Championnat d'Europe de football 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section contient des informations sur une compétition sportive à venir.

Il se peut que ces informations soient de nature spéculative et que leur teneur change considérablement alors que les événements approchent.

Euro 2016
Logo de l'UEFA EURO 2016
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) UEFA
Édition 15e
Lieu(x) Drapeau de la France France
Date du 10 juin 2016
au 10 juillet 2016
Participants 24 équipes
(53 en phase qualificative)
Épreuves 51 matches
Site(s) 10 stades
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Espagne Espagne

Navigation

Le Championnat d'Europe UEFA de football masculin 2016, communément abrégé en Euro 2016, est la quinzième édition du Championnat d'Europe de football, compétition organisée par l'Union des associations européennes de football et rassemblant les meilleures équipes masculines européennes. Il se déroulera en France du 10 juin au 10 juillet 2016. Les matchs d'ouverture et de clôture du championnat se joueront au Stade de France.

La France est le pays qui aura organisé le plus souvent cette compétition avec trois organisations : 1960, 1984 et 2016.

À partir de cette édition, le nombre de participants passe de 16 à 24 équipes. De nombreuses nouvelles équipes ont obtenu leur première qualification à un Euro en profitant ou non de cet élargissement. L'Euro 2016 marque la première participation de l'Islande et de l'Albanie à une compétition internationale. Elle marque également la première participation à un Euro de la Slovaquie, du Pays de Galles et de l'Irlande du Nord. L'Ukraine et l'Autriche ont acquis leur qualification pour la première fois sur le terrain, les deux équipes ayant déjà participé à des éditions antérieures en étant directement qualifiées en tant que pays hôtes. La Belgique est de retour dans cette compétition après seize ans d'absence et la Hongrie a mis fin à une absence de 48 ans en championnat d'Europe et de trente ans de toutes compétitions internationales.

À l'inverse, trois anciens champions d'Europe sont absents. Les Pays-Bas, champions d'Europe 1988 et troisièmes de la dernière Coupe du monde, ont terminé quatrièmes de leur groupe. La Grèce, championne d'Europe 2004, quart-de-finaliste en 2012 et huitième-de-finaliste du dernier Mondial, a terminé surprenante dernière de son groupe de qualification. Le Danemark, champion d'Europe 1992, a échoué en barrages. Récent mondialiste en 2014 et tête de série au tirage au sort des éliminatoires, la Bosnie-Herzégovine a également raté le coche et a été éliminée en barrages.

Préparation de l'événement[modifier | modifier le code]

Désignation du pays organisateur[modifier | modifier le code]

Nombre de voix obtenues[1]
Fédérations candidates 1er tour 2nd tour
 Drapeau : France France 43 7
Drapeau : Turquie Turquie 38 6
Drapeau : Italie Italie 23
Total des votes 104 13

Comité exécutif[modifier | modifier le code]

  1. Drapeau : France Michel Platini (Président)
  2. Drapeau : Turquie Senes Erzik
  3. Drapeau : Royaume-Uni Geoff Thompson
  4. Drapeau : Espagne Ángel María Villar
  5. Drapeau : Chypre Marios N. Lefkaritis
  6. Drapeau : Malte Joseph Mifsud
  7. Drapeau : Italie Giancarlo Abete (it)
  8. Drapeau : Slovaquie František Laurinec
  9. Drapeau : Portugal Gilberto Madaíl
  10. Drapeau : Ukraine Grigoriy Surkis
  11. Drapeau : Lituanie Liutauras Varanavicius
  12. Drapeau : Danemark Allan Hansen
  13. Drapeau : Roumanie Mircea Sandu
  14. Drapeau : Pays-Bas Michael van Praag
  15. Drapeau : Allemagne Theo Zwanziger

Du fait de leur nationalité, Michel Platini et Şenes Erzik n'ont pas pu participer aux votes. Giancarlo Abete n'a pu participer qu'au second tour.

Organisation[modifier | modifier le code]

Déroulement de la compétition[modifier | modifier le code]

Cette édition sera la première organisée à 24 équipes, d'après le décret du 26 septembre 2008 voté durant le congrès de l'UEFA dans la ville de Bordeaux, au lieu de 16 précédemment. Cette augmentation du nombre de participants entraînera l'instauration d'une quatrième semaine de compétition avec l'ajout de huitièmes de finales, après les 3 matchs de poule du premier tour. En conséquence une équipe qui jouera la finale aura disputé 7 matchs (contre 6 auparavant).

Lors du premier tour s'affronteront six groupes de quatre équipes. Les deux premières de chaque groupe seront qualifiées pour les huitièmes de finale, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes.
Le système sera donc analogue aux coupes du monde qui s'étaient déroulées de 1986 à 1994.
Le tirage au sort des éliminatoires a eu lieu le dimanche 23 février 2014 à Nice. Le tirage au sort final a eu lieu le samedi 12 décembre 2015 à Paris.

Cette augmentation du nombre de participants ne change pas le format des qualifications préliminaires – celles-ci ont eu lieu du 7 septembre 2014 à novembre 2015 – mais accroît le nombre de qualifiés pour la phase finale (24 en 2016 contre 16 auparavant) et le nombre de matchs à jouer (51 matchs à jouer en 2016 contre 31 en 2012).

La durée de la compétition officielle, dont le calendrier précis reste à déterminer, sera de 31 jours.
Le match d'ouverture aura lieu le vendredi 10 juin 2016. La finale aura lieu le dimanche 10 juillet 2016, au stade de France à Saint-Denis.

Villes et stades retenus[modifier | modifier le code]

12 stades candidats ont été retenus pour l'Euro 2016. Il n'en reste plus que 11 à la date du du fait du retrait de Strasbourg. Le club étant descendu en National au terme de la saison 2010, le maire a décrété que la ville n'avait pas les fonds suffisants pour pouvoir rénover le Stade de la Meinau[2]. Rennes, qui avait envisagé une candidature, se retire avant la clôture des inscriptions.

Le Conseil fédéral de la Fédération française de football annonce le les neuf stades retenus pour la compétition (Saint-Denis, Paris, Marseille, Villeneuve d'Ascq, Décines-Charpieu[3], Lens, Bordeaux, Nice et Nancy). Le Stadium de Toulouse et le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne sont désignés comme stades de réserve[4]. Le , le comité exécutif de l'UEFA repêche ces deux stades, justifiant cette décision par l'augmentation du nombre d'équipes participantes[5], portant à 11 le nombre de stades, et validant ainsi toutes les candidatures.

Le , la ville de Nancy, n'ayant pas pu trouver le financement pour l'extension du stade Marcel-Picot, ne peut pas proposer de stade pour l'organisation de l'Euro 2016[6].

