France 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la chaîne de télévision française. Pour les autres significations du nom France 2, voir France II et F2.
France 2
Image illustrative de l'article France 2

Création
Propriétaire France Télévisions
Slogan « France 2, Plus 2 passion »
Format d'image 16/9, 576i (SD) et 1080i (HD)
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Généraliste nationale publique
Siège social Paris (France)
Ancien nom Deuxième chaîne de la RTF (1964)
Deuxième chaîne de l'ORTF (1964-1967)
Deuxième chaîne couleur de l'ORTF (1967-1975)
Antenne 2 (1975-1992)
Chaîne sœur Réseau Outre-Mer 1re, France 3, France 4, France 5, France Ô, France Info
Site web france2.fr
Diffusion
Aire Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau d'Andorre Andorre
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Drapeau de Monaco Monaco
Drapeau de la Suisse Suisse
Diffusion TNT, satellite, câble, IPTV et Web.
Chronologie
Précédent Antenne 2

France 2 est une chaîne de télévision généraliste française de service public, qui succède à Antenne 2 le et fait partie du groupe France Télévisions. Sa couleur d'identification au sein du groupe de télévision public est le rouge et se retrouve sur tout son habillage d'antenne.

Deuxième chaîne de France en termes d'audience, elle est diffusée sur la TNT, le satellite, le câble, la télévision IP et le Web. Elle est également disponible dans certains pays limitrophes et ses programmes sont partiellement repris par TV5 Monde.

Historique de la chaîne[modifier | modifier le code]

De RTF Télévision 2 à la fin d'Antenne 2[modifier | modifier le code]

La deuxième chaîne de la RTF émet pour la première fois de façon expérimentale le . La diffusion d'un programme quotidien, complémentaire de celui de la première chaîne, démarre le . Après le remplacement de la Radiodiffusion-télévision française (RTF) par l'Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) le , la chaîne devient la deuxième chaîne de l'ORTF le . Le , elle est la première chaîne française à passer à la couleur et prend le nom de deuxième chaîne couleur de l'ORTF. À la suite de l'éclatement de l'ORTF fin 1974, elle laisse la place le à la nouvelle société nationale de programme Antenne 2.

La loi du institue une présidence commune des deux chaînes publiques, Antenne 2 et France Régions 3, tout en maintenant une séparation juridique des deux chaînes[1]. Le but est de promouvoir une stratégie commune et d'assurer la complémentarité des programmes entre les deux chaînes[2] afin de faire face à la montée en puissance des groupes privés TF1 et M6, et au développement des chaînes thématiques[3].

France 2 (depuis 1992)[modifier | modifier le code]

Le , Antenne 2 et France Régions 3 changent de nom et deviennent respectivement France 2 et France 3. Les deux chaînes sont désormais regroupées au sein d'une nouvelle entité dénommée France Télévision, qui n'a cependant pas d'existence juridique[3],[4]. Le basculement d'Antenne 2 à France 2 a lieu à h 30 juste avant Télématin[5].

Sous la présidence de Jean-Pierre Elkabbach de 1993 à 1996, France 2 engage de jeunes animateurs-producteurs vedettes pour concurrencer TF1 sur le terrain du divertissement. Si les audiences sont au rendez-vous, en , le député Alain Griotteray rend public les mirobolants contrats des animateurs, comme ceux de Nagui, Arthur ou Jean-Luc Delarue. Pris dans une vive polémique sur sa gestion de l'argent public, Elkabbach finit par démissionner fin [6],[7],[8].

La loi du fait de France Télévisions une holding rassemblant désormais les chaînes France 2, France 3 et La Cinquième[9],[10]. Le , le groupe public dévoile sa nouvelle identité visuelle qui doit donner plus d'homogénéité à ses chaînes. France 2 est dotée d'un nouveau logo et se voit attribuer la couleur rouge pour son habillage d'antenne[11],[12].

Sous la présidence de Patrick de Carolis de 2005 à 2010, France 2 se recentre sur la culture et la création audiovisuelle[13].

La loi no 2009-258 du transforme au le groupe France Télévisions en une entreprise commune, société nationale de programme, par fusion-absorption de la quarantaine de sociétés qui composait jusque là une holding. France 2, comme ses chaînes sœurs, est désormais directement éditée par France Télévisions. De plus, la loi entérine la suppression de la publicité du service public entre 20 h et h, déjà effective depuis le . Les programmes de première partie de soirée débutent désormais à 20 h 35 au lieu de 20 h 50 auparavant[10],[14].

