Institut national de la recherche agronomique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Institut national de la recherche agronomique (INRA)
Image illustrative de l’article Institut national de la recherche agronomique

Création 1946
Siège 147, rue de l’Université, Paris
Pays Drapeau de la France France
Organisme Établissement public à caractère scientifique et technologique - ODAC
Rattachement Ministère chargé de la Recherche
Ministère chargé de l’Agriculture
Président Philippe Mauguin ([1])
Disciplines Environnement
Agronomie (Agriculture)
Alimentation
Effectif statutaire 8 165
Chercheurs statutaires 1 815
Doctorants 522
Site web www.inra.fr

L'Institut national de la recherche agronomique (INRA) est un organisme français de recherche en agronomie fondé en 1946, actuellement présidé par Philippe Mauguin (qui succède à François Houllier à compter du 27 juillet 2016)[2], ayant le statut d’Établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST), et sous la double tutelle du ministère chargé de la Recherche et du ministère chargé de l’Agriculture.

Premier institut de recherche agronomique en Europe et deuxième dans le monde en nombre de publications en sciences agricoles et en sciences de la plante et de l'animal[3], l'INRA mène des recherches finalisées pour une alimentation saine et de qualité, pour une agriculture durable, et pour un environnement préservé et valorisé.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Institut national de la recherche agronomique (INRA) est créé en 1946[4], au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, afin de répondre à la question "comment nourrir la France" alors que la pénurie alimentaire s'étend sur le territoire. La mission de l'INRA est d'associer science et technologie afin d'améliorer les techniques de l'agriculture et de l'élevage en France. L'agriculture de la France ne permet pas de subvenir aux besoins alimentaires du pays. L'agriculture en France est en retard par rapport au développement effectué dans d'autres grands pays.

La production de la France est suffisante pour subvenir aux besoins de la population à la fin des années 1960. L'INRA est encouragé à se développer localement, par la création de pôles régionaux.

Après le manque, la France doit même faire face à des excédents, dès les années 1970. La France devient exportatrice de denrées alimentaires. L'INRA a alors de nouveaux objectifs, en matière de qualité des aliments, ainsi que de la valeur ajoutée. Les recherches de l'INRA s'orientent alors sur la transformation de la matière première agricole, en intégrant un point de vue qualité (recherches en microbiologie) et procédés (sciences de l'ingénierie). Des partenariats entre des PME, des PMI et l'INRA facilitent l'implantation régionale du pôle de recherche.

En 1973, alors que la France est l'un des premiers exportateurs alimentaire, la crise énergétique pousse l'INRA à vouloir développer une agriculture autonome et économe, en réponse à des interrogations liées au développement local et à l'environnement.

Le 6 février 2018, les présidents de l'IRSTEA et de l'INRA sont chargés par les ministres de l'agriculture et de la recherche de rapprocher leurs deux instituts en un seul établissement, à l'horizon 2020[réf. nécessaire].

Aujourd'hui, les travaux de recherche de l'INRA se consacrent trois domaines, inter-dépendants, de l'ensemble des Systèmes alimentaires (en) : l'agriculture, l'alimentation et l'environnement[5]. L'ambition des travaux de l'INRA est de développer une agriculture adaptée aux besoins nutritionnels de l'homme tout en étant compétitive et respectueuse de l'environnement: la stratégie scientifique à l'horizon 2025[6], #Inra2025, met en avant trois orientations de politique générale (dont l'ouverture de la science, #OpenScience[7]) et cinq orientations thématiques:

  • #Global[8]: L’ambition globale d’atteindre la sécurité alimentaire
  • #3Perf[9]: Des agricultures diverses et multi-performantes
  • #Climat[10]: Les systèmes agricoles et forestiers face au défi climatique
  • #Food[11]: Une alimentation saine et durable
  • #Biores[12]: Des bioressources aux usages complémentaires

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Missions[modifier | modifier le code]

Les recherches menées par l'INRA sont guidées par l'évolution des questionnements scientifiques et orientées par les défis planétaires posés par l'alimentation, l'environnement et la valorisation des territoires, que l'agriculture et l'agronomie ont à relever. Changement climatique, nutrition humaine, compétition entre cultures alimentaires et non alimentaires, épuisement des ressources fossiles, équilibre dans la gestion des territoires sont autant d'enjeux qui positionnent l'agronomie comme fondatrice d'un développement harmonieux sur les plans économique, social et environnemental.