À la suite du retrait des villes de Nancy et Strasbourg, Metz retenta sa chance une seconde fois. La deuxième candidature était en passe d'être la bonne, mais à quelques jours de la décision, le maire de la ville de Metz, Dominique Gros, enterra tout espoir en annonçant son retrait du projet et le rendant financièrement irréalisable. Le conseil général de Moselle ainsi que le FC Metz ne pouvant assumer la partie financière de la municipalité. Après le refus de la coupe du monde 1998, c'est la deuxième fois que le FC Metz perd l'occasion de rénover son stade Saint-Symphorien.

Le , un communiqué du Paris SG et de la Ville de Paris indique que la rénovation du Parc des Princes s'effectuera en deux temps ; contrairement à ce qui était attendu, l'augmentation de la capacité du stade interviendra après l'Euro 2016 [7].

Alain Juppé, maire de Bordeaux, est désigné président du club des villes d'accueil le [8]. Cette association a pour objectif de « coordonner les activités des dix villes françaises qui vont accueillir des matches du prochain [Euro] ». Le bureau est constitué de Jean-François Martins, adjoint aux sports et au tourisme de la mairie de Paris, Georges Kepenekian (1er adjoint au maire de Lyon), José Cobos (ancien joueur de l'OGC Nice et actuellement délégué auprès du maire de Nice chargé des grands évènements), Richard Miron (adjoint au maire de Marseille chargé des sports) et de Fabienne Soulas (adjointe au maire de Saint-Denis chargé de l'Euro 2016).


Lors du Championnat d'Europe, l'UEFA impose des contraintes supplémentaires (sécurité, tribunes présidentielles, loges Presse) plus importantes que lors des compétitions de clubs. Les capacités des stades sont donc abaissées.

Paris Saint-Denis Lens Lille
(Villeneuve-d'Ascq)
Parc des Princes Stade de France Stade Bollaert-Delelis Stade Pierre-Mauroy
48° 50′ 29″ N 2° 15′ 11″ E / 48.84139, 2.25306 (Parc des Princes) 48° 55′ 28″ N 2° 21′ 36″ E / 48.92444, 2.36 (Stade de France) 50° 25′ 58.26″ N 2° 48′ 53.47″ E / 50.43285, 2.8148528 (Lens) 50° 36′ 43″ N 3° 07′ 50″ E / 50.61194, 3.1306 (Stade Pierre-Mauroy)
Capacité : 47 929
(rénové)
Capacité : 81 338 Capacité : 38 223
(rénové)
Capacité : 50 186
(nouveau stade)
Parc des Princes - PSG vs Nice.jpg Finale Coupe de France 2010-2011 (Lille LOSC vs Paris SG PSG).jpg Stade Bollaert Delelis.JPG Grand Stade Lille Métropole LOSC first match.JPG
 
 
Saint-Étienne Lyon
(Décines-Charpieu)
Stade Geoffroy-Guichard Stade des Lumières
45° 27′ 39″ N 4° 23′ 24″ E / 45.46083, 4.39 (St Etienne) 45° 45′ 56″ N 4° 58′ 52″ E / 45.76556, 4.98111 (Stade des Lumières)
Capacité : 42 000
(rénové)
Capacité : 59 186

(nouveau stade)

Stade Geoffroy-Guichard - Saint-Etienne (10-11-2013).jpg Stade des Lumières - 24 janvier 2016.jpg
Bordeaux Toulouse Marseille Nice
Matmut Atlantique Stadium municipal Stade Vélodrome Allianz Riviera
44° 53′ 50″ N 0° 33′ 43″ O / 44.8972, -0.56194 (Bordeaux) 43° 34′ 59″ N 1° 26′ 03″ E / 43.58306, 1.43417 (Toulouse) 43° 16′ 11″ N 5° 23′ 45″ E / 43.26972, 5.39583 (Stade Vélodrome) 43° 42′ 25″ N 7° 11′ 40″ E / 43.70694, 7.1944 (Nice)
Capacité : 42 115

(nouveau stade)

Capacité : 33 500
(rénové)
Capacité : 67 394
(rénové)
Capacité : 35 624
(nouveau stade)
Bordeaux Larnaca Nouveau Stade 4.jpg Ticket Stade.Toulousain-Biarritz olympique 07092008.JPG IMAG2704.jpg Allianzcoupdenvoi.jpg

Le 25 avril 2014 est dévoilé le calendrier de la compétition ainsi que l'attribution des différents matchs aux stades retenus :

Billets[modifier | modifier le code]

Les billets seront en vente à partir du 10 juin 2015. Les billets les moins chers sont au prix de 25 euros[9].

Une exception demeure toutefois pour le match d'ouverture puisque les prix sont respectivement de 595, 395, 195 et 75 €, selon les catégories.

Prix des billets Catégorie 4 Catégorie 3 Catégorie 2 Catégorie 1
Matches de groupe 25 € 55 € 105 € 145 €
Huitièmes de finale 25 € 55 € 105 € 145 €
Quarts de finale 45 € 85 € 135 € 195 €
Demi-finales 65 € 165 € 295 € 495 €
Match d'ouverture 75 € 195 € 395 € 595 €
Finale 85 € 295 € 595 € 895 €
  • Catégorie 1 : Position centrale
  • Catégorie 2 : Principalement dans les virages
  • Catégorie 3 : Derrière les buts, au niveau intermédiaire, et dans les virages
  • Catégorie 4 : Derrière les buts, au niveau inférieur ou supérieur selon le stade

Communication et produits dérivés[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

Logo de l'Euro.

Le logo de l'Euro 2016 est présenté le par Michel Platini, président de l'UEFA, au pavillon Cambon Capucines à Paris. Dans un communiqué, l'UEFA explique que « l'objectif est d'associer la créativité qui caractérise la culture française ainsi que la beauté du football et de donner à l'UEFA Euro 2016 son identité propre. Cela contribue à mettre en valeur le prestige de l'un des plus importants événements sportifs de la planète et lui conférant une identité facilement reconnaissable ». Il est conçu par Brandia Central, agence portugaise déjà chargée du logo de l'Euro 2012.

Inspiré du thème « Célébrer l'art du football », le design est assez sobre et combine plusieurs mouvements artistiques et différents éléments liés au football. L'élément central du logo est le trophée Henri Delaunay, créateur de la compétition. Le bleu, le blanc et le rouge, couleurs du drapeau français, se mêlent également à des lignes et des formes délicates afin de produire un style contemporain et sobre[10],[11],[12]. De loin, le cercle a l'apparence d'un yin et yang coloré. De près, on voit plutôt apparaître un smiley avec un sourire bleu (l'autre courbe bleue plus haut évoque le cercle central et le poteau de corner), un nez formé par une sorte d'amphore gallo-romaine et des yeux formés par les anses. Enfin, le logo combine plusieurs mouvements artistiques, pointillisme (deux hexagones rouges et bleu symbolisent la France), art déco, art brut (les rayures), avant-garde (les étoiles qui renvoient plutôt à Jean Cocteau)[13],[14].

Slogan[modifier | modifier le code]

Le slogan est dévoilé à Marseille le . Celui-ci est : « Le Rendez-Vous ».