En , la direction de France Télévisions annonce l'unification des rédactions de France 2, France 3 national et Francetv info à l'horizon 2015 afin de « s'adapter à la nouvelle concurrence d'Internet, des chaînes info, de la télé connectée, des smartphones... »[15],[16].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Habillages et logos[modifier | modifier le code]

Le , la nouvelle chaîne France 2 est dotée d'un logo conçu par l'agence Gédéon : le chiffre « 2 » en rouge avec le mot « France » inscrit dans la partie supérieure du chiffre. Les jingles, bandes-annonces et certains génériques d'émissions divisent l'écran en deux bandes verticales égales. Les jingles pubs sont conçus par une dizaine de jeunes réalisateurs dans des styles bien différents. En 1997, l'agence View fait évoluer l'habillage en douceur et crée des jingles pubs juxtaposant deux images. En 1999, l'agence Gédéon confie la réalisation des jingles au chorégraphe Philippe Decouflé. Mais c'est un échec et l'année suivante de nouveaux jingles montrent des scènes de la vie quotidienne[17].

Le , le groupe France Télévisions adopte une nouvelle identité visuelle conçue par l'agence Gédéon. France 2 est dotée d'un nouveau logo similaire aux autres chaînes : un trapèze de couleur rouge avec le chiffre « 2 » inscrit en blanc à l'intérieur le long du côté droit. Un nouvel habillage est mis en place : l'écran n'est désormais plus divisé en deux mais les jingles pubs conservent cette juxtaposition en jouant sur le premier plan et l'arrière-plan. L'habillage restera six ans à l'antenne[17].

Le , le logo de France 2 évolue avec l'ajout d'un effet 3D[18],[17]. Si le logo en 3D apparait à l'antenne, c'est l'ancien en 2D qui est toujours utilisé pour les imprimés de la chaîne[19]. De plus, l'habillage est adapté au format 16/9. Le , à la suite de la suppression de la publicité sur l'antenne après 20 h, France 2 se dote d'un nouvel habillage. Les idents et jingles pubs montrent deux scènes apparemment sans liens qui finissent par se rassembler pour n'en faire qu'une. En , France 2 adopte un nouvel habillage conçu par l'agence Gang Digital. Les jingles mettent en scène des personnes dans des situations de la vie quotidienne qui se transforment en temps de jeu[17],[20].

France 2 met occasionnellement en place des habillages temporaires. Par exemple, depuis les années 2000, elle diffuse des clips de vœux des animateurs de la chaîne lors de la période de Noël[17].

Slogans[modifier | modifier le code]

  • : « France 2, partageons plus que des images »[21]
  • : « L'air est plus vif sur France 2 »[22]
  • 2008 : « Tous les jours, tous les genres, tous les publics : France 2 »
  • 2009 : « L'événement nous rassemble »
  •  : « France 2, 1re chaîne publique »
  •  : « France 2, à l'image de la vie »
  • septembre 2013 : « France 2, c'est bien »[23]
  •  : « France 2, Plus 2 passion »[24]

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

France 2 est présidée depuis sa création le par le président-directeur général de France Télévisions. Depuis et la suppression du poste de directeur général, la chaîne est dirigée par le directeur de l'antenne et des programmes[25].

Présidents-directeurs généraux
Directeurs généraux
Directeurs de l'antenne et des programmes

Capital[modifier | modifier le code]

Du au , France 2 était une société nationale de programme publique détenue à 100 % par l'État français. Elle faisait partie du groupement puis de la holding France Télévisions.

Depuis le , France 2 a perdu son statut de société pour devenir une simple chaîne éditée par la nouvelle entreprise commune, France Télévisions[57], dont le capital est détenu à 100 % par l'État français via l'agence des participations de l'État (APE).

Mission[modifier | modifier le code]

Les missions de France 2 sont précisées dans le cahier des charges de France Télévisions, fixé par le décret no 2009-796 du [58].

« France 2 est une chaîne généraliste de la communauté nationale dont l'ambition est de réunir tous les publics autour d'une offre large et variée, se nourrissant de toutes les formes de programmes dans leur dimension la plus fédératrice. La programmation de la chaîne est placée sous le double signe de l'événement et de la création cinématographique et audiovisuelle française et européenne, et joue un rôle majeur en matière d'information et de sport. »

— Article 3 du décret no 2009-796 du [59].

Au travers de France 2 Cinéma, France 2 produit et/ou coproduit bon nombre de long-métrages français chaque année[60]. Cette politique de financement s'inscrit dans le cadre de l'obligation de financement du cinéma par certaines chaînes de télévision[61].

Sièges[modifier | modifier le code]

Le premier siège de France 2 est situé au 22 avenue Montaigne dans le VIIIe arrondissement de Paris[62].

Depuis 1998, France 2 est installée au siège de France Télévisions, au 7 esplanade Henri de France dans le XVe arrondissement de Paris[63].

Programmes[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Émission diffusée sur France 2.