L'INRA produit des connaissances fondamentales et construit, grâce à elles, des innovations et des savoir-faire pour la société. Il met son expertise au service de la décision publique.

Les grandes missions confiées à l'INRA sont les suivantes[5] :

  • Produire, publier et diffuser les connaissances scientifiques résultant de ses travaux de recherche et d'expertise ;
  • Organiser, en l'absence de dispositions ou clauses contraires, l'accès libre aux données scientifiques et aux publications ;
  • Contribuer à l'élaboration de la politique et de la stratégie nationale et européenne de recherche ;
  • Apporter son concours à la formation à la recherche et par la recherche ;
  • Contribuer, par la valorisation de ses compétences, de ses savoir-faire et des résultats de la recherche, à la conception d'innovations technologiques et sociales ;
  • Contribuer au développement de la capacité d'expertise scientifique et d'appui aux fondations reconnues d'utilité publique et aux associations ; apporter son soutien aux politiques publiques menées pour répondre aux défis de société, notamment aux besoins économiques, sociaux et environnementaux liés au développement durable ;
  • Contribuer aux débats qui portent sur la place de la science et de la technologie dans la société.

Enjeux de recherche[modifier | modifier le code]

Sols[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sol (pédologie).

L'INRA étudie le sol comme écosystème et comme ressource, diversifiée dans l’espace et sensible aux dégradations par les activités humaines. Les recherches analysent les fonctions agronomiques et environnementales. Elles portent prioritairement sur les matières organiques du sol, sur les échanges avec les plantes, l’eau et l’atmosphère et sur le fonctionnement des communautés vivantes du sol. L'INRA est leader européen de la recherche sur les stratégies de gestion durable des sols[13]. Parmi les centres INRA les plus impliqués dans ces thématiques : Versailles-Grignon (matière organique, écotoxicologie), Val de Loire (gestion patrimoniale), Montpellier (symbioses), Dijon (microbiologie des sols, centre de ressources), etc.

Changement climatique[modifier | modifier le code]

Face à la survenue progressive d’un changement climatique de la planète, l'INRA s’intéresse particulièrement à l’impact de l’agriculture dans ce processus. Les recherches développent une vision globale et prospective du phénomène et proposent des solutions pour mieux le maîtriser. Elles sont destinées à permettre l’adaptation des pratiques au changement climatique et à savoir anticiper les nouvelles contraintes.

Carbone renouvelable[modifier | modifier le code]

Le développement des recherches sur les agrocarburants, les bioproduits et les biomolécules répond à un triple enjeu : proposer des alternatives au pétrole, diminuer les émissions de gaz à effet de serre et diversifier les débouchés agricoles. L'INRA mène des études systémiques et multicritères (techniques, économiques, environnementaux et sociaux) avec, comme thématiques prioritaires : la lignocellulose pour les agrocarburants, la chimie verte et les fibres pour les biomatériaux.

Systèmes agricoles à haute performance environnementale[modifier | modifier le code]

Les objectifs de développement durable exprimés par la société rendent nécessaire la conception de systèmes de culture et d’élevage innovants. Les recherches de l'INRA visent à élaborer de nouvelles manières de produire, d’organiser la production et de gérer l’espace agricole, à différentes échelles, pour concilier compétitivité, qualité des produits, équité sociale et respect de l’environnement, en intégrant chacun de ces paramètres à chaque étape des recherches conduites.

Eau[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Eau.

L’agriculture est la principale utilisatrice des ressources en eau douce au niveau mondial. Les recherches sur l’eau menées par l'INRA ont pour objectif d’élaborer des systèmes de production agricole innovants, de la parcelle au bassin versant, permettant de préserver, d’une part, la quantité et la qualité de la ressource et, d’autre part, les écosystèmes aquatiques.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Biodiversité.

