Charleval (Bouches-du-Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charleval
Charleval (Bouches-du-Rhône)
La mairie de Charleval
(bâtiment édifié en 1756).
Blason de Charleval
Blason
Charleval (Bouches-du-Rhône)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Maire
Mandat
Yves Wigt
2020-2026
Code postal 13350
Code commune 13024
Démographie
Gentilé Charlevalois
Population
municipale
2 669 hab. (2019 en augmentation de 5,41 % par rapport à 2013)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 11″ nord, 5° 14′ 47″ est
Altitude 139 m
Min. 121 m
Max. 390 m
Superficie 14,41 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Mallemort
(banlieue)
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pélissanne
Législatives Quinzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charleval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charleval
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Charleval
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Charleval
Liens
Site web www.charleval-en-provence.org

Charleval (Charlaval en provençal) est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle fait partie de la métropole d'Aix-Marseille-Provence. Ses habitants sont appelés les Charlevalois. La commune utilise fréquemment l'appellation non officielle Charleval-en-Provence[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Charleval est située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest d'Aix-en-Provence, entre la rive gauche de la Durance et les contreforts de la chaîne des Côtes.

Sismicité[modifier | modifier le code]

À la suite du décret du définissant le zonage sismique de la France, le canton de Lambesc a été classé en zone II, zone qui correspond à une « sismicité moyenne ». Les cantons de Peyrolles-en-Provence et de Salon-de-Provence sont classés dans la même zone[3]. Cette classification rappelle le séisme du 11 juin 1909 au cours duquel Charleval et les communes voisines de Lambesc et Saint-Cannat ont subi des secousses d'une magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter, faisant de ce séisme le tremblement de terre de magnitude la plus élevée enregistré en France métropolitaine depuis celui de Roquebillière en 1654.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 10,9 12,3 15,3 17,5 22,0 25,8 29,4 29,0 25,0 19,9 14,2 11,6 19,4
Températures moyennes (°C) 6,1 7,2 9,7 12,0 16,1 19,8 22,9 22,7 19,2 14,7 9,6 7,0 13,9
Températures minimales (°C) 1,2 2,0 4,0 6,4 10,1 13,7 16,4 16,3 13,3 9,5 4,9 2,4 8,4
Précipitations (hauteur en mm) 59 47 44 63 52 31 16 37 64 98 58 54 623,4
Source: Météo France[4] / Station de Salon de Provence

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Charleval est une commune rurale[Note 1],[5]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mallemort, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[8] et 13 457 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (59,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (32,7 %), forêts (17,3 %), terres arables (16,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,6 %), cultures permanentes (10,3 %), zones urbanisées (8,8 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2 %), prairies (1 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Charleval est une formation toponymique récente : les éléments Charle- et -val se réfèrent d'une part à Charles de Lorraine, prince de Lambesc et d'autre part à une petite vallée sur le territoire de la commune. Charles de Lorraine a érigé sa propriété en fief en 1598 avec ce nom, avant qu'une localité ne s'y développe au XVIIIe siècle[15].

Homonymie avec Charleval, Normandie, qui date à peu près de la même époque, mais qui contient le nom de Charles IX.

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

La fontaine César de Cadenet.
Le monument aux morts.

Charleval est devenue commune à partir de 1789. Auparavant, en 1741, elle était le territoire de Cadenet-Charleval. On note qu'un premier foyer de peuplement se regroupait dès le XIe siècle, autour de la paroisse de Valbonnette[16].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Une gare est construite en 1889 à l'occasion de la création de la ligne d'Eyguières à Meyrargues. Si la ligne disparaît en 1950, la gare et les bâtiments voyageurs n'ont pas été détruits. Situés sur le Boulevard de la Durance (qui reprend le tracé de la ligne), ils jouxtent l'actuel terrain de pétanque[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Gaston Roux SFIO Directeur général de l’Éducation physique et des Sports (1946 → 1958)
Les données manquantes sont à compléter.
?
(décès)
André Pia    
en cours Yves Wigt DVG Retraité
Ancien vice-président d'Agglopole Provence
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2019, la commune comptait 2 669 habitants[Note 3], en augmentation de 5,41 % par rapport à 2013 (Bouches-du-Rhône : +2,51 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4645725987469099479391 001966
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0761 0541 0671 0211 0731 022947934965
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9219008919041 0081 0049969661 005
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 3471 2781 4171 6841 8772 0802 3242 3972 532
2018 2019 - - - - - - -
2 6842 669-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête votive de la Saint-Césaire a lieu chaque premier weekend de septembre.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La fontaine César de Cadenet est une fontaine surmontée d'une colonne et du buste de César de Cadenet, aussi connu sous le nom de César de Charleval. Endommagée en 2009 par un camion, la fontaine est restaurée de février à . Cette fontaine est installée le . Elle est alimentée par la source de la Jacourelle. Elle est inaugurée le . Sur le côté, une inscription se lit ainsi : Deus nobis hoec ohia fecit (« Dieu nous fit ce présent »)[22].
  • Le Château de César de Cadenet à Charleval 13350 - C'est un château privé. Il a été acheté par le grand-père de César de Cadenet. Son petit-fils le reprit de 1756 à 1763, puis décédera. Le château changera plusieurs fois de propriétaires. Il est de style renaissance. C'est un château privé, fermé au public.
  • Église Saint-Césaire de Charleval.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • César de Cadenet, fondateur de Charleval ;
  • Jules Fesquet, premier second grand prix de Rome en 1862, né à Charleval le , décédé à Paris le , auteur d'une Biblis métamorphosée en fontaine exposée au Salon de 1863 et donnée au Musée d'Aix-en-Provence par lui-même ;
  • Marie-Thérèse Jouveau, née Marie-Thérèse Gautier (1921-2005), écrivaine, majorale du Félibrige, épouse de René Jouveau.
  • Jack Regard, Gérard Jacquemus, 1943/1974 né à Charleval, fut le bassiste des Chats Sauvages ;
  • André Chorda, natif de Charleval en 1938, footballeur professionnel, 24 fois sélectionné en équipe de France.
  • Simon Porte Jacquemus, né à Salon-de-Provence le 16 janvier 1990, a vécu à Charleval. Sa famille y vit toujours.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Charleval

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à un bœuf ailé d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ainsi, le site officiel de la commune, www.charleval-en-provence.org, présente la commune sous le nom de « Charleval-en-Provence ».
  2. geoportail.fr
  3. La sismicité des Bouches-du-Rhône
  4. http://france.meteofrance.com/france/climat_france?48043.path=climatstationn%252F13103001
  5. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Mallemort », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 174b.
  16. J.-B. Astier, 1908 : Histoire de Charleval, Marseille
  17. Marc-André Dubout, « Eyguières-Meyrargues » (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. « Les fontaines de Charleval », charleval-en-provence.org.