Eyragues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eyragues
Image illustrative de l'article Eyragues
Blason de Eyragues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Arles
Canton Châteaurenard
Intercommunalité Communauté d'agglomération Rhône Alpilles Durance
Maire
Mandat
Max Gilles
2008-2014
Code postal 13630
Code commune 13036
Démographie
Gentilé Eyraguaise, Eyraguais
Population
municipale
4 100 hab. (2011)
Densité 197 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 31″ N 4° 50′ 30″ E / 43.8419444444, 4.84166666667 ()43° 50′ 31″ Nord 4° 50′ 30″ Est / 43.8419444444, 4.84166666667 ()  
Altitude 23 m (min. : 11 m) (max. : 99 m)
Superficie 20,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Eyragues

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Eyragues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eyragues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eyragues
Liens
Site web http://www.eyragues.fr

Eyragues est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Eyraguais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Eyragues est un village situé entre Alpilles et Durance.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune se nomme Eirago en provençal selon la norme mistralienne et Airaga selon la norme classique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Rostaing Gantelmi, baile de Sisteron (1306), viguier de Marseille (1338), fut seigneur d'Eyragues et conseiller de Charles II. Robert lui confirma en 1309 une pension annuelle de 40 onces d'or que lui avait donné Charles II en échange des maisons qu'il possédait à Naples et que son père avait donné à noble Bertrand des Baux, comte d'Andria et de Montesacaglioso[1]. En 1331, il tenta d'acquérir en vain 1/4 des terres de Maillane à Pierre de Bénévent (la cour s'opposa à la vente).

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. La communauté d’Eyragues soutient les Duras durablement, et même après 1386[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Eyragues

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

champ d'azur à la masse d'eau, arrachée et tigée au naturel, flottant sur un marais flotté d'azur, accompagnée de deux hydrophiles
Note: Ce blasonnement copié sur la source citée est totalement fantaisiste..

Transport et communications[modifier | modifier le code]

Avignon (12 km) est desservie par un service bus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 100 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 389 2 388 2 060 2 206 2 227 2 272 2 290 2 319 2 368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 527 2 554 2 583 2 461 2 361 2 191 2 069 2 008 1 946
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 957 1 937 1 935 1 575 1 745 1 767 1 878 1 864 2 015
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 092 2 288 2 512 2 968 3 504 3 941 4 179 4 100 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Village rural, Eyragues est particulièrement vivant : de nombreuses fêtes et évènements rythment les saisons.

Le 15 janvier a lieu la fête religieuse de la Saint Bonet. La journée commence par une encierro à l'Eyraguaise (taureau tenu avec une corde). Ce jeu taurin attire beaucoup de monde des villages voisins. La tradition veut que chaque famille invite des amis à manger les saucisses et les andouillettes grillées. La fête continue tard dans la soirée.

C'est la seule manifestation taurine du département à ce moment de l'année.

Patrimoine architectural, culturel, historique et gastronomique[modifier | modifier le code]

  • « Église paroissiale de Saint-Maxime » du XIVe siècle ; particularités : absides gothiques, clocher du XVIIIe siècle. Elle est inscrite comme monument historique[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Eyragues est une ville vivante avec de nombreux commerces et services. 30 % de la population travaille sur Avignon.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le vin de pays des Alpilles est un vin de pays de zone, au nord des Bouches-du-Rhône qui a vocation à labelliser, après dégustation, les vins ne pouvant postuler à l'appellation d'origine. Jusqu'en 2000, il portait le nom de vin de pays de la Petite Crau. La production est d'environ 6 000 hectolitres par an. Son vignoble, installé sur un plateau caillouteux, est limité, au nord, par la Durance et au sud, par les Alpilles[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Barthélémy, Inventaire, p. 271
  2. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, cartes p. 417-418 et p. 419.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. « Notice no PA00081255 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Louis Menjucq, président de l'ANIVIT (sous la direction de), Vins de pays de France,  éd. Romain Pages, Saint-Cloud, 1991, (ISBN 2908878151), p. 86.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]