La biodiversité est aujourd’hui largement reconnue comme un processus dynamique, influencé par les interventions de l’homme. Ainsi l’agriculture modèle une large partie de notre territoire et le croisement des regards entre écologie et agronomie est riche d’enseignements. L’expertise scientifique collective « agriculture et biodiversité » conduite par l'INRA a mis en lumière les acquis de la science concernant l’impact de l’agriculture sur la biodiversité des espaces naturels, et les services que celle-ci peut rendre à l’agriculture. Elle montre aussi combien le fonctionnement des agro-écosystèmes reste pour une large part à découvrir. Décrire et comprendre la biodiversité à différents niveaux — gènes, espèces, écosystèmes, paysages — ainsi que les interactions entre ces niveaux et les pratiques agricoles, font partie des ambitions de l'institut.

Alimentation et nutrition humaine[modifier | modifier le code]

Le paysage de l’alimentation humaine a considérablement évolué dans les pays développés au cours des dernières décennies. Il existe dans le monde un contraste important entre les situations de dénutrition et les maladies nutritionnelles dites de surcharge. L'INRA joue un rôle de premier plan dans ce domaine, notamment celui de producteur de connaissances scientifiques et d’animateur de la recherche institutionnelle. Les travaux de recherche, menés au sein de l'INRA, dans le domaine de l’alimentation abordent la thématique avec trois regards : celui du goût, du plaisir et du comportement, celui de la santé et du bien-être et enfin, celui de la sécurité.

Biotechnologies végétales[modifier | modifier le code]

Article connexe : Biotechnologies.

Les biotechnologies sont aujourd’hui un outil, aussi indispensable que répandu, des laboratoires de biologie et génétique végétale pour acquérir des connaissances sur le fonctionnement des plantes et les interactions plante-environnement. Elles sont porteuses d’innovations variées, potentiellement utiles et nécessaires pour relever les défis actuels et futurs de l’agriculture, voire d’autres secteurs tels la santé ou l’environnement. Faire en sorte que leur développement soit maîtrisé et contribue à la diversification, la durabilité et la compétitivité de l’agriculture nécessite que les recherches en abordent toutes les facettes, y compris les impacts éventuels des Organisme génétiquement modifié (OGM) lorsque ceux-ci sont susceptibles d’être cultivés en champ et intégrés dans la chaîne alimentaire. Les multiples approches mises en œuvre doivent être pluridisciplinaires et, notamment, permettre d’évaluer et comparer les bénéfices, les impacts et les risques des systèmes de production intégrant ou non des cultures OGM[réf. nécessaire].

L'INRA est notamment à l'origine de plusieurs avancées majeures dans le domaine des biotechnologies végétales depuis sa création. L'institut est le premier à avoir procédé à la multiplication végétative in vitro d'orchidée en 1960. En 2007, il a mis au point une enzyme permettant de repérer les mutations dans un gène donné, grâce à la méthode de Tilling, ou encore il a été le premier au monde à utiliser le mécanisme de reproduction clonale par graines en 2011[14].

Plus récemment, l'INRA a développé par génétique "classique" des variétés de vignes résistantes aux maladies comme le mildiou ou l'oïdium, permettant aux viticulteurs de réduire voire arrêter l'utilisation de produits phytosanitaires[15].

Maladies émergentes[modifier | modifier le code]

Les maladies infectieuses animales représentent une menace majeure pour l’homme. Les recherches de l'INRA, dans ce domaine, ont pour objectif de décrypter les relations épidémiologiques entre le monde animal, ou végétal, et l’homme. Pour l'INRA, il est essentiel de développer une approche interactive de ces différents domaines et de les coordonner avec l’observation, l’expérimentation et la pratique clinique. La modélisation permet, en outre, aux chercheurs d’intégrer les multiples données épidémiologiques pour évaluer le risque d’émergence ou de propagation des épidémies.

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2015[16], les effectifs permanents de l'institut sont de 8165 agents titulaires dont 1 815 chercheurs dans le domaine des sciences du vivant, des sciences de la matière et des sciences humaines, 2 546 ingénieurs, 3 553 techniciens et administratifs. Par ailleurs, la même année 522 doctorants sont rémunérés et 2 616 stagiaires sont accueillis par l'institut.

