennes, (lire en ligne)
  45. HCERES, Report on research unit: Microbes Evolution Phylogeny and Infections (lire en ligne)
  46. « Homme de réseaux et enfant terrible de la recherche, enquête sur le système Raoult », sur Marsactu, (consulté le )
  47. Pascale Pascariello, « Chloroquine: pourquoi le passé de Didier Raoult joue contre lui », sur Mediapart (consulté le )
  48. (en-US) Scott Sayare, « He Was a Science Star. Then He Promoted a Questionable Cure for Covid-19. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  49. Elsa de La Roche Saint-André, « Comment se finance l’IHU de Didier Raoult ? », sur Libération (consulté le )
  50. « Conflit d'intérêts à la tête de l'institut de recherche pour le développement », sur Marsactu, (consulté le )
  51. « Les flux financiers entre l'IRD et l'IHU de Didier Raoult entachés d'un conflit d'intérêts », sur Marsactu, (consulté le )
  52. « Perquisitions à l'IHU et l'IRD sur les financements douteux de l'institut de Didier Raoult », sur Marsactu, (consulté le )
  53. « A Marseille, des perquisitions menées à l’IHU du professeur Didier Raoult », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. « Partenaire scientifique et financier, l'IRD envisage de lâcher l'IHU de Didier Raoult », sur Marsactu, (consulté le )
  55. « Marseille : l'IHU de nouveau accusé d'essais illégaux », sur LaProvence.com, (consulté le )
  56. Pascale Pascariello, « IHU de Marseille : les ravages d’une expérimentation sauvage contre la tuberculose », sur Mediapart, (consulté le )
  57. « L’IHU de Marseille mis en cause dans des essais cliniques irréguliers contre la tuberculose », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  58. « Marseille : Didier Raoult et l'IHU bientôt interdits de recherches ? », sur LaProvence.com, (consulté le )
  59. Benjamin Grinda, « IHU-Méditerranée : les soupçons d’essais illégaux confirmés par une enquête interne de l’AP-HM », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le )
  60. « Essais illégaux à l'IHU de Marseille : l'enquête interne confirme les accusations », sur LaProvence.com, (consulté le )
  61. Pascale Pascariello, « Essais sauvages de l’IHU : l’Agence de sécurité du médicament saisit la justice », sur Mediapart, (consulté le )
  62. « Essais cliniques à l'IHU de Didier Raoult : pourquoi l'Agence du médicament saisit la justice », sur LExpress.fr, (consulté le )
  63. « « Expérimentation sauvage » contre la tuberculose à l’IHU de Marseille : une enquête interne confirme que l’essai n’était pas approuvé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  64. Violette Artaud, « Expérimentation contre la tuberculose : les clefs de la nouvelle affaire Raoult », sur Marsactu, (consulté le )
  65. « Marseille : Raoult réplique à une évaluation sur des essais sauvages sur la tuberculose à l'IHU », sur Europe 1 (consulté le )
  66. Benjamin Grinda, « [Covid-19] Damien Barraud : « C'est de la médecine spectacle, ce n'est pas de la science » - Journal La Marseillaise », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le )
  67. « L'institut du Pr Raoult menace de porter plainte contre un médecin critique », sur valeursactuelles.com,
  68. « Chloroquine et médecine spectacle : l'IHU Méditerranée menace un réanimateur de poursuite pénale, le collectif FakeMed vole à son secours », sur lequotidiendumedecin.fr,
  69. « Coronavirus : les dessous de l'affrontement entre le Pr Raoult et le médecin réanimateur Damien Barraud », sur ladepeche.fr,
  70. https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/le-reanimateur-damien-barraud-alias-fluidloading-vire-de-twitter
  71. a et b « Portrait d'Elisabeth Bik, chasseuse de fraudes des publications de Didier Raoult », sur Heidi.news, (consulté le ).