France 2 consacre une partie de sa programmation à l'information, notamment à travers les sept sessions d'information quotidiennes dont le Journal de 13 heures, le Journal de 20 heures et les JT diffusés dans Télématin (depuis 1985). La chaîne propose également plusieurs bulletins météo par jour. Elle diffuse plusieurs magazines d'information, comme l'émission de reportages Envoyé spécial (depuis 1990), l'émission de géopolitique Un œil sur la planète (depuis 2002), l'émission de débat Mots croisés (1997-2015), l'émission politique Des paroles et des actes (2005-2011), ou le magazine d'investigation Cash investigation (depuis 2012).

France 2 programme de nombreux magazines sur des sujets divers. Elle offre des rendez-vous culturels, qu'ils soient généralistes comme Bouillon de culture (1991-2001), littéraires comme Campus (2001-2006), historiques comme Secrets d'histoire (depuis 2007), musicales comme Taratata (depuis 1993) pour le rock ou La Boîte à musique (depuis 2006) pour la musique classique. La chaîne diffuse des émissions d'entretiens, que ce soit de personnalités tel que dans Thé ou Café (depuis 1996) ou de Français anonymes comme dans Ça se discute (1994-2009). Les magazines concernent également la science comme dans Rayons X (2002-2007) ou Les Pouvoirs extraordinaires du corps humain (depuis 2012). Ils suivent les affaires criminelles tel que Faites entrer l'accusé (depuis 2000), la vie des personnalités comme Un jour, un destin (depuis 2007), ou la religion comme Le Jour du Seigneur (depuis 1987).

France 2 programme également de nombreux divertissements : des talk-shows comme Tout le monde en parle (1998-2006) ou On n'est pas couché (depuis 2006), des émissions d'accueil Vivement dimanche (1998-2016), des émissions de variétés tel que Champs-Élysées (1982-1990/2010-2013), des émission de spectacles comme Le Plus Grand Cabaret du monde (depuis 1998), et de pures émissions de divertissement comme On a tout essayé (2000-2007). La chaîne diffuse également plusieurs jeux télévisés tels que Pyramide (1991-2002), Fort Boyard (depuis 1990), Motus (depuis 1990) ou Tout le monde veut prendre sa place (depuis 2006).

France 2 est également très présente dans la fiction avec la diffusion de films, de séries télévisées et de téléfilms français ou étrangers. Elle produit des séries française comme Maigret (1991-2005), PJ (1997-2009), Un gars, une fille (1999-2003), Boulevard du Palais (1999-2016), Fais pas ci, fais pas ça (depuis 2007), Les Petits Meurtres d'Agatha Christie (depuis 2009)... Elle diffuse des séries étrangères telles qu'Inspecteur Derrick, Amour, Gloire et Beauté, Rex, chien flic, Friends, FBI : Portés disparus, Cold Case : Affaires classées, Castle, Broadchurch...

France 2 retransmet de nombreux évènements en direct ou en différé, qu'ils soient culturels comme des concerts ou des pièces de théâtre, ou sportifs comme des compétitions, dans leur intégralité ou non. Elle participe à la diffusion des grands évènements sportifs internationaux en complément des autres chaînes du groupe France Télévisions, notamment France 3, comme pour les Jeux olympiques d'été et d'hiver, Roland-Garros et le Tour de France. Elle diffuse des magazines sportifs comme Stade 2 (depuis 1975) ou Vélo Club (depuis 2008).

Présentateurs et journalistes[modifier | modifier le code]

Actuels[modifier | modifier le code]

Anciens[modifier | modifier le code]

Voix off des bandes annonces[modifier | modifier le code]

  • Bianca Holst
  • Nicolas Rey
  • Sylvie Bariol (1993-2015)
  • Emmanuelle Pailly
  • Catherine Lans
  • Botum Dupuis
  • Ophélie Doll (2004-2010)
  • Lemmy Constantine
  • Gaëlle Zylberberg
  • Frédérique Courtadon (depuis 2006)

Audiences[modifier | modifier le code]

Audiences en France[modifier | modifier le code]

Audiences des quatre principales chaînes françaises de 1996 à 2016.
  •      TF1
  •      France 2
  •      France 3
  •      M6

Depuis sa création en 1992, France 2 est la 2e chaîne de France en termes d'audience, derrière TF1. Malgré une perte de plus de dix points en une vingtaine d'année, la chaîne parvient à conserver sa seconde place.

Les trois premières années de son existence, France 2 voit sa part d'audience moyenne annuelle augmenter de 24,0 % en 1992 à 25,0 % en 1994, son plus haut historique. Depuis 1994, l'audience moyenne baisse année après année, concurrencée par l'apparition de nouvelles chaînes, perdant onze points en dix-neuf ans pour atteindre 14,0 % en 2013, son plus bas historique. Depuis, l'audience remonte légèrement pour arriver à 14,3 % en 2015[64], avant de retomber à 13,4 % en 2016[65].