Les recherches de l'INRA s’articulent autour de différentes thématiques réparties au sein de 13 départements scientifiques :

L'INRA met en œuvre des dispositifs originaux et des bases de données ouverts à la communauté scientifique : observatoires de recherche en environnement, centres de ressources génétiques, plateformes expérimentales, etc[réf. nécessaire].

Directeurs[modifier | modifier le code]

  • 1946-1948 : Charles Crépin
  • 1948-1956 : Raymond Braconnier

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Présidents du conseil d’administration[modifier | modifier le code]

Implantation sur le territoire[modifier | modifier le code]

En 2014, l'INRA est présent sur 17 centres régionaux, sur plus de 150 sites en métropole et outre-mer[18]. Ce nombre diminue depuis quelques années à la suite des fusions de centres: 19 centres en 2010[19], 20 en 2009[20], 21 en 2008[21].

L'INRA entretient des partenariats scientifiques avec les grands instituts de recherche scientifique dans le monde, les universités, l'enseignement agronomique et vétérinaire, et s'engage dans la construction de l'espace européen de la recherche. L’institut développe de multiples collaborations et échanges avec la communauté scientifique internationale dans de nombreux pays en Europe, Amérique, Asie.

Magazines[modifier | modifier le code]

INRA Magazine[modifier | modifier le code]

De juin 2007 à décembre 2012, l'INRA a publié 23 numéros de sa revue trimestrielle, INRA magazine. L'arrêt de cette parution vise à « consacrer [les] forces éditoriales au nouveau site Internet »[22].

Le Courrier de l'Environnement[modifier | modifier le code]

De 1986 à 2016, l'INRA a publié 66 numéros de la revue Le Courrier de l'Environnement[23] et 34 numéros des Dossiers de l'Environnement, recueillant des articles sur la question environnementale, selon une charte éditoriale très libre et indépendante: il ne porte pas la voix officielle de l'INRA. Le Courrier et les Dossiers étaient distribués gratuitement à tous ceux qui le souhaitaient. En 2017, le Courrier de l'Environnement est devenu Sesame.

Sesame[modifier | modifier le code]

La revue Sesame[24], produite par la mission Agrobiosciences-INRA qui organise aussi les Controverses européennes de Bergerac[25] (anciennement Controverses de Marciac), reprend l'esprit et l'indépendance éditoriale du Courrier de l'Environnement. Pour consolider cette posture, la revue Sesame se dote d'un comité éditorial ouvert. Elle valorise la complémentarité entre les supports papier et web.

Lauriers de l'INRA[modifier | modifier le code]

Créés en 2006, les Lauriers de l'INRA récompensent le parcours professionnel de personnels qui se sont illustrés dans les divers domaines de la recherche agronomique : chercheurs confirmés, jeunes talents et ingénieurs ou techniciens exerçant des fonctions d'appui à la recherche. Depuis la 10e édition, en 2015, les Lauriers s'organisent en six catégories dont le Laurier de la Recherche agronomique qui illustre un chercheur pour l'ensemble de sa carrière, et le Laurier de l'Innovation qui distingue une équipe dont les résultats ont eu un impact remarquable.

Les Lauriers de la Recherche agronomique ont été attribués successivement :

  • en 2006, à Georges Pelletier, directeur de recherche en génétique végétale à l'INRA
  • en 2007, à Jean Dénarié, directeur de recherche au Laboratoire des interactions plantes-micro-organismes (INRA/CNRS)
  • en 2008, à Dusko Ehrlich, directeur de recherche à l’Unité de recherche de génétique microbienne du centre INRA de Jouy-en-Josas, département « Microbiologie et chaîne alimentaire »
  • en 2009, à Michel Moreaux, professeur de sciences économiques et ancien directeur du Laboratoire d'économie des ressources naturelles du centre INRA de Toulouse[26]
  • en 2010, à Jean-Paul Renard, directeur de recherche au laboratoire de Biologie du développement et de la reproduction (Unité mixte de recherche de l'INRA et de l’École vétérinaire d’Alfort)[27]
  • en 2011, à Antoine Kremer, directeur de recherche à l'unité BioGeCo de Bordeaux[28]
  • en 2012, à Francis Martin, directeur de recherche à l'Unité Interactions arbres/micro-organismes de Nancy[29]
  • en 2013, à Jean Fioramonti, directeur de recherche à l'Unité Toxicologie Alimentaire de Toulouse[30]
  • en 2014, à Francois Tardieu, directeur de recherche au LEPSE à Montpellier[31]
  • en 2015, à Jan Traas, Directeur du laboratoire Reproduction et développement des plantes à Lyon[32]
  • en 2017, à Nathalie Gontard, directrice de recherche en bioplastique au centre de l'INRA de Montpellier