Les organisateurs veulent donner au tournoi, un esprit fédérateur des spectateurs et des acteurs afin de célébrer l'art du football, au plus haut niveau du continent européen.

Ce nouveau slogan remplace celui utilisé lors de la campagne de candidature à l'organisation du championnat : « Le Foot comme on l'aime ».

Chanson officielle[modifier | modifier le code]

L'artiste qui composera la chanson officielle a été dévoilé le 10 juin 2015 : il s'agit du DJ français mondialement connu David Guetta. Il sera l'ambassadeur musical de cet Euro 2016 et il tiendra un concert sur le Champ de Mars le 9 juin 2016[15].

Mascotte[modifier | modifier le code]

La mascotte est dévoilée à l'occasion du match amical France-Suède. Il s'agit d'un enfant ayant entre 5 et 12 ans, doté d'une cape et de chaussures volantes, lui permettant d'« aller à la rencontre des autres et rassembler les peuples ». Les précédentes mascottes s'appelaient « Péno » (Euro 1984) et « Footix » (France 98), la fédération souhaite appeler la nouvelle « Goalix » dans la continuité, « Driblou » pour le côté enfantin ou « SuperVictor » pour la personnifier davantage (Victor est un prénom dont la racine latine est celle des mots « vainqueur » et « victoire »)[16],[17]. La mascotte s'appelle désormais Super Victor[18].

Ballon[modifier | modifier le code]

Phase de qualification[modifier | modifier le code]

Pour la première fois, les phases de qualification de l'euro ont un ballon spécialement dédié. Il a été dévoilé au mois d'août 2014, par la marque Adidas. Il est basé sur les technologies du Brazuca. Ses motifs y sont assez sobres et une boucle rouge argentée[19] y est dessinée.

Phase finale[modifier | modifier le code]

Le ballon de la Phase Finale a été dévoilé le 12 Novembre 2015. Baptisé BEAU JEU, mis au point durant 18 mois, ce ballon propose « un design étroitement lié à la France. La superposition des couleurs associe le bleu, le blanc et le rouge du drapeau français, tout en intégrant des détails argentés rappelant le trophée tant convoité. Les éléments graphiques sur les panneaux du ballon laissent deviner les lettres E-U-R-O et les chiffres 2-0-1-6 ».

Éliminatoires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éliminatoires de l'Euro 2016.

Le tirage au sort des éliminatoires a eu lieu le dimanche à l'Acropolis de Nice. La phase de poules des éliminatoires débute le 7 septembre 2014, et se terminera le 13 octobre 2015.

C'est la première compétition depuis l'admission à l'UEFA de Gibraltar. Ce sont donc 53 équipes qui se disputent les 23 places qualificatives. Elles sont réparties en 8 groupes de 6 et un groupe de 5. Les neuf vainqueurs de groupe, les neuf deuxièmes de groupe et le meilleur troisième se qualifient directement pour la phase finale. Pour déterminer le meilleur troisième, le critère déterminant sera le nombre de points obtenus, sachant cependant que les points marqués contre les équipes en sixième position ne sont pas pris en compte. Les huit autres troisièmes s'affronteront en barrages pour les quatre dernières places disponibles. Les barrages allers seront disputés du 12 au 14 novembre 2015, avec des retours prévus du 15 au 17 novembre 2015.

Composition des groupes[modifier | modifier le code]

Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine Drapeau : Espagne Espagne Drapeau : Allemagne Allemagne Drapeau : Angleterre Angleterre
Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau : Belgique Belgique Drapeau : Ukraine Ukraine Drapeau : Irlande Irlande Drapeau : Suisse Suisse
Drapeau : Turquie Turquie Drapeau : Israël Israël Drapeau : Slovaquie Slovaquie Drapeau : Pologne Pologne Drapeau : Slovénie Slovénie
Drapeau : Lettonie Lettonie Drapeau : Pays de Galles Pays de Galles Drapeau : Biélorussie Biélorussie Drapeau : Écosse Écosse Drapeau : Estonie Estonie
Drapeau : Islande Islande Drapeau : Chypre Chypre Drapeau : Macédoine Macédoine Drapeau : Géorgie Géorgie Drapeau : Lituanie Lituanie
Drapeau : Kazakhstan Kazakhstan Drapeau : Andorre Andorre Drapeau : Luxembourg Luxembourg Drapeau : Gibraltar Gibraltar Drapeau : Saint-Marin Saint-Marin


Groupe F Groupe G Groupe H Groupe I
Drapeau : Grèce Grèce Drapeau : Russie Russie Drapeau : Italie Italie Drapeau : Portugal Portugal
Drapeau : Hongrie Hongrie Drapeau : Suède Suède Drapeau : Croatie Croatie Drapeau : Danemark Danemark
Drapeau : Roumanie Roumanie Drapeau : Autriche Autriche Drapeau : Norvège Norvège Drapeau : Serbie Serbie
Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Monténégro Monténégro Drapeau : Bulgarie Bulgarie Drapeau : Arménie Arménie
Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord Drapeau : Moldavie Moldavie Drapeau : Azerbaïdjan Azerbaïdjan Drapeau : Albanie Albanie
Drapeau : Îles Féroé Îles Féroé Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein Drapeau : Malte Malte Drapeau : France France[Note 1]

Équipes barragistes[modifier | modifier le code]

Équipes concernées par les matches de barrage[20]
Tête de série Non-tête de série
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 30.367 Drapeau : Danemark Danemark 27.140
Drapeau : Ukraine Ukraine 30.313 Drapeau : Irlande Irlande 26.902
Drapeau : Suède Suède 29.028 Drapeau : Norvège Norvège 26.439
Drapeau : Hongrie Hongrie 27.142 Drapeau : Slovénie Slovénie 25.442

Les 53 nations européennes disputant les qualifications pour l'EURO 2016 sont regroupées en 9 poules de cinq ou six équipes. Chaque équipe affronte toutes les autres équipes de la poule en matches allers et retours. Les vainqueurs et les deuxièmes de chaque poule ainsi que le meilleur troisième sont directement qualifiés pour la phase finale. Les huit autres troisièmes se rencontrent, lors d'un barrage, en matches aller (les 12, 13 et 14 novembre 2015) et retour (les 15, 16 et 17 novembre). Les quatre équipes victorieuses sont qualifiées pour le tournoi final.

Les barrages sont :

Équipe 1 Résultat Équipe 2 Aller Retour
Ukraine Drapeau : Ukraine* 3 - 1 Drapeau : Slovénie Slovénie 2-0 1-1
Suède Drapeau : Suède* 4 - 3 Drapeau : Danemark Danemark 2-1 2-2
Bosnie-Herzégovine Drapeau : Bosnie-Herzégovine* 1 - 3 Drapeau : Irlande Irlande 1-1 0-2
Hongrie Drapeau : Hongrie* 3 - 1 Drapeau : Norvège Norvège 1-0 2-1

Acteurs de l'Euro[modifier | modifier le code]

  •      Sélections qualifiées
  •      Sélections non-qualifiées

Équipes qualifiées[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Effectifs de l'Euro 2016.