Audiences mensuelles et annuelles en part de marché[66]
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Moyenne annuelle
1992 Chaîne non existante
1993 24,7 %
1994 25,0 %*
1995 23,8 %
1996 23,9 % 27,3 %* 23,3 % 24,2 % 24,1 % 24,5 % 24,8 % 24,2 %
1997 23,2 % 23,9 % 24,7 % 24,7 % 23,6 % 22,9 % 26,7 % 22,4 % 22,9 % 22,2 % 23,0 % 23,7 % 23,7 %
1998 22,7 % 23,7 % 22,9 % 22,5 % 22,5 % 22,9 % 24,2 % 21,9 % 21,1 % 21,5 % 21,7 % 21,6 % 22,5 %
1999 22,1 % 21,8 % 22,2 % 22,6 % 22,1 % 22,6 % 24,4 % 21,6 % 22,4 % 21,5 % 21,7 % 21,6 % 22,3 %
2000 22,2 % 23,2 % 22,2 % 21,8 % 21,4 % 22,3 % 23,5 % 20,8 % 22,5 % 22,2 % 22,2 % 21,5 % 22,1 %
2001 20,6 % 20,4 % 20,5 % 21,1 % 20,0 % 21,0 % 23,1 % 20,0 % 21,5 % 22,7 % 22,1 % 21,0 % 21,1 %
2002 20,9 % 21,5 % 21,7 % 21,2 % 20,2 % 19,1 % 23,2 % 18,9 % 20,5 % 20,5 % 21,5 % 20,2 % 20,8 %
2003 20,1 % 20,4 % 21,2 % 21,0 % 20,4 % 20,2 % 22,6 % 20,3 % 20,0 % 19,8 % 20,9 % 19,5 % 20,5 %
2004 19,7 % 20,5 % 20,8 % 19,9 % 20,2 % 20,9 % 23,2 % 21,9 % 19,6 % 20,0 % 20,3 % 19,9 % 20,5 %
2005 19,7 % 19,7 % 19,5 % 19,8 % 19,2 % 20,1 % 23,1 % 18,8 % 19,3 % 19,2 % 19,9 % 19,7 % 19,8 %
2006 19,1 % 19,8 % 20,0 % 19,6 % 19,4 % 18,0 % 20,2 % 18,4 % 18,9 % 19,0 % 19,5 % 18,8 % 19,2 %
2007 18,3 % 19,2 % 18,8 % 18,2 % 17,8 % 18,1 % 20,6 % 16,8 % 16,9 % 17,6 % 17,8 % 17,3 % 18,1 %
2008 18,3 % 18,3 % 17,7 % 17,6 % 17,3 % 17,3 % 19,6 % 17,7 % 16,3 % 16,6 % 16,5 % 16,2 % 17,5 %
2009 16,7 % 16,4 % 16,4 % 16,2 % 16,8 % 16,9 % 19,1 % 15,4 % 16,1 % 16,3 % 16,6 % 16,4 % 16,7 %
2010 16,1 % 16,7 % 15,8 % 15,7 % 16,4 % 16,3 % 18,9 % 14,7 % 15,2 % 15,5 % 15,9 % 15,9 % 16,1 %
2011 15,3 % 15,3 % 15,3 % 15,0 % 15,3 % 15,2 % 17,0 % 13,1 % 13,5 % 14,1 % 15,0 % 14,5 % 14,9 %
2012 14,7 % 15,1 % 14,7 % 14,4 % 15,1 % 14,6 % 16,5 % 17,1 % 14,2 % 14,7 % 14,5 % 13,9 % 14,9 %
2013 14,0 % 13,9 % 13,9 % 13,6 % 14,2 % 15,1 % 16,1 % 12,9 % 13,5 % 13,2 % 14,1 % 13,6 % 14,0 %
2014 14,0 % 15,6 % 13,4 % 13,5 % 14,0 % 13,5 % 15,8 % 13,3 % 13,6 % 13,6 % 14,4 % 13,9 % 14,1 %
2015 14,5 % 13,8 % 13,8 % 14,1 % 14,4 % 14,3 % 16,0 % 14,4% 14,5 % 13,9 % 14,6 % 13,5 % 14,3 %
2016 13,6 % 14,1 % 13,5 % 13,3 % 13,4 % 13,1 % 15,4 % 14,4 % 12,5 % 12,3 %** 12,4 % 12,5 % 13,4 %**
2017 12,3 % 12,3 %

Légende :

  • * : Maximum historique.
  • ** : Minimum historique.
  •      Meilleur score mensuel de l'année.
  •      Moins bon score mensuel de l'année.

Audiences en Belgique[modifier | modifier le code]

France 2 est la 4e chaîne de Belgique en termes d'audience, derrière RTL-TVI, La Une et TF1[67]. Son audience moyenne annuelle a cependant baissé au cours des années, passant de 10,6 % en 1997 à 7,1 % en 2015.