Éditions Quæ[modifier | modifier le code]

Depuis le , l'INRA héberge le siège de la maison d’édition Quae, constituée sous la forme d’un groupement d’intérêt économique (GIE). Elle produit et diffuse les titres issus des recherches de l'INRA, du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), de l'Institut de recherche pour l'ingénierie de l'agriculture et de l'environnement (Cemagref) et de l’Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer). Elle compte un millier de titres à son catalogue.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

L'INRA est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. Il déclare à ce titre en 2014 que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont inférieurs à 10 000 euros[33].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

L'INRA est inscrit depuis 2013 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2015 pour cette activité 10 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant inférieur à 10 000 euros[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Compte rendu du Conseil des ministres du 19 juillet 2016
  2. « INRA - Philippe Mauguin, PDG Inra », sur institut.inra.fr (consulté le 2 septembre 2016)
  3. D’après les chiffres de l’Institute for Scientific Information (ISI) cités par l'INRA sur son site.
  4. « INRA Jalons historiques »
  5. a et b Code rural et de la pêche maritime - Article R831-1 (lire en ligne)
  6. INRA, « Orientations stratégiques de l'Inra à l'horizon 2025 », sur 2025.inra.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  7. INRA, « Une science ouverte grâce au numérique », sur 2025.inra.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  8. INRA, « L’ambition globale d’atteindre la sécurité alimentaire », sur 2025.inra.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  9. INRA, « Des agricultures diverses et multi-performantes », sur 2025.inra.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  10. INRA, « Les systèmes agricoles et forestiers face au défi climatique », sur 2025.inra.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  11. INRA, « Une alimentation saine et durable », sur 2025.inra.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  12. INRA, « Des bioressources aux usages complémentaires », sur 2025.inra.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  13. « Objectifs du projet Ecofinders »
  14. P. Mollier, Dossier « Les biotechnologies vertes, nouvelles pistes pour l’agriculture », site de l'INRA, le 18 octobre 2012
  15. Adrien Cahuzac, « Des vignes résistantes aux maladies mises au point par des chercheurs français », sur Le Journal du dimanche (JDD),
  16. Rapport d'activité 2015, consulté le 22 juin 2016
  17. La décision forestière est un modèle de complexité et d’incertitudes (climat, évolution des marchés, priorités de la société). Nos attentes envers l’INRA sont à la mesure de ces enjeux, Lettre ouverte à l'Inra ; n'oubliez pas la forêt, collectif, publié 27-07-2016
  18. Plus d'informations sur la répartition nationale des Laboratoires INRA Chiffres Carte d'implantation des laboratoires INRA., consultée le 18 février 2013
  19. Guide du candidat 2010, consulté le 18 février 2013
  20. Guide du candidat 2009, consulté le 18 février 2013
  21. Guide du candidat 2008, consulté le 18 février 2013
  22. INRA Magazine n°23 (consulté le 18 février 2013).
  23. « Le Courrier de l'environnement de l'INRA », sur www7.inra.fr (consulté le 7 octobre 2018)
  24. « SESAME – Une revue de la mission Agrobiosciences-INRA », sur revue-sesame-inra.fr (consulté le 7 octobre 2018)
  25. « Controverses européennes de Bergerac », sur controverses-europeennes.eu (consulté le 7 octobre 2018)
  26. INRA - Lauriers 2009
  27. INRA - Lauriers 2010
  28. INRA - Lauriers 2011
  29. INRA - Lauriers 2012
  30. INRA - Lauriers 2013
  31. INRA - Lauriers 2014
  32. INRA - Lauriers 2015
  33. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 27 octobre 2016)
  34. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 27 octobre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]