Qualifiée d'office[modifier | modifier le code]

Pays Date de qualification Participation(s) Meilleur résultat Dernière participation
(résultat obtenu)
Drapeau : France France PO
Pays Organisateur
+08,
1960, 1984, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
médaille d'or, Europe Vainqueur (2)
1984, 2000
2012
(Quart de finaliste)


Qualifiées après les éliminatoires[modifier | modifier le code]

Pays Date de qualification Participation(s) Meilleur résultat Dernière participation
(résultat obtenu)
Drapeau : Angleterre Angleterre
Groupe E - 1re place
+8,
1968, 1980, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2012
médaille de bronze, Europe Troisième (1)[Note 2]
1968
Demi-finaliste (2)
1968, 1996
2012
(Quart de finaliste)
Drapeau : Islande Islande
Groupe A - 2e place
+0,
Première apparition
- -
Drapeau : République tchèque République tchèque
Groupe A - 1re place
+8,[Note 3]
1960, 1976, 1980, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
médaille d'or, Europe Vainqueur (1)
1976
2012
(Quart de finaliste)
Drapeau : Autriche Autriche
Groupe G - 1re place
+1,
2008
1er tour
2008
2008
(1er tour)
Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord
Groupe F - 1re place
+0,
Première apparition
- -
Drapeau : Portugal Portugal
Groupe I - 1re place
+6,
1984, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
médaille d'argent, Europe Finaliste (1)
2004
2012
(Demi-finaliste)
Drapeau : Espagne Espagne T
Groupe C - 1re place
+9,
1964, 1980, 1984, 1988, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
médaille d'or, Europe Vainqueur (3)
1964, 2008, 2012
2012
(Vainqueur)
Drapeau : Suisse Suisse
Groupe E - 2e place
+3,
1996, 2004, 2008
1er tour (3)
1996, 2004, 2008
2008
(1er tour)
Drapeau : Italie Italie
Groupe H - 1re place
+08,
1968, 1980, 1988, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
médaille d'or, Europe Vainqueur (1)
1968
2012
(Finaliste)
Drapeau : Belgique Belgique
Groupe B - 1re place
+4,
1972, 1980, 1984, 2000
médaille d'argent, Europe Finaliste (1)
1980
2000
(1er tour)
Drapeau : Pays de Galles Pays de Galles
Groupe B - 2e place
+0,
Première apparition
- -
Drapeau : Roumanie Roumanie
Groupe F - 2e place
+4,
1984, 1996, 2000, 2008
Quart de finaliste (1)
2000
2008
(1er tour)
Drapeau : Albanie Albanie
Groupe I - 2e place
+0,
Première apparition
- -
Drapeau : Allemagne Allemagne
Groupe D - 1re place
+11,
1972, 1976, 1980, 1984, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
médaille d'or, Europe Vainqueur (3)
1972, 1980, 1996
2012
(Demi-finaliste)
Drapeau : Pologne Pologne
Groupe D - 2e place
+2,
2008, 2012
1er tour (2)
2008, 2012
2012
(1er tour)
Drapeau : Russie Russie
Groupe G - 2e place
+10,[Note 4]
1960, 1964, 1968, 1972, 1988, 1992, 1996, 2004, 2008, 2012
médaille d'or, Europe Vainqueur (1)
1960
2012
(1er tour)
Drapeau : Slovaquie Slovaquie
Groupe C - 2e place
+0,
Première apparition
- -
Drapeau : Croatie Croatie
Groupe H - 2e place
+4,
1996, 2004, 2008, 2012
Quart de finaliste (2)
1996, 2008
2012
(1er tour)
Drapeau : Turquie Turquie
Meilleur 3e - Groupe A - 3e place
+3,
1996, 2000, 2008
Demi-finaliste (1)
2008
2008
(Demi-finaliste)
Drapeau : Hongrie Hongrie
Barragiste
+2,
1964, 1972
médaille de bronze, Europe Troisième (1)[Note 2]
1964
Demi-finaliste (2)
1964, 1972
1972
(Demi-finaliste)
Drapeau : Irlande Irlande
Barragiste
+2,
1988, 2012
1er tour (2)
1988, 2012
2012
(1er tour)
Drapeau : Ukraine Ukraine
Barragiste
+1,
2012
1er tour
2012
2012
(1er tour)
Drapeau : Suède Suède
Barragiste
+6,
1964, 1992, 2000, 2004, 2008, 2012
Demi-finaliste (1)
1992
2012
(1er tour)

Légende :
PO : Pays Organisateur
T : Tenant du titre

Les joueurs[modifier | modifier le code]

Les arbitres[modifier | modifier le code]

Le , l'UEFA désigne les dix-huit arbitres qui vont officier lors du championnat d'Europe 2016[21].

Résultats[modifier | modifier le code]

Phase de poules[modifier | modifier le code]

Tirage au sort[modifier | modifier le code]

Le tirage au sort de la phase finale de l'Euro 2016 a eu lieu le 12 décembre 2015 à 18H00 au Palais des congrès de Paris. Il y a 6 groupes, pour 24 équipes, ce qui est une grande première dans un Euro.

La France, en tant que pays organisateur, n'est pas comprise dans les chapeaux, car elle est automatiquement désignée comme l'équipe A1. Il n'y a donc que cinq équipes dans le chapeau A (au lieu de six, comme dans les autres chapeaux), dont l'Espagne, en tant que tenante du titre[22].

Légende :
PO : Pays organisateur
T : Tenant du titre

Répartition des équipes avant le tirage au sort[23],[24]
Hors du tirage au sort
Équipe Coeff
Drapeau : France France PO 33.599
Chapeau 1
Équipe Coeff
Drapeau : Espagne Espagne T 37.962
Drapeau : Allemagne Allemagne 40.236
Drapeau : Angleterre Angleterre 35.963
Drapeau : Portugal Portugal 35.138
Drapeau : Belgique Belgique 34.442
Chapeau 2
Équipe Coeff
Drapeau : Italie Italie 34.345
Drapeau : Russie Russie 31.345
Drapeau : Suisse Suisse 31.254
Drapeau : Autriche Autriche 30.932
Drapeau : Croatie Croatie 30.642
Drapeau : Ukraine Ukraine 30.313
Chapeau 3
Équipe Coeff
Drapeau : République tchèque République tchèque 29.403
Drapeau : Suède Suède 29.028
Drapeau : Pologne Pologne 28.306
Drapeau : Roumanie Roumanie 28.038
Drapeau : Slovaquie Slovaquie 27.171
Drapeau : Hongrie Hongrie 27.142
Chapeau 4
Équipe Coeff
Drapeau : Turquie Turquie 27.033
Drapeau : Irlande Irlande 26.902
Drapeau : Islande Islande 25.388
Drapeau : Pays de Galles Pays de Galles 24.521
Drapeau : Albanie Albanie 23.216
Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord 22.961
Répartition des équipes après le tirage au sort
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E Groupe F
Drapeau : France France Drapeau : Angleterre Angleterre Drapeau : Allemagne Allemagne Drapeau : Espagne Espagne Drapeau : Belgique Belgique Drapeau : Portugal Portugal
Drapeau : Roumanie Roumanie Drapeau : Russie Russie Drapeau : Ukraine Ukraine Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau : Italie Italie Drapeau : Islande Islande
Drapeau : Albanie Albanie Drapeau : Pays de Galles Pays de Galles Drapeau : Pologne Pologne Drapeau : Turquie Turquie Drapeau : Irlande Irlande Drapeau : Autriche Autriche
Drapeau : Suisse Suisse Drapeau : Slovaquie Slovaquie Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord Drapeau : Croatie Croatie Drapeau : Suède Suède Drapeau : Hongrie Hongrie