Audiences annuelles en part de marché en Belgique[67]
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
10,6 % 9,6 % 10,1 % 10,1 % 9,7 % 9,7 % 9,7 % 8,9 % 8,5 % 9,2 % 9,6 % 9,4 % 9,0 % 8,4 % 8,0 % 7,3 % 6,8 % 7,1 % 7,1 %

Records d'audience[modifier | modifier le code]

Le , France 2 réalise un record d'audience historique en diffusant la compétition de patinage libre des Jeux olympiques d'hiver de 1994. Elle est suivie par 16,6 millions de téléspectateurs, soit 62,0 % de part de marché. Ce record est battu six ans plus tard, le , avec la demi-finale France - Portugal du Championnat d'Europe de football 2000 qui attire 18,3 millions de téléspectateurs, soit 70,5 % de part d'audience.

Les 5 meilleures audiences de la chaîne
Date Programme Genre Téléspectateurs Part de marché
Championnat d'Europe de football 2000 (Demi-finale : France - Portugal) Sport 18 325 000 70,5 % [68]
Jeux olympiques d'hiver de 1994 (Patinage libre) Sport 16 618 000 62,0 % [68]
Championnat d'Europe de football 2004 (1er tour : France - Croatie) Sport 14 000 000 55,9 % [69]
Coupe du monde de football de 1998 (Demi-finale : Brésil - Pays-Bas) Sport 13 037 640 - [70]
Championnat d'Europe de football 2004 (Finale : Grèce - Portugal) Sport 12 500 000 51,5 % [71]

Diffusion[modifier | modifier le code]

France 2 est diffusée sur la télévision numérique terrestre, le câble, le satellite, la télévision IP et en streaming. Comme les autres chaînes publiques de France Télévisions et conformément à la loi no 86-1067 du , les distributeurs de télévision en France ont l'obligation de la reprendre gratuitement dans leurs offres[93]. La chaîne peut également être reçue dans des pays limitrophes : l'Allemagne, l'Andorre, la Belgique, l'Italie, le Luxembourg, Monaco et la Suisse. De plus, ses programmes sont en partie repris par la chaîne francophone internationale TV5 Monde.

La chaîne émet en français depuis le . Elle est diffusée au format 16/9 depuis le [94], et est disponible en haute définition (HD) sur certains supports depuis le [95].

Hertzien[modifier | modifier le code]

Du au , date de l'arrêt de la télévision analogique en France, France 2 était diffusée sur le deuxième réseau analogique terrestre de TDF au standard SÉCAM L à 625 lignes.

France 2 est diffusée en clair sur le multiplex R1 (SGR1) de la télévision numérique terrestre (TNT) au standard MPEG-2 (SDTV) du au et au standard MPEG-4 (HDTV) depuis le . En France d'outre-mer, la chaîne est diffusée sur le multiplex ROM 1 de la TNT au standard MPEG-4 (SDTV) depuis le .

Dans la principauté d'Andorre, France 2 est diffusée sur la télévision numérique terrestre par Andorra Telecom (en)[96] depuis le . En Italie, la chaîne est diffusée sur le multiplex RAI Mux 1 (it) de la télévision numérique terrestre par la Rai[réf. nécessaire]. Jusqu'en , la chaîne était diffusée sur le réseau hertzien analogique dans quelques régions via des antennes relais à la charge de l'État français[97],[98].

Câble[modifier | modifier le code]

France 2 est diffusée sur le réseau câblé de SFR. En France d'outre-mer, elle est disponible sur les réseaux de SFR Caraïbe et Zeop.

Dans les autres pays francophones, elle est diffusée sur les réseaux câblés belge (SFR Belux, Telenet Group, VOO), luxembourgeois (SFR Belux), monégasque (MC Cable) et suisse (Naxoo, UPC Suisse). Elle est également disponible en Allemagne sur les réseaux de Kabel Deutschland (de) (Vodafone) et Unitymedia (de).

Satellite[modifier | modifier le code]

France 2 est diffusée sur satellite via les bouquets Canalsat, Fransat, TNT Sat, Bis Télévisions, et les offres satellites de La TV d'Orange et du Bouquet TV de SFR. En France d'outre-mer, elle est disponible dans les offres de Canalsat Caraïbes, Canalsat Calédonie, Canalsat Réunion, Parabole Maurice, Parabole Réunion et Tahiti Nui Satellite.

Dans les autres pays francophones, elle est diffusée par l'opérateur belge et luxembourgeois TéléSAT.

De 2005 à 2016, France 2 était diffusée en clair (free to air) sur le satellite Eutelsat 5 West A[99].