  72. « Pro et anti-Raoult s'écharpent sur une vieille étude du professeur marseillais pointée du doigt par une spécialiste de l'intégrité scientifique », sur lindependant.fr, (consulté le ).
  73. « Bras de fer judiciaire entre Didier Raoult et une spécialiste de l'intégrité scientifique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  74. (en) « World expert in scientific misconduct faces legal action for challenging integrity of hydroxychloroquine study », sur the Guardian, (consulté le ).
  75. (en) « Microbiologist Elisabeth Bik queried Covid research – that’s when the abuse and trolling began », sur the Guardian, (consulté le ).
  76. « Sur les réseaux sociaux, les méthodes radicales des pro-Raoult », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  77. (pt-BR) « A cientista 'detetive' que acendeu alerta sobre hidroxicloroquina », BBC News Brasil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  78. (en) Holly Else, « Scientific image sleuth faces legal action for criticizing research papers », Nature, vol. 594, no 7861,‎ , p. 17–18 (DOI 10.1038/d41586-021-01430-z, lire en ligne, consulté le ).
  79. Bureau de presse du CNRS, « Les prétoires ne sont pas des laboratoires | CNRS », sur cnrs.fr (consulté le ).
  80. « Communiqué du COMETS sur la plainte déposée par les Professeurs Didier Raoult et Éric Chabrière à l’encontre d’Elisabeth Bik et de Boris Barbour », sur COMETS, (consulté le ).
  81. Olivier Monod, « Les instances scientifiques à la rescousse de leurs chercheurs face à l’offensive judiciaire de Raoult », sur Libération (consulté le ).
  82. Florian Gouthière, « Pourquoi Didier Raoult a-t-il porté plainte contre Elisabeth Bik, enquêtrice sur les erreurs et fraudes scientifiques ? », sur Libération (consulté le ).
  83. Philippe Amiel, Hervé Chneiweiss et Christine Dosquet, « Covid-19: protocoles de soins ou protocoles derecherche? », médecine/sciences,‎ (lire en ligne)
  84. Florian Gouthière, « L’équipe du Pr Raoult a-t-elle contourné l’avis obligatoire d’un comité de protection des personnes ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  85. Florian Gouthière, « Le professeur Raoult a-t-il pris des libertés avec les règles éthiques ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  86. « Didier Raoult épinglé par l'Agence nationale du médicament », sur Europe 1, (consulté le )
  87. « L'ANSM attend de Didier Raoult qu'il démontre le caractère observationnel de sa dernière étude », sur www.apmnews.com, (consulté le )
  88. a b et c « ENQUÊTE. À l'IHU, les petits arrangements de Didier Raoult avec l'éthique (et la loi) », sur LExpress.fr, (consulté le )
  89. a et b « Essais cliniques à l’IHU de Didier Raoult : l’ANSM annonce des « investigations » sur de possibles « manquements à la réglementation » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  90. a et b « Publication d'études : comment l'IHU et Didier Raoult font fi de la loi et l'éthique scientifique », sur LExpress.fr, (consulté le )
  91. « L'agence nationale de sécurité du médicament enquête sur plusieurs études de l'IHU », sur Marsactu (consulté le )
  92. Christian Lehmann, « Hydroxychloroquine : «Si on m’avait prévenu du tarif de l’hospitalisation, je n’y serais même pas allé» », sur Libération (consulté le )
  93. « VIDEO. Protocole Raoult : les très chères factures des hôpitaux de Marseille », sur Franceinfo, (consulté le )
  94. 6medias, « La facture salée des patients traités à l'hydroxychloroquine à l'IHU de Marseille », sur Capital.fr, (consulté le )
  95. a et b « A l'IHU de Didier Raoult, un cluster Covid-19, beaucoup de questions et des tensions », sur LExpress.fr, (consulté le )
  96. « L'IHU de Marseille dément l'existence d'un cluster au sein de son personnel », sur www.20minutes.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]