Groupe A[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau de France France 0 0 0 0 0 0 0 0
2 Drapeau de Roumanie Roumanie 0 0 0 0 0 0 0 0
3 Drapeau d'Albanie Albanie 0 0 0 0 0 0 0 0
4 Drapeau de Suisse Suisse 0 0 0 0 0 0 0 0

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.

Match 1 (match d'ouverture) France Drapeau de France - Drapeau de Roumanie Roumanie  

21h00
Stade de France, Saint-Denis

Match 2 Albanie Drapeau d'Albanie - Drapeau de Suisse Suisse  

15h00
Stade Bollaert-Delelis, Lens

Match 14 Roumanie Drapeau de Roumanie - Drapeau de Suisse Suisse  

18h00
Parc des Princes, Paris

Match 15 France Drapeau de France - Drapeau d'Albanie Albanie  

21h00
Stade Vélodrome, Marseille

Match 25 Roumanie Drapeau de Roumanie - Drapeau d'Albanie Albanie  

21h00
Stade des Lumières, Décines-Charpieu

Match 26 Suisse Drapeau de Suisse - Drapeau de France France  

21h00
Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq
Cliquez sur un résultat pour accéder à la feuille de match

Groupe B[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau d'Angleterre Angleterre 0 0 0 0 0 0 0 0
2 Drapeau de Russie Russie 0 0 0 0 0 0 0 0
3 Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles 0 0 0 0 0 0 0 0
4 Drapeau de Slovaquie Slovaquie 0 0 0 0 0 0 0 0

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.


Match 3 Pays de Galles Drapeau du Pays de Galles - Drapeau de Slovaquie Slovaquie  

18h00
Matmut Atlantique, Bordeaux

Match 4 Angleterre Drapeau d'Angleterre - Drapeau de Russie Russie  

21h00
Stade Vélodrome, Marseille

Match 13 Russie Drapeau de Russie - Drapeau de Slovaquie Slovaquie  

15h00
Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

Match 16 Angleterre Drapeau d'Angleterre - Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles  

15h00
Stade Bollaert-Delelis, Lens

Match 27 Russie Drapeau de Russie - Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles  

21h00
Stadium municipal de Toulouse, Toulouse

Match 28 Slovaquie Drapeau de Slovaquie - Drapeau d'Angleterre Angleterre  

21h00
Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne
Cliquez sur un résultat pour accéder à la feuille de match

Groupe C[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau d'Allemagne Allemagne 0 0 0 0 0 0 0 0
2 Drapeau d'Ukraine Ukraine 0 0 0 0 0 0 0 0
3 Drapeau de Pologne Pologne 0 0 0 0 0 0 0 0
4 Drapeau d'Irlande du Nord Irlande du Nord 0 0 0 0 0 0 0 0

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.


Match 6 Pologne Drapeau de Pologne - Drapeau d'Irlande du Nord Irlande du Nord  

18h00
Allianz Riviera, Nice

Match 7 Allemagne Drapeau d'Allemagne - Drapeau d'Ukraine Ukraine  

21h00
Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

Match 17 Ukraine Drapeau d'Ukraine - Drapeau d'Irlande du Nord Irlande du Nord  

18h00
Stade des Lumières, Décines-Charpieu

Match 18 Allemagne Drapeau d'Allemagne - Drapeau de Pologne Pologne  

21h00
Stade de France, Saint-Denis

Match 29 Ukraine Drapeau d'Ukraine - Drapeau de Pologne Pologne  

18h00
Stade Vélodrome, Marseille

Match 30 Irlande du Nord Drapeau d'Irlande du Nord - Drapeau d'Allemagne Allemagne  

18h00
Parc des Princes, Paris
Cliquez sur un résultat pour accéder à la feuille de match

Groupe D[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau d'Espagne Espagne 0 0 0 0 0 0 0 0
2 Drapeau de République tchèque République tchèque 0 0 0 0 0 0 0 0
3 Drapeau de Turquie Turquie 0 0 0 0 0 0 0 0
4 Drapeau de Croatie Croatie 0 0 0 0 0 0 0 0

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.


Match 5 Turquie Drapeau de Turquie - Drapeau de Croatie Croatie  

15h00
Parc des Princes, Paris

Match 8 Espagne Drapeau d'Espagne - Drapeau de République tchèque République tchèque  

15h00
Stadium municipal de Toulouse, Toulouse

Match 20 République tchèque Drapeau de République tchèque - Drapeau de Croatie Croatie  

18h00
Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne

Match 21 Espagne Drapeau d'Espagne - Drapeau de Turquie Turquie  

21h00
Allianz Riviera, Nice

Match 31 République tchèque Drapeau de République tchèque - Drapeau de Turquie Turquie  

21h00
Stade Bollaert-Delelis, Lens

Match 32 Croatie Drapeau de Croatie - Drapeau d'Espagne Espagne  

21h00
Matmut Atlantique, Bordeaux
Cliquez sur un résultat pour accéder à la feuille de match

Groupe E[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau de Belgique Belgique 0 0 0 0 0 0 0 0
2 Drapeau d'Italie Italie 0 0 0 0 0 0 0 0
3 Drapeau d'Irlande Irlande 0 0 0 0 0 0 0 0
4 Drapeau de Suède Suède 0 0 0 0 0 0 0 0

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.


Match 9 Irlande Drapeau d'Irlande - Drapeau de Suède Suède  

18h00
Stade de France, Saint-Denis

Match 10 Belgique Drapeau de Belgique - Drapeau d'Italie Italie  

21h00
Stade des Lumières, Décines-Charpieu

Match 19 Italie Drapeau d'Italie - Drapeau de Suède Suède  

15h00
Stadium municipal de Toulouse, Toulouse

Match 22 Belgique Drapeau de Belgique - Drapeau d'Irlande Irlande  

15h00
Matmut Atlantique, Bordeaux

Match 35 Italie Drapeau d'Italie - Drapeau d'Irlande Irlande  

21h00
Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

Match 36 Suède Drapeau de Suède - Drapeau de Belgique Belgique  

21h00
Allianz Riviera, Nice
Cliquez sur un résultat pour accéder à la feuille de match

Groupe F[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau du Portugal Portugal 0 0 0 0 0 0 0 0
2 Drapeau d'Islande Islande 0 0 0 0 0 0 0 0
3 Drapeau d'Autriche Autriche 0 0 0 0 0 0 0 0
4 Drapeau de Hongrie Hongrie 0 0 0 0 0 0 0 0

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.