Internet[modifier | modifier le code]

France 2 est diffusée en streaming sur le site internet de la chaîne et sur le service de télévision de rattrapage Francetv pluzz. Elle est également disponible via la télévision IP sur la Freebox TV, La TV d'Orange, le Bouquet TV de SFR, la Bbox et la Wibox. En France d'outre-mer, elle est accessible dans les offres de Mediaserv, SFR Caraïbe et Zeop.

Dans les autres pays francophones, elle est diffusée par les opérateurs belge (Proximus TV), luxembourgeois (POST Luxembourg) et suisse (Swisscom TV).

Controverses[modifier | modifier le code]

Selon Michel Bouvard, député UMP de Savoie, l'existence de France 2 en tant que chaîne de service public n'est pas justifiable. Un certain nombre de députés de l'ancienne majorité prône notamment la privatisation de la chaîne, au regard de ce qu'elle coûte aux Français en impôts (cf. article sur la redevance audiovisuelle) et de la similitude croissante de ses programmes avec ceux des autres chaînes privées. Selon d'autres opinions, la France, comme tous les pays européens se doit de conserver un service public ambitieux et de qualité. La BBC au Royaume-Uni demeure un service public fédérateur et produisant de nombreux programmes de bonne facture, dans un pays au demeurant très libéral.[réf. nécessaire]

Deux jours après la soirée consacrée au premier tour de la campagne présidentielle de 2012, France 2 a été réprimandée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel pour avoir diffusé jusqu'à 21 heures 40 des sondages indiquant que Marine Le Pen avait obtenu 20 % des voix[100], alors que tous les sondages montraient dès 20 heures 30 qu'elle serait proche de son score final, 17,9 %, la Liste de sondages sur l'élection présidentielle française de 2012 indiquant par ailleurs qu'un seul institut donnait Marine Le Pen à 20 % à 20 heures. Le jour même du vote, alors que les électeurs commençaient seulement à voter, le Conseil supérieur de l'audiovisuel avait également communiqué pour reprocher à France 2 d'avoir diffusé 9 secondes d'images de Jean-Luc Mélenchon, présentées comme un interview[100]. Loïc de la Mornais, envoyé spécial de la chaîne, avait tendu son micro au candidat du Front de gauche, dans un restaurant du 10e arrondissement de Paris, sans lui dire que l'image serait diffusée le jour même. « Sans parler politique, êtes-vous serein ? », avait demandé le journaliste. « Oui, on passe quelques instants tranquilles entre amis, on va blaguer et mettre tout ça un peu à distance avant de plonger dans le four ce soir », avait répondu le leader du Front de Gauche. Le CSA avait alors déclaré à France-Soir : « il est trop tôt pour dire s'il y aura une sanction », propos immédiatement repris sur le site du quotidien[101].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Création d'une société holding dont France 2 et France 3 seront les filiales », sur le site du Sénat (consulté le 13 octobre 2016).
  2. « Conseil des ministres du 23 mai 1989 - Présidence commune d'Antenne 2 et de FR3 », sur Vie-publique.fr,‎ (consulté le 13 octobre 2016).
  3. a et b Yannick Dehée et Agnès Chauveau, Dictionnaire de la télévision française, Éditions Nouveau Monde, , 832 p. (ISBN 9782365838092).
  4. « Chronologie de la politique de l'audiovisuel », sur Vie-publique.fr (consulté le 13 octobre 2016).
  5. [vidéo]« Début de l'émission Télématin du 7 septembre 1992 », sur le site de Dailymotion (consulté le 13 octobre 2016).
  6. Sylvie Briet, « Jean-Pierre Elkabbach s'est expliqué hier devant les salariés de France 2 », sur le site de Libération,‎ (consulté le 17 janvier 2016).
  7. Renaud Revel, « L'explosion du système Elkabbach », sur le site de L'Express,‎ (consulté le 17 janvier 2016).
  8. Marie-Dominique Arrighi, « Le choix de la raison pour France Télévision », sur le site de Libération,‎ (consulté le 17 janvier 2016).
  9. « Les principales dispositions de la loi du  », sur le site du ministère de la Culture,‎ (consulté le 18 janvier 2016).
  10. a et b « Histoire de France Télévisions », sur le site de France Télévisions (consulté le 13 octobre 2016).
  11. « Nouvelle identité visuelle de France Télévisions », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 13 octobre 2016).
  12. « France Télévision change d'image », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 13 octobre 2016).
  13. Tony Cotte, « France 2 : la création et la culture pour seuls mots d'ordre », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 14 octobre 2016).
  14. « La réforme de l'audiovisuel public », sur le site du ministère de la Culture,‎ (consulté le 13 octobre 2016).
  15. « Vers une rédaction unifiée à France Télévisions », sur le site du Point,‎ (consulté le 14 octobre 2016).
  16. « La fusion des rédactions provoque des remous à France Télévisions », sur le site de France Info,‎ (consulté le 14 octobre 2016).
  17. a, b, c, d et e Julien Baldacchino, France Télévisions - Histoires d'habillages (mémoire), , 106 p. (lire en ligne [PDF]).
  18. Alexandre Raveleau, « Nouvelle identité visuelle pour France Télévisions », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 6 août 2016).
  19. « Charte Graphique de France Télévisions », sur issuu.com,‎ (consulté le 7 août 2016).
  20. « Le nouvel habillage de France 2 », sur blog.lenodal.com,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  21. « France2 repense son image », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  22. « Rentrée sans révolution pour France Télévisions », sur le site de 20 minutes,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  23. Générique antenne France 2 en 2014, medias.lenodal.com.
  24. Benoit Daragon, « Pub : France 2 s'offre une campagne de rentrée centrée sur ses programmes », sur PureMédias,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  25. « France Télévisions: Pflimlin supprime les directions de chaîne », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  26. « France 2 Georges Vanderchmitt », sur le site des Échos,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  27. Sylvie Pierre-Brossolette, « Raphael Hadas-Lebel », sur le site de L'Express,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  28. Emmanuel Poncet, « Michèle Pappalardo nommée directrice générale de France 2 », sur le site de Libération,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  29. Martine Esquirou, « Michèle Cotta à France 2, un tandem intérimaire à France 3 », sur le site des Échos,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  30. « Christopher Baldelli, directeur général de France 2 », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  31. « Philippe Baudillon, directeur général de France 2 », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  32. « Officiel: François Guilbeau nommé à la tête de France 2 », sur le site de Télé 2 semaines,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  33. « Claude-Yves Robin à la tête de France 2 », sur le site du Figaro,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  34. « Bertrand Mosca devient directeur de France 2 », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  35. Emmanuel Berretta, « Jean Réveillon, nouveau patron de France 2 », sur le site du Point,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  36. « France Télévision Directions d'antenne », sur le site des Échos,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  37. « Jean-Pierre Cottet est chargé de l'antenne de France 2 », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  38. « France 2 : remaniement », sur le site des Échos,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  39. a et b « François Tron nommé directeur des programmes de France 2 », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  40. Raphaël Weckerlé, « Yves Bigot », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  41. « Jean-Baptiste Jouy nommé directeur des programmes », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  42. « Éric Stemmelen, directeur des programmes de France 2 », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  43. « Le directeur de l'antenne de France 2 est mort », sur le site d'Europe 1,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  44. Laurent Chignaguet, « Perrine Fontaine quitte France télévisions », sur le site de TV Magazine,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  45. « France 2 change sa direction », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  46. « EXCLUSIF. Thierry Thuillier nouveau patron de France 2 », sur le site du Point,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  