Match 11 Autriche Drapeau d'Autriche - Drapeau de Hongrie Hongrie  

18h00
Matmut Atlantique, Bordeaux

Match 12 Portugal Drapeau du Portugal - Drapeau d'Islande Islande  

21h00
Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne

Match 23 Islande Drapeau d'Islande - Drapeau de Hongrie Hongrie  

18h00
Stade Vélodrome, Marseille

Match 24 Portugal Drapeau du Portugal - Drapeau d'Autriche Autriche  

21h00
Parc des Princes, Paris

Match 33 Islande Drapeau d'Islande - Drapeau d'Autriche Autriche  

18h00
Stade de France, Saint-Denis

Match 34 Hongrie Drapeau de Hongrie - Drapeau du Portugal Portugal  

18h00
Stade des Lumières, Décines-Charpieu
Cliquez sur un résultat pour accéder à la feuille de match

Désignation des meilleurs troisièmes[modifier | modifier le code]

Seules les 4 meilleures équipes classées troisièmes de leur poule peuvent accéder aux huitièmes de finale. Pour les désigner, un classement est effectué en comparant les résultats de chacune des 6 équipes :

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Pays inconnu 0 0 0 0 0 0 0 0
2 Pays inconnu 0 0 0 0 0 0 0 0
3 Pays inconnu 0 0 0 0 0 0 0 0
4 Pays inconnu 0 0 0 0 0 0 0 0
5 Pays inconnu 0 0 0 0 0 0 0 0
6 Pays inconnu 0 0 0 0 0 0 0 0

     Équipe qualifiée

Phase à élimination directe[modifier | modifier le code]

Tableau final[modifier | modifier le code]

  Huitièmes de finale   Quarts de finale   Demi-finales   Finale
                             
  Samedi 25 juin à Saint-Étienne     Jeudi 30 juin à Marseille     Mercredi 6 juillet à Décines-Charpieu     Dimanche 10 juillet à Saint-Denis
 
  Pays inconnu 2ème Groupe A
 
  Pays inconnu 2ème Groupe C  
  Pays inconnu
  Samedi 25 juin à Lens
    Pays inconnu  
  Pays inconnu 1er Groupe D
  Vendredi 1er juillet à Villeneuve-d'Ascq
  Pays inconnu 3ème Groupe B/E/F  
  Pays inconnu
  Samedi 25 juin à Paris
    Pays inconnu  
  Pays inconnu 1er Groupe B
  Jeudi 7 juillet à Marseille
  Pays inconnu 3ème Groupe A/C/D  
  Pays inconnu
  Dimanche 26 juin à Toulouse
    Pays inconnu  
  Pays inconnu 1er Groupe F
  Samedi 2 juillet à Bordeaux
  Pays inconnu 2ème Groupe E  
 
  Dimanche 26 juin à Villeneuve-d'Ascq
   
  Pays inconnu 1er Groupe C
   
  Pays inconnu 3ème Groupe A/B/F  
  Pays inconnu
  Lundi 27 juin à Saint-Denis
    Pays inconnu  
  Pays inconnu 1er Groupe E
  Dimanche 3 juillet à Saint-Denis
  Pays inconnu 2ème Groupe D  
  Pays inconnu
  Dimanche 26 juin à Décines-Charpieu
    Pays inconnu  
  Pays inconnu 1er Groupe A
   
  Pays inconnu 3ème Groupe C/D/E  
  Pays inconnu
  Lundi 27 juin à Nice
    Pays inconnu  
  Pays inconnu 2ème Groupe B
   
  Pays inconnu 2ème Groupe F  
 

Distribution des équipes classées meilleures troisièmes de groupes en huitièmes de finale[modifier | modifier le code]

Puisque quatre des six groupes placent une troisième équipe dans le tableau final, les différentes combinaisons formées par les groupes de provenance des équipes qualifiées servent à les répartir contre les premiers des groupes A à D (voir tableau final ci-dessus), comme suit[25] :

Groupement par paires en huitièmes de finale en fonction des équipes qui terminent à la troisième place de leur groupe à l’issue de la première phase
Combinaisons
(groupes d'origine des meilleurs 3e)
Adversaires de
1A
Adversaires de
1B
Adversaires de
1C
Adversaires de
1D
A B C D 3C 3D 3A 3B
A B C E 3C 3A 3B 3E
A B C F 3C 3A 3B 3F
A B D E 3D 3A 3B 3E
A B D F 3D 3A 3B 3F
A B E F 3E 3A 3B 3F
A C D E 3C 3D 3A 3E
A C D F 3C 3D 3A 3F
A C E F 3C 3A 3F 3E
A D E F 3D 3A 3F 3E
B C D E 3C 3D 3B 3E
B C D F 3C 3D 3B 3F
B C E F 3E 3C 3B 3F
B D E F 3E 3D 3B 3F
C D E F 3C 3D 3F 3E


Huitièmes de finale[modifier | modifier le code]

Match 37 2ème du Groupe A Pays inconnu - Pays inconnu 2ème du Groupe C  

15 h
Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne

Match 38 1er du Groupe B Pays inconnu - Pays inconnu 3ème du Groupe A, C ou D  

18 h
Parc des Princes, Paris

Match 39 1er du Groupe D Pays inconnu - Pays inconnu 3ème du Groupe B, E ou F  

21 h
Stade Bollaert-Delelis, Lens

Match 40 1er du Groupe A Pays inconnu - Pays inconnu 3ème du Groupe C, D ou E  

15 h
Stade des Lumières, Décines-Charpieu

Match 41 1er du Groupe C Pays inconnu - Pays inconnu 3ème du Groupe A, B ou F  

18 h
Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

Match 42 1er du Groupe F Pays inconnu - Pays inconnu 2ème du Groupe E  

21 h
Stadium municipal de Toulouse, Toulouse

Match 43 1er du Groupe E Pays inconnu - Pays inconnu 2ème du Groupe D  

18 h
Stade de France, Saint-Denis

Match 44 2ème du Groupe B Pays inconnu - Pays inconnu 2ème du Groupe F  

21 h
Allianz Riviera, Nice

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Match 45 Vainqueur du Match 37 Pays inconnu - Pays inconnu Vainqueur du Match 39  

21 h
Stade Vélodrome, Marseille

Match 46 Vainqueur du Match 38 Pays inconnu - Pays inconnu Vainqueur du Match 42  

21 h
Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

Match 47 Vainqueur du Match 41 Pays inconnu - Pays inconnu Vainqueur du Match 43  

21 h
Matmut Atlantique, Bordeaux

Match 48 Vainqueur du Match 40 Pays inconnu - Pays inconnu Vainqueur du Match 44  

21 h
Stade de France, Saint-Denis

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Match 49 Vainqueur du Match 45 Pays inconnu - Pays inconnu Vainqueur du Match 46  

21 h
Stade des Lumières, Décines-Charpieu

Match 50 Vainqueur du Match 47 Pays inconnu - Pays inconnu Vainqueur du Match 48  

21 h
Stade Vélodrome, Marseille

Finale[modifier | modifier le code]

Match 51 Vainqueur du Match 49 Pays inconnu - Pays inconnu Vainqueur du Match 50  

21 h
Stade de France, Saint-Denis

Statistiques et récompenses[modifier | modifier le code]

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

Exonérations d'impôts[modifier | modifier le code]

À l'occasion de l'Euro 2016, la France se dote en 2014 d'une législation exonérant les sociétés organisatrices de cette manifestation sportive de tout impôt sur les bénéfices, cotisations sociales et taxe d’apprentissage, conformément à l'engagement pris par la France dès le dépôt de son dossier de candidature pour l'organisation de cette compétition en 2010[26]. Cette mesure, prise en raison de la compétition des territoires pour attirer les compétitions majeures, suscite la polémique car elle devrait entraîner, selon les estimations, autour de 200 millions d'euros de manque à gagner pour l'État[27].

Sponsors[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Les diffuseurs officiels en France sont : TF1 - M6 - beIN Sports.

La radio officielle est Radio France via France Info et France Bleu.

Effets économiques pour le pays[modifier | modifier le code]

Selon une étude commandée par l'UEFA, l'Euro 2016 coûtera au total 1,650 milliard d’euros (investissement pour la construction ou la rénovation des stades, sans compter 400 millions pour améliorer l'accès et les transports[43]) pour des retombées évaluées à 1,134 milliard d’euros pour l’activité en France[44]. Ces retombées économiques sont dues au surcroît d'activité généré, hors infrastructures et hors consommation locale : 800 millions de dépenses des 2,5 millions de spectateurs attendus (dont un million d'étrangers de 110 pays différents), avec notamment 600 millions pour l'hébergement, la restauration, le commerce et 200 millions de dépenses sur les « fans zones »[45]. Les rentrées fiscales de TVA liées à l'événement sont estimées à 178 millions (TVA de 10 à 20 % sur la consommation additionnelle et de 5,5 % sur la billetterie), ce qui porte les retombées économiques totales à 1,312 milliard d'euros[46].

Les recettes de la compétition se montent à 1,9 Md€ (elles se répartissent en 1 Md€ de droits TV, 400 M€ de sponsoring, 250 M€ de billetterie, 250 M€ en hospitalités : vente de loges et de prestations à des entreprises, goodies) et reviennent directement à l’UEFA[47] qui estime à 900 millions d'euros les bénéfices attendus[48].

Le 13 septembre 2012, Kuoni est désigné comme responsable de l'hébergement. Cet accord couvrira les besoins pour les équipes participantes, les officiels de match, les partenaires commerciaux et de diffusion, les journalistes, les fournisseurs et équipes responsables de l'organisation de la phase finale[49]. La société suisse avait déjà assumé ces fonctions pour l'Euro 2008.

Sécurité et risques d'attentats[modifier | modifier le code]

Problèmes soulevés après les attentats de novembre 2015 à Paris[modifier | modifier le code]

À la suite des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, devant même le stade de France, les risques qui pèsent sur la compétition sont majeurs[50]. Malgré les inquiétudes de Just Fontaine, qui souhaite voir délocalisée la compétition[51], l'UEFA ne songe aucunement à réattribuer l'organisation de la compétition et maintient sa confiance envers le comité d'organisation français[52], avec lequel elle se réunit très régulièrement pour aborder les problèmes de sécurité, notamment celui des fans zones[53], identifié comme préoccupation potentielle majeure lors des 31 jours de l'Euro.

Le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), dépendant du Ministère de l'Intérieur, recommande la suppression des fans zones[54]. Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, réagit le lendemain dans le même sens, indiquant qu'il « penche pour ne pas en installer », ne disposant pas des moyens nécessaires pour leur sécurisation, alors que Noël Le Graët indique qu'une réunion à ce sujet est prévue le mardi 24 novembre, avec entre autres Bernard Cazeneuve (ministre de l'Intérieur), Patrick Kanner (ministre des Sports) et Alain Juppé (président du club des villes hôtes)[55],[56].

Soutiens à la France[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnalités du monde du football affirment dans les jours suivant les attentats leur soutien au maintien de la compétition en France, comme Vicente del Bosque[57] ou Joachim Löw[58].