47. Anne Demoulin, « Le patron de France 2, Thierry Thuillier, rejoint Canal + », sur le site de 20 minutes,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  48. « Vincent Meslet quitte la direction de France 2 », sur le site de TV Magazine,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  49. a et b « France Télévision Direction de l'information », sur le site des Échos,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  50. « Jean-Loup Demigneux est nommé directeur de la rédaction de France 2 », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  51. Odile Benyahia-Kouider et Aude Dassonville, « Comment la télé amadoue la gauche. Après TF1, France 2 se choisit un patron de l'info proche de la majorité », sur le site de Libération,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  52. Marie-Dominique Arrighi, « France 2: Arnstam II. Pierre-Henri Arnstam remplace Albert du Roy à la tête de l'info comme en 1985 », sur le site de Libération,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  53. « Noël Couëdel à RTL, Olivier Mazerolle à France 2 », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  54. Jérôme Roulet, « Chabot/Leenhardt : le nouveau tandem de l'info de F2 », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  55. « Arlette Chabot évincée de la direction de l'info de France 2 », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  56. Julien Bellver, « France 2 : Éric Monier écarté de la direction de la rédaction », sur PureMédias,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  57. « La réforme de l'audiovisuel public », sur le site du ministère de la Culture,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  58. « Les chaînes nationales gratuites », sur le site du CSA (consulté le 20 octobre 2016).
  59. « Décret no 2009-796 du 23 juin 2009 fixant le cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions », sur Légifrance (consulté le 20 octobre 2016).
  60. « France 2 Cinéma [fr] », sur IMDb (consulté le 17 février 2017)
  61. (fr) CSA, « CSA.fr - Le régime applicable aux éditeurs de services hertziens / Les différents régimes de contribution à la production audiovisuelle / La contribution à la production audiovisuelle / La production des oeuvres / Le suivi des programmes / Télévision / Accueil », sur www.csa.fr (consulté le 17 février 2017)
  62. E.L.M., « France 2 et France 3 vendent leur mobilier », sur le site du Parisien,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  63. « Venir à France Télévisions », sur le site de France Télévisions (consulté le 1er septembre 2016)
  64. Benoit Daragon, « Audiences : Le grand bilan 2015 des chaînes de télévision gratuites », sur PureMédias,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  65. Charles Decant, « Audiences annuelles 2016 : TF1, France 2, France 3 et Canal+ au plus bas », sur PureMédias,‎ (consulté le 5 janvier 2017).
  66. « Mesure d'audience de Médiamétrie », sur le site de Médiamétrie.
  67. a et b « Télévision : Audience et parts de marché », sur le site du CSA (consulté le 21 octobre 2016).
  68. a, b, c et d Guilhaume Nistasos, « Le football réalise 20 des 25 meilleures audiences de l'histoire de la télévision française », sur fan2tv.com,‎ (consulté le 20 octobre 2016).
  69. a et b Jérôme Roulet, « Euro 2004 : la France explose l'audience des chaînes », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  70. a et b « Top 100 des audiences - Année 1998 », sur toutelatele.com (consulté le 21 octobre 2016).
  71. Benoit Daragon, « Coupe du monde : Les 30 meilleures audiences du football à la télévision française », sur PureMédias,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  72. Charline Vanhoenacker, « Joséphine, Prozac sans péremption », sur le site du Soir,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  73. « TF1 reste en tête des meilleures audiences 1996 », sur le site de Libération,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  74. « Top 100 des audiences - Année 1999 », sur toutelatele.com (consulté le 21 octobre 2016).
  75. « Top 100 des audiences - Année 2001 », sur toutelatele.com (consulté le 21 octobre 2016).
  76. « Top 100 des audiences - Année 2002 », sur toutelatele.com (consulté le 21 octobre 2016).
  77. Jérôme Roulet, « France 2 fait son bilan 2003 : "une année de réussites" », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  78. « Top 100 des audiences - Année 2004 », sur toutelatele.com (consulté le 21 octobre 2016).
  79. « Top 100 des audiences - Année 2005 », sur toutelatele.com (consulté le 21 octobre 2016).
  80. « Le top 100 des audiences 2006 », sur linternaute.com,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  81. « Médiamétrie : audience de la télévision en 2006 », sur generation-nt.com,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  82. « Audiences TV 2007 : les chaînes de la TNT gagnent du terrain », sur le site des Échos,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  83. « Le public en masse chez Maupassant », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  84. « Top 100 de l'année 2008 », sur fan2tv.com (consulté le 21 octobre 2016).
  85. « Top 100 de l'année 2009 », sur fan2tv.com (consulté le 21 octobre 2016).
  86. « Top 100 de l'année 2010 », sur fan2tv.com (consulté le 21 octobre 2016).
  87. Thomas Destouches, « Bilan 2011: les 100 meilleures audiences en France », sur Allociné,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  88. Julien Lalande, « Les 100 meilleures audiences de la télévision en 2012 », sur PureMédias,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  89. Benoit Daragon, « Les 100 meilleures audiences de la télévision en 2013 », sur PureMédias,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  90. Benoit Daragon, « Les 100 meilleures audiences de la télévision en 2015 », sur PureMédias,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  91. Benoit Daragon, « Les 100 meilleures audiences de la télévision en 2015 », sur PureMédias,‎ (consulté le 21 octobre 2016).
  92. Kevin Boucher, « Les 100 meilleures audiences de la télévision en 2016 », sur PureMédias,‎ (consulté le 5 janvier 2017).
  93. « Article 34-2 - Loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication », sur Légifrance,‎ (consulté le 22 octobre 2016).
  94. Julie de Meslon, « France Télévisions se met à l'heure des télés 16/9 », sur 01net,‎ (consulté le 22 octobre 2016).
  95. Julie de Meslon, « France 2 désormais disponible en haute-définition chez les FAI », sur 01net,‎ (consulté le 22 octobre 2016).
  96. « SOM Televisió - Canals », sur andorratelecom.ad (consulté le 22 octobre 2016).
  97. « Questions parlementaires - Diffusion de France 2 en Italie », sur langue-francaise.org,‎ (consulté le 22 octobre 2016).
  98. « Diffusion de France 2 en Italie - Question écrite no 00992 de M. Louis Duvernois », sur le site du Sénat,‎ (consulté le 22 octobre 2016).
  99. « Fin colère pour les chaises Farce Télévisions sous Eutelsat 5 West A », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 22 octobre 2016).
  100. a et b Fabienne Schmitt, « Le CSA tacle France 2 », Les Échos du 25 avril 2012.
  101. « Mélenchon : France 2 a-t-elle enfreint le code électoral ? », France Soir, 22 avril 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]