Si plusieurs rencontres amicales sont suspendues (Allemagne-Pays-Bas[59] et Belgique-Espagne[60]), avec des menaces terroristes avérées[61],[62], les matchs retour des barrages sont maintenus sans incident à noter[63]. Le match amical opposant l'Angleterre et la France a eu lieu sans encombre au stade de Wembley, donnant lieu à un vibrant hommage du public[64].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La France se joint à ce groupe de 5 (les autres groupes sont de 6 équipes), mais ses résultats ne sont pas pris en compte, car elle est déjà qualifiée en tant que pays organisateur.
  2. a et b Il existait encore, à l'époque, un match pour la troisième place, entre les deux demi-finalistes défaits. Ces matches, présents depuis l'Euro 1960, ont disparu à partir de l'Euro 1984, en France. Le meilleur parcours de la Hongrie, ainsi que celui de l'Angleterre, en Championnat d'Europe est donc demi-finaliste, si nous ne prenons en compte que le format actuel. C'est donc un résultat qu'elles ont atteint une seconde fois, respectivement lors de l'Euro 1972, en Belgique, et l'Euro 1996, en Angleterre.
  3. Le palmarès de l'équipe de Tchécoslovaquie appartient aujourd'hui à l'équipe de République tchèque, la FIFA la considérant comme successeur légitime.
  4. La FIFA considère l'équipe de Russie comme successeure légitime de l'URSS et de la Communauté des États indépendants. Le palmarès de ces équipes appartient donc aujourd'hui à l'équipe de Russie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Euro 2016 : La France gagne 7 voix à 6 », sur football365.fr,‎
  2. « Strasbourg se rétracte », sur sport24.com,‎ le .
  3. « Avant le grand stade de Lyon, il y avait la zad de Décines », sur www.euro2016-foot.fr,‎ (consulté le 9 avril 2015)
  4. « Félix-Bollaert a été choisi », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 20 mai 2011)
  5. « Finales à Wembley, Amsterdam et Prague en 2013 », sur uefa.com,‎ (consulté le 16 juin 2011)
  6. « Pas d’Euro 2016 à Nancy », sur sport24.com,‎ (consulté le 2 décembre 2011)
  7. « Le Paris Saint-Germain et la Ville de Paris communiquent », sur psg.fr
  8. « Juppé président du Club des sites d'accueil », sur fr.uefa.com, UEFA,‎ 28 mai 2014, mis à jour le 4 juin 2014 (consulté le 20 novembre 2015)
  9. « Euro 2016: des billets à partir de 25 euros », sur lexpress.fr, L'Express,‎ (consulté le 12 mai 2015)
  10. « Le logo de l'UEFA EURO 2016 dévoilé », sur uefa.com, UEFA,‎ (consulté le 27 juin 2013)
  11. Bruno Lesprit, « L'Euro 2016 a un logo, c'est déjà ça », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 27 juin 2013)
  12. « Le logo dévoilé », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 27 juin 2013)
  13. Bruno Lesprit, « L'Euro 2016 a un logo, c'est déjà ça », sur lemonde.fr,‎
  14. Description du logo sur le site de l'agence Brandia Central
  15. Lucas bretonnier, « David Guetta : le DJ qui fait danser la planète », Le Parisien Magazine, no supplément au Parisien no 22044,‎ , p. 10 à 14 (ISSN 2262-6077)
  16. Présentation officielle de la mascotte, UEFA Euro 2016, éditeur officiel, hébergé par Vine, 18 novembre 2014
  17. Euro 2016 : la mascotte s'appellera Driblou, Goalix ou SuperVictor, Paco Delo, Le Parisien, 18 novembre 2014
  18. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Ce-sera-super-victor/518672
  19. « Un ballon Adidas spécial pour les qualifications de l'Euro 2016 | Le Mag », sur http://www.eurosport.fr/,‎ (consulté le 26 août 2014)
  20. « National Ranking UEFA 2015 », sur footballseeding.com,‎
  21. « L'arbitre Clément Turpin sélectionné pour l'Euro 2016 », sur lequipe.fr, L'Equipe,‎ (consulté le 15 décembre 2015)
  22. « Phase finale », sur uefa.com, UEFA (consulté le 13 octobre 2015)
  23. Classement UEFA mis à jour le 13 novembre 2015
  24. « Tirage : la composition des chapeaux », sur fr.uefa.com,‎
  25. UEFA, « Règlement du Championnat d'Europe de football de l'UEFA 2014-2016 », sur uefa.org,‎ (consulté le 10 juin 2015), p. 17-18 (Chap. II Système de la compétition, art. 17 Formule de la phase finale)
  26. Comment la France est devenue un paradis fiscal pour l'UEFA.
  27. Cyrille Pluyette, « Le régime fiscal de l'Euro 2016 pointé du doigt », sur lefigaro.fr,‎
  28. « Adidas fournira les ballons », UEFA.com,‎ (lire en ligne)
  29. « Sponsors Officiels - EURO 2016 », UEFA.com,‎ (lire en ligne)
  30. « FDJ devient le premier sponsor national de l’UEFA EURO 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  31. « McDonald's signed up as official Euro sponsor », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  32. « Coca-Cola signs for Euro 2012, 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  33. UEFA, « Carlsberg signs as Official Sponsor for UEFA national team compétitions », UEFA.com (consulté le 15 mai 2013)
  34. « Continental to sponsor Euro 2012 and 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  35. « Hyundai-Kia joins as official sponsor for UEFA Euro 2012™ and UEFA Euro 2016™ », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  36. « Sponsorship deal with SOCAR » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 31 juillet 2013
  37. « Crédit Agricole nouveau sponsor de l'EURO 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  38. « La SNCF quatrième partenaire national », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  39. « Un deuxième partenaire national », UEFA.com, Union of European Football Associations,‎ (lire en ligne)
  40. « Orange partenaire global de l'UEFA EURO 2016 », UEFA.com, Orange,‎ (lire en ligne)
  41. « Turkish Airlines devient sponsor mondial de l'Euro 2016 », UEFA.com, L'équipe,‎ (lire en ligne)
  42. « Foot: La Poste va acheminer les billets de l'Euro 2016 », Le Point,‎ (lire en ligne)
  43. Elsa Conesa, « Football : l'UEFA ne paiera pas d'impôt pour l'Euro 2016 », sur lesechos.fr,‎
  44. « Euro 2016. Platini: "Nous voulons un Euro populaire et festif" », sur ouest-france.fr,‎
  45. Christophe Palierse, « Patrick Kanner : « L'Euro 2016 apportera un surcroît d'activité de 1,2 milliard d'euros » », sur lesechos.fr,‎
  46. Emmanuel Jarry, « Les retombées de l'Euro 2016 évaluées à 1,3 milliard d'euros », sur capital.fr,‎
  47. Cyrille Haddouch, « L’Euro 2016 sur de bons rails », sur lefigaro.fr,‎
  48. « Euro 2016: l'UEFA sera exonérée de tout impôt, hors TVA », sur lexpress.fr,‎
  49. Kuoni responsable de l'hébergement à l'EURO 2016
  50. Alexandre Ferret, « Football : inquiétudes pour la sécurité de l'Euro 2016 », sur lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 17 novembre 2015)
  51. Avec AFP, « Attentats à Paris : Just Fontaine veut donner l'Euro 2016 à un autre pays », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 17 novembre 2015)
  52. Avec AFP, « Attentats à Paris: L'UEFA n'est pas inquiète pour la tenue de l'Euro 2016 », sur 20minutes.fr, 20 minutes,‎ (consulté le 17 novembre 2015)
  53. Nicolas Camus, « Attentats à Paris: «Les fans zones sont le problème le plus grave pour l'Euro 2016» », sur 20minutes.fr, 20 minutes,‎ (consulté le 17 novembre 2015)
  54. « Euro 2016 : Imbroglio autour des fan-zones », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  55. « Euro 2016 : le maire de Toulouse «penche» pour ne pas installer de fan-zones », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  56. Laurent Rivier, « Sécurité. Noël Le Graët, tel un menhir », sur letelegramme.fr, Le Télégramme,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  57. Romain Vinot, « Del Bosque : « J’espère que l’Euro aura lieu en France » », sur mensquare.com,‎ (consulté le 17 novembre 2015)
  58. « Attentats à Paris, Löw : "L'Euro 2016 en France sera sans danger" », sur goal.com,‎ (consulté le 17 novembre 2015)
  59. « Le match Allemagne-Pays-Bas annulé en raison d’une menace « d’explosion » », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  60. « Amical : Belgique - Espagne annulé en raison de la menace terroriste », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  61. Avec AFP, « Allemagne - Pays-bas: Angela Merkel justifie l'annulation du match », sur 20minutes.fr, 20 minutes,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  62. Avec AFP, « Attentats à Paris: Belgique-Espagne annulé, Salah Abdeslam aurait été aperçu à côté du stade », sur 20minutes.fr, 20 minutes,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  63. AFP, « Euro-2016: brassards noirs lors des barrages retours, après les attentats de Paris », sur lexpress.fr, L'Express,‎ (consulté le 20 novembre 2015)
  64. « Revue de presse - « Une soirée de fraternité » », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 18 novembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]